AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 Ce n'est qu'un simple colis ! -Partie 2-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Messages : 30

MessageSujet: Ce n'est qu'un simple colis ! -Partie 2-   Ven 14 Nov 2014, 21:40
Intervention MJ : nonDate :  Octobre 2199 RP Tout public
Vindex Treyn ♦ Soran Restitus
Ce n'est qu'un simple colis! [Suite et Fin]
1ére partie ICI !



Novéria était une planète froide et désertique. Les seuls fou, comme Soran le pensait à y vivre, ne pouvait être que des scientifiques, quelques agents de sécurités et gratte-papier. Il fallait que les réglementations sur cette planète étaient des plus intéressante pour les sociétés désireuses de développer certaine technologie en marge de la légalité. Mais tout cela le biotique n'en avait que faire, si il était là, c'était pour un simple colis qu'il devait mener à destination avec son associé, Vindex. Leur livraison était un ingénieur en robotique du nom de David Spencer. En arrivant sur Novéria, ils furent attaqué par des chasseurs d'une provenance indéterminées, heureusement pour eux, les forces de protections du complexe de transit sur lequel ils étaient en approche les protégea avec des intercepteurs et des DCA. Ces même petits vaisseaux les escortèrent jusqu'à leur destination.

-Voila Monsieur Spencer, vous êtes arrivé à destination. J’espère que vous avez fait bon voyage ?
-Même si la fin à été mouvementé, je suis en un seul morceau. Mais je suis navré de vous apprendre que vous aller devoir me suivre jusqu'au complexe de recherche dans lequel je dois me rendre.
Le biotique poussa un long soupir et laissa tomber ces bras avant de relever la tête.
-J'en étais sûr que vous nous cachiez quelques chose. Fin bref ! Je suppose que j'ai bien fait de m'équiper.
-Par contre, pour vos armes, vous aller devoir me les confier. La sécurité ne vous laissera jamais rentrer dans la station avec cet arsenal sur le dos.
-Pardon ?
-Oui, je vais faire passer vos armes pour de l'équipement de recherche.
-Oui, mais... pour rentrer jusqu'à notre vaisseau après ? Nos armes seront toujours de l'autre côté !
-Ne vous inquiétez pas. Je les mettrais sous scellé et vous pourrez partir avec jusqu'à votre vaisseau.
-Si vous le dites.

Soran sortit en premier du Harfang, suivit de Spencer et Vindex fermait la queue. Des agents de sécurités les accueillirent, l'un d'entre eux leva la tête pour pouvoir observer le biotique. Après un petit speech à propos du port des armes et des équipements ils les conduisirent aux scanners et ne détectèrent rien d'illégales. Un officiel arriva pour leur présenter ces excuses à propos de l'attaque précédente et les guida jusqu'à un véhicule de transport blindé qu'ils pourraient utiliser pour se rendre au complexe de recherche. Mais avant cela, ils devaient attendre quelques heures que la piste soit de nouveau praticable. La tempête de neige de la veille avait provoqué des avalanches ici et là sur le passage le rendant instable et dangereux.

Vindex se rendit au bar avec le scientifique, pour discuter technique, quand à Soran, il se dirigea vers la partie restauration du secteur. Il allait avoir besoin de prendre des forces pour pouvoir se battre pleinement. Le biotique commanda deux ou trois plats différents, pour goûter de nouvelles saveurs. Alors que le natif de Palaven mangeait paisiblement, un groupe de trois humains et un turien arrivèrent à côté de lui. L'un des terriens s'avança, probablement leur « leader » et pris la parole.


-Hey tête cramé ! Le biotique n'y prêta pas attention et continuait à manger. C'est à toi que je parle ! Il renversa par terre une des assiettes encore pleine du turien qui porta son regard d'ambre vers celui qui venait de faire ça. Ha ! Bah tu me regardes maintenant, c'est un manque de respect de ne pas regarder une personne qui nous parle !
-Et c'est encore pire de gâcher de la nourriture. Soran se leva et dû incliner la tête vers le bas pour continuer à regarder l'humain.
-Qu'es-ce que tu comptes faire ? Si tu me frappes, c'est toi qui sera viré de la station. L'humain éclata de rire et ces collègues aussi.
-Tu crois que parce que je suis battis comme un krogan que je ne sais régler mes problèmes que par la force ?
-Et comment comptes-tu faire ?
Au même instant un serveur arriva, venant de derrière Soran, celui-ci lui fit furtivement un petit croche pattes pour le faire trébucher avec son plateau sur l'humain qui fut recouvert de restes de nourritures et de boisson.
-Oups ! Excusez-moi, je suis d'un maladroit aujourd'hui !
L'humain s'enragea et le serveur entra dans une certaines panique. Soran fit un rapide payement par Omnitech pour son repas et la casse occasionné avant de retourner à sa place pour terminer son repas. L'un deux autres terriens retenu  le premier qui voulait en venir aux mains avec le biotique. Les quatre compères quittèrent le restaurant.

Après quelques heures, l'officiel qui les avaient accueillit passa les prévenir qu'ils allaient pouvoir prendre la route.

Vindex pris les commandes du véhicules, alors que Soran se préparait à devoir se battre, une fois qu'ils avaient quitté la station, le port et l'utilisation d'armes n'étaient plus contrôlées. Une intuition lui murmurait à l'oreille qu'ils allaient vite devoir en découdre avec des forces mercenaires. Pendant le voyage, le franc-tireur discutait avec le scientifique, toujours à propos de technique, ce qui pouvait ennuyer le biotique.

Une explosion retentit à mi-chemin et une avalanche se déclencha. Le pilote appuya sur le champignon en poussant un cri mélangeant la joie, l’euphorie et la rage. Le moteur du véhicule blindé se mit à rugir, poussé dans ces retranchements, aucun de ces occupants ne voulant mourir dans une boite de conserve laisser aux congélateurs. La chute de neige passé, un groupe de mercenaires les attendaient lourdement armé. D'une habile manœuvre Vindex évita les deux premiers tirs de roquettes, un troisième explosa à quelques mètres du flanc droit du véhicule. Le choc fut assez violent pour lui faire perdre le contrôle du blindé qui termina sa course dans la neige de la montagne, laissant la porte arrière à la merci de leurs assaillants.

L'écoutille arrière s'ouvrit, laissant sortir le biotique qui chargea le premier ennemie venu en usant de ces capacités biotiques. Celui qui subit l'attaque fut projeté dans le vide. Un second se fit tirer dessus à bout portant, lui coupant le corps en deux. Un troisième qui encore sous le choc de l'attaque surprise eut la gorge tranché par une lame rétractable dissimulée dans l'armure de Soran. Pendant se temps là, un autre mercenaire armait son arme lourde pour tirer sur le biotique, mais à peine avait il eut le temps de mettre sa cible en joue qu'il fut cribler de tir venant de la position du véhicule. Vindex était sorti par l'écoutille sur le toit de l'engin pour offrir un tir de couverture à son coéquipier qui continua à déchaîner sa fureur sur ces cibles. Une fois le combat terminé le biotique poussa un crie à glacer le sang qui retenti dans tout le canyon.

Vindex appela Soran pour lui faire part de la situation à propos du véhicule qui était devenu inutilisable. La petite charge pour tenter de passer l'avalanche suivit de l'échanges de tirs avaient eut raison du moteurs du blindé.


-Pas très résistant ces machins là ! Mais bon, je me demande comment ces autres trou du cul sont arrivé jusqu'ici, ils doivent bien avoir un véhicule quelques part. Chacun prend un morceau de la cargaison et on y va à pied. Tant qu'on restera en mouvement, on évitera l'hypothermie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Indépendantiste/Neutre
Rang : Insolent
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffectsaga.com
http://www.masseffect-reborn.fr/t3020-vindex-treyn-ravalement-de-facade-en-cours


Esprit de Lukesh
Messages : 157
Crédits : Davinarfel

MessageSujet: Re: Ce n'est qu'un simple colis ! -Partie 2-   Sam 15 Nov 2014, 20:42

« Et de un…. Et de deux…. Et de trois !! Ouais bordel, hurla Vindex tout en rechargeant son arme. Je remets ça quand vous voulez ! »
Devant lui, le jeune Turien vit son compère terminer de tailler en pièces les hommes qui les attaquaient. L’attaque l’avait surpris et la mort était passé de près surtout avec l’avalanche mais comme à chaque fois le groupe s’en sortait.
Le mercenaire s’extirpa de l’écoutille pour aller juger de l’importance des dégâts, bien évidemment le flanc avait dégusté sévèrement, quand au moteur… entre le choc et les éclats, il avait rendu l’âme. Qui avait bien pu concevoir un blindé aussi peu résistant ?
« Soran ! Le tacot est mort, et je n’ai pas les outils pour le réparer.
-Pas très résistant ces machins là ! Mais bon, je me demande comment ces autres trou du cul sont arrivés jusqu'ici, ils doivent bien avoir un véhicule quelques part. Chacun prend un morceau de la cargaison et on y va à pied. Tant qu'on restera en mouvement, on évitera l'hypothermie.
-Bravo le génie, tu as trouvé ça tout seul, se moqua t-il en prenant un sac sur ses épaules. On devrait escalader cette pente, histoire de se faire une idée d’où l’on se trouve exactement. Si les mercenaires ont un véhicule, il est forcément de l’autre côté ! Avancez sans moi je vérifie un truc. »

Vindex fouilla les corps ou pour certains ce qu’ils en restaient, son ami n’y était pas allé de main morte. Au final pas de clé simplement un message sur Omnitech. Il l’enregistra sur le sien et se hâta de rejoindre son groupe.

« Suivez moi les gars, je sais ou est leur transport », affirma le Franc-Tireur.

Soran et David le regardèrent avec un air interrogateur mais Treyn n’ajouta pas un mot. Ils durent marcher un peu moins d’une dizaine de minutes et heureusement car les effets du froid se firent vite ressentirent. Un bruit de moteur se fit entendre peu à peu, ce qui était normal en somme si l’on voulait éviter que ce dernier ne gèle. Puis ils le virent, un transport blindé sans armement, à côté un humain en train de s’en griller une. Vin’ afficha un sourire en coin. Il confia son Sabre et son paquetage au duo.

« Ne bougez pas, je vais faire une réservation, ricana t’il.

Il sortit son bolter, activa son camouflage tactique et se mit à courir furtivement jusqu’au véhicule…. Juste à temps car il réapparu. Vin’ attendit quelques secondes. Visiblement l’homme était contrarié, en avait marre d’attendre, c’était le moment qu’il attendait. Il sortit de derrière l’imposant blindé et pointa son arme sur le mercenaire.

« Salut connard, tu m’en payes une ? Allez retourne toi et ferme les yeux, lâcha t’il.

Sa victime ne savait pas quoi dire. Elle le regardait simplement les yeux écarquillés et bouche bée. Il mit quelques secondes à s’exécuter.

« Pitié ne me tu…, amorças l’humain.
-Oh ta gueule, grogna le Turien avant de l’assommer avec la crosse de son arme.

Il chargea le corps à l’intérieur du véhicule et l’attacha avec les moyens du bord avant d’aller au volant du tout terrain. Il passa une vitesse puis se dirigea rapidement vers la position où il avait laissé Spencer et Restitus. Il pila et ouvrit la porte latérale.

« Allez, montez les gars, on bouge », cria Vindex.

Il ne fallut que quelques secondes pour tout charger et repartir. Il faisait chaud dans l’habitacle, ce qui était fort agréable vu la température extérieure. Derrière eux, le captif commençait à reprendre ses esprits. Le Biotique avança d’un pas lourd vers lui et lui administra une droite magistrale.

« Tu vas parler oui, gronda le colosse.
-Mais vous ne m’avez pas posé de questions, gémit le mercenaire
-Il n’a pas tort, plaida Spencer.
-Techniquement, tu vas parler est une question », contra Treyn.

On entendit le bruit d’une mandale, visiblement le porte étendard prenait son travail très à cœur. Et encore une autre pour la forme.

« La deuxième c'est pour le principe, la troisième parce que jamais deux sans trois, s’amusa Soran.
-Hey les gros bras, arrête trente secondes de le cogner et écoute ça, l’appela Vindex. Mr Spencer, ça vous concerne également.
-Messieurs, voici votre ordre de mission. Localiser David Spencer, et tuez-le ainsi que son escorte s’il y en a une. Je vous joins une photo de la cible. Je veux simplement que vous récupériez son matériel. Vous me l’amènerez par l’entrée de service, un de mes hommes vous attendra.
-Et tu n’aurais pas pu le dire plus tôt, grogna Restitus.
-Non, je trouve ça cool de te voir faire des interrogatoires, plaisanta Treyn.
-Messieurs un peu de sérieux s’il vous plaît, on parle de quelqu’un qui veut ma mort, dit David d’une voix tremblante, il était pâle. Cette voix…. C’est celle de mon collègue qui m’a recommandé au Directeur du Centre je devais travailler avec lui… Pourquoi ?
-Sûrement pour votre projet, pour la richesse et sûrement pour flatter son propre égo, réfléchit Vin’. Nous le saurons bien assez tôt. Le centre est en vue. »

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 30

MessageSujet: Re: Ce n'est qu'un simple colis ! -Partie 2-   Lun 17 Nov 2014, 20:10

L'écoute du message et la révélation de David Spencer ne choqua pas plus que ça Soran. Il en voulait à son équipier d'avoir garder cela sous le coude aussi longtemps prétextant que Vindex trouvait ça cool de regarder Restitus faire des interrogatoires. Le biotique proposa un plan d'action.

-Si votre collègue veux récupérer votre matériel, et bien on va le lui remettre en main propre. Le turien fit craquer ces articulations. Vin, dirige toi vers les coordonnées fournis par le message. Nos amis mercenaires ne semblaient pas appartenir à une organisation particulière. Vous resterez à bord du véhicule et j'irais livrer le colis en main propre. Monsieur Spencer, nous allons avoir besoin de vous, j'espère que vous savez conduire, parce que vous serez le pilote de ce véhicule tandis que Vin sera en position de tireur par l'une des ouvertures du véhicule.

Tous acceptèrent, y compris le prisonnier.

Au bout de quelques minutes, le véhicule blindé avançait doucement jusqu'à l'entrée de service. À environ trente mètres de l'entrée, l'engin s'arrêta et Soran en sortit avec une mallette à la main. Il avançait calmement jusqu'à la porte. Il appuya sur un bouton et une voie lui répondit.

-Bonjour, que venez-vous livrer ?
-Bonjour, je viens livrer un colis pour un certain monsieur... David Spencer. C'est une mallette, fermée dont j'ignore le contenu.
-Très bien, je vais voir pour contacter la personne en question.

Soran attendu près d'une dizaine de minutes avant qu'une personne n'arrive pour récupérer le colis. Pendant ce temps, il pu observer les alentours, il ne pouvait pas vraiment dire quel taille pouvais bien faire ce centre de recherche, mais il devait bien faire deux voir même trois kilomètres de large et encore plus de long, pour la hauteur, impossible à déterminer, cela devait s'enfoncer profondément dans le sol. Comment une telle construction avait pu elle être construite, et surtout qui aurait assez d'argent pour ce genre de projet ?

La personne qui était venu récupérer le colis était un humain, portant une combinaison de protection thermique sans casque avec une lourde veste et une capuche.


-Vous avez mon colis ?
-Vous êtes Monsieur David Spencer ?
-Vous savez très bien vous et moi que Monsieur Spencer à disparu dans de mystérieuse circonstance.
-Merci, j'ai ma réponse. Le turien s'approcha de l'humain pour lui chuchoter quelques mots à l'oreille. Si sa ne vous dérange pas, nous pourrions inviter Monsieur Spencer à nous rejoindre au chaud à l'intérieur ? L'humain resta de glace, se secoua la tête et d'un geste brusque invita le turien à rentrer qui d'un signe de la main fit avancer le véhicule jusqu'à l'intérieur du hangar.

Vindex sortit le premier, son arme en main prêt à en découdre au besoin, suivit de prêt par David Spencer. L'humain avec qui Soran traitait à l'extérieur était immobile, comme tétanisé.

-Et bien, on a vue un fantôme ? Lança David.
-Mais... tu devrais être mort ! L'homme continuait de reculer à petit pas jusqu'à atteindre un mur, là il se mit à glisser le long de la parois. Qu'es-ce que tu me veux ?
-Simplement savoir pourquoi tu as voulu m'éliminer ?
-Pourquoi ?! Le scientifique se mit à rire. Parce que tu m'as volé ma femme, mes subventions et maintenant tu viens me voler MON travail !
-Ta femme ? Ce n'est pas de ma faute, c'est toi qui l'a rejeté car tu étais trop pris dans tes recherches. Ce n'est pas non plus de ma faute, si tu n'es pas fichu d'arriver à l'heure à un rendez-vous pour que tu obtiennes des subventions. Et c'est toi qui m'a proposé de venir travailler ici avec toi je te signale.
L'humain, se recroquevilla sur lui même et se mit à hurler.
-GARDE ! GARDE ! Des intrus ! Ils veulent nous attaquer !

Si tôt il avait fini de crier, qu'il couru en direction d'une cachette. Et des agents de sécurités arrivèrent avec des mécha de sécurité. Soran attrapa David pour le mettre à l’abri à bord du véhicule blindé.

-Je te rappelle Vin, que ces gardes sont innocents, donc désarme les et/ou blesse les légèrement.
-Et pour les méchas ?
-Éclate toi !

Après ces derniers mots, le franc-tireur se déplaça, dissimuler sous son camouflage pour prendre une meilleur position de tir et d'un tir précis fit éclater la tête d'un premier mécha puis d'un second avant de s'attirer les tirs des agents de sécurité et d'hurler quelques injures envers ces assaillants mais aussi son collègue. Le biotique chargea dans la masse, utilisant des attaques de corps à corps pour désarmer les gardes et les étourdir et détruisait les méchas de sécurités avec toutes la rage qu'il pouvait déchaîner contre eux. Les robots arrivaient en continue et de plus en plus nombreux. Au bout d'une dizaine de minutes, des droïdes de combats se joignirent aux combats. Le biotique se mit à couvert et ouvrit une discussion avec son équipier.

-On s'arrête là Vin, si ils ont des méchas militaires, c'est pas une p'tit société ! Pour une fois il va falloir utiliser la diplomatie.
-La diplomaquoi ? Je connais pas ce truc.
-Range ton arme et on se rend.
-T'es chiants tu sais.

Soran lâcha son arme et leva les bras en disant qu'ils se rendaient, Vindex en fit de même dans la foulée. L'un des gardes s'approcha d'eux et leur demanda de tendre les mains pour se faire passer les menottes et de les suivre. Ils embarquèrent David Spencer aussi. Les deux mercenaires étaient chacun dans des cellules différentes, mais ils pouvaient encore discuter entre eux. Treyn râlait encore et encore contre l'idée de Restitus qui le laissait déblatérer jusqu'à ce qu'il en ait mare.

Deux heures passèrent, puis trois, puis quatre, sans avoir aucune nouvelle. Au bout de six heures, un garde leur apporta un repas. Vindex demanda comme à son habitude, de l'alcool, l'agent de sécurité lui proposa une autre option que le turien déclina. Mais c'est Soran qui dû subir une nouvelle fois les brimades de son équipier. La nuit tomba et le biotique s’endormit dans un coin de sa cellule, utilisant la fonction chauffante de son armure pour éviter l'hypothermie.

Les deux turiens furent réveiller par un garde qui était venu les libérer avec David Spencer.


-Excusez-moi d'avoir été aussi long à vous faire sortir, mais il a fallu que je m'explique avec ma direction et mon collègue. J'ai une bonne et une mauvaise nouvelle à vous annoncer. La bonne, c'est que vous êtes libre et vous allez pouvoir rentrer chez vous sans aucune poursuite. La mauvaise, vous aller devoir repayer les méchas que vous avez détruit. Cela sera déduit de votre solde de fin de mission. Et encore merci messieurs !
-Mais de rien, nous n'avons fait que notre travail. Et donc, il nous restera combien ?!
-Ho... aucune idée, vous serez payer d'ici quelques jours. Et ne vous inquiétez pas, je payes toujours mes dettes. Et au vue de vos performances, je crain que je n'en soit obligé sous peine de représaille.

Après quelques échanges, les deux turiens purent repartir vers le Harfang et quitter cette fichue planète glacé.

Quelques jours plus tard, un message fut reçu par IHMAIVI, l'IV du vaisseau, de la part de David Spencer.

Message audio a écrit:
Bonjour Messieurs les « Débiles » ! J'espère que vous allez bien ? Grâce à vous j'ai pu retrouver ma ravissante femme, et désolé de ne pas avoir pu vous la présenter. Mais passons, après que le service technique est chiffré les dégâts, il ne vous reste plus que 12 631 crédits. Oui je sais, comparé aux prix de départ c'est peu, mais dois-je vous rappeler que vous avez détruits 29 méchas de sécurités, blessée 7 gardes pour un total d'au moins 3 ans d'arrêt de travail et ils n'ont pas compté les équipements de ces pauvres hommes. Sur ce, je vous souhaite une bonne continuation et aux plaisirs de retravailler avec vous !

Ho ! Et je vous joints une photo de ma ravissante femme !

Soran regarda l'image et la montra à Vindex.

-Je dois avouer que cette homme à des goûts vraiment bizarre.
-C'est pas faux.
-Elle doit avoisiner les deux cents, voire même les trois cents kilo !
-Au moins !
-Tu sais ce qu'on dit ? Tous les goûts sont dans la nature !

Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Ce n'est qu'un simple colis ! -Partie 2-   
Revenir en haut Aller en bas
 

Ce n'est qu'un simple colis ! -Partie 2-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: L'espace de l'Alliance interstellaire :: Nébuleuse de la Tête de cheval-