AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 Butariens

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Personnage RP
Faction : Conseil
Rang : Maître du Jeu | Dieu Suprême
Voir le profil de l'utilisateur


Compte staff
Messages : 2222
Crédits : IVIA by Conteur

MessageSujet: Butariens   Dim 19 Oct 2014, 22:08
Butariens


Espèce bipède à quatre yeux originaire de Khar'Shan, les Butariens sont une espèce peu ouverte qui a choisi de s'isoler du reste de la galaxie. Les Systèmes Terminus sont infestés de pirates et d'esclavagistes butariens qui alimentent le stéréotype du Butarien hors-la-loi. Il est important de noter que ces criminels ne représentent pas les citoyens ordinaires qui n'ont pas l'autorisation de quitter l'espace butarien à cause de leur gouvernement omniprésent et paranoïaque : l'Hégémonie butarienne.

En dépit de plusieurs désaccords avec le Conseil de la Citadelle et leur hostilité avec les Humains, la plupart des Butariens choisissent des activités criminelles rentable comme le trafic de drogue ou d'esclaves ou des activités directement militaires comme le mercenariat. Ils ont également la réputation d'être des hommes d'affaire avisés et de bons commerçants, bien que dans les régions les plus anarchiques de la galaxie comme Oméga, les négociations avec les Butariens se font le plus souvent sous garde armée.

Pour plus d'informations sur les planètes et colonies butariennes, merci de consulter la Voie Lactée

Biologie


Les Butariens sont une espèce bipède anthropoïde appartenant à la famille des primates comme les Humains, les Quariens et les Asari. Ils possèdent une très fine pilosité faciale qui pousse principalement autour de la bouche. Leur caractéristique physique la plus distinctive est leur quatre yeux. Les Butariens sont l'une des quatre races intelligentes connues à avoir développées plus d'une paire d'yeux, les trois autres races sont les Prothéens, les Yaghs et les Léviathans. Les Butariens présentent également plusieurs pigmentation de peau. Si la plupart des Butariens ont une peau de couleur chair plus ou moins sombre, avec des rayures rouge et brune plus sombre au niveau des tempes, certains, à l'instar de Balak, ont une peau plus verdâtre avec des rayures noire et jaune au niveau des tempes.


Histoire


Lorsque les Butariens ont développé le voyage spatial, ils ont découvert des ruines prothéennes dissimulées sur Bira, une des lunes de la géante gazeuse Verush se trouvant dans le même système stellaire que Khar'Shan, ce qui leur permit de développer la technologie SLM. Les Butariens mettent un point d'honneur à rappeler que ces ruines avaient été endommagées par un séisme et que la perte de certaines informations les avait handicapés face aux autres espèces qui maîtrisaient le voyage spatial. Le Conseil de la Citadelle entra en contact avec les Butariens pour la première fois aux environ de 200 avant notre ère et leur a accordé une ambassade sur la Citadelle un siècle plus tard. En dépit d'être accueillis dans la communauté galactique, les Butariens provoquèrent plusieurs crises diplomatiques dans les relations galactiques au fil du temps. Aux alentours de 1785, une flotte butarienne bombarda la colonie galarienne de Mannovaï ; en 1913, l'Hégémonie Butarienne annexa la colonie asari d'Esan qui fut rebaptisée Lorek et en 2115, les forces conciliennes affrontèrent les forces butarienne sur la planète Enael.

Au début des années 2160, les Humains commencèrent à coloniser la Travée de l'Attique et plus particulièrement la Bordure Skyllienne, région également en cours de colonisation par les Butariens. Les Butariens demandèrent alors au Conseil d'intervenir et de déclarer la Bordure "Zones d'intérêts Butarienne", interdisant ainsi aux Humains de la coloniser et d'abandonner les colonies déjà fondées. Lorsque le Conseil refusa, les Butariens fermèrent leur ambassade à la Citadelle et rompirent toutes relations diplomatiques et économiques avec les races conciliennes, devenant ainsi un État rebelle qui se referma sur lui-même.

Les fonds et l'armement fournis par le gouvernement Butarien aux organisations criminelles des Systèmes Terminus, conduisirent à de nombreux raids brutaux sur les colonies humaines dans la Travée, aboutissant au Raid Skyllien de 2176, une attaque coordonnée de plusieurs gang pirates et esclavagiste financés par les Butariens sur la grande colonie humaine, la planète Elysium. En 2178, l'Alliance riposta par une attaque massive de la lune Torfan, longtemps utilisée comme une base butarienne accueillant de nombreux criminels en prime. Depuis, les Butariens s'isolèrent dans leurs propres systèmes et sont désormais très rare dans l'Espace Concilien.

Mass Effect 3 : 

Après la destruction du Relais Alpha, les Moissonneurs arrivèrent dans la galaxie via le système Vular, un système se trouvant dans l'espace butarien à la frontière de la galaxie et progressèrent très rapidement sur Khar'Shan. Après l'échec de l'attaque terroriste sur Terra Nova initiée par Balak en 2183, l'Hégémonie ordonna de se concentrer exclusivement sur l'étude du "Léviathan de Dis", une épave de vaisseau organique qui s’avéra être en réalité celle d'un Moissonneur, afin de "rendre aux Butariens leur place dans la galaxie". Cela permit au "Léviathan de Dis" d'endoctriner l'équipe scientifique et d'importants représentants du gouvernement butarien. Lorsque les Moissonneurs envahirent la galaxie trois ans plus tard, les Butariens endoctrinés ont sabotés les défenses de l'Hégémonie, ce qui permit aux Moissonneurs de conquérir très facilement l'ensemble de l'espace butarien tout en écrasant ses forces de défense.

Si Balak s'échappe de l'astéroïde X57, la destruction de l'Hégémonie par les Moissonneurs fait de lui l'officier le plus haut gradé de l'armée butarienne encore en vie. Il se dirigea sur la Citadelle avec les flots de réfugiés où il dirigea par la suite les restes de la flotte butarienne contre les Moissonneurs en piratant les transmissions du Conseil pour apprendre l'emplacement de l'ennemi et des tactiques efficaces contre eux. Shepard peut convaincre Balak d'apporter le soutien des vestiges de la flotte butarienne à la flotte coalisée pour tenter de reprendre la galaxie aux Moissonneurs ou le tuer pour ses actions sur Terra Nova.

Les soldats survivants de l'ancienne Hégémonie Butarienne font partie des nombreux groupes impliqués dans l'effort de guerre contre l'Invasion Moissonneur. Selon un bulletin d'information de l'Alliance, bien que leur aide dans le combat est appréciée, les soldats de l'Alliance et de l'Hégémonie ne se font pas confiance ou ne se respectent pas mutuellement pour autant.


Culture


Les Butariens accordent une très grande importance à la caste sociale et à l'apparence et outrepasser son rôle dans la société est très mal vu. Dénigrer sur la valeur monétaire d'une meilleure condition sociale est considérée comme une grave insulte. Les Butariens croient fermement que les espèces ayant moins de quatre yeux sont inférieures. Ils prennent souvent le dessus dans les débats inter-espèce car les autres races ont du mal à savoir sur quels se concentrer quand ils leur adressent la parole.

L'esclavage est une partie intégrante du système de caste butarien, en dépit d'être illégale selon les lois du Conseil. On ignore encore comment les Butariens ont put être une race concilienne pendant si longtemps alors que l'esclavage était toujours en vigueur chez eux. La théorie la plus probable est que cette coutume est si profondément ancrée dans la culture butarienne que les Butariens considéraient les lois antiesclavagiste du Conseil comme étant préjudiciable. Les esclavagistes butariens sont craint dans toute la galaxie et plus particulièrement dans les petites colonies isolées qui sont souvent la cible de leurs attaques. Les victimes de ces raids se voient généralement implanter dans le crâne un dispositif de contrôle. Une opération douloureuse car les Butariens n'utilisent pas d'anesthésiques sur les futurs esclaves. Talitha, une des victimes du raid esclavagiste sur Mindoir en 2170, dû subir cette pratique après sa capture. Les Butariens sont également connus pour asservir les personnes dépendantes au Sable Rouge quand ces derniers ne peuvent plus payer leurs consommations.

Le language corporelle est une partie importante de la société butarienne. Par exemple, pencher la tête vers la gauche est considérer comme une marque de respect et/ou d'admiration envers son interlocuteur. Au contraire, pencher la tête vers la droite est considérer comme une marque de supériorité envers son interlocuteur ou qu'il se considère comme étant supérieure à ce dernier. Par conséquent, ce geste peut être interprété comme une insulte.

Religion : 

On en sait très peu sur les croyances religieuses butariennes. Mordin Solus indique que les Butariens croient en une vie après la mort. Quand un Butarien meurt, son âme quitte le corps par les yeux. Les soins apportés à la dépouille sont considérés comme non importants sauf au niveau des yeux. Retirer ou arracher les yeux d'un Butarien mort ou vivant est une très grave offense sur le point de vue religieux car c'est comme lui interdire la possibilité de rejoindre l'au-delà.

En 2186, un prêcheur butarien demande au Commandant Shepard de récupérer les Piliers de la Force sur Khar'Shan afin qu'il puisse guider son peuple à travers ces moments difficiles grâce à ces écrits. Cela suggère que les croyances religieuses butarienne sont basées sur des textes sacrés comme certaines religions humains telles que le Christianisme ou l'Islam.


Gouvernement


Le reste de la galaxie voit les Butariens comme étant un problème négligeable. Leur gouvernement, connu sous le nom d'Hégémonie Butarienne est très hostiles envers l'Alliance Interstellaire, mais craint les réactions des autres "grandes" races concilienne que sont les Asari, les Galariens et les Turiens. On ne sait pas ce que le Butarien lambda pense au sujet de l'isolement forcé de sa race car le Ministère du Contrôle de l'Information s'assure que seuls les informations approuvées par le gouvernement entrent ou sortent de l'Hégémonie. Compte tenu de la nature oppressive du gouvernement butarien, il est supposé être de nature autocratique et totalitaire, bien que le monde natal butarien, Khar'Shan, est toujours divisé en plusieurs États-Nations.

Le gouvernement butarien blâme l'Humanité d'être la cause de leurs problèmes et prétend qu'il a été forcé de se débrouiller par lui-même, malgré le fait que son exil de la communauté galactique a été largement auto-imposé. Cet antagonisme qu'ont les Butariens envers les Humains se traduit sous formes d'escroqueries, de raids esclavagistes, d'attaques pirates et d'attentats terroristes. Des actions secrètement soutenues et financées par l'Hégémonie, bien qu'elle affirme publiquement qu'elle n'a rien à voir avec ces actes.

Toutefois, malgré leur isolement, le gouvernement butarien fournit toujours les mises à jours du vocabulaire, des règles grammaticales et des conjugaisons de la langue butarienne au reste de la galaxie, sans doute afin de pouvoir continuer à diffuser sa propagande hors-frontière. La langue butarienne est devenue la "lingua franca" des Systèmes Terminus, sans doute en raison de la prévalence des gangs et criminels butariens dans cette partie de la galaxie.


Doctrine militaire


On sait très peu de chose à propos de l'armée butarienne. Les sanctions de la Citadelle ont rendues l'armée butarienne à l'état de "tigre de papier" qui ne peut se battre que via des attentats terroristes ou d'autres actions détournées au lieu de mener une guerre de front comme à son apogée. En 2160, lorsque la colonisation de la Bordure Skyllienne débuta, autant du côté butarien que du côté humain, les forces militaires butarienne étaient déjà suffisemment affaiblies au point de n'avoir pu contenir l'expansion humaine dans la région. Balak affirme que les Butariens eux-même savaient que l'armée humaine était plus puissante, mais que le Conseil n'avait rien fait pour les protéger et les ont laissés se défendre tout seuls.

L'Hégémonie Butarienne n'a pas confiance dans les entreprises privées en ce qui concerne l'équipement militaire. La plupart du matériel militaire butarien est conçu et fabriqué par une entreprise nationalisée appelée "les Armements d’État Butarien", tristement connue pour son gaspillage de ressources et la corruption qui y règne. Elle fabrique aussi bien du matériel offensif que défensif et vend surtout ses produits dans les Systèmes Terminus. 

La flotte butarienne possède au moins un cuirassé. Comme ce n'est plus une race concilienne, elle n'est plus soumise au traité de Farixen et peut en avoir beaucoup plus. Ils ont également des vaisseaux plus petits, y compris les croiseurs de classe Hensa. Toutefois, compte tenu qu'un croiseur de cette classe fut récupérée et rénovée par les Quariens qui le baptisèrent "Idenna" une vingtaine d'années avant 2183, les Butariens ont peut être retirés cette classe du service actif depuis un moment.

L'armée butarienne a une division des forces spéciales connue sous le nom "Ombres de Khar'Shan" (OKS). Tout ce qu'on sait de l'OKS, c'est que leur programme d'entraînement est très brutal. Après que les Soleils Bleus engagèrent un groupe d'anciens agents de l'OKS pour diriger un camp d'entraînement en environnement hostile sur une des lunes de la planète Xetic, une enquête menée par les autorités d'Illium fit état que le taux de mortalité des recrues du camps dépassait les 18%. Cependant, une seconde enquête indépendantes des Soleils Bleus fit remarquer que les techniques de formation brutales des Butariens étaient conformes à ceux utilisés dans le programme de formation de l'OKS.

Il existe aussi une branche des forces spéciales, spécialisée dans l'espionnage, l'assassinat et le sabotage connue sous le nom "Yeux de Khar'Shan" (YKS), qui est suspectée d'avoir trempée dans plusieurs affaires d'attentats l'encontre de l'Alliance sans qu'aucune preuve ne fut jamais trouvée.

Quelque soit l'effectif et la puissance réelle de l'armée butarienne, elle a été pratiquement et rapidement anéantie par l'assaut Moissonneurs en 2186. Les quelques vaisseaux qui ont survécu à la chute de Khar'Shan ont fui vers l'espace de l'Alliance avec des milliers de réfugiés à leurs bords, ce qui est plutôt ironique quand on connaît la profonde haine que les Butariens ont à l'égard des Humains.

Époque actuelle


Première espèce à avoir été attaquée et balayée de la surface de la Galaxie, les survivants Butariens de la nouvelle ère se sont rassemblées autour de l'ancien noyau de l'Hégémonie qui se veut a l'heure actuelle plus proche de la communauté Concilienne - à savoir la Citadelle et l'Alliance, qui la garde précieusement. Ils ne sont plus que l'ombre d'eux-mêmes et ce même après 12 années de subsistance, même en continuant de concentrer le rapatriement des anciens réfugiés Butariens sur Khar'Shan et une planète voisine temporaire d'habitation. Les grosses créances des Volus ont permit à l'espèce de reconstruire sur leurs colonies ainsi que sur Khar'Shan, celle-ci étant toujours détruite à près de la moitié de sa surface par manque de moyen et surtout de population. Les Asaris tentent également d'apporter leur soutien, mais le degré de dévastation dans lequel repose la planète mère de l'Hégémonie est tel que cela en rend les choses très compliquées.

La Nouvelle Hégémonie mise tout donc sur les relations inter espèces et sur les voies commerciales - à commencer par les Volus, les Asaris, ainsi que le Conseil. Toutefois, elle n'abandonne pas ces relations avec les Systèmes Terminus en jouant sur un tableau plus officiel avec Omega : en effet, Aria T'Loak conclut un contrat avec eux, cédant une partie des droits sur le station en échange de main d’œuvre. Mais malgré ces collaborations opportunes, des terroristes ne sont pas à exclure. De plus, le gouvernement Butarien tente également depuis quelques années un rapprochement avec l'Alliance Interstellaire, mettant de côté les différents des deux espèces dans le but de sécuriser la situation de l'Hégémonie. Un conflit avec une autre faction serait dévastatrice pour elle. Elle le prouve en évitant des représailles sanglantes avec les différents gros groupes mercenaires, épaulant la Reine d'Omega, qui rompt leur accord sans concession.

Devant ces quelques échecs, d'anciens terroristes Butariens refusent le changement de tempo de la nouvelle Hégémonie et un gros convoi a fuit dans les Systèmes Terminus afin d'y élire domicile par une colonie clandestine - où l'esclavagisme règne et les règles abrogées par la loi Butarienne proche de l'anarchie et de la loi du plus fort esclavagiste. Ils continuent de haïr les Humains pour la mort de 300 000 collègues, amis, ou familles qui auraient pu aider contre les Moissonneurs et ... Cependant, désireux de réunir le peuple Butarien et éviter plus de dissensions, le gouvernement cherche à se détourner et adopte une posture largement indépendantiste vis-à-vis du Conseil - un changement radical, à défaut d'être inédite.

En cette année 2199, la Nouvelle Hégémonie est toujours dans un état relativement précaire et fait de son mieux pour garder son peuple en cohésion, s'ouvrant légèrement à l'Espace Concilien dans le but de se stabiliser économiquement mais bien entendu en se focalisant sur la reconstruction de Khar'Shan, vestige de la gloire passée des Butariens. Une gloire qu'ils souhaitent à tout prix retrouver.

C'est finalement en 2203 que l'Hégémonie connu son plus grand bouleversement lorsque les généraux s'unissent pour mettre en œuvre un coup d'état qui se clôturera par la mort du Galant'Ark, Argonar Dal'Shan. Tout du moins c'est la version officielle. Désormais le gouvernement prend une direction très différente et tente de s'ouvrir à la communauté galactique tout en renforçant drastiquement le contrôle de l'état. C'est une toute nouvelle voie qui s'ouvre pour l'Hégémonie.









Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Conseil
Rang : Maître du Jeu | Dieu Suprême
Voir le profil de l'utilisateur


Compte staff
Messages : 2222
Crédits : IVIA by Conteur

MessageSujet: Re: Butariens   Mar 08 Mai 2018, 08:34

Gouvernement de l’Hégémonie


Introduction


Autrefois gouvernement divisé en états-nations indépendantes constamment au bord de la guerre civile, à la corruption totale et ce à tous les niveaux hiérarchiques, souffrant d’un clientélisme abusif et d’une société de caste profondément inique faisant l’immense majorité des butariens, y compris ceux accédant au statut de citoyen en échappant à l’esclavage et aux persécutions, l’Hégémonie a grandement changé, au point qu’elle est difficilement reconnaissable à l’aube des grands changements qui bouleversent l’échiquier galactique.

Passé de puissance militaire agressive à nation autarcique souffrant de lourdes sanctions économiques, l’Hégémonie se relève peu à peu de ces dizaines d’années de régression politique, sociale et militaire qui a atteint son paroxysme lors de l’invasion Moissonneur, alors que les machine pensantes frappaient la nation butarienne en première victime. Au bord du gouffre, les nations s’effondrèrent brutalement tandis que les butariens se découvraient une improbable capacité à travailler de concert dans cette guerre génocidaire.

Toutefois, on n’efface pas ses vieux démons en quelques années, et dès la fin de la Grande Guerre Patriotique, des éléments des castes supérieures effectuèrent un coup d’état et prirent le pouvoir, ramenant l’Hégémonie des années en arrière. Fermant totalement ses frontières, finançant des coups d’états à travers quelques conflits, comme la guerre civile de Tuchanka, il parvint toutefois à se préserver de toute sanction supplémentaire en abolissant définitivement l’esclavage de son cœur, le Nid du Milan.

Récemment, avec la mort du dirigeant précédent dans un attentat, l’Hégémonie a pris un tout nouveau virage, négociant la levée progressive des sanctions mises en place par le Conseil, avec la signature de tous nouveaux contrats avec des nations émergentes comme les Tribunaux, le Zéphyr, les Enfants d’Amonkira, l’Amirauté, les Clans ou encore avec l’aide massive, tant sur le plan technologique que matériel, de la toute nouvelle espèce, les Laksals. Mais aussi avec le rachat probable de la colonie turienne de Gellix et la remobilisation de la flotte de colonisation.

  • STATUT ACTUEL

    Désormais, l’Hégémonie a abolit l’esclavage dans l’ensemble de ses colonies, même les plus lointaines, a rouvert ses frontières pour reprendre ses opérations militaires sur de nombreux fronts, comme la protection de la colonie elcor de Thunawanurro ou la planète-mère du peuple ralois, Turvess, mais aussi dans certaines opérations anti terroristes.

    La création d’enclaves économiques spéciales sonne aussi comme un vent de nouveauté et d’ouverture extraordinaire alors que de nombreux investisseurs, boulimiques à l’idée de marchés inexplorés, profitant d’une main d’œuvre moins cher et pourtant très qualifiée mais aussi l’absence d’impositions sur plusieurs années fondent rapidement, enrichissant faiblement l’Hégémonie mais apportant de nouvelles techniques, qualifiant les ouvriers à prix nul et permettant de se placer rapidement dans les marchés concilliens sans avoir besoin de s’y faire une place.

    Au-delà de ça, l’Hégémonie a lancé sa toute nouvelle constitution, rénovant intégralement le fonctionnement et la hiérarchie étatique, renforçant encore d’avantage le pouvoir du dirigeant tout en déléguant massivement les pouvoirs autrefois extrêmement concentrés. Mais le plus important restant la mise en œuvre de nouveaux projets ambitieux qui portent chaque jour d’avantage l’ambition retrouvée d’une nation à la recherche d’un nouvel âge d’or.

    Ministère de la Vérité


  • PÉRIODE ACTUELLE

    Ministère éphémère de l’ère Dal’Shan, le Ministère de la Vérité est la vision d’un seul butarien, l’actuel Galant’Ark de l’Hégémonie. Destinée à contrôler le plus totalement possible l’information brute afin de la modeler dès sa découverte pour la construire dans la plus parfaite adéquation de la vision d’état, le Ministère de la Vérité concentre un grand nombre de pouvoirs nécessaires à la bonne réalisation de sa tâche essentielle pour une nation aussi portée sur le contrôle de l’information que l’Hégémonie.

    Le slogan de ce ministère, en se référant à son appellation, est d’ailleurs :

    « Nous la découvrons, nous l’annonçons et enfin, nous l’enseignons. »

    Et pour mener cette mission, le Ministère de la Vérité contrôle trois bureaux stratégiques, la police de la sécurité intérieure, la propagande et la pensée patriote. Trois bureaux qui permettent de réaliser chaque portion du slogan avec un contrôle quasi-total au sein des territoires contrôlés par l’Hégémonie, la mission étant bien entendue nettement plus complexe dans les mondes situés au cœur des Systèmes Terminus.

    Et avec la police de la sécurité intérieure, le ministère est aussi capable de punir efficacement, et souvent brutalement, les individus tentant de se substituer à ce contrôle ou désirant contrevenir au monopole d’état sur la question de l’information. Pour certains, le Ministère de la Vérité est très proche du réseau du Courtier de l’ombre, le soutien d’état en plus.

    Le dirigeant du Ministère de la Vérité, portant le titre de D’Yanoi, est souvent considéré comme le deuxième butarien fort du gouvernement et l’individu le plus influent dans le fonctionnement interne de la nation. Véritable maître espion et maître à penser de la nation, la direction est souvent donnée à d’anciens membres de l’YKS, mais c’est aussi le poste qui symbolise la plus forte proximité avec le Galant’Ark.

  • Bureaux notables

    • Police de la Sécurité Intérieure

      Elle-même séparée en trois branches très distinctes, le PSI est l’une des composantes les plus efficaces et brutales de tout l’Hégémonie. C’est le PSI qui dirige directement, sous le commandement d’un général, le seul du Ministère de la Vérité, les forces d’interventions spéciales de l’Hégémonie, les Ombres de Khar’shan, les services secrets d’espionnages et de sabotage, les Yeux de Khar’shan et le commissariat d’état. Chaque groupe ayant un fonctionnement très spécifique. L’OKS s’occupe des interventions militaires directes, très souvent brutales et ne s’occupant guère des pertes civiles, l’YKS s’occupant du vol industriel, de l’assassinat ciblé, de l’espionnage et du sabotage et enfin le commissariat d’état qui s’occupe de surveiller et de punir les manquements des fonctionnaires et militaires.

    • Bureau de la propagande

      Au sein de l’Hégémonie, les médias privés n’existent tout simplement pas, l’extranet étant fermement contrôlé et surveillé par le PSI, et les canaux officiels sont donc le seul moyen légal de s’informer et de se divertir. Pourtant, l’Hégémonie possède de nombreux canaux aux fonctions très spécifiques, plusieurs dédiés au sport, à la politique, à la propagande militaire, et enfin les canaux dédiés aux divertissements comme les holos.

      Bien évidemment, la production de films est strictement contrôlée par le BP qui s’assure que les productions respectent des règles peu nombreuses mais essentielles. Pas de critiques du gouvernement, respect stricte des règles de diffusion, comme les canaux suivant le propos de l’œuvre, et l’inclusion de messages natalistes. Pour le reste, les réalisateurs sont assez libres dans la production, n’ayant pas au sein de l’Hégémonie de restrictions sur l’usage de la violence ou de la sexualité à partir d’un seuil légal de seize années pour le spectateur.

      Les règles étant globalement partagé pour le reste des canaux de diffusions, et il n’est donc pas rare de voir des combats à morts diffusés sur des canaux sportifs ou des reportages extrêmement crûs sur la Grande Guerre Patriotique.

    • Bureau de la Pensée Patriote

      Sûrement le bureau le plus contesté par les adversaires farouches d’un retour de l’Hégémonie dans l’économie et la politique galactique, le Bureau de la Pensée patriote est l’équivalent d’un ministère de l’éducation chez la plupart des autres nations. Au sein de l’Hégémonie, c’est l’un des plus recruteur à l’heure actuelle, étant donné que des milliers d’anciens esclaves attendent encore de recevoir une formation pour se former et ainsi élever toute la société dans son ensemble.

      N’existant pas d’écoles privées, l’état contrôle l’éducation de la nation de sa base à son sommet et chaque professeur suit une formation complète sur la maîtrise de l’information, les techniques de propagande et sur la pédagogie. Car même si le manque d’éducation reste un moyen de contrôler le peuple, l’Hégémonie, et son actuel Galant’Ark en tête, considère qu’une nation ne peut s’élever que si toute la société le fait, l’alphabétisation et la formation étant la tête de pont de ce nouveau fonctionnement scolaire. Et si les citoyens peuvent être rendu fanatiquement patriotes au passage.


    Ministère de la Répartition


  • PÉRIODE ACTUELLE

    Autrefois dispersé en de multiples ministères mis en concurrence, souffrant terriblement de la corruption et des rivalités internes, l’économie de l’Hégémonie était un colosse au pied d’argile bien avant les sanctions conciliennes et les conflits l’opposant aux ambitions territoriales de l’Alliance Interstellaire, et elle ne dût sa survie lors de leurs mises en places qu’avec le soutien du marché noir, souvent contrôlé par les différents ministres et leurs puissantes familles.

    Toutefois, et comme souvent, ce sont les plus pauvres qui souffrirent le plus de cette économie morne et massivement contrôlée par des familles mafieuses, tandis que les quotas donnés aux esclaves ne faisaient que croitre, tuant de plus en plus d’ouvriers, réduisant l’avenir de la nation à peau de chagrin alors que les années passaient.

    Heureusement, la victoire de la Grande Guerre patriotique changea massivement ce fait, et l’énergie coopérative fit des merveilles tandis que la nation relançait la production, sans jamais réellement tenter de mettre un terme à la corruption ambiante, pire la régence Dal’Shan empira cette mainmise mafieuse alors que la famille du Galant’Ark appauvrissait la main d’œuvre et les moyens opérationnels en privatisant à grand coups de cadeaux aux grandes familles qui possédaient déjà tout, la famille Dal’Shan s’emparant des marchés les plus juteux comme l’armement ou la production minière.

    Désormais fusionnés en sein seul méga ministère dédié à la production, au travail et au contrôle de ces différents éléments, le Ministère de la Répartition était né. Encore relativement jeune, il est aujourd’hui pleinement opérationnel et est le véritable cœur battant de l’Hégémonie même s’il subit encore violemment les contre coups des privatisations et de la corruption généralisée qui, suite à d’innombrables procès et exécutions, du manque de haut fonctionnaires formés ainsi qu’à de nombreux sabotages effectués par les grandes familles lors des vagues massives de nationalisations effectués par le nouveau gouvernement.

    Le dirigeant du Ministère de la Répartition, portant le titre de D’Juuy, est un individu influent dans la politique de l’Hégémonie, ayant dans ses effectifs l’immense majorité des travailleurs et fonctionnaires de la nation mais au pouvoir étonnant important dans les domaines militaires, ayant le contrôle effectif des nombreux chantiers spatiaux produisant les flottes civiles et militaire. Le poste est surtout donné à des technocrates.

  • Bureaux notables

    • Bureau de l’économie

      Plus petite branche du ministère, mais hautement vitale, le Bureau de l’économie regroupe l’ancien ministère des finances, gérant le flux monétaire et la production de crédits, et son influence croit d’heures en heures alors que les enclaves économiques spéciales ont été récemment ajoutées à son contrôle, faisant de ce bureau le partenaire principal de toutes les entreprises tentant de s’adjoindre au programme.

    • Bureau de la Production

      Fusion des puissants ministères du travail, des services douaniers et du tout-puissant ministère du patrimoine immobilier, le Bureau de la Production est aujourd’hui un monstre engageant plus de la moitié des fonctionnaires de l’Hégémonie, dont l’imposant et influent département minier qui est le fleuron technologique et la plus grande source de revenu actuel de l’Hégémonie. C’est lui qui définit les quotas de production qui font vivre la nation, et qui entretien les flottes et équipements de l’armée et des autres ministères.


    Ministère de Fer


    Lorsque l’Hégémonie était encore l’union de diverses nations indépendantes, elle possédait autant d’armées que de nations et une maigre armée d’union appartenant au gouvernent de l’Hégémonie. En réalité nid à corruption et chantage, cette armée n’en était pas moins extrêmement efficace et possédait quelques exploits à son palmarès comme la conquête d’une colonie asari et l’assaut d’une colonie galarienne sans que l’Union ne prévoit l’assaut. Toutefois, avec les sanctions économiques et son incapacité à contrer efficacement l’Alliance, elle fut quasiment démantelée et ne put que pratiquer des actes de sabotages et de terrorisme indignes d’une nation aussi portée sur la guerre.

  • PÉRIODE ACTUELLE

    Complètement réformée, l’armée de l’Hégémonie a connu un changement majeur, la scission totale de l’armée de terre de la flotte afin de préserver la nation des habitudes de coup d’état de la part des hauts gradés de la flotte mais aussi pour rendre les différents ministères inter dépendants pour maximiser la puissance politique du dirigeant de la nation.

    C’est avec cette vision que le Ministère de Fer est né, car si le Ministère de la vérité est l’esprit de la nation, le Ministère de la Répartition le cœur battant, alors le Ministère de Fer est l’incarnation de l’exigence et de la dureté butarienne qui a fait la légende de l’espèce. C’est ce ministère qui contrôle la puissante armée de terre, mais aussi la terrible police et le réputé département pénitentiaire, ainsi que le bureau de la Justice et ses nombreux procès autrefois profondément corrompu.

    Le but premier du ministère est de réprimer, de juger et de punir les opposants politiques, les criminels et délinquants mais aussi de porter les valeurs de l’Hégémonie partout où ses fonctions l’appellent. C’est le Ministère de Fer qui s’occupe actuellement de sécuriser Lasjae, qui contrôle les nombreuses prisons, secrètes ou non, et bunkers, secrets ou non, qui parsèment les mondes de l’Hégémonie, c’est aussi lui qui assure la sécurité terrestre de ces mondes et qui s’occupe de la protection des usines de l’Hégémonie sur Turvess.

    Le dirigeant du Ministère de Fer, portant le titre de D’Amai, est toujours désigné au sein de l’armée de terre et est généralement désigné par les qualités naturellement recherchées pour un tel poste, une totale absence de compassion, un patriotisme zélé et un sens de la gestion et de la stratégie pointu, ce qui donne souvent des ministre peut impliqué dans la politique mais extrêmement efficace pour un rôle qui demande une quasi absence de morale.

  • Bureaux notables

    • Bureau de la Sureté

      Nouveau nom pour l’armée de terre, le Bureau de la sûreté est en vérité un élément central dans l’Hégémonie et l’un des plus gros recruteurs derrière l’imbattable bureau de l’économie et le bureau de la pensée patriote, car il n’est pas uniquement constitué des soldats et officiers classiques mais aussi de la flotte maritime et aérienne de l’Hégémonie en une seule et immense armée parfaitement coordonnée. Toutefois, le Bureau de la sûreté n’est pas parfaitement autonome devant toujours travailler de concert avec le département du travail et ses nombreux unités dédiées à la logistique et l’ingénierie, mais aussi avec la flotte spatiale qui est la seule habilité à transporter l’armée de mondes en mondes.

    • Bureau de la Répression

      Elément extrêmement important au sein d’une nation pratiquant l’esclavage, avec les émeutes et révoltes inhérentes, le Bureau de la Répression a perdu de sa superbe depuis l’abolition de l’esclavage mais tend progressivement à retrouver une place centrale en servant massivement de soutien aux activités du commissariat d’état dans la traque et la punition des éléments corrompus de la nation.

      Et même si ses effectifs sont en diminution, le département de police reste tout de même encore relativement occupé avec la surveillance des zones mortes, couvrant encore un bon tiers de la planète-mère, la répression des activités esclavagistes résiduelles et le conflit ouvert avec certaines puissantes familles des castes supérieurs, surtout depuis que la famille Dal’Shan a quasiment été exterminée, rendant les autres maisons plus agressives.

      De son côté, le département pénitentiaire reste stable et continu à gérer d’une main de fer les prisons tout en mettant en œuvre une massive reconstruction de celles se trouvant dans l’état le plus catastrophique.

    • Bureau de la Justice

      Aberration pour certaines sociétés conciliennes, le Bureau de la Justice est entièrement intégré au pouvoir national et ne possède pas la moindre indépendance. Car la justice est le simple prolongement des décisions et lois nationales et n’a pour but d’assurer un traitement personnalisé ni à chercher à interpréter les règles sociétales, elle applique simplement les lois. L’Hégémonie pratique donc principalement des peines prédéfinies, et très souvent nettement plus lourdes que dans la plupart des autres sociétés sur les sujets du crime sexuel, de la trahison, de la corruption et de la désobéissance civile.


    Ministère de la Réconciliation


  • PÉRIODE ACTUELLE

    Résultant de la fusion de ministères devenus faméliques et gangrénés par l’absentéisme, la corruption et régulièrement utilisés comme mutation servant à la punition, le Ministère de la Réconciliation provient des restes du ministère des affaires étrangères et du ministère de la colonisation spatiale, les deux ministères ayant quasiment disparu lors du conflit avec l’Alliance Interstellaire et la rupture de l’ambassade de l’Hégémonie sur la Citadelle, mais aussi avec l’enclavement totale mise en place par les forces humaines pour affermir leur mainmise absolue du tout nouveau Système de l’Alliance Interstellaire.

    Revenu sur le devant de la scène avec la récente réouverture politique et économique de l’Hégémonie, le Ministère de la Réconciliation devenait une nécessité et poursuit à un rythme de croisière son retour progressif dans un rôle de premier plan, profitant des enclaves économiques et du renouveau des interventions militaire dans le reste de la galaxie pour s’implanter partout où cela lui est possible. Le plus grand coup d’éclat restant pour l’heure la mise en chantier de l’immense centre universitaire regroupant plusieurs espèces et nationalités au sein de Khar’shan, la construction d’une ambassade sur Lasjae et sur Rannoch et le renouveau frénétique de la mission de colonisation entreprise dans le prometteur Système Frontalier.

    Le dirigeant du Ministère de la Réconciliation, portant le titre de D’Oyuin, est autant un ambassadeur officiel de l’Hégémonie qu’un gestionnaire avisé, c’est donc dans les rangs des grandes universités d’état que la perle rare est désignée, et il est entendu qu’elle doit posséder un sérieux bagage en xéno-culture, en génie climatique et xéno-biologie, mais aussi des capacités oratoire reconnue au cours de son bagage universitaire et professionnel. Scientifique et diplomate, voilà ce qui est attendu, et c’est sûrement le seul ministère ou il est attendu une aisance certaine avec le fait de jongler entre patriotisme, ouverture d’esprit et sens de la manipulation des règles.

  • Bureaux notables

    • Bureau des échanges culturels

      Cœur diplomatique de l’Hégémonie, le Bureau des échanges culturels a pour but de construire des ponts auprès des autres espèces, en privilégiant celles au passif moins conflictuel avec l’Hégémonie comme les Tribunaux, la Primauté, les Clans, le Zéphyr et le Protectorat. C’est aussi lui qui gère la situation d’échanges avec les Laksals ainsi que les tentatives d’approches auprès du Vol et la Hiérarchie autour des sujets épineux comme la réconciliation nationale et le cas Gellix.

      C’est aussi lui qui gère le cas de l’enclave drell de Camala, et la grande université commune de Khar’shan.

    • Bureau de l’expansion

      Bureau le plus en vogue actuellement, le Bureau de l’expansion est en pleine frénésie autour de la flotte de colonisation et la toute récente implantation du Nid du Milan dans le Secteur Frontalier et ses nombreux systèmes solaires complètement inexplorés et n’attendant plus que de vaillants colons. Il voit chaque mois son budget croitre tandis que l’Hégémonie relance massivement la machine et vise au plus vite la construction d’au moins deux colonies, c’est donc au Bureau de l’expansion de s’assurer que tout soit prêt pour coloniser au plus vite, et avec un maximum de sécurité ces futurs probables mondes.


    Le Conseil des Commandeurs


  • PÉRIODE ACTUELLE

    Au sein de l’Hégémonie, le grade de Commandeur désigne le plus haut rang pouvant être atteint par un membre de la flotte spatiale, c’est un grade qui donne accès au commandement de toute une flotte et dont le nombre est ainsi restreint par celui des flottes construites par l’Hégémonie. Le Conseil des Commandeurs est le regroupement de tous les commandeurs de l’Hégémonie ainsi que du Suprême Commandeur, rôle appartenant au Galant’Ark, et du Vice-Commandeur, le commandant en chef de la flotte de colonisation.

    Le rôle du Conseil des Commandeurs est extrêmement simple, assigner aux différentes flottes son rôle opérationnel pour les jours, semaines, mois ou années à venir, procéder à la nomination d’un Commandeur si un poste devait être ouvert, définir les actions militaires à entreprendre lors d’une crise majeure et coordonner les flottes en cas de guerre ouverte avec une autre nation. Dans les faits, le Conseil se réunit plus régulièrement pour traiter de nombreux sujets moins importants comme les changements d’assignation, les rapports d’accrochages et les rapports de patrouille dans le Secteur Frontalier.

    Comités civils et Exceptionnels

  • Comités exceptionnels

    • Département Anti-Corruption

      Lorsque la nouvelle constitution fut envisagée pour rénover et clairement marquer ce changement de gouvernance comme une période entièrement nouvelle ou l’Hégémonie pourrait enfin réellement connaître un âge d’or, il fut envisagé différentes méthodes pour indiquer de manière claire et précise que les errements du passés étaient réellement d’une autre époque, et c’est finalement comme cela que le Département Anti-Corruption est né, preuve flagrante que les criminels et délinquants d’antan n’avaient plus leur place dans l’avenir envisagé.

      D’abord légères, les premières réformes soulevèrent bientôt une interrogation majeure, comment se débarrasser d’habitudes fermement ancrées absolument à tous les niveaux de la société en réformant avec douceur. La réponse tomba rapidement, cela était impossible, surtout si les punitions ne concernaient que les petites mains. Les pouvoirs du département furent donc largement élargis et le Ministère de Fer largement invité à soutenir l’opération, qui purgea un nombre pharamineux de mafias étatiques et organisa un nombre ridiculement élevé de procès par jours.

      Toutefois, la société butarienne sort désormais lentement mais sûrement d’une profonde habitude autodestructrice qui ne peut être que bénéfique sur le long terme. Reste toutefois les réticences des puissantes maisons des castes supérieurs qui résistent encore aux procès qui s’éternisent tant les nouveaux juges croulent sous le travail.

    • Département de la reconstruction

      Né de l'idée du précédent Galant'Ark, le département de la reconstruction perd autant en influence au fur et à mesure que sa mission avance, ce qui n'a pas été sans complications tandis que quelques mafias prenaient le pouvoir au sein d'une société ou la corruption est aisée. Depuis le changement de direction, et les nombreux procès Anti-corruption qui ont prioritairement ciblés l'armée et la reconstruction, le travail reprend avec rapidité bien que la plupart des financements sont régulièrement déviés pour se centrer sur l'amélioration et l'agrandissement des mondes extérieurs, laissant pour l'heure un bon tiers de Khar'shan souffrir des séquelles de la Grande Guerre Patriotique.


  • Comités civils

    • Comité Ullanor

      Premier comité civil produit par l'actuel Galant'Ark, le Comité Ullanor, qui porte le nom d'un ouvrier butarien ayant explosé les quotas imposés, est une idée étonnamment démocratique dans une société hautement verrouillée. L'idée est extrêmement simple, chaque élément de la société, que ce soit les mineurs, les ingénieurs, les météorologues, ou tout autre, possède désormais le droit à former un comité et à élire un délégué qui portera chaque trimestre une liste de doléance au plus haut sommet de l'état. L'Hégémonie décidant dès lors d'appliquer, de réformer ou de modifier les éléments incriminés ou demandés en fonction des possibilités.





  • Revenir en haut Aller en bas
     

    Butariens

    Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
    Page 1 sur 1

    Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
    Mass Effect Reborn :: Règles & Univers :: Codex :: Les Espèces-