AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 Le tout nouveau Ice Cube System [pv Soran]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Personnage RP
Faction : Indépendantiste
Rang : N/A
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4808-reactivation-d-ayyn-vena#7
http://www.masseffect-reborn.fr/t3849-dossier-concernant-ayyn-vena


Membre
Messages : 45

MessageSujet: Le tout nouveau Ice Cube System [pv Soran]   Jeu 13 Nov 2014, 21:03
Intervention MJ : nonDate : 5 novembre 2199 RP Tout public
Fayes Mirialan ♦ Soran Restitus
Le tout nouveau Ice Cube System




Fayes était allongée à plat ventre sur son lit, en train de bidouiller un petit engin électronique, comme à son habitude. C'était une journée plutôt calme et la jeune fille n'avait pas de grosse commande en attente, c'est pourquoi, elle avait décidé de ne pas travailler dans l'atelier pour le moment. Ce n'était certes pas très professionnel, mais après tout, qui pourrait bien la blâmer ? Elle était sa propre patronne ! Est puis de toute façon, ce n'était pas de descendre à l'atelier qui allait la faire passer pour une bricoleuse plus consciencieuse. L'endroit était tellement en bordel qu'il devenait de plus en plus difficile de s'y déplacer. Mais pourquoi rangerait elle alors qu'elle pouvait encore bidouiller dans sa chambre ? L'humaine n'avait jamais été très ordonnée, et ce n'est sans doute pas maintenant que ça allait changer. Après tout, tant que les clients ne fuyaient pas, il n'y avait pas de raison de changer. A dire vrai, même si sa clientèle commençait soudainement à éviter sa boutique à cause du désordre, la dernière née de la famille Mirialan ne la mettrait certainement pas plus en ordre...

- Mais non, tu peux pas faire ca, ca marchera jamais !
- Et depuis quand tu t'y connais en diplomatie ? Répondit Thomas dans son oreillette. N'est ce pas toi qui se mets à trembler dès que tu es conviée à un dîner mondain ?
- Tu sais très bien que je n'aime pas ton milieu coincé... Et je déteste porter ce genre de vêtements...
- Alors pourquoi tu continues à venir ?
- Pourquoi tu continues à m'inviter ?
- Pour voir ma petite soeur préféré.
- Ah saleté !
- Quoi ?
- Non rien, une fausse manip'...

Une gerbe d'étincelles venait de jaillir de l'objet que la mécanicienne manipulait. Mais ce n'était pas tant ca qui l'avait fait pousser son exclamation. Non, ce qui avait réagir la technicienne, c'était l'énergie électrique qui s'était déversée dans sa main à ce moment là. En effet, comme à chaque fois qu'elle travaillait sur un petit objet, la dernière née de la famille Mirialan ne portait aucun gant et n'avait donc aucune protection contre les coups de jus. De fait, en plus de la petite douleur, elle se mit à souffrir d'un léger engourdissement des doigts. Rien de grave, il aurait disparu d'ici quelques minutes, mais ralentissant tout de même. Afin d'accélérer le processus, la jeune fille entreprit d'ouvrir et de fermer plusieurs fois sa main. Cependant, elle n'avait pas besoin de récupérer l'usage complet de son membre pour observer les circuits internes de l'engin qu'elle était en train de manipuler. C'est pourquoi, tout en prenant le temps d'admirer encore une fois le travail d'orfèvre qui avait été exécuté sur toute cette microélectronique, elle constata que malgré sa petite erreur elle avait presque fini son travail, ce qui la fit sourire de satisfaction.

- Fausse manip ? Tu es encore en train de travailler au téléphone ?
- Je vais pas rester à me tourner les pouces juste parce que je discute...
- Moui, au lieu de ca, tu préfères diviser ton attention et manquer de te couper un doigt...
- Relax max, c'est juste un petit coup de jus. Rien de bien dangereux.
- Admettons... soupira le garçon. Et donc, sur quoi tu travailles ?
- Un genre de micro caméra planquée dans une broche. De la microélectronique plutôt avancée. Répondit l'humaine d'un ton plutôt désinvolte.
- Fayes... Tu es au courant qu'un truc dans ce genre va certainement être utilisé à des fins illéga...
- Attends une seconde, le coupa-t-elle. T9, CLIENT !
- Merci de prévenir avant de hurler dans le combiné...
- Excuse moi, mais ca fait 5 minutes que quelqu'un sonne en bas !
- Et je vois que ton contact clientèle ne s'est guère amélioré...
- Qu'est ce que vous avez tous avec mon contact clientèle ?
- Non rien, je vais te laisser travailler. Si j'ai bien compris, tu vas devoir y retourner. Fayes attention à toi petite soeur.
- À plus.

La jeune fille raccrocha d'une simple pression sur son oreillette avant de se replonger dans sa microélectronique. Elle avait presque fini à présent. Plus que quelques bidouilles et ce truc devrait marcher. L'électronicienne utilisa son outil pour connecter deux fils avant de rétablir le branchement entre l'un des composants et la carte mère. A priori, ça devrait fonctionner à présent. L'humaine tenta de démarrer l'appareil, mais rien ne se passa. Saleté ! Ça aurait dû se lancer ce coup ci ! Ah, et cette sonnette qui n'arrêtait pas de retentir ! Où était donc passé ce méca d'accueil de la clientèle ? Jamais là quand on avait besoin de lui... La native de Benning allait devoir se lever pour accueillir ce client qui devait commencer à s'impatienter. Heureusement qu'elle s'était habillé ce matin. Elle n'avait pas forcément envie d'accueillir des inconnus en pyjama. La benjamine s'extirpa donc de son lit et déposa ce qu'elle avait entre les mains sur sa table de nuit. Elle reprendrait son travail dessus plus tard.

Fayes quitta sa chambre et entreprit de se rendre à son comptoir. Elle zigzagua au milieu du bazar qui jonchait son couloir avec une certaine habilité, sans aucun doute due à l'habitude, et finit par atteindre la boutique. Là, T9-N7 l'attendait, en compagnie d'un turien. La technicienne n'était pas des plus physionomistes, mais il lui semblait bien qu'elle avait déjà vu cet alien quelque part. On oubliait pas si facilement que ca un géant de deux mètres au moins qui se sapait comme un croque mort. Quoi qu'il en soit, elle avait beau être consciente qu'il ne lui était pas totalement inconnu, elle serait bien incapable de savoir qui il était. Le meilleur moyen serait encore de lui demander. En tout cas, il n'avait pas l'air particulièrement gêné d'avoir attendu, puisqu'il semblait observer la boutique d'un oeil plutôt intéressé. En réalité, c'était le méca qui avait dû martyriser cette pauvre sonnette d'appel pendant les dernières 10 minutes. La bidouilleuse imaginait d'ici à quel point il avait dû se complaire d'excuses auprès de l'extraterrestre...

- Ah maîtresse Fayes, vous voilà enfin ! Ce monsieur vient pour retirer un article.
- Et tu pouvais pas t'en occuper seul ?
- Il s'avère que c'est vous qui l'avait rangé maîtresse et que votre logique d'ordonnancement a tendance à m'échapper dans la majorité des cas... Celui-ci y compris.
- Je vois... Bon, je vais m'en occuper. L'humaine se dirigea vers son client et l'interpella comme à son habitude. Salut. Il paraît que tu viens chercher un truc.

Le turien confirma.

- Et donc... C'est quoi ?

Le natif de Palaven résuma l'objet de sa commande et son interlocutrice se remémora rapidement de ce dont il s'agissait. Quelque chose qu'elle avait fini il y a quelques jours, mais qu'elle avait continué à améliorer jusqu'à hier soir. Elle avait rajouté quelques fonctionnalités par rapport à la commande initiale, mais elle ne doutait pas que l'alien en serait content. Elle se rendit donc dans l'arrière boutique pour récupérer l'objet en question. Après quelques minutes, elle réapparut avec un énorme fusil à pompe entre les mains. Elle le posa sur le comptoir aussi adroitement qu'elle le put et attendit la réaction de son client. Celui ci écarquilla les yeux en se rendant compte que son outil avait facilement doublé de volume. Un énorme caisson avait été rajouté sur le flanc gauche de l'engin de mort. Comme le colosse n'avait toujours pas prononcé le moindre mot, l'humaine décida de l'encourager à donner son avis.

- Qu'est ce que t'en dis ? Lança t elle avec un grand sourire de fierté.





Ce n'est pas parce que je suis fou que je suis de mauvaise compagnie.


Dernière édition par Fayes Mirialan le Jeu 13 Nov 2014, 21:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 30

MessageSujet: Re: Le tout nouveau Ice Cube System [pv Soran]   Dim 16 Nov 2014, 14:08

Soran venait de poser le Harfang dans un spatioport de Horizon. Une colonie humaine qui avait survécu à bien des maux quelques années au par avant. Restitus avait déplacé le vaisseau, probablement sans que son coéquipier ne s'en rende compte, trop occupé à bricoler et à boire dans son atelier. Le turien averti l'IV du vaisseau qu'il quittait le Harfang et qu'elle devait le verrouiller.

Au milieu de la foule d'humain, un turien était remarquable, mais avec plus de deux mètres et quelques de haut, Soran était visible à plusieurs mètres à la ronde. Il s'arrêtait souvent pour demander le chemin de la boutique que lui avait conseillé un ancien coéquipier dans l'armée. C'était cette même personne qui c'était chargé d'envoyer l'arme du biotique vers ce technicien, c'est pour ça que le turien semblait si perdu. Mais la plus part ignoraient où se trouvait cet atelier, peut être ignoraient ils son existence ? Ou est-ce Soran qui le prononçait incorrectement ? Par chance il croisa une personne qui connaissait la personne qui y travaillait et indiqua à Restitus son chemin.

Après une dizaine de minutes de marche, le turien se trouvait devant l'atelier tant chercher depuis son arrivé sur la colonie humaine. La devanture manquait un peu d'entretien, mais ce n'est pas à la couverture que l'on juge un livre. Il se demandait juste ce que pouvait bien être ce drôle de logo rose dans un coin. Un genre de ballon avec des pieds, de petits bras et un semblant de visage. Soran entra dans la boutique, et tomba nez à nez avec un mecha de protocole.


-Bonjour monsieur, je suis T9-N7, puis-je vous être d'une quelconque utilité ?
-Oui, je viens chercher une commande.
-Et vous êtes ?
-Soran Restitus.
-Très bien, je vais aller voir où ma maîtresse à bien pu ranger cela. Le mécha quitta son poste pour essayer de trouver dans le bazar derrière le comptoir.
-Sa maîtresse... ?
Le robot revint une ou deux minutes plus tard.
-Excusez-moi monsieur, mais je ne sais pas où ma maîtresse à bien pu ranger votre commande. Je vais l’appeler. Le mécha appuya sur un bouton qui devait servir de sonnette.

Et cela dura pendant un bon moment, le robot continuant d'appuyer sur la sonnette tout en s'excusant. Soran étant d'un naturelle patient en dehors des moments d'affrontement, c'était plus le bruit de la sonnette et l'attitude du mécha qui lui taper sur les nerf. A un moment, un hurlement se fit entendre, venant d'une pièce non loin.

-T9, CLIENT !

Soran rigola intérieurement imaginant Vindex et Mai à bord du Harfang. Le turien continua d'observer les produits qui était vendu dans cet atelier. Il y avait de nombreux articles, pour la plus part de secondes mains, mais en plutôt bonne état, même si ils avaient un petit quelques chose en plus.

Après quelques petites minutes, une humaine, assez jeune, qui aurait fait tourner la tête de plus d'un humain arriva tout en zigzagant à travers tout le bazar.


-Ah maîtresse Fayes, vous voilà enfin ! Ce monsieur vient pour retirer un article.
-Et tu pouvais pas t'en occuper seul ?
-Il s'avère que c'est vous qui l'avez rangé maîtresse et que votre logique d'ordonnancement a tendance à m'échapper dans la majorité des cas... Celui-ci y compris.
-Je vois... Bon, je vais m'en occuper. L'humaine se dirigea vers son client et l'interpella comme à son habitude. Salut. Il paraît que tu viens chercher un truc.
-Oui.
-Et donc... C'est quoi ?
-Un fusil à pompes Claymore, il est arrivé par livraison avec un fichier audio expliquant la commande ainsi qu'un cahier des charges écrits et une ou plusieurs photos de moi... C'est un vieille ami qui c'est chargé de vous envoyer le colis. Je demandais à ce que le système de refroidissement soit assez performant pour pouvoir faire deux tirs avec une seule cartouche thermique, sachant que les derniers modèles sont encore plus performantes qu'il y a quelques années.

L'humaine parti dans l'arrière boutique et revint une ou deux minutes plus tard avec le colis dans une boite qu'elle posa sur le comptoir et le déballa. Quel fut la surprise de Soran quand il vit que son arme avait au moins doublé de volume, elle avait rajouté un énorme caisson sur le flanc du fusil à pompe le rendant probablement encore moins maniable. Le turien ne savait pas quoi en penser, c'est alors que l'humaine engagea la discussion.

-Qu'est ce que t'en dis ? Lança t'elle avec un grand sourire de fierté.
-Ce que j'en dis... C'est que tu vas tout de suite me retirer le gros machin que tu as collé sur mon arme et me rendre mes crédits !
-Quel gros machin ? Le distributeur de glaçon ? Mais non, il est là pour rentabiliser tout le froid supplémentaire que produit le système de refroidissement. On pourrait le laisser perdre, mais c'est plus malin de l'utiliser non ?
-Et sa aurait pas été possible avec... je sais pas... un genre d'extincteur ?
-Probablement que si, mais à quoi ça aurait bien pu te servir ? Tu as souvent des incendies à éteindre ? Là, Tu peux te faire un thé glacé si t'as une petite soif, c'est quand même plus utile !
-Mais, sinon tu peux me changer ce... distributeur de glaçon par autre chose ? Et es-ce qu'il y aurait moyen d'essayer l'arme sans attirer trop l'attention ?
-Essayer l'arme ? Hum, y a toujours T9 qui peut servir de cible mouvante... Hum non, il a pas l'air d'avoir envie de coopérer. Bah, je dois pouvoir t'arranger un truc dans l'arrière cours je suppose.

Fayes fit signe à Soran de la suivre. Sceptique, le turien attrapa son arme qui ne semblait pas beaucoup plus lourde qu'avant et suivit l'humaine qui était sortit du magasin par la porte d'entrée. Le duo se rendit à l'arrière du magasin. Il y avait encore plus de pièces détachés qu'à l'intérieur de l'atelier. Pièces de moteurs, carters de protections, supports, fixations, chassies... La plus part devraient déjà être chez un ferrailleur, mais l'humaine les gardais là. La mécanicienne ramassa quelques babioles sans importance et les disposa sur ce qui semblait être la carcasse d'un véhicule militaire blindé. Elle se plaça derrière le turien et lui donna une tape dans le dos pour signifier qu'elle était prête. Soran chargea une première cartouche et tira une première fois puis une seconde fois. Il essaya un troisième tir mais obtint pour seul résultat le bruit significatifs d'une surchauffe de l'arme. D'un simple geste il ejecta la cartouche et en chargea une seconde et effectua deux autres tirs. Le biotique refit la même chose pour encore deux autres cartouches avant de se retourner vers l'humaine et de lui toucher l'épaule avec une main.

-L'arme est presque la même, mais le poids est mal équilibré. Je veux bien te payer un supplément, mais change moi le distributeur de glaçon par... je sais pas... une décharge de givre ou je ne sais quoi ! Mais équilibre l'arme, là elle penche du côté du freezer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Indépendantiste
Rang : N/A
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4808-reactivation-d-ayyn-vena#7
http://www.masseffect-reborn.fr/t3849-dossier-concernant-ayyn-vena


Membre
Messages : 45

MessageSujet: Re: Le tout nouveau Ice Cube System [pv Soran]   Dim 16 Nov 2014, 17:20

-Mais, sinon tu peux me changer ce... distributeur de glaçon par autre chose ? Et es-ce qu'il y aurait moyen d'essayer l'arme sans attirer trop l'attention ?

Fayes avait du mal à comprendre. Un distributeur de glaçon était pourtant un outil pratique. Qui ne s'était jamais retrouvé sous une chaleur étouffante avec envie de se rafraichir un peu ? Et puis tout le monde aimait croquer la glace qu'il restait au fond de son verre. Mais peut-être que ce turien n'aimait pas le thé glacé. Ca lui paraissait bizarre, mais après tout, c'était possible. Parfois les extraterrestres avaient des goûts étranges qu'elle avait du mal à comprendre. A moins que ça ne soit les mercenaires... Il y avait bien cet humain qui avait fait un scandale lorsqu'il était revenu chercher son armure faite maison. Du orange vif c'était quand même plus joyeux que la couleur grisâtre dans laquelle il avait fallu la repeindre... Et puis, ça allait bien avec le lance flamme qu'elle avait dû intégrer !

Enfin bref, le turien avait envie d'essayer son arme. Encore un tic de mercenaire sans doute. Quoi qu'il en soit, la mécanicienne ne put s'empêcher de profiter de l'occasion pour taquiner son méca. Ainsi, elle proposa au client de se servir de lui comme cible mouvante. T9-N7 eut un petit sursaut mêlant la surprise et la peur. Cependant, avant même qu'il n'ait pu se mettre à protester, l'humaine reprit la parole pour proposer autre chose à l'extraterrestre, non sans afficher un sourire amusé. L'alien allait devoir se contenter de cibles fixes. La bidouilleuse lui fit signe de la suivre et ils quittèrent tout deux la boutique pour se retrouver dans la rue. Là, ils longèrent l'échoppe pour se retrouver dans son arrière cours.

La zone était à peu près aussi bien rangé que l'atelier. La seule différence, c'est que la majorité du bazar qui jonchait le sol ici était plus gros. Principalement des carcasses de véhicule et des pièces détachées en tout genre. Pour peu, on se serait cru dans une casse ou une décharge. La dernière née de la famille Mirialan avait cette fâcheuse tendance à ne jamais jeté quelque chose "qui pouvait encore servir". Le problème étant que le "qui pouvait encore servir" recouvrait aussi bien les objets qui avait des pièces détachées encore à peu près en état, que ceux qui devrait être remis entièrement à neuf. C'est ainsi que la jeune fille se retrouvait avec des carcasses et des morceaux de véhicule plus ou moins recouverts de rouille dans tout son jardin...

Quoi qu'il en soit, l'électronicienne entreprit de ramasser quelques pièces détachées trop amochées pour servir ou ne contenant aucun circuit ni le moindre mécanisme intéressant et les disposa sur l'une des carcasse rouillée. Il faudrait qu'elle songe à finir de récupérer ce qu'il y avait dans ce véhicule avant qu'il ne s'effondre en poussière. Enfin, ce n'était pas tout à fait le moment. Une fois les diverses babioles savamment organisée de façon totalement aléatoire sur l'engin, Fayes revint vers son client. Elle lui tapota amicalement le milieu du dos et le laissa essayer son outil. Le turien enchaina plusieurs tirs, rechargeant tous les deux coups. La native de Benning se demandait comment il faisait pour se servir de l'arme aussi facilement. Elle s'était retrouvée par terre quand elle l'avait testée pour s'assurer que son amélioration marchait. Quoi qu'il en soit, le système de refroidissement était parfaitement opérationnel. L'alien n'essaya en revanche pas de faire des glaçon et se retourna vers la vendeuse.

-L'arme est presque la même, mais le poids est mal équilibré. Je veux bien te payer un supplément, mais change moi le distributeur de glaçon par... je sais pas... une décharge de givre ou je ne sais quoi ! Mais équilibre l'arme, là elle penche du côté du freezer.
- Donc tu n'aimes vraiment pas les glaçons ? Hum... une décharge de givre... Moi je veux bien, mais si je dois te monter ça sans déséquilibrer l'arme, je ne pourrais pas avoir une portée excédant les 5 mètres. Pas très pratique pour les combats à distance...
- C'est un fusil à pompe, en général quand je tire avec, ma cible est à moins de 5 mètres.
- Si tu le dis. J'y connais pas grand chose dans tous ces trucs là moi. Encore autre chose, ça gèlera sans doute pas plus que l'équivalent d'une main et ce qu'elle contient. Je peux refroidir sur une plus grosse zone, mais alors ça sera un simple canon à poudreuse. Ou alors, faut un dispositif plus gros, et là on pourra faire du poisson pané sur une plus longue distance et avec des cibles plus grosse. A toi de voir.
- Si je choisis la première solution, je peux l'avoir pour quand ?
- Hum... je dois pouvoir te faire ça dans l'heure si j'ai toutes les pièces... Par contre, faudra que tu refasses le plein d'ammoniac une fois de temps en temps, parce que tu risques d'en perdre un peu à chaque fois que tu décideras de jouer les glaciers. J'essaierai de t'ajouter un accès facile au réservoir.
- Je repasse dans une heure dans ce cas.

A ces mots, le turien laissa son arme dans les bras de son interlocutrice et repartit par là où il était venu. Il n'avait pas eu l'air spécialement contrarié par l'ajout que l'humaine avait fait à son arme, c'est pourquoi celle ci ne comprenait toujours pas ce qui l'avait dérangé. Mais bon, s'il préférait pouvoir congeler une main, c'était son droit. La bricoleuse se rendit dans son atelier pour se remettre à travailler sur l'arme. En passant, elle croisa son méca qui lui demanda comment s'était passé la transaction. Elle lui répondit simplement qu'elle avait un petit ajustement à faire sur l'engin et qu'elle serait à l'établi. T9 commença à déblatérer tout un tas de phrases préprogrammées dans lesquels il exposait à quel point il était désolé pour elle et son espoir que les choses s'arrangent, ce à quoi la mécanicienne se contenta de répondre que si elle n'avait pas donné sa parole, il serait déjà passé sur le billard.

Elle ne perdit pas beaucoup plus de temps avec le robot et commença par se rendre dans la cuisine. Elle posa le fusil à pompe sur la table et chercha des outils sur le plan de travail. Elle en avait forcément laissé là, il fallait juste qu'elle retrouve le bon. Après avoir un peu fouillé, elle finit par tomber sur ce qu'elle voulait. De quoi démonter le distributeur de glaçons. Elle trouvait quand même ça dommage et c'est pourquoi, avant de le dévisser, elle l'utilisa pour remplir un verre, histoire qu'il ait servi au moins une fois. Un petit sourire triste apparut sur son visage lorsque les petits cubes d'eau gelée descendirent dans le contenant. C'était bien la peine d'avoir à moitié démonté son frigo pour récupérer ce morceau. Enfin, elle pourrait au moins s'amuser à le remonter.

La jeune fille déposa le verre à côté de son évier avant de s'assoir à sa table. Elle entreprit de détacher ce qu'elle avait rajouter au Claymore. La tache fut assez aisée et en quelques minutes, les deux appareils étaient séparés. Un certain nombre de branchements pendouillait de chaque côté, mais elle aurait tôt fait de les reconnecter. Elle laissa tout le bazar sur la table et repartit simplement avec l'arme pour rejoindre son établi. Après avoir retraversé sa boutique, elle l'atteignit. Il avait beau être encombré, il restait néanmoins de la place pour poser l'engin de mort. Bien, il fallait qu'elle trouve ce dont elle avait besoin pour assembler de quoi balancer une décharge de givre.

L'électronicienne se balada entre ses grandes étagères de pièces détachées et fouilla dans plusieurs boites/ Elle avait tout ce qu'il lui fallait en magasin, elle en était quasi certaine, il fallait juste qu'elle retrouve tous les morceaux. Après un petit moment de recherche, elle revint à son "autel" avec tout ce dont elle avait besoin. Elle enfila donc ses gants de bricolage et commença sa besogne. Heureusement pour elle, elle avait déjà fait le gros du travail pour fixer le distributeur de glaçon. Elle avait juste quelques branchements à changer, la puissance du froid à réguler, la pression de sortie à ajuster et deux ou trois autres petites choses qui iraient vite. En fait, il n'y eu qu'une chose qu'il lui posa réellement problème : rendre accessible le réservoir d'ammoniac sans fragiliser l'ensemble de la structure. Elle finit par opter pour une sorte de petit tuyaux flexible qui zigzaguait entre les connexions. Il faudrait certainement utiliser une seringue pour refaire le plein.

- Maitresse Fayes, votre client est revenu. déclara T9 alors que l'humaine terminait d'ajuster les fixations du nouveau dispositif.
- Hum ? Dis lui de me donner encore 5 minutes et ça sera prêt.
- Très bien maitresse. Votre frère est également arrivé.
- Quoi ?! s'exclama la native de Benning en faisant tomber son outil.
- Je disais que votre frère était arrivé maitresse.
- Ca j'avais compris, mais qu'est ce qu'il fait ici ?
- Je l'ignore maitresse Fayes, souhaitez vous que je le lui demande ?
- Non, c'est bon, je vais m'en charger. Faut que j'aille rendre son arme au turien de toute façon.

A ces mots, la bidouilleuse empoigna l'arme et repartit en direction du comptoir, précédée de peu par T9. Thomas était effectivement ici et il attendait près de l'entrée de la boutique, dans un de ses costumes ajustés. Pour le coup, il faisait tache dans tout ce désordre, vêtu de son ensemble clair immaculé. Sa soeur ne prêta quasiment aucune attention à son client et posa l'arme sur le comptoir en laissant échapper une formule pour signifier qu'elle arrivait dans un instant. Après quoi, elle fonça sur son frère ainé et se planta juste devant lui. Elle avait beau entretenir de bons rapports avec son frangin, pour le coup, elle n'était pas spécialement ravie de le voir débarquer à l'improviste comme ça, et elle comptait bien le lui faire sentir.

- Qu'est ce que tu fais ici ?
- Moi aussi je suis content de te revoir Fayes.
- Je repose ma question, qu'est ce que tu fais ici Thomas ?
- Hum, tu ne devrais pas t'occuper de ton client avant que...
- Il peut attendre ! déclara-t-elle en élevant légèrement la voix.

Le diplomate soupira.

- Bon, très bien. J'ai un gala demain soir dans un grand hôtel de la capitale. Alors je me suis dit que j'allais en profiter pour venir voir comment tu allais.
- Et m'y trainer par la même occasion...
- Tu n'es pas contente de me voir ?
- Thomas, tu peux pas juste débarquer à l'improviste chez moi comme ça pour me trainer au premier gala venu ! Je peux avoir des trucs de prévus !
- Et c'est le cas ?
- Euh... non mais...
- Je m'en doutais ! Ca ne te fera pas de mal de sortir un peu de ton atelier ! la coupa-t-il. Maintenant, va t'occuper de ton client, on en discutera après.

La plus jeune des enfants Mirialan retourna vers le comptoir. Il lui sembla alors que l'alien ne l'avait pas quitté des yeux depuis qu'elle était arrivé. Peu importe, elle n'avait pas vraiment la tête à ça pour le moment. Elle était plutôt remontée contre son frère et avait bien envie d'expédier rapidement ce turien pour pouvoir s'expliquer avec Thomas. Elle exposa donc rapidement à son client ce qu'elle avait fait et précisa qu'elle n'avait pas eu le temps de tester le givre mais qu'il pouvait parfaitement le faire derrière s'il le souhaitait. Le mercenaire lui signala qu'il n'y manquerait pas et demanda à la mécanicienne combien ce supplément allait lui couter. La jeune fille n'avait pas pour habitude de faire payer les ajouts qu'elle faisait de son propre chef et encore moins les modifications qu'elle faisait sur ces ajouts. Mais cette fois ci, la question lui donna une idée. Un moyen de donner une bonne petite leçon à son frère...

- Hum... Je te propose un truc. Tu m'accompagnes à une soirée demain soir, et le supplément est offert par la maison. Ca te va ?





Ce n'est pas parce que je suis fou que je suis de mauvaise compagnie.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 30

MessageSujet: Re: Le tout nouveau Ice Cube System [pv Soran]   Dim 30 Nov 2014, 21:56

-Hum... Je te propose un truc. Tu m'accompagnes à une soirée demain soir, et le supplément est offert par la maison. Ça te va ?!
Le turien réfléchit un instant avant de répondre.
-Si c'est une proposition de contrat à la place du payement en crédit... On peu faire comme ça ! Je passe te chercher vers quel heure ? Et... faut il que je porte un vêtement... particulier ?
L'humaine rigola et expliqua au turien de venir la chercher en début de soirée et de mettre des vêtements « classieux ».
-Mais, tu ne va... L'humain, bien habillé fut interrompu par le bruit de l'arme du biotique heurtant le comptoir.
-Je te le laisse là, je le récupérerais demain soir.

Soran quitta la boutique en regardant dans les yeux l'humain, dont il ignorait l'identité, mais il sentait qu'il n'était pas méchant, mais qu'il dérangeait dans le paysage. A peine était il sortit de l'atelier qu'il entendit la dispute reprendre, mais n'en prêta pas attention.

En quelques minutes, il regagna le Harfang, dans lequel Vindex travaillait toujours sur un projet. Comment le savait il ? La musique, bruyante, trop même. Soran enfila un casque pour « s'isoler » du bruit avec de la musique, moins bruyante... plus comme de la musique d'après lui. Dans le cockpit il contrôla l'état du vaisseau, les messages reçu et si son équipier avait quitter son atelier. Une fois cela fait, le turien se rendit dans sa chambre pour s'y reposer et peindre quelques figurines en attendant de se rendre à son « rendez-vous ».

Après avoir manger un morceau, pris une bonne douche et s'être changé, le biotique avait quitté le Harfang, laissant une nouvelle fois Vindex a ces bricolages. Il avait tout de même laisser de quoi se sustenter à son équipier, même si il savait pertinemment que celui-ci irait manger autre chose, de moins... sein.

Le biotique pris moins de temps que lors de son premier trajet entre le spatio-port et la boutique de cette jeune humaine. Soran entra dans l'atelier et s'annonça.

-Hep ! T'es là petite ? Je suis venu t'amener à ta réception à laquelle tu m'as convié hier en échange des dernières modifs sur mon arme.

Le turien regarda tout autour de lui et ne vit personne, même le droïde semblait absent. Il avança un peu plus et dans un coin de l'atelier, devant un établi, une jeune fille, cheveux ataché, vêtu d'une longue robe bleu qui semblait être des plus légère. Au début, Soran ne la reconnu pas, mais quand il remarqua son bricolage sur le bureau, il compris tout de suite à qui il avait à faire. Ce fut une sacré surprise que de la voir ainsi habillé. Elle qui semblait complètement indifférentes à l'envie de porter ce genre de tenue.

Le biotique retenta sa chance en l’appelant une première fois, puis une seconde et à la troisième et l'alla directement derrière elle pour lui toucher l'épaule pour qu'elle comprenne qu'il était présent. Fayes avait bien entendu le turien arrivé, mais tellement occupé dans son travail qu'elle avait oublié que son robot était désactivé. Elle sembla s'excuser de ce détail et après être repassée par un lavabo pour se laver les mains, elle se mit en route, accompagné de Soran.

L'humaine se tenait à moins d'un mètre du turien, elle entama la discussion d'elle même. Fayes voulait en apprendre plus sur Soran, qui fut surpris par l'initiative.
-Heu... Et bien... Heu... Je fais du mercenariat depuis quelques années avec un autre turien que j'ai rencontrer sur Palaven lors de la guerre contre les moissonneurs. Et avant cela, j'étais commandant dans une petite unité Cabale.
L'humaine le relança pour savoir pourquoi il avait décidé de quitter l'armée.
-Et bien quand on te laisse le choix entre devenir instructeur et quitter l'armée, le choix est vite fait. Et puis cette nouvelle vie me plaît assez... même si... mon équipier se laisse un peu trop aller quelques fois. Mais j'ai confiance en lui.

La discussion continua jusqu'à arriver devant l’hôtel où se tenait la réception. Fayes se présenta et on la laissa entrer sans poser de question avec Soran. Ce dernier se posait des questions sur cette jeune humaine, mais il était trop tard pour les poser. Quand la porte de la grande salle s'ouvrit, une immense pièce s'étendait devant eux. Très lumineuse. Pleine de personne bien habillé. Des humains, des asaris et des turiens pour la plus part. Soran aperçu quelques galariens ainsi que deux ou trois krogans, qui devaient être là pour la sécurité.

Plusieurs personnes s'approchèrent de l'humaine mais le biotique s'interposa, comme pour la protéger d'une éventuelle agression.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Indépendantiste
Rang : N/A
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4808-reactivation-d-ayyn-vena#7
http://www.masseffect-reborn.fr/t3849-dossier-concernant-ayyn-vena


Membre
Messages : 45

MessageSujet: Re: Le tout nouveau Ice Cube System [pv Soran]   Dim 14 Déc 2014, 21:18


Fayes finissait de se coiffer dans sa salle de bain. Vêtue d'une légère robe bleue ciel, la jeune fille était en train d'attacher ses cheveux à l'arrière de sa tête. Auparavant, elle avait dû les laver et les démêler, ce qui avait été plutôt long et laborieux. En effet, si elle utilisait du shampoing au moins une fois par semaine, la mécanicienne ne se servait en revanche que rarement de sa brosse à cheveux. Mais qui pourrait le lui reprocher ? Après tout, ce n'était pas un brushing parfait qui allait l'aider à bricoler. Et puis, la technicienne détestait passer des heures à se préparer dans sa salle de bain. Le résultat ne lui déplaisait en général pas, mais cela demeurait une perte de temps à ses yeux. Cela dit, lorsqu'elle était conviée à une réception par Thomas, comme ce soir par exemple, la bidouilleuse comprenait bien qu'elle devait passer par la case salle de bain. Elle ne pouvait tout simplement pas venir dans sa tenue quotidienne. D'une part, on ne la laisserait jamais entrer et d'autre part elle embarrasserait sûrement son frère, ce qui ne faisait pas vraiment partie de ses buts dans la vie. Et même si elle avait décidé d'inviter un parfait inconnu ce soir, son objectif n'était en aucun cas de ridiculiser son aîné en public. L'humaine avait juste voulu lui faire comprendre qu'il ne pouvait pas toujours tout décider à sa place, et donc, qu'elle n'arriverait pas à ses côtés pour une fois.

Quoi qu'il en soit, Mirialan était à présent prête. Il ne lui restait plus qu'à attendre son "cavalier". La jeune adulte se rendit donc dans la partie boutique de son habitat, pour accueillir son accompagnateur. Il n'était pas encore tout à fait l'heure, et de fait, le turien n'était pas arrivé. La fille au cheveux chatains se posa contre le comptoir pour patienter jusqu'à l'arrivée de l'extraterrestre. Mais bien vite, ses mains se mirent à chercher de quoi l'occuper. Ses doigts tombèrent sur un quelconque objet électronique et Fayes le ramena devant ses yeux. Il y avait sûrement des circuits à bidouiller là dedans. L'électronicienne repartit donc en direction de son établi, en tentant d'ouvrir son bibelot. Une fois arrivée à sa console, la technicienne attrapa un petit outil et commença à triturer les circuits, produisant parfois quelques étincelles. L'humaine n'avait pas commencé depuis 5 minutes qu'elle entendit quelqu'un entrer. Ce quelqu'un l'appela de telle façon qu'elle comprit qu'il s'agissait de son partenaire pour la soirée. Bon, il pourrait bien attendre un petit peu juste le temps qu'elle finisse... La bidouilleuse continua donc son petit bricolage, jusqu'à ce qu'une main vienne se poser sur son épaule, la forçant à arrêter et à se retourner.

- Oh euh salut. Excuse moi je bidouillais et j'ai pas vus le temps passer. Bref, je vais me laver les mains vite fait et on pourra y aller. Je reviens tout de suite. Conclut elle avec un sourire.

Sitôt dit, sitôt fait. Fayes se rendit rapidement jusqu'à ses toilettes où elle savonna rapidement ses doigts, avant de revenir dans l'atelier. Là, elle signala au turien qu'ils pouvaient se mettre en route. La nuit n'était pas très fraîches pour un mois de novembre. Il faisait même plutôt bon pour tout dire. De fait, la robe légère de l'humaine lui suffisait amplement pour ne pas avoir froid. Tandis que le duo marchait en silence, la jeune fille se rendit soudain compte qu'elle ne connaissait même pas le nom de son cavalier. Il était très certainement temps de briser la glace. La mécanicienne interrogea donc l'extraterrestre sur son identité, et il lui répondit rapidement. Il ne semblait pas avoir grand chose à dire... Mais peut-être n'était ce juste qu'il n'avait pas l'habitude de parler de lui. Mirialan décida donc de prendre les choses en main pour que son compagnon puisse s'amuser un peu.

- Enchantée Soran. Moi c'est Fayes. Fayes Mirialan. Je suis sur Horizon depuis 3 ans, mais à la base, je viens de Benning. Et toi, qu'est ce que tu fais dans la vie ?
-Heu... Et bien... Heu... Je fais du mercenariat depuis quelques années avec un autre turien que j'ai rencontré sur Palaven lors de la guerre contre les moissonneurs. Et avant cela, j'étais commandant dans une petite unité Cabale.
- Commandant ? C'est un bon poste ça, non ? Pourquoi tu as quitté l'armée si tu étais si haut placé ?
-Et bien quand on te laisse le choix entre devenir instructeur et quitter l'armée, le choix est vite fait. Et puis cette nouvelle vie me plaît assez... même si... mon équipier se laisse un peu trop aller quelques fois. Mais j'ai confiance en lui.
- Bah, tant que tu as confiance en lui, ca devrait aller je suppose. Au fait, c'est quoi une unité Cabale ?
- Une troupe composée uniquement de turiens biotiques.
- Oh ! Tu es biotique alors ! Ça fait quoi d'avoir des super pouvoirs ?

Le natif de Palaven répondit à la question, avant que la technicienne n'en pose une nouvelle. La discussion dura ainsi jusqu'à ce que les deux arrivent à leur destination. Soran avait certainement l'impression d'être en présence d'une enfant, compte tenu du nombre d'interrogations que lui soumit la jeune femme. Cependant, cette dernière était sincèrement intéressée par tout ce qu'il lui racontait, elle ne se contentait pas d'entretenir une conversation. Quoiqu'il en soit, après une petite demi heure de marche, le "couple" finit par atteindre un grand hôtel. De l'extérieur, il faisait très chic. Pas une de ces constructions modernes à la va vite. Sans doute le genre d'endroit où la nuit vous coûtait un an de salaire. Et encore, si votre salaire était généreux ! Heureusement, Fayes n'était pas venue pour prendre une chambre. Juste pour s'incruster dans une soirée de gens qui en avaient les moyens parce que Thomas l'y avait conviée sans lui demander son avis. La plus jeune des Mirialan en voulait encore un peu à son frère pour ça. Elle n'avait pas spécialement de problème à aller à ce genre de soirée, même si elle s'y sentait mal à l'aise, mais elle n'avait pas apprécié d'être prévenue au dernier moment et qu'il ne lui ai même pas laissé le choix.

Enfin bref, l'électronicienne était tout de même venue, ce n'était pas pour rebrousser chemin ici. Elle entreprit donc de gravir l'escalier de marbre orné d'un tapis rouge, suivie de près par le turien. En haut des marches, elle tendit son carton d'invitation au portier qui patientait devant l'armature dorée. Ce dernier, après en avoir vérifié la validité du coupon, leva les yeux vers l'extraterrestre. L'humaine se contenta de déclarer qu'il l'accompagnait et le duo put passer sans encombre. Ils firent quelques pas dans des couloirs luxueux, pour finalement atteindre une immense salle extrêmement lumineuse et riche en buffets. Toutes les races étaient représentées, du moins, toutes les races conciliennes. Comme souvent dans ce genre de soirée, les gens étaient disposés en une multitude de petits groupes discutant dans leur coin sur un fond de musique classique, un verre à la main. Personne ne risquait de remarquer de nouveaux arrivants. Fayes pourrait se faire toute petite dans un coin et ne pas être dérangée.

A peine cette pensée eut elle traversé son esprit qu'un petit groupe de personne s'approcha de la technicienne. Son cavalier se plaça instinctivement devant elle, comme pour la protéger. La jeune fille rassura Soran quant à l'absence d'hostilité dans les intentions de ces individus et celui-ci se détendit légèrement. Mirialan s'attendait à ce que ce groupe comporte son frère, mais il n'en était rien. Non, en réalité, il s'agissait de personnes se targuant d'être les organisateurs de "cette merveilleuse réception, bien que ce n'était pas à eux de dire qu'elle était merveilleuse". Cependant, au milieu de leur discours d'auto satisfaction, ils eurent tout de même le bon sens de présenter un minimum la salle ainsi que certains groupes présents. Bien, comme ça, si l'électronicienne avait encore le moindre doute jusqu'ici, elle savait à présent qu'elle n'avait absolument rien à faire dans cette soirée. Une artisan au milieu des diplomates, PDG de multiplanétaires et autres personnages puissants de la galaxie. Peut-être était ce une erreur de venir en fin de compte...

Quoi qu'il en soit, les organisateurs de la réceptions eurent tôt fait de se précipiter sur d'autres nouveaux arrivants, laissant Fayes et son compagnon en plan. Mais la situation était loin de déranger l'humaine, bien au contraire. Elle se tourna vers Soran et haussa les épaules, avant de lui proposer d'aller jusqu'au bar. Là, elle commanda un cocktail soft, ce qui sembla étonner le turien. La jeune fille lui expliqua qu'elle supportait assez mal l'alcool, et donc qu'elle évitait d'en prendre en règle générale. Une fois son verre arrivé, ainsi que celui que l'extraterrestre avait commandé, les deux se remirent à échanger quelque peu, jusqu'à ce qu'une asari viennent les interrompre. D'un bleu assez vif, la biotique s'incrusta dans leur conversation sans même demander la permission. Sans doute une grande ponte qui voulait se montrer...

- Bonsoir, Irelia Ayala, je crois que nous n'avons pas eu le plaisir.
se présenta l'alien d'un ton pédant.
- Euh... Fayes Mirialan... Enchantée... répondit la technicienne, hésitante.
- Que pensez vous de cette soirée Fayes ? Je peux vous appeler Fayes ?
- Hum et bien, pas gr...
- Si vous voulez mon avis, il y a beaucoup de trop de monde ! Et leur champagne... Ils osent appeler ça du champagne ? Mon eau minérale est meilleure que ce breuvage... Vous n'êtes pas d'accord ?
- Peut-être je...
- Mais où avais je la tête, je parle, je parle et j'en oublie les bonnes manières... Je reprends donc, Irelia Ayala, représentante d'Akali's Industry. Et vous êtes ?
- Heu, Fayes Mirialan, mécanicienne...
- Vous ne manquez pas d'humour vous ! déclara l'asari après avoir éclaté de rire. Plus sérieusement, vous êtes ?
- Fayes Mirialan, mécanicienne.
- Vous êtes sérieuse ? Vous êtes réellement une... mécanicienne ? la biotique prononça ce dernier mot avec dégout. Vous avez dû vous tromper d'adresse ma pauvre, l'amical des rebuts, ça se situe de l'autre côté de la rue !





Ce n'est pas parce que je suis fou que je suis de mauvaise compagnie.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 30

MessageSujet: Re: Le tout nouveau Ice Cube System [pv Soran]   Mar 06 Jan 2015, 16:47

Soran accompagna Fayes jusqu'au bar et y commanda une bière turienne, non pas pour sa teneur en alcool, mais pour son goût qu'il appréciait tout particulièrement. Après, c'était un biotique, l'alcool ne lui faisait pas véritablement d'effet. L'alien fut surpris de voir que la jeune humaine commanda une boisson soft. Mais elle lui expliqua qu'elle supportait mal l'alcool.

Alors que les deux discutaient d'après tout et de rien, allant d’anecdote de leur passé ou de la situation galactique actuelle ou des capacités de chacun. Une asari d'un bleu assez vif pour détourner le regard du turien, s'introduisit dans la conversation. Et n'eut d'yeux que pour la jeune humaine.


-Bonsoir, Irelia Ayala, je crois que nous n'avons pas eu le plaisir. Se présenta l'alien d'un ton pédant.
-Euh... Fayes Mirialan... Enchantée... Répondit la technicienne, hésitante.
-Que pensez vous de cette soirée Fayes ? Je peux vous appeler Fayes ?
-Hum et bien, pas gr...
-Si vous voulez mon avis, il y a beaucoup de trop de monde ! Et leur champagne... Ils osent appeler ça du champagne ? Mon eau minérale est meilleure que ce breuvage... Vous n'êtes pas d'accord ?
-Peut-être je...
-Mais où avais je la tête, je parle, je parle et j'en oublie les bonnes manières... Je reprends donc, Irelia Ayala, représentante d'Akali's Industry. Et vous êtes ?
-Heu, Fayes Mirialan, mécanicienne...
-Vous ne manquez pas d'humour vous !Déclara l'asari après avoir éclaté de rire. Plus sérieusement, vous êtes ?
-Fayes Mirialan, mécanicienne.
-Vous êtes sérieuse ? Vous êtes réellement une... mécanicienne ? La biotique prononça ce dernier mot avec dégout. Vous avez dû vous tromper d'adresse ma pauvre, l'amical des rebuts, ça se situe de l'autre côté de la rue !

Soran observa la conversation tout en essayant de garder son calme. L'asari était dos à lui, sa robe laissait voir tout son dos. Mais sans savoir pourquoi, quand Irelia insulta Fayes, il eut une pulsion agressive envers la bleue. Il regarda autour de lui et attrapa un glaçon qu'il laissa glisser dans le bas de la robe de l'asari, soit entre les fesses celle-ci. Elle se crispa quelques secondes et se retourna vers le turien et alors qu'elle s'apprêtait à le gifler, elle s'arrêta net quand elle vit la carrure du mercenaire.

-Et je crois que les lèches cul sont de se côté là. Prononça calmement Soran en pointant la direction des organisateurs.

L'asari entre rage et honte s'en alla. Le biotique la regarda partir et l'on pouvait voir une tache humide sur le postérieur de cette dernière. Il en rigola et posa son regard sur la jeune humaine qui tenait un autre verre qu'elle s’enfila d'une traite et en commanda un second qu'elle bu de la même manière ainsi qu'un troisième. Pour la quatrième elle n'eut pas le temps de le lever du comptoir que Soran posa sa main sur le bras de Fayes pour l'arrêter.

-Hola jeune fille ! Si tu continues comme ça tu vas finir la tête dans une cuvette à la merci de n'importe laquelle de ces folles d'asari !
-Je... Je m'en fou !
-Et bien moi non, je dois déjà supporter mon coéquipier... Et tu n'es vraiment pas fait pour finir ainsi.

Fayes lâcha son verre et se dirigea vers les toilettes en pressant le pas et une main sur sa bouche. C'est à ce moment qu'un homme, vêtu d'un costume blanc arriva au côté de Soran. Le turien l'avait déjà rencontré dans l'atelier de l'humaine.

-Bonsoir, Monsieur Restitus. C'est bien cela ?
-C'est exact, et à qui ai-je l'honneur ? Le mercenaire resserra sa poigne sur son verre.
-Thomas, Thomas Mirialan. Je suis le grand-frére de Fayes, et même si je n'approuve pas tout le temps les choix de ma sœur, je dois vous remercier d'avoir protéger ma sœur de cette folle bleu. Mais j'aurais une requête.
-Laquelle ? Soran resta indifférent aux remarques de l'humain et pris une gorgée de sa boisson.
-Je vois bien que ma sœur n'est pas en état de continuer la soirée. Pourriez-vous la raccompagner chez elle et la surveiller cette nuit ? Je vous dédommagerais plus que correctement.
Le turien finit son verre et tourna la tête vers l'humain.
-C'était déjà dans le contrat. Mais je dois dire que je m'étais trompé sur toi. Je pensais que tu n'étais qu'un p'tit merdeux de mafieux. Alors qu'en réalité tu es un grand-frère attentionné. Et je m'excuse pour cela. Le turien se leva de sa chaise et se dirigea vers les toilettes des qu'elle Fayes en sortit.
-Bonne fin de soirée Monsieur Restitus et à une prochaine fois peut être.
-Pas trop tôt alors.

Le mercenaire arriva devant Fayes, celle-ci était encore groggy et commença à s'écrouler. Soran l'attrapa et remarqua qu'elle s'était évanoui, ou plus probablement endormis. Le turien réussit tant bien que mal à la mettre sur son dos, cela allait être plus facile pour lui de la porter ainsi jusqu'à chez elle. Avant de quitter l’hôtel, il « emprunta » une veste qu'il mis sur le dos de Fayes, le temps c'était quelques peu refroidit, et comme cette dernière c'était endormis, elle risquait d'attraper vite froid. Le biotique marchait tranquillement dans le calme de la colonie, il observait le ciel, se remémorant quelques souvenirs lors de la guerre contre les Moissonneurs. Et espérant au plus profond de lui qu'il n'ait plus jamais à revivre ce genre d'expérience. Sans s'en rendre compte, l'atelier de sa jeune cliente se trouvait devant lui.

En fouillant le sacs de Fayes, Soran y trouva la clef de la porte, la déverrouilla, entra dans le magasin et la referma. Le biotique se dirigea vers ce qui semblait être la chambre de l'humaine. Le turien l'allongea sur le lit, et lui enleva ses chaussures ainsi que les quelques objets qui auraient pu la géner pour dormir. Celui-ci s'apprêtait à retirer la robe de l'humaine, mais se dit que cela n'était pas des plus courtois. Il déposa une couverture sur la mécanicienne, avant que le mercenaire ne s'assied sur ce qui semblait être un fauteuil, avant de s'endormir lui aussi paisiblement.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Indépendantiste
Rang : N/A
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4808-reactivation-d-ayyn-vena#7
http://www.masseffect-reborn.fr/t3849-dossier-concernant-ayyn-vena


Membre
Messages : 45

MessageSujet: Re: Le tout nouveau Ice Cube System [pv Soran]   Dim 15 Fév 2015, 00:07

Fayes entrouvrit les yeux. Il faisait noir. Ca tanguait. Où était-elle ? La jeune fille prit conscience qu’elle était allongée et tenta de se redresser. Elle fut soudain saisie d’un violent mal de tête, qui la fit se rallonger immédiatement en portant une main à son front. Qu’est ce qui s’était passé ? La mécanicienne ne se souvenait plus de comment elle avait fini dans cet état, ni de comment elle était arrivée là. Elle n’arrivait même pas à savoir où elle était. Vraisemblablement, il s’agissait d’un lit. Mais était ce le sien ? En tâtonnant avec les mains, elle parvint à effleurer des objets familiers. Sa table de nuit et le bazar qui était dessus mais surtout, le kirby qui siégeait en souriant dans son lit. Pas de doute, c’était sa chambre. Bien, elle était chez elle. Il n’y avait plus qu’à savoir comment elle avait fini dans cet état…

La technicienne tenta de passer outre la douleur pour se concentrer. Elle devait réfléchir à ce qui l’avait rendu aussi malade. Qu’avait elle fait hier soir ? Ah oui, elle était allée à la soirée de Thomas avec un turien… Soran. Oui, c’était ça, Soran. Quoi d’autre… Une asari… Sa mémoire était embrumée, mais elle se souvenait d’une asari extrêmement pédante. Et blessante. Mirialan ne se souvenait pas de ce qu’elle avait dit, mais il lui semblait que cela l’avait poussé à boire. Cela devenait logique à présent. L’électronicienne avait beaucoup trop bu, ce qui expliquait sa gueule de bois. Cependant, ça n’expliquait pas comment elle était arrivée là… L’humaine n’avait pas souvenir d’avoir croisé son frère et n’imaginait pas avoir pu rentrer toute seule. Alors comment était elle arrivée là ?

La petite sœur du diplomate perçut soudain une respiration dans sa chambre. L’expiration était légèrement sifflante, et étant donné sa régularité et son rythme, il devait s’agir d’un ronflement. Qui pouvait bien dormir dans sa chambre ? Et surtout, comment était il arrivé là et… avait elle fait une bêtise ? Fayes chercha à tâtons l’interrupteur de sa lampe de chevet, légèrement paniquée. Dans son empressement, elle fit tomber un outil qui heurta le sol dans un bruit métallique, lui infligeant une douleur crânienne difficilement supportable. Cela allait très certainement réveiller l’intrus, mais elle en aurait le cœur net dans un instant. Elle avait enfin réussi à atteindre l’interrupteur. Elle le pressa et la pièce s’illumina soudain.

Soran se tenait là, installé dans un fauteuil. Il semblait qu’il venait d’être réveillé en sursaut. Il semblait à peu près aussi surpris que la mécanicienne de se trouver là, mais se reprit bien rapidement. Visiblement, le turien avait plus de souvenir de la soirée d’hier que l’humaine. Cette dernière le fixa en silence pendant un petit moment, essayant de faire naitre un souvenir quelconque en l’observant. Mais rien ne se produisit. Elle n’arrivait pas à se remémorer de comment il était arrivé là, ni de ce qu’il s’était passé. La technicienne cherchait toujours à se rappeler des événements de la nuit quand le mercenaire lui demanda si elle se sentait bien.

- Que… comment tu es arrivé là ?
répondit Mirialan, sans cacher sa panique.
- Du calme petite, du calme. Tu as un peu trop forcé sur la boisson hier soir. Ton frère m’a demandé de te ramener ici.
- Mon frère…
- Oui, ton frère. Ne t’en fais pas, tu n’as fait aucune bêtise.

A ces mots, la jeune fille se sentit envahie d’un grand sentiment de soulagement. C’est vrai qu’elle n’avait absolument aucune preuve que cet extraterrestre lui disait la vérité, mais elle le croyait. Il faut dire aussi que l’électronicienne n’était ni très méfiante, ni très paranoïaque. Beaucoup la qualifierait de naïve, mais elle préférait faire confiance aux gens d’office, plutôt que de leur demander de gagner sa confiance d’une manière ou d’une autre. Quoi qu’il en soit, elle devait apparemment une fière chandelle à ce turien. Beaucoup d’autres personnes se seraient sans doute montrées beaucoup moins gentleman. Et il faudrait aussi qu’elle pense à remercier son frère. Et sans doute à s’excuser aussi…

- Merci.


Soran sembla surprit qu’elle lâche ce mot si soudainement.

- Merci de m’avoir ramenée et… de m’avoir veillée.
- Y a pas de soucis ! Mais reste au lit pour aujourd'hui !
- J’y songerai. Qu’est ce que tu vas faire maintenant ?
- Mon partenaire doit m’attendre, il faut que j’aille le retrouver.
- Ok. Je te dois un service. Si jamais tu as un jour quelque chose à faire réparer, ce sera offert par la maison. Déclara la jeune fille en souriant.
- Hum… Ne touche plus à l’alcool et on sera quitte. Répondit simplement le mercenaire.


[RP Terminé]




Ce n'est pas parce que je suis fou que je suis de mauvaise compagnie.
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Le tout nouveau Ice Cube System [pv Soran]   
Revenir en haut Aller en bas
 

Le tout nouveau Ice Cube System [pv Soran]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: Travée de l'Attique :: Mer des Ombres :: Horizon-