AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 Joyeux Adahunum !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance
Rang : Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/
http://www.masseffect-reborn.fr/t150-journal-de-bord-d-adrien-annaz


Administrateur
Messages : 7937
Crédits : Matt Bomer - Lleyton Benam

MessageSujet: Joyeux Adahunum !   Mer 03 Fév 2016, 23:54
Intervention MJ : NonDate : 24 décembre 2200 RP Tout public
Adrien AnnazRavilla Aper
Joyeux Adahunum





La période de Noël avait toujours été une période de fête chez les Annaz. D’aussi loin qu’Adrien se souvienne, ils avaient toujours fait cette fête en famille, dans une ambiance irréelle. Les parents avaient toujours fait en sorte que le réveillon de Noël, et le jour même, reste un souvenir inoubliables pour leurs enfants. Pour perpétrer la tradition familiale, l’Humain s’efforçait de rendre Noël sinon inoubliable, au moins un bon moment entre proches. Malheureusement, ses relations avec son frère s’étaient tellement dégradés que les communications entre eux étaient quasi inexistantes. Hormis pour se dire qu’ils étaient encore en vie, une fois par an, et encore. L’idée de faire Noël en famille était donc impensable entre les deux frères.

Restait donc la sœur d’Adrien, Amy. Si celle-ci ne refusait habituellement pas de passer Noël avec son frère, cette année allait être plus compliquée : retenue par son travail, elle ne pouvait pas libérer pour rejoindre la Citadelle. Elle s’en était bien excusée auprès de son frère, qui comprenait bien le souci, les rôles ayant été inversés à plusieurs reprises. Malgré tout, Adrien se retrouvait pour fêter le dernier Noël du siècle seul. Sauf si… Sans savoir si c’était une très bonne idée, l’Humain termina de composer un message pour sa sœur pour lui souhaiter un joyeux Noël, et envoya un deuxième message à l’autre femme de sa vie.

"Bonjour Ravilla.
Est-ce que tu es libre ce soir ? Si oui, je t’attends à 20h chez moi. Préviens-moi si c’est possible. A tout à l’heure."


Le message envoyé, Adrien s’activa. Que la Turienne accepte ou non l’invitation, il avait l’intention de décorer son appartement un minimum pour la fête. Il devait bien y avoir quelques boutiques qui vendaient ce genre d’accessoires dans la Citadelle. Ses affaires en ordre, il quitta son appartement à la recherche du magasin tant convoité.

Au final, dégoter un magasin ne fut effectivement guère compliqué. A croire que les commerçants connaissaient les fêtes de toutes les races concilienne, de manière à maximiser leurs ventes. Pas si impossible que ça à la réflexion, en fait. Dans tout les cas, Adrien avait finit par récupérer plusieurs guirlandes lumineuses pour son appartement, et quelques babioles aux couleurs festives. Et par un heureux hasard, le vendeur se trouvait être Turien. Ils avaient discutés quelques minutes et découvert l’existence de ‘‘Adahunum ’’, une fête Turienne. Ou plutôt, un mélange entre une fête et une tradition. Un peu comme le Noël Humain, sauf qu’Adanuhum se déroulait sur un mois. Le vendeur lui apprit quelques nouvelles intéressantes concernant cette célébration. Adrien le remercia avant de quitter la boutique. Retournant chez lui déposer ses affaires, il ne resta que le temps de placer ses sacs dans un coin de la pièce avant de repartir effectuer un nouvel achat imprévu.

Installant les diverses guirlandes lumineuses et colorées dans son appartement, Adrien fut interrompu par un message sur son omnitech. La Turienne lui confirmait sa présence, avec un potentiel retard de trente minutes. L’Humain lui répondit en lui assurant qu’il n’y avait pas de problème, et lui confirma qu’elle n’avait rien à apporter, s’occupant de tout. Il s’empressa ensuite de terminer l’installation des décorations avant de reprendre ses affaires et de partir acheter de quoi se nourrir pendant le repas. Problème des relations Humanos-Turiennes, il allait devoir acheter chaque aliment en double pour éviter les problèmes de constitution.

Cette fois, il fut plus facile de trouver des magasins de nourritures. Les enseignes Humaines s’étaient mise au diapason de la fête, et vendaient les produits caractéristiques de Noël : fruits de mer, marrons, et bien d’autres produits. Bien évidemment, lesdits produits n’étaient pas donnés, mais Adrien savait à quoi il s’engageait quand il était parti dans cette optique. Sa paye lui permettait de s’offrir ce genre de choses, l’avantage d’avoir un grade élevé dans l’Alliance.
L’affaire fut plus compliquée dans le magasin Turien. Tout d’abord, il était regardé de travers. Même si ça ne le dérangeait pas, c’était un peu étrange de se faire observer de la sorte. De plus, puisqu’ils ne fêtaient pas vraiment leur fête de manière marquée, ils n’avaient pas de produits exceptionnels en vente. Le choix fut donc plus compliqué, Adrien se fiant à son instinct quand aux goûts de Ravilla. Il repartit une demi-heure plus tard avec deux sacs de courses pour le repas de ce soir. Le plus dur était à venir : la cuisine.

Cinq heures plus tard, en sueur, la cuisine de l’appartement ressemblait à un des pires champs de bataille que la Galaxie eut connu. Malgré tout, Adrien n’était pas insatisfait. A force d’instructions, de conseils et de guide trouvés sur l’extranet, il était arrivé à faire quelques bons plats. Le couple pourrait manger à sa faim. Adrien quitta la cuisine pour la douche, et s’habilla pour le repas du soir. Il lui restait une heure à tuer avant l’arrivée de la Turienne si celle-ci n’avait pas de retard, heure qu’il mit à profit pour dresser la table et répondit à sa sœur. Il ne lui restait plus qu’à attendre l’arrivée de son invitée.


Pourquoi est-ce qu'à chaque fois que quelqu'un dit "avec tout le respect que je vous dois", j'entends "ta gueule" ?


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Hiérarchie
Rang : Lieutenante
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3068-dossier-de-ravilla-aper


De Sang et d'Acier
Messages : 1383
Crédits : Davinarfel

MessageSujet: Re: Joyeux Adahunum !   Mer 10 Fév 2016, 20:46

    Le mois de Décembre supposait de nombreuses fêtes de fin d'année. C'était une constante qu'on pouvait retrouver chez toutes les races, qu'elles fussent éloignées les unes des autres de centaines d'années-lumière ou d'un simple pas de porte. Chaque peuple célébrait la fin du cycle selon ses propres rites et célébration, mais la date, le moment, ne changeait jamais.
    Bien évidemment, aucune planète n'avait la même ligne temporelle. Chacune tournait d'une façon différente autour de son soleil, et 365 jours chez les Humains pouvaient correspondre à seulement trois mois ailleurs. Mois qui n'étaient par ailleurs par les mêmes que pour les Turiens, qui étaient ressentis différemment pour les Galariens, lesquels avaient un calendrier bien plus court que celui des Asaris. La galaxie aimait le bordel et l'incompatibilité.
    Avec la monté du Conseil et de l'union galactique, il avait fallu pallier à ses différences temporelles. Un calendrier commun avait donc été mis en place, lequel prenait place sur la Citadelle ainsi que dans l'espace. Les planètes composaient avec leur propre mesure, en plus de celui-ci. Tout avait évidemment été pensé pour être le plus équitable possible mais il avait tout de même fallu faire des arrangements. Certaines fêtes avaient dû être déplacées et, après d’intenses réflexions, les Années Communes avaient été instaurées.
    Et Décembre s’était ainsi retrouvé à être un mois de fêtes, partout dans l’Espace. Un mélange culturel qui n’arrangeait présentement pas Ravilla. Les bras croisés sur la poitrine, la tête légèrement penché pour pouvoir regarder l’Humain, elle avait la mine de celle qui tente de comprendre les explications d’un fou. Après un temps qui lui parut incroyablement long, elle finit par opiner du chef, mandibules claquantes.

    - Donc, si j’ai bien compris, vous célébrez durant une journée la naissance d’un Homme qui est, selon qui le vénère, le fils de l’unique dieu de votre panthéon, un de ses messagers, un imposteur ou une sorte de Prothéen…
    Et pour ce faire, vous recréez la scène de sa naissance en offrant des cadeaux ?


    Le libraire fit « Oui » de la tête alors qu’un soulagement non dissimulé vint s’accrocher à ses lèvres. Lèvres qui retombèrent vers le bas lorsque la femme continua à parler.

    - Très bien mais à quel moment faites-vous venir un âne et un bœuf chez vous ?

    Il n’aurait jamais dû lui parler de la Nativité. A vrai dire, il aurait dû être le plus évasif possible. Le jeune homme connaissait bien la curiosité des races extraterrestres envers les coutumes des uns des autres. L’un des avantages à vivre sur le cœur de la Citadelle était la mixité culturelle et l’importance du « Vivre-Ensemble » qui devenait au mieux une envie d’en savoir plus, au pire une tolérance polie. Mais encore une fois, il n’avait pas pu s’empêcher de se laisser emporter sur le sujet et de trop en dire, jusqu’à perdre son unique auditrice – les quelques curieux qui s’étaient arrêtés pour l’écouter étant vite partis, soit en croyant entendre un fou, soit parce qu’ils connaissaient déjà le principe. Et il allait devoir faire de son mieux pour la retrouver. Au moins son patron Galarien prônait-il lui aussi la culture et ne lui en voudrait pas de perdre son temps à expliquer des choses à une cliente.
    Il se racla la gorge un moment, profitant de ce répit pour observer une nouvelle fois la Turienne. Elle était plus grande d’au moins une tête et demie mais restait dans la norme pour les siens. Aussi élancée que les autres, elle portait le même type de vêtements que ses comparse, à savoir pratiques et sobres. Si ses tatouages étaient assez différents de ce qu’il avait déjà pu voir, Alexandre ne trouvait cependant pas que la femme se démarquait beaucoup des autres. Mais il avait déjà réussi à confondre un Turien et une Turienne, alors il n’en aurait pas mis sa main à couper.
    Et puis, son erreur avait été toute légitime. D’ailleurs, il était même sûr que d’autres l’avaient déjà fait avant lui.

    - Non. On ne reproduit pas exactement ce qui s’est passé. Ecoutez, pour faire simple, dites-vous que c’est un moment où on a coutume d’offrir des cadeaux.
    Sauf pour ceux qui ont une autre croyance.


    Et merde fut la pensée qui lui vint en tête, alors que face à lui les sourcils se fronçaient et les mandibules s’écartaient, prêtes à amorcer une nouvelle question.


    *********




    Le sac en plastique fut jeté sans ménagement sur le lit, très vite suivit de la veste. Celle-ci s’abattit lourdement sur le matelas, comme si elle était plus lourde qu’il ne semblait d’un premier abord. Puis, Ravilla elle-même finit par s’allonger au milieu de ses affaires avec un long soupir.
    Il lui arrivait parfois de détester écouter ses psychologues.

    Depuis quelques mois, sa collaboration avec Sa’Ti s’était arrêté. Cela remontait à Septembre précisément, une fois l’attentat évité sur Palaven et sa formation au sein des commandos confirmés. L’Asari elle-même avait proposé le changement et à raison. La Turienne avait trop de mal à accorder sa confiance à la femme pour parler librement ou pouvoir progresser dans sa thérapie. Et puisqu’elle allait rejoindre les meilleurs, elle ne pouvait pas fuir ses propres problèmes éternellement. Il lui fallait pouvoir se passer à terme de somnifères ou pouvoir entendre parler de certaines choses sans qu’elle soit prise de peur panique. Pour ne plus être si distante avec sa famille aussi, même si elle avait beaucoup progressé sur ce point. Il restait des sujets trop sensibles, des méfiances à effacer.
    Alors, depuis, elle voyait un praticien humain. C’était déjà un peu mieux et cela aurait pu continuer s’il n’avait pas jugé bon d’exiger (ou au moins insister lourdement) pour que la militaire profite de ses congés pour sortir. Sortie qui supposait donc d’affronter une masse humaine plus ou moins compacte à la recherche des derniers préparatifs ou objets nécessaires à ses rituels et fêtes.
    Le pire n’était même pas la proposition. C’était plutôt qu’elle s’était laissée avoir comme une bleue en acceptant. Elle l’avait regretté dans les cinq minutes ayant suivi son bain de foule et avait fini par jouer des coudes pour trouver refuge dans une librairie à l’ancienne. Une chose en entraînant une autre, un malentendu avec l’un des vendeurs lui permit d’en apprendre plus sur les coutumes humaines.

    Et ce qu’elle en avait retenu était que les Humains étaient une espèce aussi désorganisée que disparate.
    Mais, elle avait aussi noté quelques petites choses. Si on enlevait tout le bordel religieux qui changeait selon le degré de croyance ou l’incroyance de la personne, leur fête pouvait s’approcher d’un Adahunum défiguré et piétiné, dont on aurait gardé que l’aspect purement mercantile et dont on ignorerait l’aspect de reconnaissance. C’était sans doute pour cette raison qu’Adrien lui avait envoyé un message dans l’après-midi. Alors qu’elle discutait avec le vendeur d’ailleurs.
    L’invitée avait fini par accepter de venir, non sans annoncer un certain retard de sa part. Après quoi, elle avait fait cracher à l’humain l’essentiel de ce qu’il y avait à savoir avant de filer vers son studio, non sans un dernier détour. Le temps de se préparer et de partir, elle serait bel et bien en retard.
    Un regard furieux fut jeté à la commode qui resta placide, à sa place sous la télé. Aussi étrange que cela lui paraissait, les coutumes humaines supposaient des vêtements apparemment « chic » pour le bon déroulement de leur rite. Certains allaient même jusqu’à ce vêtir d’un costume rouge et blanc qui était immonde d’un point de vue extraterrestre. Mais il était possible que ce soit important pour eux.

    Malheureusement ou heureusement pour la Turienne, le libraire n’avait pas eu le temps de parler de la figure du Père Noel et de Saint Nicolas avant qu’elle ne s’en aille.

    Enfin, elle verrait bien sur le moment. Il n’était pas tant qu’elle se mette d’avantage en retard.


    **********




    Ce fut donc une Ravilla sur son 31 qui sonna à la porte du Lieutenant sur les coups de 20h27 très précisément. La circulation était plus fluide qu’en temps normal, sans douté liée à l’époque festive. C’était curieux que les autres espèces en fassent un tel évènement. Au moins les Turiens y consacraient-ils tout un mois pour pouvoir se préparer correctement. Enfin, l’univers était empli de bizarrerie et celle-ci était sans doute parmi les moins étranges.

    Il ne lui fallut pas attendre bien longtemps avant qu’Adrien ne lui ouvre. Les mandibules claquèrent silencieusement. Il ne semblait pas avoir mis autant de soin que lui dans sa tenue. Un horrible doute la saisit durant un instant ; aurait-elle mal compris ? C’était loin d’être impossible.
    Imperturbable, la militaire fit comme si de rien était et rentra dans le salon, bien décidée à garder sa dignité intacte.
    Mais si elle l’avait su, elle ne se serait pas embêtée à choisir entre les trois robes qu’elle possédait. Au moins avait-elle renoncé à porter le moindre bijou, trop encombrant à son avis.

    - Bonsoir Adrien. Comment allez-vous?

    Distraitement, elle tapota le paquet emballé dans un papier or et argent d’un doigt.






Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance
Rang : Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/
http://www.masseffect-reborn.fr/t150-journal-de-bord-d-adrien-annaz


Administrateur
Messages : 7937
Crédits : Matt Bomer - Lleyton Benam

MessageSujet: Re: Joyeux Adahunum !   Mer 24 Fév 2016, 22:03


Un dernier coup de brosse sur les cheveux, et Adrien était définitivement prêt à recevoir son invitée. Le repas prêt, les décorations en place, tout était en état pour accueillir la visiteuse. Qui ne se fit pas désirer puisque presque au même instant où Adrien s’installait dans une chaise pour souffler, la sonnette indiqua que quelqu’un attendait qu’on lui ouvre la porte. Retenant un grognement, il se releva et se dirigea vers ladite porte. Derrière laquelle attendait, bien évidemment, Ravilla. Surpris, il invita la Turienne à entrer et la regarda entrer dans le salon. Sans doute pour la première fois de sa vie, Adrien voyait sa compagne en robe. Jusqu’à maintenant, elle avait toujours portée des affaires plus pratiques que ça. Son effort vestimentaire montrait à Adrien combien elle prenait son invitation au sérieux. Et aussi, qu’elle savait qu’il ne s’agissait pas d’un simple repas. Que ce soit parce qu’elle fêtait Adahunum avec lui ou parce qu’elle avait entendue parler de Noël, il n’en savait rien.

- Bonsoir Adrien. Comment allez-vous?

Il aperçut qu’elle tapotait d’un doigt un paquet emballé en or et argent. Curieux, Adrien ignora pourtant le colis, se concentrant sur la Turienne. De son point de vue, la robe lui allait très bien, même si elle semblait peu à son aise dedans. Ravilla devait surtout vouloir s’en débarrasser le plus vite possible pour mettre quelque chose de plus confortable, vu ses préférences vestimentaires.

« Bonsoir Ravilla. Toujours pas prête à me tutoyer ? A part ça, je vais très bien, merci. Je suis content de voir que tu as réussi à te libérer. Et de voir à quel point tu est magnifique en robe… »

Il l’invita à s’installer dans l’un des canapés du salon pendant qu’il allait chercher les boissons. Des cocktails, faits par ses soins. Et bon sang que ça avait été frustrant. Faire les mélanges n’étaient guères compliqués, un cocktail Turien ressemblant autant à celui d’un Humain, mais il n’avait pas la moindre idée du goût que ça allait avoir. Impossible pour lui de goûter, sauf s’il avait envie de finir sa journée allongée sur le sol de sa cuisine, ce qui n’était pas prévue. Au moins, le verre qu’il venait de prendre sur le bar de la cuisine avait un contenu qui ressemblait à ce qu’il devait être. Il espérait que c’était de bon augure, se rater dès la première boisson n’était pas vraiment conseillé pour passer une bonne soirée.

« Tiens, j’espère que ce sera bon. Normalement oui, mais… Disons que je n’ai pas goûté pour m’en assurer. A la tienne. » Il trinqua avec la Turienne et but une gorgée de son propre verre avant de reprendre la parole. « Vu comme tu t’es habillée, je pense que tu a eu quelques infos sur la particularité de ce jour pour les Humains. Je sais pas trop ce que tu as appris, mais bon… A la base, c’est une fête religieuse, mais depuis le temps, il a perdu son sens premier. Chez nous, c’était surtout l’occasion de se retrouver en famille pour passer un bon moment. Avec le temps, je me suis retrouvé seul avec ma sœur pour fêter Noël. Mais aujourd’hui, elle ne peut pas, donc j’ai pensé à toi… Enfin, je ne veux pas dire que tu es mon deuxième choix, simplement… Enfin, tu m’as compris je pense. Et par hasard, j’ai découvert l’existence d’Adahunum. Je sais que ce n’est pas tout à fait la même chose que Noël, mais dans l’idée… Et bien, les deux me semblent être l’occasion parfaite pour être avec les personnes qu’on aime. Donc… Aux gens qu’on apprécie ! » Il leva à nouveau son verre, pour porter un toast. « A part ça, quoi de neuf ? Ton entrainement s’est bien passé ? Des nouvelles de Vindex ? »



Pourquoi est-ce qu'à chaque fois que quelqu'un dit "avec tout le respect que je vous dois", j'entends "ta gueule" ?


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Hiérarchie
Rang : Lieutenante
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3068-dossier-de-ravilla-aper


De Sang et d'Acier
Messages : 1383
Crédits : Davinarfel

MessageSujet: Re: Joyeux Adahunum !   Mar 01 Mar 2016, 20:57

    L'appartement n'était pas tellement décoré en réalité. Une fois rentrée à l'intérieur, elle s'était rendu compte qu'il ne s'agissait en fait que de quelques guirlandes posées par-ci par-là, et de quelques éléments sobrement placés en des endroits judicieux. Mais rien qui ne soit aussi faste et inhabituel qu’elle ne l’aurait pensé. Son jugement l'avait faussé, soit à cause de la nouveauté, soit parce qu'elle avait imaginé tout autre chose pour ce "Noël". Toutes ces histoires de bœuf et d'âne, d'enfants et de rois, d'étoiles et de créatures mystérieuses s'étaient mélangées dans son esprit pour former une sorte d'amas d'informations aussi nouvelles qu'improbables. Au final, c'était une simple fête que célébraient ceux qui en avaient l'habitude. Rien de plus, rien de moins.

    Elle préférait cela, loin de là. Si dans sa vie professionnelle, le changement ne lui faisait pas peur, c'était différent dès le moment où on touchait de près ou de loin à sa vie personnelle. Elle avait déjà eu du mal à s'habituer au nouvel appartement d'Adrien et à y prendre ses marques. Qu'il ne le change pas plus que de raison était donc satisfaisant.

    - Bonsoir Ravilla. Toujours pas prête à me tutoyer ? A part ça, je vais très bien, merci. Je suis content de voir que tu as réussi à te libérer. Et de voir à quel point tu es magnifique en robe…

    Elle claqua des mandibules une fois rapidement, et une seconde plus lentement. Puis, d'un commun accord avec elle-même, décida de ne pas prendre en compte le compliment.

    - Vous savez ce qu'il en est. Et puis j'ai fini par m'y habituer. Je trouve que ça a un certain charme.
    Il paraît que Shepard et Liara se vouvoyaient.


    Ce n'était pas une raison, bonne ou mauvaise. Mais peut-être que cela réveillerait assez la corde romantique de l'Humain pour qu'il décide de ronger son frein encore quelques temps. Ou qu'il finisse par abandonner et faire avec. Encore que, on pouvait dire qu'il se montrait déjà patient et compréhensible. Mais il ne fallait pas presser la Turienne et il le savait très bien. Sans doute ces piques n'étaient-elles qu'un moyen de tester l'avancée de sa guérison.
    Pas encore, pouvait-il constater.

    Comme d'habitude elle s'installa confortablement au fond d'un des canapés, se lovant entre les coussins et pliant ses jambe sous elle, sans jamais prendre plus de place que nécessaire. La militaire resta muette, observant les moindres faits et gestes d'Adrien. Elle attendait et, les habitudes du combat ayant la vie dure, elle mettait à profit ce temps pour tout détailler. Les mouvements qui trahissaient une légère inquiétude, les reflets de la lumière sur le verre et les cocktails, les ombres qui changeaient en fonction de la lumière partiellement occultée... C'était un ballet agréable bien que somme toute banal. L'idée de calme et de bien-être que produisait le fait d'être en permission.
    Si un jour elle avait su qu'elle penserait ça après 87...

    La femme attrapa le verre qu'on lui tendait avant de trinquer avec son hôte. Le chant cristallin des verres tinta agréablement, comme un son de clochette. C'était en plus en harmonie avec la saison, pour les Humains. Ils se laissèrent un moment de pause, le temps de boire chacun une gorgée, avant qu'ils ne parlent à nouveau. Surtout Adrien, évidemment. C'était toujours lui qui ouvrait le bal. Et elle écoutait, silencieuse, le flot incessant.

    - On m'a... rapidement expliqué le principe, éluda-t-elle. Enfin, pour une Animiste, je n'ai pas trouvé de points semblables entre votre fête et la nôtre.

    Elle but une gorgée, pensive.

    - Et bien, les deux me semblent être l’occasion parfaite pour être avec les personnes qu’on aime. Donc… Aux gens qu’on apprécie !

    C'était une vision très simpliste de voir les choses, et un recoupement qui demandait qu'on efface toutes les subtilités et les traditions d'Adahunum. Mais dans le fond, il n'avait pas tellement tort que cela. Et puis, c'était son "Noel". Autant le lui concéder.

    - A ceux qu'on aime, concéda-t-elle dans un sourire, levant son verre à son tour pour porter un toast.

    - A part ça, quoi de neuf ? Ton entrainement s’est bien passé ? Des nouvelles de Vindex ?

    Elle s'offrit le luxe de siroter quelques gorgées avant de se feindre d'une réponse.

    - C’est amusant, votre question demande une réponse chronologique.

    J’ai rejoint les soldats d’élite de la Hiérarchie. Enfin, une section. Ce n’est pas la Garde Noire, il est vrai, ni même les Spectres mais… On peut dire que c’est déjà un premier pas.
    Evidemment, l’entraînement pour le devenir n’a pas été simple. C’était… épuisant, rigoureux. Très Turien sans doute. Encore que, je ne sais pas comment vos entraînements se passent. Mais c’était un honneur. Je suis heureuse qu’on m’ait jugé assez capable pour rejoindre les rangs des commandos.

    J’ai vu Vin il y a peu justement. Il était là pour ma cérémonie et j’ai pu passer quelques jours avec lui pour Adahunum. Il se porte bien. Quelques soucis mais… il se débrouille avec. Il se débrouille toujours.
    Danora l’aide. C’est fou comme elle a grandi depuis que je l’ai vu en Septembre. Elle deviendra sans doute une bonne recrue lors de son service, encore qu’elle manque parfois de rigueur. Vindex lui concède trop de choses mais… C’est un bon père malgré tout, on ne peut pas le nier.

    L’ambiance devenait trop calme à son goût. Il fallait quelque chose d’un peu plus bougeant. La vieille chaine Hi-Fi fit l’affaire ; elle crachota les premières notes d’un des CD oubliés dans son compartiment. A moins qu’il n’ait été laissé là par intention. La musique était douce, trop calme pour être vraiment dansante, mais elle suffisait à esquisser quelques pas.

    - Venez.

    L’Humain n’eut pas son mot à dire. Sa compagne lui attrapa le bras, le forçant à se lever à son tour. Elle le laissa suivre le mouvement de ses pas. C’était mieux. Elle préférait vraiment danser que bavarder. Ou il lui fallait danser en même temps d’échanger des banalités.

    - Et vous alors ? Qu’avez-vous fait depuis la dernière fois ?

    Elle remontait à loin par ailleurs. Le paquet reposait sur la table, non loin de son verre désormais vide.







Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Joyeux Adahunum !   
Revenir en haut Aller en bas
 

Joyeux Adahunum !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: L'espace de l'Alliance interstellaire :: Bulle locale :: Citadelle-