AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 Une prime, deux chasseurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 26

MessageSujet: Une prime, deux chasseurs   Lun 23 Nov 2015, 05:52
Intervention MJ : NonDate : Janvier 2199 RP Tout public
Talus Macdonis
Une prime, deux chasseurs


Des lignes sombres sillonnaient le plafond de la chambre du miteuse Hôtel dans lequel la Drell séjournait pour une durée encore indéterminé. Seule dans sa chambre, elle contemplait le plafond avec lassitude, elle avait envie d’un contrat, de quelque chose qui la ferait bouger, une bagarre ou quelque chose dans le genre! Mais malheureusement, bien qu’elle fut sur Oméga, rien ne semblait pouvoir troubler le semblant de sérénité qui y régnait. Alors qu’elle s’apprêtait à s’endormir, Bray entra telle une fusée dans la chambre, tirant Aheme de sa somnolence. Bray lança un Datapad à côté de la Drell et s’assit en face d’elle, sur le lit opposé au sien. Aheme lu le contrat qu’on lui demandait, ou plutôt ordonnait si on se fiait au regard de la Kroganne, d’accomplir. Sa cible était un Butarien nommé Drenine Ragmab accusé de violence qui n’avait pas été inculpé, faute de preuve visiblement. Elle enregistra le visage du Butarien et mit ses bottes puis son cher M-76 Revenant, avant de se retourné vers son amie et de lui demander l’endroit où elle pourrait le trouver. Elle sortit dehors après avoir rabattue sa capuche et partit dans la direction que lui avait indiquée le mastodonte. La voilà donc, marchant dans les rues d’Oméga à la recherche d’un Butarien qu’elle n’était même pas sûr de trouver. La chasseuse de prime prenait soin d’évité les rues trop bondé, passant parfois par des ruelles d’on elle ne connaissait même pas l’issue. Elle finit par débouché à l’endroit désiré et utilisa l’escalier de secours pour monter jusqu’au toit de l’immeuble. Elle repéra rapidement sa cible, il était seul comme prévue. Elle ne perdit pas de temps et tira, son coup de feu résonna si fort qu’on aurait pu croire qu’il y en avait eu deux, mais ça n’inquiéta pas la Drell pour autant. Elle descendit de l’immeuble et s’approcha du cadavre, où elle vit 2 trous de balles à la place d’un seul. L’une était visiblement la sienne, mais l’autre semblait avoir était fait par un fusil de précision. Elle observa les alentours, attentive au moindre signe de vie dans les environs.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 167

MessageSujet: Re: Une prime, deux chasseurs   Mer 25 Nov 2015, 01:07
Talus demeurait paisiblement couché sur le ventre, tranquillement posé sur une table. Le turien se tenait couché à proximité d'une fenêtre ouverte, son fusil de précision mantis en main, visant dans un grand espace entre plusieurs bâtiments. Sa cible serait bientôt là. Voilà deux semaines que le turien avait rejoint Oméga, afin de se trouver quelques criminels et des primes. C'est d'ailleurs l'un des deux points que le chasseur de prime aimait bien avec Oméga. Des criminels avec une prime, ce n'est pas ce qui manquait dans ce nid de cafards flottant de l'espace. Au contraire, trouvé des gens honnêtes pouvaient être plus complexes. Le deuxième point qu'il aimait bien, c'était l'indifférence collective, si on peut le présenter ainsi. Talus aurait très bien pu se descendre un type en pleine rue, devant des centaines de témoins, personne ne s'en serait vraiment soucié. Oméga était une terre sauvage. À quelques reprises, le turien avait pu entendre certains individus lancé des rumeurs sur la justice d'Oméga: Si t'as un problème avec autrui, prend un flingue et démerde toi. Bref, c'était un bon endroit pour son nouveau métier.

Depuis son arrivé sur ce caillou, le turien avait déjà récolté deux primes. Certes, ce n'était pas des primes énormes, mais amplement suffisante pour le logis, la nourriture et garder quelques crédits de côté. Trois jours plus tôt, le turien avait trouvé une nouvelle cible. Il s'agissait d'un butarien, sa prime se trouvant facilement sur l'extranet. Une jolie tête pour la somme de ce type. Comme à son habitude, le tireur d'élite avait pris soin de bien étudié les crimes commis par sa cible. Il était peut-être chasseur de prime, c'est pas pour autant qu'il s'en prenait à n'importe qui. Faire bouffer leur certificat de naissance à des types monstrueux, aucun problème. Cependant, mettre aux arrêts ou éliminer un pauvre type qui n'arrivait pas à payer ces dettes, hors de question. Talus avait son code d'honneur. Au moins, dans le cas du butariens, le choix n'avait rien de difficile. Selon son avis de recherche, ce butarien était un sale petit fumier. Meurtre, torture, viole et extorsion. Le genre de type dont les autorités seront enchanté de savoir qu'il s'est prit une balle dans le crâne.

Talus n'avait eu aucun mal à trouver le fameux butarien, mais ce n'est pas pour autant qu'il avait aussitôt agit. Au contraire, il avait choisi de l'observer. Voilà quelque chose que l'armée turienne lui avait appris, la patience. Au sein de son groupe, leur major leur avait sans cesse répété la différence entre le champ de bataille et l'élimination discrète. Sur un champ de bataille, pas le temps de fignoler. Pas le temps de faire du repérage intense, chaque seconde comptait. Par contre, c'était différent pour les éliminations. Mieux valait prendre le temps d'observer la cible et attendre le bon moment. Chaque personne avait ses petites habitudes, parfois innocentes et imperceptible, d'autre fois bien plus visible. Pendant deux jours, le turien avait eu l'occasion de bien observer sa cible. Déjà, il se tenait souvent avec quelques vortchas et un autre butarien. Peut-être des amis ou des sous-fifres. Attendre qu'il soit seul semblait plus prudent. Heureusement, ce type avait justement une habitude qui lui serait fatale. Tous les jours, vers la même heure, il allait dans un coin tranquille d'Oméga. Il y allait seul ou accompagné jusqu'à ce que les autres partent. Puis, quand le butarien semblait être sûr d'être seul, il s'allumait une cigarette. Visiblement, il fumait en cachette, quant à savoir pourquoi, rien à foutre.

Ainsi, Talus était à son poste environ une cinquantaine de mètre de là où serait bientôt sa cible. Quelques minutes d'attente suffire pour que le butarien se montre. Cette fois, il n'était pas accompagné, tant mieux. Le turien le mis en joue. Talus prit tout son temps, évaluant les divers facteurs à prendre en compte, avant d'ouvrir le feu. Puis, il appuya sur la détente et le tir résonna brièvement et la cible s'écroula. Le turien resta cependant perplexe. Il était sûr d'avoir entendu une autre détonation au moment où il avait tiré. Était-ce son imagination? À moins qu'il n'y ait eu de l'écho? Peu importe. Le turien quitta son nid d'aigle. Il était temps de prendre des images de sa cible, afin d'avoir une preuve et pour toucher sa prime.

Toutefois, un élément inattendu se trouvait à proximité du cadavre. Cette élément prenant la forme d'une personne complètement vêtue de noire. D'après la morphologie, il devait fort probablement s'agir d'une femme. Cette dernière jetait des regards aux alentours. Peu de chance qu'il s'agisse d'un compagnon du butarien, Talus ne l'avait jamais vu au cours de ses jours de filatures. Pendant que l'inconnue jetait un œil dans les alentours, le turien aperçu son visage, partiellement dissimulée par une capuche noire. C'était une drell. Le turien n'avait jamais eu l'occasion de croiser une femelle de cette espèce. Sa peau avait une jolie couleur orangé, sauf au nombril qui était rouge. Un joli petit minois, la demoiselle. Le turien s'approcha sans crainte, ce qui lui permit de constater que sa cible avait un second trou. Il n'était pas le seul sur le coup apparemment.


-Salut, ma jolie. Alors, chasseuse de prime? Je dois avouer que se serait intéressant, tomber ainsi sur une consœur de la profession. Autrement, revenons à nos affaires. Désolé, ma chère, mais la prime de ce butarien est à moi. Ça fait un petit moment que je le poursuis. Alors, si on restait professionnel. D'accord?

Talus se montrait polie envers la drell. Il n'avait aucune raison de la brusquer ou de se montrer impoli envers elle. D'ailleurs, elle était plutôt jolie. Le turien pourrait peut-être en profiter pour lui proposer d'aller boire un verre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 26

MessageSujet: Re: Une prime, deux chasseurs   Mer 25 Nov 2015, 03:30
La Drell se retourna rapidement, alerter par une voix qui l'interpellai. Un rire mélodieux franchit la barrière des lèvres jusqu'alors close de la Drell. Elle se redressa, abaissa sa capuce et retira son manteau, un peu plus en confiance de voir un confrère. Elle se mit à mieux détailler son comparse, il avait un regard franc qui déstabilisa la jeune femme, hypnotisé par le bleu saisissant de ses iris. Sous ses yeux, elle avait l'impression d'être mise à nue, comme s'il observait tous ses moindres détails. Ensuite,vint le tour de son visage orné de tatouage tribaux blanc qui fascinèrent Aheme qui c'était toujours demander le pourquoi de ses marques qui différaient d'un individu à un autre. Un sourire timide étira ses lèvres lorsqu'elle se mit à détaillé le corps de l'homme face à elle. Elle fut déçue de constater que l'armure qu'il portait, bien que le rendant très viril, l'empêchait de bien observer tous les détails qu'elle aurait aimées observer chez le Turien.

-Dis donc mon chou, tu as l'air bien sûr de toi alors qu'on voit parfaitement que c'est ma balle qui l'a tué.

Elle s'approcha du corps du Butarien, s'accroupit et se mit à fouiller le corps, pour en sortir un porte-monnaie. Elle le mit dans sa poche et continue de tâter les poches du corps. Sa main s'arrête sur ce qui semblait être un Datapad. Elle lut rapidement les informations avant d'en supprimer le contenue, jetant la tablette électronique au loin. Une fois sa tâche finit, elle se releva et fit face au Turien, à peine à quelques centimètres du magnifique visage du Turien. Elle ajouta dans un murmure :

-Dis donc, c'est quoi ton nom à toi?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Indépendant (banni du Protectorat)
Rang : Maître de la finance
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3123-omnitech-personnel-de-dahl-elkoss


Roi de la Chasse Sauvage
Messages : 1724
Crédits : Sabrus - DeviantArt

MessageSujet: Re: Une prime, deux chasseurs   Mer 25 Nov 2015, 11:47
Coucou, ceci est un pop sauvage de MJ Sadik Guy !
Aheme, tes réponses un peu courtes. Il faut normalement faire au moins 350 mots, et tu es plutôt autour de 300. Essaie donc d'écrire davantage pour la suite !


"Tout respirait Dahl Elkoss, le seul volus plus burné qu’un krogan."
- Anton Ardak, 2202
Journal de Bord, avec présentation de mes personnages secondaires




Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 167

MessageSujet: Re: Une prime, deux chasseurs   Mer 25 Nov 2015, 17:36
Talus attendit de voir quelle serait la réaction de la drell. Cette dernière se retourna dans sa direction et fit entendre un léger rire mélodieux. Ensuite, elle rabaissa sa capuche, laissant la possibilité au turien de mieux la détailler. Une jolie petite drell à la peau orange et aux yeux bleu, voir presque mauve. Elle était vêtue de noir. Les vêtements révélait un corps mince et élancé, ainsi que des formes appréciables. La différence de taille entre les deux chasseurs de prime n'était pas négligeable. En effet, le turien avait facilement une bonne tête de plus que la jeune femme. Toutefois, cela n'avait rien d'anormal. Après tout, les turiens faisaient parties des plus grandes races civilisés de la galaxie. Seul les krogans et les elcors étaient plus grands qu'eux, et encore les krogans le devaient uniquement à leur bosse.

Talus observait la drell et son équipement. Elle était armé d'un fusil d'assaut type M-76 Revenant. Voilà un modèle que le turien n'aimait pas vraiment. Il avait eu l'occasion d'en tenir et d'en utiliser un, lorsqu'il était soldat de la hiérarchie. Le hasard avait voulu qu'il en ait eu besoin. Le turien n'avait pas aimé cette arme, manque de précision. Au moins, la jeune femme semblait savoir s'en servir, puisqu'elle avait réussi à toucher le butarien. Pendant sa rapide inspection de la demoiselle, Talus remarqua qu'elle faisait de même. Tant mieux, dans ce genre de boulot, savoir juger et observer les gens pouvait vous sauver la vie. Rien de pire que ne pas remarquer qu'une cible ou un ennemi avait une arme dissimulée sur sa personne. Pendant ce temps, la jeune drell s'adressa à lui. Elle commença par l'appeler: mon chou. S'il avait eu des sourcils, le turien en aurait haussé légèrement un, devant cette expression humaine. Si Talus avait bonne mémoire, cette expression avait un but légèrement affectueux. Quoi qu'il en soit, elle ajouta qu'il était clair que c'était elle qui avait tué la cible de son tir.

Talus garda le silence, observant le cadavre. Selon les blessures du butarien, son tir l'avait atteint au niveau du front. De son côté, la jeune femme l'avait atteint au niveau de la tempe. Dans les deux cas, il s'agissait d'un tir mortel. Pendant ce temps, la drell en profitait pour vider les poches du cadavre. Talus le faisait également, de temps en temps. Parfois, on pouvait avoir de la chance et tomber sur une note de crédit facile à ouvrir et parfois elles étaient trop complexe. Ensuite, elle s'occupa d'un bloc de donnés que le butarien avait sur lui. Malheureusement, avant que Talus ait eu le temps de dire un mot, elle en effaça le contenu, puis la jeta au loin. Finalement, elle s'approcha de lui, leur visage se trouvant uniquement à quelques centimètres de distance. Elle lui demanda son nom dans un murmure. Voilà une jeune femme des plus charmante.


-Tu peux m'appeler Talus, ma jolie. Et toi, comment est-ce que tu t'appelles? Et au fait, si on regarde bien le cadavre, tu verrais que nos deux tirs ont été mortel. Mais passons, que dirais-tu si on en discutait devant un verre. Je connais...

Alors qu'il commençait sa nouvelle phrase, le turien aperçut quelque chose de fortement déplaisant derrière la jeune femme. Sans hésiter, le turien passa son bras autour de la drell, au niveau des hanches et la tira vers lui. À première vue, on pourrait croire qu'il agissait ainsi pour l'attirer vers lui et probablement l'embrasser. Cependant, ce n'était pas le but, du moins, pas pour le moment. En effet, en même temps qu'il tirait la jeune femme vers lui, Talus reculait et se mettait à couvert derrière un mur. En quelques instants, ils se retrouvaient donc, cacher derrière un mur, le turien à proximité du bord et la drell à côté de lui, alors que des balles commençaient à siffler à proximité. Un butarien et trois vortchas, voilà l'élément déplaisant que Talus avait vu, les potes de la cible.

-Bordel, ces cons sont revenus plus vite que prévu.

Les balles continuaient de siffler, mais au moins ils étaient tout les deux hors d'atteinte. Entre plusieurs tirs, on pouvait entendre le butarien gueuler.

-Ce connard et cette salope l'ont buté.

Talus restait prêt à agir. Il jeta un bref regard à la jeune femme.

-Aucune politesse. Commun à tout les salopards.

Après un petit moment, les tirs cessèrent. Le turien se risqua un œil hors du couvert. Ces quatre abrutis étaient en train de recharger leurs armes. Apparemment, ces idiots ne semblaient pas savoir qu'il valait mieux avoir en permanence quelqu'un prêt à tirer. Autant profiter de cette occasion. Le turien sortit légèrement de sa cachette et visa le butarien à l'aide de sa lunette de visée. C'était lui la cible prioritaire. Les vortchas étaient des créatures stupides et violentes. Les priver du cerveau de la bande réduirait grandement leur efficacité. Puis, il appuya sur la détente. Sa cible bougea légèrement lors que le turien tira. À cause de cela, Talus manqua sa cible initiale. En effet, au lieu d'atteindre le butarien en pleine tête, la balle il explosa partiellement la main droite. Le chasseur de prime eut le temps de voir trois doigts se détacher de la main et d'entendre le butarien hurler de douleur, avant de retourner à couvert. Talus jeta la jeune femme.

-Bon, j'aurais préféré le tuer, mais ce con de butarien a bougé à la dernière seconde. Au moins, je lui ai explosé la main. Ça en fait un de moins. Plus que trois cons de vortchas... Je me demande s'ils ont une prime sur la tête eux aussi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 26

MessageSujet: Re: Une prime, deux chasseurs   Dim 29 Nov 2015, 02:47
La proposition du Turien fit naître un petit sa sourire sur les lèvres de la Drell. Son sourire disparu cependant lorsque Talus l’attira à lui, elle en fut si surprise qu’elle en laissa tomber son Revenant. Elle allait se débattre lorsqu’il la mit à l’abri d’une salve de balle, probablement les amis du Butarien qui venaient réclamer justice.

-Ce connard et cette salope l'ont buté.

La phrase arracha un grognement à Aheme, qui ne supportait pas d’être insulté par un être aussi imbécile qu’un Butarien. Alors qu’elle s’apprêtait à les insulter à son tour lorsque le regard du Turien la calma. Sans que la Drell ne sache pourquoi, les tires cessèrent, le Turien se risqua même un regard. Comme tout bon chasseur de prime qui sait ce qu’il fait, le Turien profita de l’occasion et sortit de sa cachette. Le tir de l’homme fut rapidement suivit d’un cri de douleur, on dirait bien que Talus avait manqué sa cible. La jeune femme, bien décidé à profiter de la proposition du Turien, elle attendit patiemment, que la nouvelle salve de balle se termine. La Drell, malgré les tirs et les injures de Vortchas, entendit très clairement la voix du Butarien l’insulter une fois de trop de sa voix de pervers.

-Tuez-moi cette connasse que je puisse en profiter un peu! Tant qu’à son copain, tuez-le pour ce qu’il m’a fait!

C’est à moment que la deuxième salve de balle s’acheva, laissant probablement la chance aux Vortchas de recharger. Elle ne perdit pas une seconde de plus et se tourna vers le Turien, un sourire malicieux sur le visage.

-Couvre-moi!

Elle courut jusqu’à son Revenant, elle tua l’un des Vortchas, laissant les deux autres à son nouveau partenaire d’arme. Alors qu’elle visait le Butarien, son arme s’enrailla et elle dut donc l’abandonné derrière elle. Elle chargea sur le Butarien, le projetant au sol. Elle lui lança un regard cruel, dénué de toute émotion. Elle lui brisa la nuque dans un craquement sinistre et se releva lentement. Elle cracha sur le cadavre et s’approcha dangereusement prêt du Turien un sourire malicieux au visage.

-Alors, c’est où cette endroit donc tu me parlais?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 167

MessageSujet: Re: Une prime, deux chasseurs   Dim 29 Nov 2015, 17:23
Talus restait à couvert, alors que le trio de vortchas continuaient de vider leur chargeur comme des gros débiles. Voilà pourquoi les vortchas étaient plus proche des cafards que des soldats. Aucune stratégie militaire, aucune coordination réelle. Ils se contentaient de tirer comme des cons, en espérant avoir de la chance et de toucher une cible. Certes, certains groupes vortchas étaient plus adroits avec des armes, mais ce n'était pas le cas de ceux-là. Probablement que les deux butariens s'en servaient uniquement pour intimider. Plus exactement, avoir un bon intimidateur et pouvoir le contrôler. Avoir un krogan aurait été plus efficace, mais impossible à contrôler. Bref, ces idiots continuaient de tirer, alors que le turien et la drell étaient à couvert. Pendant les rafales, Talus put entendre la voix du butarien. Pour que ce type arrive à se relever et à parler, après avoir eu la main explosé, soit la colère atténuait légèrement la douleur, soit il avait pris des drogues... peut-être même les deux. Au moins, il ne risquait pas de se servir d'une arme avant un bon moment. Manipulé un fusil d'assaut à une main, à moins d'être krogan ou Yahg, bonne chance. En plus, c'était sa bonne main qui avait été atteinte.

Pour en revenir au butarien, ce dernier avait sa petite idée en tête. En bref, tuer les deux chasseurs de prime et violer le cadavre de la drell.... charmant. Il était clair que la concernée n'avait guère appréciée. Déjà que Talus l'avait entendu grogné quelques instants plus tôt. Justement, la jeune femme lui lança un sourire malicieux, alors que la rafale de balle cessa. Elle lui demanda de la couvrir, alors qu'elle fonçait vers son arme. Autant profiter de la stupidité de leur adversaire. Il fallait juste se montrer assez rapide et les abattre avant qu'ils aient le temps de recharger. La jeune drell fut légèrement plus rapide que lui, abattant un premier vortcha. De son côté, Talus atteignit le plus éloigné du trio, en pleine tête. Il mis en joue le dernier, celui-ci venait de recharger son arme et visiblement, il devait la pointer vers la drell. Heureusement, Talus tira avant que le vortcha en ait le temps. Le tir atteignit le vortcha en pleine gorge. La créature commença à se débattre, recherchant son air. Il perdait son temps. Certes, les vortchas pouvaient guérir rapidement, mais pas à ce point. Il finit par s'écrouler, au même moment où la jeune femme s'occupait du butarien. Talus eu juste le temps de la voir empoigner la tête du butarien et d'entendre le violent craquement des vertèbres du cou. Puis, elle revint vers lui, reprenant la discussion là où ils l'avaient laissé.


-Un bar plutôt tranquille, du moins selon les critères d'Oméga. L'au-delà. C'est là-bas qu'Aria à l'habitude de se tenir. Alors, disons que les gens ont tendance à rester plus calme là-bas. Toujours respecter la seule loi officielle d'Oméga: On ne fait pas chier Aria.

Talus s'approcha du cadavre du butarien à la nuque brisée. Il le fouilla rapidement, rien d'intéressant dans les poches. Puis, il activa son omnitech, cherchant ce type parmi les avis de recherche.

-Hum... Une prime merdique sur sa tête... Bah, au moins, c'est largement assez pour se payer quelques verres.

Talus reporta de nouveau son attention sur la femelle drell.

-Au fait, tu étais sur le point de me dire ton nom, avant que ces emmerdeurs viennent nous interrompre. Alors, comment t'appeles-tu? Je suis sûr qu'il s'agit d'un nom charmant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 26

MessageSujet: Re: Une prime, deux chasseurs   Mar 15 Déc 2015, 01:01
Aheme hésita un court instant, peu de gens connaissaient son nom et c’était très bien ainsi. Au moment où elle allait lui donner un faux nom, elle se ravisa. Elle observa le Turien avec un sourire discret sur le visage, si il aurait voulue lui faire du mal il aurait laissé ces imbéciles l’a buté. Elle prit une grande inspiration pour ne pas bégayer devant le Turien qui créait chez elle un sentiment de gêne constant.

-Aheme, appelle-moi Aheme.

Elle se mit à marcher au côté du géant et se surprit à penser que le Turien était très beau. Elle était pourtant habitué à voir Kaester, son comparse Turien, mais jamais elle ne l’avait regardé avec autant d’instance qu’elle le regardait lui. Elle était charmée par ses tatouages tribaux qui épousaient parfaitement son visage, par sa démarche assuré qui contrastait avec le dos vouté qu’abordait fréquemment son acolyte lorsqu’il voyait la Drell. Elle appréciait sa compagnie, le silence ne pesait pas entre les deux chasseurs qui semblaient profités du silence qui détonnait de leur vie de tueur. Alors que leurs pas résonnaient sur le sol, elle se tourna vers l’homme et s’arrêta, un peu pensive. Elle ne parvenait pas à comprendre ce qui l’avait mis si tôt en confiance, elle qui donnait si peu sa confiance aux gens. Peut-être était-ce son attitude vis-à-vis la situation qui avait provoqué leur rencontre, c’était bien le premier chasseur de prime qu’elle voyait renoncer à une prime relativement bien payé comme celle-ci. Après un court moment elle se remit en marche, satisfaite de la réponse qu’elle venait de trouver. Elle marcha d’un pas enjouée, heureuse à l’idée d’enfin relaxé et de profité un peu de ces quelques jours sur Oméga. Elle avait hâte de retourner sur son cher vaisseau et de retrouver sa chambre qu’elle avait dû quitter malgré elle, bien qu’elle se soit retenue de le dire. Un fâcheux accident l’obligeait à rester au chevet de sa mère qui n’en avait plus que pour quelques jours si elle croyait les médecins avec qui elle avait discuté en attendant le retour de son amie. Elle et ses amis resteraient donc jusqu’à ce que la génitrice de l’Asari succombe et que les obsèques eurent lieu. Après quelques minutes de marche, Aheme se décida enfin à lancé la discussion, lasse de ce silence.

-Parle-moi de toi tu veux bien?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 167

MessageSujet: Re: Une prime, deux chasseurs   Jeu 17 Déc 2015, 16:39
Talus attendait paisiblement que la belle petite drell lui dévoile son nom. Le turien avait eu l'occasion de croiser quelques drells dans sa vie, mais uniquement des mâles. Certes, il avait une idée générale de la forme des noms des mâles chez cette espèce. Cependant, cette jeune femme était la première femelle drell qu'il rencontrait. Du coup, impossible de se faire une idée de la forme possible de son nom. Guère possible de s'imaginer les possibilités. Après tout, la différence de nom entre les hommes et les femmes était très variable selon les espèces. Heureusement, Talus n'eut pas à tergiverser ou à attendre très longtemps, car la jeune femme se présenta. Avec un léger sourire et après une grande inspiration, elle annonça qu'elle s'appelait Aheme. Puis, ils commencèrent à marcher, direction l'au-delà.

-Aheme, hum. J'avais raison, c'est un nom assez charmant.

Tandis qu'ils progressaient tranquillement, Talus en profita pour détailler Aheme du regard. Une jolie teinte orangé pour sa peau et une certaine grâce dans ses mouvements. Il ne put s'empêcher de se demander si les femelles drell avaient toutes cette couleur de peau. À moins bien sûr que les drells aient plusieurs couleurs de peau, comme les humains. Après quelques minutes de marche, Aheme s'arrêta. Talus fit de même en l'observant.

-Un problème?

La jeune femme ne répondit rien et recommença à marcher. Bizarre... Cependant, le turien n'y prêta rapidement plus attention. Leur marche continua, il n'y avait pratiquement personne sur leur chemin et Talus se chargeait de mener. Ayant grandit sur Oméga, il connaissait bien les lieux. Plusieurs minutes s'écoulèrent avant que la drell prenne la parole. Apparemment, elle désirait en savoir un peu plus sur lui. Le concerné resta silencieux pendant quelques instants.

-Hum... par où commencer?

Il réfléchit en silence pendant quelques secondes. Autant commencer légèrement.

-Eh bien, mon nom complet est Talus Macdonis. Fils de Minala et Illus Macdonis. Il y a un peu moins de deux ans, j'étais encore un militaire de la hiérarchie turienne. Adjudant-chef, pour être plus précis. J'ai toujours respecté l'armée turienne, cependant j'ai fini par me lasser d'en faire partie. Être militaire, combattre avec tes frères d'armes pour la paix, c'était bien. Cependant, ne pouvoir rien faire dans certaines situations, à cause de protocole ou de limite politique... Je n'ai jamais aimé l'idée qu'on ne puisse pas aider autrui ou traquer des criminels, à cause de certaines règles. Il suffit de regarder les systèmes terminus. Excepté les zones quariennes et geth, plutôt dangereux pour un civil lambda. Oméga n'est guère mieux. La loi ici, cela se résume pratiquement à: Si tu as un problème avec quelqu'un, prend une arme et règle le toi-même.

Le turien continua d'avancer, indiquant un moment la direction à la jeune femme, lorsqu'elle passa tout près de prendre la mauvaise voie.

-Par ici, Aheme. Certain coins d'oméga peuvent être un labyrinthe, quand on a pas l'habitude. Pour ma part, je n'ai aucun mal à me repérer. C'est ici que j'ai grandit après tout. Je mentirais si je disais que je connaissais chaque recoin de cette station. Cependant, disons que j'en connais beaucoup.

La marche continua, à un moment, le turien pointa une petite bouche d'aération au niveau du sol. Assez grande pour un enfant, mais bien trop petite pour un adulte moyen.

-Me souviens de ce coin. Avec des amis, on se sauvait en entrant là-dedans, quand on volait de la nourriture pour survivre... Bon, aujourd'hui je serais totalement incapable d'y entrer. Même si j'y arrivais, je resterais coincé à coup sûr... D'ailleurs, je me demande, Aheme. Tu es de Kahjé, comme beaucoup des représentants de ton peuple?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 26

MessageSujet: Re: Une prime, deux chasseurs   Sam 16 Jan 2016, 03:03
Embarrassée de s’être ainsi tromper de chemin, la Drell décida de s’agripper au bras du Turien, laissant ce dernier les mener à bon port. Elle écoutait Talus raconter le récit de ses péripéties passés, se demandant quels raisons avaient pu pousser un militaire à devenir un simple chasseur de prime. Elle sourit à l’évocation de sa planète natale, comme si cet endroit lointain la reliait directement à sa mère qu’elle aimait tant.

-Oui, je suis née sur Kahjé et j’y ai grandi. Je l’ai quitté il y a quelques années, lorsque j’ai rencontré ma partenaire d’arme, une Asari. Ensuite j’ai été au front sur Palaven, Kaester, mon ami Turien, avait de la famille là-bas. J’avais 14 ans à l’époque. Ensuite, je suis allé sur Tuchunka afin de parfaire mon entrainement...

En plein milieu de sa phrase, la jeune Drell botta contre un débris qui jonchait le sol et tomba à la renverse. Elle entraina le beau Turien dans sa fiche, si bien qu’elle se retrouva sous lui. Le rouge lui monta au joue, si elle aurait pu rougir elle l’aurait fait sans aucun doute. Ils restèrent ainsi plusieurs minutes, à se fixer sans rien dire au milieu des passants plus ou moins louches. Certains s’arrêtaient pour rire un peu, d’autres se plaignaient de leurs comportements «inadmissible en public». Pourtant ils ne bougeaient toujours pas. Au bout d’un moment, la jeune Drell était si embarrassée qu’elle dû demander au Turien de la libérer de son poid. Lorsqu’il se releva enfin, elle n’osait plus croiser son regard qui lui avait chamboulé l’esprit quelques moments auparavant. Dans un silence quasi religieux. Le silence commença à peser sur elle, elle décida donc de détendre l’atmosphère, à sa façon.

-Dis-moi, de toutes les armes que tu utilises, laquelle est ta préférée? Personnellement, j’adore les fusils d’assauts!

La discussion se mit à battre son plein, si bien qu’ils ne réalisèrent pas qu’ils n’étaient maintenant plus qu’à une quinzaine de mètres de l’endroit tant convoité. Aheme attrapa le bras de Talus, comme si ils se connaissaient depuis maintenant des années. La Drell fouilla dans les poches de son manteau de cuir et en sortit le nécessaire pour payer quelques verres à l’homme aux tatouages tribaux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 167

MessageSujet: Re: Une prime, deux chasseurs   Sam 16 Jan 2016, 20:27
Talus terminait de poser ses quelques questions à Aheme. Cette dernière se tenait à son bras, depuis qu'il avait dû la corriger sur le bon chemin à prendre. Cela avait quelque chose de plaisant, d'avoir ainsi une belle jeune fille à son bras. De plus, la grâce et la délicatesse avec laquelle la main de la drell se plaçant à son bras laissait à penser que la concernée avait la peau très douce. Alors que Talus terminait de poser ses questions, la jeune femme commença à sourire. Était-ce parce qu'elle était heureuse pour une raison ou une autre? À moins qu'elle ait trouvé quelque chose d'amusant dans les propos du turien. Le chasseur de prime penchait davantage pour la première option. Après tout, il ne voyait pas en quoi ses propos pouvaient avoir quelque chose de comique. La drell commença à répondre à Talus, en dévoilant un peu plus sur elle et sur son histoire.

Elle était donc belle et bien originaire de Kahjé, comme la majorité des drells. De plus, elle semblait connaître diverses personnes de diverses races. Une asari tenant lieux de partenaire d'arme, un turien avec lequel elle avait combattu pour la défense de Palaven, alors qu'elle n'avait que 14 ans. L'évocation de cette bataille remémora quelque souvenir au turien. Lui-même n'avait que 18 ans, lorsqu'il avait également participé à la défense de sa planète natale. Cela avait été sans aucun doute le combat le plus éprouvant de toute sa vie. Heureusement, les moissonneurs avaient été vaincu et détruit. Cette menace était éliminés. Il continuait d'écouter Aheme, cette dernière affirmant avoir parfait sa formation en se rendant sur Tutchanka. Voilà un détail des plus particuliers. Se rendre sur une planète aussi hostile, aussi jeune. Pour s'entraîner à la dure, elle ne le faisait pas à moitié. Du coup, elle devait sûrement connaître quelques krogans. Contrairement à nombres des siens, Talus n'avait pas de haine ou de mépris envers les krogans. Certes, ils avaient commis des atrocités durant la rébellion krogane, mais ils avaient payés pour ça et ils c'étaient rachetés pendant la guerre contre les moissonneurs.

Soudainement, alors qu'elle parlait Aheme trébucha sur quelque chose et tomba. En temps normal, le turien aurait eu assez de forte pour empêcher la drell de tomber. Malheureusement, la jeune femme avait perdu l'équilibre alors que Talus était en train de faire un pas, avant que son pied ne touche le sol. C'est donc alors que le turien était techniquement parlant sur une jambe, qu'Aheme tomba. De plus, comme elle tenait toujours son bras, elle entraîna Talus dans sa chute. Les deux chasseurs de prime se retrouvèrent ainsi au sol. Enfin... plus précisément, Aheme au sol sur le dos et Talus sur le ventre, sur la drell. Le turien se retrouvant avec la tête au niveau de la poitrine de la jeune femme. Il se redressa légèrement, toujours couché sur la belle jeune femme, mais cette fois avec sa tête au niveau de celle d'Aheme. Chacun se regardait mutuellement pendant plusieurs minutes. Talus en profita pour sentir paisiblement la délicate odeur de la drell, se demandant au passage si c'était son odeur naturelle ou bien un parfum quelconque. Talus ne prêtait aucune attention aux passants à proximité, sauf lorsque certains laissèrent entendre des commentaires sur une conduite inadmissible. Le tout amenant quelques pensées au turien.


**Inadmissible et puis quoi encore. Ce n'est pas comme si on était nue et qu'on s'envoyait en l'air au milieu de la rue... D'ailleurs, depuis quand les gens d'Oméga se soucient de ce genre de truc?**

Le flux de ses pensées fut cependant interrompu par la drell orange. Cette dernière souhaitant se relever. Talus parvint à se redresser, évitant de toucher Aheme et de la gêner encore plus qu'elle devait déjà l'être. La jeune femme se releva gracieusement à son tour. Puis, ce fut le silence entre eux pendant un moment, avant qu'Aheme décide de reprendre la parole.

-Eh bien, à l'origine j'étais plutôt du genre à préférer les fusils d'assaut, comme toi. Cependant, avec la défense de Palaven et certains évènements y étant liés, j'ai pu voir le côté très pratique des fusils de précision. J'y ai consacré mon entraînement militaire pendant longtemps. Ils sont mon arme de prédilection désormais. Mais bon, cela ne m'empêche pas de me débrouiller avec toutes sortes d'armes.

Alors qu'il finissait de parler, le turien se fit prendre au bras par la drell qui l’entraina vers le bar convenu, qui était tout près. Le videur les laissa rentrer dans la plus grande indifférence. On avait à peine franchis l'entré, qu'on pouvait déjà entendre la musique et sentir la chaleur et les diverses odeurs dans l'air. Talus jeta un rapide coup d'oeil. Aucune piste de danse dans cette partie du bar, mais de nombreuses tables. Il y avait trois tables disponibles. L'une avec une danseuse asari en petite tenue, les deux autres sans. Talus entraîna Aheme vers l'une des tables libres sans danseuses. Il voyait bien qu'elle avait l'intention de payer leur consommation, le turien la laissa faire. Ils eurent rapidement chacun leur consommation en main.

-Les prochains sont pour moi.

Il prit une gorgée de son eau-de-vie turienne.

-Alors, dis moi, ma belle petite Aheme, cela fait longtemps que tu es sur Oméga? Certes, c'est un endroit où on peut trouver facilement des primes, mais bon. Ce n'est pas non plus un endroit très chaleureux. D'ailleurs, cela faisait un moment que je n'étais pas revenu ici. Un peu plus de 10 ans en fait. Pourtant, ça n'a pas beaucoup changé. Heureusement, ma famille et mes amis ne sont plus dans cette station. Au moins, on y fait des belles rencontres.

Le turien regardait la jeune drell, lors de ce dernier commentaire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 26

MessageSujet: Re: Une prime, deux chasseurs   Dim 17 Jan 2016, 23:28
Son verre en main, la Drell observait le Turien d’un œil charmée. Il était le premier homme qu’elle rencontrait à ne pas avoir passé de commentaire désobligeant au sujet de la jeune Asari qui dansait sur cette table à leur gauche. Elle était charmée par sa façon de parler, sa façon de se déplacer, tout chez lui la fascinait. Elle fut tirée de sa contemplation par la question que lui posait le sujet de son observation.

-Je suis ici depuis maintenant 5 jours et je ne pense pas m’y éternisé, je ne m’éternise jamais nulle part. Sauf auprès des gens, on dirait que je ne suis jamais capable de me séparer de personne.

En disant cette phrase, Aheme avait délicatement posé sa main sur le bras Turien. Leurs regards se croisèrent enfin, celui d’Aheme était plein de délicatesse. Toujours en observant ses yeux noirs, elle finit son verre d’une gorgé. Sans aucune gêne, elle se mit à détaillé les tatouages tribaux blanc qui recouvraient sa peau. Les tatouages épousaient parfaitement la forme de son visage, il n’y avait aucune incohérence dans l’intégralité du corps Turien. Cette pensée aussi véridique qu’elle fut, offrit la possibilité au Turien de voir les joues rougissantes de la Drell.

-Et si tu me parlais de toi un peu? Où es-tu née? As-tu des frères où des sœurs?

La Drell buvait les paroles de Talus, sa voix lui donnait des frissons comme si elle caressait son épiderme. Plus les verres se succédaient, plus elle rapprochait sa chaise de celle de Talus, si bien qu’elle finit coller à lui, sa tête poser sur l’épaule de Talus. Elle finit par demander une boisson non-alcoolisée au barman, un mal de tête commençait à montrer le bout de son nez. C’est à ce moment qu’elle remercia le ciel de lui avoir donné une excellente tolérance à l’alcool. Une envie de danser l’a saisi, malheureusement il n’y avait pas de piste de danse de ce côté du bar. Elle se mit à taper du pied au rythme de la musique qui provenait de la pièce adjacente. Au bout d’un moment, elle lança un regard espiègle à Talus et lui prit la main.

-Je vais danser, tu me suis?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 167

MessageSujet: Re: Une prime, deux chasseurs   Lun 18 Jan 2016, 02:17
Talus savourait tranquillement son verre d'eau-de-vie turienne, en observant Aheme. Il n'avait jamais rencontré de femelle drell avant, aussi se posait-il des questions sur ces dernières. Elle dégageait un certain charme et une grande élégance. De plus, ses mouvements étaient gracieux et précis. À cela s'ajoutait un regard perçant et une agilité manifeste. Est-ce que toutes les femelles de cette espèce étaient ainsi? Mystère. Pour ce qui est des caractéristiques qui devaient être propre à la jeune femme, Talus pouvait aisément voir une fluidité et un tempérament enjoué. De plus, son odeur restait légèrement perceptible, malgré tout celle flottant dans le bar. Elle le regardait intensément, pour le détailler, l'analyser, le déshabiller du regard? Son regard changea cependant lorsque Talus lui eu posés ses questions. Elle ne prit pas de temps pour répondre. Ainsi, elle n'était là que depuis cinq jours, mais n'avait pas l'intention de rester. Aheme affirma également qu'elle n'était pas du genre à rester longtemps au même endroit. Toutefois, elle conservait des gens fort avec autrui, ce dont Talus ne douta nullement. Puis, elle posa son sa main sur son bras et leur regard se croisèrent. On pouvait aisément voir de la délicatesse dans les yeux de la drell. Puis, elle termina son verre d'un coup sec et son regard commença à se promener, sans quitter le visage de Talus. Ce dernier n'avait aucun mal à comprendre que la jeune femme inspectait ses tatouages. Elle n'était pas la première à faire cela. Fait intéressant, elle commença à rougir au bout d'un moment. Probablement pour chasser la gêne, Aheme demanda à en savoir plus sur lui. Le turien décida d'être franc avec elle.

-Eh bien, je suis enfant unique et je suis né sur Palaven. Cependant, je n'y ai pas vécu longtemps. Ce n'est que depuis la fin de la guerre contre les moissonneurs que j'ai pu vraiment y vivre. Avant, j'étais sur Digeris et encore avant ça, ici sur Oméga. Je n'avais que quelques mois quand mes parents ont quitté Palaven pour venir s'établir ici. C'est mon père qui avait fait ce choix, partir en exil. Pas un exil forcé par la loi, mais volontaire. En résumé, mon père se reprochait des erreurs de son passé. Bien des années avant ma naissance. À cet époque, mon père était lieutenant-commandant. Le jour de sa première erreur, il siégeait avec quatre autres officiers de même rang, afin d'évaluer la demande de monter en grade d'un sous-officier.

Talus se tut une seconde pour commander d'autres verres. Il en prit une gorgée, Aheme faisant de même avec le sien et se rapprochant de lui.

-Le turien en question était très mal perçu par mon père. Il le voyait uniquement comme un opportuniste et un homme sans scrupule, il comptait donc s'opposer à la montée en grade. Cependant, il a reçu la visite de cet homme, qui lui a proposé de grosse somme d'argent. Ce qu'il demandait en échange, ce n'était pas une acceptation, mais qu'il ne prenne pas parti. À cette époque, mes parents avaient des problèmes d'argent et mon père a accepté, confiant que les autres officiers empêcheraient la montée en grade. Il se trompait. D'une manière ou d'une autre, cet opportuniste avait rallié trois des quatre autres officiers à sa cause.

Il commanda encore d'autres verres et Aheme se rapprocha.

-Mon père a dès lors commencé à le surveiller et sa utilisé sa propre montée dans la hiérarchie pour faire transférer ce turien sous son commandement. Cependant d'ici là, il avait encore pris du galon, se retrouvant second du vaisseau de mon père. Mon père veillait cependant à ce que sa marge de manœuvre soit trop réduite pour être nuisible. Puis, je suis venu au monde. Mon père est alors partit en permission pour célébrer et profiter de l'évènement en famille. Quant à son vaisseau et ses hommes, il les avait envoyés en simple mission de patrouille dans un coin jugé sans danger. Tout allait bien, puis l'incident est arrivé. Son second, en petit connard sans pitié est tombé sur un vaisseau inconnu pendant la patrouille. Il n'a obtenu aucune réponse à ses appels, alors il a abattu le vaisseau, sans tir de sommation. L'enquête a révélé qu'il s'agissait de civile réduit en esclavage, ayant réussi à fuir soit des butariens ou des pirates. Mon père n'a jamais pu se pardonner cet incident. D'où la raison de son exile.

Pendant qu'il parlait, Aheme s'était sans cesse rapprocher, elle était désormais contre lui, sa tête contre son épaule. Elle commençait à taper du pied, en terminant une boisson non-alcoolisée. Puis, elle lui jeta un regard espiègle en lui prenant la main et en lui proposant d'aller danser. Le turien sourit à sa façon. Cela promettait d'être intéressant. Il se leva, suivant la drell qui se dirigeait en écoutant la musique. Ils arrivèrent devant une légère intersection, des deux chemins possibles provenaient la musique.

-Hum... on va essayer par là.

Le turien tourna à droite, entraînant Aheme avec lui. Ils arrivèrent rapidement dans une salle de danse. Plus précisément dans une partie du bar où des asaris proposaient des danses très contacts à des clients. Le turien resta silencieux quelques instants.

-Ok... finalement c'était plutôt à gauche, on dirait.

Ils revinrent sur leur pas, prenant cette fois-ci l'autre direction. La musique devenait plus forte alors qu'ils approchaient. Talus jeta un regard à la drell.

-J'espère que c'est vraiment le bon endroit cette fois. Je n'ai pas vraiment envie de tomber sur un endroit comme celui qu'on vient de quitter. Quoique... dans un endroit comme Oméga, il pourrait même y avoir pire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 26

MessageSujet: Re: Une prime, deux chasseurs   Mer 27 Jan 2016, 02:55
Lorsqu’ils passèrent devant les Asaris qui montraient leurs corps sans aucune pudeur, Aheme ressenti un élan de pitié. Elle ressentit aussi un élan de tendresse en voyant une jeune Asari retiré le peu de vêtement qu’il lui restait, elle était la plus jeune Asari qu’elle n’avait jamais vu, surement encore plus jeune qu’elle, ou du moins en apparence. Elle avait envie de lui jeter des vêtements, de la tirer loin de là et de la disputer doucement en la berçant. Évidemment, elle n’en fit rien et se contenta de suivre le bel homme avec qui elle partageait sa soirée. Il l’entraina jusqu’à la piste de danse, juste au moment où le DJ passait une musique lente, sensuelle. Elle se colla à lui, entament une danse très, très contact. Elle guidait les mains du Turiens sur sa peau, prenant plaisir à sentir son souffle contre elle. Maintenant sur la pointe des pieds, elle enfouissait sa tête dans son cou en quête de chaleur. Doucement, elle enroula ses bras fins autour du cou de son partenaire, des frissons parcouraient son corps. Son corps bougeait seul, emporté par la musique et par les sensations que lui procurait le beau Talus. La musique s’apaisa pour laisser entendre un morceau plus doux, plus intimes. Aheme lança un regard doux à son comparse, et se blottit dans ses bras pour se laisser bercer par le tempo du morceau. Leurs corps bougeaient en une belle harmonie, comme si ils les avaient répéter plus d’une fois. Encore en nage, la Drell se sépara de lui à regret, la musique avait cessé et elle ne pouvait plus continuer avant de s’être rafraichie un peu. En se dirigeant vers le petit bar qui se trouvait dans la pièce, une main se posa sur sa hanche. Elle se retourna vivement, devant elle se tenait maintenant un humain, un peu trop bourré. Elle dégagea la main de l’humain et se détourna pour aller au bar. Une nouvelle main la retint plus fermement, le même homme lui faisait face, cette fois il semblait plus en colère. Elle voulut se dégagé, mais un autre homme se posta dans son dos. Elle était prise maintenant avec un humain et un butarien bien trop saouls. Elle leur fit son plus beau sourire forcé et tira un peu plus sur son poignet.

«Auriez-vous la gentillesse de lâché mon bras? »

Elle serrait ses dents le plus fortement qu’elle le put pour ne pas lui cracher au visage. Un sourire sadique étira les traits de l’humain qui la retenait prisonnière.

«Alors là, certainement pas!»
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 167

MessageSujet: Re: Une prime, deux chasseurs   Jeu 28 Jan 2016, 01:10
Talus espérait encore être arrivé au bon endroit, cette fois. Il n'avait nullement envie de tomber sur un endroit encore plus osé que celui où des strip-teaseuse asari se déshabillaient pour le plaisir de divers pervers de toutes les races. Ils continuèrent donc de progresser, Aheme et lui. Heureusement, c'était le bonne direction cette fois. La piste de danse était là, bien occupés par les divers fêtards du bar. Certains dansait en solitaire, d'autre en groupe et finalement, il y avait également quelques couples. Le turien et la drell prirent place sur la piste de danse, alors que le thème musical changeait. Une nouvelle musique résonna, d'un style que tout le monde, sauf peut-être les galariens et les krogans, pouvaient juger lente et surtout sensuelle. Le turien ne put s'empêcher d'y voir une certaine touche d'ironie. À moins que cela soit le destin qui choisissait de s'exprimer. Le chasseur de prime commençait quelques pas de danse, lorsqu'Aheme commença à son tour à danser, une danse très contact. Cela n'était pas pour déplaire au turien. En agissant ainsi, elle démontrait son côté sexy et ce qu'elle savait faire avec son corps.

La suite était encore plus intéressante, alors que la jeune femme guidait les mains du turiens sur son corps. Ce dernier pouvait sans mal sentir la douceur de cette peau orangée. Le turien lui tombait dans l’œil et c'était réciproque. Talus connaissait quelques anciens confrères de l'armée, qui dans une situation semblable, seraient déjà en train de tripoter leur cavalière, voir de l'emmener à l'hôtel ou aux toilettes pour faire ''mieux connaissance''. Cependant lui était différent. Ce n'était pas un pervers qui ne pensait qu'à amener des filles dans son lit. Il préférait profiter du temps et des moments doux, en premier. Le lit, ensuite.

Pendant ce temps, Aheme glissa sa tête contre son cou, ayant pour cela besoin de se mettre sur la pointe des pieds. Talus avait remarqué depuis longtemps que pour certaines races, la grande taille des turiens pouvait paraître intimidante. Après tout, parmi les races civilisées de la galaxie, les turiens étaient parmi les plus grands. La drell glissait délicatement ses bras autour de son cou. Puis, le thème musical changea, devenant plus doux. Aheme s'enfouit dans ses bras. Talus la serra délicatement contre lui, ses bras l'entourant au niveau du dos. La danse se poursuivait paisiblement. Voilà un moment des plus agréables. Cela prit cependant fin en même temps de que la musique. La jeune femme se sépara de lui, se dirigeant vers le bar. Le turien commençait à se demander s'il ne prendrait pas un verre lui aussi. Son questionnement prit instantanément fin lorsqu'il vit un humain commencer à tripoter la jeune drell. Dans des circonstances différentes, Talus aurait agit tout suite, pour remettre à sa place ce petit con. Cependant, cette fois, il ne bougea pas. Le tout pour deux raisons simples. Tout d'abord, il connaissait Aheme depuis trop peu de temps pour savoir si cette dernière connaissait ou non cet humain. Le turien aurait vraiment l'air stupide s'il attaquait un ami de la jeune femme. Quant à l'autre raison, Aheme était une chasseuse de primes et elle possédait de bonnes aptitudes en combat. Il y avait fort à parier qu'elle pourrait démolir ce type, si elle le souhaitait.

La réaction de la drell ne se fit pas attendre, alors qu'elle repoussait la main du pervers et retournait vers le bar. Sauf que l'homme lui attrapa le poignet pour la retenir, alors qu'un butarien arrivait devant elle. Là, c'était trop au goût du turien. Sans attendre, il se dirigea vers Aheme et ses deux agresseurs. Il n'entendit pas ce qu'ils se disaient, mais la jeune femme n'était clairement pas à son aise. Il arriva derrière l'humain.


-Eh, tu la lâches tout de suite!

L'humain et le butarien le regardèrent. Leurs visages démontraient qu'ils étaient complètement bourrés. Ce fut l'humain qui répondit.

-Certainement pas. Elle est mignonne avec son teint d'orange. On va juste l'amener faire un tour, pour s'amuser. On te la laisse après.

-Je t'ai dit de la lâcher. Ce n'était pas une suggestion.

L'homme réagit en sortant un couteau de sa poche. Un véritable couteau et non une omnilame. Son pote butarien quant à lui avait un sourire méprisant.

-Sinon quoi?

Le turien se contenta de tourner la tête légèrement sur le côté, en pointant dans la même direction que son regard et lâchant un petit: Ah, tient. L'effet fut immédiat, l'humain et le butarien regardèrent dans la direction pointé par Talus, intrigués. Voilà un petit truc que le chasseur de prime avait appris, lors de ses cours de combats, donnés par sa mère. Une attaque surprise était toujours très efficace. Un simple détournement d'attention pouvait offrir de gros avantages, selon elle. Personnellement, Talus préférait dire que ce genre de techniques était un piège à cons. Coup de bol, les gens ont tendance à être très cons lorsqu'ils sont sous l'emprise de l'alcool. Sans la moindre hésitation, le turien attrapa l'homme par la tête, de sa main droite. Puis, avant qu'il n'ait le temps de réagir il le poussa de toute ses forces vers le butarien, sans le lâcher. Les têtes des soulons se percutèrent violemment. L'effet fut presque instantané, les deux hommes se retrouvant assommés et tombant au sol. L'humain ayant lâchés Aheme lorsque Talus l'avait empoigné à la tête.

Le tout n'avait duré qu'un court instant. Quant aux gens autour, cela attira à peine quelques regards curieux, puis tout le monde retourna à ses petites affaires. Talus connaissait bien ce qui se passerait ensuite. Si lui ou Aheme ne faisaient pas les poches des deux abrutis, dès qu'ils s'éloigneraient, quelqu'un d'autre s'en chargerait. Le turien porta son attention sur Aheme.


-Est-ce que ça va?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 26

MessageSujet: Re: Une prime, deux chasseurs   Ven 05 Fév 2016, 04:40
Une onde de reconnaissance prit d’assaut le cœur de Talus quand il s’approcha d’elle pour la débarrasser des deux cons qui la retenaient contre son gré. Elle n’avait aucune envie de frapper un homme qui n’avait pas les idées claires, suite à de trop grande dose d’alcool. Pourtant, Talus, lui, ne s’en formula guère. Il semblait en colère qu’on est pu toucher ainsi à Aheme, cette pensée fit naître un grand sourire sur son visage. Une fois les hommes hors combat, Talus porta son attention sur elle, lui demandait si elle allait bien. Elle se colla à lui et caressa son visage doucement, avec tendresse. Elle avait eu son comble d’émotion forte pour la journée, elle n’avait qu’une envie, se reposer. Elle prit la main de Talus et l’attira à l’extérieur, ils avaient passé un bon moment et avaient bu quelques verres, maintenant elle voulait se retrouver seul à seul avec lui. Elle l’entraina avec elle jusqu’à un petit motel qu’elle avait aperçue plutôt. Loin de là l’idée d’avoir une quelconque relation sexuelle, même si l’idée n’était pas à écarter, elle pensait plutôt se louer une chambre où ils pourraient parler un peu, sans devoir se soucier de tous les cons qui pourraient interrompre le reste de leur soirée. Elle déverrouilla la porte de la chambre qu’on lui avait louée et commença à enlever son manteau, ainsi que sa panoplie d’arme. Elle se laissa tomber sur le lit et se tourna vers le Turien qui était resté dans le cadre de la porte. Elle tapota la place près d’elle, un sourire épuisée sur les lèvres.

-On ne manque jamais d’action avec toi dis donc! Ça me plait beaucoup!

Elle s’assit sur le lit et l’observa longuement, il était beau et inspirait le respect de la part de Aheme, par sa stature droite et ses yeux francs. Elle se releva d’un coup et s’approcha de lui pour poser ses mains sur ses épaules ferment. Elle se mouvait contre lui, dansant sur une musique inaudible, voulant simplement se retrouver dans ses bras maintenant si chaleureux à ses yeux.

-Tu danse bien, je n’ai pas pu te le dire tout à l’heure.

Sur ces mots, elle déposa un doux baiser sur sa joue, à la commissure de sa bouche.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 167

MessageSujet: Re: Une prime, deux chasseurs   Sam 06 Fév 2016, 20:17
Talus inspectait Aheme du regard, voulant s'assurer que la jeune femme n'avait pas été blessé par ces deux agresseurs. Certes, à première vue l'un d'eux n'avait fait que lui attraper un bras. Cependant, difficile de voir tous les détails quand il y a une foule entre vous et votre cible. Talus attendait de voir ce que la drell lui répondrait. Cette dernière ne répondit pas, elle préféra plutôt le démontrer. En effet, elle s'approcha de lui et commença à lui caresser le visage, doucement. Le turien se laissa faire. Si cela l'aidait à se sentir mieux, autant la laisser continuer, d'autant que c'était assez plaisant. Cela dura un petit moment, avant qu'Aheme lui lâche le visage et le prenne par la main, l’entrainant avec elle. Le turien la suivi en silence, se demandant où elle voulait l'emmener. Ils quittèrent le bar et commencèrent à déambuler dans les ruelles d'Oméga. Le turien n'avait aucun mal à se repérer dans cette partie d'Oméga, mais le lieu où Aheme l'emmenait restait un mystère. Au final, elle le guida jusqu'à un motel.

Plusieurs questions se formèrent dans l'esprit du turien. Est-ce qu'Aheme résidait dans cet endroit? Est-ce qu'elle l'avait amené ici dans le but de s'envoyer en l'air avec lui? Pourquoi cet endroit précisément? D'autres petites questions étaient également présentes dans l'esprit du turien, lorsqu'Aheme se dirigea vers la réception, afin de louer une chambre. Le préposé leur jetait des petits regards. Le turien n'eut aucun mal à savoir ce que ce type avait en tête: Turien + Femelle Drell = Sexe Intense. En même temps, son raisonnement était plutôt logique. Dans un lieu comme Oméga, les motels étaient surtout utilisés par des individus cherchant un lieu tranquille et pas cher afin d'avoir un lieu pour le sexe. Parmi les clients du motel, il ne devait n'y en avoir que 1% ou 2% qui y louaient une chambre pour des raisons autres que la baise. Ils laissèrent le préposé et se dirigèrent vers leur chambre.

Aheme déverrouilla et ouvrit la porte. À peine entrée, elle commença à retirer son manteau et ses armes. Désormais son dos était visible, et ses hanches se détaillaient mieux. Le turien en profita pour l'observer un peu. Le turien posa également son arme à proximité de la porte, après y avoir fait quelques manipulations. Cela faisait partie des choses qu'il avait apprise à travers les combats qu'il avait mené. Si on se sépare de son arme et qu'on est pas dans un endroit totalement sûr, mieux vaut être prudent. Ainsi, le turien avait fait quelques manipulations mineures qui empêcheraient l'arme de tirer. Ce genre de choses était assez simple et pratique. En cas de menace, Talus n'aurait besoin que d'un très court instant pour la remettre fonctionnelle et pour se battre. Alors que si un ennemi prenait son arme, le turien gagnerait du temps sans problème. L'ennemi perdrait du temps à cause d'une arme non fonctionnelle. Du temps que Talus pourrait utiliser pour fuir ou se battre.

Aheme sembla l'inviter à s'asseoir près d'elle. Puis, elle se releva et s'approcha de lui. Elle posa ses mains sur ses épaules. Elle commença à se mouvoir contre lui. Puis, Aheme le complimenta sur ses talents de danseurs, avant de lui déposer un baiser sur la joue. Le turien la serra dans ses bras, tendrement. Il lui caressa délicatement le dos. Également, Talus lui caressait le cou avec l'une de ses mandibules, tout en humant sa délicate odeur.


-Tu es également une très bonne danseuse. Une très belle danseuse même. On pourrait faire quelques pas de plus.

Le turien commença à avancer, faisant reculer la drell. Il fallait juste faire attention au mobilier. La suite fut plus chaotique. Talus avait à peine commencer à faire quelques pas de danse, qu'il se prit les pieds à cause d'une chaise mal positionné. Il tomba, entraînant Aheme avait lui. Heureusement, il retomba sur le lit, la jeune femme sur lui.

-D'accord... Je suis pas le meilleur des danseurs... mais se prendre les pieds dans une chaise, comme je viens de le faire... c'est assez gênant, je dois l'avouer.

Il tenta de relever la tête, mais il sentit un poids supplémentaire à l'arrière de sa tête. Il tourna la tête d'un côté, mais le poids demeura. Puis, Talus tourna la tête dans l'autre direction. Grâce à un miroir accroché au mur, le turien vit la source du poids supplémentaire: un oreiller. En fait, la tête du turien avait atterrit sur un oreiller pendant sa chute. La crête de sa tête avait ainsi transpercer l'oreiller qui semblait maintenant coincé.

-... Bon, ça c'est encore plus gênant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 26

MessageSujet: Re: Une prime, deux chasseurs   Sam 06 Fév 2016, 22:16
Talus tomba à la renverse, et atterris sur le lit, Aheme sur lui. Elle ne put s’empêcher de rire encore plus longtemps, l’air confus du Turien rendu la situation hilarante. Mais le plus drôle fut le moment où il constata que la crête de sa tête avait transpercé l’oreiller, se plantant à l’intérieur. Elle se releva de sur lui et tenta de retirer l’oreiller tout en continuant de rire aux larmes. Lorsqu’elle parvint enfin à dégager la tête du Turien, elle se retrouva propulser au sol, l’édredon entre les mains. Elle le lança sur le visage de Talus et s’assit prêt de lui, calmant doucement son hilarité. Elle se tourna vers Talus pour le regarder, mais constata que leurs visages étaient très rapprochés l’un de l’autre, elle sentait le souffle chaud de Talus contre son visage. Elle se rapprocha de lui, un peu plus, lentement, jusqu’à ce que leurs visages ne soient pas qu’à 5 centimètres de distance. Elle ne voulait pas aller plus loin sans l’accord de son comparse, de peur de le brusquer ou de se montrer trop insistante. Elle ne put attendre plus longtemps, elle scella leurs bouches sans attendre son accord. Elle gémit légèrement quand le Turien lui rendit son baiser, elle entoura son cou de ses bras et se serra un peu plus contre lui. Elle le fit chavirer contre le lit et continua son baiser, elle se sentait comme sur un nuage. Elle se décolla lentement du Turien, puis posa sa tête contre son torse. Elle n’avait plus envie de bouger, juste envie de rester là coucher contre cet homme qu’elle trouvait de plus en plus séduisant, rare étaient ceux qui parvenaient à abaisser les défenses de la Drell assez longtemps pour qu’elle s’attache à eux. Elle se tourna vers lui, et déposa une nouvelle fois sa bouche contre la sienne. Leur baiser devint plus intense, Aheme était aux anges et sentait l’envie naître en elle. Elle ne ressentait plus aucune hésitation, elle appréciait ce moment et Talus semblait l’apprécier tout autant qu’elle. Elle dû se séparer de lui pour reprendre son souffle, mais revient tout de suite à la charge. Elle se décolla de lui une seconde fois et le regarda dans les yeux.

-Pardon, je ne sais pas si tu en avais envie, mais moi je n’en pouvais plus d’attendre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 167

MessageSujet: Re: Une prime, deux chasseurs   Lun 08 Fév 2016, 01:54
Talus tentait tant bien que mal de retirer l'oreiller empalé sur la crête de sa tête, le tout alors qu'Aheme était morte de rire. C'était vraiment gênant. D'autant que cette saleté d'oreiller refusait de se dégager. Au final, la drell se releva et commença à tirer sur cet oreiller de malheur, afin de l'aider. La jeune femme tira encore et encore, jusqu'à ce que Talus sentit enfin sa crête être libérée. Il se tourna alors vers Aheme, cette dernière se trouvant au sol, fort probablement en ayant perdu l'équilibre à force de tirer sur l'oreiller. Elle continuait de rire, alors qu'elle lui lançait l'oreiller au visage. Puis, elle vint s'asseoir tout près de lui. Leur visage était très proche l'un de l'autre. Talus devait réfréner une intense envie d'embrasser la jeune femme. Il en avait grandement envie, mais une part de lui craignait qu'elle le prenne mal. Aheme fut donc celle qui fit les premiers pas, alors que son joli minois orange se rapprochait de lui. La drell s'arrêta alors qu'elle n'était plus qu'à quelques centimètres de lui. Elle resta immobile.

Puis, tel un coup de tonnerre, elle se jeta à l'assaut et l'embrasse. Talus pouvait sentir la douceur de ces lèvres contre sa bouche. Pas besoin de plus de détails pour lui. Sans attendre, le turien lui rendit son baiser. La jeune femme poussa un léger gémissement, avant d'entourer son cou de ses bras et de se serrer contre lui. Elle prit encore davantage l'initiative en le repoussant sur le lit et en se dressant lui, afin de continuer à l'embrasser. Malheureusement, le baiser prit fin, alors qu'Aheme se reposait contre son torse. Heureusement, elle revint à la charge. Cette fois les embrassades durèrent bien plus longtemps et intensément, la drell ne s'interrompant que pour reprendre son souffle. Finalement, Aheme se sépara de lui une dernière fois, le regardant dans les yeux. Elle commença par s'excuser, rajoutant qu'elle n'était plus en mesure d'attendre.


-Eh bien, moi non plus, ma chère.

Le turien serra la jeune femme dans ses bras, lui caressant ensuite tendrement les hanches d'une main. Puis, ils se retournèrent, Talus se retrouvant au-dessus de la jeune drell. Le turien retira certaines pièces de son armure, avant de jeter un regard tendre à Aheme.

-Nous avons tout notre temps pour rendre cette soirée inoubliable.

La suite fut des plus magiques et intenses entre les deux chasseurs de primes. Le lendemain matin, le calme régnait de nouveau dans la chambre du motel. Un peu partout dans la pièce trainait les vêtements d'Aheme et les pièces d'armures de Talus. Évidemment, ce dernier avait pris la peine de se protéger pendant cette nuit torride. Après tout, il n'avait aucune envie d'infliger un choc anaphylactique à la belle petite drell. Ce dernier était réveillé et bien alerte. Le turien, ayant renfilé le bas de son armure, était assis à une petite table de la chambre, tandis qu'Aheme semblait encore dormir. La lumière filtrant à travers les rideaux éclairaient légèrement la chambre et le corps du turien éveillé. À ce moment là, n'importe qui aurait pu voir les nombreuses cicatrices lui parcourant le dos, le torse, le ventre et les bras. En attendant que sa compagne se réveil, le turien avait commencé à entretenir son fusil de précision. Il l'avait entièrement démonté, nettoyé et il terminait de remonter le tout. Dès que la jeune femme se sera réveillé, Talus en profiterait pour l'inviter à aller déjeuner dans un restaurant du coin.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 26

MessageSujet: Re: Une prime, deux chasseurs   Mar 09 Fév 2016, 01:48
La lumière que laissait filtrer les rideaux de la chambre de motel finirent par réveillés la belle endormie. Avec un léger grognement elle se tourna vers le Turien, occupé comme il était à nettoyer son fusil de précision. Elle se serra contre lui, sa poitrine contre son dos et se mit a embrassé les quelques cicatrices qu’elle pouvait atteindre. Toujours nu comme un verre, elle se leva, bien enroulée dans le drap qui reposait autrefois sur le lit, et força Talus à lâcher son arme. Elle se logea dans ses bras et commença à embrasser chaque parcelle de sa peau qu’elle parvenait à toucher. Les souvenirs de sa nuit passée dans les bras du Turien lui revinrent soudains en mémoire, elle se souvient de la passion avec laquelle il avait fait l’amour et l’amour qu’elle avait ressentie dans les bras du bel homme. Elle attrapa son menton, le releva et l’embrassa délicatement, presque amoureusement. Après avoir passés quelques temps à l’embrasser, elle se sépara de lui et commença à chercher ses vêtements, que Talus avait eu la gentillesse de jeter un peu partout dans la chambre. Elle se vêtit un minimum et commença à faire la même chose que son compagnon, démonter, nettoyer et remonter son arme. Elle prenait rarement le temps d’entretenir son arme, et c’est en le nettoyant qu’elle comprit qu’elle devait y adonner plus de temps. Lorsqu’elle remarqua que Talus et elle avait terminé, elle posa sa tête contre son épaule et se perdit dans ses pensées. Qu’arriverait-il s’ils prenaient la décision de se revoir, et que leur relation devenait plus sérieuse? Les chasseurs de primes n’étaient pas connus pour être des gens qui restaient souvent au même endroit, mais elle, elle avait sa vie. Elle avait Bray, Zemirah et sa meilleure amie. Accepteraient-elles de la suivre? Qu’adviendrait-il si un des deux mourraient lors d’un contrat? Elle en était là dans ses pensées lorsqu’elle revint sur terre, ou plutôt sur Oméga. Elle n’avait pas réalisé qu’elle avait passé tant de temps la tête dans les nuages, à se questionner sur un passé qui n’était même pas sûr, qui ne devait même pas être envisageable pour le Turien contre qui elle reposait sa tête maintenant frapper d’une grosse migraine. Elle se coucha dans le lit qui avait été témoin de leurs ébats et plaqua son avant-bras devant ses yeux, pour s’assurer que la lumière ne vienne pas amplifier son mal de tête déjà flagrant. Elle tira sur le bras de Talus pour qu’il se couche près d’elle, elle avait froid, elle avait besoin d’un peu de chaleur.

-Tes bras me manquent Talus.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 167

MessageSujet: Re: Une prime, deux chasseurs   Sam 13 Fév 2016, 20:04
Talus continuait d'entretenir calmement son arme, lorsqu'Aheme se réveilla. Le turien n'eut nullement besoin de se retourner pour savoir que la jeune femme s'était réveillée. Il y avait de nombreux petits éléments qui permettaient de le savoir, si on se donnait la peine d'écouter. Déjà, le rythme de la respiration. La plupart des espèces avait cela en commun, leur rythme de respiration était assez constant lorsqu'elle dormait. Alors qu'une fois éveillé, le rythme changeait rapidement. Puis, évidemment, les bruits que la jeune femme faisait en se déplaçant sur le lit. Ces deux éléments combinés ne mentaient pas, la drell était réveillée. Un léger grognement confirma davantage ce fait. Puis, le turien put sentir la jeune femme contre lui, sa poitrine contre son dos, alors qu'elle déposait des baiser sur certaines de ses cicatrices. Puis, elle se releva, vêtue uniquement du drap de lit. Elle l'obligea à laisser son arme et à la prendre dans ses bras. Elle continuait d'embrasser les cicatrices qu'il avait. Le turien lui caressait le dos, pensant mentalement que si la drell voulait embrasser chacune des cicatrices de son corps, elle en aurait pour un bon moment. Après tout, depuis sa tendre enfance Talus avait vécu une vie de combat et de violence. Au début, parce qu'il vivait sur Oméga et qu'il devait voler pour survivre. Ensuite, son entraînement militaire. Puis, la guerre contre les moissonneurs. Ensuite, paradoxalement, ce fut pendant son service militaire que sa vie fut le plus tranquille.

La main d'Aheme vint lui attraper le menton, l'inclina vers son visage et un long baiser s'échangea. Ensuite, elle se releva, délaissant le drap, se promenant nue dans leur chambre, ramassant ses vêtements ici et là. Elle ne se vêtit pas totalement, n'y allant qu'au minimum. Puis, comme lui, elle commença à faire un entretien méticuleux de ses armes. Voilà bien quelque chose que tous les bons chasseurs de primes avaient en commun. Une arme bien entretenue, c'était important dans le métier. Mieux valait éviter d'avoir une arme enraillée ou qui vous explose à la figure, surtout en pleine échange de tir.

Talus termina son entretien, puis il attendit qu'Aheme eut également fini. Il dû attendre quelques minutes pour cela. Rien d'anormal là dedans. Après tout, le turien avait commencé avant même que sa compagne se soit réveillée. Puis, elle posa sa tête contre son épaule. Aucun d'eux ne prononça un seul mot, préférant profiter du moment.

Le turien était quelque peu perdu dans ses pensées. Comment se déroulerait la suite? Est-ce que comme lui, Aheme aurait le désir de poursuivre leur relation? Est-ce qu'elle préférerait que cela demeure une relation d'un soir? Si leur relation continuait, comment cela se passerait-il? Ils étaient chasseurs de primes, après tout. Donc, ils seraient amenés à voyager un peu partout, afin de traquer, d'arrêter ou d'éliminer divers individus. Certains diraient que c'était un horrible climat pour se marier et avoir des enfants. Cependant, comme seules les asaris pouvaient faire de la reproduction multiraciale, le côté enfant était réglé. Pour ce qui est de ses relations, le turien n'avait personne d'autre de près de lui, en ce moment. Sa mère vivait sur Palaven, dans la tranquillité, en tant qu'instructrice de combat à mains nues. Certains de ses amis étaient encore dans l'armée turienne, donc éparpiller dans la galaxie. Quant à ses amis non-turiens, ils étaient éparpillés dans la galaxie et il les voyait lorsque c'était possible. Donc, à proprement parlé, Talus pouvait très bien décidé de suivre Aheme et cela ne changerait pas grand chose dans sa relation avec ses amis et sa famille.

Pendant ce temps, Aheme se laissa retomber sur le lit, le tirant légèrement vers elle, couvrant ses yeux d'un bras. Dur réveil peut-être? Elle l'invita à se rapprocher, en lui disant qu'elle était nostalgique de ses bras. Talus se coucha à côté de la jeune femme. Il passa un bras sous le cou d'Aheme et appuya sa main sur l'épaule de la drell. Il lui caressa une joue de l'autre main, sa main s'abaissant ensuite jusqu'au cou de la jeune femme.


-Hum, si cela n'avait pas été du venin que ton espèce sécrète par la peau, j'aurais adoré lécher un si joli cou, pendant cette nuit torride.

Le turien continua de lui caresser la joue et le cou.

-Cela te dirait d'aller manger un morceau? Un bon déjeuner, cela nous donnera des forces pour la journée à venir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 26

MessageSujet: Re: Une prime, deux chasseurs   Dim 14 Fév 2016, 05:17
La main de son amant posé sur sa joue, elle ressentie un grand frisson lorsqu’il commença à caresser son cou délicatement. Elle leva sa main et la posa sur la joue de l’homme penché sur elle, tournant un peu son visage pour pouvoir regarder ses yeux. Le bleu saisissant de ses yeux attira immédiatement son attention, elle risqua même de s’y perdre. Elle passa sa main derrière la nuque de Talus et l’attira vers elle pour l’embrasser encore une fois. Le déjeuner proposer par le Turien la tentait beaucoup, mais elle avait du mal à se séparer des bras de son amant. Elle avait envie de revivre les mêmes sensations que la veille, ressentir le même élan d’amour qui l’avait submergé quand il l’avait fait sienne. Il lui fallut un certain moment avant de réaliser qu’elle déshabillait son comparse des yeux, caressant son dos d’une main et son bas-ventre de l’autre. Elle retira prestement ses mains et baissa les yeux embarrassée, si sa peau lui aurait permis de rougir, elle serait devenue couleur pivoine. Elle se leva, se défaisant à contrecœur des bras de son amant et se rhabilla rapidement, comme pour échapper aux yeux dévastateurs du Turien. Elle finit par se rassoir près de lui, attendant patiemment que Talus daigne lui montrer où ils pourraient se rassasiés, car l’estomac de la Drell commençait à réclamer famine. Elle aida son Turien à rapatrier les pièces de son armure, comme lui elle avait pris grand plaisir à enlever les vêtements de son amant, bien que cela ait pris bien plus de temps que pour ceux d’Aheme. Au dernier moment, juste avant de partir, reçu un message sur son Datapad. Bray lui envoyait des messages pour s’assurer qu’elle allait bien, puisqu’elle n’était pas rentrer la vieille. Aheme du donc prendre le temps de rassurer Bray, en oubliant volontairement de mentionner le nom de Talus, elle aurait bientôt la chance de le rencontrer si tout se passer comme Aheme l’espérait. Bray l’engueula si fort qu’elle eut peur qu’elle ne vienne la chercher elle-même ici. Une fois sa confrontation avec Maman-Bray, Aheme se releva et prit la main de Talus.

-On y va mon am...Talus?

Aheme sentit la gêne prendre possession de son être, elle se crispa un peu en attente de la réaction du Turien.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 167

MessageSujet: Re: Une prime, deux chasseurs   Mar 16 Fév 2016, 17:32
Talus continuait de caresser tendrement le cou et un joue de la belle drell. Il n'était nullement pressé de faire quelque chose d'autre. Son amante répondit à ses caresses en posant une main sur l'une de ses joues, en tournant légèrement la tête et en plongeant son regard dans le sien. Le turien pouvait ainsi en profiter pour observer les jolies yeux mauves de la jeune femme. Puis, la jeune femme prit l'initiative. Elle glissa une main contre la nuque du turien et l'attira vers elle pour échanger un long baiser. Talus profita du délicieux goût du baiser. Cette Aheme était vraiment différente des autres femmes que le turien avait connu. Déjà, elle commençait à lui caresser le dos, alors qu'une autre de ces mains descendait de plus en plus bas. Cependant, la drell s'arrêta soudainement et baissa le regard, probablement par gêne. Intérieurement, Talus trouvait la chose des plus comique. Une certaine pureté et innocence, combinée avec une libido assez prononcée, à première vue du moins. Finalement, la jeune femme se releva et commença à s'habiller. Talus fit de même, gardant cependant un œil sur la jeune femme. Aucun doute, c'était également plaisant de la voir s'habiller. Bien sûr, la déshabiller restait cependant plus amusant.

Évidemment, le turien mettait plus de temps que son amante à se vêtir. Après tout, le ''vêtement'' standard turien, c'était une armure. Bien sûr, une armure, c'est plus complexe à enfiler qu'un chandail et une paire de pantalon. D'abord, il fallait mettre des pièces souples, afin de faire une barrière entre la peau et les parties solides de l'armure. Ensuite, les pièces solides de l'armure. Certaines étant uniquement des grandes pièces recouvrant une vaste partie corporelle, d'autres plus petites, notamment au niveau des articulations. C'était un peu comme un gros puzzle. Le turien continuait d'enfiler ses morceaux d'armure, Aheme l'aidant quelque peu, en rapprochant les pièces de lui. Mieux valait qu'il s'occupe lui-même de l'assemblage. Peu de chance que la jeune femme sache comment s'enfile certaines pièces. Au bout de plusieurs minutes, le turien avait enfin terminé.

Ils étaient sur le point de partir lorsqu'Aheme reçut un message. La jeune femme eut à peine le temps d'y répondre qu'une voix puissante se fit entendre.


-OÙ EST-CE QUE TU TE CACHES? T'ES PAS RENTRÉE HIER SOIR. JE M'INQUIÈTE.

Le tout continua pendant un moment, quelques jurons venant s'ajouter au message. De part les insultes qui résonnait, Talus n'eut aucun mal à savoir que la personne qui contactait Aheme était une kroganne. Talus garda le silence tandis qu'Aheme discutait avec la kroganne, cette dernière enchainant engueulade et gros mots. Au bout d'un moment, la discussion, ou peut-être plutôt l’engueulade, cessa. Aheme se releva et lui pris la main. Elle commença à parler, mais se crispa au milieu de sa phrase, apparemment gênée. Le turien rit légèrement.

-Tu n'as aucune raison d'être aussi gênée, ma belle. Avec ce qui c'est passé ce soir, je crois qu'on peut laisser tomber certaines gênes.

Le turien rit encore légèrement. Puis, ils quittèrent le motel. Ils signalèrent leur départ au réceptionniste du motel, le même que lors de la location. Ce dernier continuait de les dévisager. Puis, ils s'en allèrent. Pendant qu'ils marchaient, Talus s'adressa à Aheme.

-Tu trouves pas toi aussi que ce type du motel à un air malsain? Je veux bien qu'il se fasse des idées dans sa tête s'il en a envie. Mais, merde, il pourrait au moins éviter de les afficher dans son visage et dans ses yeux. J'avais pratiquement l'impression qu'il nous déshabillait du regard tout les deux.

Quelques minutes plus tard, ils arrivèrent dans un restaurant, Talus connaissait cet endroit. L'avantage c'est qu'il était plutôt calme. Plutôt normal, quant à l'entrée, t'as deux krogans à l'air mauvais qui prévienne chaque clients de ne pas faire de problème à l'intérieur. Pas difficile de comprendre que si un client s'amusait à foutre la merde, il se ferait défoncer à la gueule ou descendre. Le restaurant était peu occupé à cette heure. Ils n'eurent aucun mal à se trouver une place. Ils passèrent commande, plus qu'à attendre que chacun reçoivent son déjeuner.

-Alors, sauf erreur de ma part, c'est une kroganne avec qui tu as parlé tout l'heure. Elle me semble du genre, protectrice, je me trompe? En tout cas, je dois avouer que c'est pas banal comme relation. J'ai eu l'occasion de rencontrer des krogans ici et là. Cependant, c'est bien la première fois que j'entends parlé d'un membre de cette espèce qui fait équipe avec une drell... Enfin, c'est bien ça? Vous faîtes équipe?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 26

MessageSujet: Re: Une prime, deux chasseurs   Mer 17 Fév 2016, 03:47
Aheme suivit Talus sans rien dire, comme si une seule de ses paroles aurait pu briser ce moment, ce moment qu’elle trouvait si merveilleux. C’était l’un de ses rares moments où elle se permettait d’être heureuse, où elle se permettait de profiter de sa vie. Tant de temps c’était écouler depuis la dernière fois où elle avait autant rie que la veille, tellement de temps qu’elle ne parvenait plus à bien les compter. Elle avait le sentiment que plus jamais quelqu’un d’autre que Talus ne réussirait à la faire rire comme il parvenait à le faire lui. Elle se demandait aussi la raison pour laquelle Talus s’était rapproché d’elle, était-ce une attirance du à sa race? Du à son corps? Ou le Turien souhaitait-il vraiment apprendre à la connaitre? Elle fut tirée de ses pensées par la question du bel homme. Était-ce si clair que cela que Bray était une Kroganne? Cette idée fit sourire la Drell.

-Oui tu ne t’es pas tromper, Bray est bel et bien une Kroganne. Mais c’est surtout une vraie mère-poule comme tu l’as sans doute deviné. Et nous formons aussi équipe, là-dessus non plus tu ne t’es pas tromper. Nous sommes 6, dans cette équipe.

Elle continua de lui parler de ses collègues jusqu’à ce que leurs plats arrivent. Ils mangèrent lentement, la discussion fut fort intéressante. Au bout d’un moment, Aheme se tut, prise d’une soudaine interrogation. Elle attrapa la main du Turien et chercha son regard. Elle devait lui poser la question, cette question qui l’obsédait tant depuis son réveil. Jamais dans sa vie elle n’avait cru qu’un jour elle poserait cette question à quelqu’un, encore moins à un homme.

-Talus, laisse-moi te poser une question car je dois en connaitre la réponse. Ma question va peut-être te paraitre encenser puisque nous n’avons passé qu’une seule nuit ensemble, mais pitié répond à ma question! Y a-t-il un avenir entre nous? Ai-je le droit de croire que nous allons continuer cette histoire, ou ne serait-ce qu’une nuit parmi tant d’autre pour toi? Je sais d’expérience que la vie ne sera pas simple si nous nous fréquentons, mais je crois que cela en vaudrait la peine. Libre à toi de choisir, mon choix à moi est déjà fait.

Elle ne lâcha pas la main de Talus, elle la serrait même plus fort qu’elle ne l’aurait voulue. Elle espérait tant la réponse du Turien, elle espérait tant qu’il y est de l’espoir entre eux.


Dernière édition par Aheme Siek le Ven 19 Fév 2016, 03:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 167

MessageSujet: Re: Une prime, deux chasseurs   Ven 19 Fév 2016, 03:32
Talus regardait Aheme, comme lui, elle attendait que leur déjeuner arrive. Elle semblait cependant perdue dans ses pensées, du moins jusqu'à ce qu'il l'interroge sur la personne avec qui elle avait discuté par omnitech, quelques minutes plus tôt. Elle commença par lui confirmer ce qu'il soupçonnait déjà. La personne en question était une femelle krogan répondant au nom de Bray. Selon les dires de la jeune femme, cette kroganne était du genre mère-poule. Un concept plutôt particulier quand on pense au peuple krogan. Le turien ne put s'empêcher de se poser deux questions sur cette Bray. Tout d'abord: Était-elle ainsi avec tous les membres de l'équipe? Également: Est-ce qu'elle allait vouloir lui arracher les bras quand elle saurait qu'il avait couché avec Aheme? La jeune femme rajouta ensuite que la femelle krogan était du genre à aimer les massacres de masse, pour ses boulots. Ce détail ne surpris pas une seule seconde le chasseur de prime. Après tout, c'était dans la nature des krogans.

Aheme poursuivit en parlant un peu des autres membres de leur équipe. Tout d'abord, il y avait un quarien, l'informateur de la bande. Le turien se demanda quel genre d'informateur il pouvait être. Ceux qui récolte d'une manière ou d'une autre leurs informations sur extranet? Ou bien directement sur le terrain? Aheme enchaina en parlant brièvement d'un turien expert en infiltration. Une asari qui faisait office de chef de groupe, aux talents variés, mais ayant une préférence pour les poisons. Finalement, une humaine experte en informatique, qui avait peur de la violence. Étrange trouver quelqu'un qui avait peur des combats parmi des chasseurs de primes.

Leur déjeuner arriva enfin, chacun attaquant avec appétit. Tandis qu'ils mangeaient, les deux chasseurs de primes discutaient de tout et de rien. Les sujets qu'ils échangeaient n'avait guère d'importance. Talus continuait de manger avec appétit lorsqu'Aheme attrapa sa main libre et plongeait son regard dans le sien. La drell avait un drôle de regard, comme si elle brûlait de dire ou de faire quelque chose. Puis, elle livra ce qu'elle avait sur le cœur. La jeune femme voulait qu'il réponde à une simple question: Y avait-il un avenir entre eux? Le tout en lui serrant la main de plus en plus fort.


-Bien sûr qu'il y a un avenir entre nous. Du moins, c'est ce que j'espère, ma chère. Certes, il m'est arrivé de nombreuses fois d'avoir des relations d'un soir. Cependant, ce n'est pas comme ça que je le vois avec toi. Avec mes relations d'un soir, c'était purement physique. Toi, Aheme, c'est totalement différent. J'ai aimé notre soirée et je veux que cela se prolonge. Je veux que cela perdure encore et encore. Je veux que nous continuons à nous fréquenter. Quant aux dangers que tu évoques, ça fait partie de la profession. Et puis, je vis avec la notion de danger depuis pratiquement ma naissance, alors cela ne ne fait pas peur. Alors, oui, moi aussi mon choix est déjà fait... Par contre...

Le turien se libéra de la poigne d'Aheme et commença à se masser la main.

-Petit juste éviter les poignées de mains trop serrée... C'est ta pote kroganne qui t'as appris ça? D'ailleurs, ton équipe est sur Oméga?
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Une prime, deux chasseurs   
Revenir en haut Aller en bas
 

Une prime, deux chasseurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: Systèmes Terminus :: Nébuleuse d'Oméga :: Oméga-