AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 Le Syndrome de la première fois.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Messages : 13

MessageSujet: Le Syndrome de la première fois.   Dim 28 Fév 2016, 03:59
Intervention MJ : NonDate :  septembre 2200 RP Tout public
Khel Farquood ♦ Crex Kaminiscus
Syndrome de la première fois



Pas une goutte de pluie.


J'ai passé ma vie sur Palaven et Illium. J'ai aussi servi chez ces pauvres âmes damnées de Soleils Bleus sur un paquet de planètes, et s'il y a un truc en commun entre tout ces jobs qui me manquent atrocement, c'est vite choisi, c'est la pluie. Ce que j'aurais pas fait pour que quelques gouttelettes d'eau qui clapotent sur la fenêtre de mon bureau, si je pouvais appeler ce trou à rat un bureau, ou sur la fenêtre de ma chambre chez-moi, si l'on pouvait appeler n'importe quel endroit à Oméga un chez-soi. De toute façon, pas besoin d'un lieu de travail, de nos jours. C'est mon bras, le lieu de travail. L'omni-tech, mon bureau. Le cerveau, mon gagne-pain. J'ai fixé la fenêtre poussièreuse, me demandant comment j'ai bien pu finir ici. La première chose qui m'avait choqué, dans le travail, c'était le brutal changement de la nature des missions proposées. Bebcarok, notre butarien de patron, était un type sale. Sa bouche, sa façon de vivre, son éthique. Les jobs qu'il recevait et qu'il nous donnait l'étaient aussi. J'avais cru faire partie de la lie des êtres vivants quand je travaillais à Illium. Je me plantais. Ou plutôt, j'avais raison, mais Oméga était quelque chose en dessous de la lie. Comme une mauvaise moisissure de dextro-confiture.

Mais une moisissure qui coutait cher la cuillerée.

J'ai jeté un rapide coup d'oeil à mes relevés bancaires. Oui, ils étaient en bien meilleur état que ceux que j'avais en partant d'Illium. Mais j'étais moins bien payé que les autres mois, ce mois-ci, et ça, c'était pas normal. Ni une, ni deux, j'ai appelé Bebcarok. A l'autre bout, l'omni-tech destinataire s'activa. J'ai grincé des dents en entendant les gémissements de plaisir en arrière plan.


"Bonjour, Beb."


On pouvait entendre un cri de surprise, puis une engueulade. Drôle.

"QUOI ? J'ai pas allumé l'omni, chérie, je te le promet ! Non, reviens !"

J'ai souri. Beb-le-Cochon. Tout dans la luxure, l'animal. Dans le laisser-aller aussi, dans les magouilles. 4 yeux dont un louche, et un bide à rendre jaloux un volus. Je ne le voyais pas, mais j'imaginais son expression faciale en ce moment-même. Il n'avait probablement pas apprécié la blague, mais tant pis.

"T'as oublié de tout me payer. Paie-moi."

"J'ai pas oublié, vu que je l'ai fait exprès. T'as pas rempli le quota de contrats de ce mois-ci. D'où la petite minoration."

"Tes quotas m'emmerdent au plus haut point. Je te fais des missions chères, qui valent plus que mon salaire."


"Y'a plus d'argent dans les caisses, mon vieux. Va falloir mettre les bouchées doubles, tu sais. Sinon, tu as reçu la dernière mission ?"


J'avais pas envie d'argumenter avec l'énèrgumène.

"Beb, tu prends les gens pour des cons, et c'est pas bien. Tu me prends pour un con, et c'est ça c'est pire. Je veux mon fric demain sans faute, ou je me tire de la boîte. Et là, même en diminuant ton budget lap dance, tu seras dans la mouise."


Coupé. Inutile d'argumenter avec lui, tirer des pets d'un varren mort n'était pas vraiment un passe-temps des plus intéressants.  Ni une, ni deux, j'ai lu un peu l'affaire sur laquelle il avait décidé de m'envoyer. Bebcarok, habitué du milieu, offrait souvent un panel de mission, les gens le contactant très souvent pour de nombreuses affaires aux sensibilités toutes aussi variées. Parfois, il tombait sur des pas mal, et me les suggérait. Et si je vous raconte celle-là, c'est parce que celle-ci était vraiment pas mal du tout.

J'ai appelé mon coéquipier pour voir avec lui. Un humain pas mal. Vieux, vulgaire, mais malin. Travis, j'ai appelé. TRAVIS, j'ai crié. Ce flemmard allait faire la sourde oreille. Je suis entré dans le couloir rejoindre le bureau d'en face, Travis Cordella. C'était assez drôle. Il portait un costume bien taillé, sur mesure, mais sale et jauni au niveau du cou. L'air patibulaire, il sentait les tripes. Et pas les tripes qui se cuisinent, mais plutôt celles qui se répandent par terre.

Et surtout, c'était pas Travis, mais un énorme krogan qui trônait sur son bureau.

"Que tu as de grandes dents."
ai-je laissé tombé, souriant à pleines dents pointues.
Revenir en haut Aller en bas
 

Le Syndrome de la première fois.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: Systèmes Terminus :: Nébuleuse d'Oméga :: Oméga-