AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 Le potentiel d'un éden

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Personnage RP
Faction : Service de Sécurité Concilien
Rang : Superviseur
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2559-tricia-pearson-agente-du-s
http://www.masseffect-reborn.fr/t2753-tricia-pearson-journal-de-bord#33954


Pro de la gachette
Messages : 5189
Crédits : Tricia

MessageSujet: Le potentiel d'un éden   Sam 27 Sep 2014, 21:51
Intervention MJ : NonDate :  Juin 2198RP Tout public
♦ Tricia Pearson ♦
Le potentiel d'un éden


Le potentiel d'un éden
Survoler pour voir les détails de ce RP
▪ Date : Juin 2198
▪ Classification : Normal
▪ Tricia Pearson ▪
Tricia Pearson
Superviseur du SSC
Juin 2198 - Terre

De retour d'une mission, l'équipage restreint du CSV Fortitude profitait d'un battement entre deux missions pour souffler un peu. Non pas qu'ils travaillent trop dur, mais c'était la première fois qu'ils pouvaient profiter un peu de la Terre depuis des mois. Cela dit, l'équipage s'était très vite entendu : dès les premières missions, chacun exécutait les tâches qu'il devait, pouvant remplacer un collègue à tout moment. Cette osmose avait créé une atmosphère détendue à bord du vaisseau, au point qu'il n'était pas rare qu'ils s'appellent par leurs surnoms. Tricia veillait à maintenir cette ambiance lors de missions complexes et délicates : accomplir la mission avec le sourire facilitait les rapports. Aussi, ils profitaient de leur temps libre en deux temps : des sorties communes étaient organisées, pour s'amuser un peu tous ensemble ainsi que des sorties plus personnelles, durant lesquelles ils avaient quartier libre.

Cette méthode fonctionnait bien jusqu'à présent, elle permettait de voir ses collègues comme des amis et pas uniquement des camarades de travail, tout en permettant à chacun de s'occuper de ses affaires personnelles chacun de son côté.

Ils avaient décidé d'aller au cinéma pour se regarder un film. Ils étaient tombé sur un film sur les courses de vaisseau spatial avec une dose d'humour bien placée : Fast Space. Le film, une production moyenne, avait un bon casting, quoi qu'encore peu célèbre. Un décollage en urgence en étant poursuivi par les forces de l'ordre était toujours exaltant. Après avoir passé un bon moment, ils se séparèrent alors et se donnèrent rendez-vous au restaurant Firto & Soap dans la soirée. Tricia eut cependant un mal de tête assez corsé et décida alors de se reposer dans le Fortitude. Elle n'était pas du genre à empêcher les autres de s'amuser, et il fallait admettre que son initiative de sortie commune l'avait dépassée. Heureusement en un sens, les permissions n'abondaient pas, en tout cas pas pour Tricia, qui était en mouvement perpétuel. Superviseur, c'était un état d'esprit mais aussi une vocation, en quelques sorte : très peu - sinon presque jamais - de temps pour soi et une disponibilité quasi permanente, voila ce que le poste exigeait.

Tricia ne regrettait pas du tout son choix de carrière : en un an, elle en avait vu plus que durant la moitié de sa vie sur Terre, si l'on excluait la violence et la cruauté. Elle avait remarquée que les humains étaient en assez bonne place pour se servir de leur imagination à des fins violences ou cruellement illégales. Elle avait toutefois été surprise de voir, après son passage au SSC, qu'elle était loin d'avoir fait le tour de toutes les horreurs perpétrées.

Quand elle se réveilla, il était une heure du matin, et elle était seule. L'équipage avait sûrement prolongé sa soirée. Elle inspecta son Terminal qui était relié au réseau sécurisé des Superviseurs, un réseau multitâche, et y lut un message :

Nouveau message entrant ! Réception en cours, veuillez patienter...
Provenance : Moryn Thymoris, Premier Superviseur
Destinataire : Tricia Pearson, Superviseur
Objet : Nouvelle affectation

Chère Tricia, j'ai une nouvelle mission pour vous, plus calme que la précédente. En fait, il vous faudra simplement jouer le rôle de messager et d'observateur du Conseil pour quelques jours / semaines.

En quelques mots : soyez prudente. La planète en question s'était vu bloquée en procédures interminables par incapacité à choisir une solution, mais maintenant que le Conseil a pu enfin proposer une solution, il serait judicieux qu'elle soit mise en oeuvre rapidement.

Je vous adjoins un rapport détaillé de la planète et de la mission.

Rapport sur la planète
Piétas - Espace concilien ext.
Localisation : Désert de Minos, Secteur Fortis
Habitants : En attente de colonisation
Climat : Climat tempéré / climat doux
Faune : Inexistante
Flore : Diversifiée
Distance orbitale : 1.8 AU
Période orbitale : 2,4 année terrienne
Rayon : 5,430 km
Durée d'une journée : 26.5 heures terriennes
Pression atmosphérique : 1.26 atm
Température à la surface : 21 °C
Gravité à la surface : 0.7 g
Masse : 0.504 fois celle de la Terre
Satellites : N/A

Historique
Une future planète éden qui a du potentiel. Les minéraux présents à la surface permettront de créer du matériel à faible coût pour les colons. Planète qui se trouvait en débat juridique pour l'appartenance, situation débloquée en 2197, et colonisation prévue pour 2198.

Description
Une planète plutôt paradisiaque jouissant de températures douces et d'une atmosphère à base d'azote et d'argin. Pietas pourrait en effet être habitable par l'adjonction de cyanobactéries produisant de l'oxygène. Les minéraux présents en surface fourniront des matériaux à faible coût et à utilisation immédiate. La présence de crevasses plus ou moins grandes permettront d'obtenir des lacs en versant de l'eau.

La flore présente ne se nourrissait pas d'oxygène ou n'en rejetait pas, il faudra donc en implanter si une colonisation sur le long terme est prévue. La faune, quand à elle, était inexistante.

Rapport d'affectation
Surveillance et diplomatie
Le Conseil a conclut un récent accord de colonisation avec les races conciliennes, permettant la mise en place des procédures, procédures autrefois enlisées dans le bourbier judiciaire et administratif de l'ancien Conseil. Votre mission sera de surveiller l'avancée de l'implantation coloniale et de s'assurer qu'aucun danger ne vienne le perturber. La durée de séjour est à votre appréciation.

Avertissement : La zone grouillait de pirates et de contrebandiers en tout genre. C'est précisément la raison de votre affectation : nous préférons dépêcher des forces polyvalentes plutôt qu'une force diplomatique n'ayant pas de connaissances militaires aussi intéressantes que celles d'un Superviseur.

Tricia parcourut le rapport de planète en se massant le cou. Piétas. Elle avait entendu quelques rumeurs, et surtout quelques plaisanteries sur le Conseil. « Piétas développerait sa propre vie avant que le Conseil tranche juridiquement. » avait-on plaisanté. Visiblement, ils avaient eu tort, et Piétas allait devenir une colonie. A en juger par les moyens mis en oeuvre, la colonisation s'annonçait légère dans un premier temps et deviendrait bien plus conséquente si l'implantation coloniale légère était satisfaisante.

Elle ferma le terminal et laissa un mot à l'équipage, puis se rendormit. Son mal de tête se dissipa dans la nuit et, au réveil, l'équipage se préparait à mettre les voiles. Ils n'avaient pas trop bu apparemment puisqu'ils n'avaient pas trop la gueule de bois, aussi Tricia expliqua t-elle à l'équipage la mission : « Le mot était vague, je l'ai écrit à l'arrache, donc je vais vous expliquer :

Le Conseil a débloqué juridiquement le bourbier colonial que représentait Piétas et nous sommes chargé d'aller sur place, en observation et protection. Un travail qui devrait durer quelques semaines. Bon, comme d'hab, on reste sur nos gardes et tout se passera bien. Le vaisseau est prêt ? »
fit-elle en souriant, sa dernière phrase s'adressant à Célestine qui lui répondit : « Autant qu'il puisse l'être. Le vaisseau a été vérifié de fond en comble, les provisions, le carburant, les armes, tout est au mieux. » fit-elle en baillant, ayant émergée il y avait à peine vingt minutes, ce qui fit sourire Tricia.
« Parfait. Faites passer le mot à la tour de contrôle, on décolle d'ici... » elle regarda sa montre puis reprit : « une heure. Le temps d'être bien réveillé et opérationnel.

Des questions ? »


Devant le silence général, elle conclut la réunion et chacun repartit de son côté pour préparer le décollage.

Juillet 2198 - Piétas

Sur une colline, Tricia observait la finalisation de la première implantation coloniale sur Piétas. Durant ces dernières semaines, elle avait pas mal aidé - alors qu'elle n'était pas venu pour cela - aussi avait-elle laissé une impression positive chez les colons. Sa mission touchait à sa fin et elle tint à saluer les colons avant de retourner au vaisseau. Une fois sur le Fortitude, le vaisseau mit le cap sur la Citadelle. C'est alors qu'elle remarqua une formation anormale sur le LADAR. Le LADAR permettait d'observer ce qui était capté mais, avait, contrairement au radar, une portée bien inférieure et un champ de vision plus étroit. Toutefois la possibilité de constituer en images ce qui était capté rendait cet instrument très apprécié des forces militaires, notamment des petites classes de vaisseau de type corvette ou frégate.

L'image constitué, on apercevait clairement deux cargos sans acquisition positive IFF. En clair, leur IFF était coupé, et, dans l'espace concilien, seuls les criminels agissaient ainsi. Le Fortitude fit demi tour et s'engagea alors une course où le plus rapide allait avoir un avantage sur l'autre.



« Puissance auxiliaire assignée aux propulseurs ! » « Bouclier à 75% de sa capacité maximale ! » « Rapprochons nous encore ! » entendit-on dans le navire, alors que la corvette rattrapait inéluctablement les deux cargos. Il fallait choisir entre l'abordage ou le tir, et Tricia ne mit qu'une seconde à choisir. Le Fortitude inclina sa course par deux fois pour avoir un angle permettant de tirer un coup de semonce sans que le tir se poursuive sur la planète si les cargos esquivaient.

Tricia prit alors la parole, s'adressant aux deux cargos : « Ici le CSV Fortitude, identifiez vous immédiatement ! Sans réponse de votre part, nous ouvrirons le feu. » fit-elle. L'équipage était à la fois exalté et concentré, cela se sentait. Tricia attendit vingt secondes puis la signature IFF émit un écho : signature ennemie de pirate. Ce fut pile à ce moment qu'un des deux cargos s'orienta sur le CSV Fortitude, avec l'intention très probable de le percuter. Sans doute que l'IFF ennemi était une façon d'annoncer son appartenance pirate comme le faisaient autrefois les pirates de mer en hissant le pavillon pirate ? La corvette, plus maniable, l'esquiva et profita qu'il soit tout près et de dos pour utiliser la batterie arrière de lasers GARDIA, la nouvelle arme du vaisseau. Deux des quatre tirs firent mouche et endommagèrent la propulsion. Le second cargo n'avait pas bougé de son cap, alors le Fortitude tira. Cette fois, il ne s'agissait plus des lasers GARDIA mais des deux Thanix modifié. Le cargo en fut presque transpercé de part en part et explosa. La corvette avait amorcée un demi-tour pour ne pas le percuter mais des vibrations et une déportation de la trajectoire firent sentir l'onde de choc du vaisseau explosé, qui ne se trouvait qu'a une cinquantaine de mètres.

Le Fortitude informa les colons et resta quelques heures en orbite, avant d'inspecter les alentours pour s'assurer qu'aucun autre rôdeur pirate ne stationnait à proximité. La recherche infructueuse, leur mission s'annonçait finie : la sécurité de l'entreprise coloniale allait prendre la relève.

« Assez traîné, on rentre. » fit alors Tricia à Célestine, qui acquiesça d'un air sérieux, qui répondit toutefois : « Qui sait, peut-être cela sera t-il un jour le centre galactique ? » pour détendre l'atmosphère, ambiance qui imprégna aussitôt le reste de l'équipage.




Revenir en haut Aller en bas
 

Le potentiel d'un éden

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: L'espace concilien extérieur :: Désert de Minos-