AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 Keedan Braha'n, l'Assassin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Personnage RP
Faction : Conseil
Rang : Haut-Veilleur
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.net/t867-keedan-braha-n-base-de-donnees-personnelle


L'Âme et le Maître des Codex
Messages : 954

MessageSujet: Keedan Braha'n, l'Assassin   Dim 28 Déc 2014, 01:29
Registre Galactique des espèces
Keedan Braha'n

Informations primaires

Sexe : Masculin
Race : Drell
Âge : 34 ans (né en 2165)
Faction : Cohésion Drell
Poste / Grade : Haut Veilleur du Conseil
Parenté : Dehra et Xorten Braha'n
Situation maritale : Célibataire
Planète d'origine : Kahjé


Histoire


Journal personnel, extraits

An 2178, jour et mois inconnus

Le cauchemar recommence. Je suis de nouveau seul. Tout ceux qui étaient précieux à mes yeux sont morts, une fois encore. Comme si la première fois n'avait pas suffit. Je commence ce journal au cas où il m'arrive quelque chose, peut-être cela aidera-t-il quelqu'un à identifier mon corps. Je me retrouve seul, sur une planète que je ne connais pas, avec pour seuls biens ce carnet sur lequel j'écris ces lignes et mes habits. Je vais devoir me débrouiller seul. Ce n'est pas que je n'en ai pas la capacité, mais ça n'a pas toujours été ainsi...

Mon existence de Drell a commencé sur la planète Kajhé, celle de nos bienfaiteurs et sauveurs Hanari, sous le nom de Braha'n en l'année 2165. Du moins c'est ce que m'ont enseigné mes parents. Je n'ai eu l'occasion d'en voir que très peu, juste lors de ma naissance et quelques autres fois, mais c'est tout. Mes parents vivaient sur l'une des colonies Hanari, mais où ces derniers n'étaient que très peu présent. J'ai l'impression que c'est une autre vie ce qui s'est déroulé là-bas. J'y suis resté pendant sept années, où j'ai reçu un enseignement élémentaire, principalement axé sur la maîtrise du langage, à la fois celui qui nous est propre et le langage commun, mes parents étant contre une implantation. J'ai aussi reçu les rudiments de notre religion, où on apprenait que les divinités régissaient notre vie, et la manipulation de ce que l'on appelait leur don, la biotique. La culture de mon peuple m'a été inculqué, ainsi que les différentes voies qui s'offraient à moi. Mes parents voulaient me pousser à servir nos dieux, et mes professeurs pour la plupart Drell comptaient faire de moi une sorte de guide, voyant avec quelle facilité j'assimilais les choses qu'on nous enseignaient. Après plusieurs discussions houleuses, les deux partis sont arrivés à s'entendre sans me laisser le choix. J'allais donc devenir un futur guide sur le plan religieux. Bien sûr, étant âgé de seulement 8 ans, je n'avais pas d'objections. Mais pour suivre cette formation, il me fallait partir sur une autre colonie, qui obligerait un voyage de quelques jours à bord d'un vaisseau spatial, avec également la contrainte de se voir implanté une puce traductrice. Ni mes parents, ni mes professeurs et ni moi ne pouvions prévoir que ce voyage serait bien celui qui fixerait ma vie à tout jamais.


Cela faisait trois jours que notre vaisseau parcourait paisiblement l'espace sous protection Hanari, lorsqu'un événement survint. Alors que la plupart des personnes présentes à bord étaient plongés dans un profond sommeil, je me réveillai en sursaut. Quelque chose m'avait sorti de mes rêves. C'était comme une impression angoissante, mais qu'on ne savait pas d'où elle venait et que tout était calme autour de vous. Je décidai alors d'aller vers la passerelle, comme je voyais faire les adultes Drells lorsqu'ils voulaient des informations sur la situation. Arrivant sur la passerelle, je vis le comandant du vaisseau, un certain Quarien du nom de Dorba. Il m'a raconté le premier jour, pour s'assurer que le voyage se passait bien pour ses passagers, qu'il avait quitté son peuple pour vivre dans de meilleures conditions et qu'il avait choisi le transport interstellaire. Je n'ai compris ses paroles que quelques années plus tard.

- Qu'est-ce qu'il y a petit, m'avait-il dit.
- Rien Commandant, mais je n'arrive pas à dormir. Je peux rester par ici ? Votre vaisseau m'intrigue et j'aimerais voir comment il fonctionne.
Le ton du Quarien semblait traduire une expression bienveillante.
- Reste si tu en as envie petit, tu ne me dérangeras pas. Tant que ne touche pas à toutes les touches que tu vois devant toi, ça me va.

Alors que je m'installai, un signal sonore retenit auprès du commandant. Rien de bonne augure visiblement. Puis la communication s'afficha devant la baie principale. Un butarien apparu à l'écran.

- Commandant de ce vaisseau, ne tentez rien pour nous arrêter, ou vous le regretterez. Laissez-nous aborder votre vaisseau, et vous pourrez repartir avec. Si vous tentez quoi que ce soit lorsque nous serons à l'intérieur, vous pourrez dire adieu à votre équipage et votre vaisseau.

La communication prit fin et le butarien disparut.

- Pendant un moment j'avais cru que c'était toi qui venait de toucher à quelque chose, mais non, déclara le commandant. Petit, retourne avec tes parents, il est préférable pour toi de ne pas rester dans les parages.
Sans vraiment bien comprendre, j'obéissai à Dorba et courut dans les coursives. Mais un choc me fit perdre l'équilibre. Je compris plus tard que c'était le choc de l'abordage qui ne s'était pas très bien déroulé. J'entendis bientôt des cris de déments. Des tirs s'échangèrent. La panique s'empara de tous. Le commandant criait des ordres derrière moi. Je me retournai et le vit.
- Retenez-les le plus longtemps possible, ils ne doivent pas mettre la main sur les passagers. Petit, va te planquer ! Un vaisseau sera là d'une minute à l'autre pour nous prêter main forte !
Mais le peu d'hommes qui savaient se battre tomba vite et bientôt les butariens me virent, protégé par Dorba.
- Tiens, un petit Drell. On était au courant pour le couple, mais pas pour lui. Il nous serait très utile pour de gros coups de filet, hein, qu'est-ce que tu en pense Ratch ?
- Complètement, leur biotique est formidable. Si on ne peut pas s'en servir nous-même, il nous rapportera un bon paquet.
- Vous ne toucherez pas à ce gamin, connards de butariens ! Petit, file voir tes parents, et que je ne me répète pas ou ça chauffera pour tes oreilles, tu peux me croire.

Les larmes aux yeux, je partis rejoindre mes parents. Ces derniers voulurent que je me cache, chose que je fis bêtement, même si je savais qu'au fond ça ne servirait à rien. On ne pouvait aller contre la volonté des dieux. Mes parents périrent de leurs mains, j'entendais leur cris d'agonie, au-delà de ma cachette. Mes sanglots avaient du s'entendre, car à cet instant un butarien à trois yeux, l'un étant crevé, découvrit ma cache. Mais alors qu'il voulu m'envoyer valser dans l'inconscience, un tir l'atteignit en pleine poitrine. Derrière lui se tenait des Turiens. J'avais appris à reconnaître grâce à mes professeurs les différentes races que je serai susceptible de rencontrer lors de mes voyages.

- Viens petit, accompagne-moi, et tu n'auras plus rien à craindre, dit-il. Je me nomme Derrus, et je serai ton nouveau père.

Je ne sais pourquoi, mais je le suivis en hochant la tête, ne voyant que faire d'autre, totalement perdu et encore sous le choc de la perte de mes parents. En allant vers la zone d'accostage qui n'avait pas été prise par les mercenaires, je vis le corps de Dorba étendu sans vie. Pour lui, son aventure s'arrêtait là.

Derrus devint donc mon "père". Cette idée de parenté rentrait bien dans le concept que se faisaient les Turiens de l'apprentissage d'une chose à quelqu'un qui ne connaissait rien. Mon nouveau père savait qu'il ne pourrait pas me garder auprès de lui s'il ne me trouvait pas un rôle dans le vaisseau. C'est pour ça qu'il testa tout d'abord mes capacités avant de prendre une décision. J'eu droit à une semaine d'intenses exercices, qu'ils soient physique, mentaux ou en rapport avec ma biotique. D'après ce que je compris, les résultats furent concluants. Ayant une philosophie d'honneur et de servir l'ensemble en premier avant l'unique, il m'entraîna personnellement à l'art du combat, et plus particulièrement à l'infiltration. J'appris au fil du temps que si j'avais été sauvé, c'était par chance, car l'unité à laquelle appartenait Derrus était de passage et qu'ils avaient reçu l'appel de détresse. J'appris le mode de vie des Turiens et appliquèrent leurs traditions. J'appris notamment que rester au même grade dans leur société militaire n'était pas dégradant, bien au contraire, que c'était une marque d'intelligence et de modestie de celui qui le portait. J'appris aussi pourquoi je n'avais pu rejoindre une colonie Hanari : l'unité de Derrus opérait dans le secret pour le compte du Conseil dans la Galaxie afin d'éradiquer la vermine qui la sillonait. S'ils m'avaient laissé parler de leur existence, la mission sur laquelle ils travaillaient risquaient d'être mise à malle. Mon père me donna également une nouvelle idendité, en signe d'affection et d'intégration au sein du vaisseau. J'étais alors appelé Keedan le Novice. Mais en mon fort intérieur, j'étais Keedan Braha'n, en signe de reconnaissance envers mes deux familles. Braha'n pour mes parents qui m'avaient donné la vie, et Keedan pour Derrus qui m'avait pris sous son aile. Les dieux finalement avaient prévu quelque chose pour moi.

Je partais volontiers en mission pour rendre Derrus fier et de ne pas le déshonnorer pour le fait de m'avoir fait confiance et intégré à l'équipe. Mes talents biotiques se révélant bien utiles à l'équipe, j'étais de plus en plus mis en avant pour pouvoir ouvrir la voie aux Turiens lors de missions délicates. Malgré mon jeune âge, je su faire preuve d'une grande maturité.

Néanmoins, on me priva de cette nouvelle famille. Cinq années se sont écoulées après que Derrus m'ait récupéré sur le vaisseau de Dorba, nous étions sur une mission délicate. La plus délicate de toutes. Et elle ne se déroula pas comme prévu. Le groupe que nous avions infiltré quelques semaines plus tôt a découvert la vérité sur notre identité, nous ne savions comment. Toujours est-il que nous avons été poursuivi, et que le vaisseau fût attaqué. N'ayant aucun renfort pour nous aider, nous nous sommes débrouillés seuls pour repousser l'assaut. Le vaisseau eut de nombreuses avaries, mais l'assaut avait été repoussé. A ce moment-là, les Turiens de l'unité CIOSISC (Corps d'Infiltration des OrganisationS Indépendantes à la Subordination Conscilienne) ne pensaient pas que ça ne serait pas la seule vague, et moi également. Cependant, ils prirent des précautions. On m'envoya dans une navette sur la planète au cas où. Derrus m'avait accompagné jusque là.

- Prends soin de toi Keedan. Ne perds pas ton temps à nous retrouver. Tu sais tout comme moi que cela peut être notre dernière rencontre. Tu es notre meilleur élément. Korteus va t'accompagner, pour qu'une fois sur la planète vous puissiez facilement retrouver un moyen de transport et joindre notre commandement le plus tôt possible. Allez file, le temps presse.
- J'accomplirai mon devoir père, comme je l'ai toujours fais.
- Je suis fier de toi. Que tes dieux te mènent en sécurité. Korteus, bon voyage.
- Merci Derrus, prenez garde.

Puis sans un mot de plus, la navette décolla. Korteus aux commandes, et moi à côté pour l'aider, nous partîmes en direction de la planète à proximité afin de nous dissimuler au plus vite. Mais nous n'eumes pas le temps de faire une telle chose. Un bip sonore nous fit lever les yeux sur l'écran de contrôle, et un vaisseau apparut bientôt dans notre champs de vision. un vaisseau identique à tout à l'heure.

- Le vaisseau de l'unité ne va pas tenir très longtemps. Keedan aide-moi à mettre les gaz. Indique-moi lorsque le vaisseau se mettra à notre poursuite et trouve nous un site d'atterrissage.
- Tout de suite ! J'ai un site d'atterrissage libre dans le secteur de l'extrême ouest du continent face à nous !
- Allons-y dans ce cas.

Notre navette changea rapidement de direction. J'observai par la baie latérale le combat autant que je pus. Notre ancienne base ne tiendrait pas longtemps mais se défendait bien. Ils avaient même envoyé les deux chasseurs opérationnels à la rencontre du vaisseau, pour nous faire gagner du temps. Ils étaient perdus, mais le sens de l'honneur ne leur ferait jamais défaut. Que l'ensemble périsse pour que l'un survive. Comme on s'y attendait tous, le vaisseau commença à perdre. Les deux chasseurs explosèrent dans un concert de tirs concentrés, et le vaisseau de Derrus venait de perdre ses boucliers.

- Ils seront bientôt sur nous ! criai-je à Korteus. Nous sommes encore loin de l'atmosphère ?
- Encore deux minutes, et nous y serons.
- Nous ne les aurons sans doute pas !

Peu de temps après, Derrus et le reste de l'équipage firent leur dernier combat. Leur vaisseau explosa, l'onde de choc nous secoua légèrement, en guise de témoignage de leur mort. Le vaisseau ennemi ne tarda pas à nous prendre en chasse. Notre navette n'était pas armée, il allait falloir se lancer dans un jeu d'esquive.

- Keedan, reviens auprès de moi et indique moi quelle direction prendre pour éviter leur tir, c'est notre meilleure chance de survie. Il va leur falloir du temps avant lancer leurs chasseurs, on a encore une chance !
- Compris !

Et nous voilà parti dans le jeu. Tantôt babord, tantôt tribord, les manoeuvres portaient leurs fruits, et nous nous rapprochions de l'atmosphère. Les indicateurs clignotèrent. Nous étions rentrés dans l'atmosphère, et le vaisseau ennemi avait ralenti. Mais trois points arrivèrent en avance rapide vers nous.

- Ils ont lâchés trois chasseurs à notre poursuite.
- Ca va être serré. Accroche-toi et continue à me guider.
Malheureusement je n'en eus pas le temps. Un choc violent me projeta à l'avant de la cabine. Un moteur venait d'être touché.
- Les salauds, lâcha Korteus.
Il se retourna vers moi, m'observa un court instant puit retourna au pilotage. On venait d'échapper à une salve.
- Keedan, utilise ta biotique pour te protéger. La navette ne va pas forcément s'en tirer et moi non plus. Avec un peu de chance, ils ne te détecteront pas avec toute la chaleur que produira l'explosion. C'est un effort énorme que je te demande, mais je sais que tu en es capable. Tu seras le seul à pouvoir alerter notre supérieur hierarchique, sur la Citadelle. Débrouille-toi pour que ces infos lui parviennent. Et accepte ceci.

Il me donna un bloc mémoire qu'il avait caché dans l'une des poches de sa combinaison. Il me tendit également un petit carnet et un stylo, en guise de cadeau d'adieu.

- A présent fais ce que je te dis, et que la vie puisse te sourire encore longtemps.

Sans une larme, j'adressai simplement un geste de la tête à Korteus. Je me plongeai alors dans une intense concentration, afin de me créer une sorte de barrière. Quelques seoncdes plus tard, de multiples impacts vint secouer la carlingue et le crash fut inévitable.

Je ne sais combien de temps il s'était écoulé entre le crash et ma perte de connaissance lorsque je ne pus maintenir plus longtemps la barrière, après que les chasseurs soient passés deux fois pour vérifier si j'étais mort ou non, mais la nuit s'était installé. J'ai inspecté rapidement le lieu du crash autant que possible avec ma petite lampe torche à moitié brisée, et pu me trouver un abri provisoire où je me rendormis pour le soir. Je me mis à écrire ces lignes que le lendemain.
A présent, je dois trouver un moyen de quitter cette planète et alerter les Turiens de la perte d'une unité du CIOSISC.


An 2183, 19e jour passé sur la Citadelle, mois inconnu

Cinq années se sont écoulées depuis le crash. Cinq ans où je n'ai eu de cesse de me battre pour mes anciens compagnons. Cinq ans où je me suis battu pour ma survie.
J'ai réussi à quitter la planète. Je suis même allé jusqu'à la planète Turienne de référence si nous avions un problème. Ils ont en effet bien voulu me recevoir, ont reçu mes informations, mais n'ont plus voulu entendre parler de moi.

- Cette branche est définitivement morte subordonné Braha'n. La remplacer prendra du temps. En attendant, vous devriez améliorer vos compétences auprès de vos semblables. Elles seront très appréciées lorsque vous aurez terminé.

C'est ce que je fis. Je retournai dans une colonie Hanari où j'appris sous le nom que je m'étais donné l'art de l'assassinat. J'eus toutes les implantations nécaissaires, bien que visiblement je n'en avais guère besoin de beaucoup. J'acquis le statut d'assassin au sein de la société Drell et Hanari, et je dus honorer un contrat dès ma sortie. Ce contrat m'emmena vers la citadelle, ou un marchand avait abusé un Hanari. Je n'avais pas eu besoin de l'assassiner mais plutôt de l'effrayer, chose qui ne posa pas de problème.
Mais ce contrat tomba lors du conflit que connu la galaxie avec Saren. Quelques jours après, je devais me présenter sur le Destiny Ascension pour pouvoir rencontrer le conseiller Turien, notamment pour voir avec lui ma nouvelle affectation possible. La bataille pour la Citadelle débuta seulement un jour après que je sois présent sur le vaisseau du Conseil.

C'est ainsi que je fus mis à contribution pour assurer la défense du vaisseau, sauver la vie de quelques personnes et d'une diplomate Asari. Le Conseiller Turien survecut dans la bataille, mais ne voulait aucunement entendre parler de mon passé avec ce qui venait de se dérouler, ce qui réduisit à néant mes chances d'être réintégré dans un corps armé Turien. La diplomate Asari, voulant me remercier me demanda ce qui me ferait plaisir. Alors je ne tardai pas à déclarer ce que je souhaitais. Elle m'enrôla dans des affaires sombres, afin que je l'aide à ce que la société Asari ne soit pas en danger. Cela signifiait par la même occasion que mon contrat avec l'Hanari qui m'avait engagé prenait fin à ce moment-là. Je n'avais pas encore reçu d'ordres formels, mais j'honorerai ce nouvel emploi avec honneur, comme me l'ont appris les Turiens.

An 2188, 643e jour sur Kajhé, 1er mois du cycle solaire

Cette semi-liberté d'action me permis de détruire ceux qui avaient causé la perte de mon ancien groupe, bien sûr après des mois de travail. Néanmoins, une fois le travail terminé, je restai aux ordres de la diplomate Zatira N'leem pendant plus de trois ans, où je lui rendis de nombreux services et permis l'anihilation de plusieurs petits groupes de mercenaires. Parfois en équipe, souvent seul.

Mais la guerre des Moissonneurs frappa tous les mondes, et je décidai d'aider comme je pus mon monde natal, considérant cela comme une dette depuis toujours à régler aux Hanari. Je me mis aux côtés du corps d'assassins qui fut créé pour défendre la planète de nos bienfaiteurs. Après de longs combats acharnés, avoir vu de nombreuses victimes tombées, nous avons su résister assez longtemps jusqu'à l'arrivée des renforts qui avaient détruit le gros des troupes dans le système solaire.

J'aimais ma liberté, et je ne voulais en aucun cas la troquer pour rejoindre un ordre, bien que ce fut celui de mes semblables. Du moins, c'est ce que je pensais avant de rencontrer le Drell Prima. C'était à l'époque le Drell le plus en vue et le plus respecté de mon peuple. Il tentait de rassembler les Drells sous un ordre nouveau, un ordre politique et culturel, qui bien que lié encore aux Hanaris serait indépendant : La Cohésion Drell. L'idée me séduit, je dus l'admettre, et soucieux de participer à cette évolution profonde dans notre société afin qu'elle se passe au mieux, j'acceptai de mettre mes talents à disposition. Je fis aussi connaissance ce jour là d'une autre personnalité importante de notre monde, celle de Xantios Las. J'étais persuadé que nous allions être amené à se voir régulièrement, tant pour nous concerter sur la marche à suivre que pour les informations utile que je pourrais lui transmettre...

An 2193, 12e jour de vol, DSS Damoclès

- Rien à signaler Keedan, tout est calme. Je vais sur notre point suivant.

Trent repassa en propulsion SLM. La surveillance de ces derniers jours était des plus tranquilles. Cinq nouvelles années s'étaient déroulées depuis cette fameuse rencontre. La Cohésion Drell vit le jour, ainsi que la Confrérie du Synacte que j'avais moi-même constitué, tout en me servant de ce que j'avais appris chez les Turiens et l'aide des Galariens pour la formation des recrues. Avec l'apprentissage que l'on enseignait au sein du Synacte et les techniques que l'on employait au GSI, j'avais pu faire du CDS l'une des forces spéciales les plus efficaces. Bien entendu, notre existence restait encore méconnue de la plupart des espèces et notre nombre encore restreint, mais à chaque jour qui passait, cela changeait.

J'avais eu l'occasion de rencontrer le Drell Prima et le Haut Emissaire à de nombreuses reprises. Je faisais également parti du Conseil de la Cohésion, néanmoins je n'étais présent à leurs réunions que rarement. En effet, la gestion, le maintien et le développement de l'organisation prenait tout mon temps. En parallèle, j'avais développé auparavant mon propre réseau, avec qui j'avais déjà commencé à collecter des informations en tout genre, qui pouvaient néanmoins s'avérer utile dans quelque domaine que ce soit. Au cours d'un sauvetage sur une station prise par des mercenaires pour y récupérer elle-même des informations importantes, j'avais pu abordé et prendre un de leur vaisseau, une frégate peu courante. Dans notre Cohésion naissante, elle prit le nom de Drell Stellar Ship Damoclès, l'un des premiers vaisseaux de la flotte propre aux Drells. Après plusieurs mois passés à y apporter des modifications, elle fût transformée en centre de commandement mobile pour que je puisse agir de mon côté tout en gardant un oeil sur le CDS. Qui sait ce que nous réserverait l'avenir ? Je devais me tenir prêt à toute éventualité, et pouvoir se déplacer rapidement était l'un des meilleurs moyens d'y parvenir.

An 2195, 27e jour de vol depuis Rakhanna, DSS Damoclès

- Keed, le vaisseau est très mal en point. Si nous continuons sur cette voie, je ne sais pas du tout combien de temps on va tenir, Il faut absolument que l'on trouve un point de ralliement pour opérer les maintenances nécessaires.
- Je sais Trent, pas la peine de me le rappeler. Garde la direction que je t'ai donné. Mais évite à tout prix l'espace Hanari. Je ne sais pas qui est celui qui nous a tendu ce piège, mais maintenant qu'il m'a écarté du pouvoir et de l'organisation, on ne peut se reposer que sur nous même et notre propre réseau.

Quelqu'un au sein du CDS voulait ma peau. C'était évident. J'avais passé plusieurs années à créer le CDS, à lui donner un but honorable et prêt à servir les Drells si besoin, mais quelqu'un ne le voyait pas de cet oeil. Un indépendantiste ? Cela m'étonnerait. Non il s'agissait sans doute d'un des membres, voir un des membres du parti Drell ? C'était plus probable. Ainsi, il aurait une petite armée à sa disposition et contrôlerait la population. Sans doute était-il contre le projet de réhabilitation de Rakhanna, car cela fragiliserait son emprise. C'était même certain.
Heureusement pour nous, la flotte Hanari ne pouvait être contrôlée par les Drells, une chose de gagnée, nous évitant ainsi plus de poursuivants que ceux que nous venions d'éliminer. A présent, il ne me restait plus qu'à découvrir l'identité de ce félon et surtout guérir mon vaisseau de ses blessures.

An 2199, vol géostationnaire autour d'Antinax, DSS Damoclès

Quatre ans à chercher qui avait fait le coup, et toujours rien. Mes moyens étaient aussi, fallait-il le dire, grandement diminués. C'était comme si on m'avait amputé une partie de moi-même. Notre réseau était bien moins important que le CDS, et chaque recherche prenait du temps.
Depuis l'accident, j'eus la chance de rencontrer Thisaïa Nar Cortella, une Quarienne qui nous aida à réparer le vaisseau, ainsi qu'Astarus Kolian, un Turien à la retraite qui accepta il y'a deux ans d'être notre chef mécanicien. Ces deux membres d'équipage supplémentaires étaient un véritable soutien. Pour continuer à assurer notre vie, les quelques membres spécialisés de mon équipage prenaient des missions de mercenariat et d'assassinat afin que nous puissions toujours rester dans l'ombre. D'ailleurs, nous venions de récupérer notre prime qui pensait pouvoir se réfugier sur cette planète. Je m'habituais à ce train de vie, mais je n'oubliais jamais le but que j'avais dorénavant, éliminer la personne qui avait transformé le CDS en club privé pour gens fortunés et influents, permettant toujours plus de contrôle sur la population Drell.




Apparence

Haut d'un mètre 89, Keedan possède une forme athlétique. Il ne compte pas seulement sur sa puissance biotique très développée, mais aussi sur ses muscles et sa souplesse, afin d'être une ombre discrète et efficace.

Souvenir d'un combat difficile sur Kahjé, il porte la marque d'une longue cicatrice à son bras droit. Suite à une grave blessure en tentant de s'enfuir d'un complexe non identifié, il a également gardé une longue cicatrice au niveau de l'omoplate gauche. Son regard reste composé d'abysses indéchiffrables. Il porte une tenue légère mais résistante, ce qui lui permets de se mouvoir en toute facilité tout en ayant un minimum de protection. Il emporte toujours avec lui deux épées et un pistolet en arme de poing. Il porte parfois une cape avec un uniforme pour ses sorties officielles.


Caractère

Keedan est quelqu'un d'assez calme qui ne prendra aucune mesure irréfléchies, bien que cela peut lui arriver lorsque la situation le touche personnellement. Mais n'ayant aucun proche à défendre, hormis son équipe qu'il a consituée il y'a déjà quelques années, ce n'est pas prêt d'arriver bien souvent.

Il n'a guère peur de mourir, la mort ne l'effrayant plus. Elle est comme une amie pour lui, qui viendra la cueillir le moment venu. Cela fait parti des choses naturelles de la vie, et s'il doit être confronter au glas de son existence, il ne s'y opposera pas. Mais il ne faut pas y voir là une fatalité. Il se battra chèrement pour sa vie, n'en doutez pas un seul instant. Tant qu'il aura un moyen de continuer ce qu'il a construit, il n'abandonnera pas.

Son passé de Drell solitaire s'éloigne petit à petit, et il tend à prendre les intérêts de son peuple et son espèce à coeur. Il ne perd pas de vue cependant ses propres intérêts.


Compléments

Signe(s) distinctif(s) : Cicatrices citées dans l'apparence
Relations avec les autres : Tout dépend de la personne en face de moi.
Des liens prédéfinis ? Lleyton Benam


Hors Personnage

Célébrité sur l'avatar (seulement si besoin) :
Comment avez-vous connu le forum ? Est-ce une blague de mauvais goût ? Redman
Est-ce un double compte ? Non, l'originel.
Des remarques ? Aucune, j'apporte quelques modifications.






    - L'ombre est omniprésente. Ne pas la voir ne signifie pas qu'elle n'est pas sur toi -
    Titres honorifiques:
     
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance
Rang : Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/
http://www.masseffect-reborn.fr/t150-journal-de-bord-d-adrien-annaz


En ligne
Administrateur
Messages : 8003
Crédits : Matt Bomer - Lleyton Benam

MessageSujet: Re: Keedan Braha'n, l'Assassin   Dim 28 Déc 2014, 12:00
Bon, je pense que tu connais le chemin.


Pourquoi est-ce qu'à chaque fois que quelqu'un dit "avec tout le respect que je vous dois", j'entends "ta gueule" ?


Revenir en haut Aller en bas
 

Keedan Braha'n, l'Assassin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Hall du Personnage :: Présentation des Membres :: Fiches Validées-