AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 La science en moins, une affaire de plus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Personnage RP
Faction : GSI
Rang : Agent de terrain
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4180-dossier-abbadon


Roi de la Chasse Sauvage
Messages : 311
Crédits : Impera tor Alicia - DeviantArt

MessageSujet: La science en moins, une affaire de plus   Dim 20 Déc 2015, 14:49
Intervention MJ : OuiDate :  20 décembre 2200RP Tout public
Abbadon Bynare ♦ Flora Khavinski
La science en moins, une affaire de plus


La science en moins,...


20 Décembre 2200,
Citadelle


La Citadelle. Le cœur de la société galactique que je protège. Un modèle de pureté dont je fais parti des défenseurs indirects. Un défenseur qui n'y a clairement pas sa place.

Tout est si plat, si blanc, ici. Je préfère la vie mouvementée et intense que me procurent les systèmes Terminus. Et c'est parfaitement réciproque : que ce soit mon propre gouvernement ou le noble Conseil, personne ne veut d'un agent double saboteur et drogué en vue sur la belle façade de la communauté galactique ''civilisée''. Comme si les ressorts et les relais de la vie de ce côté de la galaxie étaient plus propres que de l'autre côté ! Ils sont plus discrets, oui, mais leur violence froide est aussi implacable que celle des gangs rackettant des quartiers d'Oméga en échange de leur ''protection''.

Soupir. Je râle, je râle, mais j'apprécie quand-même ma présence ici, tant que ce n'est qu'occasionnel. La Citadelle propose certains services durs à obtenir ailleurs. Il est facile d'obtenir tout ce qui est illégal dans les systèmes Terminus. Mais si on veut du luxe, du grand luxe, c'est soit impossible, soit mille fois plus cher que dans l'espace concilien. Après cette mission, je compte bien profiter de mon passage ici pour me détendre quelques jours.

Mais en attendant, retour à la mission. Mon objectif est un labo de Ariake Technology, sur la Citadelle. Ce laboratoire est apparemment à l'origine d'une fuite de technologies de pointes vers les systèmes Terminus. Le débouché est d'hors et déjà contrôlé, même si les revendeurs n'en n'ont pas conscience. Le secret doit être maintenu jusqu'à l'arrestation des responsables.

Pourquoi un galarien du GSI s'occupe de cette affaire ? C'est une question raisonnable. Simplement parce que Ariake nous l'a demandé : c'est moi qui ait découvert ce filon, et l'organisation craint qu'il y ait des corrompus hauts placés. Si elle mène l'enquête elle-même, il est possible que les coupables soient mis au courant à l'avance et échappent à leur châtiment.

Bon, évidemment, je ne peux pas intervenir seul. Le SSC est aussi sur le coup, même s'il est surtout là pour boucler les sorties et intervenir si jamais les choses dégénèrent. Mais je ne me fais pas trop de soucis, le laboratoire n'accueille que des civils avec u service de sécurité minimal.

Allez, fini de discuter. Les hommes du SSC sont en place, il est temps d'entrer.



Le laboratoire est grand. Je n'ai pas eu de mal à entrer, grâce à l'autorisation fournie par les PDG de Ariake. Je ne perd pas de temps et vais directement voir la chef du laboratoire, une dénommée Flora Khavinski. Mme Khavinski a un dossier exemplaire, et il est peu probable qu'elle soit mêlée au vol, mais qui sait. Si elle est mêlée à l'affaire, elle sera arrêtée. Et si elle ne l'est pas, elle saura m'aider à identifier les responsables.

J'entre dans la salle où est présente l'humaine. L'une des salles d'études de résultats. Elle y est seule, occupée sur un ordinateur, tant mieux. Je regarde un instant son exosquelette, vérifiant qu'il est tel qu'on me l'a décrit, et qu'il ne contient pas de surprises pouvant s'avérer létale. Puis je m'approche d'elle, présentant mon autorisation d'intervention dans une main.

« Mme Khavinski, je m'appelle Abbadon Bynare. Je suis ici de la part de vos supérieurs. Une enquête a dévoilé que des technologies expérimentales de pointe fuitaient depuis votre laboratoire. »

Je m'interrompt un instant, étudiant la réaction de l'humaine.

« Le SSC encercle le bâtiment, en accord avec votre direction. Vous et votre équipe pouvez vous considérer en état d'arrestation. Néanmoins, vos patrons aimeraient éviter des retards ou une trop grande perturbation de vos travaux. Aussi, je vais commencer à vous interroger en privé. Avez-vous quelque chose à déclarer sur ces vols ? Que ce soit vous concernant, ou concernant votre équipe ? »


Notes HRP :

Abbadon : #ffcc00


Journal de Bord




Revenir en haut Aller en bas
Messages : 38
Crédits : Olsen

MessageSujet: Re: La science en moins, une affaire de plus   Lun 21 Déc 2015, 19:50

La science en moins.









La musique qu’elle écoutait la calmait, un air de piano à peine agrémenté presque mal enregistré qui lui donnait l’impression que quelqu’un jouait au fond de cette même pièce. La lumière était tamisée et très légèrement bleutée à cause des reflets des nouveaux afficheurs holographiques qu’elle utilisait pour voir correctement les résultats d’un test sur des lentilles de contact bioniques.




La réalité augmentée était un sujet intéressant les lentilles de contact n’avaient jamais été aussi loin, celles-ci étaient réservée à une utilisation militaire à l’échelle humaine pour le prototype, encore incomplet. Dans un temps normal, elle aurait dû afficher un sourire satisfait, remettre le prototype en place et continuer ses travaux avec la banane toute la journée. Les résultats étaient pour le moment très prometteurs et existants. Seulement, certaines données étaient introuvables depuis deux jours ! Comment avaient-ils faits ces imbéciles pour paumer ces données !? La colère l’envahissant elle due se calmer et prendre plusieurs longues inspirations car le petit haut-parleur avait émis un râle indiquant qu’elle perdait le contrôle. Elle se remit au travail, ou plutôt à son observation déjà terminée.

Elle entendit la porte s’ouvrir dans un son pneumatique très léger pour ne pas déranger les chercheurs, cependant elle ne tourna pas la tête et resta concentrée, le regard dans ses résultats, finalement elle avait décidé d’approfondir tous les détails de l’examen.

« Mme Khavinski, je m'appelle Abbadon Bynare. Je suis ici de la part de vos supérieurs. Une enquête a dévoilé que des technologies expérimentales de pointe fuitaient depuis votre laboratoire. »


Flora ne silla pas le temps de quelques secondes, c’était comme si elle n’avait pas entendue le Galarien. Bien que ce ne soit pas le cas, elle n’avait simplement pas envie d’en parler et encore moins d’être dérangée. Alors elle resta plongée dans son écran holo sans mots ni regards.

« Le SSC encercle le bâtiment, en accord avec votre direction. Vous et votre équipe pouvez-vous considérer en état d'arrestation. Néanmoins, vos patrons aimeraient éviter des retards ou une trop grande perturbation de vos travaux. Aussi, je vais commencer à vous interroger en privé. Avez-vous quelque chose à déclarer sur ces vols ? Que ce soit vous concernant, ou concernant votre équipe ? »

Encore une fois elle prit tout son temps pour réfléchir aux paroles de l’intrus, mais finnalement quelque chose l’interpela et elle finit finalement par se détacher de son écran pour se tourner vers lui dans un léger son feutré du mécanisme de son exosquelette. Elle n’avait eu que le doute, mais il fut juste, cette personne était un galarien et alors qu’elle ne bougeait pas les lèvres..

« Bonjour. » S’exprima-t-elle par le biais du petit haut-parleur fixé à son épaule à même l’exosquelette.
« Suivez-moi je vous prie. »

Elle se dirigea alors vers la porte du fond suivie par son interlocuteur, la porte coulissa automatiquement à leur approche et ils entrèrent dans le bureau de la scientifique. Beaucoup moins éclairé et très épuré le bureau semble disposer d’un écran large actuellement désactivé ainsi que d’une chaise visiblement faite à sa morphologie. Elle avance vers la baie vitrée puis se retourne face à Mr Bynare.

« Il semblerait que cela ne soit pas exclusivement des technologies alors… D’importantes données de recherches ont disparues depuis une quarantaine d’heures, j’avais pensé à de l’incompétence, mais… S’il y a du vol dans mes laboratoires… » Elle serra les poings. « Quelle bande d’enfoir..Skrr..rSSsksshhs.. ! » Elle se stoppa net et inspira profondément. « Excusez-moi, ce prototype n’est pas encore optimisé. » Elle soupira suite à ces paroles puis reprit la parole.

« Ces données me sont importantes, potentiellement problématiques entre de mauvaises mains et surtout, je souhaite récupérer mon travail volé. Cependant je ne vois pas qui serait sujet à ce genre de choses. Alors, comment puis-je être utile ? »





 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : GSI
Rang : Agent de terrain
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4180-dossier-abbadon


Roi de la Chasse Sauvage
Messages : 311
Crédits : Impera tor Alicia - DeviantArt

MessageSujet: Re: La science en moins, une affaire de plus   Mar 22 Déc 2015, 15:39
La science en moins, ...


20 Décembre 2200,
Citadelle


Le moins que l'on puisse dire, c'est que cette humaine est flegmatique...
Pas de réactions. Pas même la surprise. A croire que son exosquelette ne soutient pas que son corps, mais aussi son esprit. Son dossier n'indique pas de trouble spécifique de la personnalité, mais comment être sûr, avec la diversité génétique caractéristique des humains ?

« Bonjour. Suivez-moi je vous prie. »


On ferait difficilement plus froid. J’acquiesce tout de même, restant sur mes gardes. Se préparer à tout. Cette devise nous est inculquée dès le début de notre entraînement, martelée avec plus de force encore que la fidélité au clan et à la famille. C'est un réflexe devenu instinctif, au même titre que respirer. Et c'est un réflexe indispensable. Peut-être l'humaine souhaite seulement s'éloigner d'éventuelles oreilles indiscrètes. Ou peut-être souhaite-t-elle me piéger et éliminer un danger, manquant au passage de vision, ne serait-ce qu'à moyen terme.

Je la suis, observant sa démarche un brin ralentie. Son exosquelette est, au minimum, une merveille de technologie cybernétique, il faut bien l'avouer. Sa propre création, selon son dossier. Pas étonnant quelle dirige ce laboratoire !

Nous entrons dans un bureau, apparemment le sien. Épuré, et doté d'équipement faits sur mesure pour elle.

« Il semblerait que cela ne soit pas exclusivement des technologies alors… D’importantes données de recherches ont disparues depuis une quarantaine d’heures, j’avais pensé à de l’incompétence, mais… S’il y a du vol dans mes laboratoires… Quelle bande d’enfoir..Skrr..rSSsksshhs ! »

L'humaine s'arrête nette en entendant crisser son haut parleur. Impassible sur son visage, oui... Mais ses appareils sont visiblement sensibles à ses émotions.

« Excusez-moi, ce prototype n’est pas encore optimisé. »

Pratique expérimentale sur elle-même, donc. Classique, quand l'administration réagi lentement aux demandes des scientifiques. Encore plus si les scientifiques en question sont directement concernés, au delà de leur travail, par les résultats de ces expériences.

« Ces données me sont importantes, potentiellement problématiques entre de mauvaises mains et surtout, je souhaite récupérer mon travail volé. Cependant je ne vois pas qui serait sujet à ce genre de choses. Alors, comment puis-je être utile ? »

Pas la moindre tentative de démontrer qu'elle est innocente. Elle n'aborde même pas le sujet. Soit c'est l'une des plus grande bluffeuse que j'ai rencontré, soit cette femme n'envisage même pas d'être soupçonnée. Sait-elle que sa direction est à 100% derrière elel, et m'a affirmé qu'elle est au delà de tous soupçons ? Peut-être. Possible. Partons de ce principe, pour le moment.
De toute façon, elle n'aurait pas de réel intérêt à trahir Ariake Technology. Peu de groupes ont autant de moyens dans la galaxie, et moins encore parmi eux souhaitent financer ce genre de recherches.

« Vos dires confirment que votre laboratoire est la source des vols. Je doute que vous fournissiez des données de recherches pas encore terminées à d'autres services de votre entreprise. Ce vol est d'ailleurs assez troublant. »

Je m'appuie sur l'un des murs, réfléchissant. Je prendrai bien une cigarette, mais elles sont très mal vues dans l'espace concilien. Et interdites quasiment partout, en plus.

« Des données de recherches ne sont utiles qu'à des laboratoires, ce qui désigne vos concurrents. Mais revendre vos technologies dans les systèmes Terminus ne colle pas. Certes, cela nuirait à la réputation de votre labo si ça s'apprend, et causera également des pertes économiques à l'entreprise, mais il serait plus rentable pour eux de vous copier. Je suppose que votre équipe est trop bien payée pour être corrompue ? »

Oui, évidemment. Ce laboratoire est à la pointe de la technologie. Vu les sommes dépensées ici, je doute que la direction soit radine envers ses salariés. La raison des vols ne peut pas être monétaire.

« Des troubles particuliers dans l'équipe ? Un chercheur pas satisfait de son sort et désirant être mit au premier plan, ou encore qui aurait une vengeance à assouvir contre vous ou contre Ariake ? »


C'est une piste possible. Vengeance contre Khavinski, le voleur aurait envie de nuire à l'image du laboratoire et à sa chef. Peut-être avec l'idée de la remplacer.
Vengeance contre l'entreprise, possible aussi, mais moins probable. Les dossiers de Ariake sur leurs employés sont très complets. Ils me l'auraient signalés s'ils soupçonnaient quelqu'un en particulier. De plus, nuire à une seul laboratoire, même imminent, ne blesserait pas suffisamment l'entreprise. Mais si l'individu travaille sans allié, alors il n'a sans doute pas d'autres choix.


Notes HRP :

Abbadon : #ffcc00


Journal de Bord




Revenir en haut Aller en bas
Messages : 38
Crédits : Olsen

MessageSujet: Re: La science en moins, une affaire de plus   Mer 23 Déc 2015, 01:02

La science en moins.








« Vos dires confirment que votre laboratoire est la source des vols. Je doute que vous fournissiez des données de recherches pas encore terminées à d'autres services de votre entreprise. Ce vol est d'ailleurs assez troublant. » … « Des données de recherches ne sont utiles qu'à des laboratoires, ce qui désigne vos concurrents. Mais revendre vos technologies dans les systèmes Terminus ne colle pas. Certes, cela nuirait à la réputation de votre labo si ça s'apprend, et causera également des pertes économiques à l'entreprise, mais il serait plus rentable pour eux de vous copier. Je suppose que votre équipe est trop bien payée pour être corrompue ? » … « Des troubles particuliers dans l'équipe ? Un chercheur pas satisfait de son sort et désirant être mit au premier plan, ou encore qui aurait une vengeance à assouvir contre vous ou contre Ariake ? »

...

« Je suis relativement d’accord avec votre raisonnement, c’est troublant, ces technologies sont coûteuses et pourraient certes être rentable pour une ou deux personnes, mais en comptant le trajet jusqu’aux terminus, bien que ne les connaissant que réputation.. Le jeu en vaut-il la chandelle pour quelqu’un sous contrats ici ? »

Un trajet vers les terminus devait être potentiellement dangereux et peut-être aussi couteux, alors prendre ces risques pour quelques milliers de crédits, de plus la paie des scientifiques et chercheurs était trop bonne pour que cela vaille la peine de prendre tant de risques.

« Pour les troubles, il n’y en as pas que je sache.. Ce qui ne confirme absolument rien, je ne peux rien affirmer de ce que les autres pensent. Comme vous le dites les gens ici ont de bonnes paies et pour la plupart de bons travails. Ce qui ne me laisse penser que soit quelqu’un cherche à me nuire pour une quelconque raison, soit quelqu'un en bas de la hiérarchie tente de se faire une meilleure paie, soit.. Quelqu’un de talentueux aurait un projet dangereusement illégal. Les données volées concernent des lentilles de contact à objectif militaire, tout comme la technologie volée.. »

Elle se stoppa de parler un moment, les monologues avaient tendance à altérer sa concentration et demandait des pauses régulières pour ne pas se fatiguer de trop. Cette histoire en plus de ça était troublante et énervante, ce qui ne l’aidait en rien dans ces démarches.

« Cette dernière supposition serait grave, ce n’est pas pour rien que certaines de nos créations ne sont pas accessibles au grand public, nous les avons créés pour les armées officielles et non.. Tous autres intérêts personnels ou terroristes. »

« Mara ? » Un cube holographique vacillant entre le bleu et le vert s’extirpa du noyau IV incrusté dans le bureau et s’approcha d’eux.
« Module d’assistance de recherches avancé, mise en ligne, que puis-je faire pour vous Mademoiselle Khavinksi ? »
« Je voudrais que tu affiche la hiérarchie totale de la branche Cybernétique, ainsi que le calendrier horaire de chacun des employés leurs absence, motifs d’absences, heures d’arrivée et de sortie du laboratoire, autorisation directoriale, tu peux également répondre aux questions de Mr Bynare. »
« Autorisation directoriale validée, entendu, traitement de votre demande en cours, les informations demandées ont été trouvées. »

L’IV afficha alors divers écrans avec les infos demandées, les employés étant nombreux, il y avait un tri à faire, mais parmi lesquels ? Flora se tourna vers le Galarien et reprit la parole.

« Pour le moment c’est tout ce que je peux faire pour vous aider à avancer dans votre enquête, je peux vous laisser étudier ces informations le temps que je finisse de lire les résultats, ici même, au moins je pourrais répondre à vos questions, si besoin. »

Elle se tourna alors pour aller s’installer sur sa chaise sur mesure et activer l’écran de son bureau juste avant de demander le transfert des résultats sur ce même écran qui s’exécuta instantanément. Elle relança l’air de piano et se plongea soudainement dans la lecture comme si rien ne l’avait auparavant dérangée, ou comme si sa conversation avec l’agent du GSI n’avait jamais eu lieu. Et pourtant, bien qu’elle paraisse déconnectée, elle était tout à fait consciente et présente à sa façon.




 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : GSI
Rang : Agent de terrain
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4180-dossier-abbadon


Roi de la Chasse Sauvage
Messages : 311
Crédits : Impera tor Alicia - DeviantArt

MessageSujet: Re: La science en moins, une affaire de plus   Sam 26 Déc 2015, 00:22
La Science en moins, ...


20 Décembre 2200,
Citadelle


« Quelqu’un de talentueux aurait un projet dangereusement illégal. Les données volées concernent des lentilles de contact à objectif militaire, tout comme la technologie volée.. »

Une possibilité particulièrement grave. Même si l'enquête n'a trouvé aucune trace d'un laboratoire – existant ou en formation – dans les systèmes Terminus. Néanmoins, peut-être étais-je passé à côté de quelque chose.

« Mara ? »

Un drone cubique scientifique. Plus optimisé pour la gestion des informations que pour les relations sociales. Les scientifiques n'ont pas besoin qu'il se présente sous son nom complet de manière systématique. À moins que ça me soit adressé ?

L'humaine a de la suite dans les idées. Entre mes informations et les plannings complets des employés, je devrai pourvoir dégager des pistes.

Commencer par activer mon propre omnitech, faire apparaître mes informations. Trouver des correspondances entre les dates de livraison, les produits, les individus travaillant. Le point de revente recevait du matériel une fois par mois, environ. Le hangar où les produits étaient stockés est déjà sous surveillance, mais le propriétaire ne sait rien. Locataire anonyme. Le propriétaire doit sans doute croupir dans une geôle du SSC, à regretter de ne pas avoir respecté la législation.
Les absences... Pas d'absence troublante. Le voleur devait donc s'arranger pour accéder prendre les technologies en partant, à moins qu'il n'ait un complice à qui il les donnait pendant ses heures de travail.

Les horaires, plus intéressantes. Là, je peux voir des régularités. Des individus plus souvent présents lors des vols. Mais je vois que certaines technologies sont consignées dans des zones spécifiques. Peu d'individus ont accès à toutes ces zones à la fois. Un voleur, qui aurait plusieurs cartes ? Aucune perte n'a été signalée, mais une copie est possible. Plusieurs voleurs ? Incompatible avec les raisons de la trahison, trop peu à gagner pour une personne, encore moins pour un groupe. Un individu haut placé ?

Un bref coup d’œil vers la chef scientifique. Assise, concentrée sur ses analyses. Est elle vraiment innocente ? Elle correspond parfaitement au coupable idéal. Accès à toutes les données et technologies, au delà de tous soupons, et a une raison de trahir potentielle : vouloir faire des recherches refusées par ses supérieures sur des technologies pouvant améliorer sa condition. Mais ce ne sont que des suppositions.

Surtout que d'autres individus peuvent correspondre, bien que je devine pas leurs raisons.
Le second de l'humain, Rama. Décris comme efficace et compétent, mais également effacé. Il peut vouloir changer ça. Surtout qu'il était là avant l'arrivée de Khavinski : peut-être comptait il diriger le laboratoire au départ du prédécesseur de l'humaine.
Lewis, chef des techniciens de laboratoires. Le gars qui maîtrise tout des logiciels, outils et appareils utilisés donc. Accès à toutes les zones dans le cadre de son travail, et une paie moins importante que les autres.
Et enfin, N'adou, l'un des principaux chercheurs. Il n'a pas accès à toutes les zones, mais il a sans doute pu l'obtenir. Spécialisé dans les prothèses à but militaire, il a dirigé une partie des recherches pendant des années, mais a perdu la direction lorsqu'elles se sont soldées par un échec. Il a peut-être mal pris le fait que des recherches dans le domaine militaire ait repris mais qu'il n'y ait qu'un second rôle.

« Mme Khavinski, pouvez vous m'en dire davantage sur ces trois individus ? J'aimerai aussi les rencontrer. »


Notes HRP :

Abbadon : #ffcc00


Journal de Bord




Revenir en haut Aller en bas
Messages : 38
Crédits : Olsen

MessageSujet: Re: La science en moins, une affaire de plus   Dim 27 Déc 2015, 19:04

La science en moins.







Flora ne détacha le regard de son écran le temps de finir la lecture d’une séquence, ce qui prit une dizaine de secondes pour lancer un regard interrogateur vers Mara qui transmit les fiches des individus directement sur son écran à elle. Elle observa les profils un moment, elle ne connaissait pas spécialement tout le monde dans le lab, tout particulièrement les non gradés. Mais deux d’entre eux faisaient partit des personnes avec qui elle avait très fréquemment des échanges pendant ses heures de travail.

« Lewis Nolan, chef technicien, très compétent il comprend parfaitement nos besoins et fait un travail particulièrement appréciable. Je doute fortement qu’il soit impliqué par le simple fait qu’il adore son travail, il est le genre à être apprécié de tout le monde, il est plein d’humour et je trouve cela bénéfique pour l’équipe. »

Elle prit une pause en regardant la seconde fiche, également cela lui permettait de pré formuler sa prochaine phrase afin de moins se fatiguer.

« N’adou Vella, un bon chercheur, je trouve qu’il manque un peu d’ouverture d’esprit, ce qui a causé l’échec de ses anciennes recherches qui ont elles même causé sa perte de grade, il est un peu grincheux depuis. Je ne peux pas dire que je m’entends spécialement bien avec lui, nous avons une relation professionnelles, rien de plus, rien de moins. Ce serait étonnant qu’il soit mêlé, il a tout de même un bon poste. »

A nouveau elle prit une pause, légèrement plus longue tout en étudiant le dernier profil.

« Rama, je le connais moins, nous avons échangés de temps en temps, rien de vraiment.. Transcendant, il est un peu renfermé, cependant il est compétent je n’ai rien à redire sur son travail et je ne vais pas lui reprocher de ne pas être aussi sociable que Lewis car je ne le suis pas moi-même. »

Elle se redressa sur sa chaise et réfléchit un petit moment, à ses yeux tout ça n’avait rien de logique et tout était complètement incompréhensible, elle pouvait trouver des centaines d’hypothèse logiques pour des formules scientifiques complètement vrillées, mais au niveau des réactions humaines plus rien n’était compréhensible à ses yeux.

« Au plus ça vas au moins je comprends l’intérêt de ces vols hors celui de recherches dangereuses, mais étrangement je n’ai pas l’impression que ce soit volontaire…. Et si.. Une seconde, suivez-moi. »

Elle se leva soudainement absorbée par quelque chose et retourna dans le laboratoire suivie par le perplexe Galarien, elle s’arrêta un instant pensive au centre de la pièce puis reprit sa route en direction d’un coffre mural qu’elle déverrouilla avec son multipass d’Omnitech. Une fois ouvert sur quelques tiroirs numérotés elle tira le quatrième et en sortit un petit appareil semblable à un monocle bleuté.

« Ceci est un calculateur corporel, c’est un des premiers prototypes, on s’en sert pour les opérations lourdes, il permet de toujours avoir un œil sur le rythme cardiaque, le niveau de stress et autres informations corporelles du patient. Je peux convoquer vos suspects dans mon bureau, ainsi vous pourrez les interroger tout en portant cet appareil et serrez en mesure de voir qui ment ou non. Cela vous conviendrait-il ? »
Elle tourna le visage vers lui, fixant les grands yeux de l’amphibien sans grande expression dessinée, concrètement elle ne savait pas si ‘était une excellente idée ou non. Cependant elle était intéressée de savoir si cela pouvait aider, car si c’était le cas, le concept pourrait être intéressant à intégrer dans le prototype de lentilles de contact militaire.

« J’ai la possibilité de faire quelques réglages au besoin.. »




 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : GSI
Rang : Agent de terrain
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4180-dossier-abbadon


Roi de la Chasse Sauvage
Messages : 311
Crédits : Impera tor Alicia - DeviantArt

MessageSujet: Re: La science en moins, une affaire de plus   Lun 04 Jan 2016, 01:50
La science en moins, ...


20 Décembre 2200,
Citadelle


L'humaine étudie chacune de mes propositions, en parlant avec son timbre caractéristique. Sans réel timbre, lent – ou plutôt avec de longues pauses – neutre. Neutre envers ses hommes aussi. Les défendant, sans affirmer leur innocence, tout ou plus s'étonnant de leur possible traîtrise. Presque... s'en moquant, en fait. Sans doute que son timbre influence ma perception, mais vraiment... paraître si froide vis-à-vis d'hommes aussi hauts placés dans son labo, des collègues, voir des amis, censés l'assister dans des recherches de top niveau. Et à la place, elle semble s'en moquer, tout juste considérer leur cas, mais comme si ça ne l'affectait pas.

Bon sang, que je sens mal cette humaine. Je ferai peut-être mieux d'envoyer chier la demande de Ariake et faire arrêter tout le monde. Basta pour les pertes de temps, d'argent et de réputation, c'est leur problème.
Mais évidemment, la Dalatrace me le reprochera par la suite.
Quoique, ça pourrait aussi l'arranger. Ariake est en concurrence avec des entreprises galariennes. Et le temps que l'arrestation soit conclue, je pourrai moi-même fouiller dans leur dossier, voir ce que je pourrai trouver pour le GSI. Des technologies de pointe potentiellement dangereuses, paraît-il...

L'idée est intéressante. Mais Khavinski en a une autre. Interroger les suspects que j'ai nommé à l'aide de ses appareils de mesure physiologiques.

Je n'en reviens pas. Et elle ne se fout même pas de moi ! Les résultats de ces appareils sont très variables, dépendants de comment la personne gère le stress et les émotions. Totalement inefficaces chez les miens, par exemple, d'autant plus que nous avons déjà un talent inné pour détecter les secrets, et donc les mensonges.
Plus le temps passe, moins j'apprécie cette femme. Moins je lui fais confiance. Elle colle trop à la coupable idéale. Trop pour l'être, c’est possible, mais hors de question de me fier à elle dans ces conditions. Et tant pis pour les demandes de Ariake, et les ordres du GSI. Les répercussions politiques ne sont pas mon problème.

« Ce genre d'appareil ne prouve rien, perte de temps. Puisque vous ne semblez pas avoir d'idée précise, tout le monde doit être interrogé. Le SSC va s'en occuper au poste de sécurité. »

Un bref message dans mon omnitech, et le SSC commence à entrer dans le bâtiment. Je regarde à nouveau l'humaine, étudiant son éventuelle réaction, même si elle n'en n'a guère fait preuve jusqu’ici.

« Vous aussi, évidemment. L'enquête se passe également sur les lieux du vol, les civils n'y sont pas tolérés. »

J'escorte l'humaine jusqu'à la police de la Citadelle. Puis je me remet à déambuler dans le laboratoire désormais vide, plusieurs objectifs en tête.
Tout d'abord informer mes supérieurs, histoire que la Dalatrace se prépare à l'appelle de Ariake. Elle saura gérer ça. Puis étudier les bureaux et les dossiers personnels des suspects principaux. Mais aussi du reste des gens travaillant ici. Il y en aura pour longtemps, adieu l'enquête tranquille et rapidement résolue.
Ce qui signifie également que le GSI peut avoir le temps d'étudier certains des projets en cours ici. Enfin, à condition qu'un agent dévoué prépare un accès aux données que le SSC analysera. C'est eux qui s'en chargeront, sur la Citadelle, et aucune chance qu'ils dévoilent des données secrètes. Pas volontairement du moins, mais le GSI arrive toujours à savoir ce qu'il veut.

Cessons de bavasser, passons au travail. Et commençons par le poste de travail de Khavinski.

Son ordinateur est fermé, mais les autorisations de sa direction font des miracles, les sécurités s'ouvrent en douceur. Je lance mes propres programmes d'infiltration néanmoins, non pas pour craquer des barrières, mais pour m'assurer que tout s'ouvre bien, que rien ne reste caché. Tant que je ne craque aucune sécurité, je suis indétectable.

Un chuintement. La porte coulissante du couloir. L'équipe du SSC ? Non, trop tôt, ils n'ont même pas du finir d'amener au poste les membres du labo. Ça ne sent pas bon.
L'ordinateur de Khavinski n'est pas connecté à la sécurité du labo. Il me faudrait un peu de temps pour l'y connecter puis étudier les caméras braquées sur ces bruits. Un temps que je n'ai pas.
Les pas se rapprochent du bureau. J'active mon camouflage optique, me met à côté de la porte, patiente tandis que l'inconnu – ou plutôt les inconnus – s'approchent. Deux ou trois, pas plus.

La porte s'ouvre enfin, deux individus entrent sans me voir. Équipement de combat discret mais efficace – des tenues ressemblant à celles d'agents de sécurités, ou au SSC, mais je perçois des détails incohérents - , armés, prudents. Dangereux mais confiants. Je passe derrière le premier, saisit son menton et son épaule, lui brise la nuque d'un coup sec. Le second se retourne, un premier coup dans son visage, un second dans l'articulation du genoux, un troisième dans la gorge, il tombe au sol dans un râle. Je me demande ce qu'il pourra m'apprendre.

Un autre bruit. Le casque du premier homme. Une communication à coutre distance.

« Delta, au rapport. »

Un dernier coup dans la nuque du deuxième humain, puis je sors mon fusil à pompe. Visiblement, jje ne vais pas manquer de gens à interroger, je peux donc sacrifier celui-ci.
En premier lieu, accéder à la salle de contrôle, donner l'alarme, identifier la menace représentée par l'ennemi. Je retourne sur l'ordinateur de Khavinski, entre les derniers codes, tandis que du bruit se fait de nouveau entendre dans le lointain – enfin, lointain, façon de parler. Dans le laboratoire, quoi.
Voilà, accès à la sécurité. Un coup d’œil sur les caméras et... ça sent pas bon. Il y a au moins une dizaine d'individus, tous bien équipés et aux aguets, se dirigeants vers moi.
Et pour couronner le tout, voilà qu'une communication s'ouvre devant moi : Flora Khavinski.


Notes HRP :

Abbadon : #ffcc00



Journal de Bord




Revenir en haut Aller en bas
Messages : 38
Crédits : Olsen

MessageSujet: Re: La science en moins, une affaire de plus   Lun 04 Jan 2016, 15:12

La science en moins.



Etrangement lorsque le galarien avait annoncé l’arrestation générale du laboratoire, mais surtout en notifiant qu’elle-même ne ferait pas exception, elle n’eut pas la moindre réaction, comme à son habitude, passive. Enfin réellement elle était particulièrement agacée d’avoir ainsi été dérangée dans son travail pour en plus être plus tard emmenée et de ce fait perdre encore plus de temps, elle soupira brièvement et un léger grésillement résonna dans le petit haut-parleur.

Elle et son équipe furent emmenées dans une salle à l’entrée du bâtiment ou chacun seraient surement interrogés en temps et en heure lorsqu’un petit bip et une lumière clignota sur son omnitech. Elle s’assit dans le fond de la salle de façon à être à peu près masquée de la vue par la baie virée, quelque chose semblait clocher car une porte de secours proche de son espace personnel venait d’être visiblement illégalement hackée. Etrange, pourquoi hackerait-il une sortie de secours ? A moins que ce ne soit le SSC ? Non. Elle jeta un œil vers les membres du laboratoire et fût surprise de voir que chacun de leurs omnitech recevait l’un après l’autre un signal d’effraction. Toutes les entrées de chaque laboratoire d’un coup ? Impossible, ou alors.

Elle tapota le bras de Lewis Nolan, lui-même semblant inquiet, il avait visiblement lui aussi comprit que quelque chose clochait. Elle lui fit signe de la cacher un peu plus, l’homme le plus compréhensif du labo ne portait pas sa réputation pour rien.

« Mr Vella, étant donné que nous sommes tous ici à perdre du temps, pourriez-vous me montrer les résultats du prototype 74 ? Est-ce que la modification à portée ses fruits ? Ah et vous Mademoiselle Khavinski, avez-vous finis vos analyses ? Je serais curieux de voir les résultats également. »

N’adou Vella parut dans un premier temps complètement interloqué par une telle question alors que tous ici étaient sur le point de perdre leurs job, mais un signe discret de Lewis que Flora n’avait pas vraiment remarqué sembla lui faire comprendre le principe de la manœuvre. Alors il s’avança et vint tout juste devant eux, dans les champs de vue des gardes qui pouvaient les entendre sans problèmes en s’exclamant finalement « Et bien puis que nous n’avons rien de plus productifs à faire, oui, biensur. » Flora prit alors la parole.

« Si cela ne vous dérange pas je resterais assise, laissez-moi trouver les résultats.. »

Rapidement elle pianota via son omnitech et se connecta sur son propre ordinateur dans lequel elle vit que quelqu’un se connectait aux cameras de sécurité et vit image pour image exactement la même chose que le Galarien. Elle coupa alors via celui-ci, le son du haut-parleur et connecta l’implant neuronal directement à son omnitech pour entrer en communication avec l’enquêteur du GSI.

« Mr Bynare, il me semble que nous ayons tous été bernés et que notre voleur se soit servi de vous. Cependant j’ai réussi à reprendre partiellement le contrôle des caméras, je vous conseille de garder un écouteur à l’oreille et de suivre mes instructions afin que vous puissiez sortir d’ici vivant dans un premier temps… Réaccordez-moi les droits d’administrateur dans un premier temps… Ensuite, il vous faudra attendre mon signa et vous diriger vers le Labo numéro 2… Je comprends bien que cela vous déplaise, mais si vous voudriez bien éviter de prendre trop de temps à réfléchir afin que je puisse me rendre utile… Sachez qu’il n’y a qu’une seule façon de sortir de mon espace personnel, c’est par là que vous êtes entré. »

Lewis qui comprenait peu à peu la démarche de sa directrice se mit à plonger de plus en plus dans un jeu à la fois brillant et potentiellement stupide alors que deux gardes les observaient avec une méfiance non cachée. Il en profita pour se pencher et lui-même connecter son omnitech au sien.

« Tien, votre Haut-parleur semble défectueux est-ce que quelqu’un aurait par hasard emmené un petit tourne vis avec soi ? »


Le temps passait, et le Galarien avait certainement réfléchis à de nombreuses raisons de ne pas lui raccrocher au nez. Cependant elle reçut à nouveau ses pleins droits et se mit directement au travail d’après les caméras, deux autres personne avançaient doucement dans le couloir de son bureau.

Elle déverrouilla son tiroir qui s’ouvrit devant le nez de Bynare.
« Il y a une paire de lunettes, mettez-les, j’éteins les lumières dans 3..2..1.. » Et le labo sombra dans la pénombre, les lunettes du galarien s’activèrent automatiquement et lui offrit le luxe d’une vision thermique. « Deux dans le couloir a 3 metres, ils ont des visions nocturnes, je vais faire en sorte de les éblouir, à vous de jouer et dirigez-vous vers le Lab numéro 2 dans 4..3..2..1.. »Un flash de lumière illumina en puissance le couloir, elle avait poussé la puissance des lumières à son maximum et avait sournoisement allumé et éteint en pleine face des intrus.

Il ne restait plus qu’à espérer que l’enquêteur était bon dans son métier, ce qui semblait être le cas, mais également qu’il serait assez concentré et obéissant pour exécuter exactement toutes les directives qu’elle lui dicterait. Décidément cet homme finirait très certainement par la détester pour de bon..

 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : GSI
Rang : Agent de terrain
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4180-dossier-abbadon


Roi de la Chasse Sauvage
Messages : 311
Crédits : Impera tor Alicia - DeviantArt

MessageSujet: Re: La science en moins, une affaire de plus   Ven 08 Jan 2016, 14:31

La science en moins, une affaire de plus.
20 Décembre 2200

Citadelle


« Mr Bynare, il me semble que nous ayons tous été bernés et que notre voleur se soit servi de vous. Cependant j’ai réussi à reprendre partiellement le contrôle des caméras, je vous conseille de garder un écouteur à l’oreille et de suivre mes instructions afin que vous puissiez sortir d’ici vivant dans un premier temps… Réaccordez-moi les droits d’administrateur dans un premier temps… Ensuite, il vous faudra attendre mon signa et vous diriger vers le Labo numéro 2… Je comprends bien que cela vous déplaise, mais si vous voudriez bien éviter de prendre trop de temps à réfléchir afin que je puisse me rendre utile… Sachez qu’il n’y a qu’une seule façon de sortir de mon espace personnel, c’est par là que vous êtes entré. »

Et bien, la mission devient plus intéressante. Manipuler le GSI n'est pas à la portée du premier venu. Le groupe responsable, quel qu'il soit est dangereux. Trop dangereux pour simplement me contenter de fuir et de laisser les intrus piller les technologies, en tous cas.

Je ris silencieusement. Comme si je n'étais pas un intrus moi-même.

En revanche, donner le contrôle de l'ordinateur, et donc de la sécurité du laboratoire, à Khavinski, est-ce vraiment une bonne idée ? J'hésite un instant. Certes, les deux individus que j'ai tué ne semblaient pas s'attendre à ma présence, mais ça ne prouve rien. Mais autant prendre le risque. Elle connaît le laboratoire et pourra m'aider si elle est de mon côté. Et dans le cas contraire, j'ai plusieurs atouts dans ma manche.

Je lui réponds tout en lui donnant les droits sur le système de sécurité.

« Entendu, Khavinski. Mais je ne pars pas. Il faut déclencher l'alarme et avertir le SSC afin qu'ils encerclent le bâtiment. Les intrus doivent être arrêtés ou éliminés, et rien de ce que vous étudiez ne doit sortir d'ici. »

Je n'attends pas spécialement de réponse. l'humaine est intelligente, elle comprends les enjeux. Au moins il est impossible de contacter l'extérieur sans passer par les plateformes faites pour. Impossible de contacter le SSC donc, mais également impossible pour eux de transmettre des données à distance.

Un tiroir s'ouvre devant moi, des lunettes nocturnes à l'intérieur. Un modèle adapté à la physiologie humaine et pas galarienne, donc inconfortable, mais supportable pour le moment. Je les enfile avant de quitter le bureau dans l'obscurité, mon fusil à pompe chargé à la main.

La laborantine me guide, m'informant de la présence de deux individus. Un flash de lumière les éblouis, j'en profite pour avancer au corps à corps et tirer de trop près pour que leurs boucliers puissent servir. Leurs cadavres s'effondrent, corps et armures déchiquetés. Bruyant, mais les ennemis savaient déjà qu'ils n'étaient pas seuls, de toute manière. Et au moins, il semble confirmé que l'humaine soit digne de confiance, même si une enquête approfondie devra être faite.

Je continue mon chemin vers le Labo 2, évitant le combat désormais, privilégiant le camouflage optique. Les intrus sont plus prudents et se déplacent en groupe de quatre ou cinq, trop dangereux à attaquer. Avec des grenades, peut-être... mais des grenades feraient bien trop de dégâts dans un laboratoire. Ariake comme la Dalatrace ne me le pardonneraient jamais. Quelle plaie.

Le nombre d'ennemis m'inquiète, en revanche. Plus que ce que j'avais vu au premier visionnage.

« Khavinski, avez vous une idée de l'effectif ennemi ? Et surtout, sont ils tous à mes trousses, ou est-ce que certains volent des données, des prototypes ou des expériences ? »

Les paramètres de la mission change selon la réponse. S'ils sont tous à ma poursuite, être discret me sera plus difficile, mais je pourrai prendre mon temps. En revanche, s'ils pillent déjà le laboratoire, je devrai me dépêcher, ce qui sera bien plus risqué.
Au moins, cette balade me permet de satisfaire ma curiosité concernant leur matériel. Soif de connaissance si caractéristique des miens, impossible à refréner. Et je ne suis pas déçu de la visite : le matériel auquel les humains ont accès est impressionnant : super-ordinateurs, IV de recherches et classifications des données, robots effectuant de manière automatique les expérience préliminaires, récoltant au passage les résultats et le synthétisant. Un gain de temps précieux. Leur matériel est presque au niveau du GSI bien que moins varié, en fait. Les humains ont décidément des ressources étonnantes. Ils utilisent un peu trop les robots et IV, mais peut-être est-ce lié à ce laboratoire en particulier.

J'arrive enfin au Labo 2. la zone est silencieuse, j'ai du passer les mailles du filet ennemi. Mais la prudence reste de mise : je vois plusieurs portes dans l'obscurité, et je sais qu'elles étouffent relativement bien les sons. Il est aussi temps de contacter à nouveau la chef du laboratoire.

« OK, je suis arrivé au Labo 2. Que voulez vous que j'y fasse, exactement ? »



Journal de Bord




Revenir en haut Aller en bas
Messages : 38
Crédits : Olsen

MessageSujet: Re: La science en moins, une affaire de plus   Mar 02 Fév 2016, 10:48

La science en moins.




« Khavinski, avez-vous une idée de l'effectif ennemi ? Et surtout, sont-ils tous à mes trousses, ou est-ce que certains volent des données, des prototypes ou des expériences ? »


Flora s’activa sur son omnitech à faire défiler les prises de vue des caméras aidée par Lewis qui s’était lui-même connecté à son appareil. Visiblement ils avaient eu la puce à l’oreille comme quoi un petit malin s’en prenait à eux et avait disparu de leur champ de vision, ils s’étaient lors tous unis pour le retrouver avant qu’il n’avertisse quelqu’un ou ne déclenche l’alarme.

« Il semblerait qu’ils soient tous à votre recherche, raison de plus pour se dépêcher. »

Le Galarien n’était pas mauvais bien qu’en règle générale ils soient tous doués en discrétion, il avait réussi une traversée des lignes ennemies qui avait parue presque trop facile, et tant mieux. Le Labo 2, enfin, maintenant les choses allaient être plus amusantes.

« OK, je suis arrivé au Labo 2. Que voulez-vous que j'y fasse, exactement ? »

« Bien, c’est le centre de test, premièrement je viens de déverrouiller la première porte sur votre droite, elle mène à un local de sécurité dans lequel se trouve une commande que vous devez passer sur le mode « manuel »… Ensuite acceptez ma demande de contrôle via l’écran afin que je puisse prendre le contrôle des systèmes... Et puis, ce labo contient bien moins de matériel couteux, s’il devait y avoir un combat, mieux vaudrait ici... Mais je doute qu’ils viennent tous ici les uns après les autres. »


Flora patienta quelques instants que son coéquipier de fortune s’occupe du « sale boulot », mais les gardes semblaient trop intéressés par ce qu’il se passait dans la pièce. C’est alors que Lewis, , encore plein de ressources pour détourner l’attention, décida d’entrainer quelques-uns des autres scientifiques dans une reprise a capella de » Dans un rayon de lune » La musique culte de Flotte et Flotilles, en anglais, dans un genre proche d’un gospel. Evidement peu d’entre eux connaissaient vraiment les paroles et surtout peu d’entre eux ne comprenait ce qu’il se passait dans la tête de Lewis.

« Je viens de recevoir les droits, donner moi un instant et mettez-vous à couvert. »

Dans le couloir une porte venait de s’ouvrir et un quartet de voleurs approchaient doucement vers la salle ou se trouvait le Galarien. Dans un coin de la même pièce un drone mécanique venait de s’élever en douceur dans les airs et se dirigea en silence par-dessus Abbadon, en direction du groupe, mais sans pour autant se montrer hostile, le drone resta juste finalement planté devant eux. Les quatre compères se stoppèrent devant lui, le tenant en joue à moins de deux mètres.

« Qu’est-ce que.. ? »
« Aucune idée, surement un truc de nettoyage ? »

L’impulsion qui jaillit soudainement sur un rayon d’environ 4 mètres de circonférence autour du drone figea complètement les intrus pris de convulsions électriques, ils finirent sur le sol hors combat par KO.

« C’était une idée de drone de contrôle de foule.. Amusant. Bien, je pense qu’il serait maintenant intéressant de vous diriger dans la salle de contrôle afin de fermer les accès et les sorties… Une fois enfermés à l’intérieur ils seront faciles à arrêter avec et l’aide du SSC.. En parlant du SSC, je vais vous mettre en relation via ma ligne sécurisée, j’imagine que ce sera plus crédible que vous leur parliez vous-même. »

Flora appela le bureau d’urgences du SSC et transféra l’appel à son coéquipier afin qu’il s’organise lui-même sur le sujet tandis qu’elle reposait un peu ses neurones, un léger mal de tête faisait vibrer ses tempes. Elle restait néanmoins aux commandes du petit drone plein de ressources.

 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : GSI
Rang : Agent de terrain
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4180-dossier-abbadon


Roi de la Chasse Sauvage
Messages : 311
Crédits : Impera tor Alicia - DeviantArt

MessageSujet: Re: La science en moins, une affaire de plus   Dim 07 Fév 2016, 17:58

La science en moins, une affaire de plus
20 Décembre 2200

Citadelle – Laboratoire Ariake Technologie


Les commandes sont nettes, précises. Je m'exécute, permettant à l'humaine de prendre le contrôle de sections toujours plus grandes du laboratoire. Que prépare-t-elle ? Les infos données par ses patrons ne montrent pas spécialement de défenses militaires internes au labo : ni tourelles, ni mécas de protections. Et quand bien même y en aurait il, ils seraient automatisés. Mais je suppose que je ne tarderai pas à savoir ce qu'elle veut, n'est-ce pas ?
« Je viens de recevoir les droits, donner moi un instant et mettez-vous à couvert. »
Une porte s'ouvre à proximité, alors que l'humaine termine sa phrase de son ton mécanisé. Pas le temps de chercher, je m'agenouille derrière une table sur laquelle repose tout un tas d'éléments minutieux. Et c'est l'endroit où elle me conseille de me battre afin de limiter les pertes économiques ! Comme c'est gentil de sa part.

Un drone s'élève, passe par-dessus moi. Sans doute ce que Khavinsky cherchait à contrôler. Je me redresse pour pouvoir le suivre du regard, en faisant attention à ne pas être repéré par le quatuor venant de pénétrer la salle. Le drone ne fait rien, étonnant les humains, puis envoie une violente décharge électrique. Sacrée circonférence, d’ailleurs mon bouclier en a été légèrement affecté malgré la distance. Ils vont devoir améliorer ça, ou concentrer l'onde sur une direction et ne pas la laisser s'écarter dans tous les sens. Ça permettra au drone d'économiser de l'énergie en plus, alors que là, sans omnitech pour le soutenir, il doit rapidement tomber en panne, à moins qu'il ne se recharge automatiquement et parvienne à tirer tous les X minutes.

Khavinsky reprend la parole. Un drone de contrôle de foules, hum. Non-létal, large zone, parfait pour son rôle donc. Un excellent outil de répression, histoire d'empêcher une manifestation d'aller trop loin. Ils devront quand-même diminuer un peu la puissance, des civils sans protections – contrairement au quatuor qui vient d'être mis hors combat – souffriraient beaucoup trop de ce genre d'attaque.

Elle me conseille d'aller verrouiller le laboratoire. Validé. C'est marrant, j'entends une chanson derrière elle. « Dans un rayon de Lune ». Chant phare de ce grand classique qu'est « Flotte et Flotille ». Sympathique, et la chanson rentre bien en tête.
Khavinsky continue de parler, puis me met en contact avec le SSC. Autant faire ça vite.
« Agent Abbadon Bynare du GSI, mandaté pour l'arrestation de l'équipe de Ariake Technologie sur la Citadelle. Officier, une attaque a actuellement lieu sur le laboratoire, dirigée par un groupe inconnu. Ils ont possiblement reçu une aide intérieure, mais cette éventualité se fait de moins en moins probable. Je suis actuellement en train de neutraliser les intrus, mais j'ai besoin de renforts. Faites venir vos hommes et encerclez le laboratoire. Personne ne doit en sortir jusqu'à ce que tous les intrus aient été arrêtés. Abbadon, terminé. »
Fin de la communication. C'est que je n'ai pas que ça à faire, moi.

« Khavinsky, je vais vers la salle de contrôle. Continuez de me renseigner à l'aide des caméras. Et du drone, désormais. »
Je quitte la salle, reprenant ma démarche silencieuse. Je sais que la neutralisation des quatre humains a été découvertes par le reste de leurs équipiers : j'ai entendu leurs appareils de communication grésiller. Les choses vont se compliquer encore davantage.
Le premier couloir est silencieux. Le drone vole devant moi, me servant d'éclaireur, en plus des instructions de l'humaine. Ils ont silencieux, assez sombres aussi, seules quelques vitres laissent passer de grands rayons de lumières provenant d'écran n'étant pas éteint, tournant probablement sur leurs batteries pour éviter que des données ne soient perdues. Ça me remet en tête ce que chantaient les collègues de la scientifique, en fait. Visiblement, je n'arriverai pas à m'en débarrasser. Je commence à chantonner à mon tour, à voix basse.
« Dans un rayon de lune, ... »
Que je chante mal. Faudra que je rattrape ça, dans mon prochain Cycle.

Tout se passe bien, j'arrive jusqu'à la salle de contrôle. En fait, ça se passe même trop bien, quelque chose cloche. Mieux vaut contacter l'humaine. Je m'arrête en entrant dans la salle.
« Khavinsky, où sont les intrus ? »
Une décharge électrique, derrière moi, me réponds. Je me jette à couvert alors que mon bouclier se vide instantanément, puis regarde. Le drone a lancé une nouvelle vague d'énergie, paralysant deux hommes qui s'apprêtaient à me descendre. Je ne les avait pas vu, merde.
Des tirs se font entendre, je les vois ricocher autour de mon allié synthétique. Pas le temps de niaiser, je cours vers les commandes et actionne la fermeture du laboratoire. Il faut donner du temps au SSC.
« Le SSC n'est pas encore en place, il va falloir empêcher les intrus de ré-actionner les portes et de s'enfuir. Et donc, les empêcher d'entrer ici. Si vous avez des suggestions, je suis preneur ! »
Je laisse le contrôle des commandes à la scientifique et me met à couvert. Un humain parvient à la porte. Un bon tir de fusil à pompe l'oblige à revoir ses ardeurs à la baisse, et il se met lui aussi à couvert. Je les entends parler, trop loin pour comprendre.
Bordel, y a plusieurs portes ici. Tenir va être difficile.



Journal de Bord




Revenir en haut Aller en bas
Messages : 38
Crédits : Olsen

MessageSujet: Re: La science en moins, une affaire de plus   Dim 13 Mar 2016, 17:39

La science en moins.




« Le SSC n'est pas encore en place, il va falloir empêcher les intrus de ré-actionner les portes et de s'enfuir. Et donc, les empêcher d'entrer ici. Si vous avez des suggestions, je suis preneur ! »

Flora pu observer Abbadon déglinguer un soldat d’un coup de fusil à pompe, il y avait quelque chose dans les armes a eu puissante qui l’intéressait grandement. Tirer avec des armes à feu, elle l’avait souvent fait sur cible, tranquillement, en prenant le temps, mais jamais sur quelqu’un avec toute les sensations et l’émotion que cela engendrait. Cependant elle ne saurait dire si c’était l’envie de connaitre cette sensation ou tout simplement le désir de pouvoir utiliser son corps aussi bien qu’un agent de renommée doté de capacités physiques repoussant la limite de la plus grande majorité de la population galactique. Passé outre ce désir, elle n’avait aucune idée si elle serait capable de tuer quelqu’un de ses mains et non aux commandes d’un synthétique dont les sensations se rapprochait plus à un jeu vidéo qu’autre chose. Son avidité scientifique de la connaissance mise de côté elle éviterait donc de trouver un moyen de tuer quelqu’un par simple égoïsme. Elle dirigea le drone qu’elle pilotait en direction de l’ennemi à couvert et enclencha la commande d’incinération qui n’était autre qu’un lance flammes avant que le synthétique ne subisse trop de dégâts.

« D’ici je ne pourrais pas faire grand choses pour les empêcher de hacker les systèmes de porte si ce n’est les refermer instantanément, cependant ils devront le faire une par une et je saurais les quelles et surtout quand ils le feront. Donnez-moi une seconde, ce drone à subit trop de dégâts. »

Elle prit le temps de poser l’appareil en douceur dans un coin pour ensuite chercher un appareil défensif de rechange et ce qu’elle trouva fût fort intéressant, une reproduction modifiée des robots Hahne-Kedar dont éclipse et autres étaient si friands. Un modèle militaire test équipé d’un M-8, peu produit pour une raison qu’elle ne connaissait pas plus que ça si ce n’est le fait que l’IV intégrée était un peu dangereuse.




« J’ai trouvé ça.. Nous n’avons plus trop le choix, se préparer et se défendre en attendant le SSC. Tenez.. »

Le nouveau jouet de la scientifique posa à côté d’Abbadon une sacoche contenant trois grenades incapacitantes.

« Au moins elle feront pas trop de dégâts au matériel fragile. »

Et tandis que dans sa tête naissait l’idée d’ajouter une IV de déplacement dans son exosquelette une première porte commençait à subir une intrusion. Elle programma le robot en mode attaque/défense et indiqua Abbadon comme allié.

« Ils arrivent par la porte du couloir, la porte rouge à droite.. Ils sont trois… Ah, une suggestion, ne vous mettez pas dans la ligne de mire du synth, il me semble qu’on ne l’a pas produit car l’IV se fiche un peu de ce qu’il se passe entre elle et sa cible… Si vous voyez ce que je veux dire. Je me demande qui était sur le projet… »

Le ton de sa toute dernière remarque sembla complètement détaché de la réalité, un peu comme se demander pourquoi quelque chose de simple était.. Simple. Pendant ce temps-là quelques agents du SSC étaient arrivés là ou Flora et les autres étaient enfermés et commençaient à se déployer tandis que d’autres étaient surement en train de s’infiltrer dans le laboratoire pour surprendre les assaillants.

La porte s’ouvrit soudain et a peine un soldat ennemis avait mis les pieds dans le champs de vision du robot que celui-ci déversa avec un temps de réaction instantané une salve de balles de fusil d’assaut. Il fallait maintenant tenir bon jusqu’à l’intervention du SSC et les tirs les mèneraient probablement plus rapidement dans la bonne direction.


 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : GSI
Rang : Agent de terrain
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4180-dossier-abbadon


Roi de la Chasse Sauvage
Messages : 311
Crédits : Impera tor Alicia - DeviantArt

MessageSujet: Re: La science en moins, une affaire de plus   Lun 21 Mar 2016, 21:13

La Science en moins,...
20 Décembre 2200

Citadelle – Laboratoire Ariake Technologies


Un allié robotique, trois grenades incapacitantes, et des informations que je peux juger fiable sur d'où viennent les ennemis. Plus qu'assez pour un agent du GSI, n'est ce pas ?
Bon, ces grenades vont avoir du mal à tuer, et je ne sais pas trop ce que donne ce robot expérimental, mais c'est mieux que rien.

« Ils arrivent par la porte du couloir, la porte rouge à droite.. Ils sont trois… Ah, une suggestion, ne vous mettez pas dans la ligne de mire du synth, il me semble qu’on ne l’a pas produit car l’IV se fiche un peu de ce qu’il se passe entre elle et sa cible… Si vous voyez ce que je veux dire. Je me demande qui était sur le projet… »
« Entendu. »

Je vais donc aussi devoir faire gaffe au robot. Génial.

La porte annoncée s'ouvre. Le robot lâche aussitôt un déluge de tirs, obligeant les intrus à se mettre à couvert. Je change de position afin de les apercevoir et tir à mon tour, à pleine puissance. Les boucliers affaiblis de mes cibles ne suffisent pas à absorber l'énergie et deux d'entre eux s’effondrent, gravement blessés ou morts. Le dernier a eu le temps de se mettre à couvert, mais les portes se referment avant que je n'ai le temps de tirer à nouveau. Khavinski est rapide.

L'humaine m'indique la prochaine cible d'ailleurs. Je me met en position, juste à temps pour prendre sous deux feux les adversaires. Leurs boucliers sont affaiblis, mais ils ont été plus prudents que les premiers – mieux informés – et ils se sont repliés avant d'être abattus. La porte se ferme à nouveau.

« C'est marrant, on dirait presque l'un de ces vieux jeu vidéos d'avant les omnitechs, où il faut avancer de tableau en tableau. »

Ouais, c'est sans doute pas le moment pour faire de l'humour. Mais il y a un instant de flottement. Ces ennemis ne sont pas stupides, ils savent qu'une porte par une porte, ils ne parviendront pas à prendre pied.

Nouvelle indication, la porte par laquelle je suis entré s'ouvre. Personne n'y apparaît en revanche, juste un bras avec une grenade incapacitante au bout. Je me jette à couvert, mais il ne s'agit que de fumigène. Rien d'extraor... Bordel, si le robot n'a pas de vision infrarouge, il ne les verra pas entrer.
Effectivement, j'entends les ennemis venir mais pas le robot tirer. Peu nombreux à nouveau. J'active mon camouflage optique et saute sur l'un d'eux, le cognant violemment au sol. Les autres se retournent. Trois, un turien, deux humains. Je profite de l'effet de surprise pour relâcher la charge de mon arme sur un premier humain, qui se retrouve jeté au sol, puis j'utilise ma biotique pour arriver au corps à corps avec les deux autres.
Galarien, combattant et biotique. Ça surprend toujours mes ennemis.
Le turien ne résiste pas, frappé successivement par ma charge puis par une projection qui l'écrase contre le mur. L'humain s'est ressaisit, en revanche, et il me rend coup pour coup. C'est confirmé, ces individus ne sont pas des amateurs.
Finalement, je l'ai par surprise. Une feinte puis une reculade, et ma surcharge le frappe alors qu'il s'étonnait de mon mouvement. Simple de l'achever au sol ensuite.

Pfiuu. C'était pas simple. Et un coup de feu dans mon dos me rappelle à l'ordre. Le dernier humain s'effondre, attaquer par le bot alors qu'il se relevait derrière moi. Le combat n'est pas terminé. Et on dirait bien que les derniers ennemis ont trouvé comment ouvrir plusieurs portes d'un coup, cette fois-ci.
Je rejoins rapidement mon allié automatisé et m'empare des grenades. Pas moyen de faire de chichis, cette fois.
Deux portes s'ouvrent, chacune d'un côté de la pièce, et les ennemis commencent aussitôt à tirer, à peine plus tard que le robot. Pour ma part, j'ai jeté les grenades des deux côtés puis j'ai activé mon camouflage.
Les flash illuminent la pièce, rapidement assombrie ensuite par la fumigène. Je profite de la fumée pour foncer vers mes ennemis, déchargeant mon fusil à pompe quand je suis assez prêt, puis retournant dans la fumée que leurs yeux affaiblis par le flash ne peuvent percer. Les tirs volent, imprécis, mais les ennemis sont nombreux et la pièce petite, je ne peux pas échapper à tous et mes boucliers s'affaiblissent. J'attaque à nouveau, frappant dans le dos de mon fusil à pompe, enchaînant aussitôt avec des attaques biotiques pour mettre hors de combat le plus d'ennemis possibles, même si ce n'est que temporaire.

Intense, violent, et froidement efficace. J'aime ce genre de combat, où l'instinct et les réflexes ont une part égale à la stratégie et au contrôle. Plusieurs de mes adversaires sont déjà au sol, mais le robot a été abattu et la fumée du fumigène se dissipe. Les tirs ennemis se font plus précis et mon bouclier est mort. Temps pour moi de sauter la rivière.
Je recule, fuyant par l'une des portes que les intrus ont bloqué en position ouverte. Plusieurs me poursuivent, et je sens une vive douleur dans mes côtes alors que mon armure arrête un tir direct, mais mon camouflage s'active et je parviens à les semer au premier tournant.

J'ai gagné le temps que j’ai pu. Il faut espérer que cela ait suffit pour que le Ssc se mettent en position.

« Ici l'agent Abbadon, les ennemis ont repris le contrôle des portes et vont commencer à fuir, êtes vous prêts à les cueillir ? »




Journal de Bord




Revenir en haut Aller en bas
Messages : 38
Crédits : Olsen

MessageSujet: Re: La science en moins, une affaire de plus   Sam 09 Avr 2016, 14:18

La science en moins.





De ce qu’elle pouvait voir, le combat se passait plutôt bien pour le Galarien et le robot qui faisait ses preuves malgré ses lacunes comme le manque d’un viseur infrarouge plutôt qu’un détecteur de mouvement aisément bloqué par un fumigène. C’était quand même ridicule pour le coup, heureusement que c’était seulement un prototype qui finira finalement par tomber au combat d’une mauvaise série de balles dans la tête.

« Ici l'agent Abbadon, les ennemis ont repris le contrôle des portes et vont commencer à fuir, êtes-vous prêts à les cueillir ? »

A peine Abbadon avait-il posé la question que Flora voyait les membres du SSC débarquer en force sur ses écrans et prenaient à revers les intrus dans un combat technique plus porté sur la neutralisation que l’élimination. Du côté des scientifiques ils avaient pu voir passer un groupe armé du SSC passé en vitesse pour assister leurs camarades au combat. Chose qu’elle n’apprécia qu’à moitié en pensant aux dégâts à venir.

« Le SSC est passé à l’attaque, cela ne durera plus longtemps.. Tenez bon. »

Quelques tirs raisonnent de nouveau, mais ne dureront pas bien longtemps, le SSC est en nombre et les intrus ont déjà perdu du monde dans le tas, si bien que certains commencent déjà à se rendre et à se faire passer les menottes, mais quelques endurcis surement les plus haut gradés de l’expédition tentent le tout pour le tout et essaient de sortir en force, les tirs fusent de nouveau alors qu’ils sont suivis de près jusqu’à-ce qu’une porte se ferme et se verrouille devant eux.

« Ils sont tout à vous. »

Flora se posa dans sa chaise dans un soupire et dans un même mouvement ses collègues firent de même, enfin les choses semblaient sous contrôle ou du mois le seront sous peu, et tous pourraient terminer cette étrange journée. Ils restèrent silencieux un moment, l’opération du service de sécurité de la citadelle prenait évidement un temps pour se terminer et personne ne les blâmerais pour cela. Etrangement elle se sentait épuisée sans trop comprendre pourquoi à moins que ce ne soit l’enchainement d’états émotionnels divers en ces quelques heures. Elle réfléchit un moment à ce qu’elle avait à dire au Galarien lorsqu’il repasserait… S’il repassait par là. Elle regarda sur la caméra qui donnait sur la pièce dévastée du dernier combat, Abbadon n’y était pas, elle coupa alors sa connexion aux caméras et rebrancha son haut-parleur pour le remettre en mode normal.

Quelle perte de temps tout ceci, Khavinski ne pouvait vraiment pas supporter les situations stressantes de ce genre, elle appréciait sa petite routine calme et paisible sans bruits ni troubles quel qu’onques. Elle aperçût enfin le Galarien revenir avec des hommes du SSC et des prisonniers à visage découvert aux races variées, visiblement il s’en était plutôt bien sortit, ce qui n’était pas peu impressionnant pensa-t-elle alors qu’il approchait.

« Je me dois de vous remercier Mr Bynare... Pour avoir sauvé nos recherches. Je pense que je m’occuperais personnellement des prochains systèmes de sécurité des labos… Il y a vraisemblablement beaucoup trop de lacunes. Oh.. et biensur, contente de vous voir en vie, cela va de soi, vous ne portez pas votre titre pour rien. »

Elle observa les prisonniers les uns après les autres, de tout, autant en races qu’en genres et en couleurs, chose peu courante sauf chez certains groupes mercenaires des terminus. Mais un groupe comme celui-ci semblait bien provenir de la citadelle, sans pourvoir en être sûre c’était un pressentiment fort qu’elle ne pouvait réfuter.

« Avez-vous des informations sur ces gens ? Qui sont-ils ? »

 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : GSI
Rang : Agent de terrain
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4180-dossier-abbadon


Roi de la Chasse Sauvage
Messages : 311
Crédits : Impera tor Alicia - DeviantArt

MessageSujet: Re: La science en moins, une affaire de plus   Mer 20 Avr 2016, 15:19

La Science en moins,...
20 Décembre 2200

Citadelle – Laboratoire Ariake Technologies


La fin de l'affaire fût rondement menée. Les assaillants n'étaient plus assez nombreux pour lutter face au SSC, et Khavinski coinça les derniers grâce à sa main mise technologique.
Je ne me suis pas trop exposé, sur la fin. Mon bouclier avait besoin de temps pour se recharger, mes attaques biotiques m'avaient épuisé, mon armure avait encaissé plusieurs tirs, bref, je n'étais plus vraiment en état. Les gros combat sur la durée, c'est pour les turiens et les krogans. Moi, je les préfère bref.
Les ennemis sont maintenant arrêtés, et nous les escortons au poste du SSC le plus proche. Je les observe, m'interrogeant sur leur origine. Trop bien équipé pour être un groupe mercenaire lambda, trop diversifiés pour être l'un des trois groupes majoritaires que sont les Berzerkers, Éclipse et les Soleils Bleus. Une véritable énigme.
Finalement nous arrivons, et je vois sur place l'équipe de chercheurs humains lésés par cette affaire. Je me dirige vers la chef d'équipe.
« Je me dois de vous remercier Mr Bynare... Pour avoir sauvé nos recherches. Je pense que je m’occuperais personnellement des prochains systèmes de sécurité des labos… Il y a vraisemblablement beaucoup trop de lacunes. Oh.. et bien sur, contente de vous voir en vie, cela va de soi, vous ne portez pas votre titre pour rien. »
« A votre service, Mme Khavinski, votre aide m'a été très utile aussi. Je ne peux pas dire que l'affaire est résolue, mais au moins il est assuré que vous n'êtes pas mêlée, ni votre équipe, à ces vols. », dis-je en regardant ses hommes puis les inconnus ayant attaqué le laboratoire.
« Avez-vous des informations sur ces gens ? Qui sont-ils ? »
Je hausse les épaules.
« Je l'ignore encore. Pas des mercenaires ordinaires, en tous cas. Je pense qu'ils seront durs à faire parler. Et qu'il sera plus dur encore d'obtenir des informations intéressantes. Ils ne savent probablement que peu de choses, et seuls deux de leur chefs ont survécus. Nous verrons bien. »
Mais la question de Khavinski est bonne. Qui sont ils ? Sans doute liés au vol, mais qui est derrière ces vols, alors ?
« Je ne peux pas prétendre que je vous tiendrai informée. Je pense que l'enquête va monter en haut lieu, et sera donc majoritairement confidentielle. Mais qui sait, peut-être aurons nous l'occasion de nous croiser et d'en discuter à nouveau ? Votre réputation d'experte est méritée, au vu de ce que contient votre laboratoire. »
Oui, l'humaine pourra être une source d'informations intéressantes. Il est souvent bon de confronter son intellect à des individus d'autres espèces. Bon, pas à n'importe lesquels, évidemment, la plupart sont trop lents. Mais les plus vifs, les plus créatifs et les plus intelligents d'entre eux en valent la peine.
« Je vous dis au revoir, Mme Khavinski. Et désolé pour le dérangement de votre journée. Je demanderai à mes supérieurs de vous communiquer le dossier sur les vols, pour que vous puissiez améliorer votre système de sécurité.
Et maintenant, je dois prendre congé. Ces mercenaires vont être interrogés, et je tiens à y assister. »

Je laisse là l'humaine et ses chercheurs. Je ne suis pas sur la Citadelle pour très longtemps, et ne pourrait donc pas assister à tous les interrogatoires, donc je veux directement m'arranger avec le SSC pour que le GSI soit tenu au courant. Cette affaire cache encore trop de choses.



Journal de Bord




Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: La science en moins, une affaire de plus   
Revenir en haut Aller en bas
 

La science en moins, une affaire de plus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: L'espace de l'Alliance interstellaire :: Bulle locale :: Citadelle-