AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 [Intrigue #5] Tourisme sur Palaven

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar

Personnage RP
Faction : Aucune
Rang : Entité divine
Voir le profil de l'utilisateur


Compte staff
Messages : 4121

MessageSujet: [Intrigue #5] Tourisme sur Palaven   Lun 31 Aoû 2015, 23:27



Intervention MJ : Oui Date : 6 Septembre 2200 RP Violent
Ravilla Aper ♦ Caelus Chronol ♦ Vindex Treyn ♦ Artérius Vorasen ♦ Ishra T'Cyalii
Tourisme sur Palaven



Tourisme sur Palaven
6 Septembre 2200

Cipritine



Le temps est chaud, sur Palaven. C'est sans doute ce que se disent les millions de touristes venus visiter la planète natale des turiens, obligés d'équiper une combinaison pour l'explorer en dehors des infrastructures montées spécialement pour les accueillir.

Mais en ce sixième et dernier jour d'ouverture du territoire turien, personne ne songe à quitter les villes pour les déserts environnants. Au contraire, tous ceux l'ayant pu ont réservé leur place pour assister au plus grand événement de la semaine, les autres se contentant de le regarder diffusé par les holoécrans : le défilé turien, où les plus prestigieuses unités de la Hiérarchie seront présentes. Et à la fin du défilé, la très attendue apparition du Primarque Malgor, accompagné du chef krogan Wrex et de la conseillère Esheel. Quelques mois après la révolte ayant secouée Tuchanka, c'est la première grande apparition de Wrex sur les écrans de la galaxie, et beaucoup attendent des trois puissants dirigeants un discours d'union.

Cipritine, 8:00

Les derniers détails, les imprévus, étaient peu à peu réglés. Une certaine fébrilité gagnait les nombreux turiens chargés de l'organisation du défilé, eux qui sont d'habitude si efficaces et détachés dans leurs actions. Mais le regard du Primarque pèse sur leurs épaules, même si celui-ci est invisible, derrière les vitres du bâtiment.

« Je n'aime pas la politique, vous le savez. Si ce n'était pour vous, jamais je n'aurai prévu cette apparition publique. »

Malgor se tourna vers ses deux interlocuteurs. Le krogan était de l'autre côté de la pièce, tandis que la galarienne était assise en retrait, observant elle aussi les événements au dehors.

« Ce que nous aimons n'importe pas. Nous faisons ce qui est nécessaires. »
« Ce que vous estimez nécessaire. »
« Et cette fois-ci, c'est dans votre intérêt, Wrex. »

Le krogan souffla profondément, mais ne répliqua pas. Esheel se retourna vers le dirigeant turien.

« Avez vous pris les mesures nécessaires concernant les menaces, Primarque Malgor ? »
« Nous recevons toujours des menaces, Conseillère. Nous savons les gérer. Artérius Vorasen se chargera lui-même de diriger les forces de sécurité, lors du défilé. Et il restera à mon côté afin de m'informer de tout événement trop curieux. »
« Et le Premier Superviseur ? »
« Je les ai présenté. Elle le mettra au courant de ses trouvailles, mais garde son indépendance d'action. »
« Parfait. N'oubliez pas les enjeux. Nous devons paraître fort, surtout après les crises kroganne et raloise. »

Les deux autres dirigeants acquiescèrent.

Cipritine, 9:00

Alors que les premiers bruits des troupes en marche résonnent, faisant trembler les corps au rythme du pas, chacun sent l'attente monter en soir. Mais pas pour les mêmes raisons.

Dans les troupes chargées de la sécurité du défilé, le lieutenant Ravilla Aper se tient droite, ses hommes alignés devant elle. Chargé de la protection du défilé, mais parmi les unités de réserve, ils ne sont pas censés intervenir sans accident majeur.

Non loin de là, en bordure de la foule, Vindex Treyn observe la zone du défilé. Il s'agit d'une longue avenue, allant jusqu'au Palais du Primarque. Celui-ci a déjà fait une brève apparition, saluant la foule sans rien dire. En continuant son tour d'observation, Treyn voit sa sœur et ses hommes, pas très loin, plus discrets que les troupes destinées à contrôler les mouvements de foule. Non loin du turien se trouve une asari. Ishra T'Cyalii ne reconnaît pas les troupe, ne connaît pas leurs fonctions, mais l'ambiance électrique circule au sein de tous.

Un autre turien surveille la zone en son ensemble, mais d'un point de vue plus élevé. Depuis le Palais, Artérius Vorasen contemple la zone, cherchant les failles. C'est lui qui est chargé du système de sécurité lors de l’événement, bien que sa présence soit aussi requise auprès du Primarque. Mais un pas en arrière, dans une zone d'ombre, pour agir en cas de besoin. A son côté se trouve le Premier Superviseur Moryn, qui attend d'éventuels dernières instructions avant de partir faire sa ronde.

Mais tous les regards ne sont pas tournés vers le défilé. Alors que les troupes entrent dans la ville, trois groupes entrent également dans la zone, apparence dissimulée par des armures. Facilement repérable en temps normal, mais sur une planète ou quasiment toutes les espèces doivent porter une combinaison, ils se démarquent peu. Un groupe est composé de seulement trois individus, et se déplace silencieusement dans les sous sols de la capitale. Un second, plus nombreux, suit au plus près la zone du défilé, avançant parmi les bâtiment derrière la foule. Et enfin, un turien, seul, trop armé pour un civil, s'arrête une dernière fois avant de reprendre sa marche vers sa destination.

L'heure est arrivée, les première troupes turiennes font leur apparition au début de l'avenue, recevant les premières acclamations.








Premier tour. Pas d'ordre de passage. Vous avez jusqu'à dimanche inclus pour répondre, lundi prochain nous passerons au second tour. Si vous répondez tous avant, alors on passera au second tour avant aussi Wink


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Indépendantiste/Neutre
Rang : Insolent
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffectsaga.com
http://www.masseffect-reborn.fr/t3020-vindex-treyn-ravalement-de-facade-en-cours


Esprit de Lukesh
Messages : 157
Crédits : Davinarfel

MessageSujet: Re: [Intrigue #5] Tourisme sur Palaven   Mar 01 Sep 2015, 20:28
Vindex dormait profondément, au point qu'il n'avait pas entendu son réveil sonner. Il aurait pu continuer à sommeiller ainsi des heures durant, à naviguer dans ses rêves qui étaient parfois aussi loufoques que bizarres. Actuellement il était en grande discussion avec le Primarque Turien autour d'un verre à un bar. Le Hiérarque lui parlait de ses problèmes gastriques en reluquant l'une des danseuses qui se déhanchait à proximité.
Il sentit quelque chose lui agripper les épaules et le secouer, peu après il eut la sensation de s'enfoncer dans son tabouret comme s'il était sur un nuage qui remuait.

Treyn tenta d'ouvrir une paupière, mais la referma aussitôt et cligna plusieurs fois des yeux tant la luminosité était forte, ses yeux étant encore habitués au pénombre. Il sentait quelque chose qui rebondissait à côté de lui sans jamais s'arrêter menaçant plusieurs fois de l'écraser.

« Allez debout dépêche toi ! On va encore être en retard. »

Danora sautillait sur le lit, l'air complètement excité, elle était vêtue de sa tunique bleue qu'elle abhorrait à chaque grande occasion. Contrairement au Turien c'était une lève tôt, et bien qu'elle arrivait à s'occuper seule les premières heures, elle s'ennuyait rapidement. La petite pratiquait donc son activité favorite, réveiller le Franc-Tireur. Ce dernier s'étirait paresseusement , baillant à s'en décrocher la mâchoire avant de reporter son attention sur l'enfant qui avait cessé de bondir.
Ils se regardèrent durant quelques secondes. D'un geste vif du bras, Treyn balaya les jambes de la gamine, n'ayant rien pour se retenir elle s'écrasa sur l'ancien mercenaire qui en eut le souffle coupé.

Évidemment Vindex ne put s'empêcher de faire une remarque sur le poids de sa protégée. Cette dernière détourna légèrement la tête en croisant les bras signe qu'elle boudait. Le Turien profita de l'occasion pour lui tirer légèrement la mandibule pendant quelques secondes, s'amusant de la situation. Trop occupé à l'embêter, il ne vit pas le coussin lui arriver en pleine tête.

Danora pouffa de rire en essayant de s'échapper. Hélas pour elle son protecteur était bien plus rapide. Il lui attrapa le pied et le chatouilla avec un certain zèle, restant totalement insensible aux suppliques et autres cri de Varren de sa victime. Finalement il arrêta au bout de quelques secondes lui laissant reprendre son souffle. Treyn regarda son réveil, il restait encore une heure et demie avant le début du défilé.

« On part dans quinze minutes, termine de te préparer.

- Oui Vin, lâcha t-elle avant de filer. »

Il sourit en s'étirant une énième fois. Comme d'habitude la gravité entre la couette et le matelas était extrêmement importante et s'en dégager demandait un effort de titan. Mais il avait promit d'emmener la Turienne au défilé. Il se leva donc, jetant un coup d’œil par le fenêtre, le temps était radieux. Un ciel sans nuage, un soleil resplendissant, une belle journée s'annonçait. La jardin de la demeure était toujours aussi agréable à contempler. Certes il le serait encore plus sans les machines de chantiers qui s'affairaient à reconstruire la propriété.

Cela faisait presque deux mois que Vindex avait cessé son activité de mercenaire, la bataille de Calandor l'ayant particulièrement secoué. Il avait suffisamment guerroyé pour un autre et s'était rendu compte à quel point une vie ne tenait à rien. En tant que Turien il savait qu'il y aurait toujours des morts et il y était habitué. Mais il en avait assez, mourir pour la cause, devenir un héros, être considéré comme un trompe la mort ne l'intéressait définitivement pas. Au fond de lui il avait peur de mourir. Vindex le savait et le cachait.
Pourtant une partie de lui aimait l'action, les balles, les combats. Ce n'était pas le fait d'être camé ou accroc à la guerre loin de la. Si quelqu'un devait lui poser la question de pourquoi il allait se battre, il ne répondrait pas. Tout simplement par une personne normale ne comprendrait pas, il ne comprendrait pas pourquoi les soldats se battent, il ne comprendrait qu'ils le font les uns pour les autres et c'est tout. Il n'y avait rien d'autre à dire.

Le Franc-Tireur vivait donc de l'argent de son héritage et il aurait pu continuer ainsi durant des décennies. Mais Vindex ne se voyait pas ne rien foutre jusqu'à la fin de ses jours. Militaire, il avait déjà donné. Mercenaire, la prime de risque n'est pas vraiment intéressante. Reprendre l'entreprise de ses parents... il avait du mal à se voir derrière un bureau. Bah il avait le temps pour réfléchir à tout ça.
Il éprouvait cependant des remords à laisser le Harfang prendre la poussière, comme s'il avait trahi. Quoiqu'il pourrait toujours proposer à Danora d'aller faire un tour dans le vaisseau.

Il prit des vêtements et se dirigea vers la salle de bain, se préparant le plus vite possible. A peine cinq minutes plus tard il était sortit, prêt à partir.

« Danora ! C'est l'heure de partir.

- Je suis là, dit-elle en surgissant du couloir. Ravi sera là !?

- Pour la énième fois oui. Allez dehors, on y va. »

Le binôme sortit du manoir et prit place à bord de la navette. Vindex conduisait paisiblement, il lui faudrait au grand maximum trois quart d'heure pour arriver à Cipritine. Certes il allait y avoir du monde mais en soit ce n'était pas un problème, il savait parfaitement ou il pouvait trouver une place.
Danora écoutait de la musique son casque vissé sur sa tête.

Ils arrivèrent devant l'immeuble de Treyn Industries, le Turien y gara son véhicule puis ils descendirent tout les deux. Dehors c'était la cohue, des centaines de visiteurs se promenaient dans les rues, prenant des photos, s'extasier devant un monument etc... Tous étaient vêtus d'une combinaison de protection contre les radiations du soleil de Palaven. Des Turiens en armure assurant la sécurité se tenaient droit comme des piquets, prêt à intervenir au moindre débordement. On ne plaisantait pas avec la loi sur Palaven, tout devait être carré.

Danora tenait fermement la main de son protecteur, elle était intimidée par toute cette foule. N'ayant jamais quitté Palaven elle n'avait vu que très peu de fois d'autres races. Tout comme Vindex elle n'aimait pas la foule, pourtant cela n'avait pas l'air de déranger le Turien qui se frayait un passage à travers la marée de personnes.

Ils débouchèrent sur l'artère principale ou les spectateurs s'agglutinaient petit à petit. Des barrières de chaque côté avait été positionnés pour empêcher qui que ce soit de perturber l'armée Turienne qui allait défiler. Des soldats étaient postés à intervalles réguliers au garde à vous.

« Normalement Ravilla doit être en poste près de cet endroit... Là bas!

- Où ? Je ne la vois pas ?

- Approche.

Vindex saisit Danora par les épaules, la souleva et la posa sur ses épaules.

- Tiens regarde bien, elle est là bas, celle qui est devant les soldats sans casque.

- Ah oui je la vois, s'exclama la Turienne en tapotant d'une main distraite la crête de Vindex, de l'autre elle fit un timide et discret signe de la main vers Ravilla, espérant qu'elle les verrait.

La jeune fille profita du fait d'être au dessus de la foule pour jeter un coup d’œil alentour, l'air visiblement impressionné par le nombre de personnes présentes. Treyn la ramena à la réalité en la faisant descendre de ses épaules. Le défilé commençait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Chaos
Rang : Electron libre
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4358-rapports-sur-caelus-machiavel-chronol#65349


Messages : 124
Crédits : meken.deviantart.com

MessageSujet: Re: [Intrigue #5] Tourisme sur Palaven   Jeu 03 Sep 2015, 19:47

« Cipritine. Ma chère Cipritine... Chère Cipritine, tu m'as tant manqué. Ne t'inquiète pas, le fils prodige n'est pas revenu les mains vides. Comme tout fils aîné qui se respecte, je t'ai apporté le plus beau des cadeau. »

Palaven. La Mère de Fer et d'Acier. La Forteresse Impénétrable. Le Bastion de la Dernière Chance. Le cœur fier et battant des Turiens de la Voie Lactée. Aujourd'hui, elle n'était pas si impénétrable. Depuis des temps immémoriaux, celle-ci avait ouvert ses portes aux espèces conciliennes de la galaxie. Espèces considérées comme ses alliés. Cependant, les amalgames ne faisant jamais bon ménage, celles-ci ne contenaient pas que des alliés. Elles renfermaient parfois, sous la masse, le plus terrible des mal prêt à surgir, a bondir hors des fourrés pour attaquer le premier venu, tel des bandits de grand chemin. Caelus se plaisait à se dire qu'il était l'un des représentants de cette force méconnue bien que crainte par tous : le chaos. Cela faisait quelques années qu'il attendait un tel évènement. Il s'était évertué ces derniers temps a appuyer là où cela faisait mal, là où les gens ne s'y attendaient pas. C'était là plus qu'une passion ou un passe-temps favori. Il s'agissait là d'une sorte de devoir.

Et quand il s'agissait de ce "devoir", Caelus y mettait tout son cœur et toute sa force. Méticuleusement, il déchiffrait les évènements, sélectionnait ceux qui pouvaient présenter un intérêt, et, finalement, mettait la machine en branle.
« Je crois que tu ne risques pas de l'aimer, ce cadeau. Tu sais, c'est comme ce genre d'actions contre-nature, que tout le monde réprime sans trop savoir pourquoi. Dans le fond. Toi et moi, nous sommes pareil. On abat les bêtes mourantes. On dompte les indomptés. On répare une machine cassée. Il se trouve que, certaines fois, il faille qu'on agisse contre ton propre intérêt, pour ton propre bien. »

Il était là, assis en tailleur dans cette pièce sombre de cet appartement miteux. L'appartement, bien sûr, ne lui appartenait pas. Il appartenait à la personne qui, allongée sur son lit, semblait dormir paisiblement. La vérité étant une chose bien subjective, bien évidemment elle ne dormait pas. Son buste ne faisait pas ce mouvement régulier qui maintenait en vie chaque être vivant de cet univers insondable. Elle était morte. Il n'y avait bien sûr rien de personnel là dedans... c'était... "le devoir". Dans cette pièce assombrie par l'absence de lumière allumée à l'intérieur et l'orientation de l'étoile du système, il avait cependant les yeux grands ouverts sur cette fenêtre qui, de là où il était, lui montrait le ciel. En ce jour de fête et de grand évènement galactique, les habitants de ce quartier étaient soudain ravis d'habiter là, oubliant les soucis quotidiens, les emmerdes, les voisins gênants, le bruit de la circulation et des personnes. Ils prétendaient que la vie leur souriait, que cet évènement ferait resplendir la Hiérarchie Turienne pour des décennies, ou encore des siècles. Car, c'était LA Hiérarchie.

Les autres espèces ne pouvaient comprendre.

Caelus se rappelait alors ses années de Cabale. Luttant sans merci tout en représentant fièrement cette Hiérarchie qui, a cause de leur gains à la loterie génétique, se retrouvaient mis à l'écart à cause des envieux, des lâches, des gens qui ne peuvent apprécier ce qu'est le pouvoir. Pourtant, n'éduquions pas les Turiens a respecter leurs ennemis, et surtout, le pouvoir sous toutes ses formes ? N'était-ce pas eux qui formé à une discipline de fer, respectaient la hiérarchie, le grade, les hauts faits ? Pour l'ancien Cabaliste, cela n'était que de la poudre aux yeux.

La Hiérarchie le lui avait fait bien comprendre.

« Ils ne comprennent pas. Non, non non non. Ils ne comprennent pas. »

Il parlait alors, là, tout seul dans cette pièce plongée dans un silence relatif - le défilé n'avait pas encore commencé, alors que les gens s'entassaient dans la rue, regardaient les troupes avant que ne débute la grande marche. Il ne pensait qu'à l'avenir, lointain, ou très très proche.

« Quelques fois, il leur faut une piqûre de rappel. Sans ombre, pas de lumière; sans colère, pas d'amour; sans chaos, pas de discipline. »

Des gens discutaient à voix forte à quelques mètres à sa droite. Ils devaient avoir ouvert leur fenêtre, commentant ce qu'ils voyaient.
« Pourquoi ? Parce que c'est comme ça. », dit-il calmement, haussant légèrement les épaules. « C'est ce que je t'ai dit avant de te tuer, n'est-ce pas ? », lança-t-il a l'autre bout de la pièce, où reposait le corps du propriétaire de l'appartement.

Les bruits semblaient s'intensifier. Le défilé allait-il commencer ? Dans sa tête, plein de choses se chamboulaient. Il remua la tête, comme s'il observait partout. Tout se passerait comme prévu.

Et ça, même un agent du chaos pouvait l'espérer. On aurait presque cru que ses marquages facial blancs s'intensifiaient sous sa rage contenue, alors qu'il se perdait dans ses pensées. Son regard se posa ensuite sur la petite mallette dans un coin de la pièce. Non, ce n'était pas le moment.

« Je t'ai déjà dit que je n'aimais pas le silence. »



Récompenses Ythaq'Fi/Harmitt:
 


Dernière édition par Caelus Chronol le Ven 04 Sep 2015, 23:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Hiérarchie
Rang : Lieutenante
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3068-dossier-de-ravilla-aper


De Sang et d'Acier
Messages : 1383
Crédits : Davinarfel

MessageSujet: Re: [Intrigue #5] Tourisme sur Palaven   Jeu 03 Sep 2015, 21:40

    Le visage affichant une neutralité toute professionnelle, le corps légèrement rigide, prête à se lancer, elle balayait la foule du regard. La toute nouvelle Lieutenante semblait chercher le moindre mouvement un tant soit peu suspect, le moindre événement qui aurait pu annoncer une quelconque catastrophe à venir. C’était vrai. Tout du moins en partie. Elle profitant de sa surveillance minutieuse pour tenter de reconnaître des visages au milieu d’autres. Vindex lui avait juré être présent et qu’il amènerait Danora avec lui. Il tiendrait parole, c’était certain. Ravilla se demandait où ils se trouvaient plutôt que s’ils étaient là. Un petit signe d’une enfant sur les épaules d’un adulte attira son regard un court instant avant qu’elle continue de laisser ses yeux courir sur le rassemblement. Ils avaient réussi à trouver une place – ou s’en trouver une – au début du défilé. Réprimant l’envie de lui répondre, de même que se laisser aller à un léger sourire, la militaire continua d’afficher la droiture toute professionnelle qu’on attendait d’elle. Sa nièce partie de son champ de vision alors que le franc-tireur la faisait descendre.
    Jamais Aper n’aurait pensé se voir gratifier du rôle de tante. En tout cas, pas aussi vite après la découverte de son jumeau. Quand bien même la jeune damoiselle n’était techniquement pas sa parente. Vindex la lui avait présenté lors de hospitalisation et, s’il avait fait mine de vouloir reporter à plus tard ses explications, il avait finalement cédé. De ce qu’elle en savait, Danora était une jeune fille trouvée qu’il avait décidé de prendre sous son aile, finissant par la considérer comme sa propre enfant. Par extension, sa sœur avait fini par la considérer comme telle, effaçant progressivement la légère gêne qu’elle ressentait. La petite était devenue une de sa Famille, Treyn ou non, de sang ou pas.

    Manquer de mourir lui avait fait du bien, aussi paradoxale cette phrase soit-elle. Ou plutôt, elle lui avait permis de soulever un voile, d’arracher les lourds rideaux de sa conscience et laisser passer la lumière. Dit ainsi, c’était une phrase imbécile, digne de romantiques idiots voulant toujours voir la beauté des choses. Et pourtant. On ne comprenait bien les morts que lorsqu’on en devenait un soit même, fut-ce pour un court temps. Les Esprits savaient, voyaient, parlaient, réconfortaient. Que ce soient en se montrant ou en se matérialisant sous la forme d’illusions dans l’esprit d’une mourante délirante de fièvre.
    Les gens pouvaient dire ce qu’ils voulaient. La croyance, elle, restait.

    Si pourtant le pardon avait été donné, le doute et le passé subsistaient. Seul le temps effaçait les remords. La présence de proches aidait elle aussi.
    C’est pourquoi elle avait pris sa décision. Sa famille possédait un appartement sur la Capitale avant la guerre, pas trop loin du centre. Après la guerre, une fois les reconstructions achevées, il lui était revenu. Dix ans de poussières devaient s’accumuler sur le sol ; elle qui ne s’était jamais résolue ni à le vendre, ni à l’occuper allait finalement le visiter. Elle ne saurait sans doute toujours pas quoi en faire, mais la symbolique était là.

    Enfin, même cette décision, pourtant ferme, avait un goût d’hypothèse. Si la foule était en proie à l’amusement et à la bonne humeur, les troupes ressentaient globalement un sentiment de méfiance. Même Ravilla le ressentait, malgré la parenthèse qui lui avait offert les siens.
    L’Histoire l’avait prouvé ; c’était en de tels événements que le chaos et la destruction pouvaient frapper. Que ce soit par la mort du Primarque ou celle de centaines de civils, ils pouvaient trouver le moyen qu’ils souhaitaient pour se manifester. Au milieu de la musique du défilé, perdu dans l’immensité de la masse, il suffisait d’un ordre aboyé, d’une minuterie savamment organisée pour que l’ambiance de fête ne tourne au cauchemar. Et que le défilé ne devienne le début d’une sombre période. Et quand bien même aucun conflit n’était ouvert, mieux valait s’attendre au pire. Pour la Hiérarchie, le Primarque, Vindex, Danora, les Turiens.
    Mieux valait un excès de défiance qu’un de confiance.








Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Indépendante
Rang : Voleuse professionnelle
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-legacy.fr/


Messages : 292

MessageSujet: Re: [Intrigue #5] Tourisme sur Palaven   Ven 04 Sep 2015, 11:43
Palaven, Cipritine. Depuis le temps que je me disais que je devais m'y rendre. J'adorai visiter à travers la galaxie ! Mais pas ces voyages organisées pour neuneus, non ! Je m'étais prise à l'avance pour être tranquille. J'avais bien besoin de vacances ! A vrai dire, mes dernières vrais instants de temps libre à ne penser à rien remonter à environ dix mois. Sur Oméga. Sauf que celles-ci avaient pour le moins mal fini et tôt, même pas une journée et le Blackout pointait son nez ! Ah ça, je ne risquai pas de l'oublier. Tiens, je n'avais pas pris de nouvelles de Kyre d'ailleurs …

Regardant les photos prises sur mon OmniTech des précédents jours, montrant des bâtiments à l'architecture turienne travaillée ou différents paysages splendides de Palaven, je baillai, encore en robe de chambre.

Ah Déesse, je m'étais levée tôt pour profiter du défilé du dernier jour et surtout être prête bien avant. Je me décidai finalement de me diriger vers la salle de bain de l'hôtel en posant la robe de chambre sur le lit. Une bonne douche histoire de me réveiller ! Je n'avais pas loué le top du top mais c'était largement suffisant pour mon petit confort. Glissant sous l'eau chaude, je réfléchissais, passant au bas mot une bonne demi-heure.

Qu'allais-je bien pouvoir faire après ces petites vacances sur Palaven? J'avais très peu avancée sur ma quête d'en découvrir plus sur les Moissonneurs et avait été pas mal sollicitée pour mes … « talents ». Une année jusqu'ici bien remplie. Peut-être aller faire quelques emplettes sur la Citadelle tiens …

Une fois bien propre et parfumée, je m'habillai simplement. Hésitante, je finis par mettre une robe légère. De toute façon, après, il faudrait que j'enfile cette combinaison qu'on donnait à tous les touristes. Et vu que je m'étais fait mon propre programme, je m'étais rendue dans certains lieux qui n'étaient pas protégées. J'en avais profité pour aller voir une de mes clientes turiennes à qui j'avais promis de rendre visite si jamais je venais sur Palaven. Quelle Asari j'aurai faite si je n'étais pas allée à la voir ?

Cette combinaison. Qu'est-ce qu'on avait chaud dedans d'ailleurs! Mais normalement cela devrait aller pour le défilé. Le départ était annoncé pour neuf heures locales. Je regardai la combinaison, uniquement utilitaire et pas le moins du monde esthétique. Bon, d'accord, j'étais loin d'être la plus fashion qui soit, mais tout de même, c'était moche ce truc ! J'avais d'abord trouvé ça ennuyeux et pesant à porter, mais je devais avouer que j'avais fini par m'y habituer, à ma plus grande surprise. Je me sentais comme une Quarienne, j'avais fini par trouver ça amusant ! Même si j'imaginai que les combinaisons des Quariens devaient être bien mieux que celles-ci. A leur place, je n'aurai pas supporter d'enfiler ça tout une vie sinon !

J'allumai la télévision tandis que je m'attaquai à un petit déjeuner copieux à partir de nourriture lévo-aminé que j'avais acheté auparavant, bien que l'hôtel aurait pu tout à fait me fournir en la matière. Ne sachant trop combien de temps j'allai passer à regarder le défilé, je préférai avoir l'estomac bien rempli dès maintenant.

Bien évidemment, les chaînes d'informations de Cipritine n'arrêtaient pas d'en parler, du défilé. Je me contentai de ce fait de lire simplement les bandeaux d'informations défilantes en bas de l'écran, écoutant d'une oreille distraite la présentatrice turienne. Quelques images des préparatifs, un interview d'un officier. Bref, rien d'exceptionnel. Finissant mon petit déjeuner, j'éteignais l'écran.

 « Allez ma grande, le temps d'y aller ! »

Enfilant la combinaison qui me protègerai des rayonnements solaires, je finissais par quitter ma chambre d'hôtel après avoir récupérer un sac à main local, que j'avais acheté le premier jour de mon arrivée. Il y avait de tout, mais il me manquait ma petite Locust chérie. Pour éviter tout problème, j'avais fait l'effort de venir sans arme sur Palaven. Non pas que j'étais venue faire du grabuge. Même pas voler quelque chose, c'était pour dire ! Mais n'empêche que ça me faisait bizarre de ne pas le sentir au fond de mon sac parmi tous les objets divers et variés qui pouvaient s'y trouver.

Enfin bref, c'est fin prête que fermai la porte de la chambre et ranger la clé de la chambre. En descendant, je croisai une famille mi humaine mi Asari que j'avais déjà croisé trois ou quatre fois depuis mon arrivée. Très gentille mais un peu trop … « simple » ... à mon goût. Et si eux aussi étaient debout, c'était sans nul doute pour le défilé également. J'avais un peu de mal à l'idée de laisser deux petites enfants asari aller voir un tel événement, mais bon, après tout, ça ne me regardait pas …

Je ne pus donc échapper à la proposition de les accompagner au défilé. N'ayant pas envie de passer pour l'asociale de base, ce qui pourtant était le cas dans le fond, j'acceptai l'idée. Dans le pire des cas, je pourrai toujours disparaître dans la foule pour être tranquille. C'est pas non plus comme si on avait échangé nos adresses Extranet ou qu'ils pourraient m'appeler par OmniTech …

Heureusement que le soleil de Palaven était encore bas dans le ciel, je le trouvais vraiment aveuglant, malgré la combinaison légèrement teintée. Cela formait de longues ombres qui amusaient les deux enfants asari de la famille.

Je pus constater qu'il y avait vraiment du monde qui se dirigeait vers le lieu du défilé, et autant de Turiens que de touristes, si ce n'était plus. Je n'avais pas fait exprès, mais l'hôtel était assez proche. Une vingtaine de minutes et on y était ! Vingt minutes pendant laquelle le père humain n'arrêta pas de monologuer et étaler sa pseudo culture générale, la mère asari qui l'écoutait comme s'il s'agissait d'un messie tout en surveillant ses deux petites rebelles bleues qui avaient été soudainement intéressés par un petit animal félin. Ah Déesse, que je puisse vite m'éclipser !

Ce moment arriva bien plus vite que je ne l'aurai cru. Une des petites percuta un Krogan qui manifesta son mécontentement d'être ainsi dérangé. S'en suivit une situation coquasse qui amusa les touristes et Turiens alentour. L'air de rien, je m'éclipsai tranquillement.

 « Phh … enfin tranquille ... » lâchai-je en soupirant.

Une remarque lâchée à haute voix qui valut un regard interrogateur d'une Turienne à côté de moi, mais qui ne dit rien, bien trop absorbée par ce qui se passait devant elle. Tentant de m'approcher le plus possible du lieu où se déroulait le défilé, je finis par arriver en bordure de la foule, non loin devant des barrières et des soldats turiens imposants surveiller la foule. Heureusement que j'étais agile et souple pour me faufiler jusqu'ici, mais plus semblait compliquer tant cela devenait dense. Et que je m'y étais prise à l'avance ! Je n'osai me retourner pour voir la foule derrière. Me mettant sur la pointe des pieds, je constatai que je pouvais voir à peu près ce qui pourrait se passer. Heureusement que j'étais plutôt grande pour une Asari !

Une petite discussion sur ma droite attira mon attention. Un Turien et une gamine. Déesse, je les collectionnai ces petites bêtes ? Je notai un nom, Ravilla. Une officier qui serait dans le défilé vu les commentaires. J'en profitai pour voir qui c'était. Parmi tous ces visages inconnus, il y aurait au moins une personne que je pourrai reconnaître, c'était déjà. Et puis mignonne comme elle était je ne risquai pas de l'oublier tout de suite ...

Enfin, bref. Cela dit, j'avais vu le Primarque, silencieux mais ne connaissant rien de lui j'ignorai s'il s'agissait d'une attitude de circonstance ou s'il était toujours comme cela - et dans le fond, cela m'importait. Je crus également reconnaître quelques Turiens et Turiennes qui avaient été présentés à la télévision, plus par l'uniforme qu'autre chose. Car bon, j'avais vu bien trop de visages locaux ces derniers jours et finissaient par ne plus reconnaître personne ...

J'allumai, avec difficulté parmi la foule, mon OmniTech. Quelle heure était-il? Bientôt neuf heures. Le lancement du défilé n'allait donc pas tarder. Pour accompagner ma pensée, des acclamations se firent entendre. Éteignant mon OmniTech et relevant la tête, je cherchai du regard les premières troupes turiennes du défilé, orientant ma vue comme tous les autres spectateurs. En tout cas, cela s'annonçait exceptionnel. Il y avait comme une ambiance électrique et festif palpable qui me donna un léger frisson ...


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 172
Crédits : Essence-Of-Rapture

MessageSujet: Re: [Intrigue #5] Tourisme sur Palaven   Dim 06 Sep 2015, 23:50
C'était décidément la période des célébrations. D'abord à Atteren, quelques jours auparavant, et maintenant à Cipritine. Bien sûr, les réjouissances avaient eu lieu toute la semaine, mais rien qui ne soit comparable à l'effervescence de cette journée. Tous s'étaient déplacés pour voir le défilé, et, plus encore, le discours tant attendu du Primarque. C'était, de l'avis d'Artérius, de la poudre aux yeux, mais c'était bel et bien Malgor qui était au pouvoir, et il le lui avait fait comprendre lors de leurs nombreuses discussions houleuses.

Mais, malgré la trivialité de l’événement, il n'était pas à négliger pour autant. Il s'agissait là, après tout, de démontrer l'efficacité et la discipline turienne, de montrer ce grand peuple uni et soudé. Ce n'était ni plus ni moins qu'une question d'honneur, et Artérius ne négligerait pas son devoir. Après avoir pris connaissance du planning de la journée, du parcours du défilé, et de l'emploi du temps de Malgor, le général s'était penché sur le dispositif de sécurité.

Pour des raisons évidentes, chaque apparition du Primarque était encadrée de manière stricte, et chaque petit détail était vu et revu. Mais ici, en plus du Primarque, deux autres personnalités étaient au menu, sans compter le haut commandement turien qui serait présent aux festivités. Artérius avait donc fait la connaissance du SSC, une turienne au passé militaire et aux nombreuses recommandations et éloges. Une entente tacite s'était alors formés entre les deux protecteurs, et les différentes idées pour le dispositif avaient étés échangées. Les menaces rapportées par une source butarienne, bien que peu tangibles, avaient tout de même étés prises en compte, et un plan définitif avait pris forme.

Artérius avait réquisitionné pour la journée un régiment de Gardes Noirs, troupes d'élite de la Hiérarchie, normalement sous le commandement direct du Primarque, la police de Cipritine, évidemment, et un nombre suffisant de troupes régulières pour envahir un petit fortin. En dernier recours, les troupes du défilé pouvaient bien sûr intervenir. Sous l'armure d'apparat se cachait le cœur d'un turien, et les armes portées étaient toujours fonctionnelles. Cela engendrerait une panique conséquente, mais si ces troupes-là devaient se battre, c'est que la situation en elle-même devait déjà avoir fait paniqué la foule ...

Les forces en présences avaient donc étés disposées comme suit : la police avait sécurisé les accès officiels à la Ville Basse et les points d'entrée aux rues des défilés, et formaient des cordons de protection autour des zones sensibles. S'ils étaient armés et prêts à l'action, ils étaient plus une force de dissuasion que d'action. S'il y avait un quelconque besoin de riposte, ce serait là le travail des troupes régulières. positionnées en retrait, pour la plupart soustraites à la vue de la populace. Ils occupaient également les différents points stratégiques en hauteur d'une part, par paire : un guetteur et un tireur d'élite, sans cesse scrutant la foule de leur regard inquisiteur ; mais également au sol, en civil. La dernière force, et non des moindres, s'occupait du Primarque et de son palais. La Garde Noire patrouillait sans relâche, attentif à tout et à tous. Bien que d'un effectif réduit, Artérius n'aurait échangé pour rien au monde ces vaillants et féroces turiens. Une paire de biotiques, vétérans des Cabales, protégeaient en tout temps Malgor, prêts à lever une barrière protectrice si le besoin s'en faisait sentir. Enfin, des Gardes étaient éparpillés dans les différentes unités des police et de l'armée, de sorte à coordonner les différents corps.

Tout semblait sécurisé. Tout semblait se dérouler parfaitement. Mais rien n'est jamais parfait, et Artérius le savait mieux que quiconque : il l'avait bien vu sur la Citadelle, où nombre de ses hommes étaient tombés à cause de la folie d'un homme, incapable de suivre un plan. Il ne fallait jamais sous-estimer son ennemi, surtout s'il avançait sous le couvert de l'anonymat, et même si son existence seule était incertaine. Quoi qu'il en soit, le général avait confiance en ses hommes, et confiance en l'efficacité turienne.

Un bruit attira son attention. Il se pencha légèrement en avant, pour mieux voir à travers la baie vitrée du palais. Le défilé commençait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Aucune
Rang : Entité divine
Voir le profil de l'utilisateur


Compte staff
Messages : 4121

MessageSujet: Re: [Intrigue #5] Tourisme sur Palaven   Lun 07 Sep 2015, 22:29

Tourisme sur Palaven
6 Septembre 2200

Palaven - Cirpritine



Égouts de Cipritine, 9:00

Le trio avance. Il s'agit d'hommes expérimentés, bien équipés, et bien informés. Ils esquivent chacune des rondes et chacun des appareils de surveillance. Comment leur chef a fait pour obtenir ces informations, ils l'ignorent. Mais elles sont fiables, comme toujours. Et les infiltrés progressent rapidement, dans les ténèbres et le silence, coupés du monde extérieur par le volume de pierre bloquant les communications vers la surface.

Néanmoins, le système de surveillance des turiens est efficace, parfois aléatoire justement pour neutraliser les intrus sachant trop de choses. Le trio a été repéré, une fois seulement, par une ronde de deux turiens. La légère hésitation de ces derniers, face à des armures semblables aux leurs, a scellé leur destin. Bientôt, leurs corps sont tombés au sol, percés par les balles tirées par des canons munis de silencieux. Le trio attendit un instant, s'assurant que personne ne courrait dans leur direction. Il était trop tôt pour qu'ils soient repérés.

Une fois rassurés, ils abandonnèrent les corps et reprirent leur marche, en direction des sous-sols du Palais du Primarque. Le temps pressait : le défilé allait commencer dans quelques minutes.

Abords du Palais, surface, 9:05

Moryn sortait de sa discussion avec Vorasen. Celle-ci s'était relativement bien passée, les deux turiens s'étaient bien entendus, et le haut-gradé avait laisser toute liberté d'action à la turienne. Le Superviseur appréciait cette marque de confiance, notamment après les doutes de sa propre hiérarchie. Néanmoins, l'entente ne garantissait en rien le succès. La turienne avait eu trop tard le rapport du butarien, et il avait disparu avant qu'elle ne puisse l'interroger. Elle le regrettait, car un mauvais pressentiment l'avait étreinte durant la lecture : la menace de l'attentat paraissait folle, trop folle, et elle y voyait la signature de Machiavel. Sauf qu'un simple pressentiment n'avait jamais convaincu ses supérieurs, et que sa traque de Machiavel était déjà trop connue et désapprouvée pour que ses chefs y prêtent attention. Sa faute, sans doute : malgré des années à la poursuite de ce nom, elle n'avait aucune preuve.

Mais la turienne continuerait sur son impression. Elle savait que Machiavel avait fait mettre au point un gaz mortel, qui aurait du être testé lors du Bal d'Illium. Elle craignait qu'il réutilise le gaz cette fois-ci. Sauf qu'infiltrer le palais était tout simplement impossible, et qu'il fallait mettre le gaz à proximité pour qu'il fonctionne. Pour Moryn, cela ne laissait qu'un seul choix : le gaz devait être déployé dans les canalisations du palais, de façon à y éliminer tous ses occupants. Et comme les canalisations à l'intérieur du palais n'était pas accessibles...

Le Premier Superviseur fit face à l'entrée des égouts. Cipritine était une vielle ville, et plusieurs niveaux de souterrains existaient, depuis les premiers réseaux de canalisation datant de l'Antiquité turienne jusqu'au systèmes de traitements des déchets ultramodernes. Et pour qui connaissait ces réseaux, c'était le moyen idéal pour aller d'un endroit à l'autre de la ville.

Moryn pénétra le réseau et commença une ronde. Elle savait que les communications étaient impossibles, dessous, à part en quelques endroits aménagés pour franchir. Elle avait également la liste des rondes, et l'une des équipes avaient du retard dans son rapport. Ce n'était peut-être rien, mais elle préférait vérifier : la Superviseur était minutieuse, surtout sur une affaire concernait son ennemi.

Sortie des égouts, 9:30

Moryn courrait. Il lui avait fallu du temps pour trouver l'équipe retardataire. Elle était morte, et le point de communication le plus proche était hors service. Incapable de contacter qui que ce soit, le Superviseur avait couru dans le dédale souterrain jusqu'à la sortie la plus proche. Peu éloignée du Palais, mais parmi la foule. Elle dut jouer des coudes pour avancer vers le Palais, jusqu'à avoir un visuel sur une troupe de soutien. Elle activa aussitôt son omnitech, recherchant dans la liste des escouades laquelle était face à elle, et trouva le nom de Ravilla Aper. La turienne sourit brièvement devant la coïncidence, une de plus. Puis elle ouvrit la communication.

« Lieutenant Aper, ici le Superviseur Moryn Thymoris. J'ai besoin de vous, immédiatement. Rejoignez moi à l'entrée des souterrains, derrière la foule, sur mes coordonnées. Et faites vite, la situation est urgente. »

Moryn continua de guider les troupes, tout en envoyant un rapport à Vorasen. Elle ignorait combien d'ennemis avaient pu pénétrer dans les égouts, ou le type d'armement qui serait apporté, mais elle préférait avoir du soutien, voir un démineur, avec elle.

Dès que le Lieutenant Aper fut aux côté du Superviseur, Moryn la mit, sans prendre gardes aux oreilles environnantes. La présence de civils tels que Treyn ou T'Cyalii ne l'intéressait pas, à cet instant.

« Il y a une intrusion dans les égouts. Très probablement un attentat en préparation. Et si j'ai raison, nous devons intervenir sans tarder. Avez vous un démineur ? Ça risque de nous être utile. »


La turienne écouta les réponses de Aper, et les interventions des combattants l'accompagnant. Mais elle les interrompit rapidement.

« Pas de temps pour discuter. Nous y allons, maintenant. »

Le Superviseur guida l'escouade jusqu'à l'entrée des égouts, puis jusqu'aux cadavres, bien plus rapidement que lors de sa première venue. La traque commença, en course contre la montre.








____________INFOS MJ____________

Remarque : l'intervention en public du Primarque doit intervenir vers 10:30, pour ceux que ça intéresse.

Les personnes suivants Moryn : vous avez toute latitude pour poursuivre la traque et trouver/attaquer le trio ayant pénétrer les égouts ^^ Ils sont déjà en position et ne se déplacent plus. Possibilité de les attaquer, mais pas de les éliminer.
Ish et Vin, vous pouvez vous en mêler si vous le souhaitez. l'escouade peut vous filer des armes. pas contre, n'oubliez pas que vous êtes dans l'obscurité avec seulement des lampes torches, tandis que vos ennemis ont de l'équipement adapté aux ténèbres !)

Artérius, tu as toute possibilité pour donner des ordres, contre ordres, envoyer des troupes, etc. Tu peux contrôler une escouade allant en renfort de Moryn, mais tu ne peux pas attaquer le trio : tes hommes sont moins proches.

Gui, tu fais ce que tu veux ^^

Concernant l'ordre : Ravi, tu passes avant Vindex et Ishra. Gui et Arté, vous pouvez poster quand vous le souhaitez. Vous avez deux semaines, et si vous êtes suffisamment rapide, on avancera plus vite !

Ah, dernier détail : si vous voulez poster plusieurs fois dans ce tours (discussion, meilleure description, avancée des combats, etc), n'hésitez pas, prévenez juste sur le sujet de l'organisation Smile



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Hiérarchie
Rang : Lieutenante
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3068-dossier-de-ravilla-aper


De Sang et d'Acier
Messages : 1383
Crédits : Davinarfel

MessageSujet: Re: [Intrigue #5] Tourisme sur Palaven   Jeu 10 Sep 2015, 20:04

    Les défilés Turiens valaient le coup d’œil. Il s’agissait de véritables marches militaires, mettant à l’honneur la Hiérarchie et la discipline qui berçaient les fils et filles de Palaven dès l’enfance. Tout avait été orchestré et se déroulait avec une rigueur minutieuse. Ceux qui défilaient n’étaient pourtant pas spécialement préparés à l’événement. Tout cela n’était que le résultat de leur éducation et leur formation.
    C’était, en somme, un spectacle agréable que Ravilla aurait eu plaisir à regarder. Hélas, trop de choses entraient en jeux pour qu’elle puisse réellement s’y intéresser. Il fallait qu’elle continue de fouiller la foule du regard et garder son sérieux. Surtout alors que Vindex et Danora étaient présents.
    Sa nièce la voyait pour la première fois en service. Elles ne se connaissaient pas depuis longtemps et, généralement, ses missions se passaient trop loin des yeux civils pour qu’elle puisse avoir des témoins. Mais la militaire ne voulait pas décevoir les attentes de la petite. Quand bien même elle n’en avait pas ; il lui fallait un modèle d’exigence et de fermeté.

    Ce n’était pas contre Vindex. Pas du tout ; sa soeur l’adorait, les Esprits en soit témoins. Il était bon dans ses domaines, à savoir le pilotage et le tir de précision. Néanmoins… il n’avait jamais été un grand amoureux de l’armée. C’était peu dire. Et l’enfant était à un âge influençable. Il était hors de question qu’un membre de sa famille, fut-ce-t-elle adoptée par un parent ne portant pas le même nom, ne brille pas dans l’art subtil de la guerre. La famille Aper possédait un honorable passé tout comme une longue tradition de soldats. Sans aller jusqu’à dire que la jeunette ferait carrière, elle serait au moins au tableau d’honneur durant son service obligatoire. Et si son père adoptif n’était pas prêt à incarner les valeurs morales des militaires, alors soit. Sa tante prenait volontiers le relais. Et veillerait au grain.
    La sonnerie de son omnitech la tira de ses pensées. L’appel venait du réseau privé. Quelque chose de grave se préparait.

    - Lieutenant Aper, ici le Superviseur Moryn Thymoris. J'ai besoin de vous, immédiatement. Rejoignez moi à l'entrée des souterrains, derrière la foule, sur mes coordonnées. Et faites vite, la situation est urgente.

    - Bien Madame. Je serais accompagnée d’une partie de mon escouade. Nous arrivons immédiatement, conclut-elle avant que la communication ne se coupe.
    Adjudant Valyren, vous et vos hommes avec moi. Major Aertius, vous êtes responsables des unités restantes. Continuez d’assurer la sécurité.

    Elle fit signe à ses hommes de la suivre tandis qu’elle longea les barrières avant de traverser la foule. Cette dernière s’écartait, laissant les soldats passés. Certains fronçaient des sourcils, sentant comme un Esprit du Présage qui flottait autour d’eux. D’autres, insouciants, continuaient d’admirer les armures brillantes sous le soleil et les bannières claquantes au vent.
    Grâce à cette coopération, même partiel, ils finirent par arriver rapidement jusqu’à la position indiquée par les coordonnées de Moryn. La Superviseur les y attendait, conformément à ses dires.
    D’un premier abord, la Turienne n’était pas facile à aborder. D’un second, un bloc de glace vieux de plusieurs milliers d’années au fin fond d’une planète glaciaire était, par moment, bien plus agréable qu’elle. Mais elle restait une femme très professionnelle en toute situation. Chose qui ne pouvait que forcer l’admiration et le respect de la Lieutenante.
    Les deux s’étaient rencontrées et avaient travaillées ensemble sur Illium, lors d’une enquête concernant des meurtres d’Asaris sur la planète, puis lors du Bal de la Doyenne, le lendemain. L’enquête avait résulté par la découverte de la récente évasion d’un dénommé Machiavel et le Bal d’une tentative d’acte terroriste arrêtée à temps.

    Du coin de l’œil, elle vit Vindex se tenir non loin. La franc-tireuse adressa un signe de tête en guise de salut. Un salut militaire n’aurait pas forcément été du plus bon effet au milieu de ces étrangers, surtout si elle souhaitait garder secret les détails de la mission qui, vu l’importance, serait sans doute capitale...

    - Madame.

    - Il y a une intrusion dans les égouts. Très probablement un attentat en préparation. Et si j'ai raison, nous devons intervenir sans tarder. Avez-vous un démineur ? Ça risque de nous être utile.

    ... A moins qu’elle ne se fiche totalement de la présence des éventuelles oreilles indiscrètes, voire de complices au sein de l’assemblée. Les choses devaient vraiment être critiques pour qu’elle fasse preuve d’un tel manque de prudence.
    Si le doute s’empara un court instant de la militaire, elle ne le montra pas.

    - Je peux en obtenir un dans la minute. Adjudant, contactez le Sergent Polémé. Qu’il vienne immédiatement. Soldat Gelarus, prenez sa place dans le groupe de sécurité.

    Une minute semblait encore trop long au goût de la Superviseur. Elle leur fit vivement part de son désir de progresser, chose que sa subordonnée concéda. Le démineur n’allait pas mettre beaucoup de temps pour les rejoindre. Elle laissa deux de ses hommes sur place pour qu’ils lui indiquent le chemin. L’entrée était réellement proche.
    Avant de pénétrer les souterrains à son tour, Ravilla s’arrêta, cherchant le regard de Vindex. Elle finit par le trouver. Et elle n’appréciait pas le mince sourire, spécial Treyn, qu’il lui adressa. Ses pupilles dorées le fixèrent avec une froideur mêlée à de l’inquiétude ; le message était clair. Quoiqu’il ait en tête, il ferait mieux de l’oublier, prendre Danora et se mettre à l’abri. Elle ne le laisserait pas les suivre.
    Puis, sans prononcer un mot, elle se glissa dans les égouts à la suite de Moryn. Guidée par cette dernière, ils atteignirent rapidement des cadavres d’hommes en armure. Les terroristes étaient des professionnels ; l’agression avait dû être aussi discrète que rapide. Ils ne s’attardèrent pas longtemps. Il était trop tard pour eux, mais pour des centaines d’autres et même le Primarque, rien n’était joué. Pour l’instant tout du moins.
    Prenant la tête, la Lieutenante lança le scan de son omnitech. Un petit écran s’alluma, rajoutant des teintes verdâtres à l’éclairage qu’apportaient les lumières des soldats. A défaut de pouvoir voir les pièges (ceci était la mission du Sergent, lequel avait lancé son propre scan), ils pourraient au moins éviter une embuscade. Antirumgon lui avait permis d’apprendre.
    Entre temps, ils furent rejoint par les trois militaires restants.

    Ils avancèrent un long moment, durant lequel seul l’écho de leurs pas, pourtant faible, brisaient le lointain. De temps à autre, quand ils étaient arrêtés et que rien ne perturbaient le calme des tunnels, on pouvait vaguement entendre les clameurs lointaines et la musique du défilé. Comme s’il s’agissait d’un autre monde, lointain, très lointain dont les bribes réussissaient à les atteindre.
    Soudain, un mouvement sur son scan attira l’attention de l’officière. D’un geste, elle fit signe à la troupe de s’arrêter. Ca bougeait devant. Et pas qu’un peu.

    - Préparez-vous, fut les seuls mots qu’elle chuchota alors que sa main glissait jusqu’à la crosse de son Paladin.






Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Chaos
Rang : Electron libre
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4358-rapports-sur-caelus-machiavel-chronol#65349


Messages : 124
Crédits : meken.deviantart.com

MessageSujet: Re: [Intrigue #5] Tourisme sur Palaven   Ven 11 Sep 2015, 16:26

« J'adore le son de l'innocence dès le matin. », disait-il en observant la foule.

Prenant bien soin de ne pas se révéler en restant dans la partie assombrie de la pièce, Caelus s'était reposé par l'épaule a côté de la fenêtre, ayant une vue sur la rue principale accueillant le défilé. Au bout de celle-ci, le gigantesque Palais. Il avait longtemps réfléchi avant de sélectionner cet endroit pour son poste d'observation. Le mieux étant l'ennemi du bien, il avait préféré la sécurité à l'efficacité, c'est pourquoi il n'avait pas vision sur l'ensemble du Palais, mais au moins, l'espérait-il, sur les estrades ou balcons qui accueilleraient les grands chefs des temps modernes.

Un petit bip sonore sur son Omnitech de couleur bleutée lui confirma que les choses se déroulaient bien, pour le moment. Il ferma les yeux un instant, faisant quelques tours de tête afin de se déraidir le cou. Il croisa ses doigts d'entre ses deux mains, faisant craquer ainsi quelques articulations de manière inconsciente. Attendre était quelque chose que lui dictait son intelligence mais pas son cerveau déraisonné. Il ne pouvait plus supporter d'attendre longtemps. C'était quelque chose qui le rendait fou. Jusqu'à réveiller ses cauchemars les plus sombres...

***



Quelques années plus tôt...

« Entrée numéro ...Unité...-Alpha. Premier jour. Je... je ne sais pas pourquoi je me suis décidé a parler dans cet enregistrement. Cela fait maintenant de longues heures que j'ai atterri sur cette planète. Je crois que c'est Zanéthu, d'après mon omnitech. Quelle planète paumée. Du sable, du vent, du froid, la nuit éternelle. J'ai récupéré le plus de vivres possibles à bord du Thanatheus, afin de pouvoir déterminer combien de temps je pourrais survivre ici. D'après mes estimations... quelques jours seulement. En m'affamant un petit peu, et sans crever du froid. »

On peut entendre soudainement un bruit sourd, qui fait grésiller le micro interne de l'enregistreur. Le bruit d'un poing qui s'écrase contre une paroi métallique froissée. S'en suit un petit râle de douleur vite ravalé.
« Inia m'a abandonné ! Avec ces cadavres de traîtres à leur sang, et ce tas de ferraille qui sera probablement mon tombeau si personne ne vient me chercher ici ! J'ai vu ce regard dans ses yeux... Ce regard de pitié. De peur... La seule chose qu'elle m'a dite avant de partir, c'est "Merci de m'avoir donné une seconde chance". Pourquoi, Inia ? POURQUOI ...! »
L'enregistrement s'arrête pendant un râle du Turien.

Un nouveau bip, des doigts qui naviguent plus lentement et nerveusement sur l'interface haptique de l'Omnitech. Puis, une nouvelle sélection.
« Entrée numéro 6-Charlie... Jour 6. C'est quoi cette manie ridicule, de vouloir causer à un Omnitech. Ils m'ont fait un truc. C'est pas possible. J'ai été... aujourd'hui obligé, a cause du froid de la nuit, de commencer a brûler des trucs pour tenir. Des restes du vaisseau, au début. Des maigres matières premières du coin... puis, ensuite, ça a été le premier corps. Celui de Saenius. Ça a toujours été le plus lèche-cul. Je le déteste. Je l'entendais encore, je l'entend encore, d'ailleurs. FERME TA GUEULE SAENIUS ! Je t'ai réduit à l'état de cendres ! Voilà ! Merde, à la fin. Ah, j'ai entamé seulement la moitié de mes vivres, faut que je tienne encore... Je pourrais manger un Turien putain. », Petit silence. « Tiens, c'est une idée ça. On va attendre un petit peu, savoir si j'en aurais besoin pour le feu d'abord. »
L'enregistrement s'interrompt. Mis en pause par pression du doigt qui naviguait sur l'interface de l'Omnitech. Le doigt tremblait...

***



De nos jours

Il en frémit rien qu'à y penser. Il avait le poing serré, les phalanges assombries par la force exercée, comme s'il purgeait une surdose de rage contenue. Le temps s'écoulait trop lentement à son goût. Alors il reportait son regard sur la foule, et le défilé qui avait débuté quelques minutes auparavant. Bras croisés, il était alors concentré sur ce qu'il se passait aux alentours, observant les attitudes des gens. Ils étaient bien trop heureux à son goût. Le ciel était clair de nuages, et le soleil brillait avec sa force habituelle. Il plaignit presque les personnes obligées de se cacher des rayons lumineux pour éviter une surexposition à ce soleil spécial. Il tapotait de la pointe du pied la mallette entreposée à ses pieds, une mallette rectangulaire, qui pouvait être portée en sac-à-dos. Noire, tout comme la peau de Caelus, celle-ci contenait quelque chose pour laquelle ce dernier ce battrait jusqu'au bout. Mais il était trop tôt, bien trop tôt...
« Plus vous faites durer cette mascarade, plus vous me faites attendre. Je déteste attendre. Vous voulez que je vous rappelle ce que j'ai fait au dernier qui m'a dit d'attendre ? »

Une fois encore, il tourna la tête vers le cadavre dans la pièce d'à-côté, toujours allongée et inerte.
« Bien sûr, et tu vas me dire que tu étais trop loin de la porte pour m'ouvrir ? Tu n'avais qu'à faire les cents pas. Pire, c'est toi qui aurait dû m'attendre. »

Il reprit alors sa position originelle, épaule droite contre le mur, bras croisés, dans le côté assombri, le regard sur le défilé et le Palais au loin. Il dit alors d'une voix plus basse, plus douce. Comme s'il chuchotait.
« N'as-tu pas entendu ce vacarme assourdissant ? Le blizzard qui approche, qui t'aveugle, te confronte à tes peurs, et te force à te soumettre à sa force et à sa volonté. Le blizzard qui déchaîne le chaos. Quel bon vent t'amène... »

Un double-bip sonore retentit. Caelus fronça les sourcils. Des têtes tomberaient, il avait ordonné expressément de ne pas le contacter. Sous aucun prétexte. Un lâcha un soupir bref, puis décrocha.
« Tu sais ce que tu fais, là ? »
« Pardon, boss, mais on est coincés par une troupe d'assaut. C'est pas une ronde habituelle ! Y'à la cible que vous nous aviez présentés... »
Caelus s'immobilisa. Des coups de feux débutèrent.
« ... Thymoris ? »
Son interlocuteur répondit a l'affirmative, avant de couper net la conversation pour retourner à ses occupations. Caelus fronça les sourcils, remuant la tête frénétiquement l'espace de deux secondes.

Puis, enfin, il sourit. Un sourire carnassier, presque agressif avec ses peintures faciales, qui semblèrent tout à coup se renforcer en couleur.
« Thymoris, tu m'avais manqué. Si tu pouvais éviter de casser mes jouets, ça serait gentil. »



Récompenses Ythaq'Fi/Harmitt:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Indépendantiste/Neutre
Rang : Insolent
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffectsaga.com
http://www.masseffect-reborn.fr/t3020-vindex-treyn-ravalement-de-facade-en-cours


Esprit de Lukesh
Messages : 157
Crédits : Davinarfel

MessageSujet: Re: [Intrigue #5] Tourisme sur Palaven   Ven 11 Sep 2015, 22:54
La discipline Turienne était une fois de plus mise en avant, et cette fois-ci de manière très ostentatoire. Des milliers de soldats défilaient d'une manière millimétrée, cadence identique, chacun au garde à vous. Les bannières des régiments soutenu par les portes étendards claquaient doucement au gré du vent. L'ambiance autour de Vindex était électrique, la foule était captivé par cette démonstration de force de l'armée Turienne. C'est vrai qu'il y avait de quoi impressionner, les armures des militaires brillaient sous le soleil de Palaven, l'air stoïque et la retenue de chaque Turiens, les énormes véhicules de guerre rutilants.
Vindex n'était pas particulièrement admiratif de l'armée, loin de la même, trop restrictifs, l'exaltation de mourir pour la cause. Très peu pour lui.
Certes il aimait son monde et était prêt à le défendre si un jour il serait menacé, quitte à y laisser sa vie. Mais de là à en faire un mode de vie certainement pas. Vivre était une sensation bien trop agréable.

Il jetait parfois quelques coups d’œils discrets en direction de sa sœur qui avait l'air en pleine concertation avec elle même. Elle revint subitement à elle, comme si quelque chose l'avait piqué, elle sembla parler avec quelqu'un via son vox puis emmena quelques hommes avec elle.

« Ou est-ce qu'elle va ? Questionna Danora.

-Aucune idée... Dis moi ça te tente de jouer les espionnes ? Demanda le Turien en souriant

-Carrément !

-Va écouter ce dont elle parle, je ne bouge pas. »

Danora avait les yeux qui brillaient à l'idée de jouer le limier, s'enfonçant rapidement dans la foule, disparaissant immédiatement de la vue de Treyn qui continuait à observer le défilé.
La petite se glissait entre les personnes évitant au maximum de les bousculer pour se faire remarquer avant de s'arrêter à distance raisonnable.

-Il y a une intrusion dans les égouts. Très probablement un attentat en préparation. Et si j'ai raison, nous devons intervenir sans tarder. Avez-vous un démineur ? Ça risque de nous être utile.

- Je peux en obtenir un dans la minute. Adjudant …

La jeune Turienne avait entendu juste ce qu'il fallait, elle repartit en direction de son tuteur aussi rapidement qu'elle put, traversant sans mal la horde de spectateurs.

« Alors ?

-Elles ont parlé de partir dans les égouts et d'un.... attentat ? Et elle voulait un démineur également, dit-elle tout bas pour éviter que quelqu'un ne l'entende.»

Vindex remarqua sa sœur qui était en train d'essayer de capter son attention, il ne put s'empêcher de sourire d'une manière légèrement sinistre, le message dans les yeux de sa jumelle étaient clairs, hors de question qu'il vienne en ballade dans les égouts avec elle. Ça tombait plutôt bien pour lui, il détestait donner l'impression d'être en promenade quand il était sur le terrain. Réveillé et professionnel, voilà il devait être réveillé et professionnel... ça le changerait.

« Danora on rentre !

-Mais et le défilé ?

-Bah tu le suivras depuis les hauteurs de la tour ou par projection. J'ai un rendez vous urgent et je ne compte pas le rater. »

Ils se frayèrent un chemin au milieu de la masse de gens, les gens s'écartant sympathiquement devant la fillette, son protecteur n'ayant plus qu'à suivre. Ils prirent ensuite la direction de Treyn Industries et y arrivèrent à peine dix minutes plus tard. L'enfant était légèrement essoufflé à force de trottiner. Treyn s'en voulait parfois de mener ainsi la vie dure à sa protégée mais c'était une Turienne. Et leur race avait la particularité d'être inflexible comme un poing de fer.
Le binôme prit l’ascenseur pour atteindre le sommet de la tour. Vindex avait besoin d'un équipement et rapidement. Il frappa à la porte la plus proche avant d'entendre une réponse positive. Derrière le bureau se trouvait Cypher Cadmus, le responsable communication de l'entreprise.

« Vindex ?

-Emmène moi vite à l'armurerie, je t'expliquerai en chemin. »

Le fonctionnaire le dévisagea pendant quelques secondes avant de pousser un soupir puis accepta d'un signe de tête. Les trois personnes se dirigèrent vers les sous sols, Vindex lui expliquant la situation de manière rapide et laconique.

« J'ai ce qu'il te faut, s'exclama Cypher en ouvrant un casier plutôt colossal.

-Cette armure doit être au moins aussi lourde que moi.


-Ah oui mais au moins c'est du solide.

-Tu n'as pas quelque chose de plus... adapté ? En général je préfère ne pas me tenir au milieu d'une fusillade.

- J'ai ça aussi, dit-il en ouvrant un compartiment à la taille plus modeste.

A l'intérieur, une armure légère, des vêtements sombres avec une doublure en titane ainsi que quelques pièces d'armures, recouvrant les bras, les jambes et le cou. Il s'en empara et alla se changer, prenant par la même occasion un fusil de précision. Certes les égouts étaient des espaces confinés, il était difficile d'y manier un fusil de précision, mais il n'était bon que dans ce domaine, il allait devoir faire avec.

« Tu peux garder la petite pendant mon absence ?

-Pas de soucis, oh et tiens prends ça.

-Qu'est ce que c'est ?

-Un traceur. Ça va me permettre de te suivre et de te guider. Si un attentat doit avoir lieu ce sera sûrement près du palais. Il y a une entrée d'égouts derrière le bâtiment. J'ai envoyé quelqu'un te l'ouvrir.

Vindex acquiesça d'un signe de tête, mit sa capuche et se dirigea vers la sortie, effectuant un test vox pour savoir si l'appareil de communication fonctionnait. A l'extérieur un employé l'attendait, il déboucha rapidement la plaque pour lui permettre d'entrer.

« Tu me reçois ?

-Oui, je te reçois.

-Bien, tu es dans un collecteur secondaire, il va falloir que tu remontes jusqu'à un croisement pour tomber sur l'un des collecteurs principaux.

-Je te recontacte quand j'y arrive.

Treyn partit au pas de course, l'odeur n'était pour l'instant pas dérangeante, à côté de lui se trouvait un énorme tuyau de canalisation qui gouttait à certains endroits, rendant le sol plutôt glissant si l'on ne faisait pas attention, le Franc-Tireur ayant pu en faire l'expérience. Le couloir était plutôt bien éclairé, il n'avait donc pas besoin de lampe torche pour l'instant.

« Ça y est je suis arrivé à l'intersection,il renifla. Qu'est ce que ça pue par ici !

-Oui d'après les informations que j'ai sous le nez, tu te trouves près d'une station de pompage des eaux usagées.


-Et merde...

-C'est le cas de le dire, oublie pas de te laver avant de revenir me voir, j'ai pas envie que tu parfumes mon bureau.

-Pas un mot de plus...

-Tu vas à gauche, tu es en dessous de l'avenue qui longe le palais. Tu veux te rendre au palais directement ?

-Non, il y a un commando qui est descendu, continua Vindex tout en courant, j'aimerai bien le retrouver.

-Ça va pas être facile, il y a des dizaines et des dizaines de galeries autour de toi, tu as plus de chance de te perdre que de les retrouver.

-Je sais mais je dois absolument les retrouver.

Il entendit un coup de feu lointain puis un autre et ainsi de suite, les tirs émanaient d'une galerie sombre, il prévint Cypher qu'il avait localisé le groupe. Il prit son arme, celle-ci se plaçant directement dans la pomme de sa main, s'allongeant petit à petit. Il plongea dans le pénombre, ses yeux s'habituant peu à peu à l'obscurité les bruits des combats se faisant de plus en plus proche, jusqu'à apercevoir quelques lueurs éclairer son chemin.

« En avant la musique, murmura le Turien en enlevant la sécurité, son camouflage le recouvrant peu à peu. »


Treyn Theme:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Indépendante
Rang : Voleuse professionnelle
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-legacy.fr/


Messages : 292

MessageSujet: Re: [Intrigue #5] Tourisme sur Palaven   Sam 12 Sep 2015, 23:11
Je devais avouer une chose, les défilés militaires turiens, c'étaient quelque chose ! En tant que spectatrice, je préférai le faste des cérémonies asari par exemple, mais la rigueur, l'exactitude de cette marche devant moi me parlait bien plus. Dans une autre vie, je devais être Turienne sans doute. Les hommes et femmes de Palaven continuaient à affluer, enfin peut-être que tous n'étaient pas d'ici d'ailleurs, j'en avais absolument aucune idée.

C'était presque envoûtant un tel spectacle. Bon si les cris et acclamations de la foule ne me tapaient pas sur le système, mais je savais à l'avance que ça serait le cas. Mais même préparée psychologiquement, cela m'énervait quand même. Je n'étais décidément pas faite pour les foules !

Délaissant brièvement la marche, mon regard erra sur l'officier turienne que j'avais repéré tout à l'heure, ayant déjà oublié son nom. Ravi … quelque chose. Ravilla. Oui ça doit être ça. Tiens ? Elle n'était plus là ? Ou bien je l'avais vu ailleurs ? Hm. Bizarre. Pourtant j'étais vraiment sure. Si je n'avais même plus le plaisir des yeux ! Ah Déesse, décidément !

Écoutant à moitié ce qui se disait à côté de moi, j'entendis donc à moitié, d'une oreille distraite, une histoire d’égout, de préparation, d'intervention et de déminage. Je n'y prêtais guère attention. Sans doute un incident mineur que les autorités voulaient corriger rapidement au risque que le défilé ne se retrouve retarder. Cela aurait fait tâche pour le coup. Curieux tout de même qu'une information soit lâchée ainsi devant le public. Cela dit, vu comment tout le monde autour de moi semblait captiver, pas grand monde risquait d'y prêter attention ...

Restant encore quelques minutes à tout de même regarder l'avancé du cortège militaire, je finis par m'en lasser rapidement et finit tout simplement par m'éloigner de la foule. J'aurai bien l'occasion de voir ça de plus haut ou via un écran géant, dans un lieu bien plus calme qu'ici, près des barrières.

Je me fis un passage à travers la foule, difficilement. Globalement le même spectacle : un Turien, une Turienne ou des touristes désappointés d'ainsi gâcher leur spectacle quelques secondes puis ravit d'avancer d'un demi-mètre. Ah, les « gens » ! Je ne pourrai jamais les comprendre.

Tandis que je m'éloignai du défilé, mon sixième sens refit surface. CE fameux sixième sens. La dernière fois que j'avais senti ce picotement dans la nuque, c'était lors du Blackout. Cela me fit froncer les sourcils. Pourtant, tout allait bien. Jour de fête, tout était bien organisé, tout son contrôle. Cela devait plus être à cause de ma combinaison que ça me démangeait au niveau du cou. Ouais, ça devait être ça ...

 « Tu deviens parano ma grande » lâchai-je à voix basse une fois sortie de la foule principale.

Il restait encore des gens à proximité de moi, qui soit s'amassait là où j'étais auparavant, soit au contraire s'en éloignait comme moi. Bon, où allais-je donc bien pouvoir aller moi ? Je cherchai du regard un coin intéressant à partir duquel j'aurai une bien meilleure vue. Cela devait bien exister ça sur Cipritine, non ?


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Aucune
Rang : Entité divine
Voir le profil de l'utilisateur


Compte staff
Messages : 4121

MessageSujet: Re: [Intrigue #5] Tourisme sur Palaven   Lun 14 Sep 2015, 11:20

Tourisme sur Palaven
6 Septembre 2200

Palaven - Cirpritine


Cipritine, dans la foule

L'instinct est une chose surprenante. Inexpliquée, mélange d'expérience et d'improbabilité. Très efficace aux yeux de certains, dangereuse selon d'autres.

T'Cyalii a-t-elle un avis sur la question ? Sans doute. Probablement négatif, puisqu'elle préfère se dire parano. Mais pour une fois, elle a raison.

Alors qu'elle regarde autour d'elle, cherchant un bon poste d'observation, un groupe d'humains et de turiens passèrent devant l'asari et se postèrent à quelques mètres, contre l'un des bâtiment bordant l'avenue. Une partie d'entre eux se tourna vers la foule, comme pour regarder le défilé, bien qu'ils ne devaient pas voir grand chose de leur position. Les autres se retrouvent cachés par leurs camarades.

Le groupe ne resta pas longtemps sur place. Il repartit rapidement, remontant l'avenue vers le Palais, quitte à bousculer les gens les bloquant. Aucun regard vers l'arrière, vers l'asari qui avait vu leur manège. Asari qui regarda l'endroit où ils s'étaient postés précédemment, poussée par la curiosité, et un instinct l'alertant de toute ses forces. Asari qui vit, posé contre le mur, derrière des décorations afin de ne pas être trop visible pour un passant, un long tube accroché à un explosif militaire commandé à distance.


____________INFOS MJ____________


Ce petit post ne concerne QUE Ishra, car sa réponse couvre une période plus courte que les autres.
Ish, tu as jusqu'à dimanche inclus pour y répondre, puisqu'il ne s'agit pas d'un nouveau tour !
Artérius, selon ce que fait Ishra, tu pourras y réagir, vu que tu n'as pas encore posté.



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Indépendante
Rang : Voleuse professionnelle
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-legacy.fr/


Messages : 292

MessageSujet: Re: [Intrigue #5] Tourisme sur Palaven   Sam 19 Sep 2015, 17:07
Hm. C'était au final assez difficile de trouver un bon point en hauteur. On sentait bien que les Turiens avaient tout prévu pour que ça ne dérape pas, même à une certaine distance du défilé. Une officière turienne, ou une policière, j'avoue ne pas trop faire la différence, m'avait déjà regardé bizarrement en me voyant chercher un point particulier en hauteur. J'avais finis par remarquer, qu'elle m'avait remarqué justement, et avait fini par ne plus chercher un point particulier. Bon, j'aurai toujours pu utiliser mon camouflage tactique, et hop ! On me voit plus ! Mais bon, c'était un coup à finir au poste d'à côté pour je ne sais quel motif de présomption de tentative d'attentat. Oui, bon je regardai peut-être un peu trop de série policière ces derniers temps sur Extranet...

Bref, j'allais finir par abandonner et tout simplement rentrer à l'hôtel quand soudainement un groupe de Turiens et ... cela devait être des humains dans ces combinaisons ? Bref, ils me passèrent devant pour se poster dans un coin d'un bâtiment au coin de l'artère principale par où marchait l'essentiel des passants. Cela me fit froncer les sourcils.

Pourtant ce n'est pas vraiment à cet endroit que l'on pourra bien voir le défilé de là-bas ? Mais qu'est-ce qu'ils faisaient ? Je remarquai, sans trop de difficulté, qu'une partie de leur groupe en cachait une autre ? Une sorte de bizutage de certains ? Une connerie du genre ? Je me retournai vers l'officière turienne qui n'avait pas remarqué cet étrange manège, occupée soudainement à crier sur un jeune touriste qui essayait d'escalader un grillage.

Haussant les épaules, je me mis à rejoindre la zone occupée par ce curieux groupe une fois qu'ils l'eurent quittés. Visiblement très pressés. Je fronçai une nouvelle fois les sourcils. Non décidemment, y avait quelque chose de louche là-dessous. Boh, sans doute un genre de graffiti révolutionnaire. Mais non, il n'y avait rien du genre contre le mur.

« Hm. Pourtant j'aurai été sure de ... commençai-je en regardant de manière plus attentive les lieux jusqu'à remarquer un long tube dissimulé rapidement derrière des décorations en lien avec la fête du jour. Tiens ? C'est quoi ça ? »

Regardant le tube, je jetai tout de même un rapide coup d'œil derrière moi. Personne ne semblait s'intéresser à moi. Et le groupe précédent avait disparu dans la foule, se dirigeant vers le Palais, si je ne me trompai pas. Suivant le tube du regard, je finis par tomber sur ... un explosif ? Oui, c'était ça. J'en avais suffisamment vu quand je m'étais infiltrée il y a quelques années dans un entrepôt militaire turien ... pour voler je ne sais plus quoi d'ailleurs. Je la regardai, soudainement très inquiète. Elle était armée ? Je n'y connaissais rien, mais visiblement oui.

« Madame ! m'exclamai-je à l'attention de l'officière turienne que j'avais rejoint rapidement et qui se retourna vers moi, après avoir fini de remettre en place le touriste.
- Oui? Je peux vous aider? me demanda-t-elle en fronçant les sourcils, un soupçon de méfiance dans son regard.
- Venez voir pas vous même, répondis-je en l'incitant à me suivre.
- Je ne vois pas le pro... commença-t-elle, légèrement impatiente, avant de remarquer à son tour ma découverte. Qu'est-ce que? Vous avez vu qui a posé ça? demanda-t-elle rapidement alors qu'elle commençait à pianoter furieusement sur son OmniTech.
- Un groupe de Turiens et d'humains. Une quinzaine, une vingtaine peut-être, je n'y ai pas porté plus attention que ça. Je crois qu'ils se dirigeaient vers le Palais ... mais je peux me tromper.
- Je vois ... lâcha-t-elle à sa hiérarchie avant de demander à un expert en démineur de rappliquer rapidement. Vous, restez-là » m'ordonna-t-elle.

Hein? Mais pourquoi ? Mais elle l'avait énoncé d'un ton si autoritaire que par réflexe j'étais restée là sans rien dire, regardant tour à tour l'explosif qui pouvait détoner à tout moment et la Turienne à mes côtés. Je ne pouvais même pas reculer juste un petit peu ? J'avais rien à voir là-dedans moi ...



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 172
Crédits : Essence-Of-Rapture

MessageSujet: Re: [Intrigue #5] Tourisme sur Palaven   Dim 20 Sep 2015, 21:21
Les minutes passaient, et déjà quelques bataillons avaient quitté l'avenue principale, après être passés devant le Palais, et avaient bifurqués dans des rues attenantes, pour se rendre soit sur des places non loin, où ils resteraient jusqu'à la fin de la cérémonie, soit pour retourner dans leurs casernes respectives.
Le spectacle, bien qu'il soit assez ordinaire pour Artérius, habitué depuis le temps aux marches cadencées, restait malgré tout assez impressionnant. La majesté et la grandeur de la cité donnait une dimension supérieure à la simple marche militaire, et tous, dans la foule, semblaient fascinés. Le Général en éprouvait une grande fierté. Malgré ses quelques défauts qu'il s’emploierait bientôt à corriger, sa Hiérarchie n'était pas prête de le décevoir ...

Mais aujourd'hui n'est pas un jour propice aux rêveries. Replongeant dans les rapports divers, le turien ne remarqua aucun mouvement suspect ou particulier. Malgré tout, il n'était pas serein. Comment le pourrait-il ? Mais tout ira mieux lorsque tout danger potentiel sera écarté, après la cérémonie, et que chaque étranger aura quitté la planète.
Le temps passe, le son de centaines de bottes résonne dans le grand bureau. Les rapports arrivent, par dizaine. Rien d'alarmant ici, rien de nouveau là.

Tout se passait à la perfection jusqu'à neuf heures trente-deux, heure à laquelle Artérius reçu un message prioritaire de la Superviseur. Avoir un atout comme celui-ci est souvent utile. Ces gens-là vont fouiner partout, et trouvent bien souvent des choses que des soldats plus engoncés dans le carcan hiérarchique, plus "disciplinés", ne trouveraient pas forcément. C'était d'ailleurs pour cela qu'en campagne, le Général faisait grand usage des auxiliaires, très facile à manier et à mettre à profit.
Mais ces petites réflexions s’arrêtèrent bien vite, lorsqu'il lut le message. Un juron fusa.

Le problème se situait dans les égouts. Le manque de rapport provenant de cette section ne l'avait pas plus alarmé que cela, dans la mesure où les communications sont très difficiles à faire passer. Une patrouille était déjà morte, et nul doute que l'ennemi progressait rapidement. Mais quel était son objectif ? Poser une bombe sous le palais ? Une attaque bactériologique grâce au réseau d'aération ? Une tentative d'infiltration dans le Palais ? Tout était possible ...

Thymoris prenait la situation en main, mais aussi efficace qu'elle semblait être, ce n'était pas suffisant. Elle réquisitionnait une unité, celle du Lieutenant Aper. Elle demandait également un démineur, même si elle n'avait rien vu semblant indiquer une quelconque bombe. Une précaution bienvenue.
Artérius commença donc à rédiger une série de message. Le premier à la Superviseur, l'avisant que des renforts étaient en route. Le second aux Gardes Noirs dans les sous-sols : "Si vous repérez du mouvement, prenez aussitôt couverture et demandez leur identifications. Si celle-ci ne correspond pas, tirez.". Ils ne le recevrait pas forcément de suite, mais le message apparaîtra sur leur Omnitech dès qu'il y aurait une possibilité de communication. Le troisième, à un groupe de réserve, afin d'aller renforcer l'escouade du Lieutenant Aper restée à la surface.
Et enfin, un dernier message.

---

    "Debout les enfants ! Je viens de recevoir un message du Général, et il est l'heure de bouger."

Le turien qui venait de parler était le Commandant Kaseo, chef d'une troupe d'élite rattachée à la Légion. Lui et ses hommes étaient spécialisés dans la prise et la pacification d'environnement confinés. Ils avaient purgés plus d'un bunker, abordés plus d'un navire, et toujours avec une efficacité redoutable et des pertes - dans leur camp, tout du moins - minimales.

Le groupe était composé pour la plus grande partie de vétérans, servant dans la Légion depuis de nombreuses années. Constitué pour la plupart de fusiliers, il comptait aussi une paire de franc-tireurs pour des manœuvres de contournement sous camouflage, un spécialiste en explosifs en tout genre, un pirate, et, parce qu'il n'est de purge sans feu, un grand enthousiaste de la combustion, armé de son fidèle lance-flamme.

Les turiens se levèrent à l'unisson, et après une brève explication des objectifs, ils se mirent en route vers les égouts.

---

Tout les ordres étaient donnés, les gardes étaient en alerte maximale, il ne restait plus qu'à attendre. Mais ... Encore un autre rapport ? Celui-ci venait de la surface, dans la foule. Une bombe ? Comment ont-ils pu laisser passer ça ? C'était sans doute une diversion. Frapper la foule n'avait aucun intérêt direct, pas si leur objectif était le Primarque. Bien sûr, cela auraient une foule de répercutions à plus ou moins long terme, mais cela semblait peu crédible.

Artérius veilla à ce que des démineurs soient dépêchés sur place, et émis l'ordre d'intensifier les patrouilles.
Par ailleurs, il commença les préparatifs pour la mise à l'abri de Malgor dans le bunker palatial, entièrement blindé, disposant de son propre circuit d'eau et d'air, et contenant assez de provisions pour tenir un mois sans sortir. C'était une mesure extrême, à n'utiliser qu'en derniers recours, mais si la situation dérapait, au moins ces chiens n'auraient pas ce qu'ils voulaient.

Les dés étaient jetés, et tout reposait maintenant sur la force des soldats turiens.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Aucune
Rang : Entité divine
Voir le profil de l'utilisateur


Compte staff
Messages : 4121

MessageSujet: Re: [Intrigue #5] Tourisme sur Palaven   Lun 21 Sep 2015, 22:42

Tourisme sur Palaven
6 Septembre 2200

Palaven - Cirpritine



Égouts de Cipritine, 9:45

« Préparez-vous. »

L'escouade dirigée par Aper et Thymoris s'arrêta instantanément, les armes se braquèrent vers le tunnel obscur. Sur son scanner, la Lieutenant voyait approcher quelque chose. Peu après, un vrombissement se fit entendre, sans trace de pas. La lumière d'une caméra se fit voir, et la tourelle volante leur faisant face commença à scanner le groupe.

L'omnitech du lieutenant bipa, signalant que la tourelle n'envoyait pas les signaux indiquant son appartenance à la Hiérarchie.

Aper n'hésita pas un instant de plus et tira, détruisant la tourelle.

« Bon choix. Mais maintenant, ils doivent être au courant de notre avancée. Nous devons nous dépêcher ! »

Le groupe repartit, davantage pressé par le Superviseur bien qu'avançant toujours avec prudence. Rapidement, ils arrivèrent à proximité immédiate des sous-sols du palais. Moryn regardait sur son plan des égouts quels étaient les endroits proches des canalisations, où les infiltrés pourraient envoyer le poison de Machiavel dans le palais. Plus le temps passait, plus le Superviseur estimait cette hypothèse probable.

Le groupe arrive dans un nouveau couloir, à proximité d'un embranchement. Une nouvelle fois, le Lieutenant les arrêta, son scanner indiquant un objet en approche. Objet qui se révéla être une grenade.

« A couverts ! »

La grenade explosa, mais ne fit aucun dommage. A la place, un gaz épais s'éleva, empêchant toute lumière de passer la brume. Des tirs de tourelle en survinrent bientôt, empêchant l'escouade de prendre position pour avancer dans l'espace restreint. Sans visibilité pour la pirater et sous le feu, avancer leur prendrait du temps.

Au même moment, de l'autre côté de la fumée

Le trio de terroristes agissait avec rapidité et efficacité. Leur tourelle volante avait permis de repérer l'escouade arrivant sur eux, et ils avaient préparé le terrain. La tourelle fixe faisant face aux assaillants disposait de munitions dévastatrices, de quoi décourager l'escouade de la Hiérarchie le temps que les saboteurs finissent ce qu'ils avaient à faire. Ils en étaient proche, la plupart des explosifs étaient déjà posés, seul restait le principal, le plus puissant, qui déclencherait les autres.

Le spécialiste en explosif de l'équipe s'occupant des dernières mises au point, un autre membre du trio envoya un rapport à son supérieur, tandis que le dernier vérifiait que les tunnels étaient encore libres. Mais au lieu du vide de l'obscurité, il aperçut les canons de la Hiérarchie, luisant quelques mètres plus loin.

« Surprise ! »

Le terroriste se jeta en arrière juste à temps, évitant de prendre le tir de plein fouet. Malgré ça, son bouclier cinétique descendit rapidement en énergie et il dut se mettre à couvert. Mais ce faisant, il laissa le champ libre pour le pirate qui obtint un visuel sur la tourelle fixe et la désactiva.

Les saboteurs ne perdirent pas de temps à tenter de résister fasse aux deux escouades. Ils fuirent, sans même un regard en arrière lorsque l'un d'eux s'effondra, touché par un tir de sniper. La Garde Noire commença à pénétrer la pièce pour les poursuivre mais s'arrêta en voyant l'autre escouade sortir de la brume. Tous levèrent leurs armes un instant, puis les abaissèrent en reconnaissant leurs alliés.

« Superviseur Moryn. Qui est en charge ici ? »
« Commandant Kassan de la Garde Noire. Et le Commandant Kaseo, de la légion Hastatim. Nous devons poursuivre ces individus ! »
« Ce n'est pas le plus urgent, il y a une bombe ici. Et on en a eu un, il a peut-être des informations. C'est vous qui l'avez abattu ? »

Le commandant regarda ses hommes, qui nièrent de la tête. Treyn sortit à ce moment là de l'ombre où il était camouflé, les mains bien en évidence, se présentant comme le tireur.
Le Superviseur secoua la tête, ne sachant que vraiment faire du nouvel arrivant. De son côté, le commandant Kaseo donnait ses ordres. Et surveillait son omnitech, lisant les nouvelles concernant la bombe proche du défilé.

« Soldats, nous n'avons pas beaucoup de temps, une autre bombe a été repérée près de la foule. C'est pas les mêmes saboteurs, apparemment c'est un plus gros groupe, et il se dirige vers le Palais. On aura besoin de plus de monde. »

Le commandant de la Garde Noire regardait le Superviseur et l'escouade l'accompagnant.

« On aura d'autant plus besoin de monde que l'on a pas le temps de retirer tout ce qui a été posé ici. Il faut laisser quelques hommes, et que le reste m'accompagne. »

La Superviseuse secoua à nouveau la tête.

« Ce n'est pas la vraie menace. C'est un complot, et je pense savoir qui est derrière. Et si j'ai raison, il ne doit pas être loin du défilé, quelque part d'où il pourra observer les événements. J'aurai besoin de soutien pour le neutraliser. »
« Les ennemis se dirigeant vers le Palais passe en priorité, Superviseuse. J'ai besoin des hommes présents ici. »
« Ils n'ont qu'à choisir eux-mêmes qui suivre. »
« Ce n'est pas comme ça que ça fonctionne dans la Hiérarchie. »

Les deux chefs se défiaient du regard.

Dans les égouts

Les deux survivants saboteurs continuaient de fuir. Ils ignoraient s'ils étaient poursuivis, mais ils refusaient de prendre le moindre risque. Ils ne s'arrêtèrent qu'à proximité d'un point de communication, où ils prirent le temps d'informer leur chef de ce qu'il s'était passé, et demandèrent de nouveaux ordres.

A la surface

L'équipe de déminage s'était discrètement occupé de la bombe à proximité de la foule, puis avait commencé à interroger l'asari, en l'emmenant légèrement à l'écart. Ils ne désiraient pas lui permettre de s'éloigner tout de suite, craignant qu'elle ne cause un mouvement de fuite de la foule en informant à tout va ce qu'elle avait vu.








____________INFOS MJ____________



Un tour assez court, vous avez une semaine !

Pour faire simple, Ravi et Vin, je vous laisse choisir qui est ce que vous accompagnerez : Moryn ou le gars de la Garde Noire. Ravi, tu peux diviser tes troupes si tu veux, etc.

Arté, je te demande de répondre après eux donc. Ça ne devrait pas te poser trop de difficultés Trollface Une fois que tu sais qui t'accompagne, tu peux commencer à traquer les poseurs de bombe, interroger Ish, chercher d'autres bombes, évacuer la foule, ou tout autre truc qui te passe par la tête. Je n'ai pas prévu que tu les trouves directement, mais si tu as besoin de leur description détaillée pour ta réponse, hésite pas à me la demander en MP ! Je précise aussi que lorsque je dis que le commandant donne ses ordres, avant l'altercation avec Moryn, tu peux décider des ordres. Si tu ne décide rien, je considère qu'ils désamorcent seulement la bombe. Si tu veux qu'ils poursuivent les fuyards, montent la garde, etc, dis le !

Gui, je te laisse diriger tes deux fuyards comme tu l'entends. Du coup, vois avec Arté à l'avance s'il fait poursuivre tes hommes ou non.

Ish, tu n'as pas trop de liberté, puisque tu m'as dis que tu voulait être passée ce tour. Si tu te retrouves avec du temps libre, envoie moi un MP, je t'en dirai plus sur ce qui t'entoure !



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Hiérarchie
Rang : Lieutenante
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3068-dossier-de-ravilla-aper


De Sang et d'Acier
Messages : 1383
Crédits : Davinarfel

MessageSujet: Re: [Intrigue #5] Tourisme sur Palaven   Mar 22 Sep 2015, 21:06

    -Bon choix. Mais maintenant, ils doivent être au courant de notre avancée. Nous devons nous dépêcher !

    Aper hocha la tête afin d'approuver Moryn. Rapidement, le groupe reprit sa marche, abandonnant là le cadavre de la tourelle. Il y avait, hélas, fort à parier que la machine avait déjà envoyé quelques informations sur le groupe. Comme Moryn l'avait souligné, ils devaient être attendus. Raison de plus pour eux de redoubler de prudence.
    La Lieutenante claqua des mandibules alors que son regard se posait sur Thymoris. Elle ne leur avait pas expliqué grand-chose. Seulement qu'il y avait un attentat en préparation. Si Ravilla n'avait pas jeté un oeil discret à l'Omnitech de la Superviseur, elle n'aurait pas su qu'ils s'approchaient du Palais. Le Primarque, comme il fallait s'y attendre, devait être la cible principale des terroristes. C'en était presque étonnamment prévisible.

    Les minutes s'égrenèrent alors qu'ils continuaient de progresser dans les couloirs sombres, seulement éclairés par leur torche. La situation avait de quoi faire sourire, à condition d'être nostalgique, si on revenait quelques mois en arrière. Les deux Turiennes avaient coopéré début Janvier, parcourant les égouts d'Illium. Devrait-ce être ainsi à chacune de leur rencontre? Courir après des terroristes en pataugeant plus ou moins dans une eau sale?
    Vu le Destin et son caractère, la réponse était sans doute oui.

    Le Scanner se mit à sonner doucement, indiquant du mouvement à quelque mètre devant le groupe. Le tintement métallique et froid d'un objet heurtant la pierre retentit. L'écho se répercuta sur les murs avant que la voix de Moryn ne le recouvre.

    - A couverts !

    Un gaz opaque s'échappa de la grenade, léchant le sol pour ensuite remonter vers le plafond. Derrière lui, le grondement menaçant d'une tourelle fixe se lança, suivit de l'impact des balles. Impossible de pirater, impossible d'avancer, malgré les moments où les tirs cessaient, le temps que l'appareil recharge ses canons. Ils n'avaient pas la possibilité de voir les couverts; continuer ainsi, à l'aveuglette, les condamnerait simplement à se faire massacrer.
    Ils n'avaient pas beaucoup de possibilité. Tirer au hasard ne ferait que gâcher des munitions, pour une chance de succès plus qu'infime. Pire, s'il y avait vraiment des explosifs, une balle perdue risquait de déclencher le processus. Il en allait de même pour tout ce qui était pouvoir technologique. Surtout en cas d'Incinération mal placée. La solution la plus sécuritaire était d'attendre que la fumée se dissipe. De quoi permettre à leurs ennemis de finir leurs installations ou mieux se préparer.

    De l'autre côté du rideau de fumée, il y eut des coups de feu, de même qu'un cri, alors que le ronronnement des mitrailleuse cessaient. Et surtout, elles ne se relançaient pas.
    La petite escouade finit par traverser les émanations, retenant leur respiration pour ce faire et armes au poing. Face à eux se tenait un groupe aussi large qu’eux. Ils se mirent en position d'attaque, le temps d'évaluer qui ils étaient, puis baissèrent leurs gardes face à leurs alliés. Thymoris s'avança, se présentant aux deux chefs des nouvelles équipes.

    - C'est vous qui l'avez abattu ?, lança-t-elle en guise de conclusion, désignant le saboteur qui gisait au sol.

    Tous secouèrent la tête, niant ce fait. Le tireur ne tarda pas à sortir de l'ombre, mains en évidence et sourire provocateur au bout des mandibules. Vindex.
    Si Ravilla avait pu, elle l'aurait étranglé. Non pas au sens littéral, bien évidemment, mais figuratif. Cet imbécile n'avait rien compris et il se pointait, comme si de rien était, en pleine mission militaire. Comme si un réserviste avait sa place ici, ou qu'ils accepteraient sa venue comme si de rien était. Il prenait des risques qu'il n'envisageait même pas. La situation tenait de la sécurité interne! Il ne s'agissait pas d'une simple mission de mercenariat, comme son frère en avait l'habitude. Surtout alors qu'il avait pris sa "semi-retraite" depuis Tuchanka.

    En attendant, la Garde, la Légion et la Superviseur se fusillaient du regard, se chamaillant pour savoir qui "remporterait" les militaires présents.

    - Ce n'est pas la vraie menace. C'est un complot, et je pense savoir qui est derrière. Et si j'ai raison, il ne doit pas être loin du défilé, quelque part d'où il pourra observer les événements. J'aurai besoin de soutien pour le neutraliser.
    - Les ennemis se dirigeant vers le Palais passe en priorité, Superviseuse. J'ai besoin des hommes présents ici.
    - Ils n'ont qu'à choisir eux-mêmes qui suivre.
    - Ce n'est pas comme ça que ça fonctionne dans la Hiérarchie.

    Intérieurement, la Lieutenante grimaça. Elle n'avait reçu aucun ordre direct. Et, à défaut, c'était elle qui devrait choisir la marche à suivre pour ses hommes. C'était clairement le genre de choix à la con, exécrable au possible.
    Pour ceux qui étaient présents, son mécontentement envers la situation fut tout juste affiché par le cliquètement silencieux de ses mandibules.

    - Messieurs, Madame! Avec tout mon respect, nous n'avons pas le temps de discuter plus en avant du protocole à tenir!
    Commandants, j'ai déjà eu l'occasion de travailler avec la Superviseur-en-chef Thymoris. Si elle estime qu'une menace aussi sérieuse que les terroristes visant le Palais existe, je crains qu'elle n'ait raison et que nous ne soyons attaqués sur deux fronts. D'autant plus si un autre groupe existe et agit en dehors de ces égouts.
    Si cela vous convient, quinze de mes hommes ici présents vous accompagneront. Le reste de mes hommes est aussi mobilisables si cela vous est nécessaire. Les cinq autres iront avec moi et la Superviseur afin de mener l'enquête.
    A moins que vous ne préfériez que je vous assiste, Commandants.


    C'était le plus logique. La Garde Noire et la Légion Hastatim étaient reconnus. Ils étaient capables de gérer des situations d'urgence. Les soldats comme elle n'avait pas reçu ce genre de formations. Tout au plus, ils pourraient les aider en terme de force brute ou de bras. Et obstinée comme elle était, Moryn serait prête à partir seule. Et si la menace était aussi importante et réelle que la Turienne le soupçonnait, un peu d'aide ne serait pas de refus.
    Si tant est qu'elle avait raison. Par les Esprits, elle avait intérêt à avoir raison.
    Néanmoins, si Ravilla se voyait ordonnée d'aider au Palais, elle n'aurait pas le choix.

    Elle glissa un regard en coin à son frère. Un nouveau claquement, plus sonore cette fois-ci, trahissant sa colère, accompagna sa phrase.

    - Si cela est possible, je recommande que nous évacuions Monsieur ici présent dans le même temps.

    Dès qu'elle le pourrait, elle parlerait à Vindex en mandibules à mandibules.






Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Chaos
Rang : Electron libre
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4358-rapports-sur-caelus-machiavel-chronol#65349


Messages : 124
Crédits : meken.deviantart.com

MessageSujet: Re: [Intrigue #5] Tourisme sur Palaven   Jeu 24 Sep 2015, 19:48

Caelus faisait les cents pas. Il entendait en contre-bas le défiler claquer du pas, les rares chants entonnés par des troupes au pas cadencé, la foule parfois muette, parfois brailleuse, parfois applaudissant une démonstration de force, de prestance et de fierté. A chaque pas, sa patience était mise à l'épreuve. Dieu seul sait ô combien sa patience était suffisamment faible dans ce genre d'endroits. Il s'était surpris a rêvasser de choses qu'il aurait préféré oublier, mais qui nourrissait sa haine quotidienne et sa soif de destruction.

Soudain, il repensa à Moryn Thymoris. Une épine dans le pied - quoique. Dans les faits, Caelus s'amusait plutôt à la qualifier du chat et lui de la souris, intervertissant les rôles successivement. Sans doute un de ses jeux favoris. Il se dit qu'ici était une bonne planque, mais il fallait penser a un plan B. Si Thymoris était une adversaire avec laquelle il pouvait jouer, il ne faisait jamais l'erreur de la sous-estimer. C'était une véritable fouineuse professionnelle, et trouverait sa position tôt ou tard.
« Je ne sais pas si je vais te tuer ou pas. Je ne sais pas. Oui ! Non ! Peut-être ? Peut-être pas ? Ce sera la surprise ! Tuer, pas tuer ? Jouer, pas jouer ? », disait-il, toujours en faisant les cents pas dans le petit appartement. « Et toi, je te connais, tu ne voudras pas me tuer... tu voudras... "m'arrêter au nom de la loi !" », s'était-il alors arrêté, brandissant faussement fier un poing en l'air, les trois doigts repliés vers lui.

Il laissa alors s'échapper un rire moqueur.

Son plan d'urgence était tout désigné. Il avait choisi cet immeuble, accolés à d'autres encore en un gigantesque labyrinthe de murs et de passages divers et variés, ainsi que cet appartement avec minutie. Parfois, son cerveau arrivait a reconnecter deux neurones pour faire fonctionner son intellect réprimé. D'ailleurs, en cet instant, un nouvel appel sur son Omnitech. Il jeta alors de fureur un coup de pied dans une chaise, qui vola dans la pièce pour s'écraser sur un meuble présent là.
« Ne peut-on vraiment compter que sur soi-même ? Non, Saenius, je ne suis pas le plus fort. Arrête de faire ton lèche-bottes, sac à merde. »

Sa colère s'apaisa quand il vit que cela n'était qu'un bippeur de son Omnitech. Pas de message ou d'appel, juste une suite de bips, affirmant un message prédéterminé que son Omnitech traduisit immédiatement. Cela faisait néanmoins deux fois qu'ils le contactaient, alors qu'ils ne le devaient pas. Il y aurait au moins un mort ce soir, c'était une chose certaine. Il programma alors lui aussi une série de bips en réponse. L'élément envoyé comprendrait. Après tout, c'était leur mission, et il avait prévu plusieurs alternatives, surtout quand Moryn Thymoris était de la partie.
Il se dit que cette chippie reconnaitrait le mécanisme de la bombe. Aaaaah, coïncidences. Pourtant, n'avait-il pas fait son travail plus tôt, empêchant aux concernés de parler ?
« L'empaffé a encore ouvert sa grosse bouche de gros varren sans cervelle. Faut vraiment tout leur apprendre, à ces animaux. »

Le temps approchait. La fin du défilé approchait. Il devenait de plus en plus impatient, son adrénaline prête à être déversée dans ses veines bouillantes du désir de la passion. Encore une fois, plusieurs pensées traversèrent sa tête, mais beaucoup étaient concentrées sur Thymoris et une éventuelle échappatoire.

***



L'élément désormais constitué de deux personnes, un Turien et un Galarien tout deux en armures, prenaient la poudre d'escampette. Dans ce dédale obscur et désagréable des égouts de Cipritine, ils n'avaient pas peur. Non, ils n'avaient pas peur. Car ils savaient que s'ils n'accomplissaient pas leur mission, ils seraient morts. S'ils mourraient ici, cela n'avait pas plus d'importance. En revanche... En revanche, retourner victorieux auprès de leur employeur leur apporterait une récompense non négligeable. Surtout que celui-ci se montrait très généreux dans ce genre de cas. Étonnamment, la loyauté n'était pas uniquement une question d'argent ici bas. Cela allait encore plus loin.

Ils avaient vu l'ampleur du potentiel de celui qui les avaient engagé, entraîné, nourri, entretenu... Ils s'étaient dit qu'ils ne trouveraient jamais rien de mieux.

Leur camarade mort quelques minutes plus tôt ? Ils s'en fichaient bien. Leur maître ne comptait pas les morts.

Ils prirent le temps après une course effrénée de s'arrêter quelques secondes à un relais de communication. Ils seraient repérés si l'ingénieur ne faisait rien. Il brancha son Omnitech au relais, fit quelques bidouillages. L'autre veillait grâce aux dispositifs de vision nocturnes ce qu'il se passait. Il n'en eût que pour quelques dizaines de secondes avant qu'ils ne reprirent la course. Un léger brouillage après envoi d'un message, et création d'un canal prioritaire. Bien sûr, les programmations avaient déjà été préparées avant l'attentat - l'effet presque mystique de leur employeur s'était amplifié suite au don d'informations très sensibles pour préparer ce genre de tours de passe-passe -.

Surtout que ces deux-là n'en étaient pas à leur première action pour leur maître.

Ils connaissaient les plans des égouts. Ils avaient la sortie prévue indiquée, mais ils avaient aussi un lieu bâti où était entreposé nombre de détritus. Une déchetterie en sous-sol. Pour la préparation du défilé, sans doute avaient-ils vidé et dégagé toute chose qui ne leur plaisait pas et les avaient fichus là. Ce qui faisait un paquet de choses hors de la vue des touristes et spectateurs... et une planque idéale. L'un comme l'autre, ils arriveraient a exécuter la deuxième phase. Ils choisirent la seconde solution. Ils attendraient le temps qu'il faut.



Récompenses Ythaq'Fi/Harmitt:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Indépendantiste/Neutre
Rang : Insolent
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffectsaga.com
http://www.masseffect-reborn.fr/t3020-vindex-treyn-ravalement-de-facade-en-cours


Esprit de Lukesh
Messages : 157
Crédits : Davinarfel

MessageSujet: Re: [Intrigue #5] Tourisme sur Palaven   Sam 26 Sep 2015, 19:41
Vindex avançait rapidement, courant dans le plus grand silence, seule sa respiration se faisait entendre. Les bruits de tirs s’intensifiaient au fur et à mesure de sa progression. Il cracha un juron entre ses mandibules quand il du traverser une petite mare d'eau croupie empestant le rongeur crevé lui arrivant au niveau des mollet, heureusement les bottes de protections étaient hautes en plus d'être imperméable, malheureusement l'odeur accrochait bien.

Sur son radar plusieurs présences convergeaient vers la même zone que lui. Alliés ou ennemis ? Aucune idée, mais il serait fixé bien assez tôt. Il se faufila dans l'ombre, parfois éclairé par le flash des armes, la fumée d'une grenade fumigène couvrait la zone d'un épais brouillard. A plusieurs dizaines de mètres se trouvaient trois hommes qui tiraient sans relâche clouant plusieurs signatures sur place. Quelque chose vint les déranger, car le trio commença à se replier. Fusil déjà épaulé et lunette en face de l’œil, Vindex ne laissa pas filer cette occasion et tira. La balle perforante fila rapidement vers la cible, la frappant en plein torse. Un léger filet de sang s'échappa par l'endroit ou la balle été rentrée. La silhouette eut à peine le temps de s'écraser au sol que le Franc-Tireur avait déjà éjecté la cartouche prêt à faire feu. Hélas l'obscurité du tunnel les avaient déjà happé, sans lunette thermique, impossible de les distinguer.

Dépité il remit le fusil dans son dos et s'avança légèrement pour écouter la conversation tout en faisant attention à ne pas trahir sa présence.
Il aperçut sa sœur en retrait, devant elle trois Turiens, probablement les responsables d'escouades, qui discutaient.

« C'est vous qui l'avez abattu », demanda une voix féminine.

Il se laissa aller à un sourire en sortant de l'ombre , son camouflage tactique le découvrant peu à peu. Il manquait juste une petite explosion pour faire son entrée avec panache. Ses deux mains levés en signe de coopération. Il regarda quelques secondes en direction de sa sœur, cette dernière n'avait vraiment pas l'air joyeuse de le voir, ce qui renforça son air insolent. Il remarqua un engin explosif juste à côté qui n'avait pas pu être amorcé.

A côté d'eux les supérieurs continuaient de débattre pour savoir qui prendrait le contrôle des unités. Treyn avait baissé les bras, les regardant d'un air dépité. La Hiérarchie n'avait donc rien de mieux à faire que de se crêper le chignon ? C'était pour ça qu'il avait quitté l'armée, trop terre à terre, des œillères devant les yeux, à croire que tout ce qui comptait c'était de suivre au pied de la lettre ce qui était écrit dans les manuels.

« Quelle perte de temps », maugréa t-il entre ses dents.

Ils se battaient contre des terroristes, qui plus est sur leur planète natale, leur capitale, en plein jour de liesse. S'ils pensaient Turien, ils étaient fichus. Un rouleau compresseur est inutile quand on ne sait pas quoi laminer. Neutraliser le problème à la source était le meilleur moyen de stopper les terroristes même si souvent la volonté du groupe perdurait, éliminer les cerveaux était de loin la meilleure solution. La Turienne avait l'air d'avoir comprit ceci.

Sa sœur prit la parole tentant de mettre fin au débat, et prit la décision de séparer ses hommes, et elle de se rallier au Superviseur Moryn... Perdant encore un temps précieux dans leur traque. A peu de choses près l'on pourrait se croire à un débat de politiciens. Vindex se massa les tempes d'une main tout en lâchant un bref soupir. La situation était barbante.

Un claquement de langue le ramena à la réalité. Ravilla le dévisageait d'un œil noir. Visiblement elle n'avait toujours pas digéré que son jumeau se permette une escapade souterraine.

« Si cela est possible, je recommande que nous évacuions Monsieur ici présent dans le même temps. »

Intérieurement, Vindex eut envie de se gausser. Avec environ trente soldats dont dix d'élites, ils avaient été incapable d'éliminer trois personnes et sa jumelle avait le culot de lui faire comprendre qu'il n'était pas le bienvenu ?
Il défia sa sœur du regard, plongeant ses yeux dans les siens en signe d'insoumission. Il connaissait très bien les risques qu'il encourait en les suivant, il savait qu'il n'était pas immortel. Mais ce n'était pas pour lui que Vindex avait peur. Non, c'était pour Ravilla. Il ne se souvenait que trop bien de la peur qu'il avait ressenti quand elle s'était retrouvé à l'hôpital avec un trou dans le poumon... Pour rien au monde il ne voulait revivre ça.
Cette fois il avait la chance de protéger, de veiller l'une des personnes qui lui étaient chères. Il le ferait quoiqu'il arrive. Il ne voulait pas voir l'un de ses proches souffrir encore moins sa jumelle.

Il se tourna vers la Superviseur, plaqua son poing droit sur sa poitrine et fit un signe de tête.

« Superviseur Moryn, je suis Vindex Treyn, permettez moi de vous accompagner ! Mon arme, mon vaisseau ainsi que moi même sommes à votre entière disposition. »


Treyn Theme:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 172
Crédits : Essence-Of-Rapture

MessageSujet: Re: [Intrigue #5] Tourisme sur Palaven   Lun 28 Sep 2015, 19:37
Par chance, la caserne où stationnait la troupe de Kaseo n'était guère éloignée d'une entrée d'égout. Il s’efforça de ne pas avancer au pas de course, par un soucis de discrétion. Il s'agissait de ne pas alerter la foule. En temps normal, elle aurait été composé entièrement de turiens, qui n'auraient pas trouvé ça étrange, mais en ce jour, des gens moins accoutumés aux troupes armées se trouvaient là.
Quelques centaines de mètres avant l'entrée de souterrain, un groupe de Gardes Noirs les rejoints, apparemment chargés de la même mission que les hommes de la Légion.

Une fois descendus, la progression fut, paradoxalement, plus rapide. Mais malgré tout, il fallait rester prudent. L'ennemi pouvait être, surtout sur un terrain comme celui-là, en embuscade au prochain tournant. Soudain, des coups de feu se firent entendre dans le lointain. Après une rapide estimation, à l'oreille et en consultant les plans des égouts, la position desdits coups de feu fut déterminé.

Impatients d'en découdre, les turiens s'avancèrent vers la zone de combat. Ils arrivèrent, par chance, par sur le flanc des agresseurs, qui ne les voyaient pas, trop occupés qu'ils étaient à tirer sur ce qui devaient être, de toute évidence, des alliés de la Hiérarchie. Kaseo et ses hommes s'approchèrent le plus possible, afin de maximiser les dégâts. Voyant un ennemi, sans doute méfiant, s'avancer vers eux sans toutefois les voir, Kaseo donna l'ordre d'attaque, sans pouvoir s'empêcher de lâcher une petite pique en se faisant.
L'échange de coups de feu fut bref, et un ennemi mordit la poussière. Les deux survivant s'enfuirent alors. Les poursuivre était tentant, mais il s'agissait aussi de sécuriser la salle, et surtout l'appareil qui ressemblait furieusement à une bombe ...

Après avoir fait la jonction avec les alliés - une troupe de soldats réguliers, une Superviseur du SSC et un civil -, Kaseo donna ses ordres. Le démineur couru s'occuper de la bombe tandis que le reste des hommes sécurisaient les accès. Quant au Commandant, il regardait d'un air dubitatif ses deux alliés se battre inutilement pour savoir qu'elle serait la marche à suivre. On aurait dit des enfants ... Quand le débat sembla terminé, Kaseo fit un pas en avant et prit la parole.

    "Vous avez fini ? Parfait. Commandant, vous n'êtes surement pas arrivé à un poste si élevé dans la Garde Noire en vous confinant simplement aux règles. Vous savez aussi bien que moi qu'il faut parfois les contourner pour faire correctement notre travail, surtout lorsqu'il est aussi important qu'aujourd'hui. Quand à vous, Superviseur, vos suppositions ne sont pas suffisantes pour que l'on vous alloue tous nos soldats, surtout lorsqu'au moins deux terroristes avec d'autres potentielles bombes courent encore sous le Palais."

Il marqua une pause pour jauger de l'effet de ses paroles sur ses interlocuteurs, puis reprit.

    "Le Lieutenant Aper a raison, donc. Il faut nous séparer. Mes hommes et moi sommes spécialistes du combat dans des environnements tels que celui-là. Nous resterons donc pour sécuriser et quadriller la zone avec les hommes d'Aper. Commandant Kassan, je vous suggère de remonter, et, si vous ne voulez vraiment pas prendre une décision, demandez donc des ordres supplémentaires."

Il tourna la tête vers Thymoris.

    "Superviseur, je vous suggère, une fois en haut, de demander des renforts. Il y a des soldats en haut prêts à l'action, et nul doute que le Général vous enverra de l'aide. Sur ce, je m'en vais faire mon devoir ..."

Jugeant le débat clos, Kaseo s'éloigna du groupe sans attendre de réaction pour rejoindre ses hommes.

    "Nyx, tu as repéré nos fuyards ?"

    "Négatif chef. Pendant que vous faisiez causette, ils ont dû se tirer trop loin."

    "Tant pis, on ira à l'ancienne. Igni, la bombe ?"

    "Pas de risque de déclenchement à distance, patron. Mais c'est du sacré matériel. Ces mecs sont pas des débutants, ou alors, ils ont un généreux mécène."

    "Assure-toi de bien sécuriser cette saloperie, alors. On va procéder de la sorte : dix vont rester ici pour garder la zone. Je ne sais pas exactement ce qu'il y a au dessus, mais s'ils voulaient faire péter cet endroit, ça ne devait pas être pour rien. le reste d'entre nous allons nous séparer. Il y a trois couloir qui mènent ici. On est venu par un, nos alliés par un autre, et les cibles sont parties par le dernier. Je mènerai le groupe de ce dernier couloir. Les deux autres, vous remonterez les deux autres et prendrez les embranchements que nous n'avons pas pris. On ne sait pas s'il y a d'autres terroristes ni leur nombre potentiel, alors soyez prudents. Si vous croisez des membres de la Garde, expliquez-leur la situation. Ce sera tout. Bonne chance à vous."

Les turiens se séparèrent. Dans le couloir, à la poursuite des deux fuyards s'engagèrent donc le Commandant Kaseo et ses fidèles combattants, tandis que les deux autres groupes partaient chacun dans la direction qui lui avait été attribuée.

---

A la surface, la situation avait été traitée avec diligence et efficacité. La bombe avait été désamorcée en toute discrétion, et des policiers avaient commencé l'interrogatoire de l'asari les ayant alertés.

    "Madame, je vais avoir besoin de vos papiers."

En attendant que l’intéressée s'exécute, le turien continua.

    "J'ai bien peur que nous devions vous garder avec nous jusqu'à la fin du défilé, autant pour votre sécurité que pour celle de tout le monde. Maintenant, venons-en aux questions : avez-vous vu les suspects ? Combien étaient-ils ? Essayez de bien souvenir. Chaque détail est important, et pourrait sauver un nombre important de vie."

---

Dans son bureau, Artérius continuait de surveiller les flux d'informations. A chaque incident, avéré ou potentiel, une patrouille était dépêchée, et les rondes avaient été intensifiés. Si des ennemis de la Hiérarchie comptaient perturber la tranquilité de ce monde, ils avaient bien mal choisi leur ennemi !

Mais le temps avançait, petit à petit, et le temps du discours de Malgor approchait. Artérius devait se préparer à descendre pour être aux cotés de son Primarque. Dans l'ombre, certes, mais à ses côtés. Avec un peu de chance - même s'il ne fallait pas vraiment compter dessus -, tout serait résolu à temps.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Aucune
Rang : Entité divine
Voir le profil de l'utilisateur


Compte staff
Messages : 4121

MessageSujet: Re: [Intrigue #5] Tourisme sur Palaven   Lun 28 Sep 2015, 21:44

Tourisme sur Palaven
6 Septembre 2200

Palaven - Cirpritine



Égouts de Cipritine, 9:55

Moryn fit un signe de tête reconnaissant au Lieutenant Aper. Elle aurait agit seule s'il l'avait fallu, mais elle préférait avoir du soutien contre Machiavel. Il avait plus d'une fois démontré sa dangerosité.

Le tireur d'élite manifesta lui aussi son envie de l'accompagner, malgré le déplaisir que cela semblait causer à la militaire turienne. En un mot comme en cent, ils se connaissaient. Probablement de la même famille, malgré leurs noms différents : la ressemblance physique était troublante.

Tant qu'à la Légion Hastatim, elle s'octroya la surveillance des sous-sols et de la bombe, ainsi que la traque des deux fuyards, avec le soutien des hommes dont Aper se séparait.

Le Superviseur regarda l'officier de la Garde Noire.

« Nous n'avons plus de temps à perdre. Je pars avec le lieutenant Aper et Treyn. Je vous laisse vous charger du groupe de la foule. » Même s'il s'agit sans doute d'une simple diversion, termina pour elle même la turienne.
« J'espère pour vous que vous trouverez quelque chose, Superviseur. Et pour vos protégés aussi. »

Le Garde Noire partit. Le résultat de la confrontation le décevait : contrairement aux autres groupes, il prenait au sérieux la menace des terroristes dans la foule. Un massacre pouvait être provoqué, s'il n'était pas suffisamment efficace. Et leurs ennemis avaient déjà prouvé qu'ils n'étaient pas sans ressources.

Le Superviseur et ses alliés firent de même, Thymoris les pressant, par crainte d'arriver trop tard auprès de Manfred.

La Légion Hastatim se divisa, laissant une partie de ses hommes pour surveiller la bombe.

Avenue du défilé, à proximité du Palais, 10:15

Le commandant Kassan et ses hommes descendaient l'avenue depuis le Palais, accompagné d'une escouade supplémentaire arrivée en renforts. La témoin asari avait pu donner un bref signalement de leurs cibles, mais rien de plus. Elle restait néanmoins au QG, afin d'identifier les hommes dans la foule grâce aux caméras, ou pour confirmer un soupçon des soldats s'ils avaient un doute. Ce qui ne tarda pas à arriver : à une centaine de mètre d'eux, un groupe de touristes en combinaison s'arrêta brusquement, puis se dispersa parmi la foule. Au moins une vingtaine de personnes, à première vue humains et turiens. Le Commandant Kassan contacta le QG.

« Individus suspects repérés, demande confirmation ! A cent mètre au sud de nos coordonnées, proches du Musée de l'Unification. »
« Cibles repérés, Commandant. L'asari confirme leur identité. On les observe depuis les caméras... Et merde, je crois qu'ils vous ont vu ! Ils se dirigent vers le Musée, et il y a des civils à l'intérieur ! »
« Nous intervenons. Quels sont les ordres exacts vis-à-vis des civils ? »
« Je vous met en communication directe avec le général Artérius. »

Abords du Palais, à l'écart du défilé, 10:15

Il fallait reconnaître une chose à la Hiérarchie : elle savait mettre en place un plan de défense. Tout le quartier avait été cartographié, les endroits d'où l'on pourrait observer les dirigeants étaient signalés et surveillés, les points vitaux de relais de communications également, les accès à l'avenue limités.

Les toits, en particuliers, étaient des zones de points faibles : Cipritine était une ancienne place forte, où les défenseurs pouvaient se positionner en hauteur et reculer au fur et à mesure en bloquant les passerelles derrière eux, tout en exterminant les ennemis en contre bas. Mais avec l'avancée des technologies, les passerelles étaient devenues fixes, offrant de magnifiques terrasses... Et donnant nombre d'accès en plus à un agent infiltré extérieur. Néanmoins, caméras, radars et snipers y étaient nombreux, un individu tentant de s'infiltrer ne pourrait pas passer inaperçu.

C'est dans l'une de ces avenues parallèles à celle du défilé que le Superviseur avait emmené Aper, Treyn et les cinq soldats les accompagnant. Ce côté ci des bâtiment était très calme, tous les habitants s'étant rassemblés du côté de l'avenue du défilé afin de profiter du spectacle. Moryn n'était pas certaine de ses déductions, mais ce lieu lui paraissait le plus propice : proche du palais si Machiavel comptait intervenir, beaucoup de possibilités de fuite grâce aux bâtiments et toits voisins, et une vue imprenable sur le Palais s'il ne souhaitait que regarder.

Le Superviseur utilisa ses codes prioritaires pour ouvrir la porte. Se retournant une dernière fois, elle donna ses indications aux combattants l'accompagnant.

« Nous n'avons pas beaucoup de temps. Si j'ai raison, la cible se situera probablement dans les étages, au plus près du toit. C'est la meilleure position pour lui. Mais on n'en sait pas plus : ni ce à quoi il ressemble, ni s'il est seul. Je sais que c'est peu, mais il faudra faire avec. Considérerez le – ou la – comme extrêmement dangereux. Essayez de le prendre vivant, mais tirez s'il vous attaque. Et maintenant, allons-y ! »

Les combattants pénétrèrent dans le bâtiment.








____________INFOS MJ____________


C'est reparti pour un tour ! Vous avez deux semaines, mais j'attends de vous que vous postiez plusieurs fois ! Un peu de dynamisme, que diable !

Artérius, tu peux donner des ordres à la GN, leur envoyer des troupes et compagnie, mais tu ne les contrôles pas. Tu peux toujours diriger ta Légion dans les sous sols si tu le souhaite, mais les terroristes sont pour l'instant introuvables. Je jouerai la GN selon tes ordres afin que tu aies l'occasion de faire plusieurs posts. Évite de trop traîner Watching you

Gui, Vin, Ravi, vous êtes donc au même endroit. Je ne vous impose pas d'ordre d'écriture, mais soyez fair-play, je vous fais confiance ! Si vous avez un dilemme et préférez que je vous donne une ordre de passage, dites le moi. Gui, tu peux toujours diriger tes hommes dans les sous sols, mais tu ne peux pas atteindre la bombe qui est trop étroitement surveillée.

Ish, j'ignore si tu es dispo ou non ce tour ci. Si tu peux RP, préviens moi, j'ai prévu des trucs pour toi Wink



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Hiérarchie
Rang : Lieutenante
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3068-dossier-de-ravilla-aper


De Sang et d'Acier
Messages : 1383
Crédits : Davinarfel

MessageSujet: Re: [Intrigue #5] Tourisme sur Palaven   Sam 03 Oct 2015, 19:22

    Aper suivait Moryn a la trace alors que le groupe s'engouffrait dans une nouvelle ruelle. La "confrontation" avec la Garde Noire et la Légion Hastatim s'était terminée sur la formation de deux groupes, un chargé de protéger le Palais, l'autre d'enquêter. Seul le Commandant Kassan n'avait pas semblé ravi de l'issu. La menace à demi voilée hantait encore l'esprit de l'officière. S'ils ne trouvaient rien et que, ou que le Primarque subissait les conséquences de leur erreurs, la carrière de la Lieutenante se déchirerait sans doute en lambeau, suivant la Superviseur dans sa chute. Même si les deux Turiennes avaient déjà travaillé ensemble, la militaire ne connaissais pas plus que ça la policière. Si les événements d'Illium avaient pu effectivement démontrer son habilité et son sens du flair, ce n'était qu'une affaire parmi d'autres. Enfin, la femme n'aurait jamais atteint le grade de Superviseur-en-chef uniquement par la chance. Tous les arguments étaient bons à prendre, tant qu'ils permettaient de rassurer un peu Ravilla. Heureusement, l'importance de leur mission l'empêchait de trop y penser. De toute façon, ils seraient bientôt fixés.
    Ils avaient finis par atteindre un coin un peu plus reculé des allées centrales. On entendait le défilé mais il semblait ténu. Les bâtiments les entouraient comme pour les isoler et mieux les séparer de la fête qui se déroulait à quelques mètres de là, soulignant un peu plus l'anxiété que chacun devait ressentir. Adieu, les festivités qui unissaient les peuples en l'honneur de la Hiérarchie. Leur devoir les jetait dans la folie et la haine des terroristes.

    Thymoris leur ouvrit l'accès, se servant de ses codes prioritaires, s'engouffrant dans le couloir avec autant d'assurance que, semblait-il, d'appréhension.

    - Nous n'avons pas beaucoup de temps. Si j'ai raison, la cible se situera probablement dans les étages, au plus près du toit. C'est la meilleure position pour lui. Mais on n'en sait pas plus : ni ce à quoi il ressemble, ni s'il est seul. Je sais que c'est peu, mais il faudra faire avec. Considérerez le – ou la – comme extrêmement dangereux. Essayez de le prendre vivant, mais tirez s'il vous attaque. Et maintenant, allons-y !

    Si j'ai raison... Esprits qu'Aper détestait cette phrase. Pourtant, elle ne pouvait que prier pour que la superviseur ait effectivement eu le nez juste. Et fouiller les pièces, minutieusement, pour empêcher que leur, voir leurs, suspect ne passe entre les mailles du filet. Ils n'avaient le droit qu'à une seule chance. Ils manquaient trop d'hommes pour fouiller et sécuriser chaque étage. Si leur cible avait vent de leur venue et prenait la poudre d'escampette, tout serait foutu. Ils n'avaient que deux tentatives, pouvait-on dire réellement.

    - Madame, je propose que nous nous séparions en deux groupes. Vous et trois de mes hommes pour vous occuper de l'avant-dernier étage. Moi, Monsieur Treyn et deux autres pour sécuriser le dernier.
    Je préconise aussi que nous bloquions l'ascenseur afin de réduire au maximum l'évasion du suspect.

    Ainsi fut-il décidé, une fois que l'intéressée eut approuvée. Le technicien du groupe fut envoyé dans la cabine où il put atteindre les câbles, qu'il bloqua à la fois à l'aide de la technologie et de cales qu'il bricola à la hâte. Après cela, l'escouade emprunta les escaliers. Il n'y avait pas tellement d'étages que cela. La moitié d'une douzaine, tout au plus. Rien qui ne sorte de l'ordinaire pour des soldats entraînés. Même pour Vindex, cela devait aller.
    D'ailleurs, celui-là, il fallait vraiment que Ravilla et lui aient une discussion. Certes, il n'avait jamais eu la fibre de l'armée, mais son insubordination pouvait lui causer du tort dans la vie civile.

    Une fois au dernier étage, la Lieutenante affecta les deux hommes qui l'accompagnaient à la surveillance de la porte menant aux marches, leur interdisant d'autoriser l'accès à qui que ce soit et leur sommant de la prévenir au moindre signe d'hostilité. Puis, elle fit signe à Treyn de venir avec elle. Ils ne partirent pas bien loin, juste de quoi atteindre le premier appartement du palier.

    - Vindex, chuchota-t-elle férocement, tu restes derrière moi. Si jamais je suis attaquée, appelle mes hommes à l'aide et recule.
    Ne tentes pas d'argumenter. Ce genre de risque fait partie de notre job et je les prends avec plaisir si ça te protège, toi et ma nièce. Je ne voudrais pas qu'il t'arrive quelque chose. Et j'ose espérer que toi même, tu ne voudrais pas rendre Danora orpheline pour la seconde fois.


    Il pouvait toujours argumenter, tenter de lui dire ce qu'il voulait, elle n'en démordrait pas. De toute façon, elle ne l'écouterait pas; déjà, la militaire était agenouillée devant la porte, son Paladin à portée de main alors qu'elle contournait la sécurité. C'était une opération qui nécessitait plusieurs secondes de travail. De quoi avertir celui ou celle qui se trouvait à l'intérieur.
    La porte s'ouvrit alors que la femme resserrait ses doigts sur la crosse de son pistolet.





    Hrp: Désolée à Gui et Vindex pour la lenteur de ma réponse.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Indépendantiste/Neutre
Rang : Insolent
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffectsaga.com
http://www.masseffect-reborn.fr/t3020-vindex-treyn-ravalement-de-facade-en-cours


Esprit de Lukesh
Messages : 157
Crédits : Davinarfel

MessageSujet: Re: [Intrigue #5] Tourisme sur Palaven   Mar 06 Oct 2015, 12:28

L'escouade de la Lieutenante avait été séparé, les trois quart des effectifs partant protéger le palais du Primarque. Le restant accompagnant le superviseur Thymoris en compagnie de Ravilla et Vindex.
Le Turien courait de quelques pas en retrait, préférant rester autant que possible dans l'ombre. Les ruelles se resserraient petit à petit tandis qu'ils s'enfonçaient dans Cipritine. Au loin résonnait encore le son du défilé, les instruments mugissants en choeur tandis que s'achevait la parade, les cris des spectateurs etc...
Il serait bien resté plus longtemps à admirer cette démonstration de force avec Danora, hélas sa tranquillité était menacé et accessoirement sa planète aussi.

Le groupe arriva devant un immeuble imposant qui s'y l'on faisait attention faisait face à la demeure du souverain. Moryn utilisa un code pour déverrouiller la porte puis la section pénétra un par un dans le couloir, arme au poing.

« Nous n'avons pas beaucoup de temps. Si j'ai raison, la cible se situera probablement dans les étages, au plus près du toit. C'est la meilleure position pour lui. Mais on n'en sait pas plus : ni ce à quoi il ressemble, ni s'il est seul. Je sais que c'est peu, mais il faudra faire avec. Considérerez le – ou la – comme extrêmement dangereux. Essayez de le prendre vivant, mais tirez s'il vous attaque. Et maintenant, allons-y ! »

Se fier à une intuition n'était pas toujours la meilleure chose à faire. Pourtant la voix de Moryn ne laissait pas transparaître le doute, juste un peu de crainte sur l'inconnu qui allait les attendre. Mais elle ne pouvait pas se permettre d'avoir peur, elle guidait le groupe, flancher maintenant revenait à perdre.
La question était qu'allez décider les meneurs ?

« Madame, je propose que nous nous séparions en deux groupes. Vous et trois de mes hommes pour vous occuper de l'avant-dernier étage. Moi, Monsieur Treyn et deux autres pour sécuriser le dernier.
Je préconise aussi que nous bloquions l'ascenseur afin de réduire au maximum l'évasion du suspect.
 »

Le franc-tireur ne fut guère surpris de ce choix, le frère comme la sœur tenait à garder un œil l'un sur l'autre. Il préféra ne rien dire pour l'instant, ne voulant pas remettre en question l'autorité de sa jumelle devant ses hommes. Il avait beau être désinvolte, il savait faire preuve de retenue, surtout si cela pouvait porter préjudice à un membre de sa famille.
Le spécialiste du commando s'occupa de désactiver l'ascenseur puis le groupe s'engagea dans la cage d'escalier grimpant les marches deux par deux, comme convenu une moitié de l'équipe dirigé par Moryn les quitta à l'avant dernier étage, l'autre sous le commandement de Aper grimpa jusqu'en haut.

Elle ordonna aux deux soldats les accompagnant de se poster devant la sortie, puis fit signe à Vindex de l'accompagner.

« Vindex, l'appela t-elle d'une voix basse mais sévère, tu restes derrière moi. Si jamais je suis attaquée, appelle mes hommes à l'aide et recule.
Ne tentes pas d'argumenter. Ce genre de risque fait partie de notre job et je les prends avec plaisir si ça te protège, toi et ma nièce. Je ne voudrais pas qu'il t'arrive quelque chose. Et j'ose espérer que toi même, tu ne voudrais pas rendre Danora orpheline pour la seconde fois.
 »

Il leva les yeux au ciel en signe d'énervement, lui aussi savait ce que voulait dire se battre. Oui, c'était désormais un civil, mais ce n'est pas pour autant qu'il se laissait aller. Chaque jour il continuait à s'entraîner durement pour protéger ses proches, ainsi que lui même. Pas question de mourir, dans sa tête, pas une seule fois il n'avait envisagé cette situation, ni hier, ni aujourd'hui, ni demain. La vie était trop précieuse. Elle s'était déjà agenouillé commençant à déverrouiller la porte. L'action ne prit que quelques secondes.

« Un Turien ne recule jamais. »

Ravilla saisit son pistolet, tandis que la porte s'ouvrait dans une lenteur atroce. Ils pénétrèrent tout les deux dans l'appartement calme et silencieux. Le lieu était miteux, visiblement ce n'était pas un Amiral de la Hiérarchie qui vivait ici. Chacun inspectait une moitié de l'endroit.
Vindex arriva devant la porte de ce qui devait être une chambre, au fond sur un lit reposait une forme immobile. Impossible de déterminer si c'était vivant ou mort. Il s'avança silencieusement, surveillant ce qui l'entourait, une fenêtre éclairait généreusement la pièce et... une ombre mouvante.
Le Turien eut aussitôt le réflexe de se baisser, un poing entouré d'une énergie biotique passant au dessus de lui.
A peine avait il commencé à fléchir les genoux que son omni-lame s'était déployée, prête à frapper. Il se retourna brutalement, fauchant l'air derrière lui. L'ombre s'étant déjà éloignée, prêt à repartir à l'assaut.
Vindex se releva, chacun toisant l'autre. C'était un Turien tout comme lui, mais bien plus grand et plus lourd. Ses yeux n'avait rien de Turien, il ressemblait à ceux d'une bête folle et enragée. Treyn sut qu'il ne ferait jamais le poids face à un tel monstre. S'enfuir n'était pas dans son vocabulaire, et même s'il l'avait voulu tourner le dos à cette machine à tuer revenait à signer son arrêt de mort.

Ils ne se regardèrent que quelques secondes avant que qu'ils ne repartent à l'assaut. Son adversaire envoya une attaque biotique qui le surprit. Son bouclier absorba tout l'impact avant de voler en éclat mais cela le fit reculer de quelques pas, l'enragé lui sauta dessus, son poing biotique fendant l'air vers sa cible.
Vindex eut tout juste le temps de se mettre en garde, son bras droit levé, le gauche en soutien. Le poing de son adversaire frappa le plat de sa lame. L'omni-lame émit un bruit sinistre sous la puissance du coup. Si l'orbe biotique de tout à l'heure était comme un bon coup de pied, cette attaque là lui donna l'impression de se prendre un coup de marteau dans le bras, se transmettant dans tout son corps. Il serra les dents pour étouffer un cri de douleur.

Un sourire sadique illumina le visage de son ennemi, avant de redonner un puissant coup de poing. Cette fois il esquiva rapidement, s'éloignant le plus possible de son adversaire. Grossière erreur, car le biotique profita pour lui envoyer une nouvelle attaque à distance qui cette fois le fit voler hors de la pièce, le faisant s'écraser au sol quelques mètres plus loin. Vindex n'avait toujours pas lâché sa mitraillette, le choc l'avait un peu étourdi mais il était toujours capable de tirer pour forcer son adversaire à se cacher.
Il tira une salve vers sa cible qui se réfugia derrière le mur, au même moment sa sœur arrive arme à la main prêt à faire feu.

« Recule, c'est un biotique ! »

Il dégoupilla une grenade flash et la lança vers la chambre avant de se replier, la détonation emplissant l'étage.


Treyn Theme:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Chaos
Rang : Electron libre
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4358-rapports-sur-caelus-machiavel-chronol#65349


Messages : 124
Crédits : meken.deviantart.com

MessageSujet: Re: [Intrigue #5] Tourisme sur Palaven   Sam 10 Oct 2015, 11:34

« Oh oui. Oui, c'est bien ça. Un bel échauffement avant le grand évènement. »

Il les avait vus. Il les connaissait. Caelus, bien qu'ayant servi principalement dans la Cabale, savait comment fonctionnait peu ou prou la Hiérarchie Turienne et spécialement son armée. L'évènement le plus prévisible encore était Moryn Thymoris. Ce n'était ni la première ni la dernière fois qu'il s'amusait avec elle, et il commençait a connaître ses méthodes et son instinct si particulier qui la faisait fouiner partout. Elle s'était révélée une ennemie a respecter, mais surtout une ennemie dangereuse. Alors qu'ils pénétraient le bâtiment, Caelus lui ne bougea pas d'un pouce pendant quelques instants. Les choses viendraient en temps voulu. Quoi qu'il en fût, l'attente qui jusque-là lui semblait infinie allait s’estomper.

La seule chose qu'il fit par la suite fut de relever le petit caisson du sol sur lequel il était posé et, grâce aux sangles bien ajustées, l'enfila sur son dos. En attendant que les hostilités débutent, son schéma mental se dessinait petit à petit. Il n'eût cependant pas le temps d'y réfléchir plus longtemps. Son omnitech bleu l'averti que le dispositif de sécurité de l'appartement était en train d'être forcé.

L'heure était venu de s'échauffer.

***



Il ne connaissait pas ce Turien, probablement que lui non plus, bien que Caelus craignait toujours qu'on le confonde avec Shoran, sa sœur jumelle. La même peau de couleur charbon, et ce tatouage facial presque identique bien que de couleur différente. Aussi n'y avait-il rien du tout de personnel dans le fait qu'il le repousse gentiment dans ses retranchements à coup de projections et de coups de poings biotiques. Dos collé au mur, il dégaina sa mitraillette Berserker, bien qu'il ne décida pas d'en faire usage. Jusqu'à présent, il n'y avait qu'un homme. Il entendit cependant de nouveaux pas, plus assurés et prudents. Peut-être était-ce Moryn ? Ce qu'il entendit infirmèrent ses doutes.
« Recule, c'est un biotique ! ». Jamais Moryn ne se serait laissée parler de la sorte. Un peu de respect voyons.
« C'est d'une évidence... », grommela-t-il.

Ce qui fit rire Caelus intérieurement fut de voir, malgré la combativité de son adversaire, cette face désabusée voir respect qu'il avait cru discerner dans ses yeux lorsqu'il vit Caelus en chair et en os. Il leur montrerait quel était le vrai visage de la mort et du chaos - mais pas maintenant. Deux-trois secondes après, une grenade flash implosa dans la pièce, l'aveuglant quelques secondes avec un léger râle de douleur, il eût alors le réflexe de faire passer son Berserker dans l'encolure de la porte et de tirer quelques rafales le temps que ses yeux s'acclimatent de nouveau à leur environnement.

Une fois que sa vision revint à la normale, il s'exécuta. Une fois que son arme eût besoin d'une nouvelle cartouche thermique, il s'élança vers la fenêtre.
« Vous m'excuserez messieurs dames, je n'ai pas de temps pour vous. A plus tard ! », lança-t-il, espiègle.

Il n'eût pas le temps de voir ce qu'il était advenu de ses poursuivants, car Caelus sauta immédiatement par la fenêtre, se rattrapant à un volet, permettant de se stabiliser sur la petite corniche qui faisait le tour du dernier étage, avant le toit. Il n'aurait que peu de temps pour agir et fuir, alors il ne perdit pas de temps. Sur la corniche, pendant qu'il avançait, il rechargea son arme et la fit glisser dans son endroit prévu. Il se dépêcha d'atteindre une petite échelle menant jusqu'au toit.

Évidemment sur ce toit il était a découvert, et même si sa position n'était pas encore révélée à qui de droit pour le traquer, cela ne durerait qu'un temps. Ce temps serait suffisamment long pour lui permettre de faire ce qu'il avait a faire. D'un autre côté, tout le monde ou presque avait le regard tourné vers la foule et le défilé.
Lorsque Caelus commença a trottiner vers le palais depuis le toit du bâtiment, il entendit des bruits derrière lui plus loin, couverts par le fond sonore des marches au pas cadencé et des chants du défilé. Ce fut probablement ses deux poursuivants. Il accéléra le pas. Puis il se rendit compte que le bruit sourd venant des rues plus bas avait cessé. Le discours allait commencer. Le timing était presque parfait. Toujours pendant qu'il courait, il enleva le petit caisson de son dos, les sangles ballantes et un petit terminal physique avec boutons sortit du caisson. Il appuya sur deux-trois boutons puis continua de tenir à la main le caisson.

« Que le spectacle commence ! », dit-il, avec un rire entendu.
Alors qu'il était toujours poursuivi, à un moment inopiné, imprévisible, il jeta le caisson dans la rue à sa droite, là où se trouvait la foule, et continua a courir, cherchant un moyen de descendre, ne pouvant lui aussi sauter dans le vide, signifiant son suicide.

Il entendit derrière lui le bruit sourd d'une explosion derrière le bâtiment qu'il venait de quitter, avec un bruit semblable au fracas d'une baguette sur un énorme casserole-tambour qui dura... presque une éternité à ses oreilles. Le doux son du début des hostilités.

L'heure était maintenant venue de se battre, dans l'immédiat, se débarrasser de ses deux poursuivants.

***



Quelques années auparavant...

On entend le bruit d'un terminal holographique débutant un enregistrement, de légers parasites se font entendre de temps en temps.
« Que je sois ici en ta présence relève du miracle. »
« Je demeure ta soeur, Caelus - ou peu importe comment on t'appelle désormais. »
« Parle pour toi. Cela fait sept ans, Inia. Je-. »
« Shoran. C'est Shoran. Je ne veux pas reparler de ce qu'il s'est passé. Comme je te l'ai dit à ce moment-là, tu m'as offert une seconde chance, et je l'ai prise. Regarde où j'en suis maintenant. Je me hisserais du côté d'Aria pour devenir la numéro deux, mais pour l'instant il y a ces foutus Butariens a dégager. »
« Ne force pas ma patience... Shoran. Tu me connais, je ne suis pas venu les mains vides. Si tu fais ce que je vais te dire, les Butariens, ça sera de l'histoire ancienne. Ils ne sont pas bons pour mes plans. »
« Tes plans ? Mais-. »
« Cesse de faire l'enfant et fais ce que je te dis. Il ne faut pas que les Butariens tiennent Oméga, ils me seront inutiles dans le cas contraire. »

Un silence. Shoran semble de marbre face à son frère, ce dernier lui tourne le dos, s'éloignant d'elle.
« Comment es-tu parti de Zanéthu ? »
« Tu ne veux pas savoir. »

L'enregistrement s'arrête dans un clac sonore.



Récompenses Ythaq'Fi/Harmitt:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 172
Crédits : Essence-Of-Rapture

MessageSujet: Re: [Intrigue #5] Tourisme sur Palaven   Dim 11 Oct 2015, 23:53
Dans les sous-sols de la ville, les recherches étaient vaines, tant pour le groupe mené par Kaseo que pour ses homologues. Les soldats avaient bien rencontré quelques Gardes Noirs, mais à part les mettre au courant de la situation et les appeler à la prudence, il n'y avait pas grand chose à faire. Les turiens poursuivaient donc leur inlassable recherche ...

---

En surface, il y avait en revanche plus d'agitation. Une foule de rapport convergeaient encore vers le bureau d'Artérius, et trois d'entre eux étaient particulièrement importants. Celui de Kaseo, bien sûr, qui lui faisait un résumé des événements des tunnels ; informatif, mais sans plus.
Suivait celui du Commandant Kassan, qui faisait un résumé similaire, mais exprimait des doutes sur l'efficacité de la Superviseur et la compétence de Aper. De tels doutes méritaient d'être noté, mais c'était sans importance l'heure actuelle. Dans l'absolu, les deux turiennes avait correctement agit : les troupes de renfort ne manquaient pas en surface, et Kassan s'était montré trop borné.
Et, pour finir, le rapport de Thymoris, plus intéressant puisqu'il résumait l'assaut de l'autre côté. Ainsi donc, elle partait à la recherche de sa nemesis. Son intuition pouvait s'avérer payante et, après tout, c'est bien pour poursuivre cet objectif que la Superviseur avait fait le déplacement sur Palaven.

Artérius envoya donc l'instruction, tant pour Kassan que pour Thymoris, de réquisitionner des réservistes pour l'instant inactif pour les aider dans leurs recherches respectives. Dans le même temps, il prévint lesdites troupes de se préparer à bouger aux coordonnées que leur transmettraient leurs nouveaux supérieurs.
Le Général ordonna également à des groupes de policiers accompagnés de démineurs d'aller inspecter les fondations et autres piliers porteurs des bâtiments alentours. Avec un artificier doué et de bons plans, il était aisé de faire s'effondrer un immeuble sur le défilé, sur la foule, ou sur le Palais.

Quelque chose clochait dans tout cela : les terroristes étaient trop nombreux, trop bien informés. Ils avaient pénétré au cœur du réseau souterrain de Palaven, pourtant sous bonne garde, en ne croisant qu'une seule et unique patrouille. C'était trop ben exécuté. S'agissait-il d'un travail en interne ? Le danger serait alors encore plus grand ...

Alors même qu'il était perdu dans ses pensées, un nouveau message apparut sur le terminal du Général : des terroristes, identifiés par une passante, s'étaient réfugiés dans le Musée de l'Unification, et Kassan demandait quelle était la conduite à suivre à propos des civils. Voilà qui était irritant. Avec un peu de chance, les gens étaient trop absorbés par le défilé pour aller visiter le musée. Mais là encore, rien n'était sûr. Quoi qu'il en soit, il n'y avait qu'une conduite à tenir dans ce genre de situation ...

    - Commandant, ici le Général Vorasen. Évitez les dommages collatéraux, mais en cas de nécessité, le bien commun l'emporte sur individuel. J'ai toute confiance en vous pour déterminer de la gravité de la situation.

Au moment où la communication se coupait, un autre rapport apparut. Le poste d'observation 32 avait remarqué un objet de petite taille être jeté d'une fenêtre pour atterrir dans une rue en contrebas, et un turien était sorti à sa suite pour aller faire, semble-t-il, un promenade sur les toits.
A peine le message eût-il été fini de se jouer qu'un explosion se fit entendre ...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Aucune
Rang : Entité divine
Voir le profil de l'utilisateur


Compte staff
Messages : 4121

MessageSujet: Re: [Intrigue #5] Tourisme sur Palaven   Lun 12 Oct 2015, 23:40

Tourisme sur Palaven
6 Septembre 2200

Palaven - Cirpritine


10:20

Palais


Le défilé prenait fin. Les dernières troupes quittaient l'avenue. A l'abri dans le palais, le Primarque, la Conseillère et le chef de clan krogan se préparaient à sortir sur le balcon et à prononcer leurs discours.
Le Primarque envoya un message au Général Vorasen, l'invitant à le rejoindre en tant que second membre le plus gradé de la Hiérarchie. Puis il se retourna vers ses deux compagnons.
« Il est l'heure de ramener un peu de paix et de sûreté dans la galaxie. »

Musée de l'Unification

« Entendu, Général. »
Le Commandant Kassan donna rapidement les ordres à ses hommes. Ceux-ci se mirent en marche rapide vers le Musée, où disparaissaient les ennemis de plus en plus précipitamment. La Garde Noire pénétra le Musée avec quelques secondes de retard, prenant garde à ne pas alerter la foule plus que nécessaire. Personne ne voulait un mouvement de foule chaotique.
Les terroristes s'étaient regroupés au sommet de l'escalier menant au premier étage. En entendant les soldats derrière eux, un humain se retourna, dominant de la tête les autres combattants. Lui et ses hommes sortirent leurs armes, dissimulées jusque là : principalement des fusils d'assauts, parfois des fusils snipers.
« Pas de mouvements brusques, turiens. Il y a des bombes dans la foule, et je dispose du détonateur. »
L'humain leva sa main gauche, ou un détonateur était effectivement présent. Dans la salle, les rares civils qui étaient entrés par curiosité au lieu de regarder le défilé s'éloignèrent à reculons. Un vent de panique commençait à souffler.
« Les bombes ont déjà été désamorcées. Capitulez, et vous survivrez. »
Du bluff. Une bombe avait été désamorcée, Kassan le savait. D'autres en revanche...
« Toutes ? Je n'y crois pas. »
« C'était des bombes à gaz, peu efficace à l'air libre, mais suffisamment dangereuses en bonne quantité. Inutilisables désormais. Et dès que vous aurez appuyé sur le détonateur, vous n'aurez plus aucune chance de survie. »
L'humain ne répondit rien. La précision sur la bombe l'inquiétait. Mais il ne comptait pas renoncer maintenant et finir en prison turienne jusqu'à la fin de sa vie. En face de lui, les militaires se déployaient. Ses hommes en revanche se séparaient en deux groupes, comme convenu. La majeure partie commençait déjà à monter dans les escaliers, évitant soigneusement les ascenseurs. Quelques autres, formant l'arrière garde, disposait des tourelles hors de vue des assaillants, pour les recevoir lorsqu'ils prendraient l'escalier.
« T'as peut-être raison, turien. Mais je vais quand-même tenter le coup. On bouge ! »
L'arrière garde prit l'offensive contre la Garde Noire. Celle-ci riposta avec efficacité, éliminant une cible et forçant les autres à se mettre à couvert, mais le chef avait eu le temps de s'engouffrer dans les escaliers à la suite de ses hommes.
« On avance, il faut les arrêter ! »
La troupe avança et commença à grimper l'escalier, tirant pour empêcher l'arrière-garde ennemie de les ralentir. Mais les tourelles les empêchèrent de prendre pied sur le pallier.
Kassan recula et donna ses ordres.
« On a pas de temps à perdre ici. Vous, » fit-il en désignant une quinzaine de ses soldats, « faites un rapport au général, demandez des renforts et coupez toutes les issues. Éliminez leur arrière-garde si possible, mais ne prenez pas de risques inconsidérés : ils ne doivent en aucun cas sortir d'ici. Les autres, avec moi, nous prenons l'ascenseur. »
Les Gardes Noires agirent comme leur commandant l'avait ordonné. Le chef accompagné de la majorité des soldats rejoignirent les ascenseur, direction le dernier étage. Les ascenseurs iraient plus vite que les escaliers, mais Kassan ordonna à ses hommes de se tenir près. Si les terroristes n'avaient pas pris ce moyen de transport, c'était peut-être parce qu'un piège les attendait en haut.
L'ascension vers le sommet commença.

Égouts de Cipritine

Les lieutenants de Machiavel virent enfin l'occasion qu'ils attendaient. Cachés dans la déchetterie souterraine, ils virent un petit groupe de turien, apparemment des démineurs, pénétrer les égouts. Sans hésiter, les deux terroristes les prirent en tenaille, bénéficiant de l'avantage de la surprise et d'un armement supérieur pour les éliminer. Le turien s'empara d'une tenue de démineur et commença à retourner vers la pièce qu'ils avaient fuis, le galarien caché dans son ombre.
Les deux hommes ne firent qu'une seule halte, pour s'emparer de l'un des explosifs moins puissants devant servir à accroître l'influence de la bombe principale, qui n'avait pas pu être amorcée. Briser la chaîne ainsi réduirait l'impact, mais c'était nécessaire. Le galarien s'occupa de transporter la bombe, y enclenchant un chronomètre, tandis que le turien avança en premier.
« Tirez pas ! Je suis démineur, on m'a dit de venir ici. »
Les turiens n'eurent qu'un instant d'hésitation. Mais cela suffit pour que le tueur se jette sur eux, cherchant à les occuper. Il fut éliminé avec efficacité, mais le galarien en avait profité pour poser la bombe dans la salle et s'enfuir. Les Hastatim ne purent que voir le chronomètre descendre à zéro, sans pouvoir arrêter la bombe à temps.

Bâtiment bordant l'avenue

Moryn réagit dès qu'elle entendit les tirs au-dessus d'elle. Prenant de vitesses les hommes l'accompagnant, elle grimpa les étages et rejoignît Treyn et Aper sur les toits.
Le Superviseur courrait vers sa cible. Un turien, biotique à en croire les dire de Treyn. Celui-ci était arrêté un peu plus loin, manipulant une sorte de caisson, puis il la jeta dans la foule et s'en fût à nouveau.
L'explosion retentit à peine quelques secondes après.

10:30

Le trio de dirigeant faisait face à la foule, acclamé. Le Primarque au centre, la Conseillère et Wrex à ses côtés, les autres individus prestigieux juste derrière. Le Primarque allait commencer à parler quand les explosions retentirent.
En premier, celles aux égouts. Le sol se craquela autour du Palais, créant même des lézardes sur les murs, faisant perdre l'équilibre à nombre d'individus. Les alarmes se mirent à retentir au même instant, mais s'arrêtèrent juste après, sous l'effet de la seconde explosion.
Celle-ci retentit au dessus de la foule, envoyant une onde IEM dans toutes les directions. Les caméras, les systèmes électroniques, tout s'arrêta en un instant. Les omnitechs s'éteignirent, tandis que les portes se verrouillaient automatiquement.
Le trio de dirigeants et les hommes les accompagnants se retrouvèrent coincés sur le balcon, la porte derrière eux fermée le temps que le système électronique redémarre et se déverrouille. C'est profitant de cet instant qu'un groupe d'individus parût sur le toit voisin, armes en main et visant le balcon.


De l'autre côté de l'avenue, Moryn vit le groupe menacer le Primarque et ses voisins. Elle regarda rapidement Aper et Treyn.
« Protégez le Primarque, je poursuis le turien ! »
Sans attendre leur réponse, elle reprit sa course.


Dans le centre de commandement, il y eut un instant d'incompréhension lors que les appareils de surveillance extérieures s'éteignirent, puis le responsable compris qu'une IEM avait été lancée mais n'avait pas affecté la zone blindée du Palais. Un rapide coup d’œil sur les écrans internes au Palais fonctionnant toujours lui appris que le balcon était bloqué.
« Merde ! Vous deux, restez ici et tenez moi au courant quand les communications seront rétablies. Les autres avec moi, il faut rejoindre le Primarque et débloquer cette porte ! Tous les techs me suivent ! »








____________INFOS MJ____________


Un long poste que voilà !

Premièrement : TOUTES les communications sont coupées. L'IEM n'a pas détruit les appareils mais les a rendus hors fonctionnement quelques temps, les obligeant à redémarrer. Un peu comme une super surcharge quoi. Les pouvoirs techs sont également coupés, sauf pour Ishra vu qu'elle était dans le centre de commandement blindé.

Ravi, Vin, vous pouvez obéir ou non à Moryn. L'aider dans sa traque ou attaquer les terroristes. Tes hommes sont justes derrière toi Ravi, donc utilisables mais attention : ils ne valent pas les joueurs !

Gui, du coup, je te demande de répondre après Ravilla et Vindex, car tes possibilités d'actions dépendront des leurs. Je t'en dirai plus une fois qu'ils auront répondu !

Ish, les turiens ont fait appel aux techs, à toi de voir si tu te sens concernée ou si tu préfère rester planquée Razz

Arté, tu es avec le Primarque et compagnie sur le balcon. Il y a donc le Primarque, Wrex, Esheel, deux Cabales, et toi pour vous défendre contre le groupe de terroriste du toit voisin (trop loin pour être rejoint en sautant, quand-même). Tu ne peux pas compter sur la Garde Noire, qui est en chemin mais ralentie à cause de l'ascenseur qui est HS. Organise donc moi la défense de ce balcon !

Ne décrivez pas les conséquences de vos actions sur les PNJs, pour ce tour ci : c'est moi qui le ferait.

Et enfin, je vous laisse une semaine, vu que vous répondez une réponse par tour quelque soit le temps disponible. Si cela vous semble trop court, prévenez. Gui en particulier, vu que tu dois attendre Ravi et Vin, préviens moi si tu veux plus de temps !



Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [Intrigue #5] Tourisme sur Palaven   
Revenir en haut Aller en bas
 

[Intrigue #5] Tourisme sur Palaven

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: L'espace concilien intérieur :: Crête Apienne :: Palaven-