AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 Une nécéssité embarquée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance Interstellaire / Conseil de la Citadelle
Rang : Représentante Biotique Humaine
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2587-journal-d-une-biotique


Je fourre ce que je veux, où je veux
Messages : 423
Crédits : By Me

MessageSujet: Une nécéssité embarquée   Dim 20 Juil 2014, 15:20
Intervention MJ : AutoriséeDate :  Fin juillet 2199 RP Tout public Bulle locale - Citadelle - Secteur des Ambassades
Alicia K. McColl ♦ Courtier de l'Ombre (MJ) ♦ Joshua Gordon ♦ Intervention possible via MP ou invitation
Une nécessité embarquée


✿ Une nomination des plus inattendues

♠ Prise de fonction d’une représentante sur la Citadelle
►॥ ॥◄
RP essentiellement solo mais vous pouvez intervenir à condition que vous me préveniez par MP ou que je vous ai invité (ChatBox ou topic de recherche de RP). Les MJ peuvent intervenir à leur bon vouloir sans avoir besoin de me prévenir. Merci !

Un rêve ou une réalité … Elle ne sait pas trop comment prendre la nouvelle et bien qu’elle soit en route pour la Citadelle et l’espace de l’Alliance, elle a encore beaucoup de mal à admettre qu’elle vient de faire une entrée au sein du domaine politique. Au départ, cela paraissait complétement fou et pourtant, elle est désormais la nouvelle représentante des biotique auprès du célèbre Steven Hackett. Autant dire que c’est plus qu’un honneur de rencontrer un des Amiraux survivants de la Grande Guerre. Mais elle devait d’abord réfléchir et c’est donc sous le bruit d’une interview la concernant qu’elle reste silencieuse à réfléchir. Pour les petits curieux, cette interview a été faite dès le dévoilement des résultats. Alicia se trouvait alors à l’académie Grissom qui était son lieu de travail à l’époque. Oui, oui, à l’époque car elle a dû démissionner afin d’entrer  en fonction avec son nouveau poste. Lequel ? On dirait que vous ne suivez pas les informations. Il y a quelques jours, l’enseignante de cette académie réputée a été élue comme la première représentante des biotiques humains auprès de l’Ambassade Humaine mais surtout auprès du Conseil de la Citadelle. Pourquoi ? Parce que le Conseiller Humain est un membre du Conseil Concilien, c’est aussi simple que ça. Fermant les yeux, Alicia libère un soupir et reste dans ses pensées, calme et sereine. Du moins, pour le moment…

Interview:
 

Alicia reste silencieuse mais elle avait placé son coude près d’un hublot d’où elle observe la planète Terre, sa planète d’origine… C’est toujours le cas malgré que la Grande Guerre l’ait frappé. Maudits moissonneurs… Posant la main près de sa bouche, elle manifeste un petit sourire en observant la belle bleue qui le reste même douze années après le ravage des moissonneurs. C’est alors qu’elle entend une voix lui préciser que le voyage arrive à son terme. Restant assise, elle tourne alors la tête pour observer la citadelle qui doit encore être en construction en orbite de la Terre non loin de Séléné, nouveau nom de la Lune depuis des lustres. Si ses souvenirs sont exacts, la Lune s’est faite renommée Séléné avant sa naissance donc cela date quand même un peu. Mais elle reste une personne cultivée et dont l’efficacité n’est plus à prouver. Quelques minutes passent et la navette finit par se poser où il faut.

Se levant, elle se détache en montrant un petit sourire. Maintenant qu’elle est arrivée, elle ressent un peu d’appréhension face à son arrivée sur la Citadelle. Peut-être que son poste de représentante est mal vu ? Prenant une grande inspiration, elle s’étire avant de prendre ses affaires et de descendre de son transport. Elle avait le sourire sur le visage malgré sa petite pointe de stress. Mais elle restait un minimum sereine sur tout ça. Habillée de manière simpliste mais élégante, elle préfère conserver ses bagages. Elle ne doit se laisser avoir par son nouveau statut et elle a des jambes pour marcher. Remerciant tout de même les gens qui veulent l’aider, elle les gratifie d’un grand sourire, preuve de sa bienveillance et de sa gratitude. La seule chose qu’elle demande c’est de lui montrer où se trouve ses nouveaux quartiers pour la simple et bonne raison qu’elle ne connait pas tout de la citadelle. Il est vrai qu’elle a fait pas mal de petits boulots sur cette station mais elle ne connait pas tout. Suivant en silence les personnes qui l’accompagnent, elle se met à penser à tout et n’importe quoi. Arrivant à ses quartiers, elle remercie tout ce joli petit monde pour y entrer et s’y enfermer quelques minutes le temps de ranger ses affaires. La journée n’était pas encore terminée pour elle car elle devait se rendre à l’Ambassade Humaine afin de se présenter au personnel mais surtout au Haut-Conseiller Hackett.

Prenant le temps de se changer, elle quitte ses quartiers moins de dix minutes après où elle marche en direction des ambassades. Carte d’accès autour du cou, elle l’avait reçu dès son arrivée sur la Citadelle et c’est ce qui allait lui permettre d’accéder aux ambassades. Marchant calmement, elle affiche un sourire radieux et elle avance tranquillement en prenant le temps d’observer tout ce qu’elle pouvait. Levant son bras gauche afin d’observer l’heure, elle est largement en avance et elle se permet donc une pause sur un couloir balcon d’où elle reste silencieuse et où elle s’appuie sur le bord afin de laisser ses petits yeux s’émerveillés comme une enfant de moins de six ans, découvrant le monde.


Codage by Tricia Pearson / Image by Alicia K. McColl






Récompenses 2014:
 

Surprise:
 


Dernière édition par Alicia K. McColl le Mar 02 Sep 2014, 18:26, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance Interstellaire / Conseil de la Citadelle
Rang : Représentante Biotique Humaine
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2587-journal-d-une-biotique


Je fourre ce que je veux, où je veux
Messages : 423
Crédits : By Me

MessageSujet: Re: Une nécéssité embarquée   Sam 02 Aoû 2014, 12:19
✿ Une nomination des plus inattendues

♠ Prise de fonction d’une représentante sur la Citadelle
►॥ ॥◄
RP essentiellement solo mais vous pouvez intervenir à condition que vous me préveniez par MP ou que je vous ai invité (ChatBox ou topic de recherche de RP). Les MJ peuvent intervenir à leur bon vouloir sans avoir besoin de me prévenir. Merci !

Le calme des lieux venait de la rassurer un peu mais elle n’a pas oublié ce qui appartient maintenant au passé. La citadelle a été le creuset, arme ultime contre les Moissonneurs mais qui a eu lui aussi un prix… Laissant ses yeux vagabondé sur la surface de l’eau, elle croise plusieurs statues commémoratives des différentes espèces. Par ailleurs, elle montre un sourire en coin tandis qu’elle a les coudes posés sur la rambarde. Observatrice, elle laisse son regard se plonge dans l’un des éléments essentiels à la vie. Cela faisait plusieurs jours qu’elle avait été nommée à ce poste et elle n’en revenait toujours pas. Son départ dans la vie politique ne se serait pas fait sans le soutien de son mai qui se trouve encore à l’académie Grissom. Levant une main vers son coude, elle attrape le collier unique qu’il lui avait offert pour son vingt-neuvième anniversaire. Il s’agissait d’un pendentif doré ayant la forme de la Terre qu’elle n’a jamais quitté depuis. Attaché en double chainette, elle le serre entre ses mains et elle ferme les yeux en souriant. En devenant la première représentante biotique humaine, elle aide sa terre natale d’une façon ou d’une autre. Mais elle qui crachait sur la politique il y a encore quelques années, cela fait vraiment bizarre de se retrouver là. Sans parler qu’elle n’y connait absolument rien à la politique… La voici donc baignée dans l’art de la rhétorique et du parloir. Changement plutôt surprenant pour une scientifique civile mais qui est tout de même sujet à un contrat de non divulgation avec l’Alliance. Car oui, même si elle a démissionné de ses postes au sein de l’Académie, elle détient de nombreux secrets qu’elle est contrainte de garder vu qu’il s’agit d’un projet encore secret de l’Alliance. Et cela le restera mais en y réfléchissant, c’est aussi à cause de ce projet que les biotiques deviennent de plus en plus nombreux. Mais soit, elle ne fait qu’assumer un programme qui continue à tourner comme si de rien n’était.

Laissant son regard vagabonder sur l’eau se trouvant en pleine cœur de la citadelle, elle réfléchit aux sujets de discussion qu’elle pourrait avoir avec le Conseiller Hackett qui est et reste un personnage important par son statut au sein du Conseil. Rôle qui n’est pas simple à accepter malgré que cela fasse douze ans que les humains ont sauvé ce même conseil. Au départ, ils ont refusé de les considérer comme tel mais grâce à Udina et Anderson, les Humains sont devenus la première espèce concillienne à avoir rejoint aussi rapidement le Conseil. Paix à leur âme … C’est alors que ses yeux se posent sur la statue commémorative de la bataille de la Terre et elle ferme les yeux pour se rappeler cette guerre sans merci. Elle était jeune et elle portait encore des marques de cette guerre qu’elle pensait sans fin mais c’était sous la pression. En effet, en tant que biotique, elle a dû apprendre à survivre car comme elle mangeait plus que les autres, elle a rapidement été isolée du reste du camp de survie où elle se trouvait. Pêcher, chasser et traquer, voilà comment elle a dû survivre. Mais pas seulement, elle a dû apprendre à se battre et à se servir de ses capacités biotiques qui devaient toujours servir le camp jusqu’à ce qu’elle eut marre. Elle n’était pas leur esclave et elle a fini par leur dire. L’ambiance était véritablement merdique mais elle n’avait pas le droit de baisser les bras et elle espérait que les Moissonneurs s’en aillent très vite. Se cacher n’était pas la vie qu’elle espérait à l’époque, loin de là. Après des mois et des mois de bataille, l’Alliance revient prendre possession de la bulle locale et notamment de la Terre afin d’éradiquer définitivement tout ça. Mais c’était avant qu’on apprenne que tous ses petits soldats étaient en fait les survivants d’une ancienne espèce qu’étaient les Prothéens …

Enfin, ce sont ses quelques rares recherches historiques qu’elle le sait et encore ce n’est qu’une théorie et même s’il y a des gens qui recherchent tout ça, elle n’est absolument pas dans le lot. Après, ce serait facile de savoir si cela est vrai en allant fouiller dans leur patrimoine génétique. Voilà ce qui touche un peu plus son domaine. Serrant alors le poing libre, elle se dit que cela ne devraient jamais se reproduire. Se secouant la tête, elle ouvre de nouveau les yeux en se disant qu’elle n’est pas militaire et elle n’y aurait probablement plus sa place en raison de son âge. Et puis, ce n’est pas comme si elle n’avait rien fait pour les humains… Loin de là… Même si cela reste un grand secret de l’Alliance. Et il n’est absolument pas improbable que le Conseiller Hackett soit au courant en outre-mesure. Il est tout de même amiral de la flotte de l’Alliance donc un haut-gradé et il dispose probablement des autorisations nécessaires. Sur le coup, elle se sent moins rassurée mais elle se devait de se présenter à lui. En parlant de ça justement, elle redresse son poignets droit afin d’observer l’heure… Dieu que cela tourne vite … Retirant ses coudes de la rambarde, elle se redresse et elle regarde une dernière fois tout ça avant de se retourner pour reprendre sa marche initiale. Elle savait à peu près où elle allait mais elle devait d’abord pénétrer le secteur des ambassades pour faire valider ses accès. Lâchant son pendentif, elle finit par attraper sa carte d’accès pour l’observer et émettre un sourire.

Marchant toujours devant elle, elle lâche la carte pour placer ses bras le long de son corps afin de regarder où elle allait. Elle se retrouvait sur la Citadelle et elle ne savait pas quoi y faire hormis y travailler. Elle devait être la seule dans le lot… La dernière fois qu’elle est venue ici, elle y avait fait quelques petits boulots sympathiques mais elle avait tout arrêté en trouvant son poste d’enseignante. Arrivant à ce qui fut autrement nommé le présidium, elle retire sa carte autour de son cou qu’elle garde précieusement dans ses mains tout en s’approchant de la personne chargé de s’occuper des différentes ambassades. Elle venait d’arriver et elle avait l’impression d’être à l’époque où elle passait ses examens pour devenir professeur en doctorat. Cela remonte à pas mal d’années mais c’était le passage obligatoire. Quelques peu nerveuse, elle montre un fin sourire dans le but de se rassurer mais autant dire que prendre un tel poste, c’est une grande première pour elle et elle l’a toujours dit. Et puis, elle est polie et elle salue donc la personne en face d’elle tout en lui tendant son accréditation. Après quelques dizaines de secondes pour les vérifications de bases, l’hôtesse lui signale que le Conseiller est présent et qu’elle peut se rendre sur les lieux. Hochant la tête, elle récupère sa carte avant de la perdre et elle la met autour du cou avant de la dissimuler sous son vêtement simple mais élégant. Pas d’extravagance mais plutôt un tailleur pantalon comme à l’époque des cérémonies sur Grissom où elle était souvent celle qui récompensait les élèves ou les membres du personnel méritants.

Remerciant l’hôtesse, elle passe sur la gauche afin de se rendre à l’Ambassade Humaine. Montrant les escaliers, elle finit par disparaitre à la vue des personnes se trouvant à l’entrée pour apparaître dans un couloir. Rapidement, elle tombe sur l’ambassade humaine. S’arrêtant juste devant, elle prend une très grande inspiration avant qu’elle n’enclenche le système d’ouverture de la porte. Celle-ci s’éclipse et elle put observer une pièce très simple mais aussi très lumineuse. Malgré tout, ce lieu semble assez simple mais aussi posant. Elle n’en attendait pas moins d’une ambassade, c’est un lieu de prospérité et de discussion basé sur le calme et l’ouverture d’esprit. Comme le veut la tradition, on pouvait trouver sur les murs plusieurs photos de héros humains : Shepard, Joker, des généraux, Anderson et pleins d’autres personnes qu’elle ne connait pas forcement. Après tout, l’humanité à le droit de fêter ses héros car c’est grâce à eux si on en soit là. Marchant simplement, elle laisse l’atmosphère des lieux l’envahir quelque peu et cela semble marcher à merveille. Arrivant devant un petit bureau, elle montre un sourire en le voyant vide mais le siège tourner vers le coté, preuve que celui-ci doit probablement être quelque part dans l’Ambassade. Restant silencieuse, elle se tourne vers les photos qu’elle voit : la Terre, Séléné dont les prises sont vraiment magnifiques. Levant une main vers la photo de la Terre, elle se rappelle que cela fait un moment qu’elle n’y est pas retourner. Elle devrait avoir un peu honte mais elle travaillait beaucoup et avec son nouveau poste, elle aura l’occasion d’y aller très souvent. Voilà de quoi combler plaisir, loisir et travail en même temps.

Rapidement, des bruits de pas se font entendre et elle garde un sourire serein sur le visage tandis qu’elle baisse sa main de la photo de sa planète natale. Car oui, elle est native de la Terre et elle l’assume pleinement. Les bruits de pas se rapprochent et une silhouette se manifeste. Tournant la tête vers l’origine des bruits de pas, il ne fallut que quelques secondes pour que la silhouette devienne coloré révélant ainsi l’identité de la personne : Armando-Owen Bailey, l’assistant de l’Ambassadeur Humain. Elle avait pris le temps de se renseigner et cela fait un petit moment qu’il est là à gérer les affaires de l’Ambassadeur. Cet homme, ancien officier du SSC, s’avance vers la scientifique dès sa sortie du couloir venant ainsi la saluer tout en plaçant sa main entre eux, symbole de serrage classique de main purement poli.

« - Bonjour Madame l’Ambassadrice. Soyez la bienvenue sur la Citadelle et au sein de l’Ambassade Humaine. Je suis Armando-Owen Bailey, l’assistant du Conseiller Hackett »
« - Merci de votre accueil, Monsieur Bailey ! »

Bien entendu, elle lui serre la main avec poigne et énergie, preuve de sincérité et d’honnêteté avant d’incliner sa tête. Restant à ses côtés, elle finit par lâcher sa main avant de replacer plusieurs mèches de ses cheveux derrière les oreilles. En règle générale, elle les garde toujours détaché en raison de son implant visible à la base du crâne. Elle n’est finalement pas mécontente d’être une biotique car cela lui permet de se défendre en cas d’agression. Observant l’assistant Bailey dans les yeux, la discussion va de bon train avant que la raison de sa présence ici ne soit évoquée.

« - Dites-moi, Madame, en quoi puis-je vous aider ? »
« - Et bien, j’aimerais m’entretenir avec le Conseiller Hackett si cela est possible s’il vous plait ! »
« - Je vais voir ce que je peux faire ! »

Elle était un peu gênée mais elle devait prendre l’habitude et après tout, elle devait se présenter car même si elle porte un nom, tout le monde ne l’a pas vu. En effet, elle est assez peu connue des humains mais avec sa nomination, cela va probablement changer. L’assistant s’approche de son bureau et s’y assoit tandis qu’Alicia le rejoint. Observatrice, elle le voit prendre un communicateur pour le poser sur son oreille. Elle attendait simplement. Elle l’entend parler mais elle ne sait pas avec qui puis il l’autorise à pénétrer les lieux. Levant les yeux sur la nouvelle représentante, il lui fait signe d’emprunter le couloir.

« - Vous pouvez y aller. Il vous attend dans son bureau. Au fond du couloir sur votre droite. Bon courage ! »
« - Merci ! »

Elle le gratifie d’un sourire et elle emprunte le couloir qu’il lui a indiqué. Mais sincèrement, on ne peut pas se tromper car il n’y a pas énormément de pièce dans cette ambassade. Il faut dire qu’il ne sont pas dans la véritable ambassade humaine mais plutôt dans un lieu secondaire. L’ambassade se trouve sur Terre et elle le sait pleinement mais elle ne sait pas encore où exactement. D’où le passage par la Citadelle. Mettant un pied devant l’autre, elle ressent un peu plus de stress et elle commence à jouer avec ses doigts. Observant partout autour d’elle, elle constate que l’ambassade n’est pas mal lotie ici lorsqu’elle compare avec l’académie. Et pourtant, l’académie est pas mal non plus. Prenant plusieurs minutes pour tout observer, elle finit par arriver devant la porte. Fermant les yeux quelques secondes, elle prend une grande inspiration avant de lever son point sur la porte afin de frapper plusieurs fois et d’activer le système d’ouverture de la porte. La porte s’éclipse et on remarque Hackett assit sur son bureau à lire des documents. Mettant un pied dans le bureau, le Conseiller humain lève la tête simplement en posant son appareil sur son bureau.

« - Soyez la bienvenue, Ambassadrice McColl ! »
« - Bonjour Monsieur le Conseiller ! »

Le deuxième pied entre et elle avance de quelques mètres tandis que son supérieur hiérarchique se lève pour la rejoindre. Et c’est sur ses mots et ses gestes que la porte se referme installant ainsi un silence au sein de l’Ambassade humaine. L’heure de l’entrevu était arrivé et même si elle redoute les questions du Conseiller, elle devait voir ça d’un très bon œil. C’est parti mon kiki…

Codage by Tricia Pearson







Récompenses 2014:
 

Surprise:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance Interstellaire
Rang : Ministre de la Défense
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2750-journal-de-bord-joshua-gordon


Maître du jeu
Messages : 82
Crédits : Moi-même

MessageSujet: Re: Une nécéssité embarquée   Dim 31 Aoû 2014, 23:07
Une nécessité embarquée
"...Petites retrouvailles..."

La Citadelle... Ce haut lieu politique qui avait abrité le siège du Conseil pendant des millénaires et qui avait connu un funeste destin pendant la Grande Guerre, aujourd'hui majoritairement reconstruite et à nouveau le centre diplomatique de la Galaxie. Joshua l'observait depuis la baie d'observation de sa navette privée, qui avait pour mission de l'amener à la fameuse station. La raison était simple, le travail l'exigeait. C'est donc ainsi qu'il avait quitté Vancouver, siège de l'Alliance Interstellaire, pour rejoindre l'illustre satellite et remplir certaines de ses responsabilités. L'à présent quarantenaire voyageait beaucoup depuis son entrée en fonction et l'obtention du titre de Ministre de la Défense. Récemment, il avait d'ailleurs dû se rendre sur Eden Prime, où les tensions étaient toujours palpables. De beaux discours, de belles promesses, un zeste de manipulation, telle était sa recette quotidienne en temps que politicien et figure majeure du Parlement humain. Mais, contrairement à beaucoup de ses collègues, Joshua faisait toujours en sorte de tenir ses promesses. Elles étaient pour lui un engagement qui nourrissait sa carrière. S'il ne les tenait pas, sa carrière s'en voyait entachée et la dernière chose qu'il désirait était d'être comparé à un politicien commun. Il désirait réellement faire bouger les choses pour assurer un futur solide pour son espèce. Il savait que la Grande Guerre n'était pas le seul défi que la communauté galactique allait devoir affronter. Il savait que dans les ténèbres se cachait encore des dangers auxquels ils allaient devoir faire face avec courage. Pour lui, l'avenir de la race humaine dépendait des autres. Seule, elle n'était bonne à rien, sinon la destruction. Unie avec ses voisines, il voyait là la seule solution pour un développement durable et fiable. C'est pour cela qu'il prônait l'entente et la collaboration inter-espèces.

Mais ce n'était pas pour entretenir ses relations étrangères que Joshua se dirigeait vers la Citadelle. Non, c'était pour une affaire interne, ne concernant que l'Alliance et ses têtes pensantes. En effet, une nouvelle tête venait de s'ajouter à l'échiquier, avec un rôle nouveau, celui de représentant des Biotiques humains, en temps qu'Ambassadeur. Le protocole exigeait de l'homme qu'il accueille ce nouveau venu, par pure politesse. Il devait connaître ses alliés... ou ses ennemis. Mais dans ce cas particulier, il s'agissait bien d'un ami, une amie même. C'était en effet une femme qui venait d'entrer en fonction et Joshua la connaissait... un peu. Il s'agissait d'une personne qu'il avait rencontrée sur Terre, lors de la résistance  contre les Moissonneurs. Alicia McColl, si sa mémoire ne lui faisait pas défaut. Il se souvenait qu'elle était encore une adolescente - de son point de vue, étant un vieux crouton à présent, selon lui - à cette époque, alors que lui venait d'obtenir son Master en politique et son fils. Elle devait avoir beaucoup changé depuis, devenue une véritable femme. D'une certaine manière, il se réjouissait de retrouver cette personne qu'il n'avait pas vue en douze années, mais il était également un peu anxieux. Se souvenait-elle de lui ? Si oui, quel souvenir gardait-elle de lui ? Il faut dire qu'il n'était pas au sommet de sa forme à l'époque. Son frère mort, son espèce en train de se faire massacrer par des entités synthétiques gigantesques et semblant invincibles... Joshua ne se le cachait pas, cela avait été une période de grande dépression pour lui, et cela l'avait suivi jusqu'en 2190, où il avait finalement décidé d'enfin se remettre en question et reprendre son avenir en main. Il avait perdu son frère, et failli perdre sa femme, qui l'avait tout de même divorcé, et son fils, tout cela à cause de ses conneries. Mais il avait limité les dégâts avant qu'il ne soit trop tard et avait renoué avec son ex-dulcinée, à présent amie. Cela lui permettait de rendre visite à son fils et s'amuser avec. En somme, les choses n'étaient pas si terribles. Et puis il était à présent Ministre de la Défense, et donc à même de protéger son peuple, en plus de gagner beaucoup d'argent, lui permettant de vivre confortablement. Son grand-frère devait probablement être fier de lui, où qu'il fût. Mais revenons-en à l'Ambassadrice, car nous dérivons du sujet. Si elle ne se souvenait pas de notre homme, ou si elle gardait un mauvais souvenir de lui, au moins cette rencontre allait-elle être une occasion de renouer des liens perdus et partir sur de nouvelles bases. En effet, Joshua était un autre homme depuis la guerre, il était confiant que cela permettrait un nouveau départ.

L'arrivée sur la Citadelle se fit tranquillement. Le Ministre de la Défense dut tout de même passer certains contrôles de sécurité, mais sa haute position politique lui permit de sauter certains protocoles et prendre des raccourcis que les civils sont obligés de prendre. En effet, il était un peu comme un VIP, accueilli avec politesse et officiellement. Il y avait même des journalistes, mais Joshua avait pris l'habitude de vivre avec eux. Ils faisaient partie de son quotidien et cela lui était banal. Il se contentait de répondre à certaines questions et, surtout, de les envoyer balader. Il n'avait jamais été très patient avec eux et ce n'était certainement pas aujourd'hui que cela allait changer. Le chemin jusqu'au Présidium se montra quelque peu longuet, mais il y arriva finalement. Il se laissa donc se faire diriger par son garde du corps vers son véhicule et y entra, laissant les soins de conduire à un pilote désigné. La voiture décolla et rejoignit la ligne de véhicules volants, le temps d'atteindre le secteur des Ambassades. Une fois là, une nouvelle marche s'imposa, jusqu'à ses appartements. En effet, il allait devoir rester quelques jours sur la station, le temps de remplir ses fonctions et, bien entendu, accueillir Alicia au sein du monde politique. Ils allaient très certainement se voir plusieurs fois, car ils avaient beaucoup à discuter. Son rôle à jouer dans le projet Ascension l'impliquait directement dans les affaires de Joshua, qui, du coup, allait devoir en parler avec elle, aussi bien de ses nouvelles responsabilités, que certains dossiers particuliers et l'Académie Grissom. Beaucoup de paperasse, des protocoles ennuyants, mais cela faisait partie du contrat qu'il avait signé en devenant Ministre de la Défense. Tout ce qu'il espérait était d'avoir un peu de temps pour quitter le professionnel et parler un peu plus librement. Après tout, il était encore humain et il n'y avait pas que le travail dans la vie.

Après une petite demi-heure à installer ses affaires, Joshua était prêt à quitter ses appartements pour rejoindre son bureau temporaire, qui se situait non loin de ses quartiers. On avait spécialement aménagé une pièce pour lui, le temps de son séjour, dans le but de lui permettre d'exercer son travail. C'était une attention qui lui était portée que l'homme appréciait particulièrement. Au moins, il aurait la paix et ne serait pas tout à fait dépayser de son poste de travail à Vancouver, ou celui dans la station Arcturus ! Il se mit donc en route, de bonne humeur et prêt à faire ce qu'il avait à accomplir. Arrivé à destination, après quelques minutes de marches et une descente en ascenseur, le Ministre de la Défense arriva dans son bureau et pris une minute pour inspecter les lieux. Tout était propre, il avait une jolie vue sur le lac du Présidium et il y avait même un mini bar rempli de ses alcools préféré. Ses hôtes n'avaient pas fait leur travail à moitié ! Joshua accrocha sa veste à un porte manteau et s'assis sur son fauteuil, testant son confort. Satisfait, il alla se verser un verre de rhum, décidant de tuer le temps en attente de l'arrivée de la nouvelle Ambassadrice. En effet, il lui avait fait venir une directive pour l'informer de rejoindre son bureau une fois son rendez-vous avec le Conseiller Hackett terminé. Il savait que cela allait lui faire enchaîner les rencontres officielles, mais, sur le chemin, le politicien avait décidé de ne pas rendre la chose réellement officielle et ne pas assommer la femme de procédures politiques. Non, ce n'était pas le Ministre de la Défense qu'elle allait rencontrer, mais un vieil ami. Mais, ça, elle ne le savait pas encore.



Dernière édition par Joshua Gordon le Lun 13 Oct 2014, 14:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance Interstellaire / Conseil de la Citadelle
Rang : Représentante Biotique Humaine
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2587-journal-d-une-biotique


Je fourre ce que je veux, où je veux
Messages : 423
Crédits : By Me

MessageSujet: Re: Une nécéssité embarquée   Mar 02 Sep 2014, 20:02
✿ Une nomination des plus inattendues

♠ Prise de fonction d’une représentante sur la Citadelle
►॥ ॥◄
RP essentiellement solo mais vous pouvez intervenir à condition que vous me préveniez par MP ou que je vous ai invité (ChatBox ou topic de recherche de RP). Les MJ peuvent intervenir à leur bon vouloir sans avoir besoin de me prévenir. Merci !

Le temps passe si vite qu’elle n’a pas vraiment eu le temps de voir le temps qu’elle a passé avec le Conseiller Humain du Conseil de la Citadelle. Bien qu’elle dura une bonne demi-heure voir même plus, Alicia n’a pas fait grand-chose d’extravagant avec Hackett. Loin de là… Hormis quelques banalités, ils ont surtout parlé de ce qui l’intéressait : les marches de manœuvres dont elle disposait pour ses actions. Et là-dessus, il a été honnête : il n’y avait pas encore d’Ambassadeur humain car le dernier en poste avait démissionné pour des raisons de santé. Manifestant un sourire en coin à cette nouvelle, elle avait donc une très grande marge de manœuvre. En effet, même si les biotiques sont humains, elle ne peut normalement pas faire grand-chose sans l’accord de l’Ambassadeur de l’humanité. En voilà une bonne nouvelle. Bien entendu, Hackett va même jusqu’à lui rappeler ce qu’était ses véritables fonctions. Ok, elle débute mais elle n’est pas une abrutie pour autant. Enfin, quoi, merde. Elle a travaillé pour l’un des plus gros projets de l’Alliance et elle en a diriger la barque pendant une dizaine d’années aux côtés de son père d’adoption qu’est Arthur Gordon. Elle devait l’admettre, c’est grâce à lui si elle a eu le courage de se présenter. Il l’a soutenu et même encore maintenant, il a encore annoncé aux journalistes qu’il allait la soutenir jusqu’à la fin de son mandat. Tient, d’ailleurs, il se termine quand son mandat ? Voilà une question qu’elle se pose. Cinq ? Six ? Dix ans ? Peu importe, elle savait qu’elle allait avoir beaucoup de boulot, encore pire qu’avant mais comme d’habitude, elle va s’organiser en conséquence.

Bien qu’elle ait encore beaucoup de mal à réaliser qu’elle était parvenue à ce nouveau poste, elle avait cependant conscience de ce qui l’attend. Elle était peut-être nouvelle dans le jeu de la politique mais cela ne voulait pas dire qu’elle allait se laisser faire et se laisser manipuler. Très terre à terre, Alicia a toujours été un caractère fort et ce n’est pas maintenant que cela va changer quelque chose. Restant dans le bureau du Conseiller Humain, les voix étaient présentes et discutaient de beaucoup de chose. Cependant, la nouvelle tête montante humaine avait un très bon cerveau pour enregistrer tout ça. Bien qu’elle ait encore quelques activités de recherches en cours, elle se devait de les terminer avant de se plonger entièrement dans le boulot d’Ambassadeur Biotique. Et puis, de toute façon, elle voyait bien le cours du « Vous serez la représentante humaine en attendant la nomination d’un ambassadeur.. ». C’est tellement gros qu’elle le sent venir à plein nez. Cependant, elle avait des choses à faire avant de faire quoi que ce soit. Contrairement à d’autre, elle ne peut pas se permettre de tout lâcher comme ça du jour au lendemain.

Après un entretien basé sur la bomme humeur et le travail, elle avait reçu ses instructions et elle savait ce qu’elle pouvait de ce qu’elle ne pouvait pas faire. De cette façon, elle allait pouvoir plancher sur des éventuelles idées. C’est une très bonne chose d’avoir toutes les bases nécessaires. Au moins, elle ne serait probablement pas seule. En effet, le Conseiller Humain lui a bien précisé qu’elle se verra affecter un assistant dans le cadre du métier. Bien qu’elle ne soit particulièrement pour, elle n’a pas vraiment le choix. C’est ainsi et pas autrement. Mais après tout, ce n’était qu’un détail et elle n’était pas du genre à filer le boulot à ses subordonnées… Bien au contraire, elle s’en occupe personnellement et cela a toujours été ainsi. Tout le monde pourra le confirmer à l’académie Grissom lorsqu’elle y travaillait encore. Elle est peut-être ambassadrice mais elle n’est pas une personne qui oublie ses origines. Loin de là. Elle est terrienne et américaine… Elle ne l’oubliera jamais tout comme elle n’oubliera jamais ce qui ne cesse de la hanter depuis toujours : L’invasion de la Terre par les Moissonneurs. Lorsqu’on est une adolescente, cela marque sans cesse et encore, avec le temps, elle s’estime heureuse d’être encore en vie et d’être une survivante… Ses parents et ce qui restait de ses proches… Comment oublier tout ce monde. C’est par cette guerre que tout avait changé… Absolument tout.

Arrivé un moment où elle entend quelque chose sonner et elle lève la tête vers Hackett qu’elle écoutait comme elle le pouvait. Malheureusement, cela lui arrivait d’être dans les nuages et de l’écouter que d’une oreille discrète. Celui-ci s’excuse et elle hoche la tête avec le sourire. Elle se trouvait assise avec les jambes entrecroisées. Rien d’alarmant en soi. Lorsqu’elle était assise, elle était habillée de façon élégante comme l’obligeait son nouveau poste. Sa tenue était fait en une seule pièce bicolore marqué par le violet et le noir avec de petites chaussures simples ressemblant à des ballerines. Il faut bien un peu d’élégance dans ce monde de brutes. Elle passe plusieurs dizaines de secondes avant que Hackett ne termine sa courte discussion. Cheveux lâchés, elle finit par tourner sa tête vers lui en gardant le sourire. Celui-ci revient vers elle et elle se lève car de toute façon, elle pense qu’ils en avaient terminés. Et puis, le temps du Conseiller Humain est assez précieux pour ne pas être perdu d’une manière aussi futile. Se mettant face à lui, elle lui sert la main une dernière fois avant de quitter son bureau. Le remerciant de son temps et de sa gentillesse, elle marche vers la porte qu’elle ouvre et elle le salue pour la dernière fois mais d’une manière qui l’ai peut-être surpris : un salut militaire.

Elle n’a pas été dans l’armée mais en raison de son ancien poste, elle a dû subir un stage parmi les militaires justement. C’est donc avec un grand sourire que ses pas résonnent dans le couloir qu’elle avait emprunté avant. Laissant ses mains le long de son corps, elle marche normalement mais avec de grandes enjambées. Restant silencieuse, elle se dirige vers le bureau de l’assistant qui l’avait accueilli en arrivant. Elle s’apprêtait à quitter l’Ambassade Humaine lorsque l’assistant la retient quelques secondes. Surprise, elle revient vers lui avec le sourire discret et calme. Posant ses mains sur le bureau, elle pose son regard foncé sur Armando.

« - Pardonnez-moi pour le dérangement mais on m’a demandé de vous communiquer une missive. »
« - Aucun mal et dites-moi dont ce qu’est cette missive ? »
« - Le Ministre de la Défense Terrienne vous attend dans son bureau. »
« - Très bien. Faites-lui savoir que je m’y rends sur le champ. Merci ! »

Ainsi le Ministre de la Défense désirait la voir ? Au départ, elle arque un sourcil et elle se permet d’ouvrir son onmi-tech afin de faire quelques recherches sur l’actuel ministre. Bien entendu, elle avait déjà quitté l’Ambassade et elle était sur la route du bureau du Ministre. Au départ, elle laisse le temps à son Onmi-tech de tout chercher mais celui-ci se met à sonner lorsqu’elle descend vers le présidium passant à côté d’autres ambassades. L’ouvrant une nouvelle fois, elle stoppe sa marche en voyant le nom : Joshua Gordon… Nom d’un petit bonhomme en mousse et d’une pipe en bois. C’était donc lui l’actuel ministre de la Défense ? Elle l’ignorait vu qu’elle ne passait jamais sur Terre, surtout ses dix dernières années. Nom de non, cela semble lui faire tout drôle. Bien qu’elle soit jeune à l’époque de leur rencontre, elle n’a pas oubliée… Parfois, elle se demande si la Grande Guerre n’arrête pas de la harceler et de la hanter mais finalement, elle n’a pas eu que de mauvais souvenirs de cette guerre et Joshua faisait partie de ce peu de bon souvenir de cette satanée guerre. Manifestant un grand sourire, elle ne s’attendait absolument pas à le rencontrer à ce poste… Comme quoi, le hasard fait bien les choses semble-t-il… Repensant rapidement au passé, elle montre un plus grand sourire. Combien de temps se sont écoulés depuis ? Dix ans ? Douze ans ? Cela date qu’elle ne se souvient pas de tout mais elle se souvient avoir fait allusion à lui lors d’un entretien d’embauche auprès du directeur de l’académie pour qui elle a travaillé ses dernières années. Restant à l’arrêt pendant quelques dizaines de secondes, elle reprend alors sa route. Avec e la chance, Armando lui avait expliqué où se trouvait le bureau du Ministre et elle ne devait pas se permettre de le faire attendre plus longtemps. Désactivant son onmi-tech, elle finit par se rendre sur place. Prenant une grande inspiration, elle frappe quelques coups à la porte du bureau avant qu’on ne l’autorise à entrer. C’est donc tout naturel qu’elle pénètre le bureau d’un ministre en pleine détente tenant son verre de rhum entre les mains. La porte se referme derrière elle et elle s’avance vers lui avec le même sourire qu’un peu plus tôt dans la journée.

« - Monsieur le Ministre … Enfin,  Joshua … Oh puis flûte, je ne sais pas comment je dois vou… t’appeler… »

Elle semblait hésitante dans ses propos mais uniquement parce qu’elle ne savait pas comment le nommer. Monsieur le Ministre ? Joshua ? Monsieur Gordon ? Elle en avait aucune idée et elle lève une main vers son front qu’elle pose entre les sourcils tout en lâchant un soupire. Cela commençait assez mal du coup. Retirant sa main, elle pose ses yeux ouverts sur lui attendant une réponse de sa part.

« - Cela faisait longtemps … N’est-ce pas ? »

Codage by Tricia Pearson






Récompenses 2014:
 

Surprise:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance Interstellaire
Rang : Ministre de la Défense
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2750-journal-de-bord-joshua-gordon


Maître du jeu
Messages : 82
Crédits : Moi-même

MessageSujet: Re: Une nécéssité embarquée   Mar 02 Sep 2014, 22:17
Une nécessité embarquée
"...Petites retrouvailles..."

Joshua était en train de déguster son verre de rhum. C'était de loin son alcool préféré, même s'il n'était pas considéré par la haute société comme étant une boisson "noble" à l'instar du whisky, que tout politicien se respectant buvait (et pas qu'eux, vu que toute personne importante, pour se donner un genre, avait sa propre cave). Mais l'homme n'était pas le genre de personne à suivre la mode pour se conformer à la norme. Non, il vivait pour lui-même et faisait les choses pour lui, ou pour l'Humanité. De ce fait, le rhum était sa liqueur de prédilection. Sucré, doux et apaisant, il était tout ce qu'il aimait dans un alcool. A titre de comparaison, il trouvait le whisky âpre, poussiéreux et tout simplement dégueulasse. Il ne comprenait pas comment on pouvait aimer cela, ou même le scotch. C'était absurde et tellement kitsch ! Tant pis pour les autres, ils ne savaient ce qu'ils rataient en se privant de la boisson exotique qu'était son alcool préféré. Pour Joshua, c'était un alcool qui pouvait se boire en toute occasion. Heureux, triste, en pleine journée, le soir, seul, ou en groupe, le rhum était cette boisson que l'on pouvait apprécier en tout temps de la journée, un peu comme le Coca-Cola, même s'il avait une sainte horreur de ce soda. Et puis, certains se demanderaient pourquoi boire de l'alcool de toute manière, comme il le faisait en ce moment précis. Eh bien c'était tout simplement un stimulant qui permettait au Ministre de la Défense de se détendre et ne pas laisser trop de pensées envahir son esprit. Il fallait savoir que son métier était très stressant, faisant se reposer un nombre considérable de responsabilités sur les épaules de la personne en charge. Cela pouvait d'ailleurs être un piège pour ceux buvant trop pour "oublier". Beaucoup de politiciens finissaient alcoolique, d'ailleurs, à force de trop boire. Mais Joshua n'était pas cette trempe, il en avait sous le capot et savait ce que c'était de se laisser aller. Il avait retenu la leçon et il allait en falloir beaucoup pour le faire replonger. Ainsi, il connaissait ses limites et, si son rhum journalier ne n'apportait pas l'effet escompté, il n'allait pas en prendre d'autres dans l'espoir de les avoir. Non, il passerait à autre chose, comme un massage, un film ou même un psychologue. Joshua ne lambinait pas sur les moyens, parce qu'il n'y avait pas de limite à ses options. Il possédait ainsi de nombreuses alternatives l'empêchant de sombrer dans l'alcoolisme. Il se demandait d'ailleurs des fois comment certains faisaient pour ne pas avoir de plans B. Pas très solide au niveau de la tête, voilà ce qu'ils étaient !

Mais c'est alors que l'on toqua à la porte. Aussitôt, le Ministre de la Défense se retourna vers l'origine du bruit et, d'une voix forte pour qu'on l'entende, intima l'arrivant à entrer. Etait-ce Alicia ? Elle aurait fait très vite, dans ce cas ! Mais ce n'était pas pour lui déplaire, dans tous les cas. Mais, alors que les panneaux automatiques s'écartèrent pour dévoiler le nouveau venu, c'est de la déception que ressentit Joshua. Il s'agissait tout simplement de son secrétaire, avec des dossiers aux mains, lui annonçant qu'il avait reçu toute cette paperasse de divers tiers qui allaient devoir requérir l'attention du quarantenaire. Alors que le jeune homme commença à bredouiller des explications et transmettre certaines informations, Joshua leva la main pour l'intimer à se taire et accompagnant le geste d'un « Oui, oui, c'est très bien, foutez-moi la paix maintenant, j'attends quelqu'un ! Je verrai vos dossiers ce soir. » Joshua pouvait en effet être quelque brusque lorsqu'on l'ennuyait. Il fallait dire qu'il venait d'arriver sur la Citadelle et qu'il n'avait pas l'esprit à travailler. Il réglerait les problèmes qu'il devait étudier lorsqu'il en aurait la motivation et les personnes devant discuter avec lui allaient devoir attendre encore un peu. Ils n'étaient de toute manière pas à un jour près. Dans la vie, il fallait savoir se montrer patient et c'était une leçon que l'homme aimait beaucoup enseigner à ceux qui se montraient trop insistant. Mais sous ses allures de flemmard désinvolte se cachait un homme de parole qui faisait son travail quoi qu'il arrivât. Il était fiable, mais simplement capricieux. Il fallait apprendre à vivre avec, lorsqu'on venait à travailler avec lui. Mais, attirez l'attention du ministre, ou gagnez ses faveurs, et il trouvera toujours du temps à vous accorder, en toute circonstances. Cela fonctionnait particulièrement bien avec les femmes. Eh oui, tout le monde a ses petites faiblesses ! Mais il était dur de les exploiter avec notre homme, car s'il se montrait sensible vis-à-vis d'elles, il savait de pas s'y abandonner et faire de ce point faible un talon d'Achille. Ah, les femmes et Joshua ! Une longue histoire... d'amour...? Et de sexe. Oui, définitivement le sexe. Et un peu d'amour. Ou peut-être juste l'amour de la femme ! Oui, il s'agissait clairement de ce dernier, en fait. Mais qu'importe ! Tout ce qu'il faut savoir avec lui, c'est qu'il ne faut pas lui faire chier, à moins d'être une femme.

Soudain, alors que Joshua s'enfonçait dans ses pensées (il faut savoir qu'il possède une grande imagination), on toque à nouveau à la porte. Il y avait intérêt à ce qu'il ne s'agisse pas du secrétaire, ou il allait ressortir avec un coup de pied au cul ! Mais, avant de partir sur ses grands chevaux, le ministre soupire un coup et, comme il l'avait fait un peu plus tôt, relance son "entrez". Cette fois-ci fut la bonne, car ce n'est pas le jeune homme de tout à l'heure qui entra, avec sa nonchalance, mais bien la nouvelle ambassadrice en personne, celle que notre homme attendait, Alicia McColl. Il ne la reconnut d'ailleurs pas tout de suite, tant elle avait changé en douze années ! Elle n'était plus l'adolescente crasseuse de ses souvenirs, mais bel et bien une femme affirmée et... oui, resplendissante était le bon terme. Elégamment habillée, les cheveux défaits et bien maquillée, elle était très plaisante à voir. Joshua avait bien fait de l'inviter à lui rendre visite, cela le rendait tout de suite dans une meilleure humeur. Il en avait déjà oublié l'existence de la pile de dossier sur son bureau. Un peu bredouille, hésitant entre la formalité et familiarité, et ajouter que cela faisait longtemps que nous nous n'étions pas vu. C'était vrai. Douze années. Pas un seul contact depuis la fin de la guerre.

- Trop longtemps, même ! répondit Joshua, avec un sourire. Un verre de rhum ? Oh et... pas de "ministre" ou quoi ce soit avec moi, c'est déjà assez rébarbatif d'entendre tout le monde t'appeler comme ça, on ne va pas s'emmerder à jouer les snobs !

Sans attendre une vraie réponse de la part d'Alicia, Joshua alla chercher un deuxième verre et y versa du rhum, sans totalement le remplir. Au pire, si elle n'en voulait pas, elle n'avait qu'à ne pas le boire, il ne lui en tirer préjudice.

- Alors, comment vas-tu ? demanda-t-il en tendant le verre. Je dois dire que tu as beaucoup changé depuis la dernière fois que je t'ai vue. Et pas en mal !

Ouais, un poil trop direct, mais Joshua n'était pas du genre à se faire de souci dans ce genre de situation... Non, ce n'est pas vrai, au fond, il se donnait des baffes imaginaires pour avoir osé dire ça.

- Désolé, je commence bien, à dire des trucs tendancieux...! ajouta-t-il rapidement. Ce n'était pas voulu, je voulais avant tout dire que tu as bonne mine.



Dernière édition par Joshua Gordon le Lun 13 Oct 2014, 14:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance Interstellaire / Conseil de la Citadelle
Rang : Représentante Biotique Humaine
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2587-journal-d-une-biotique


Je fourre ce que je veux, où je veux
Messages : 423
Crédits : By Me

MessageSujet: Re: Une nécéssité embarquée   Sam 13 Sep 2014, 23:50
✿ Une nomination des plus inattendues

♠ Prise de fonction d’une représentante sur la Citadelle
►॥ ॥◄
RP essentiellement solo mais vous pouvez intervenir à condition que vous me préveniez par MP ou que je vous ai invité (ChatBox ou topic de recherche de RP). Les MJ peuvent intervenir à leur bon vouloir sans avoir besoin de me prévenir. Merci !

Eh oui, elle n’était plus l’adolescente qu’il avait connu lors que la Grande Guerre où elle participait activement à la survie de tout le monde. A l’époque, on lui reprochait de trop manger mais c’était tout à fait normal puisqu’elle était biotique. Elle l’est toujours d’ailleurs et c’est bien un point qui n’a absolument pas changer. On ne pouvait pas dire que la Grande Guerre lui avait permis de s’habiller ou de se maquiller comme elle le voulait. Bien loin de là… Comme la plupart des résistants civils, elle ne ressemblait à rien de plus qu’une adolescente inconsidérée qui était sans cesse sale… Mais elle n’était pas la seule dans son cas…. Lui, plus âgé, avait fini par devenir aussi sale qu’elle et le miracle était lorsqu’ils trouvèrent de l’eau pour boire et se laver. Bien que cela soit Anderson qui mena la rébellion, la priorité allait toujours aux militaires. Avec le temps, cela avait attiré la colère de la jeune fille qui n’avait pas la totalité des éléments… Mais là où la guerre a bien agit c’est que les moyens de défense de l’adolescente devenue une femme mature et agréable. Oh que oui… Même d’un point de vu caractère… Elle avait su trouver l’équilibre entre ce qu’elle est, ce qu’elle doit être et qu’on ne la fasse pas chier. Représentante peut-être mais elle connaît son poste et la biotique est avec elle depuis son plus jeune âge. En effet, elle a eu son premier implant peu de temps avant la Grande Guerre mais elle avait eu le temps d’être préalablement formée à l’usage des capacités qui accompagnent ce statut. Car oui, il est de notoriété public qu’elle est une biotique indépendante mais tout aussi redoutable. Pourquoi ? Parce que personne ne connaît l’étendue de ses capacités biotiques. C’est aussi simple que ça. Relativement discrète sur sa vie privée, les médias cherchent des scoops la concernant mais pour le moment, on ne peut pas dire que cela vole haut.

Car malgré qu’on en sache beaucoup sur la nouvelle représentante, personne n’avait d’information sur ses proches ou ses éventuels amants. Le ministre en faisait-il parti ? Pas selon ses souvenirs et puis, elle était encore une jeune adolescente qui cherchait à survivre dans son monde envahi par des trucs dont toutes les descriptions seraient obsolètes et les deux concernés se trouvant dans ce bureau le savaient très bien. Aujourd’hui, la petite Alicia était devenue autre chose et elle entrait jouer dans la cour des grands après s’est dissimulé pendant plus de dix ans. Pourquoi ? Disons qu’elle avait des obligations concernant son poste précédent et dans le fond, elle espérait que Joshua ne lui en voudrait pas. Ils s’étaient promis de rester en contact… Chose qu’elle n’a pas pu tenir depuis la Grande Guerre où chacun avait pris sa propre route… Et voilà qu’aujourd’hui, leurs chemins se croisent à nouveau. Serait-ce le hasard ou bien était-ce volontaire ? Allez savoir… Dans son cas, elle ne s’attendait pas à le voir à ce poste mais elle doit bien reconnaître que ses années isolée ne l’ont pas aidé à se tenir au courant des choses se déroulant ailleurs. Il faut dire qu’elle avait beaucoup de boulot et elle reste une véritable accro même si elle essaye de lever un peu le pied. Elle n’a pas à se plaindre de sa vie : elle est très bien payée et cela risque d’augmenter avec son accession à ce poste, elle a ses quartiers ici sur la Citadelle et elle dispose d’un vaisseau diplomatique… Autant dire que ce sont des atouts non négligeables. Peut-être, va-t-elle penser à acheter un appartement sur terre, qui sait ?

Oh, elle verra bien… Après tout, elle n’est pas à ça près et Alicia n’est absolument pas dépensière… Pour le plus grand malheur de son banquier qui voit les comptes de la jeune femme augmenter de mois en mois… A Grissom, hormis pour son implant, elle n’a rien dépensé sauf  le strict nécessaire bien entendu. Mais autant dire qu’elle gagnait beaucoup trop par rapport à ce qu’elle dépensait. Et même beaucoup de ses ex-collègues en étaient surpris. Non Alicia n’est pas de ce bord-là même s’il va y avoir de l’activité sur ses différents comptes à l’avenir. Il va falloir qu’elle fasse les courses pour remplir ses placards et son frigo mais aussi les différentes soirées mondaines ou les restaurants… Bref, des soirées et des soirées en perspective… Elle qui n’est absolument pas habituée … Quand on passe de l’ombre à la lumière, on a forcément besoin de temps pour trouver ses marques et ses repères et elle va en avoir pour un moment. Elle n’a jamais fait de politique de sa vie et elle se retrouve en plein dedans à l’âge de trente et un ans… Comment doit-elle réagir finalement ? En arrivant, elle était venue vers Joshua afin de lui serrer la main. Un minimum quand même. Après libre à lui de faire autre chose avec sa main à condition que la brunette soit d’accord. Après les simples formalités, elle montre un sourire en hochant la tête.

« - Ca me va mais pas de titre. Ce serait déplacé de te demander de m’appeler de la sorte. Et oui merci pour le rhum »

Le temps qu’elle eut le temps de lui dire « oui », il s’était déjà lever et avait déjà rempli un verre pour elle. Il va vite dis donc. En règle générale, elle ne boit pas, sauf pour quelques rares occasions… Sur l’instant, s’en était une puisqu’il s’agissait de retrouvailles entre deux résistants terriens de la Grande Guerre. Elle pose alors ses yeux sur le verre et elle l’attrape en venait déposer un baiser sur la joue comme à l’époque où elle n’était qu’une adolescente. C’était leur signe de remerciement commun. Pour elle, cela n’avait pas changé malgré les années qui ont passées et maintenant qu’il était devenu le ministre de la Défense, il était au courant de tout ou presque peut-être. Gardant le verre en main, elle garde le sourire et elle le regarde dans les yeux. Juste avant qu’elle ne s’empare du verre, il lui avait demandé comment elle allait… Mais c’est aussi une question qu’elle va devoir lui renvoyer car ils n’ont pas eu de contacts depuis douze ans et la représentante ne l’avait pas oublié. Comment l’oublier alors qu’il a été le seul à rester avec elle alors que les temps étaient très rude, plus pour elle que pour les autres… Elle lève son autre main pour replacer une mèche de cheveux en arrière pour lui répondre sincèrement et honnêtement.

« - Je vais bien. Comme tu peux le voir, j’ai fait mon petit bonhomme de chemin depuis la fin de la Grande Guerre…  Tout comme tu as tracé le tien… C’est bien que tu sois devenu Ministre de la Défense car cela va me permettre d’être franche sur mon parcours … Et toi, comment vas-tu ? »

Elle était restée assez floue car ils en avaient des choses à se dire. Comme des amis quoi. Elle prend une gorgée de rhum après avoir levé son verre à lui. Elle avait bel et bien entendu la seconde partie de sa phrase concernant son changement mais elle n’avait pas été plus loin. Néanmoins, le rajout fait d’abord sourire la jeune ambassadrice puis elle le regarde dans les yeux avant de rire. D’un coup, cela pouvait rassurer Joshua sur le fait qu’elle avait un minimum d’humour et sur le fait qu’elle avait grandie aussi. Rien de bien méchant. Et puis, chose qui pouvait le surprendre, elle était aussi franche que lui. La preuve… C’est limite si elle ne va pas de lui donner une occasion d’aller plus loin avec la jeune femme qu’il avait connu très jeune.

« - Dis le de suite si tu veux aller plus loin… Tu n’es pas mal non plus… »

Cela avait le mérite d’être clair mais pour le moment, hormis le fait qu’ils ont vécu ensemble la Grande Guerre, il reste son supérieur et son ami. Après, on ignore ce que la vie réserve… D’un autre côté, elle n’a jamais été mariée et elle n’a pas d’enfant. Et autant dire que sa vie sexuelle ne s’est résumée qu’à des prétendants qui ont fini par la laisser tomber. Sympa non ? Dans le fond, elle reste libre et elle aime sa nouvelle liberté mais elle n’est absolument pas libertine.


Codage by Tricia Pearson






Récompenses 2014:
 

Surprise:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance Interstellaire
Rang : Ministre de la Défense
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2750-journal-de-bord-joshua-gordon


Maître du jeu
Messages : 82
Crédits : Moi-même

MessageSujet: Re: Une nécéssité embarquée   Ven 19 Sep 2014, 16:19
Une nécessité embarquée
"...Petites retrouvailles..."

Lui faire la bise rappela à Joshua quelques souvenirs qu'il avait de la guerre mais qu'il gardait dans un coin de sa mémoire sans y penser toujours. C'était une vieille habitude que les deux adultes avaient développée au fil des jours passés ensemble. Lors de périodes obscures et violentes, les gens ont tendance à se rapprocher, sans doute par instinct de survie, ou peut-être par recherche de contact, dans le but de s'écarter momentanément de la réalité, d'oublier les atrocités commises, de chercher à obtenir un peu de lumière lorsque l'ombre est la seule chose qui nous entoure. L'être humain n'a jamais été un animal solitaire, mais bel et bien une créature vivant en communauté, en famille, et ce trait de caractère primaire ressortait lorsque la mort n'était pas loin, car l'union fait la force et seul, l'Homme n'est bon à rien. Ainsi, victimes de leur propre instinct, les deux futurs politiciens avaient appris à se supporter l'un et l'autre, à se connaître et même cohabiter. Cela n'aurait peut-être pas été possible en temps de paix, leur caractère étant bien distinct et leur âge d'antan formant une vision du monde, une mentalité, différente. Mais leur petite bulle, leur sphère privée, leur vie toute entière avait été ébranlée par l'arrivée des Moissonneurs et tout avait changé. Résultat des courses, deux personnes, une adolescente et un jeune universitaire, étaient devenus... proches, leur relation ne pouvant s'apparenter à de l'amitié ou tout autre chose, leur étant propre et particulière. D'un côté, Joshua était celui gardant un œil sur Alicia, veillant sur elle, et d'un autre, la fille, déjà habité d'une certaine maturité à cause de la guerre, était une sorte de cadre pour le futur ministre, qui lui évitait de faire des bêtises, ou autres. Mais outre ce lien que l'on pourrait associer à de la fraternité, il y avait effectivement une certaine amitié, une admiration et même un ressentiment mutuel, menant à des petites disputes, des exaspérations et des réconciliations. On ne pouvait leur reprocher la complexité de leur relation, rien n'étant facile lorsque le monde semble toucher à sa fin, où les fondements d'une civilisation paraissent s'effondrer.

Et après douze années, les traces de ce qu'ils avaient vécu étaient toujours bien imprimées en eux, sans que Joshua ne s'en rendît compte. Ils avaient vieilli, gagné en maturité, vécu des choses bien différentes, suivi un parcours distinct et séparé, mais, au final, certaines choses, malgré tout cela, ne semblait pas changer, et cela ne se limitait pas seulement à leurs simples habitudes. En effet, à présent Ministre de la Défense et Ambassadrice biotique de l'Alliance, Joshua et Alicia se trouvaient grossièrement dans la même situation que lors de la Grande Guerre, l'homme occupant un poste important et rempli de responsabilité, devant indirectement s'occuper de la femme, qui elle aussi avait des reçu des responsabilités qu'elle n'aurait jamais soupçonner devoir assumer. C'était certes bien différent du soldat et de l'adolescente, mais il y avait quelque chose en cette situation qui, dans l'esprit de Joshua, lui rappelait cette situation. Alors bien entendu, les choses n'allaient plus se dérouler de la même manière à présent ; Alicia était devenue une adulte responsable - plus qu'elle ne l'était déjà pendant la guerre - et une femme accomplie, il n'allait donc pas devoir veiller sur elle comme ce fut le cas avant. Mais il se plaisait à se dire que même avec cela, il allait devoir garder un œil sur elle. Certaines choses ne changeaient pas.

Lorsqu'elle parla d'être franche vis-à-vis de son parcours, Joshua ne put s'empêcher d'avoir un petit sourire en coin. Quand n'avait-elle pas été franche avec lui après tout ? Sa position de Ministre de la Défense n'allait de toute évidence pas changer la donne. Et malgré son rang, assez influent, par rapport à celui d'Alicia, cette dernière ne semblait pas intimidée le moins du monde, ce qui rassura quelque peu le politicien, qui n'aurait pas voulu qu'une certaine gêne s'installe entre eux. Et puis cela lui faisait plaisir d'avoir enfin un "collègue" avec qui il pourrait parler librement, sans se plier aux conformités de leur profession. Joshua était après tout un homme très "cool", qui ne correspondait absolument pas à l'image que les gens se faisaient du rôle de ministre. On le prenait même pour un rigolo, un amateur, des fois. Mais, au final, il accomplissait toujours son devoir. Cela exaspérait d'ailleurs les autres membres du Parlement, qui voyaient en Joshua une constante provocation. Mais lui n'avait que faire de l'image qu'il pouvait avoir à leurs yeux ; il riait même de leur jalousie.

- Eh bien, comme tu peux le voir, les choses vont plutôt bien, répondit-il en buvant une petite gorgée de rhum. Ministre de la Défense, vieux, mais avec encore toutes mes dents et l'énergie d'un jeune poulain, pas un cheveu gris... la vie est plutôt bonne. Bon, bien entendu, ça n'a pas toujours été ainsi, mais disons que j'ai pas mal remonté la pente depuis. Mais parlons plutôt de toi, qu'est-ce qui a mené la jeune biotique que j'ai connue à devenir Ambassadrice ?

Une question légitime, après tout, car, de ce dont il se souvenait, elle n'avait jamais vraiment fait preuve d'un intérêt quelconque pour la politique. Bien entendu, en douze années, les choses changent beaucoup, mais Joshua n'aurait jamais imaginé Alicia se lancer dans ce domaine. Pas qu'elle n'avait pas le profil, ou la carrure, mais simplement que pour l'avoir connue sous un autre visage, il n'aurait pas pensé la voir un jour porter la veste d'Ambassadrice.

Mais la conversation pris une tournure inattendue, suite à la maladresse de Joshua. Alors qu'il ne s'attendait qu'à de simples retrouvailles, papoter un peu et rattraper le temps perdu, la discussion dériva quelque peu vers... autre chose. Cela pris l'homme au dépourvu qui eu un petit rire gêné, ne sachant trop quoi répondre à l'avance de la jeune femme.

- Toujours droit au but, hein ? déclara-t-il en se grattant l'arrière de la tête. Eh bien... Tu me prends un peu au dépourvu, mais... Pourquoi pas ? Je ne sais pas trop quoi dire de plus. Tu n'es plus l'adolescente que j'ai connue, alors... Les choses changent !

Et ce fut le moment où Joshua ne sût quoi faire. Il était là, appuyé contre son bureau, face à Alicia, les deux un verre de rhum à la main, et se parlant pour la première fois depuis douze ans et ayant décidément dirigé la conversation... ailleurs. Il ne savait pas quel genre de femme elle était devenue et, de ce fait, ne savait pas à quoi s'attendre, s'il devait faire quelque chose ou non. C'était bien une première, d'ailleurs. Il fallait croire qu'il y avait effectivement une première fois à tout.



Dernière édition par Joshua Gordon le Lun 13 Oct 2014, 14:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance Interstellaire / Conseil de la Citadelle
Rang : Représentante Biotique Humaine
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2587-journal-d-une-biotique


Je fourre ce que je veux, où je veux
Messages : 423
Crédits : By Me

MessageSujet: Re: Une nécéssité embarquée   Mar 23 Sep 2014, 23:13
✿ Une nomination des plus inattendues

♠ Prise de fonction d’une représentante sur la Citadelle
►॥ ॥◄
RP essentiellement solo mais vous pouvez intervenir à condition que vous me préveniez par MP ou que je vous ai invité (ChatBox ou topic de recherche de RP). Les MJ peuvent intervenir à leur bon vouloir sans avoir besoin de me prévenir. Merci !

Il faut avouer que se faire la bise après douze ans, cela fait presque étrange. Cependant, cela fait remonter quelques souvenirs de l’époque. Mais c’est vieux et ils étaient devenus des adultes responsables disposant de responsabilités avec un poste dont il n’aurait pas pu se douter à l’époque. Elle, une simple adolescente, qui devait se battre contre les moissonneurs et qui y parvenait haut la main et lui, un homme plus gradé qu’elle, qui devait survivre. Mais malgré l’avantage de sa biotique en combat, elle a dû apprendre à chasser seule et à survivre contre les conditions difficiles. En effet, elle a dû mettre sa propre santé en danger en diminuant ses repas. Car oui, le problème est qu’elle mangeait trop et cela ne plaisait pas. Cependant, elle a fini par en devenir malade et la seule chose qui l’a sauvé, c’est l’intervention militaire qui a rappelé les fondements. Mais bon, malgré les conditions difficiles, elle est toujours là. Douze années se sont écoulées et elle était devenue un membre du Conseil bien qu’elle ne soit pas ambassadrice de l’espèce humaine… Pour le moment, elle représentant les biotiques et c’était déjà bien. Il y a encore quelques années en arrière, elle ne se voyait absolument pas dans le domaine politique. Il faut dire qu’elle avait une très bonne place en tant qu’adjointe de l’académie Grissom où elle enseignait et où elle travaillait aussi en tant que scientifique en chef responsable du projet Ascension. Elle pourrait en parler en long, large et en travers de ce projet. Lorsque Kahlee Sanders l’a abandonné, c’est son ami Arthur Gordon qui l’a repris et elle a été la première à se joindre à lui malgré le fait qu’elle ne soit pas d’accord avec l’Alliance sur la façon de traiter les biotiques. En effet, l’Alliance voyait en eux une arme pour lutter contre les autres espèces mais Alicia n’était pas d’accord et elle l’a bien fait comprendre. Il ne faut pas la prendre pour une abrutie car ce serait vous trompez sur elle.

Elle était restée plus de dix ans là-bas et elle avait fait son temps. Mais à son départ, du sang neuf coulait dans l’académie et cela lui avait fait vraiment plaisir. Son vrai regret était de ne pas avoir mis fin au projet alors que les objectifs principaux fixés ont bel et bien été remplis. Malgré tout ça, elle reste unie à l’alliance Interstellaire par la clause de non divulgation. Cette clause lui interdit de parler du projet. En outre mesure, cela ne semble pas la gêner plus que ça surtout qu’avec le Ministre de la Défense, elle pourra lui en parler sans se retenir. Pourquoi ? Parce qu’il représente le ministère avec lequel elle est liée et dont s’il le veut vraiment, il peut mettre fin à cette clause qui ne semble pas la paralyser plus que ça. Sur son CV, c’est marqué enseignante en biotique à l’académie mais sans aller plus loin. Bien sûr vu qu’elle est diplômée, elle est obligée de mettre son titre de Docteur mais en dehors de ça, elle ne cherche pas à finir dans la recherche. Si elle voulait rester dans ce domaine, elle pourrait avoir le poste qu’elle veut où elle veut vu qu’elle est reconnue comme experte en biotique depuis des années. Contrairement au sang neuf, elle n’a pas besoin de faire ses preuves, elle est reconnue par ses paires et par les autres espèces comme telle alors elle ne chipote pas pour un titre de plus ou de moins. Ce n’est vraiment pas son genre. Tout comme ce n’est plus son genre de se laisser intimider par des rangs ou des postes supérieurs au sien. On n’a jamais réussi à l’acheter et ce n’est pas maintenant que cela va arriver. De l’argent ? On ne peut pas dire qu’elle en manque au vu de plus de dix ans de salaire dont elle s’est très peu servie sans oublier sa solde qui explose avec son nouveau poste. Dont l’argent, elle n’en a pas besoin et elle fait à peu près ce qu’elle veut. Au point qu’elle pense même acheter une demeure sur Terre … Mais pas un petit… Il faut que des années de salaires… Faut bien que cela serve quelque part et ce n’est que la juste récompense de son dur labeur lorsqu’elle était sur Grissom.

Observant Joshua, elle n’est pas du tout intimidée par le rang de celui-ci et pour être honnête, elle n’aurait pas aimé l’appeler par son titre en privé… Ce n’est pas comme si elle l’avait connue avant qu’il en arrive là. Cela en aurait été vexant… Trop vexant. Verre à la main, elle le garde tout en laissant ses yeux observés son ami partout. Il semblait assez élégant tout en étant lui ? En fait, elle ne peut pas vraiment dire ça vu qu’elle  ne l’avait jamais vu… Même avec la Guerre… La guerre est une source de stress qui peut déranger surtout lorsqu’on doit résister à l’envahisseur. A cette époque, elle se défendait et il fallait bien qu’elle reste debout et surtout qu’elle ne se fasse pas tuer. Joshua l’avait vu employer ses capacités biotiques pour se défendre et cela ne lui a jamais fait défaut… Dans le fond, personne ne connait véritablement la puissance de l’ambassadrice, ce qui permet d’avoir un avantage tactique non considérable le jour où elle doit faire appel à eux pour X ou Y raisons. Et elle aime bien conserver ça pour elle car elle s’entraîne tous les jours. Enfin, elle s’entraînait tous les jours car c’est moins évident depuis qu’elle a quitté l’académie. Là-bas, les locaux étaient aménagés pour ça, ce n’est pas vraiment le cas ici sur la citadelle hormis peut-être vers les casernes du SSC mais la question est : la laisseront-elle s’entraîner comme elle a l’habitude de le faire ? Ce n’est même pas sûr… Elle ne prendra donc pas de risques en allant demander. Au pire, elle s’entraînera dans son bureau ou installera une pièce exprès dans son vaisseau diplomatique afin de ne jamais déranger personne.

Elle garde son verre et vient se mettre non loin de lui avec le sourire. Elle semblait avoir changé. Elle aimait les choses simples de la vie sans se prendre la tête. Là-dessus, elle n’a pas changé. Elle vit sainement et simplement sans s’étendre plus que ça. Elle restait discrète notamment sur sa vie passée. Elle se rappelle l’interview qui passait lorsqu’elle était dans le vaisseau pour aller à son investiture… A chaque fois qu’on lui posait des questions qu’elle estimait indiscrètes, elle disait clairement qu’elle ne répondrait pas. Et pour cause, cela ne regarde personne sauf elle et les membres de son entourage. C’est tout. Elle avait ce regard malicieux de l’adolescente sauf qu’elle était une adulte qui savait très bien où elle mettait les pieds. Heureusement d’ailleurs… Ou pas… Elle reconnait elle-même n’avoir jamais fait de politique mais elle se lançait pas la tête la première…  Oh non. Hackett l’avait déjà aidé sans oublier le reste du personnel de l’Ambassade Humaine. Bien que personne ne puisse véritablement l’aiguiller dans son domaine, il y a des choses qu’elle devait apprendre. Elle fera probablement des erreurs mais elle ne les fera pas deux fois. Alicia est peut-être une débutante mais elle apprend très vite de ses erreurs et elle estime que si on l’a placée là, ce n’est pas pour rien… Elle espère donc s’occuper au mieux du rôle qu’on lui a confié même si pour le moment, il y a un grand fossé entre elle et la politique. Mais il faut un début à tout. Puis son ami d’infortune lui demande de parler d’elle et elle montre un grand sourire. On ne peut pas dire qu’elle a eu une vie palpitante. Buvant une gorgée de son verre, elle prend le temps de l’apprécier avant de répondre à sa question.

« - C’était un défi que mon ami ,directeur de l’académie Grissom, m’a posé.  Et honnêtement, je n’aurais jamais pensé finir à ce poste. Mais après plus de dix ans d’enfermement dans cette station d’éducation avancée, il était peut-être temps que je regagne la civilisation… Je n’ai fait que ça. Après la Grande Guerre, j’ai terminé mes études et j’ai obtenu mon doctorat en génétique. De là, j’ai entendu parler d’une académie qui était réservé aux biotiques. J’ai postulé et j’ai obtenu un poste d’enseignante.  A partir de là, j’ai fait toute ma carrière là-dedans. Mais pour être honnête et puisque tu es ministre, il y a une « branche » de l’académie qui est encore dans l’ombre aujourd’hui : le Projet Ascension. Ce projet est jalousement conservé par l’Alliance Interstellaire…  »

Elle était très honnête mais elle n’avait pas oublié ce qui la lie au département de la Défense de l’Alliance. Et puis même. Qui lui dit que le bureau n’est pas surveillé ? Elle n’en sait rien et elle devait rester discrète. Cependant, son ami est ministre de la Défense et d’une certaine façon, elle est liée à vie à son département. Si elle venait à révéler tous les secrets de ce projet, elle risque de se faire exécuter sans sommation pour trahison et elle n’y tient pas plus que ça.  Finalement, elle lâche un soupir en fermant les yeux quelques secondes… Jouant un peu avec le verre, elle se pince les lèvres comme si elle regrettait de lui en parler… Mais elle ne peut pas le laisser dans l’ignorance alors que ce projet est un projet de haute sécurité de la Défense…  Ouvrant les yeux, elle les tourne de nouveau vers lui et elle se décide à reprendre la parole.

« - Je suis normalement tenue au secret défense mais vu que tu es le responsable du département auquel je suis liée, je pense que la clause n’a pas d’effet… … … … … … … … Le projet Ascension est particulier dans son genre. En effet, en plus d’éduquer les biotiques, l’académie les forme afin qu’ils rejoignent une branche spécifique de l’armée à leur sortie. De vrais petits soldats mais pas uniquement. Des études très poussées en biotiques et en génétiques sont menées là-bas afin de rendre les humains biotiques plus puissants et plus stables.  Une fois que j’ai mis les pieds là-bas, j’étais non seulement enseignante mais j’étais aussi scientifique. Au fil des années, j’ai pris des galons et je suis devenue Vice-Directrice de l’établissement ainsi que la responsable scientifique du projet Ascension… Mais rapidement, je n’ai pas apprécié ce qu’on faisait subir aux biotiques…  Merde, ce sont des gosses…  Je ne suis pas insensible et personne dans le personnel de cette station ne sait ce que c’est d’être un cobaye … Alors j’ai cherché à quitter les lieux … »

Posant son verre, elle se dirige vers une des fenêtres. Elle se sentait mal à l’aise. Le simple fait de se souvenir de ce qui s’était passé avant la Grande Guerre lui donne des frissons. Elle ferme les yeux en baissant la tête. Elle a vécu l’aspect cobaye lorsqu’on lui a mis son implant et lorsqu’elle a appris à se servir de ses capacités. Machinalement, elle vient placer une de ses mains dans sa nuque afin de contrôler que son implant s’y trouve toujours. Relevant la tête, elle laisse ses yeux vagabonder sur la vue. Par ailleurs, elle remarque la présence d’un geth qui traine des pieds, tête baissée près d’un point d’eau et un…  un quoi ? Elle écarquille les yeux en voyant la chose qui se trouvant près du geth… Il s’agit d’un varren et qui broute de l'herbe en prime. Mais ce n’est pas interdit d’en avoir un sur la Citadelle ? Levant sa main pour venir la placer sur son visage, elle se cache les yeux pour essayer de reprendre son sérieux un instant. Elle n’était pas obligée d’en parler mais elle ne pouvait pas rester insensible à ce qui se passait là-bas. A onze ans, on les opérait pour leur mettre un implant mais aussi des aiguilles dans les vertèbres afin de récolter des données…  Ce n’est pas rien tout de même … Ce ne sont que des enfants… Et autant qu’elle n’approuve pas mais alors vraiment pas. Secouant sa tête, elle essaye d’oublier ce qui venait de se passer mais on ne peut pas oublier  des évènements qui ont marqué sa vie comme ça. Encore moins lorsqu’on est un cobaye… Puis, Joshua reprend la parole et elle lève la tête ers lui avec un petit sourire en coin. Revenant vers lui, elle reprend le verre qu’elle avait posé et elle en boit une très grande gorgée. Elle manque de s’étouffer en riant lorsqu’elle voit la tête du ministre à ce moment-là. Elle éloigne le verre et elle tousse tout en riant. C’est malin, voilà qu’elle manque de mourir étouffer avec ces âneries. Prenant le temps de se calmer, elle finit par lui dire.

« - Tu aurais dû voir ta tête. J’aime te mettre dans l’em ... comme  … »

Elle garde le sourire taquin et elle respire calmement pour se calmer un peu. Le coup du verre l’avait un peu calmé et apaisé. Il faut dire qu’elle a toujours envie de rire et de faire quelques bêtises mais avec son poste, elle ne peut pas se le permettre. Elle n’est plus une vulgaire scientifique qui travaille dans l’ombre mais elle était une Ambassadrice et elle se devait d’être une personne appréciable par ce qu’elle fait et par son statut. C’était important. Maintenant, quand on est en politique, il faut faire attention à tout ce qu’on dit et ce qu’on fait. Elle n’a pas le choix malheureusement. Elle va même jusqu’à lui tirer la langue avec un grand sourire. Dans le fond, elle restait une grande adolescente même si elle avait un poste à responsabilité.  Et puis, elle ne ferait pas ça à tout le monde.


Codage by Tricia Pearson






Récompenses 2014:
 

Surprise:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance Interstellaire
Rang : Ministre de la Défense
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2750-journal-de-bord-joshua-gordon


Maître du jeu
Messages : 82
Crédits : Moi-même

MessageSujet: Re: Une nécéssité embarquée   Dim 28 Sep 2014, 22:53
Une nécessité embarquée
"...Petites retrouvailles..."

Alicia avait toujours été une personne surprenante et pleine de ressources. C'était donc presque sans surprise que Joshua avait pris la nouvelle de la "promotion" de la femme au rang d'Ambassadrice. Si ce n'était pas un métier qu'il aurait imaginé pour elle au début, il se disait qu'au final, cela lui allait bien et qu'elle avait de quoi tenir le rôle ainsi que les responsabilités qui en découlait. Elle était ce genre de personne qui avait un grand sens des responsabilités et du devoir et qui savaient se rendre utiles en diverses situations. Le ministre ne connaissait pas très bien Arthur Gordon, mais son jugement avait été bon concernant son ancienne employée, à présent une figure importante malgré son rôle, que certains pouvaient considérer comme secondaire, voire passif. En y pensant, il y n'y avait probablement pas mieux pour enfiler l'uniforme de représentant des Biotiques humains. Elle avait ce petit monde à cœur et faisait tout pour améliorer leur condition, étant l'une d'entre eux. Il fallait dire qu'ils n'avaient pas toujours eu la vie facile et que leur place au sein de la société de l'Alliance n'était pas encore très bien définie, chose qui faisait qu'on ne leur accordait pas forcément l'attention qu'ils méritaient. Et puis il ne fallait pas oublier qu'à leur début, ils étaient pour la plupart vu en sujet de test, en bête de foire, des rats de laboratoire. Cerberus avait activement étudié leur cas, mais d'une manière qui brisait l'éthique et le sens moral. Aujourd'hui, les choses allaient mieux pour eux, mais ce n'était toujours pas optimal. Le projet Ascension était d'ailleurs une entreprise ambitieuse et intéressante à laquelle Joshua s'était quelque peu intéressé, son rôle de Ministre de la Défense l'impliquant directement dans ces plans. Malheureusement, la complexité de la chose avait rendu sa prise de connaissance pour le moins hasardeuse et il était encore un peu dans le flou.

Alicia allait très certainement clarifier la chose, étant très certainement bien plus au courant que lui. Elle résuma d'ailleurs très brièvement le concept du projet en soi, expliquant comment il cherchait à exploiter de manière militaire les capacités des Biotiques. Le politicien avait bien entendu écouté attentivement les paroles de la femme, mais ce n'était pas vraiment ce dont il voulait parler sur le moment. En effet, cela touchait déjà à de la politique et ce n'était pas vraiment de ça dont il voulait discuter avec son amie. Mais étant de toute évidence très impliquée par le projet, et surtout y faisant part, il la laissa faire. Et puis c'était une manière de parler d'elle. C'était là quelque chose que Joshua aimait bien faire, laisser ses interlocuteurs parler d'eux. C'était une manière de mieux les connaître, et ce même s'il connaissait déjà bien la jeune ambassadrice. Et puis ne disait-on pas que les femmes aiment parler d'elles-mêmes, cela leur donnant l'impression qu'on s'intéresse à elles ? Oui d'accord, c'était un gros stéréotype, mais, d'expérience personnelle, le ministre savait qu'il y avait tout de même un fond de vérité à la chose. De plus, cela lui avait tout de même fait se rendre compte qu'Alicia n'avait pas seulement accepté de devenir ambassadrice par simple défi, mais également parce que son ambition, son désir d'améliorer la condition des Biotiques, avait rendu son poste d'enseignante obsolète, pas suffisant pour elle. Il lui avait fallu plus, et se lancer dans la politique avait été sa solution. C'était une bonne chose en soi et, au final, cela leur avait permis de se retrouver. Le hasard faisait bien les choses, au final, même s'il n'avait pas grand chose à faire dans cette histoire.

Et puis la conversation avait pris un nouveau tournant, passant des retrouvailles à quelque chose de bien plus sérieux. Ils avaient été proches, mais il s'agissait là d'aller peut-être plus loin. Joshua avait dit quelque chose de tendancieux, sans réellement le vouloir et penser aux répercussions, et Alicia, dans sa franchise naturelle, avait ouvert la porte à laquelle la remarque avait frappé, ce qui avait mis le ministre dans l'embarras, ne sachant trop quoi répondre, n'ayant absolument pas prévu cette situation. Calculateur et stratège, il était rare que Joshua se retrouvât dans une position qu'il n'avait pas anticipée. Il cherchait ses mots, tentait de reprendre les choses en main pour ne pas se ridiculiser, mais l'improvisation n'était pas réellement son fort, pas comme ça. Les rires de l'ambassadrice n'arrangeaient pas les choses, car cela soulignait le ridicule de son expression faciale, très probablement interloquée. Joshua sentit le rouge lui monter à la tête, mais il se contint et pris une grande inspiration pour se calmer. Ce n'était pas la première fois qu'une femme le devançait et le mettait dans l'embarras, et il n'en était jamais mort. Il sourit, porta son verre à la bouche et finit le reste de rhum qu'il y avait dedans. Il était temps de briser l'inconfortable silence qui s'était installé dans la pièce.

- Oui, les habitudes ne changent pas ...!  répondit-il à la remarque d'Alicia, en se redressant. Mais je crois que tu n'as pas vraiment répondu à la question. Enfin, ce n'est pas grave, je meurs de faim, que dis-tu d'une pizza ?

Car oui, niveau alimentation, Joshua n'était pas un exemple à suivre. Il ne mangeait pas vraiment de manière très saine, mais s'en fichait éperdument, son métabolisme étant très efficace et gourmand. Mais la raison principale qui le poussait en ce moment à vouloir manger, outre le fait qu'il eût faim, était celle d'échapper son bureau et les possibles surveillances qui pouvaient s'y cacher. Il voulait avoir la paix et profiter d'un peu de malbouffe en ce moment si étrange.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance Interstellaire / Conseil de la Citadelle
Rang : Représentante Biotique Humaine
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2587-journal-d-une-biotique


Je fourre ce que je veux, où je veux
Messages : 423
Crédits : By Me

MessageSujet: Re: Une nécéssité embarquée   Mar 21 Oct 2014, 21:55


As luck would have it

There is no harm in relaxing
especially in such good company.



 Le malaise qu’elle avait ressenti en parlant du Projet Ascension faisait réellement partie de ses convictions. Personne ne savait réellement ce qu’est de servir de cobaye… Elle l’a été et elle ne veut pas savoir que les personnes qu’elle doit désormais défendre doivent obligatoirement passer par là. Autant, elle est partante pour conserver l’académie Grissom mais autant, elle estime que les biotiques ne sont pas des animaux. Mais ce n’était que passager et elle avait repris ses esprits. Alicia est une biotique et elle ne le cache pas. Cependant, elle a l’avantage de ne pas révéler sa puissance. Mais elle n’est pas inoffensive pour autant… C’est souvent ceux qui le cachent le plus que sont les plus dangereux. Mais personne n’a à craindre d’elle car elle a toujours su se débrouiller lorsqu’elle faisait des crises ou autres événements par lequel elle est passée. Par ailleurs, si elle n’était pas passée par tout ça, elle n’en serait probablement pas là. Aujourd’hui, elle est une jeune femme évoluée, ouverte mais aussi responsable qui prend ses responsabilités très à cœur. Si on avait écouté l’interview, on a pu se rendre compte qu’elle ne se voit pas comme un dirigeant mais plutôt comme un porte-parole des biotiques. C’est déjà tout un esprit mais c’est aussi une façon de voir les choses de manière différente ? Depuis la fin des moissonneurs, la paix était revenue dans l’ensemble de la Galaxie et il fallait bien trouver des choses à faire. Remarque, ce poste d’Ambassadeur des biotiques ne vient absolument pas d’elle et ce n’est peut-être pas plus mal dans le fond. Personne ne sait véritablement ce qu’on attend d’une personne qui se trouve à ce poste. Il est trop récent pour être clair. Mais c’est un défi de taille qu’elle a accepté de relever et elle espère sincèrement parvenir aux attentes. Malheureusement, seul l’avenir nous le dira… Mais elle se sent capable d’aller au bout de son mandat et peut-être qu’elle sera réélue voir renommée. Qui sait ? Mais pour le moment, ce n’était que le début de sa carrière et elle devait encore montrer ce qu’elle était capable de faire et de changer dans ce nouveau monde. Pourquoi nouveau monde ? Eh bien, lorsqu’on vit dans une paix sereine et calme après une grande guerre et qu’il faut tout reconstruire, c’est toujours une nouvelle ère pour tout le monde. Même pour elle… Lorsque les moissonneurs ont été vaincus et qu’elle a su que la Grande Guerre était terminée, elle a eu cette impression qu’un nouveau souffle de vie venait de la transporter dans un monde meilleur… Mais il s’agit là probablement d’un rêve de gamine…

Et pourtant, même si elle n’est plus une gamine, elle aspire à permettre à l’humanité de renaître de ses cendres pour terminer ce qui a été commencé autrefois avant d’être arrêté par un enchainement d’évènements externes aux divers projets de l’espèce humaine. Mais sur l’instant, elle se trouvait là, à siroter un verre de rhum avec une personne qu’elle avait connu il y a douze ans après quelques retrouvailles bien faites. Bon d’accord, c’était simple mais il n’y avait franchement pas de quoi faire la fête et sortir les banderoles. Ce n’est absolument pas le genre de l’Ambassadrice. Buvant une gorgée de son verre, elle observe le ministre de la Défense, qu’elle considère encore comme un proche, et elle le voit rougir. S’approchant de lui, elle vient déposer un bisou sur sa joue droite avec le même sourire car elle se devait de répondre à sa question surprise posée quelques dizaines de secondes avant. Le regardant avec l’air amusé comme complice, elle lui murmure la petite réponse qui va bien.

« ▬  Pourquoi pas ! »

C’était dit et elle s’éloigne simplement de son oreille et de sa joue afin de porter le précieux liquide à ses lèvres. Bien qu’elle boive peu d’alcool, elle savait s’en accommoder et elle se devait de prendre l’habitude pour les soirées mondaines où elle risque d’être bien souvent invitée. Avec son nouveau poste, elle ne pourra plus passer inaperçu, c’est clair et la brunette le sait très bien. C’était une nouvelle vie qui démarrait pour elle et à long terme, pour ses camarades biotiques. Fermant les yeux en buvant son verre, elle le vide d’une traite avant de l’éloigner ensuite de ses lèvres puis de son visage. Machinalement, elle se tourne vers lui gardant ce même sourire, elle constate qu’il venait de terminer son verre et elle pose le sien à proximité de son verre à lui. C’est plus facile pour ramasser après. C’est alors qu’il brise le silence et elle le regarde simplement sans prétention ni agression. Alicia était quelqu’un de simple et c’est peut-être cette simplicité qui était grandement appréciée partout où elle allait. Par ailleurs, elle veut garder sa simplicité et elle espère ne jamais changer ce qu’elle est parce qu’il y a l’éthique. Tout ça, ce ne sont que tissu de mensonges et ce sont des trucs fait pour s’attirer des ennuis. C’est donc tout naturel que Joshua propose à la toute nouvelle ambassadrice d’aller manger une pizza. Restant une seconde silencieuse à l’observer, elle finit par hocher la tête avec un plus grand sourire

« ▬  Je te suis. Mais ne me demande pas d’adresse… Cela fait dix ans que je n’étais pas venue sur la Citadelle … »

C’est tellement vrai en plus. La dernière fois qu’elle était venue ici, c’était après la Grande Guerre et elle avait cherché quelques petits boulots en attendant d’obtenir son poste d’enseignant à Grissom. Pour dire à quel point cela date de vraiment longtemps. Venant se placer à ses côtés, elle se dit que cela ne lui fer pas de mal de voir autre chose que le boulot. Eh merde quoi, elle est restée dix ans loin de la civilisation, il serait temps qu’elle revienne dans la réalité et qu’elle arrête d’être sur son petit nuage…




Récompenses 2014:
 

Surprise:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance Interstellaire
Rang : Ministre de la Défense
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2750-journal-de-bord-joshua-gordon


Maître du jeu
Messages : 82
Crédits : Moi-même

MessageSujet: Re: Une nécéssité embarquée   Mer 22 Oct 2014, 22:45
Une nécessité embarquée
"...Petites retrouvailles..."

C'était un moment plus qu'étrange que vivaient ici Joshua et Alicia. Alors que vingt-quatre heures plus tôt, ils étaient encore d'anciens amis s'étant perdu de vue et ne s'étant pas contacté pendant plus de dix ans, ils s'étaient aujourd'hui retrouvés, en d'étranges circonstances, leurs situations étant totalement différentes que lorsqu'ils s'étaient vu pour la dernière fois ; tout deux étaient devenus politiciens et tout deux allaient devoir se concerter, leurs affiliations étant liées. Mais, plus que cela, c'était la nature que prenait leur relation, qui intriguait le plus le Ministre de la Défense. En effet, s'il avait vu la plupart du temps Alicia comme étant la petite sœur qu'il n'avait jamais eue, elle avait tant changé qu'il ne pouvait plus lui porter ce regard fraternel qui lui avait été si coutumier par le passé. Elle était devenue une femme, une vraie, mature et épanouie. Mais plus encore, elle était devenue belle, armée d'un charme qu'il ne lui avait pas soupçonné et qu'il découvrait à présent dans la plus grande des surprises. Il ne s'était pas attendu à cela, il fallait l'avouer, il ne savait même pas vraiment à quoi il s'était attendu, si même s'était-il attendu à quelque chose. Sans doute avait-il pensé retrouver l'adolescente qu'il avait connu pendant la Grande Guerre, mais il aurait dû savoir, il aurait dû anticiper le fait que ce n'était pas chose possible. Non, en douze ans, les gens changent, surtout les jeunes femmes, et, qui plus est, ambitieuse comme elle l'avait toujours été, elle ne pouvait qu'avoir changé, devenir quelqu'un d'autre, sans toutefois devenir un étranger. Car l'Alicia que Joshua avait connu était toujours là, changée, mais bien présente encore, enfouie quelque part, prête à se dévoiler lorsque l'occasion se montrerait. Ce ne serait bien entendu que des lueurs, des fragments de l'adolescente qu'elle avait été, mais il les apercevrait, il en avait l'intime conviction. Déjà, elle avait toujours des goûts aussi simples, car elle accepta d'aller manger une pizza avec l'homme, chose qui n'aurait pas eu lieu si elle s'était faite changer par sa nouvelle condition, qui aurait totalement effacé toute trace de l'ancienne Alicia. Au fond, cela rassurait quelque peu Joshua, qui était content de retrouver une figure connue, animée par un esprit connu, bien que légèrement altéré. En conséquence, il se réjouit de cette collation à venir.

- Parfait, je connais un coin sympa, pas loin d'ici, cela devrait te convenir, répondit-il à la femme, lorsqu'elle exprima son accord.

Le lieu en question était un peu coté, mais sans être un restaurant de luxe. En même temps, il était difficile de trouver quelque chose de vraiment populaire dans le Présidium, où résidait uniquement de riches tiers et autres figures de la Galaxie. C'était un quartier réservé à la haute société, même s'il n'était pas totalement fermé aux classes inférieures. Mais les prix étaient élevés, ce qui, en conséquence, faisait qu'on n'observait pratiquement que des personnes de première classe et d'autres appartenant au sommet de la classe moyenne. Il était donc tout bonnement impossible de trouver des lieux publics comme on en verrait dans les rues de New York ou autre mégapole américaine. Ici, tout était soigné, nettoyé et poli. La pizzeria de Joshua ne faisait donc pas défaut à la règle, proposant un design moderne et branché, lorgnant un peu sur le fashion populaire des années 2000 de la Terre, mais offrant une qualité de plat supérieure et, en toute logique, les prix allant avec. La vue aussi, était très appréciable, disposant d'une terrasse très bien située. Pour atteindre le restaurant en question, il fallait emprunter les ascenseurs et rejoindre les étages se situant à la moitié de la hauteur totale des parois du Présidium, proche des ponts reliant les deux rives du lac. Il fallait environ une dizaine de minute pour y parvenir depuis le quartier des ambassades Humaines, si les couloirs n'étaient pas trop bondés de passant, surtout qu'il était l'heure de pointe de la pause de midi, heure à laquelle tout le monde sortait des bureaux pour aller se remplir la panse avant un second round à travailler.

Arrivés à destination, sans avoir eu à trop affronter les passants pour avancer, les deux politiciens entrèrent dans l'établissement. Pour qui était expert en ce qui concernait le XXIème siècle, le restaurant serait une pâle reproduction de cette ère passée, qui n'avait pas connu les changements technologiques qu'avait connus l'Humanité il y a cinquante ans. Le designer n'était de toute évidence pas un connaisseur, mais les lieux étaient élégants et bien établis. Les murs, contrairement au reste de la station, n'étaient pas métalliques, mais avaient été couverts d'une couche de brique rouge, copiant le style New Yorkais, tout comme le sol était une imitation de parquet. Un hologramme ornait l'un d'entre eux d'une photographie de ladite ville, telle qu'elle avait été en l'an 2000, abordant encore les tours jumelle du World Trade Center et la Statue de la Liberté, qui avait connu un  triste destin durant la Seconde guerre de Sécession. D'autres images virtuelles circulaient librement dans les lieux, la plupart étant une liste de mets recommandés par le Chef, d'autres étant des publicités. Une petite musique de jazz passait en fond, plongeant le restaurant dans une ambiance très old-school, mais plaisante. Il y avait de nombreux clients, mais l'établissement n'était pas bondé, ce qui était une bonne chose, car Joshua avait horreur de devoir forcer sur le ton pour se faire entendre lors d'une conversation qui ne nécessitait pas que l'on hausse la voix. Une serveuse humaine, habillée telles l'étaient celles du siècle passé, vint à la rencontre du "couple", leur souhaitant la bienvenue et leur demandant ce qu'elle pouvait faire pour eux. Le ministre émit son désir d'obtenir une place près des fenêtres et les deux adultes suivirent la jeune femme jusqu'à une table disponible où ils s'assirent. Le menu avait été imprimé sur des feuilles de papiers plastifiés, probablement synthétique au vu du prix du vrai papier de bois, et les plats étaient variées. Les lieux étant une pizzeria, la majeure partie de la sélection était, en conséquence, des pizzas. Mais il y avait également d'autres mets proposés, tel que des pâtes aux différentes sauces et des salades. Joshua enleva sa veste, s'installa confortablement dans le siège de cuir noir et regarda Alicia.

- J'espère que le restaurant te convient, lui dit-il. J'aime bien cet endroit, on s'y sent presque comme sur Terre. Tu sais ce que tu vas prendre, ou dois-je te conseiller ?

Oui, si les lieux n'étaient pas une très fidèle reproduction du style du XXIème siècle, l'ambiance était cependant très bien reproduite, et pour qui habitait la Terre, le restaurant ne dépaysait absolument pas. Le pire était probablement le fait que le patron soit une Asari, mais ça, c'était probablement un autre débat.



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance Interstellaire / Conseil de la Citadelle
Rang : Représentante Biotique Humaine
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2587-journal-d-une-biotique


Je fourre ce que je veux, où je veux
Messages : 423
Crédits : By Me

MessageSujet: Re: Une nécéssité embarquée   Jeu 23 Oct 2014, 15:31


As luck would have it

There is no harm in relaxing
especially in such good company.



Effectivement, c’était une drôle de situation mais aucun des deux ne semblaient s’en plaindre. Alicia, autrefois adolescente prise dans les actes horribles de la guerre, était parvenue à s’épanouir dans cette nouvelle vie et à oublier ce qu’était les horreurs de la dernière Grande Guerre. Mais les avait-elle vraiment oubliés ? Personne ne le sait réellement et elle se cache bien de le dire. L’adolescente avait été marquée par tout ça afin de devenir une adulte mature et responsable. On disait souvent qu’elle avait grandi trop vite… C’était peut-être vrai finalement… Mais malgré ça, elle était restée elle-même en gardant sa nature simpliste et franche que Joshua avait pu connaître durant la période de la résistance. Car oui, elle a été une résistante aussi particulière soit-elle. Douze ans ont passés et Alicia n’était plus une adolescente mais bel et bien une personne avec une capacité de réfléchir et de prendre des décisions par elle-même sans qu’on l’influence et sans qu’elle ne se trompe. En effet, la politicienne assumait toutes ses décisions sans jamais reculer ou se retourner. La guerre lui a appris à vivre au jour le jour et c’est ce qu’elle faisait à peu de chose près. Lors de ses années au sein de l’académie Grissom, on ne lui a pas connu d’amants ou de relation… Normal, elle n’en avait tout simplement pas. Elle était là-haut uniquement pour travailler et maintenant qu’elle ne vivait plus là-haut, elle pouvait se permettre de frivoler un peu… Il n’y a pas de mal et elle arrive en âge où elle a ce besoin de vivre et de développer des sentiments amoureux qu’elle avait alors toujours refoulés afin de s’occuper des siens. Depuis qu’elle avait donné sa démission à son ami à la tête du lieu d’enseignement, elle se disait qu’il était temps qu’elle vive et qu’elle se sent vivante. Toujours effacée, il était temps qu’elle se montre à la lumière et qu’elle montre qu’elle est toujours de ce monde. C’est ce que lui disait toujours on fidèle ami qu’elle voyait comme un mentor et un père. Bien qu’éloigné de lui, elle garde tout de même contact et il n’est pas rare qu’ils s’appellent pour prendre des nouvelles l’un l’autre. Cela devait faire quoi … Une semaine qu’elle avait quitté l’académie et ils s’étaient déjà appelés trois fois. Autant dire qu’ils sont véritablement complices et que cela n’est pas prêt de changer. Il faut dire qu’il a fait beaucoup pour elle et c’est lui qui l’a poussé à se présenter. A croire qu’il sait parfaitement ce qui est bon pour elle et qu’il avait remarqué le fait qu’elle ne se sentait plus à sa place dans l’école… C’est un mystère dont elle n’aura jamais de réponse dans l’immédiat mais il est néanmoins vrai que celui-ci l’a beaucoup influencé pour qu’elle en arrive là.

En tout bien, tout honneur d’ailleurs. Et puis si elle n’avait pas été poussée, elle n’aurait pas revu Joshua et ne se trouverait pas actuellement à ses côtés. Le regardant simplement sans possessivité ou agression, elle détaille la moindre parcelle de peau de son ami qu’elle retrouve enfin. Car oui, les choses ont fait qu’elle a dû couper les ponts avec son appartenance au projet « Ascension ». Cela lui avait fait mal mais elle n’avait pas vraiment eu le choix et on lui disait souvent que c’était pour le bien du projet … Mais elle n’était pas dupe et elle savait clairement que l’Alliance Interstellaire voulait la main mise sur tout le projet et tous ses membres… Car qu’elle le veuille ou non, elle est membre du projet et l’Alliance la tient toujours entre ses dents comme dirait l’expression. Mais elle sait aussi qu’elle ne pourra jamais se détacher entièrement d’eux en raison du contrat à vie qui la lie à l’Alliance. On ne lui a pas laissé le choix et elle a accepté ses conditions. Mais le jour où la guerre va revenir, elle sait aussi qu’elle sera mobilisée afin de rejoindre les autres biotiques dans les batailles à venir … Et là-dessus, on ne lui a pas laissé le choix … Comme si être un cobaye ne suffisait pas … Mais elle tait tout ça pour se concentrer sur tout le reste. Âgée de trente et un ans, elle avait envie de faire autre chose de sa vie que de rester enfermée…. Et c’est ça que son ami a découvert chez elle. Elle ne le remerciera jamais assez et d’un autre côté, le directeur avait besoin d’un soutien politique qu’elle est désormais en mesure de lui apporter. Elle reste aux côtés de Joshua alors qu’il lui dit connaître un endroit sympa. Montrant un sourire, elle hoche la tête se laissant alors entraîner. La jeune femme reprend alors ses quelques affaires avec sa démarche assurée et légère et elle avait tourné le dos au Ministre de la Défense. L’heure n’était pas à la politique mais à des retrouvailles qui semblent très bien se déroulé pour le moment.

Le voyage se passe sans encombre et les deux êtres de sexe opposés n’avaient que discuter et rire un peu. Alicia était toujours la même personne, elle avait juste murit et évoluée comme tout être humain. Et apparemment, cela semblait être dans le bon sens. Elle parait être calme et sincère alors qu’elle avait encore cette tête dans la lune. Car oui, la demoiselle vient tout juste de sortir de son petit monde et elle avait besoin de revenir dans cette réalité afin de faire ce qu’elle sait faire de mieux : se battre pour ce qu’elle croit. Suivant son camarade et ami, elle se laisse entraîner dans les méandres de la citadelle qu’elle redécouvre en quelques sortes. En dix ans, cela avait bien changé mais il faut aussi dire que cette station a avait été ravagée et on pouvait encore voir quelques traces de cette bataille par endroit bien que les espèces conciliennes fassent ce qu’il faut pour que cela s’efface. Observant autour d’elle, elle s’attendait à ce que des gens s’arrêtent pour la saluer ou la reconnaître mais heureusement, elle semble se mêler dans la masse pour le moment. Elle venait tout juste d’être nommée et son visage commençait à peine à être diffusé un peu partout via l’extranet. Mais ce ne sera peut-être plus pareil dans quelques temps si elle fait son boulot correctement. Laissant sa longue chevelure détachée, elle écoute Joshua et se permet de lancer quelques bêtises en route afin d’essayer de le faire sourire ou rire. Rien ne semblait pouvoir réduire à néant ce qui se passait entre eux. Et ce n’est pas plus mal car elle tient à passer un bon moment avec son ami. Arrivant au restaurant, elle regarde autour d’elle et y entrant avec un grand sourire. Elle était Américaine et cela semble lui rappeler sa région natale. Manifestant un grand sourire, elle ne lâche pas son ami du regard et elle pose ses yeux sur une image holographique qu’elle pourrait reconnaître parmi mille… Comment ne pas connaître sa capitale sérieusement… Et puis, elle a été à l’université là-bas donc même si la dite-ville a beaucoup changée, elle a cette âme qui n’a jamais changée. S’étant attardée un peu dessus, elle finit par rejoindre Joshua qui se laisse alors emporter par une serveuse qui les amène à une table. Remerciant alors la serveuse, elle prend place en posant son petit sac à main à côté d’elle sur la table. Ne jamais se séparer de son sac car il contient tout ce qu’il faut en cas d’urgence ou de crise. Penchant la tête sur le côté, la diplomate biotique prend le temps de regarder partout autour d’elle avant de répondre à sa question.

« ▬ Cela me rappelle effectivement la Terre et cela me donne envie d’y retourner après plus de dix ans … Bien que je n’ai plus rien à faire là-bas pour être honnête. »

A l’époque de la Grande Guerre, elle avait encore ses parents adoptifs mais maintenant, elle n’a plus personne là-bas et elle a toujours été une personne qui a la tête dans l’espace. Elle se sent clairement à l’aise dans l’espace et elle pense que ce poste d’ambassadeur va profondément lui plaire. Après tout, qui ne tente rien n’a rien. Replaçant une mèche de cheveux, elle lui montre un grand sourire avant de prendre la carte et de la lire. Hum… Voyons voir… Bien qu’elle connaisse la plupart de ses plats, cela doit faire … jamais qu’elle a mis les pieds dans un restaurant. Pour dire à quel point, elle semble sortir de l’époque du Neandertal… Laissant ses yeux vagabonder sur toute la carte, elle aperçoit quelques plats qu’elle ne connait pas et dont elle se laisserait bien tenter… Passant les yeux au-dessus, elle observe Joshua qui devait probablement être lui aussi occupé à choisir son plat du jour. Ils sont partis pour une pizza alors va pour la pizza. Et puis, rien de plus simple pour se restaurer. Tous les humains savent ce que c’est et en ont déjà mangé. Cela fait peut-être dix ans mais elle n’est pas dépourvue à ce point-là. Posant la carte sur la table, elle avait choisi ce qu’elle voulait manger.

« ▬ Je vais me laisser tenter par une pizza savoyarde. Cela va me rappeler de bons souvenirs tient ! Et tu choisi quoi de ton côté ? »

Cette pizza était un regroupement de pommes de terre avec ce la charcuterie et du bon fromage. Alicia est une gourmande et elle aime aussi varier les plaisirs qu’ils soient. Mais c’est probablement une chose que Joshua allait découvrir. D’ailleurs, elle va encore beaucoup manger vu que c’est une biotique et elle ne va pas prendre un seul gramme. Elle en a de la chance. Posant ses yeux sérieux sur le Ministre, elle le remercie de l’avoir amener ici pour déjeuner entre amis… Peut-être même plus mais seul le temps le dira finalement.





Récompenses 2014:
 

Surprise:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance Interstellaire
Rang : Ministre de la Défense
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2750-journal-de-bord-joshua-gordon


Maître du jeu
Messages : 82
Crédits : Moi-même

MessageSujet: Re: Une nécéssité embarquée   Dim 26 Oct 2014, 21:03
Une nécessité embarquée
"...Petites retrouvailles..."

Alicia n'estimait n'avoir pas de raison à aller sur Terre et ne prévoyait donc pas d'y retourner de si tôt, chose qui intriguait Joshua d'une certaine manière. Il n'y avait pas toujours besoin d'un rattachement à un lieu pour y aller, c'était le principe du voyage. Le ministre était lui-même un grand amateur de Thessia, la planète d'origine des Asari, et y allait régulièrement lorsque son emploi du temps le permettait. Il n'avait pourtant pas de famille qui résidait là-bas, ni d'amis, seule la beauté de la planète et de la culture de ses habitantes poussait l'homme à l'explorer. Peut-être son caractère curieux était-il également un facteur qui avait un certain impact sur sa vision des choses, mais il estimait qu'il n'y avait pas besoin d'avoir un esprit d'explorateur pour prendre la décision de voyager, surtout lorsque cela impliquait la planète natale du concerné. Il y avait sans doute d'autres facteurs qui empêchaient l'ambassadrice de retourner sur Terre ; peut-être le souvenir de la Grande Guerre était-il encore trop présent dans l'esprit de la femme pour qu'elle ait la moindre envie de visiter ses terres d'origines, cela lui faisant remonter de terribles souvenirs auxquels elle ne voulait pas se confronter ? Il ne pouvait le savoir et n'allait pas demander à son amie des explications qu'elle n'aurait pas forcément le désir d'exprimer. Mais, cependant, il voulut tout de même donner une petite motivation pour, peut-être, la convaincre, car il trouvait dommage qu'elle se prive de ce plaisir personnel pour des raisons qui ne concernaient qu'elle.

- C'est bien dommage, dit-il. Mais tu sais, tu n'as pas forcément besoin d'une raison pour retourner sur terre, si ce n'est le désir. Enfin, c'est ta décision, je ne la contredirai pas.

La pizza savoyarde fut le choix d'Alica, un bon, d'après Joshua. Ce n'était pas celle qu'il préférait, mais il fallait admettre que c'était probablement l'une des meilleures, de manière purement subjective bien entendu, chacun étant libre de préférer celle qu'il désirait et qui lui tapait le plus à l'œil. Du côté du ministre, le choix fut difficile, comme il l'était toujours lorsque venait le moment du choix. Il était tenté, comme trop souvent, par la pizza Venetia, sa préférée, malgré sa normalité, mais la Hawaïenne le tentait également, pour son côté exotique qu'apportait l'ananas. C'était souvent la saveur et la simplicité qu'il cherchait, plus que le côté raffiné que certaines pizzas pouvaient avoir, comme la Quatre Saisons, qui malgré le flot d'arômes différents, n'était pas ce que Joshua appréciait le plus. Car, dans le fond, la Venetia n'était qu'une Margarita avec des morceaux de jambons, et l'Hawaïenne, une Venetia avec des morceaux d'ananas en plus, ce qui créait un étrange mélange de sucré et de salé, mais qui était tout sauf déplaisant au palais. Mais ce fut la première qui remporta le round cette fois-ci aux yeux de Joshua. Il n'y avait pas d'autres raisons particulière autre que le fait qu'il n'eût pas réellement envie de fruit en ce jour. En somme, il opta pour la simplicité, même si certains y verraient un manque d'originalité. Il n'en avait que faire de toute manière, c'était pour lui qu'il mangeait, pas pour les autres.

- Mon choix se portera sur une pizza Venetia, répondit-il à la question d'Alicia.

Joshua de la serveuse, lui indiquant qu'ils étaient prêt à passer la commande, signal auquel la concernée répondit au quart de tour, rejoignant la table des deux politiciens, un datapad à la main pour prendre les notes qui l'intéressait. Le ministre laissa Alicia s'exprimer en premier et dire ce qu'elle voulait, puis il enchaîna en exprimant sa volonté d'avoir une pizza Venetia et un verre d'eau, boisson qui lui suffisait amplement à ce moment. Il lui arrivait parfois de prendre une bière, mais ayant déjà bu du rhum avant, il n'allait pas consommer plus d'alcool que le voudrait la raison. En d'autres occasions, il se laissait tenter par un simple soda, d'origine humaine ou non. Mais en ce jour, c'était de l'eau qu'il désirait. Il savait qu'ici, dans le Présidium, elle était purifiée avec soin et était, en conséquence, de très bonne qualité, chose dont il fallait se méfier sur Terre, certain établissement n'ayant pas forcément une eau courante des plus saine, même si cela était relativement rare dans les Etats-pays développés. C'était plutôt une caractéristique commune aux Etats-pays pauvres, du "tiers-monde" comme l'on disait encore. L'Humanité avait beau s'être unie sous une même bannière, les inégalités étaient encore forte entre les différentes régions de la Terre. L'Afrique était encore proie à la famine et au sous-développement, tout comme l'Amérique du Sud souffrait encore d'un taux de pauvreté exacerbant. Ces lieux étaient d'ailleurs encore, d'une certaine manière, coincés au XXIème siècle et fonctionnaient pour la plupart encore au pétrole, ne disposant pas des technologies révolutionnaires des autres parties du monde. C'était un problème de taille sur lequel l'Alliance devait se pencher avec plus de sérieux, mais qui, en soi, était probablement trop dur à régler. Joshua savait que certains politiciens se tuaient à la tâche pour essayer d'améliorer les conditions de vies des pauvres, mais les différences sociales étaient trop prononcées, certains gouvernements trop corrompu pour ne serait-ce daigner agir. Il fallait que le problème menace l'Humanité entière pour que les gens prennent des décisions qui aient un réel impacte, pour que les choses bougent. Cela avait été le cas du réchauffement climatique, en partie réglé, même si la température continuait d'augmenter (phénomène malheureusement inévitable car naturel, la Terre ayant des cycles de réchauffement et de refroidissement), mais il ne représentait plus un danger réel. La déforestation aussi, avait pour le moins diminué, grâce à la colonisation de monde Eden extérieur, permettant ainsi de conserver les forêts de la planète. Il y avait ainsi plein de choses que les Hommes pouvaient accomplir en travaillant de concert, mais résoudre les déséquilibres sociaux-économiques ne faisait pas partie de la liste.

- Et sinon, Alicia, que comptes-tu faire, maintenant que tu es Ambassadrice biotique ? demanda-t-il en attendant d'être servi. Je ne crois pas t'avoir déjà posé la question. Tu laisse totalement tomber le scientifique pour la politique ?

Car il fallait bien parler de quelque chose, alors autant parler d'elle. Les gens, à moins de souffrir d'une timidité maladive ou d'un manque total d'estime de soi, appréciait parler d'eux-mêmes, de manière générale. Alors autant briser le silence en la faisant parler de ses projets, qui, dans une certaine mesure, concernaient Joshua.



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance Interstellaire / Conseil de la Citadelle
Rang : Représentante Biotique Humaine
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2587-journal-d-une-biotique


Je fourre ce que je veux, où je veux
Messages : 423
Crédits : By Me

MessageSujet: Re: Une nécéssité embarquée   Ven 31 Oct 2014, 20:48


As luck would have it

There is no harm in relaxing
especially in such good company.



Ce lieu semble à première vue, très sympathique et autant dire que c’est appréciable. Bien qu’elle ait quitté la Terre depuis la Grande Guerre, elle n’avait pas vraiment hâte d’y retourner… Malgré que cet endroit lui rappelle de bons souvenirs. Mais il finira un moment où elle va devoir y retourner ne serait-ce que pour s’occuper de certaines affaires qui la concerne à son poste actuel. Pour beaucoup, il est à rappeler que la plupart des biotiques sont nés sur Terre et elle a comme poste celui de représenter les Biotiques et les anciens combattants biotiques. On pourrait notamment penser à Kaidan Alenko, membre de l’équipage du Normandy et collaborateur du Commandant Shepard à l’époque où il était le seul à crier que toute la galaxie était en danger. Cependant les souvenirs de la Grande Guerre n’avaient jamais cessé de lui rappeler qu’elle était une rares survivantes. Mais pour tourner définitivement la page, faut-il oublier son origine ? Quoiqu’on en dise, on ne peut jamais oublier ses origines. Alicia est humaine et elle restera jusqu’à son dernier souffle qu’elle soit biotique ou non. Posant les coudes sur la table, elle replace une mèche de cheveux rapidement avant de poser son menton sur ses mains en regardant son ami avec un sourire. Oui, Alicia avait toujours le sourire ou presque. Mais c’était sa nature… Mais cela peut paraitre étrange pour quelqu’un qui a été « traumatisée » par la Grande Guerre. Observant son ami, elle hoche la tête pour confirmer.

« ▬ Je n’y suis pas retournée depuis la Grande Guerre. Trop de mauvais souvenirs … »

Elle grimace avant de sourire de nouveau. Elle le laisse choisir sa pizza. Alicia n’était pas sortie depuis pas mal d’années car elle a passé toutes ses années dans une station spatiale qui sert de lieu d’éducation pour les êtres comme elle. Depuis très tôt, on lui avait fait comprendre qu’elle n’était pas comme les autres et qu’elle ne devait pas se mêler les autres. Pourtant, elle a dû apprendre à se mêler à eux et elle n’a pas eu de mal. La preuve. Même après dix ans d’absence de la civilisation, elle semble être à l’aise et elle doit bien admettre que cela lui fait du bien de revoir du monde autre que ceux qu’elle côtoie tous les jours. Tout ça c’est terminé et elle va pouvoir tourner la page pour se concentrer sur autre chose même si c’est en rapport avec sa spécialité. Mais elle avait décidé de stopper tout ça pour se concentrer à l’amélioration des conditions des biotiques. Car autant dire qu’elle a plutôt une très belle vie par rapport à ses camarades mais c’est une chose qu’elle ne dit pas forcement. Il faut dire qu’elle a toujours été dans l’ombre et elle sort de là pour se montrer à la lumière. Merci Arthur Gordon pour son idée de fou… Et dire que tout est parti d’un défi à la con. Et c’est un défi qu’elle prend désormais très à cœur. Hochant la tête, elle donne son choix à la serveuse en demandant sa pizza ainsi qu’un jus de fruit. Classique pour elle mais elle boit très peu d’alcool. D’ailleurs, elle a bu un peu plus tôt et elle sent un peu les effets. Léger mais pas suffisant pour la mettre dans tous ses états. Après la prise des commandes, elle observe la serveuse avant de se concentrer sur Joshua qui lui demande ce qu’elle compte faire. Pour être honnête, elle ne sait pas vraiment. Elle a encore du mal à réaliser qu’elle est à ce poste. Restant silencieuse quelques secondes, elle finit par lui répondre.

« ▬ Eh bien … Je ne sais pas encore. Déjà m’occuper de mes obligations mais après… Mystére. J’ai encore du mal à réaliser que je suis représentante au jour d’aujourd’hui… Concernant les sciences, je pense que oui. Mais je ne pourrais jamais me débarrasser de ma passion pour la biotique … Mes connaissances vont me servir dans ma carrière politique … »

Elle lève une main pour venir se gratter derrière la tête avec un air gêné. C’était effectivement la réalité et elle devait encore faire son tri afin de savoir par où commencer. Pourtant, elle sait où elle part et le Conseiller Hackett lui a dit ce qu’elle va devoir faire et par où commencer. Mais Alicia se met à rire légèrement. On peut dire qu’elle n’a pas peur de se moquer d’elle-même. Voilà une chose qui n’a pas changé depuis l’époque de la Grande Guerre. Mais peut-être que Joshua n’est pas au bout de ses surprises.





Récompenses 2014:
 

Surprise:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance Interstellaire
Rang : Ministre de la Défense
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2750-journal-de-bord-joshua-gordon


Maître du jeu
Messages : 82
Crédits : Moi-même

MessageSujet: Re: Une nécéssité embarquée   Sam 08 Nov 2014, 02:13
Une nécessité embarquée
"...Petites retrouvailles..."

Alicia n'était pas retournée sur Terre depuis la Grande Guerre et cela choqua réellement Joshua, qui n'en comprenait pas vraiment les raisons. Certes, elle y avait vécu des choses terribles, mais cela restait sa planète natale et, avant toute chose, un astre magnifique à visiter. Car elle n'avait pas nécessairement besoin de retourner là où elle avait vécu, ni là où elle avait combattu, elle pouvait aussi visiter d'autres contrées, le but d'un voyage étant de découvrir des paysages inconnus, chose dont regorgeait le lieu de naissance de l'Humanité et qu'il fallait à tout prix voir au moins une fois dans sa vie pour pouvoir se vanter de connaître sa planète d'origine. Le ministre trouvait cela triste qu'Alicia se prive de cela au profit de son travail. Certes, c'était un sacrifice honorable, mais elle s'amputait du plaisir de profiter pleinement de vacances et de vivre une expérience unique qu'il jugeait nécessaire à connaître. La femme avait toujours eu ce sens aigu du travail et des responsabilités et prenait très à cœur sa mission de fournir une certaine quantité de labeur, quantité qu'elle dépassait largement en de nombreuses occasions, trop nombreuses. Elle se prenait pour une machine et sacrifiait son temps libre, alors qu'elle pouvait en profiter en se reposant, tout simplement. Elle avait beau aimer ça, Joshua trouvait ça dommage, et estimait qu'elle méritait mieux que de se tuer à l'exécution ses tâches. Il soupira, mais ne fit pas de remarque, pas encore. Lorsque l'on était une personne comme elle, il fallait s'accorder un peu de temps pour vivre, pour profiter des plaisirs de la vie, fonder une famille ou autre ! Se limiter au travail, ce n'était pas normal, ni bon.

La question de Joshua, à laquelle elle répondit, souleva d'ailleurs cette problématique. Elle ne savait pas encore ce qu'elle allait faire, mais elle comptait "suivre ses obligations". La connaissant, il savait qu'elle allait suivre cette déclaration à la lettre. Le problème, n'ayant aucune expérience dans le domaine politique, c'est qu'elle allait être confrontée à un problème qu'elle n'avait jamais connu : l'impossibilité d'agir. Car elle avait beau être ambassadrice des biotiques humains, elle ne pouvait pas faire ce qu'elle voulait quand elle le voulait, elle ne pouvait pas instaurer de nouvelles règles sans le consentement du Parlement, du reste de l'Alliance. Et dans la politique, tout allait lentement. Obtenir des résultats, c'était demander de la patience, c'était accepter la possibilité de se voir refuser ses idées, chose qui arrivait trop souvent. Alicia allait se battre, s'arracher les cheveux pour faire avancer les choses, elle n'abandonnerait jamais et allait sûrement travailler à en perdre le sommeil pour atteindre ses objectifs. Mais se rendait-elle compte que cela était malsain ? Se rendait-elle compte de tout ce dont elle se privait en agissant de la sorte ? Joshua avait un doute sur la question. Il voulait le meilleur pour Alicia, il voulait lui faire comprendre qu'elle devait également penser un peu à elle, qu'elle devait s'accorder des moments pour elle, qu'elle devait profiter de sa vie, plutôt que de la sacrifier pour les autres. Le ministre soupira encore une fois et, cette fois ci, agit. Il posa sa main sur celle de la femme et, la regardant droit dans les yeux, il dit :

- Alicia, il faut que tu arrêtes de te tuer pour le travail. J'admire ta dévotion, mais pense un peu à toi, à ce que tu veux faire, ce que tu aime faire. Tu n'es pas une machine qui n'a qu'un but dans sa vie, tu es une personne qui a des besoins et des nécessités, n'ignore jamais cela. Tu comptes beaucoup pour moi, et je ne veux pas te voir sacrifier ton bonheur pour celui des autres, sans pour autant y vraiment parvenir. Tu es jeune et belle, ne t'oublie pas.

Puis il lâcha sa main et lui sourit. L'ambiance était détendue, mais pour deux adultes qui considéraient la possibilité d'entrer dans une relation exclusive, ils étaient carrément coincés. Joshua n'avait pas connu beaucoup de relation depuis son divorce, la dernière en date remontant à plus d'un an sur Joab, mais il n'avait jamais réellement pris son temps comme ça. Peut-être était-ce parce qu'il s'agissait d'Alicia et que cela lui était encore un peu étrange, ou peut-être était-ce dû au fait qu'il ne voulait pas commettre la moindre erreur avec elle... ou peut-être les deux, qui pouvait dire ? Mais il ne voulait pas manquer l'occasion de concrétiser ce qu'ils avaient évoqué plus tôt. Son intérêt avait été soulevé et l'optique lui était intéressante. Pourquoi pas après tout ? Elle était belle et charmante, sa compagnie lui était agréable... Rien ne les retenait vraiment. Et pourtant, il y avait de la gêne. Peut-être baisserait-elle plus tard...



HRP : désolé du retard, je n'avais pas vu la réponse ! :/


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance Interstellaire / Conseil de la Citadelle
Rang : Représentante Biotique Humaine
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2587-journal-d-une-biotique


Je fourre ce que je veux, où je veux
Messages : 423
Crédits : By Me

MessageSujet: Re: Une nécéssité embarquée   Sam 20 Déc 2014, 13:41


As luck would have it

There is no harm in relaxing
especially in such good company.



Face au ministre se tenait une femme qui semblait contente et surtout en pleine forme. Toutes ses années loin de la civilisation ne semblait pas l’avoir affectée plus que ça même si elle ne le montrait pas vraiment. Elle apprécie ce retour au sein de la société humaine et à la vie beaucoup plus active. Lorsqu’elle a commencé à travailler pour Grissom, elle n’avait pas tellement le droit de communiquer à l’extérieur, tout simplement. En soi, c’est tout à fait logique car c’est un projet que l’Alliance tient à garder secret. Bien qu’elle comprenne les motivations, elle n’approuve pas pour autant cet état de fait en raison des conséquences de la solitude… Alicia n’a pas à se plaindre car elle a su s’adapter et s’intégrer à tout le monde afin que son séjour se passe pour le mieux… Le sien a duré plus de dix ans et elle ne s’en a jamais plaint. Ou du moins, pas ouvertement. Elle en parlait souvent avec Arthur, le directeur, mais celui-ci semblait savoir comment apaiser celle qu’il considérait comme sa fille. C’est peut-être pour ça qu’elle a tenue autant de temps loin de toute véritable civilisation. Mais il est vrai que cela lui fait bizarre de revenir dans une réalité différente de celle de l'académie et de revoir des gens qu'elle n'avait pas oubliée mais avec qui elle avait du couper tout contact. Mais malgré ça, elle garde le sourire. Cependant, beaucoup oublie qu'elle a quand même besoin d'un peu de temps pour se réadapter à la vie en civilisation après autant de temps à l'écart. Il est vrai qu'elle ne connaît rien à la politique mais elle n'est pas non complètement insensée au point de ne pas prendre le temps d'en savoir plus. C'est peut-être nouveau pour elle mais elle a gardée son esprit prudent et prévoyant. Il lui faudra peut-être beaucoup de temps pour pouvoir sortir une loi ou en modifier une mais elle est pour le moment s'habituer à l'air ambiant de la politique intergalactique... Car elle sait qu'elle ne pourra pas le faire en à peine quelques jours. Loin de là... Et elle en ai consciente. Déjà, reconnaître qu'elle est désormais dans les hautes sphères serait déjà un bon point. Mais c’est encore tout récent, même pour elle.

Observant Joshua, elle montre un sourire lorsqu'il pose sa main sur celle de la biotique en face de lui. Elle penche légèrement sa tête sur le coté alors que le ministre la regarde dans les yeux sans la quitter du regard. Celui-ci cherche à lui faire comprendre qu'elle doit aussi penser un peu à elle. L'idée n'est pas mauvaise en soi. Elle ne le quitte pas des yeux et elle lève sa seconde main vers sa frange qu'elle replace sur le coté tout en gardant ce sourire qui lui va si bien. Elle sourit presque tout le monde, c'est vrai et c'est naturel mais sous ce sourire se cache une personne qui a eu beaucoup de douleur et c'est une chose dont Joshua a probablement conscience. Il finit par lâcher sa main et elle hoche la tête en fermant quelques secondes les yeux. Que devait-elle répondre à ça ? Elle cherche mais ne trouve pas grand chose à dire. Pourtant, elle se lève pour faire quelques pas et le rejoindre. Elle le regarde dans les yeux qui n'ont pas vraiment changé avec les années. Se mettant à sa hauteur, elle était sereine et pourtant, elle prend la parole à son tour.

« ▬ Je ne sais pas quoi dire face à tout ça, Joshua. Mais saches que tu comptes aussi beaucoup pour moi … Il est vrai que ma situation par le passé m'a obligé à couper tout contact mais tu as toujours eu une place importante dans mon esprit et notre complicité est toujours là ... »

Elle lève alors les deux mains vers son visage et qu'elle pose sur le cou et le bas du visage d'une manière assez délicate. De là, elle s'approche de lui pour lui déposer un baiser sur le front comme si elle était la grande sœur. Pourtant, c'est lui l’aîné et si ses souvenirs sont exactes, il a environ neuf ans de plus qu'elle. Déposant ses lèvres sur son front, elle ferme les yeux quelques secondes avant de le relâcher et de lui prendre une main. Elle est véritablement touchée par l'attention que lui porte son ami de l'époque de la Grande Guerre. Puis elle descend ses lèvres sur la joue pour y déposer un gros bisou. C'était mignon mais cela pourrait rassurer Joshua en réalisant que l'adolescente était quand même toujours un peu là même s'il s'avère qu'elle soit une femme en ce jour. La Guerre avait fait des ravages mais Alicia a su s'en préserver. Elle se redresse avant de laisser la banane se montrer sur le visage qui s'était adoucit et qui se montrait rassurant.

« ▬ Je suis touchée par tes paroles mais je pense que tu n'as pas à t’inquiéter pour moi. Pas pour le moment... Mais je pourrais te retourner l’inquiétude. Nous sommes maintenant dans le même monde : celui de la politique et de la gestion... »

Elle garde sa main avec la sienne pour en retournant à sa place. Bien entendu, elle s'arrange pour ne pas le blesser ou tirer dessus. Une fois assise, elle caresse sa main avec son pouce tout en manifestant un sourire. Oui, l'ambiance est détendue mais cela semble se débloquer un tout petit peu au fur et à mesure. Pour le moment, deux vieux amis dînent ensemble afin de se redécouvrir après plus de dix ans de séparation. Et puis, alors les possibilités dont ils ont parlé, il n'est pas non plus impossible que la soirée prennent une tout autre tournure. Mais ça, seul le sablier du temps le confirmera …




Récompenses 2014:
 

Surprise:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance Interstellaire
Rang : Ministre de la Défense
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2750-journal-de-bord-joshua-gordon


Maître du jeu
Messages : 82
Crédits : Moi-même

MessageSujet: Re: Une nécéssité embarquée   Dim 28 Déc 2014, 23:16
Une nécessité embarquée
"...Petites retrouvailles..."

Alicia commençait réellement à se détendre et se débarrasser de la gêne qu'il y avait encore entre elle et Joshua, ce qui n'était pas pour en déplaire à ce dernier, qui estimait cela une bonne chose, et se disait peu à peu qu'elle était celle qui avait pris les devants quant à ce qu'il se passait entre eux deux. A dire vrai, elle était celle qui prenait les initiatives depuis le début presque, en mentionnant, dans un premier temps, l'éventualité de dépasser la simple amitié, mais également en décidant d'aller lui baiser le front et la joue suite à ses propos. Alors certes, il n'était pas inactif non plus, ayant décidé d'emmener la femme dîner avec lui et en lui disant directement qu'il tenait à elle, mais il trouvait cela quelque peu... banal, comparé à ce qu'elle faisait, elle. Il fallait qu'il fasse quelque chose, également. Quelque chose de plus audacieux que simplement poser sa main sur celle de l'ambassadrice, plus audacieux de simplement lui dire ce qu'il pensait d'elle. Il eut bien une idée, mais sûrement n'était-elle pas appropriée à l'instant présent. S'il voulait vraiment le faire, il allait lui falloir attendre encore un peu, sinon cela allait simplement être de la surenchère, en plus de ne pas avoir eu l'introduction nécessaire. Car oui, il fallait des préliminaires à toute chose. On ne pouvait pas faire n'importe quoi sans préparer un temps soit peu le terrain. Alors il attendrait, en espérant qu'Alicia ne fasse pas autre chose jusque là, ou qu'elle ne lui vole son idée - c'était bien là une éventualité à prendre en considération, et qui risquerait de vraiment le faire passer pour un benêt si cela venait à arriver -. Il se rassurait néanmoins en se disant qu'il était plus qu'improbable que la femme n'accomplisse quoi que ce soit de plus pour le moment. Non, elle n'allait rien faire, il y croyait, il l'espérait. Il en allait de son honneur d'homme. Les mœurs avaient certes quelque peu changée depuis les deux derniers siècles, mais il était toujours un peu dégradant pour un homme que la dame fasse tout le travaille sans rien laisser à son partenaire. Et puis, il ne fallait pas oublier qu'ils avaient tout deux agréé à se lancer dans cette aventure dépassant la simple amitié, alors il n'avait pas à craindre de le faire. Non, il n'avait pas peur, il savait qu'il pourrait le faire ; il avait déjà accompli des choses bien plus audacieuses par le passé. Il avait un peu de trac à la simple idée de faire ce qu'il avait en tête, mais il restait avant tout humain ; c'était normal.

Mais il fut rapidement tiré de ses réflexions profondes et presque infantiles lorsque le serveur arriva, apportant les fameuses pizzas récemment commandées. C'est à ce moment que Joshua se rendit compte qu'il ne pouvait pas dire combien de s'était écoulé depuis la prise des commandes. Il était conscient que l'attente n'avait été réellement longue, ni vraiment courte, mais il lui était tout simplement impossible d'en estimer la durée, chose qui n'arrivait pas souvent au Ministre de la Défense, qui avait toujours bien su calculer le temps sans l'aide de support temporel tel qu'une montre ou une horloge. Et n'ayant pas vérifié l'heure lorsqu'Alicia et lui furent arrivés au restaurant, il ne pouvait tout simplement pas regarder l'heure pour répondre à cette question. Outre le fait que cela ne lui arrivait que rarement, il était à noter que les quelques fois où cela se fût produit pour lui concernait justement des instants passés avec des personnes qui lui tenaient à cœur, pour qui il n'était pas indifférent. Cela lui arrivait Jessica, lorsqu'ils étaient encore mariés, avec une ou deux amantes oubliées, sur Joab, pour mentionner quelque chose de plus "récent". Perdre la notion du temps n'arrivait pas souvent à Joshua, cela était général bon signe lorsqu'il s'agissait d'une relation, alors il ne s'en inquiétait pas du tout. Il s'agissait même là de quelque chose de positif, pour être honnête. Ils s'étaient retrouvés, avaient décidé d'ouvrir la porte de la romance, et déjà il était atteint de cet étrange phénomène temporel. Il avait été inquiet aux premiers abords, à cause de nombreux éléments qui, pour lui, étaient peut-être susceptibles de compromettre cette relation qu'ils tentaient d'établir. Il y avait une certaine différence d'âge, pour commencer - bien qu'à leur âge, elle était plus ou moins insignifiante -, mais il avait longtemps vu Alicia comme une petite sœur, surtout. C'était là l'élément qui avait le plus mis en doute le ministre, qui craignait que cela rende un rapprochement des deux personnes des plus maladroites. Mais il semblait que les choses se fissent toute seule, ce qui était une bonne chose que l'homme voyait d'un bon œil.

On installa les pizzas et les boissons, et Joshua s'arma de ses couverts, salivant déjà devant le plat à l'odeur agréable et familière, formée de l'union parfaite de la mozzarelle, des tomates, et autres ingrédients formant la "tarte".

- Bon, eh bien, bon appétit, Alicia ! dit-il avec un sourire.


***


La pizza avait été longue à consommer, non pas parce qu'elle était trop grande, ni mauvaise, bien au contraire, mais bien parce que les deux adultes avaient beaucoup parlé, ce qui avait fortement ralenti leur vitesse, au point où celle de Joshua était presque froide lorsqu'il en arriva à bout. Comme toute pizza qui se respecte, elle avait été succulente et il était totalement rassasié, n'ayant plus de place pour quoi que ce soit d'autre, même un bon dessert. Il allait falloir attendre pour cela. Et puis, il avait la tête qui lui tournait très légèrement, les joues chaudes, tout cela parce qu'il avait décidé de s'offrir, pour Alicia et lui, une bouteille entière de vin Galarien, réputé pour son goût fruité et sa teneur assez élevée en alcool - quoique plus basse que de l'alcool pur, bien évidemment -, ce qui était en contradiction avec son désir originel de ne pas boire plus que le verre de rhum qu'il s'était servi dans son bureau lors de l'arrivée de sa partenaire de crime. Ce n'était pas un choix des plus judicieux et il pouvait s'en vouloir, mais le bon côté des choses était que l'ambiance s'était totalement détendue et que le rire en était devenu facile, voire omniprésent grâce aux bons soins du vin.

- Je ne sais pas pour toi, mais je suis repu ! déclara-t-il. Une petite marche digestive ?



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance Interstellaire / Conseil de la Citadelle
Rang : Représentante Biotique Humaine
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2587-journal-d-une-biotique


Je fourre ce que je veux, où je veux
Messages : 423
Crédits : By Me

MessageSujet: Re: Une nécéssité embarquée   Dim 18 Jan 2015, 10:36


As luck would have it

There is no harm in relaxing
especially in such good company.



Se détendre, se détendre... C'est vite dit. Elle qui appréciait le silence de l'académie Grissom, elle se retrouve en plein cœur d'une station spatiale exécutive où toutes les grandes décisions se prenait à travers le Conseil de la Citadelle. Après dix ans d'absence, elle devait reconnaître que ce lieu est toujours aussi peuplé. Tant mieux d'un côté parce que cela fait marcher les affaires. En cet instant, elle avait le sourire et la fatigue du voyage et de son investiture semble s'être littéralement effacé. Il faut dire que lorsqu'on est à deux devant une assiette, la fatigue disparaît assez rapidement et elle avait effectivement faim. Tout ce qu'elle avait faire jusque là était venu naturellement sans se poser de questions. Il faut dire qu'elle n'a pas oublié que Joshua avait toujours veiller sur elle le temps de la Grande Guerre et elle avait gardé la complicité tout ses années. Elle n'était peut-être qu'une adolescente à l'époque mais lorsque quelqu'un avait gagnée sa confiance, il le gardait toujours. Comme c'est le cas pour cet homme aujourd'hui Ministre mais qui était à l'époque un universitaire et un militaire. Ne cessant de caresser la main de Joshua avec son pouce, elle l'observait amusée en silence. Ce qui peut être mignon lorsqu'il est dans ses pensées. Elle montre un sourire en pensant à ça. Mais elle n'avait pas peur. Malgré son statut de biotique, elle restait malgré humaine et elle avait une petite appréhension. Les années ont passées et ils ont tous deux grandis, mûris et évolué avec le passé qui leur est individuel. Mais malgré tout ça, cela m'a absolument pas empêcher des retrouvailles aussi singulières soient-elles. En y pensant, Alicia garde le sourire et elle semble aussi mélancolique que son ami assis en face. Les pizza finissent par arriver et elle lève la tête avant de percuter qu'il s'agit du serveur arrivant avec leur commande. Lâchant donc la main de Joshua, elle laisse faire le serveur qui semble s'occuper de tout. On ne peut pas empêcher quelqu'un de faire son boulot quand même. Le ministre gagne sa vie avec son poste, tout comme elle alors pourquoi empêcher un serveur de faire ce pourquoi il est payé. Une fois que tout est en place, elle lâche un petit rire en voyant son ami déjà bien armé devant sa commande. Alicia prend ses couverts et hoche la tête lorsqu'il lui souhaite un bon appétit.

« ▬ Merci. Bon appétit à toi aussi ! »

Et c'est parti pour le dévorage de pizza. Car il faut dire qu'elle a une faim de loup. Coupant sa pizza, elle mange petit à petit mais bien plus vite que son ami à qui elle pique des morceaux de temps en temps en catimini en riant. Oui, finalement, l'adolescente était encore là se montrant qu'en quelques occasions mais elle sait qu'avec Joshua, elle ne risque pas de se faire engueuler. Après tout, il l'avait toujours connue comme ça ou presque. Mais il le disait lui-même, elle avait vécut la guerre en était adolescente et elle n'a jamais vraiment eu de jeunesse alors elle avait gardé son âme d'enfant même en étant adulte. Et puis, après tout, il voulait qu'elle se détende non ? Alors voilà ce qui arrive. Mais il avait peut-être oublier qu'elle était biotique et qu'elle avait besoin de beaucoup plus d’énergie qu'un être humain normal. De ce fait, pendant la soirée, elle a du commander deux autres pizza. Et cela avait beaucoup discuter entre eux. Cela lui avait fait du bien et il avait même eu pour idée de commander une bouteille de vin Galarien. Ne connaissant pas, elle goûte et elle dit à Joshua qu'il est vraiment bon. Elle ,qui ne boit pas habituellement, s'est laissé aller à boire du vin. Continuant à jouer la gosse le long de la soirée, le rire est devenu facile. Forcement, avec l'alcool... Ils en sont pas non plus au point d'être littéralement bourrés mais ils étaient vraiment joyeux comme elle dirait. La soirée se passe très bien et elle avait toujours ce sourire sur le visage. Pour être honnête, elle ne sait pas combien de temps s'est écoulé depuis le début du repas mais elle n'avait pas regarder sa montre de la soirée. Ce qui est plus que bon signe car finalement, elle ne s'est pas ennuyé. Et un point pour le Ministre de la Défense. Une fois, les assiettes finies, elle libère un profond soupir de satisfaction. Il n'y avait pas à dire, cela lui avait fait beaucoup de bien. Elle entend Joshua et elle hoche la tête.

« ▬ Je vais m'arrêter à trois. J'en peux plus non plus. Va pour la balade. Tu veux que je paye le surplus initialement pas prévu ? »

Elle garde le sourire et elle parle surtout des deux pizza en plus. En effet, pour elle, trois pizza c'est un plat normal mais comme elle est biotique, elle n'a pas les mêmes portions que les humains plus classiques et cela a du surprendre le Ministre qui avait peut-être oublier que les biotiques mangent beaucoup plus que les autres. Cela lui avait posé des problèmes durant la Guerre car pas assez pour tout le monde. Elle devait aller chasser pour se remplir la panse par la suite. Pourquoi ? Parce que malheureusement, les portions classiques ne lui permettaient pas de rester debout et active. Surtout vu le nombre de fois où elle a du se servir de ses pouvoirs biotiques durant cette satanée guerre. Mais elle n'y pensait plus et heureusement. Pour le moment, elle était avec son ami et elle passait un agréable moment. Prenant son sac, elle finit par se lever après qu'elle ait empilée les assiettes et les couverts. Alicia est toujours comme ça et ce n'est pas plus mal. Suivant Joshua, elle était contente de ce début de soirée agréable. Ce n'est pas tous les jours que cela lui arrive. Loin de là. Une fois qu'ils sont sortis de magasin, elle le regarde avec ses prunelles en demandant.

« ▬ Une idée pour la balade ? »

C'était surtout le lieu qu'elle voulait savoir. Il n'est pas incertain qu'en dix ans, tout ai changé sur la Citadelle. Mais elle évite le présidium vu qu'elle y a passé toute sa journée. Entre Hackett, son voyage et les retrouvailles, elle ne veut pas vraiment retourné sur son lieu de travail. Car oui, en tant qu'Ambassadrice, elle a désormais un bureau dans l'Ambassade Humain même si elle sait déjà qu'elle n'y sera pas souvent. Elle doit beaucoup voyagé mais ce n'est pas comme si elle ne s'y attendait pas et son départ n'est absolument pas pour de suite. Elle est sur la Citadelle avec son ami et elle compte bien finir la soirée dignement mais aussi se reposer car malgré tout, les heures tournent et elle fatigue aussi même si se nourrir lui a rendu des forces.




Récompenses 2014:
 

Surprise:
 
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Une nécéssité embarquée   
Revenir en haut Aller en bas
 

Une nécéssité embarquée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: L'espace de l'Alliance interstellaire :: Bulle locale :: Citadelle :: Ambassades Stellaires-