AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 Interrogatoire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3251-informateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3299-journal-d-informateur


De la Magie dans l'air
Messages : 668

MessageSujet: Interrogatoire   Mer 02 Sep 2015, 00:34
Intervention MJ : NonDate : Mars 2200 RP Tout public
Informateur - Namida'Silke Nar Karasuh
Interrogatoire



Informateur restait pensif, en regardant les données défilées sur son omnitech. L'attentat terroriste contre la station Haratar le laissait quelque peu perplexe. Voilà bien des années qui c'étaient écoulés depuis la guerre contre les moissonneurs. Pourtant, certains créateurs continuaient d'avoir de la rancune envers les geth. Le pire c'est que certains éprouvaient cette haine à cause de la guerre de l'éveil et non de la bataille de Rannoch. Informateur ne pouvait s'empêcher de se poser des questions sur le sujet. Si l'attaque avait été motivé par le désir de vengeance pour la bataille de Rannoch, le geth y aurait vu une certaine forme de logique. Après tout, cela avait été une bataille terrible pour les deux camps. Fort probable que l'un des deux peuples aurait été exterminé, si le commandant Shepard n'avait pas réussi à amener la paix entre les deux camps. Grâce à cet homme légendaire, une extermination avait pu être évitée. Malheureusement les ressentiments perduraient.

Le geth avait pris soin de lire et de relire tous les dossiers sur cette attaque. Heureusement, le bilan n'avait pas été très lourd. Étant donné la quantité d'explosif possédé par les extrémistes, c'est toute la station haratar qui aurait pu voler en éclat. Quoi qu'il en soit, pour l'heure, Informateur avait sa mission en tête. Le commandement du GIP avait décidé de convoquer la majorité des personnes concernées par l'attentat. Cela comptait donc les services de sécurité de la station, ainsi que les otages et ceux qui auraient pu être les victimes des terroristes. Il était temps de leur faire suivre un second interrogatoire afin d'en savoir plus sur les évènements. Le recul permettrait probablement d'obtenir des nouveaux éléments auxquels les témoins n'auraient pas pensé sur le moment. Cependant ce n'était pas tout. Il fallait également tenter de savoir si certains éléments inconnus n'avaient pas eu lieu. Ou pire encore, s'il n'y avait pas des complices parmi les otages.

Informateur fit défiler les dossiers présents dans sa banque de données. Pour l'heure, il avait interrogé la moitié des individus présents sur sa liste. Il était temps de passer au prochain otage. Il ouvrit le dossier se livrant à une rapide lecture. Cette fois, il s'agissait de Namida'Silke Nar Karasuh, ingénieure quarienne. La quarienne devait attendre avec d'autre dans une salle à proximité. Par mesure de sécurité, toutes les personnes convoquées, quariens, quariennes ou geths, avaient été divisé en deux groupes, chacun occupant une pièce différente. De plus, dès qu'un candidat terminait son interrogatoire, on l'envoyait dans une chambre de la station. Chaque individu devrait ainsi passer 24 heures sur la station, le temps d'analyser en profondeur les déclarations faites.

Informateur envoya un simple signal numérique par son omnitech, quelques secondes plus tard, la porte de la salle d'interrogatoire s'ouvrit, laissant passer un drone. Du moins, un drone en apparence. En réalité, il s'agissait de Tricky, membre de l'escouade d'Informateur. Les apparences étaient trompeuses, car Tricky était un geth, mais ayant choisi de s'incarner dans un drone plutôt qu'une plateforme geth.


-Allez me chercher la créatrice Namida'Silke Nar Karasuh.

-Compris Opérateur.

Tricky quitta la pièce, la porte se refermant derrière lui. Plus qu'à attendre que la concernée arrive. À l'entrée, de la salle d'interrogatoire, une notice numérique défilait. Le message annonçait aux quariens que chaque salle d'interrogatoire était stérilisée et qu'ils avaient l'obligation de retirer leur masque lors de leur interrogatoire. C'était une mesure sensée. Après tout, à cause de leur habitude de vivre constamment masqué, les quariens avaient souvent du mal à dissimuler leur expression faciale. Ce genre de chose permettait ainsi de mieux les analyser, quand ils étaient à visage découvert.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : GIP
Rang : Chercheuse
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2926-memo-d-ingenieur-namida
http://www.masseffect-reborn.fr/t2926-memo-d-ingenieur-namida


Messages : 128
Crédits : Moi-même

MessageSujet: Re: Interrogatoire   Dim 06 Sep 2015, 20:50
Sa jambe lui faisait encore mal. Ou c’était ce qu’elle voulait croire. Elle tâta sa cuisse, la pression n’était pas douloureuse. Elle claudiquait encore un peu car le tissu musculaire n’avait pas tout affait abouti sa régénération. Ca tirait. Elle avait eu beaucoup de chance de ne pas faire d’infection. Grace au médikit. La science était une chose merveilleuse. Sa jambe n’aurait pas pu être sauvée sans une opération importante. La perforation avait évité l’artère mais déchiqueté peau et muscles. Il restera une cicatrice, avait dit le médecin. Le temps que la greffe de sa peau se régénère elle aussi. Ce qui lui faisait plus peur, c’était toutes ces histoires d’interrogatoires. La routine, on lui avait dit. Le médecin lui avait promis que la douleur partirait. Mais c’était faux. Tout allait de travers ces temps, elle voulait juste retourner à son laboratoire.

L’attente pris fin quand un drone l’approcha. C’était son tour. Elle n’était plus certaine d’avoir hâte d’en finir. Elle ne voulait pas évoquer ces images de violence. Se rappeler lui provoqua une douleur fantôme au niveau de la cuisse, que sa main pressa par automatisme. Elle suivit docilement le drone, sans desserrer les lèvres. A dire vrai, elle nageait dans une sorte de confusion terrorisée. Sur le moment, elle avait été trop sonnée et rapidement anesthésiée. Le réveil avait été bien trop pénible. Ses oreilles bourdonnaient pour un rien, ses yeux se brouillaient sans vouloir laisser couler de réelle larme. Reposez-vous. Elle avait refus un congé. Non, retourner sur Rannoch, chez ses parents et tourner en rond lui avait semblé être une horrible idée. Au moins, ici, elle avait un travail utile. Namida était connue pour son intelligence, mais aussi pour son caractère peu démonstratif. Je suis dans ma bulle, j’y reste.

Aussi quand elle entra, elle le fit sans prêter attention à la notice. Elle réussit à repérer le siège qui lui était destiné dans le décor sobre et s’y laissa tomber. Son corps frêle s’affaissa dans une position recroquevillée et protectrice. Son masque bien vissé sur son visage. Elle nota la présence du geth, c’est la lumière de son œil unique qui dérangea ses yeux fatigués. Une part d’elle aurait préféré un quarien. Sottement, parce qu’il pourrait peut-être mieux "comprendre". Comment pourrait-elle s’exprimer pour être assez claire. De toute manière tout était flou dans son esprit. Ils avaient déjà certainement épluché son dossier, enquêter. Quelle cause y avait-il à déterminer ? C’était de la folie, quelque chose de révoltant. C’était tout. Une vague de colère l’envahi. Elle était une victime ! Pourquoi se trouvait-elle ici ?

« Qu’est-ce que je fais ici, le médecin a prescrit du repos et certainement pas de ressasser … » Namida n’était pas égale à elle-même. La douleur l’avait rendue plus hardie. Lui avait fait oublier sa timidité exacerbée. Elle était en colère. Colère d’avoir été blessée, agressée, gratuitement. Blessée d’être trainée contre son gré dans cette sale immonde après avoir été hospitalisée. En colère qu’on puisse lui imposer encore plus de douleur qu’elle avait déjà subie. Elle ne voulait pas se rappeler, les détails, ils étaient flous. Elle n’avait juste pas eu de chance, voilà tout, prise dans une affaire qui ne la concernait pas. Et le service de sécurité ? Pourquoi ne les avait-il pas sauvés plus vite ? Qu’est-ce qui les avait retardés de plus important ? Ce n’était pas de sa faute s’il y avait eu des morts et des blessés graves. Elle en faisait partie, dans les blessés. Suite à la vague d’émotion, elle se retrancha dans son mutisme usuel. Prise par ses pensées, triant ses cauchemars.










- Fiche - Journal de bord - Terminal extranet -
Récompenses:
 

Namida sans scaphandre:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3251-informateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3299-journal-d-informateur


De la Magie dans l'air
Messages : 668

MessageSujet: Re: Interrogatoire   Lun 07 Sep 2015, 21:57
Informateur attendait l'arrivée de la quarienne. Pour le moment, le geth n'émettait pas le moindre son. Il se contentait d'attendre. Après avoir attendu un certain temps, il reçu une communication émanant de Tricky, annonçant l'arrivée de la quarienne. Quelques secondes plus tard, la porte de la salle s'ouvrait, laissant place à Namida'Silke Nar Karasuh. Cette dernière portait encore son masque, malgré la notice à l'entrée. Le geth n'y donna cependant guère d'importance. Il était naturel pour les créateurs d'être réticent à quitter le confort et la sécurité de leur combinaison, même partiellement. La quarienne se laissa tomber sur son siège, prenant une position recroquevillé. D'après sa démarche, elle semblait avoir du mal avec l'une de ses jambes. Blessure encore douloureuse ou bien ce phénomène que les organiques appelaient douleur fantôme? Puis, en quelques instants, la quarienne laissa exploser sa colère, avant de s'interrompre brusquement. Le geth resta silencieux pendant un moment, attendant de voir si la quarienne avait autre chose à ajouter. Elle ne prononça pas un mot.

-Merci de votre présence créatrice Namida'Silke. Je suis l'opérateur Informateur, détachement commando du CFSI. Suite aux évènements survenu sur la station Haratar, le GIP a décidé d'effectuer des interrogatoires sur des individus présent lors de l'attaque, tous choisi au hasard. Votre nom a été sélectionné au hasard comme pour les autres. Au vue de votre état physique et émotionnel, je pense que vous auriez dû être écarter de cette liste. Cependant, mes supérieurs hiérarchiques ont dû juger que vous étiez prête.

Le geth se tut pendant quelques secondes.

-Plus vite nous commencerons et plus vite nous en aurons terminés, créatrice. Sachez que cette salle a été totalement stérilisé, ainsi que ma plateforme. Selon les directives du GIP, je vous demande de retirer votre masque.

Ensuite, le geth appuya sur un bouton présent sur la table en face de lui. Une interface visuelle fit son apparition. Le geth activa l'un des système, puis reporta son attention sur Namida.

-Sachez qu'à partir de maintenant, tout est enregistré. Nous n'enregistrons cependant que l'audio, aucun visuel. Pour démontrer l'authenticité de cet enregistrement, je vous prie de décliner votre nom et la date d'aujourd'hui. Une fois que cela sera fait, nous commencerons avec un élément simple. J'aimerais que vous me parliez du déroulement de votre journée, avant que l'attaque ait lieu. Vous pouvez prendre tout le temps que vous jugez nécessaire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : GIP
Rang : Chercheuse
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2926-memo-d-ingenieur-namida
http://www.masseffect-reborn.fr/t2926-memo-d-ingenieur-namida


Messages : 128
Crédits : Moi-même

MessageSujet: Re: Interrogatoire   Lun 12 Oct 2015, 16:26
Le silence était devenu pesant. Terriblement gênant. Heureusement, le geth eut pitié d’elle et entama son dialogue. Elle se concentra sur les mots et tâcha de faire le vide en elle. Il était tout à fait sensé qu’une enquête soit menée. Un tel acte était inadmissible et il fallait empêcher que cela se reproduise. C’est en cet espoir que la quarienne parvint à puiser un peu de force. La vague d’émotion reflua, regagnant le déni de ses blessures. Les émotions n’avaient rien de scientifique et Namida n’avait aucune habitude de les écouter où de s’y intéresser. Un psychologue aurait vivement critiqué cet état de fait, mais la quarienne s’en portait bien. Pour l’instant. Et puis ce n’était pas un entretien psychologique. Ils avaient simplement besoin de connaître le déroulement des faits de son point de vue. Aider à contrer la violence, c’était bien.

Elle apposa ses deux mains sur les côtés de son cou. Elle rejeta la capuche couvrant son casque. Elle détestait ôter sa combinaison. Ses parents l’y avait régulièrement obligée. Un programme de réadaptation douce de l’organisme. La scientifique comprenait, c’était logique et cela présentait un intérêt certain de pouvoir supporter de vivre sur sa planète. L’enfant habituée à sa seconde peau depuis toujours avait eu du mal à l’admettre. Aujourd’hui encore cette idée ne l’enchantait pas, mais elle avait cessé de l’angoisser. Les gestes d’ôter son casque n’étaient pas familiers, elle dut chercher le mécanisme d’ouverture à la base de son cou. Après un clic sec, elle sentit la pression de l’air changer entre l’intérieur de sa combinaison et celui de la pièce. Elle vérifia le verrouillage inférieur du cou, la segmentation avait opérer et le reste de sa combinaison fonctionnait toujours. La technologie est une chose magnifique.

Elle déposa le casque sur la table, à côté d’elle. Ses yeux clignèrent plusieurs fois, malgré elle, dépourvu de la protection de la visière. La lumière lui sembla agressive. Heureusement, il n’y avait pas de miroir. Elle n’aimait pas voir ses traits anguleux, la consistance de ses cheveux, ses yeux… tout cela lui était trop étranger. Certains quariens étaient un livre ouvert, d’autres en étaient un fermé. En effet, n’ayant jamais vu de manière d’exprimer facialement des émotions, Namida n’avait jamais appris à sourire, rougir, grimacer… ces réactions lui étaient étrangères. C'était d'ailleurs quelque chose qui lui semblait très étrange chez les autres races. Déconcertant. Elle avait après à s'exprimer non-verbalement autrement, à travers sa combinaison. Une autre conséquence à l’isolement technologique, en sus de sa faiblesse immunitaire. Le visage était joli, les lèvres dessinée sur un pli neutre, le regard opaque droit. Elle se donna le temps à ses poumons de s’habituer à l’air plus sec de l’extérieur. Le confort du filtre respiratoire était indéniable. Elle déclina ensuite son nom, la date, très docilement. Son visage vide, ne reflétait aucune des émotions exprimées tantôt.

« Ce jour-là, j’ai travaillé. Je me lève chaque jour tôt, à 6 heure, afin de pouvoir avancer sur mes expérimentations en cours. J’ai toujours hâtes de découvrir les résultats des scanners lancés dans la nuit la veille. Je travaillais sur les capacités moléculaires de plusieurs qualités de fibres soumises à l’ezo. En effet, je travaille pour le GIP. Mes recherches ont un certains degrés de classification. Je vous demanderai de fournir une accréditation, si vous désirez en connaître le détail. » Autant éviter de se faire remercier pour avoir trop parlé. Les règlements, il vaut mieux les respecter. « Afin de rester performante, j’ai pris, comme à mon habitude, une pause en milieu de matinée. Précisément à 10 heure. J’ai quitté la section des laboratoires et j’ai gagné le quartier commerçant de la station. J’aime ce café, j’y vais de manière régulière. Il est bien entretenu, le personnel est sympathique et la boisson de goût agréable. Ce que j’aime réellement, c’est les baies vitrées. C’est reposant comme ambiance. Je reste dans cet établissement généralement une demi-heure. Le temps de consommer une boisson, de lire les nouvelles du jour et de me distraire. Cela m’aide ensuite à synthétiser et reprendre mon travail l’esprit frais.

Je n’ai pas vu les terroristes entrer, j’ai juste entendu la déflagration. Quand j’ai tourné la tête, le geth était déjà au sol.

Voilà. Ma journée avant l’incident. »


La même routine que toutes les autres jours. Jusqu’à ce que boum, un grain de sable dans le processus. Une réelle et nuisible perte de temps. Sans compter sa baisse de performance du au traumatisme. Son chef de laboratoire n’allait vraiment pas être ravi. C’est aussi pour cette raison qu’elle était pressée de mettre fin à cet interrogatoire. Une troisième conséquence non souhaitée à cette maudite journée. Perte de temps, perte d’efficacité. Même quatre mois après, elle se sentait encore mal en se replongeant dans ces souvenirs qu'elle tentait de cloisonner et évincer.





- Fiche - Journal de bord - Terminal extranet -
Récompenses:
 

Namida sans scaphandre:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3251-informateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3299-journal-d-informateur


De la Magie dans l'air
Messages : 668

MessageSujet: Re: Interrogatoire   Sam 17 Oct 2015, 17:27
Informateur écouta calmement et en silence la quarienne. Tandis qu'elle parlait, le geth prenait des notes pour lui-même. La jeune femme conservait un ton calme et posé. Cependant, il la soupçonnait d'avoir été bien plus masqué par l'incident que ce qu'elle voulait démontrer. Après tout, selon certains rapports internes, sa productivité et son efficacité avaient diminuée. On ne pouvait pas l'en blâmer. Beaucoup de gens auraient réagit de manière bien pire, avec une telle expérience derrière eux. Namida donna donc un résumé de sa journée et de ses fonctions, ajoutant qu'Informateur aurait besoin d'une accréditation pour en savoir plus sur son travail. Le geth ne réagit nullement à cette déclaration. Il écoutait également l'horaire établit par la quarienne. Les heures correspondaient plus ou moins à celle des évènements. Rien d'anormal là dedans. Après tout, contrairement aux geths dont l'horloge interne est parfaitement synchronisé, les organiques avaient une vision du temps plus aléatoire. L'écart pouvait être de quelques secondes, comme de quelques minutes. Finalement, la créatrice ajouta qu'elle n'avait rien vu de particulier avant les évènements. Uniquement qu'elle avait commencé à remarquer certaines choses seulement lorsque l'attaque avait débuté.

-Je vous remercie créatrice. Pour ce qui est de votre projet, je possède certaines accréditations qui m'ont permis de discuter avec votre supérieur hiérarchique. Mes accréditations ne me permettent pas de connaître tous les détails de votre travail, mais tout de même quelques uns. Mais cela n'a guère d'importance pour cet interrogatoire. Autant éviter de trop aborder le sujet. Pour ce qui est de votre supérieur, il a affirmé que vous aviez diminué en efficacité et en productivité. Je crois bien qu'il voulait poser un blâme contre vous. Je l'ai dissuadé de le faire, lui faisant comprendre que se serait mauvais pour sa carrière. Après tout, personne n'aime ceux qui s'en prennent à des blessés.

Le geth se tut quelques instants.

-Nul besoin de vous exprimer sur l'attaque elle-même. Votre déposition a déjà été prise, ainsi que celle des autres personnes présentes. Toutefois, auriez-vous quelque chose à y rajouter? Même les détails les plus insignifiants peuvent parfois débouchés à de grandes avancées. Également, aviez-vous entendu parler d'un quelconque mouvement, regroupement ou autres, en opposition envers l'entente entre les quariens et les geths?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : GIP
Rang : Chercheuse
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2926-memo-d-ingenieur-namida
http://www.masseffect-reborn.fr/t2926-memo-d-ingenieur-namida


Messages : 128
Crédits : Moi-même

MessageSujet: Re: Interrogatoire   Mar 20 Oct 2015, 18:01
Un très léger froncement de sourcil fut la seule réaction à sa réponse. Elle réfléchissait rapidement. Il ment. Sur la défensive, elle écouta la suite avec une méfiance accrue. Son supérieur l’avait toujours soutenue. Elle venait d’obtenir une opportunité inespérée avec une bourse de recherche débloquée, juste pour elle… La validation de son brevet avait été produite à son nom, avec celui de son supérieur en superviseur. Elle avait d’ailleurs finalisé ce brevet après l’incident. Ce Geth jugeait d’un sujet dont il ne mesurait pas les paramètres. La scientifique en elle s’offusqua que ce profane émette des jugements sur des choses qu’il ne pouvait même pas imaginer aborder. Par ailleurs, elle avait suivi la procédure de débriefing de sa cellule. C’est le soir qu’elle n’allait pas bien, la nuit qu’elle prenait des médicaments pour dormir. La journée, son travail était sa bouée de sauvetage. Utiliser son intellect, construire, expérimenter, penser à tout sauf à ça. Elle ne comprenait toutefois pas où voulait en venir le Geth. S’il ne veut pas que je le renseigne sur l’attaque, comment pourrait-elle l’aider ?

« Opérateur, je puis vous donner des renseignements sur ce que j’ai vu. Je ne sais plus exactement ce que j’ai dit lors de ma déposition. Cela remonte à il y a quatre mois. Cependant, pour résumer les choses, je dirais que pour des amateurs … ils avaient plutôt du bon matériel. Basique, mais en grande quantité. Ces armes et explosifs coûtent quand même très chers. J’ai pu interférer dans les détonateurs parce que c’était un système à onde courte. Rudimentaire, mais très simple à fabriquer. Je me suis posée la question, s’il n’avait pas un système du type pour échapper à la vigilance de la sécurité. Sinon, ils auraient pu avoir quelque chose de bien plus complexe à pirater. Leur comportement par contre était assurément celui de personnes ne maîtrisant pas la situation. »

Il est difficile de se comprendre, lorsque l’on est si différent. Elle appréciait les geths de son laboratoire, ils étaient de précieux collaborateurs. Attentifs, gentils, efficaces, ils étaient parfois un peu dépourvus face à l’émotionnel, mais… on ne demande pas à un scientifique de faire dans le sentimental. C’est aussi ce qui avait été agréable, quelques mots gentils et on passe à autre chose. Celui qu’elle avait face à elle, lui faisait presque peur.

« Opérateur, concernant votre deuxième question, vous n’êtes pas sans ignorer ce qui circule sur l’extranet. Notre réunification en est à son balbutiement et possède encore des opposants. Evidemment, mais ce genre de sujet ne m’intéressait pas. Je suis heureuse de notre réunion et je ne me sentais pas concernée par un quelconque combat… jusqu’à ce qu’un imbécile décide de tout faire sauter dans mon café. »

Elle expira brièvement et posa naturellement une question. « N’avez-vous pas pu remonter jusqu’à cette cellule dissidente, suite à cet attentat avorté ? »

Pourquoi, sinon, lui reposer ces questions ? Elle avait beaucoup réfléchi et recherché quelques informations. Juste pour être certaine d’avoir été là au mauvais moment, au mauvais endroit. L’extranet était une mine de renseignements pour ceux qui savent chercher. Elle attendait patiemment la réponse du Geth. Peut-être aurait-elle des réponses à quelques de ses propres questions, si elle parvenait à comprendre au travers de ses interventions. Avoir une cervelle douée n’est pas pratique dans la vie courante, mais ça vous rend quand même des services. Elle était à l’affut, fourmillante, séquencent toute information, classant, analysant au fur et à mesure. S’il s’était vraiment renseigner sur elle, cet opérateur devait savoir que ce n’est pas un petit blâme qui l’aurait stoppée. Pas avec des résultats comme les siens à son âge. Bien sûr, sans fierté excessive, elle avait encore beaucoup à faire pour atteindre la haute strate de la science. Consciente des deux, elle se sentait sereine. Qu’importe, cet attentat était un accident mineur, cet interrogatoire une formalité. Il lui tardait de retrouver ses éprouvettes. C’est qu’elle avait un travail sérieux à terminer.







- Fiche - Journal de bord - Terminal extranet -
Récompenses:
 

Namida sans scaphandre:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3251-informateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3299-journal-d-informateur


De la Magie dans l'air
Messages : 668

MessageSujet: Re: Interrogatoire   Ven 23 Oct 2015, 22:49
Informateur restait silencieux, observant et attendant la réaction qu'aurait la créatrice. La vérité, c'est que le geth avait menti lorsqu'il avait mentionné le supérieur de Namida. Il ne le faisait pas par méchanceté, mais afin de provoquer une réaction chez la quarienne. La frustration pouvait parfois être une bonne méthode pour qu'une personne interrogé parle beaucoup. Cela porta d'ailleurs fruits, car Namida commença à parler, exposant ce qu'elle avait vu pendant l'attaque et ses impressions. Elle était donc d'avis que ces terroristes disposaient d'armement de qualité acceptable et en grande quantité, mais également de dispositif facile à fabriquer. Toutefois, de son point de vue, ils étaient loin d'être des professionnels. C'était sans le moindre doute un détail à ne pas négliger. Après tout, cela suggérait que le responsable derrière cette attaque avait beaucoup de moyen. Quant aux attaquants, plutôt une bande de bras cassés. Peut-être juste des individus en colère. À force d'intervenir sur le terrain, le geth avait compris que ce genre de personne était la main d’œuvre parfaite pour des criminels. Peu de jugement et aveuglé par la colère.

La créatrice en profita pour ajouter que c'était le côté basique de l'équipement des terroristes qui lui avait permis de réduire les dégâts, en piratant certains de leurs systèmes. C'était une bonne chose évidemment. Certes, il y avait peu de chance que ces fous aient eu assez d'explosif pour détruire la station Haratar. Cependant, les dégâts matériels auraient été importants. Quant aux victimes, le total aurait grimpé en flèche. Bref, cela aurait été un véritable carnage. Autrement, Namida affirma qu'elle ne savait rien de précis sur des groupes contre l'union des quariens et des geths. Visiblement, la créatrice ne s'y intéressait pas, du moins jusqu'à l'attaque. Finalement, la quarienne en profita pour lui demander si le GIP avait pu remonter jusqu'à la cellule responsable de l'attaque. Informateur resta silencieux pendant un moment. Pouvait-il se permettre de révéler ce genre d'information à la quarienne?

Il consulta rapidement le dossier de Namida, ce qui lui permis de dissiper certains doutes. La créatrice travaillait sur des projets qui entre de mauvaises mains pourraient causer beaucoup de dégâts. Si elle avait été avec ces terroristes, ces derniers auraient sans doute disposé de la technologie de la quarienne. Informateur appuya sur quelques touches, l'enregistrement s'arrêta aussitôt.


-Je ne peux vous révéler tout les détails. De plus, pour des raisons de sécurités contre le piratage, il n'y aura pas d'enregistrement. Nous agirons également comme si rien n'avait été dit. Sachez que le GIP continue de traquer les responsables et que nous ferons le nécessaires pour les arrêter et les traîner devant les tribunaux. Nous explorons également de nombreuses pistes prometteuses.

Puis, Informateur réactiva l'enregistrement et parla comme si rien n'avait été dit.

-Désolée, créatrice. Je ne peux vous révéler ce genre d'informations. Nous devons prendre en compte la possibilité que ces terroristes puissent tenter de vous faire chanter, de vous menacer ou autres, afin d'obtenir ces informations. La sécurité des témoins et de l'enquête sont importantes.

Le geth se tut quelques instants.

-Autrement, créatrice, je tiens également à m'excuser. Je ne doute guère que mes propos sur votre supérieur et vos performances ont dû vous offusquer. Les quelques minutes passé avec votre supérieur démontre clairement qu'il a une grande estime pour vous et vos travaux. Il a d'ailleurs évoqué une bourse de recherche qu'il a réussi à obtenir pour vous. Sans oublier une histoire de brevet. Il n'est pas entré dans les détails et je n'ai pas essayé d'approfondir. Probablement une invention ou une découverte que vous préférez garder secrète, pour le moment. À moins que se soit la décision du GIP... peu importe.

Informateur garda le silence un court instant.

-La raison pour laquelle je vous ai menti était calculée, si on peut dire les choses ainsi. Êtes-vous familières avec ce que certains appellent: rappelle forcé de souvenir? Pour simplifier, il s'agit de diverses méthodes destinés à amener une personne à se remémorer des souvenirs particuliers. La plupart du temps, l'individu se retrouve à revoir son souvenir, parfois en remarquant des détails qu'il n'avait pas vu la première fois. Il existe plusieurs méthodes: physique, reconstitution, mentale, cognitive, électrique, chimique, émotive et hypnose. Les méthodes physiques consistants à ramener des souvenirs par la douleur et la reconstitution en répétant avec plus ou moins de précision le moment lié au souvenir. Je considère ces méthodes comme barbares, de la torture même. Je refuse de faire une telle chose. De nombreuses autres méthodes ne sont guère réjouissantes. Électrocution ciblée, utilisation de drogue, manipulation de l'esprit. Je trouve cela sadique et immoral. Restait donc trois possibilités: mentale, cognitive et émotive. Je doute que la méditation vous intéresse, alors pas de méthode mentale. La cognitive est lié au sens. L'émotive était donc la solution la plus prometteuse. Susciter une émotion forte, afin de faire ressurgir des souvenirs. Dans le cas présent, colère ou contrariété. Je n'ai aucun plaisir à agir ainsi. Cependant, c'est nécessaire si nous voulons que le GIP puisse mettre fin aux activités de ces terroristes et éviter que d'autres innocents meurt.

Informateur laissa quelques instants à Namida pour assimiler toutes ces informations.

-Dîtes moi, avez-vous remarquez un comportement étrange chez un quarien ou une quarienne? Qu'ils agissent d'avant, pendant ou après l'attaque?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : GIP
Rang : Chercheuse
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2926-memo-d-ingenieur-namida
http://www.masseffect-reborn.fr/t2926-memo-d-ingenieur-namida


Messages : 128
Crédits : Moi-même

MessageSujet: Re: Interrogatoire   Dim 25 Oct 2015, 19:16
Il soufflait le chaud et le froid, ce qui était en soi très perturbant. Namida s’humecta les lèvres, son impassibilité affichée ne se fissura pas. Elle continua à afficher cet air distant et neutre. Elle se contentait de répondre aux questions, de réfléchir à ses réponses. Plus vite elle terminerait cet interrogatoire, mieux cela serait. Elle ne savait pas si le geth avait répondu hors enregistrement de manière calculée ou désintéressée. Mettre en confiance l’autre après l’avoir bousculé, ça semblait une stratégie sensée. Elle avait rencontré un humain porté sur la psychologie, Edgar Roth Vaärminen. Il aurait sans doute eu un avis plus éclairé sur la question. L’émotionnel était vraiment une chose dont elle tirait peu d’informations. Cette petite pensée pour l’étrange être qu’était cet humain lui permit une échappée agréable durant quelques secondes. Elle se revoyait dans son laboratoire. Un lieu serein, sans parasite.

« Je suis spécialisée dans la microtechnique et les sciences physiques. La psychanalyse ne fait pas partie de mes attributions. Je vous remercie de m’éviter la torture. »

Ironie quand tu nous tiens. Ce geth lui semblait aussi maladroit qu’elle dans l’expression de faits positifs. Enumérer toute sorte de chose barbare était quelque chose de très rassurant. Imagination. Y pensait suffisait à s’imaginer en proie à des douleurs vives. Elle n’avait pas besoin de cela pour avoir des cauchemars toutes les nuits. Manipuler les émotions pour parvenir à un résultat ne semblait pas beaucoup plus clément. Elle soupira brièvement. Allez, c’est reparti. Il lui suffisait d’un clignement d’yeux pour se retrouver plongée dans un cauchemar vivant.

« Il y avait un leader parmi eux et c’est lui qui s’exprimait au nom de son petit groupe de terroristes. Ils ont tout de suite pris le contrôle par les armes et placé leurs explosifs. Le leader avait tué ce serveur geth et s’agitait pour demander notre calme. Il a garanti qu’à nous, ami quarien, ne serait fait aucun mal. Ils ont regroupé tous les geth, des animaux prêts à être mené à l’abattoir. Le motif énoncé était la trahison qui se renouvèlerait forcément.

J’ai noté qu’il tremblait, des mains. Soit il était trop nerveux, soit drogué. J’ai vu certaines réactions physiques dues à des prises de substances dans le cadre d’études sur le sable rouge. Les mains expriment toujours beaucoup de choses. »
Les siennes étaient posées bien à plat sur ses cuisses. Un contact rassurant. Solide, elle voulait l’être.

« Comme je vous le disais, je ne suis pas spécialisée en psychologie... mais ce quarien semblait tout à fait dérangé. Il répétait en boucle de rester tranquille. Comme une rengaine plus rassurante pour lui que pour nous. Ce qui corrobore l’hypothèse d’amateur.

Par la suite, la situation a totalement dégénéré. Je ne pourrais vous décrire aucun comportement de combat. Je suppose que vous avez tout cela sur la vidéosurveillance… »


Comment pouvait-on formuler la douleur ? Être perdu était quelque chose de terrifiant. L’exil avait profondément marqué sa race. Être mal vu par les autres, être jugé comme des marginaux de l’espace. Être les créateurs des Geth qui représentent pour beaucoup une menace, liée aux Moissonneurs. Une confiance est-elle possible ? Entre méfiance et attachement, les relations seront toujours ambivalentes. Était-ce une fatalité ainsi enseignée par leurs ancêtres. Elle ne voyait pas en quoi elle pouvait aider cet opérateur à comprendre les motivations, craintes et évolution d’une paix aussi complexe. Ces terroristent avaient voulu faire passer leur message. Un message de violence et de méfiance. Un message qui était passé. Chacun était à même de tirer ses conclusions, mais la moindre distension pouvait mettre le feu aux poudrières. Partir loin de Rannoch et Haratar lui ferait du bien.

« Je ne pense pas pouvoir vous aider plus, Opérateur. »





- Fiche - Journal de bord - Terminal extranet -
Récompenses:
 

Namida sans scaphandre:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3251-informateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3299-journal-d-informateur


De la Magie dans l'air
Messages : 668

MessageSujet: Re: Interrogatoire   Jeu 29 Oct 2015, 13:53
Informateur attendit patiemment que la créatrice Namida se décide à réagir à ses propos. Le geth espérait que la jeune femme possédait des informations utiles pour l'enquête du GIP. Également, il espérait ne pas avoir fait peur à cette quarienne. L'Opérateur faisait ce qu'il pouvait pour tenter de bien comprendre les organiques. Cependant, ce n'était pas toujours facile à faire. Il savait qu'à force d'observation et de travail, il y parviendrait. Toutefois, difficile de savoir quand il aurait totalement réussi. Informateur n'avait plus de difficulté avec son équipe. Il fallait cependant prendre en compte que le fait de risquer sa vie accélérait rapidement une relation entre des individus dépendant chacun des autres pour survivre. Finalement, la créatrice Namida se décida à prendre la parole. Elle commença par affirmer être spécialisée en microtechnique et en sciences physiques, pas en psychanalyse. Dans un sens, c'était rassurant de savoir que certains organiques pouvaient également être peu doué pour être en relation avec les leurs.

Puis, la quarienne commença à parler de ce qu'elle avait pu observer pendant l'attaque. Le plus intéressant concernait le chef de la formation. Il donnait des ordres aux autres et aux quariens du GIP leur promettant qu'ils ne seraient pas blesser. De plus, il accusait les geth de trahison. Clairement un individu extrémiste opposé à l'entente entre les geths et les quariens. Toutefois, le fait que des explosifs avaient été utilisé pendant l'attaque démontrait une contradiction dans les propos du chef. Après tout, les explosifs auraient causé énormément de dégâts et beaucoup de gens seraient morts s'ils avaient explosé, aussi bien geths que quariens. Le discours du chef ressemblait plutôt à une tromperie pour calmer les esprits.

Ajoutons à cela que selon les observations de Namida, cet homme devait être sous l'effet de drogue puissante. Informateur s'interrogea sur ce point. Est-ce que ce terroriste c'était drogué pour se donner du courage? Pour passer outre ses remords? Se sentir plus fort? Ou une autre raison encore obscur? Il continua de réfléchir pendant un moment, jusqu'à ce que la créatrice s'adresse de nouveau à lui, l'informant qu'elle ne pensait pas être en mesure de l'aider davantage. Le geth acquiesa. Namida avait déjà pu lui révéler beaucoup d'éléments qui intéresseraient fortement les hauts gradés du GIP et le gouvernement de Rannoch.


-Fin de l'interrogatoire de la créatrice Namida'Silke Nar Karasuh.

Le geth arrêta l'enregistrement. Il appuya ensuite sur un bouton, prévenant Tricky à l'extérieur de la salle.

-Merci pour votre coopération, créatrice. Vous pouvez remettre votre masque. Tricky, celui qui vous a guidé jusqu'ici va se charger de vous conduire jusqu'à votre chambre. Vous devrez resté sur la station jusqu'à la fin des interrogatoires de toutes les personnes convoqués. Vous devriez pouvoir repartir dans moins de quatre heures. Il y a des vivres dans votre chambre désignée. Certains collègues quariens l'ont qualifiés d’excellente. Également, si vous souhaitez voir un médecin pendant ce délais, vous n'aurez qu'à le signaler à Tricky. Il se chargera de prévenir l'infirmerie. Merci de votre temps et bonne journée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : GIP
Rang : Chercheuse
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2926-memo-d-ingenieur-namida
http://www.masseffect-reborn.fr/t2926-memo-d-ingenieur-namida


Messages : 128
Crédits : Moi-même

MessageSujet: Re: Interrogatoire   Mer 11 Nov 2015, 15:25
Le soulagement qui s’exprima un bref instant sur son visage n’était pas feint. Enfin ! Avec une presque déférence, elle saisit son masque de ses mains et le relogea dans son casque. Clic ! Le petit ronflement de la micro pressurisation lui apporta un soulagement plus grand encore. Elle était bien mieux ainsi. Elle se releva et prit congé avec un petit signe de tête. « Au revoir, tous mes vœux de réussite pour votre enquête, Opérateur. » Elle suivit Tricky à l’extérieur. Le sentiment d’oppression qu’elle ressentait acheva de s’évanouir. Elle observa l’étrange drone, qui n’en était pas un. La curiosité scientifique refit surface, elle nota rapidement foule de détails qu’un profane aurait ignorés. C’était un choix intéressant que d’utiliser ce genre de forme. Elle aimait beaucoup bricoler sur des drones et ce lien l’amena à penser à ses travaux. Elle travaillait sur un projet de drone, IV assistant. L’ennui c’est que ce genre de truc est onéreux d’entretien et qu’elle était une pauvre petite chercheuse.

Les quatre heures d’attente dans cette petite chambre lui semblèrent moins pesantes. Elle n’avait jamais eu peur des examens, mais elle s’imaginait qu’elle avait pu éprouver un sentiment qui s’assimilait au trac en attendant de passer devant cet opérateur. Usuellement, elle s’entendait mieux avec les Geth que ses semblables. Ils étaient plus simples à comprendre. Cet opérateur lui avait cependant fait froid dans le dos. Elle s’était un instant demandée si, à cause de son piratage, le CFSI la soupçonne de quelque chose. C’était un peu irrationnel comme crainte, mais se faire interroger lui avait donné l’impression dérangeante qu’on cherchait sa culpabilité plus que son aide. Elle observait le plafond neutre et aseptisé. Elle goûta à la nourriture. Un repas gratuit est un repas gratuit. Elle aimait mettre de côté tout l’argent qu’elle pouvait. Le matériel technique pour ses petits projets coûtait en général très cher !

Elle n’éprouvait pas l’envie de voir un médecin. Physiquement, sa blessure avait été réparée, psychologiquement… consulté ne lui avait pas donné l’impression d’avancer. Ce stupide psychanalyste s’était mis en tête de l’aider à se sociabiliser, car elle faisait preuve d’un comportement marginal lié à son hypersensibilité et facilités cérébrales. Elle n’avait vraiment pas besoin qu’un théoricien mette du bazar dans sa tête. Il y en avait déjà assez. Elle se mit donc à flâner sur son omnitech en attendant que ces quatre longues heures s’écoulent.

Quelle perte de temps.

Heureusement qu’elle pouvait s’occuper sur l’extranet. Sans cela, elle aurait trop eu à réfléchir, le vide, l’absence d’activité avait quelque chose d’angoissant. Un vide affreux qui l’avait réellement fait souffrir à l’hôpital. Cet immense gouffre angoissant qui l’aspirait. Elle était seule dans ce vide sidéral. Il lui fallait absolument faire quelque chose. Les pages défilaient devant ses yeux. Dire qu’elle pouvait être au laboratoire, travailler sur son projet. Finaliser sa programmation et éventuellement revoir une des puces motrices pour donner plus d’ampleur… elle se dirigea sur d’autres sites. Articles de sciences, un peu de lecture sur la biotique lui ferait du bien. Se changer les idées à ce sujet était une bonne idée.

Elle passa ainsi le reste de son attente. Une fois libérée de ce calvaire, elle fila dans la zone du GIP pour faire quelque chose de concret, histoire de se remonter le moral. Elle avait été très éprouvée par cet interrogatoire.

Une expérience qui l’aura marquée, dans la continuité du drame vécu. Elle salua à peine un colaborateur Geth, croisé dans les couloirs, de mauvaise humeur. La peur est un ennemi pernicieux qui vous ronge de l’intérieur.



- Fiche - Journal de bord - Terminal extranet -
Récompenses:
 

Namida sans scaphandre:
 

Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Interrogatoire   
Revenir en haut Aller en bas
 

Interrogatoire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: Systèmes Terminus :: Voile de Persée :: Rannoch-