AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 Tu frappes comme un Galarien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Personnage RP
Faction : Indépendantiste/Neutre
Rang : Insolent
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffectsaga.com
http://www.masseffect-reborn.fr/t3020-vindex-treyn-ravalement-de-facade-en-cours


Esprit de Lukesh
Messages : 157
Crédits : Davinarfel

MessageSujet: Tu frappes comme un Galarien   Dim 01 Nov 2015, 04:55
Intervention MJ : N/ADate : 11 Septembre 2200 RP Tout public
Vindex Treyn
Tu frappes comme un Galarien


La lame frappa d'estoc, menaçant le thorax de Vindex qui para le coup non sans mal, ses muscles le brûlait. Un orbe biotique jaillit dans sa direction, il l'évita d'une roulade, chaque mouvement était de plus en plus douloureux. Son ennemi implacable frappa à la verticale, il plaça son omni-lame au dessus de sa tête. L'attaque était une nouvelle fois des plus violente. Sa vision se brouillait tandis qu'il luttait pour ne pas se faire écraser. Il poussa un cri, en relevant son bras armé. L'épée de son assaillant glissa sur la sienne, en retombant elle traversa son épaulière, ainsi que sa chair, il serra les dents et donna un violent coup de genoux dans l'abdomen de celui qui lui faisait face, avant de donner un violent coup de sa lame moléculaire de haut en bas sur le torse de son adversaire.

Le Franc-Tireur ruisselait de sueur, il ne savait pas depuis combien de temps il se battait et il n'en avait cure, seul éliminer sa cible comptait. Les deux silhouettes se tournaient autour tout en maintenant une certaine distance entre eux, comme pour juger leur force.
La danse reprit subitement son cours quand la forme fonça vers Treyn avec la ferme intention de le mettre hors d'état de nuire.
Il courait à une vitesse impressionnante, son jeu de pied était parfait. Vindex se mit en position pour intercepter le coup. Hélas pour lui la feinte fut parfaite, il ne s'attendait pas à voir cet orbe biotique. Pris en tenaille, il n'avait que peu de choix, éviter l'attaque psychique au risque de se faire taillader ou parer l'attaque et voler avant de se faire achever.

Il opta pour la deuxième option, la boule vint le frapper sur le flanc, l'envoyant voler dans les airs. Il atterrit quelques mètres plus loin sur ses mains et pieds, il prit appui sur ses avants-pieds et bondit vers l'avant. Son adversaire courait toujours vers lui prêt à lui asséner le coup final. L'ancien mercenaire fut plus rapide, emporté par son élan, il saisit son ennemi par la taille et le plaqua contre le sol, tête la première puis il s'agenouilla au dessus de lui. Son opposant était sonné, il profita de cette ouverture pour lui planter son omni-lame dans le crâne. Le combattant cessa de bouger.

Le décor disparaissait petit à petit tandis que les dizaines d'hologrammes qu'il avait combattu se désagrégeaient. Le chronomètre au dessus de la porte principale indiquait qu'il se battait depuis plus de 4h. Il s'assit sur ses talons, les bras ballants. Sa respiration était bruyante en plus d'être saccadée. Il avait mal partout. Son équipement lui collait à la peau tant il avait transpirait. Le moindre de ses mouvements étaient une torture comme si ses anciennes cicatrices et brûlures se réveillaient.
Il voulut se lever en prenant appui sur ses poings mais ses jambes se dérobèrent sous lui. Il roula sur le dos, regardant le plafond. Il avait faim et soif mais il était totalement incapable d'esquiver le moindre geste. Il pensa à ramper mais il avait trop de dignité pour ça.
Le sol était un peu dur mais pas inconfortable.

Il se remémora la semaine passée, l'attentat sur Palaven, le plaisir qu'il avait retiré des combats, et puis ce Turien Biotique, cet être qui transpirait la haine. Il serra les poings pour réprimer un frisson. Il aurait tellement aimé lui coller son poing dans la gueule. Mais pour le moment, le Franc-Tireur savait qu'il n'avait pas le niveau, alors il s’entraînait depuis cet événement. Trop souvent il s'était retrouvé au contact contre des adversaires bien plus fort que lui et souvent il se faisait rétamé. Il voulait que cela change, alors chaque jour il s’exerçait durement à la tâche.

« Quel abruti », maugréa t-il contre lui même.

Son esprit se vida lentement pour laisser place au vide et au calme. Ses paupières étaient lourdes, elles se fermèrent lentement jusqu'à se clore. Le plongeant ainsi dans un long et lourd sommeil.


Treyn Theme:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Indépendantiste/Neutre
Rang : Insolent
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffectsaga.com
http://www.masseffect-reborn.fr/t3020-vindex-treyn-ravalement-de-facade-en-cours


Esprit de Lukesh
Messages : 157
Crédits : Davinarfel

MessageSujet: Re: Tu frappes comme un Galarien   Sam 07 Nov 2015, 04:20
Vindex émergea doucement de son profond sommeil, il posa une main devant ses yeux pour se protéger de la lumière artificielle. Ses pupilles s'habituant à la clarté ambiante, il dégagea sa main et se massa sa nuque douloureuse. Ses muscles le faisaient toujours autant souffrir, une sensation de raideur les habitaient. Mais il ne pouvait pas rester indéfiniment par terre à tester le confort du sol.
Il se releva, s'aidant de ses mains.

Intérieurement, il était heureux que personne ne le voit. A sa manière de se lever, il ressemblait plus à un petit vieux qu'à autre chose.La scène devait sûrement être hilarante. Mais avoir la tête dans le pâté, la gorge sèche, le ventre vide et sentir le chacal ne donnait pas vraiment envie de rigoler. Il tituba et faillit tomber à la renverse quand il fut sur ses pieds mais réussit à se stabiliser. L'ex-mercenaire resta ainsi pendant quelques secondes ; le temps de retrouver ses repères.

Il sortit ensuite de la salle d'entraînement, et se retrouva dans l'un des couloirs de Treyn Industries. Celui-ci était désert. L'horloge indiquait deux heures du matin. Évidemment à cette heure là, la plupart des gens avaient terminé le travail. Il se dirigea vers la zone de restauration pour assouvir sa faim et s'hydrater. Vindex se fit réchauffer un plat préparé, le temps que ce dernier chauffe il engloutit le tiers d'une bouteille d'eau puis s'attaqua à son repas qu'il assimila rapidement. Treyn partit ensuite directement se laver. Il en avait grandement besoin.

Il entra dans la cabine et activa l'eau. Elle était tiède, c'était agréable. Le Turien aurait pu rester ainsi pendant des heures à laisser l'eau l'apaiser. A apprécier la sensation de l'eau qui coulait le long de ses mandibules avant de tomber en un long filet au sol.
Il laissa ses pensées vagabonder sur son futur qui pour l'instant était flou. Reprendre les armes et combattre avait été une expérience très agréable. C'était un fait indéniable, Vindex aimait l'adrénaline que lui procurait les combats, avoir une cible dans son viseur et l'éliminer. Mais il se voyait mal retourner dans l'armée. Mercenaire non plus, il avait assez donné, compter parmi les baisés n'était pas un bon plan. Il pouvait toujours jouer de ses contacts pour éliminer une personne indésirable. La plupart du temps c'était bien payé et les risques étaient minimes. Mais les tâches répétitives avaient rapidement tendance à le lasser.

Quelque part il enviait sa sœur qui était conforme au moule de la Hiérarchie. Lui en était incapable. Il détestait obéir, recevoir des ordres, faire quelque chose contre sa volonté. Pourtant il devait faire figure d'exemple pour sa fille, il ne lui imposerait pas un chemin à suivre, car chacun devait choisir sa voie. En revanche faire le service militaire n'était pas négociable. Las de son indécision, il termina de se laver et sortit de la douche avant de partir se coucher. Il avait encore du temps pour réfléchir à tout ça.
Le Turien dormait dans son vaisseau qui trônait en haut de l'immeuble de la société. Il aurait tout aussi bien pu profiter de l'ancien logement de fonction de sa mère, mais il n'en faisait rien, préférant la chaleur habituelle du Harfang. Vindex entra donc dans son sanctuaire avant de s'affaler sur son lit et de s'y endormir comme une masse.

Le Franc-Tireur se réveilla alors que le soleil était haut dans le ciel de Palaven. Il se leva péniblement, son corps protestant pour qu'il reste tranquille, les exercices de la veille le tiraillant encore. Il enfila une tunique d'origine Humaine et un pantalon adapté au Turien. Il avait encore quelques heures avant d'aller chercher à son école. Il en profita donc pour faire une longue séance de tirs pour ne pas perdre la main.

Un peu plus de trois heures après son entraînement, il se trouvait devant l'établissement de Danora à bord du Mantis. Il avait cette fois prit soin de démonter la tourelle arrière qui lui avait causé quelques soucis la dernière fois. Mais même sans arme, le véhicule n'en restait pas moins impressionnant, et lui valait souvent des regards circonspects. Elle arriva quelques minutes après, accompagnés de plusieurs Turiens et Turiennes de son âge. Vindex était heureux que sa protégée se remettent du traumatisme qu'elle avait vécu. C'était un vrai bonheur de la voir sourire et rigoler, et entourée d'amis. Elle les salua d'un signe de main puis trottina en direction du 4x4 et se hissa à l'intérieur. Le Turien lui grattouillant affectueusement le dessus du crâne quand elle fut à bord.

« Arrête c'est trop la honte !

-Pauvre petite chose, blessée dans son amour propre », se moqua le Franc-Tireur.

Le véhicule démarra est s'engagea dans la circulation au sol.

« Alors comment s'est passée ta semaine ?

-A va. J'ai eu deux A+ cette semaine...

-Et ?

-Deux heures de TIG, bredouilla t-elle entre ses mandibules.

-Je peux savoir pourquoi ? Sa voix était devenue plus hostile.

-J'ai cogné un garçon qui s'en prenait à Lucina.

-... Attends tu as frappé un garçon, il avait du mal à se retenir de rire. Tu l'as bien amoché ?

-Je l'ai dé-fon-cé », ricana la Turienne.

Vindex éclata de rire, et tenta de se revenir sur sa conduite les larmes aux yeux.

« Tu les a déjà fait tes TIG ?

-Non je dois y retourner ce week-end.

-Bon je viendrai avec toi, j'essaierai d'arranger ça.

-C'est vrai ?

-Oui.... Tu sais Danora, je suis heureux que tu es pris la défense de quelqu'un d'autre. Pouvoir défendre plus faible que soit n'est pas un privilège donné à tout le monde. Je pense même que tante Ravilla te féliciterait.... Enfin je pense. Bref ! Que veux-tu faire ce soir ?

-Un cinéma et un restaurant !

-Je vois que Mademoiselle s'habitue à la belle vie, sourit Vindex. Bon très bien, on passe juste à la maison avant. »


Treyn Theme:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Indépendantiste/Neutre
Rang : Insolent
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffectsaga.com
http://www.masseffect-reborn.fr/t3020-vindex-treyn-ravalement-de-facade-en-cours


Esprit de Lukesh
Messages : 157
Crédits : Davinarfel

MessageSujet: Re: Tu frappes comme un Galarien   Dim 29 Nov 2015, 04:26
La circulation était particulièrement fluide, et il ne leur fallu pas plus d'une vingtaine de minutes pour arriver au manoir. Il y avait toujours les véhicules de chantier œuvrant à la reconstruction de l'ancestrale demeure, mais jour après jour les travaux avançaient minutieusement, la majorité des pièces étant redevenus habitables. Chaque ouvrier travaillant avec une grande attention sur cette résidence recréant chaque détail à la perfection. Le manoir Treyn retrouverait bientôt sa splendeur d'antan.

Ignacio Rauth, le majordome de ses défunts parents avait décidé de venir reprendre son ancienne fonction au sein de la famille Treyn. C'est lui qui veillait au bon déroulement de la vie au sein du castel et s'assurait que tout soit en ordre. Il se trouvait évidemment sur le perron près de la porte d'entrée quand Vindex arriva. Il s'occupa d'emmener Danora à l'intérieur tandis que le Turien alla garer le véhicule avant de les rejoindre.

Vindex alla s'entretenir quelques minutes avec Ignacio afin de s'informer de l'avancement des travaux. Le gardien de la maison lui apprit également que le gouvernement l'avait contactait plusieurs durant les trois derniers jours sans donner le motif de leur appel, hormis le fait que c'était urgent. Le Franc-Tireur ne lâcha qu'un soupir exaspéré en même temps qu'un haussement d'épaules pour signifier ce qu'il pensait de la Hiérarchie. S'il l'appelait ce n'était sûrement pas pour prendre une tasse de thé, le Turien voulait être tranquille après les événements de la semaine passée et surtout ne pas être dérangé... encore moins par la Hiérarchie.

Danora revint quelques minutes plus tard. Elle avait troqué son uniforme de l'école pour une tenue plus fonctionnelle et adapté à la vie de tout les jours, toujours affublée de son écharpe rouge carmin qu'elle ne quittait presque jamais. Elle lui avait été offerte par Vindex quelques semaines après leur première rencontre.

Il informa son ami qu'il sortait ce soir en compagnie de Danora, lui laissant ainsi un peu de temps pour souffler sans avoir une morveuse dans les pieds en plaisantant. Cela provoqua l'ire de la fillette au plus grand bonheur de son protecteur qui ne pût s'empêcher de rire.

Quelques minutes après, ils étaient repartis pour Cipritine. La Turienne interrogeant l'adulte sur plusieurs sujets tel que l'électronique, le piratage etc... Il y a deux semaines elle voulait encore devenir pilote de courses, cette semaine c'était ingénieur. Quelque part cela ne gênait pas Vindex, à une époque ça avait été aussi son rêve. Il ne reproduirait pas l'erreur de ses parents à vouloir choisir l'avenir de leur enfant. Il laissera sa fille choisir sa propre voie.

Le restaurant qu'il avait réservé était plutôt luxueux, il y avait peu de monde tout au plus une vingtaine de personnes attablées. L'endroit était relativement calme, les clients parlant d'une voix posée, au fond de la salle se trouvait un pianiste qui jouait un air doux et reposant, la mélodie était inconnue au Franc-Tireur.

La jeune fille se faisait toute petite visiblement peu à l'aise dans ce genre de milieu. Le Turien sentit son malaise et posa une main rassurante sur son épaule. Un serveur vint les accueillir puis les guida jusqu'à une table, leur laissant les différentes cartes. Avant de revenir, un peu plus tard pour prendre leurs commandes.
Danora se mit à lire sur son omnitech tandis que Vindex laissé son esprit vagabondé. Enfin les premiers plats arrivèrent.

Le repas se déroulait tranquillement, chacun dégustant le contenu de leur assiette jusqu'à l'indésirable.
Un soldat de la Hiérarchie, visiblement un sous officier marcha en direction de leur table, l'air essoufflé.

« Mr Treyn , demanda t-il en reprenant son souffle.

-Lui même en personne, asseyez vous donc et prenez un verre, lâcha le Turien d'un air moqueur habilement camouflé. Que puis je faire pour vous ?

-Merci, lâcha le soldat sans remarquer le ton ironique de son interlocuteur. Vous n'êtes pas facile à trouver, ni à contacter...

- Oui, effectivement je préfère rester en retrait, la vie est souvent plus simple quand on évite de se mêler... Bref je suppose que vous n'êtes pas venu me compter fleurette pour m'occuper durant mon repas. Je dois emmener ma fille au cinéma juste après. Donc allez droit au but, s'il vous plaît, ordonna le Franc-Tireur.

- Vous êtes invités à une remise de décorations !

- Pourquoi je serais invité à un tel événement ? Il y a des personnes bien plus intéressantes que moi à inviter, déclara t-il en buvant une gorgée de vin.

-Non vous ne m'avez pas compris, vous allez être décoré ! »

Vindex recracha immédiatement la gorgée du précieux nectar qu'il avait encore en bouche, manquant de peu de s'étouffer. Attirant au passage les regards parfois interrogateurs, amusés ou courroucés des clients. L'annonce lui avait fait l'effet d'un coup de poing. Lui ? Médaillé ? La fin était vraiment proche. Il regardait toujours le Turien avec un air hébété s'attendant à ce que ce dernier lui avoue que c'était une blague de mauvais goût mais rien. Le monde était devenu fou. Danora fixait son père adoptif avec des yeux admiratifs, la bouche grande ouverte.

« Et puis-je savoir en quel honneur, demanda le Franc-Tireur tentant de retrouver sa superbe.

-Je n'ai pas la réponse à cette question, il lui envoya un paquet via omnitech, en revanche tout vous sera expliqué dans cette lettre. Il se leva et fit un rapide salut militaire. Sur ce je dois vous laisser. Bonne soirée à vous Mademoiselle, Monsieur. »

Le soldat tourna le dos puis partit, laissant un Turien encore sous le choc et une fillette baba. Vindex regarda le contenu du message qui contenait beaucoup de blabla jusqu'à tomber sur ce qu'il cherchait : il était décrit comme le « modèle » du « fidèle » citoyen Turien prenant les armes pour défendre son monde. Rien que ça.
Vindex Treyn ne se voyait pas comme un modèle, s'il y avait bien une chose dont il avait peur c'est que quelqu'un suive son exemple. Il n'avait rien d'exceptionnel. Il n'avait pas de talents particuliers. C'était un Turien comme beaucoup d'autres dans la galaxie.Et certains méritaient sans aucun doute cette récompense cent fois plus que lui. Il avait fait ce qui lui semblait juste sur le moment. Un point c'est tout. Mais la Hiérarchie n'avait pas l'air de cet avis.

« Bon... Danora dépêches toi de finir ou l'on va être en retard ! »


Treyn Theme:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Indépendantiste/Neutre
Rang : Insolent
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffectsaga.com
http://www.masseffect-reborn.fr/t3020-vindex-treyn-ravalement-de-facade-en-cours


Esprit de Lukesh
Messages : 157
Crédits : Davinarfel

MessageSujet: Re: Tu frappes comme un Galarien   Jeu 24 Déc 2015, 02:10
Vindex regardait le film d'un air désintéressé, grignotant de temps à autre une confiserie. Danora était totalement absorbée par le film, imperméable à tout ce qui l'entourait. Le Turien était pensif suite à sa récompense. Ce n'était pas un grand bouleversement comme le décès d'un proche, mais cela le gênait profondément. Il avait simplement fait ce pourquoi chaque Turien avait été formé. Ses actions n'avait rien d'héroïques ou d'incroyables.

Des centaines d'autres Turiens et Turiennes avaient combattu lors de ce triste jour, des personnes qui méritaient sans aucun doute cent fois plus que lui cet honneur. Après tout que faisait il concrètement pour les autres ? Cette question à l'apparence pourtant si innocente le choqua. Il se choqua lui même. Il vivait comme un prince à ne rien foutre. Vivant dans l'opulence sans se soucier de ce qui se passait autour de lui. Il ne faisait plus rien. Cette vision de lui même le dégoûta. Pour la première fois il douta de lui.

Non il ne méritait pas cette médaille. Il se sentirait tellement mal de la recevoir, tellement honteux. Il n'aimait pas les honneurs publiques. Le Franc-Tireur était parfois narcissique, prétentieux, mégalomane, égocentrique avec un égo surdimensionné et une grande gueule, pourtant il détestait être sélectionné comme un modèle ou un exemple à suivre. Il était bien le complet opposé de ceci. Qui plus est accepter cette décoration reviendrait à renoncer à une partie de sa « sacro-sainte liberté » de penser.
Le film se termina sur une scène de combat avec plusieurs explosions.

Il était tard, la jeune Turienne luttait contre le sommeil pour ne pas s'endormir sur le chemin du retour. De retour au manoir, il fut inutile de la prier de filer au lit, le sommeil la trouvant rapidement. L'ancien mercenaire eut quand à lui bien plus de mal à se laisser aller dans les bras de Morphée, soucieux de son avenir.


Vindex frappait de toute ses forces contre un punching-ball, d'après ses dires pour s'entraîner, en réalité c'était plutôt pour évacuer toute sa rancœur contre lui même. Il n'arrivait pas à expugner de son esprit les incertitudes qui le tourmentaient. Il s'était réveillé tôt ce matin, horripilé par le fait de tourner et se retourner dans son lit sans vraiment trouver le repos. Il voulait être seul et ne pas être dérangé. Mais ça ce n'était pas toujours facile...

« Alors comment va le héros de Cipritine aujourd'hui? » Demanda une voix puissante derrière lui.

Treyn cessa de frapper contre le sac, et plaça ses mains dès deux côtés pour l'arrêter dans son mouvement de balance. Il se retourna vers son interlocuteur, les traits mauvais d'être dérangé de la sorte, ses traits s'adoucirent légèrement en reconnaissant son ami Solon Priscus.

« Bien, répondit l'intéressé d'une manière laconique.

-Quelle éloquence, ironisa Solon, c'est toujours un plaisir de te revoir. Alors à ce qu'il paraît tu t'entraînes ? Dire que tu avais horreur du combat à mains nues...

-Cypher parle trop...

-Sans aucun doute, s'exclama le militaire en enlevant sa veste. Bon allez montre moi ce que tu sais faire.

-Non, je n'ai pas envie de me battre avec toi.

-Dans ce cas je vais te forcer. »

Avant même que Vindex n'est pu esquisser un geste, le colossal Turien était déjà sur lui. Il se jeta sur le côté juste à temps pour ne pas se prendre le coup de poing dans la mâchoire. Le punching-ball eut moins de chance.

« Arrête tout de suite, j'ai dis que je ne voulais pas me battre, grogna le civil en se relevant.

-Ça ce n'est pas à toi de décider », lui lança le militaire accompagnant sa phrase par un magnifique crochet du droit dans le ventre de son ami.

Le Franc-Tireur en eut le souffle coupé, des étoiles dans les yeux, il se retint de ne pas tomber par terre, inspirant désespérément de l'air.

« Tu fais peine à voir, se moqua Solon. Tu veux défendre ta fille mais tu n'es même pas capable de te protéger. »

Treyn ne réagissait en général pas aux tentatives de provocations puériles mais celle-ci eut raison de lui. La rage et l'énervement l'emportant sur toutes ses autres émotions, le conditionnement mental auquel il était formé s'écroula, il ne voulait plus qu'une chose : effacer le sourire amusé de son compagnon.
Il bondit vers son adversaire et lui décocha un coup de poing sur le visage, à son grand étonnement l'autre se laissa frapper sans réagir.

« Et tu appelles ça cogner, lâcha le militaire hilare en saisissant son ami et l'envoyant voler contre un mur, tu frappes comme un Galarien.

Vindex laissa échapper un grognement en percutant le mur, se relevant aussi vite qu'il le put. Un goût de cuivre vint s'insinuer du bouche, du sang sans aucun doute, mais c'était la dernière de ses préoccupations. Il repartit à l'assaut visant toujours le visage de Solon. Son attaque fut parée, et se prit au passage un nouveau coup dans le flanc, faisant se tordre de douleur l'ancien mercenaire. Dans ce moment de douleur il tenta un coup de genou dans l'entrejambe de sa cible. Ce coup bas toucha cette fois sa cible qui le lâcha en poussant un gémissement.

« Ça c'était lâche !

-La fin justifie les moyens », dit-il en haussant les épaules.

Avant même de laisser au militaire le temps de se reprendre, Treyn s'élança vers lui et d'un mouvement brusque claqua ses deux paumes sur les entrées auditives de son ami avant de terminer par un uppercut. Solon tituba sous les coups mais ne tomba pas, réussissant à mettre un peu de distance entre eux. Mais Vindex ne voulait pas en rester là, il souhaitait mettre le coup final. L'imposant soldat le faucha dans sa course, le faisant chuter au sol avant d'écraser son poing sur le sol à quelques centimètres du visage de Treyn.

« Tu crois vraiment pouvoir me battre », lui cracha Priscus le visage déformé par la colère.

Pendant une seconde la peur se lut dans les yeux de Vindex, de peur que son ami ne lui encastre réellement le crâne dans le plancher. Solon était une montagne de muscle, aussi grand que large d'épaules au point que les armuriers de la Hiérarchie devait lui faire une amure sur mesure. Il avait déjà vu plusieurs fois son ami finir des moissonneurs à la main,une chose était sûr il n'avait pas envie de finir comme eux.

« Désolé, je me suis laissé emporté par le jeu, s'excusa son camarade en se relevant et en tendant la main.

-Bah, ce n'est rien, soupira le Franc-Tireur en saisissant la main pour s'aider à se remettre debout.

-Pas trop mal.

-Non, ça va j'ai connu pire.

-Je parlais de ta performance.

-Oh...

-Mais ce n'est pas assez structuré, trop aléatoire, il n'y a vraiment aucun style dans ta manière de te battre. Si tu veux deux trois conseils n'hésite pas.

-Quel honneur vous me faites, j'en suis comblé.

-C'est ça fous toi de ma gueule.

-Un jour peut-être, mais pas aujourd'hui, une leçon me suffit. Bref que deviens-tu ?

-J'ai passé la plupart des épreuves pour rejoindre la Garde Noire, nous étions une trentaine, maintenant nous ne sommes plus que onze. Ils nous ont accordé un week-end de repos avant l'épreuve finale... J'ai appris les événements de la semaine dernière hier soir. Tu sais qu'il y a tout un article sur toi dans les journaux à propos de ton comportement exemplaire.

-C'est très surfait.

-Et toi quoi de neuf depuis tout ce temps ?

-Rien de rien, dit Vindex en se prenant la tête entre les mains, d'ordinaire il préférait ne pas dire ce qu'il ressentait ou l'accabler à d'autres personnes mais Solon c'était différent. Ils avaient combattu tout les deux lors de la Grande Guerre, pataugeant dans la boue et sous les tirs ennemis frôlant plus d'une fois la mort, et ils avaient survécu à cet enfer, seul les Esprits savaient comment. J'ai l'impression d'être inutile, d'être un parasite. Je ne fais rien de mes journées. Je me sens faible. Plus rien ne m'attire vraiment. Je n'arrive pas à me sortir ces idées de la tête et ça me rend dingue.

-Je ne pensais pas que cela allait si mal.

-Parfois je m'occupe de Danora, ça fait passer un peu le temps.

-Et toujours pas envie de reprendre Treyn Industries ?

-Tout le monde me pose la même question. J'ai réfléchis des milliers de fois la chose pendant des mois, j'ai étudié la question sous tout les angles. Je n'ai jamais trouvé de raison à pourquoi je devrais reprendre cette affaire.

-Et bien il faut continuer. Et il faut trouver la bonne, conclut Solon en posant une main sur son épaule. Ce fut un plaisir de te revoir, mais je dois aller retrouver ma famille. Prends soin de toi mon frère.

-Toi aussi, tâche de ne pas mourir ! »

Le militaire s'en alla prenant sa veste au passage et laissa Vindex seul perdu dans ses pensées.

« Vindex, l'interpella une voix féminine qu'il aurait pu reconnaître entre mille.

-Leen ? Que puis je faire pour vous ? »

Leen Noras, la secrétaire générale de l'entreprise. L'une des têtes pensantes de l'entreprise. Elle connaissait le Turien depuis sa tendre enfance et s'était à plusieurs reprises occupé de lui.

« Je suis désolé de vous déranger mais comptez vous reprendre l'entreprise ? Comptez vous mener ce projet que vos parents ont commencé ?

-Vous écoutiez la conversation. Cela n'était pas vraiment une question.

-J'ai entendu quelques brides oui.

-Et qu'en avez vous retenu ?

-Que vous êtes dans une impasse, incapable de trouver la bonne issue pour faire le juste choix.

-Tout le monde me dit que je n'ai pas encore trouvé, mais j'aimerai bien savoir ce que je n'ai pas encore essayé...

-Vos parents disaient que vous étiez le seul à disposer des moyens et des connaissances nécessaires pour mener à bien leur œuvre qu'est Treyn Industries.

-Ils disaient ça ?

-Mhhhmhh, êtes vous ce Turien là ? L'êtes vous ? Parce que si vous l'êtes, à vous de trouver le bon chemin et de percer cette énigme.

-Je ne sais pas d’où vous tenez ces informations, dit Vindex en secouant la tête, mais ce n'était pas mes plus grands fans.

-Quels souvenirs avez vous de vos parents ?

- Des personnes dures, calculatrices. Ils ne m'ont jamais dit qu'ils m'aimaient ou qu'ils étaient content de moi. Alors j'ai un peu de mal à croire qu'ils aient fait comme si tout l'avenir de l'entreprise ne dépendait que de moi et qu'ils me passent le flambeau. J'ai du mal à avaler ça... de la part de personnes qui ont sabré une bouteille quand j'ai quitté la maison.

-Vous faites erreur !

-Bah... Dans ce cas là vous connaissez mes parents mieux que moi.

-Figurez vous que oui. J'ai été bien plus qu'une secrétaire ici et vos parents avaient de grands projets pour vous. J'en sais bien plus sur vous que nous n'en savez sur vous même. »

Cette dernière phrase avait attiré la curiosité de Vindex mais avant qu'il n'ait pu dire quoi que ce soit, elle lui tendit une clé magnétique.

« J'ai un rendez vous, je dois vous laisser.

-Attendez, attendez c'est quoi ça ?

-Vous le savez très bien !

-J'en ai aucune idée.

-Vous êtes sur le coup.

-Nan mais je ne sais même pas de quel coup on parle. »

Elle lui adressa un hochement de tête avant de filer, le laissant à nouveau seul. Il afficha une moue dubitative en regardant la carte, elle était vierge d'un côté de l'autre était gravé « Bureau de Delsey/Coffre64 ». Vindex soupira, de toute façon qu'avait il vraiment à perdre au point ou il en était autant allé voir.


Treyn Theme:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Indépendantiste/Neutre
Rang : Insolent
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffectsaga.com
http://www.masseffect-reborn.fr/t3020-vindex-treyn-ravalement-de-facade-en-cours


Esprit de Lukesh
Messages : 157
Crédits : Davinarfel

MessageSujet: Re: Tu frappes comme un Galarien   Sam 02 Jan 2016, 20:37
Vindex utilisa l'ascenseur pour atteindre le sommet de la tour Treyn. Celui-ci était entièrement vitré et permettait d'admirer Cipritine au fur et à mesure qu'il montait. Le Turien regardait d'un œil absent la ville, avec ses longues spires qui grimpaient, la foule qui déambulaient dans les artères en ce week-end ensoleillé, son trafic ininterrompu.
Malgré les attentats de la semaine passée, la vie avait reprit son cours. Le peuple avait bandé ses plaies, pleuré leur morts et s'attelaient à la reconstruction des bâtiments qui avaient soufferts lors de l'explosion de la bombe.
L'ascenseur émit un petit bruit et une voix synthétique signala qu'il avait atteint l'étage souhaité. Les portes s'ouvrirent sans un bruit laissant l'occupant en sortir. Ce dernier marcha quelques mètres le long d'un couloir avant de pousser une porte massive, recouverte des maximes de l'entreprise, toutes gravées dans le bois.

Il traversa le bureau de la secrétaire pour se présenter devant un nouvelle porte ou il s'arrêta quelques secondes. Une étrange sensation s'empara de lui comme si quelque chose allait bouleverser sa paisible existence s'il faisait un pas de plus. Pesant le pour et le contre sans réussir à trouver un solution, il fit glisser sa carte dans le lecteur. Le voyant rouge clignota avant de passer sur un vert pâle. Il poussa la porte et entra.

Une odeur de neuf lui assaillit les narines personne n'était rentré ici depuis près de 13 ans. Lui même n'y avait jamais remit les pieds après la reconstruction des locaux. Ce lieu lui évoquait plus un mausolée, la tombe de sa mère. Tout était exactement comme dans ses souvenirs, chaque objet qui n'avait pas été détruit durant la guerre avait regagné sa place, bien sûr il en manquait beaucoup et certaines avaient été perdus à jamais emporté par la folie destructrice des Moissonneurs. Il ne connaissait qu'une seule personne capable de reproduire cette pièce à l'identique : Leen Noran. Il n'y avait que elle pour se préoccuper de ce genre de détails. Pourquoi l'avait elle fait ? Pour quelles raisons ? Lui même n'en savait rien, cette Turienne était troublante.

Le lieux était plutôt spacieux et respirait le luxe, du bureau à la bibliothèque tout en passant par le salon tout était massif et imposant, pourtant cela formait une certaine harmonie qui était envoûtante à contempler. Un subtil mélange de traditionnel et de modernité à la fois rude et élégant.
Au milieu de la pièce trônait un coffre métallique qui tranchait avec le reste de la pièce. Il était abîmé et enfonçait à plusieurs endroits parfois même brûlé, il vit que certains avait tenté de le forcer à l'aide de pièce de biches et autres système. La caisse avait résisté à chaque assaut, attendant patiemment que la bonne personne l'ouvre.

Vindex approcha la carte d'une manière hésitante avant de l'enfoncer dans l'encoche. Le système du bahut s'activa bruyamment et un volet s'ouvrit, faisant apparaître un lecteur d'empreinte, il posa doucement son index dessus, étonné que ce genre de gadget fonctionne encore. Il sentit une petite piqûre désagréable au bout de son doigt.
Treyn retira vivement son doigt, et regarda le petit écran qui déchiffrait son sang. Pour terminer il dut faire un scan rétinien.

La porte du coffre fort s'ouvrit alors dans un sifflement de vérins hydrauliques et de crissements métalliques. Le Turien tira sur la poignée pour en voir le contenu : des datapads, des cahiers, de la paperasse. Il feuilleta plusieurs documents, la majorité composaient de calculs, de plans et de croquis d'armes, de projets à réaliser ou d'objectifs. Il tomba sur le journal personnel de sa mère, tiraillé entre le désir de savoir son contenu ou de n'en rien faire. Il réprima son envie intérieure et reposa l'ouvrage dans le coffre. Il tapa contre quelque chose. Curieux, il attrapa l'objet. C'était une petite boite avec son prénom écrit dessus. Il l'ouvrit et y trouva un projecteur holographique. Vindex examina l'objet avec une certaine moue. Il le posa au sol et l'alluma.

Les premières projections étaient celle de la présentation de l'entreprise, et d'autres chosent sans grands intérêts. Il continua de regarder le reste du contenu d'un air absent, jetant à la poubelle ce qui ne l'intéressait pas, écoutant d'une oreille distraite la voix de l'appareil qui parlait sans discontinuer, parfois coupé un silence avant de reprendre de plus belle.

Las, il se leva pour regarder par la fenêtre, se demandant s'il avait manqué un épisode de sa propre vie.

« Vindex! »

A peine avait il entendu son nom, qu'il tourna la tête pour voir qui l'avait appelé avant de se rendre compte que cela venait de l'hologramme. L'image était d'une netteté irréprochable, retranscrivant même les couleurs.

« J'aurais aimé pouvoir te dire ces mots avant que ces monstres n'arrivent, mais tu es trop jeune pour comprendre ou pour avoir envie de m'écouter alors je vais te parler par cet appareil. J'ai participé à la construction de cette entreprise pour toi, et un jour tu comprendras que ça représente bien plus que quelques nouveautés. Ceci est l’œuvre de toute une vie, ainsi que la clé de ton avenir. Ce n'est pas à moi de dire ce que tu dois en faire, un jour tu trouveras les réponses à tes interrogations. Mais sache que ce jour là, tu changeras à jamais. »

Sa mère s'interrompit en se passant une main sur la tête avant de reprendre d'une voix hésitante.

« Nous t'avons caché beaucoup de choses. Si tu veux tout savoir à propos de ton enfance,tout est consigné dans mon journal, si Leen est toujours vivante, elle pourra tout te raconter. Pardonne moi de ne pas avoir pu te le dire de vive voix... Je m'en veux tellement, murmura t-elle dans un sanglot étouffé. Tu resteras à jamais la plus belle chose qui nous est arrivé. Adieu mon fils. »

La projection s'effaça, laissant un Turien perplexe sur ce qu'il avait entendu. Défigurant toujours l'endroit ou s'était tenu l'hologramme. Ses pensées se bousculaient, le monde dans lequel il avait vécu s'effondrer petit à petit, tout ce en quoi il avait cru partait en fumée. Il baignait dans une vérité qui lui avait été masqué et arraché sans qu'il ne le sache et beaucoup d'autres choses attendaient dans l'ombre, l'attendaient lui. Il avait encore plus de questions à résoudre qu'au debout, pourtant tout ceci lui avait apporté bien des réponses.


Treyn Theme:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Indépendantiste/Neutre
Rang : Insolent
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffectsaga.com
http://www.masseffect-reborn.fr/t3020-vindex-treyn-ravalement-de-facade-en-cours


Esprit de Lukesh
Messages : 157
Crédits : Davinarfel

MessageSujet: Re: Tu frappes comme un Galarien   Ven 15 Jan 2016, 02:04
Ils étaient plusieurs dizaines dans la salle des politiciens, des soldats, des civils, quelques journalistes, il y avait même sa sœur et sa fille échangeant quelques paroles, apprenant sans aucun doute à se connaître un peu plus. A côté de lui se tenait deux militaires Turiens en tenue d'apparat, attendant eux aussi de recevoir leurs honneurs. Lui était vêtu d'un costume noir et vierge de toutes fioritures.

Vindex les examinait d'un d’œil distrait. Ils étaient tout les deux droits, fiers, le torse bombé. L'un des deux avait énormément de balafres sur le visage, pour reprendre une expression humaine qu'il avait entendu lors de son année de mercenariat : on pouvait dire qu'il était beau comme un Mako. Un vétéran, sans aucun doute. Oui un vétéran son visage parlait pour lui.

Le second avait un visage plus juvénile, peut-être même plus jeune que lui. Bien qu'il était conditionné par l'armée, se retrouvait du côté des médaillés le rendait toute chose.

Treyn ne savait pas vraiment ce qu'il foutait là, au milieu de toutes ces personnes, il ne sentait pas vraiment à sa place. Son masque grave et sérieux cachait un visage légèrement ennuyé. Il n'en laissa pourtant rien paraître, retournant des hochements de tête quand un autre Turien ou Turienne lui en adressait un.

« Le Primarque Malgor ! » annonça un garde.

Toute les têtes se tournèrent pour regarder le Hiérarque rentrer. Le politicien portait encore les stigmates de l'attaque terroriste, mais faisait fi de celle-ci, montrant aux peuples que rien ne l'atteignait, que cet assaut lui avait donnait une détermination nouvelle.

Plusieurs personnes l'abordèrent, parfois pour une simple salutation, d'autres pour avoir quelques mots du Primarque etc...
Vindex réussit à s'éclipser discrètement de l'endroit ou il se tenait en compagnie des deux guerriers, se frayant un passage jusqu'à Malgor.

« Primarque », l'interpella t-il, avant de le saluer comme il se devait.

L'intéressé releva la tête vers lui et le fixa quelques secondes, se demandant sûrement s'il avait déjà croisé dans un quelconque endroit.

« Désolé de vous déranger dans ce genre de moment. Je suis Vindex Treyn, puis je vous parler quelques secondes à l'écart ? »

Le nom sembla revenir en mémoire au Primarque qui hocha la tête d'un mouvement positif. Le duo s'éloigna à une bonne distance des invités pour ne pas être entendu.

« Une personne m'a informé hier soir, que j'allais être décoré aujourd'hui. Je n'ai donc pas eu vraiment le temps de prévenir votre bureau, mais je ne souhaite pas recevoir de distinction. Je sais que c'est un peu tard... Mais j'espère que vous comprendrez, rien dans mon parcours ou mes actions ne justifie ceci. Ma loyauté vous revient, mais je ne crois pas que cela mérite une médaille. Je ne suis pas un modèle ou un héros et je ne souhaite pas en devenir un. J'ai simplement fait ce qui me semblait juste sur le moment, comme beaucoup d'autres Turiens lors de ce triste jour. Je tiens donc à m'excuser du désagrément que cela va causer. Merci de m'avoir écouté. Courage et Honneur Primarque ! »

Vindex revint avec le Hiérarque à ses côtés, puis se dirigea vers la foule avant de prendre place à côté de sa sœur.

« Nous allons parler quand tout cela sera terminé ma sœur », lui murmura t-il sur un ton neutre.


Treyn Theme:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Hiérarchie
Rang : Lieutenante
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3068-dossier-de-ravilla-aper


De Sang et d'Acier
Messages : 1383
Crédits : Davinarfel

MessageSujet: Re: Tu frappes comme un Galarien   Dim 14 Fév 2016, 21:29

    Il faisait beau en dehors de la salle. Un temps de fin Septembre, encore doux quoiqu'un peu frais par moment, mais un temps idéal pour une remise de médaille. Aux yeux de Ravilla, tout temps aurait été parfait à vrai dire. Qu'il s'agisse d'un déluge ou d'une canicule, d'une tempête de neige ou d'un tremblement. C'était un moment de gloire pour son frère. Et Esprits savaient qu'elle brûlait de fierté pour lui.
    Les distinctions données par la Hiérarchie étaient rares, notamment pour les civils. C'était peut-être même la première fois depuis des années, encore que la militaire n'en fut-ce pas vraiment sûr. Et c'était sans parler du fait que Vindex n'était pas vraiment un adepte de l'armée et de tout ce qui touchait à l'ordre. Pourtant, il avait réussi à prouver qu'il était prêt à prendre les armes pour défendre les siens et la Hiérarchie. Prêt à risquer de mourir s'il le fallait. Ses actes lors du défilé l'avaient bien prouvé.
    Ravilla caressa la tête de Danora, distraite. Sa nièce était évidemment là. Il aurait été impensable qu'elle rate un tel événement. La petite secouait de temps à autre ses jambes dans le vide, attendant que la suite arrive. Elle commençait à se montrer un peu impatiente, comme son père adoptif. Mais elle savait aussi se montrer sage et calme. Treyn était un bon père, c'était indéniable. Malgré tout, Aper ne pouvait s'empêcher de penser que c'était à elle de veiller sur une partie de son éducation. Ce serait difficile avec ses propres obligations, surtout alors qu'elle partirait dans deux jours pour les camps d'entraînements. Elle rejoindrait les rangs des élites turiennes, point de transition pour devenir Garde Noire, ou se faire remarquer pour les Spectres, à force de travail et d'entraînements. Si cela signifiait une partie de la réalisation de ses rêves, cette montée en grade s'accompagnait aussi de moins de temps à venir.
    Elle parviendrait à influencer assez Danora pour la préparer à ses classes. Il y avait largement le temps, encore au moins 4 ans, mais on ne se préparait jamais assez. Sans compter que la jeune aurait bientôt la lourde charge de faire bonne figure, pour faire honneur à son père.

    Pas un instant la Lieutenante n'aurait imaginé que ses idées de gloire et d'honneur puissent se révéler très différents de son propre jumeau, ou même de sa nièce. Les Aper avaient toujours été une famille de militaires, reconnus pour cela. Une médaille revenait à couronner leur carrière et reconnaître leurs compétences. A ses yeux, rien ne valait mieux que cela.
    Même s'ils s'adoraient et étaient sans doute prêts à sacrifier beaucoup pour l’autre, les jumeaux restaient fondamentalement différents.

    Alors, lorsque Vindex s'éloigna un peu avec le Primarque, le cerveau de la Turienne commença à marcher au ralenti. Elle claqua silencieusement des mandibules, caressant toujours la tête de Danora, toujours aussi distraite. Ses yeux d'or restaient fixés sur les deux, comme si les regarder assez longtemps lui permettrait de savoir ce qui se disait, pourquoi leur dirigeant hocha de la tête, l'air grave avant d'indiquer au turien qu'il pouvait prendre place dans le public.

    Elle ne comprenait toujours pas alors que son frère vint s'asseoir à côté d'elle.

    - Nous allons parler quand tout cela sera terminé ma sœur.

    Il n'eut aucune réponse intelligible. Elle avait la gorge trop nouée pour ça alors que la réponse venait de la heurter comme une navette. Il avait encore voulu faire le brave, refusé jusqu'à l'une des récompenses les plus disputées et enviées de leur société. Que pouvait-elle dire dans de telles circonstances?
    Elle lui rendit sa fille et assista à la cérémonie, n'écoutant que vaguement ce qui se disait et le Primarque se fendre d'un mot de remerciement pour Treyn, malgré tout, et encourager les autres à être prêts à prouver la valeur de Palaven.

    Il lui semblait difficile de réfléchir en fait. La militaire ne savait pas si elle devait se sentir trahie ou juste stupide. C'était ses rêves et ses espoirs qu'elle avait placé en son frère. Son refus était l'équivalent d'un coup de poignard dans le ventre. Mais il n'avait jamais demandé à assumer une telle responsabilité, ni à endosser la fierté de sa sœur pour ce qu'il avait fait, ou la reconnaissance dont on avait voulu l'affubler.
    Bordel. Elle savait pertinemment qu'ils n'avaient pas suivi le même chemin ou reçut la même éducation. Que ce qui était ses valeurs à elle n'étaient pas les siennes à lui.

    Peut-être qu'elle continuait à vouloir revêtir Vindex de l'image d'Hécarion? Non. Non. Non, non non non non non non. Elle avait fait son deuil, savait que Treyn n'était pas Héca.
    Elle ne pouvait pas être aussi stupide.

    ...

    Si?

    On lui secoua doucement l'épaule. Surprise, Ravilla releva la tête pour tomber sur le regard perçant de son frère. A côté d'eux, les derniers occupants de la salle s'en allaient. La cérémonie venait de finir, et elle n'en avait rien retenu.

    - Pardon. J'arrive.

    Ce ne fut qu'une fois qu'ils étaient sortis qu'elle se laissa aller d'un soupir.

    - De quoi voulais-tu me parler?

    Son ton était un peu las mais elle n'avait pas envie de parler de ce qu'il venait de faire. Elle espérait sincèrement qu'il avait un autre projet en tête.







Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Tu frappes comme un Galarien   
Revenir en haut Aller en bas
 

Tu frappes comme un Galarien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: L'espace concilien intérieur :: Crête Apienne :: Palaven-