AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 Rencontre du Troisième Âge

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance
Rang : Médecin - Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4232-sara-vaylee
http://www.masseffect-reborn.fr/t4233-journal-de-bord-de-sara-vaylee


Messages : 216
Crédits : me

MessageSujet: Rencontre du Troisième Âge   Mar 03 Mai 2016, 00:33
Intervention MJ : NonDate : Mars 2201 RP Tout public
Sara Vaylee ♦ Arcturus Waylh ♦
Rencontre du Troisième Âge


Le réveil sonna avec une telle violence pour les tympans du médecin qu'un râle peu élégant sorti de la forme fœtale sous les draps. Pourquoi n'avait-elle pas décidé de se résoudre à boire un simple verre au lieu de monter jusqu'à trois. C'était ridiculement petit mais le Lieutenant ne buvait pas souvent et plus les années passaient plus les effets étaient terribles. Ajoutez pour sa défense qu'elle était partie le ventre vide. Tâtonnant la table de chevet pour arrêter la sonnerie, elle sortit du lit, aperçu un verre d'eau posé sur la table ainsi qu'un antalgique pour les maux de tête étaient posé sur le comptoir.

Descendant le verre en quelques gorgées, Sara fila sous la douche pour se décrasser et surtout pour se réveiller. Elle était rentrée sans encombre, s'était endormie en moins de deux une fois jetée sur son lit. Voilà, c'est dernier souvenir. Elle avait une bonne heure et demi pour faire son sac avant de retrouver Alec Sykes au quai K-10 pour embarder dans un transport officiel les amenant à Vancouver. Le Lieutenant-Commandant Sykes devait s'entretenir avec des membres de l'État-major au sujet du Midway. Le militaire lui avait proposé de l'accompagner, ayant un appartement dans Londres même non loin de la Tamise. Une occasion pour profiter un peu plus de son ami. Entre deux permissions et des échanges via l'extranet, rares étaient les opportunités comme celle-ci.

Un petit déjeuné conséquent, un sac remplit avec le strict minimum, elle enfila son uniforme bleu foncé et doré, ajusta sa queue-de-cheval et partit pour pouvoir être une dizaine de minutes en avance sur le lieu de rendez-vous.

Elle somnola le temps du trajet, trop court à son goût, ne laissant pas l'occasion à son ami de la chercher. Ne voulant pas rester à attendre sagement qu'il ait terminé son entretien, Sara lui annonça qu'elle l'attendrait dans un café non loin du bâtiment s'il n'avait pas été fermé depuis. Son dernière passage à Vancouver date de plusieurs années en arrière et elle ne saurait dire l'année tellement ça remonte.

Une fois arrivée, Sara l'abandonna à l'entrée de l'État-major et partit directement vers le café. Les rues étaient bondées de monde, mais une fois arrivée à l'angle d'une rue, elle pouvait voir l'entrée du Café dont le nom l'arrêta immédiatement dans sa lancée.

Le lapin vert... Sérieusement?

Il avait changé depuis le temps et Sara redoutait de tomber sur une boîte de strip-tease. Entrant dans le Café, elle soupira de soulagement en voyant qu'il n'avait changé que de nom et probablement de propriétaire. Cependant, il y avait du monde à l'intérieur. Elle salua l'homme derrière le comptoir puis se dirigea vers les toilettes afin de se changer. Inutile d'avoir des regards indiscrets sur soi en ayant sa tenue. Le café avait une ambiance chaleureuse, l'intérieur était fait en bois donnant une ambiance rétro à l'opposé de tous les bars, cafés qu'elle avait pu voir où tout était brillant, lisse et moderne. Et l'avantage de ce lieu était l'arrière-boutique, une porte suivie d'un escalier amenant à une terrasse avec une vue sur un grand parc non loin d'une baie. Tout autour de grands buildings suffisamment espacés pour pouvoir profiter une belle vue. Il risquait d'y avoir autant de monde dehors et probablement peu de tables libres. Mais Sara voulait profiter du soleil et de sa chaleur ainsi que du bien-être qu'il pouvait procurer. Elle enfila sa tenue civile, un simple haut blanc à manche trois-quarts laissant apparaître son symbole de l'Alliance, un pantalon noir serré, une paire de bottes pour la faire grandir un peu et sa veste en cuir. Sara n'avait pas trente façons de s'habiller, gardant le même style. Une fois l'horripilante description vestimentaire mise de côté, le médecin grimpa les escaliers munis de son sac à dos.

La terrasse devait faire une vingtaine de mètres carrés et possédait une dizaine de tables comportant plusieurs chaises. Toutes étaient malheureusement prises. Soupirant, la trentenaire chercha du regard une table où elle pourrait s'asseoir. Sans surprise, un homme d'un certain âge était assis à une table non loin du rebord, lisant son pad, serein. Elle avait le choix entre ça et une probable mégère à l'autre bout de la terrasse. Sans hésiter, elle s'approcha de la table et chercha à avoir l'attention de l'inconnu en se mettant en face de lui, se postant devant la chaise libre.

Hmm, excusez-moi, je ... Vous attendez quelqu'un ? Il n'y a pas d'autres places de libre et j'aimerais profiter un peu du soleil.

Mon dieu, quelle excuse m ... Terriblement vraie.

J'ai amené un peu de lecture aussi, promis, je ne vous dérangerai pas ! Annonça-t-elle offrant son plus beau sourire.


"Les ennuis c'est comme la chtouille, quand on en a, autant en faire profiter les autres"



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance Interstellaire
Rang : Amiral & Chef d'Etat-Major aux armées
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4264-arcturus-waylh#63778
http://www.masseffect-reborn.fr/t4270-registre-de-bord-a-waylh#63850


En ligne
Messages : 75

MessageSujet: Re: Rencontre du Troisième Âge   Mar 03 Mai 2016, 23:29
Ce matin-là, j'avais rendez-vous avec l'État-Major de l'Alliance, encore une réunion qui allait être interminable. Je crois que c'est vraiment ce qui m'a le plus dérangé durant mon mandat de Chef d'État-Major aux Armées.

Je me trouvais à Vancouver, dans mes quartiers de l'État-Major, petit privilège de l'appartement de fonction. Je m'étais levé vers sept heures, la réunion étant un peu plus tard dans la matinée, je m'empressai de prendre une bonne douche avant de sortir profiter du beau temps. Pas d'uniforme pour sortir, moins les gens connaissaient mon poste en dehors des bâtiments de l'Alliance, plus j'étais tranquille, bien que je croisais assez régulièrement des personnes me reconnaissant aux alentours du siège de l'État-Major. Aussitôt dehors, je filais vers un bar où j'avais pris mes habitudes.

En effet, depuis la guerre, j'avais un rituel, celui d'aller prendre mon petit-déjeuner dans un café terrasse non loin de l'État-Major. Un établissement qui a changé beaucoup de fois de noms et de propriétaires. A cette époque là, c'était le Lapin Vert, assez ridicule en soit. Hormis le nom, son service était irréprochable, la clientèle des habitués et le patron quelqu'un de bien.

Arrivé sur place, je saluais le patron qui m'appelait amicalement “Chef”, connaissant ma vie professionnelle depuis le temps. L'avantage d'avoir ses habitudes est que je n'avais pas besoin de lui dire tous les jours ce que je voulais, car aussitôt arrivé et salué, il commençait à préparer mon petit-déjeuner. Ceci me permettait d'aller m'installer et ce jour-là, c'était sur la terrasse. Le soleil était doux, il suffisait que je retrousse les manches de mon pull à col roulé pour me sentir à l'aise. Le temps que mon service arrive, j'avais sorti mon pad et un cigare, que je gardais pour un peu plus tard.
Le café et moi, c'est une longue histoire, certains prétendent même que j'ai plus de café que de sang dans mes vaines, une forme d'humour qui ne m'atteins plus avec l'âge mais l'idée est bonne, j'en bois trop. Et ce jour-là ne faussa pas la règle, c'est ce qu'il me fallait pour pouvoir lire ce que j'avais sous les yeux. Des rapports en tout genres sur le pad que j'avais pris avec moi. Allant des résultats des derniers prototypes d'armes jusqu'au plan d'un nouveau châssis de cuirassé/porte-chasseurs en passant par des données de plusieurs secteurs, des demandes d'affectations, etc., il y en avait pour tous les goûts. La paperasse habituelle, la guerre me manquait presque à force des années.

Je me lançais tactiquement dans la lecture, en commençant par ce qui m'attirait le moins pour laisser le plus intéressant à la toute fin. Ceci m'occupa pendant la demi-heure qui suivit, une forme de torture mentale pour bien se réveiller et se préparer à la réunion. C'est à ce moment-là qu'une personne me cacha un peu du soleil. Au départ, je pensais avoir à faire au service qui venait déjà voir comment ça se passait ou simplement le patron qui n'avait rien d'autre à faire que me parler. Je me rendis compte que je faisais erreur lorsque l'ombre prit une voix de femme, à ma grande surprise.

Hum, excusez-moi, je…

Je stoppais quelques secondes après ma lecture, souhaitant terminer la phrase que j'étais en train de lire. Je ne levais au début que les yeux pour voir qui m'adressait la parole. Une femme qui ne me disait rien à première vue, une jeune femme assez charmante qui plus est. Je restais de marbre, attendant la suite, souhaitant entendre une bonne excuse pour être dérangé ainsi.

Vous attendez quelqu'un ? Il n'y a pas d'autres places de libre et j'aimerai profiter un peu du soleil.

Une place assise, voici donc ce qu'elle demandait, quelle audace ! En un sens, je la comprenais, Vancouver n'est pas réputée pour être bien chaude tôt dans l'année et pourtant, nous sommes en Mars et le soleil est déjà bien agréable. Je levais enfin la tête pour mieux la regarder et aussi loin que je pu me souvenir en cet instant, cette personne ne me disait rien du tout, probablement une touriste ou une nouvelle dans le coin.

J'ai amené un peu de lecture aussi, promis, je ne vous dérangerai pas !

Je restais à la fixer pendant encore quelques secondes, en essayant de trouver un quelque chose qui me ferait me souvenir de la jeune femme, si je la connais. Mais, rien. Finalement, je répondis à sa demande, de manière aimable, après tout, je n'attendais personne et le bar était plein alors autant être serviable et la laisser s'asseoir.

Non, je vous en prie, vous pouvez vous asseoir. C'est un café public. Partager mon coin ensoleillé est le risque, entre guillemets, que je prends en déjeunant ailleurs qu'à mon bureau.

Je rebaissais la tête, pris ma tasse et bu une gorgée de café puis chercha sur mon pad où la demoiselle m'avait coupé avant de reposer ma tasse. La ligne retrouvée, je replongeais dans cette lecture fatiguante, en fronçant les sourcils. Peu de temps défila avant que je reprenne en main ma tasse pour ainsi finir ma boisson chaude préférée. ce qui me fit soupirer. Il allait vite m'en falloir un autre ou cette journée allait vraiment mal se passer. Je posais ma tasse pour reprendre mon pad en main, cette fois-ci sans lire, plutôt histoire de cacher la petite réflexion personnelle que je me fis. En effet, depuis que j'avais accueilli la nouvelle à ma table, le calme s'installa comme promit par la jeune femme, situation qui m'embarrassai un peu. Voyant là un bon moyen de rompre le silence qui régnait, notamment pour faire une pause dans ma lecture, je finis par poser une question à la jeune femme.

Vous voulez un café ? Je compte en prendre un autre alors, un de plus un de moins sur mon addition… Et puis, il est bon ici, si vous ne connaissez pas le coin.

Quitte à être un minimum sympathique, autant lui offrir quelque chose et lancer une discussion, soit elle était réceptive et se lançait dans la conversation, soit son seul but était de vraiment profiter du soleil, sans quoi je n'y pouvais rien. Si Jill m'avait vu, elle se serait moquée de moi, je n'ai jamais été doué pour parler en dehors des contextes militaire et familiale.


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance
Rang : Médecin - Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4232-sara-vaylee
http://www.masseffect-reborn.fr/t4233-journal-de-bord-de-sara-vaylee


Messages : 216
Crédits : me

MessageSujet: Re: Rencontre du Troisième Âge   Mer 04 Mai 2016, 13:35

Rencontre du Troisième Âge
Feat. Arcturus Waylh




Et je vais me prendre un vent ! N’ai-je pas parlé assez fort ? Faut-il que je me mette à danser pour qu’il me remarque ? Eeeeh. L’homme d’une cinquantaine d’années daigna enfin lever les yeux sur le médecin lui permettant de savoir si la place était libre. Non, en fait, je préférais quand il m’ignorait. L’absence de réponse n’était guère rassurante, peut-être était-il muet en tout cas la sensation d’être dévisagée et mise à nue lui fit froid dans le dos. Grincheux, appelons le ainsi jusqu’à ce que son identité soit découverte. Grincheux finit par parler en lui proposant sur un ton aimable à s’asseoir. Sara le remercia chaleureusement et posa son sac à dos sur le sol contre la rambarde tandis que l’homme reprenait sa lecture. Au moins, ces deux parfaits inconnus auraient la tranquillité de boire un bon café avec une vue superbe en fond.

Une fois assise sur la chaise, elle enleva sa veste et la posa sur le siège, elle en profita pour détacher ses cheveux. Attrapant son pad dans la poche avant de son sac, Sara jeta un bref coup d’œil au cinquantenaire dont la lecture ne semblait pas le ravir. Il ne lisait pas un roman à l’eau de rose mais probablement des rapports concernant son travail et c’était loin d’être une partie de franche rigolade. Ne parlons pas de la lecture du médecin qui après avoir terminé tous les derniers romans au cours de sa permission en était réduite à lire les nouveaux procédés de stérilisation et l’usage de nouveaux protocoles médicamenteux ainsi que des nouvelles techniques chirurgicales usant de scalpel laser. Enfin en être réduite était faux car au contraire, elle était friande d’apprendre et de tester ses connaissances. Sa lecture favorite était l’usage des plantes médicinales et toxiques en terres inconnues afin d’apprendre à reconnaître toutes les plantes répertoriées et connaître les spécificités de chacune.

Ses yeux se posèrent sur le paysage, profitant de la vue apaisante jusqu’à ce que sa contemplation l’agace. Elle se plongea dans sa lecture et reprit son chapitre concernant l’utilisation d’une plante similaire à la stramoine, terriblement efficace pour provoquer des états hallucinogènes provoquant ainsi des sensations d’euphorie chez le patient pouvant provoquer la mort de ces derniers par un trop-plein d’enthousiasme. À côté de cela, c’est un très bon antiasthmatique et antinévralgique, mais en petite quantité. Fascinant ! Tant absorbée par sa lecture, elle oublia de chercher un serveur pour commander un café. Ce fut la voix de grincheux qui la fit sortir de son livre. Il l’invitait à prendre un café.

Han ? Oh oui j’ai oublié de commander. Avec, plaisir, j’ai besoin de ma dose de café sinon ça ne va pas aller ! C’est très gentil de votre part !

Rien de mieux pour enlever la gueule de bois ! Ce qui était terriblement faux. Le temps du trajet, la douche et l’antalgique avait fonctionné et les coups de marteau tapant sa tête n’étaient réduits qu’à une petite sensation régulière.

Le serveur posant sa commande à une autre table sembla apercevoir rapidement l’homme qui l’appela d’un simple geste et il ne le fit pas attendre plus que quelques secondes. Cet homme semblait être important et venait très fréquemment. Étrange qu’il n’ait pas accouru alors que le médecin venait de s’asseoir.

Un double , merci.

Je vais être une pile électrice aujourd’hui, Sykes. Tu vas regretter de m’avoir demandée de t’accompagner. Tout en ayant un rire machiavélique intérieur alors qu’elle avait une brève pensée pour son ami en train de démontrer l’efficacité de Midway, elle répondit à cet homme qui venait de l’inviter. A croire qu’il se sentait obligé de lui offrir. Avait-elle l’air d’une dame à la recherche d’une proie ? Ou bien était-ce la galanterie, cette chose désuète existant encore de nos jours. Elle regarda le serveur partir et put s’apercevoir des quelques regards posés sur la table où elle était. Pourquoi semblaient-ils choqués ?

Je suis déjà venue une fois, à l’époque où il s’appelait ... Le comment déjà ? Lança-t-elle fronçant les sourcils voulant ignorer les autres personnes autour d’eux. Le Starbuck, il me semble. Il a changé de proprio mais pas de café apparemment. Étant plutôt sur la Citadelle, je ne m’attendais pas à un changement aussi radical et intriguant de nom.

Mais il était impossible au médecin de ne pas sentir les regards des autres clients. Sara, toujours de bonne humeur, continua ce début de conversation alors qu’elle lui avait promis un silence monacal.

J’imagine que personne ne vous dérange d’habitude, au vu de votre lecture semblant des plus passionnantes et des quelques regards outrés des autres clients, suite à ma venue. Vous semblez être un habitué, je me trompe ?

Elle posa son pad sur la table, posant ses avant-bras sur la table. Après tout, c’était lui qui avait démarré la conversation. Le médecin ne faisait que prendre la suite bien qu’elle s’attendait à ce qu’une fois le café servis, il se replonge dans sa lecture. Dommage pour lui, Sara était une vraie pipelette. Chance pour lui, il n’y avait pas d’alcool !




"Les ennuis c'est comme la chtouille, quand on en a, autant en faire profiter les autres"



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance Interstellaire
Rang : Amiral & Chef d'Etat-Major aux armées
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4264-arcturus-waylh#63778
http://www.masseffect-reborn.fr/t4270-registre-de-bord-a-waylh#63850


En ligne
Messages : 75

MessageSujet: Re: Rencontre du Troisième Âge   Dim 08 Mai 2016, 15:19


Rencontre du troisième âge

Sara Vaylee | Arcturus Waylh



Ce que j'aime dans ma façon d'être, c'est l'air inquiet que ma voix et mon regard inspirent et une encore une fois, ceci fonctionnait. Intérieurement, je rigolai, cette pauvre demoiselle n'avait rien fait de méchant et je la tuai du regard, jusqu'à que je lui réponde gentiment. Il y avait de quoi réduire à néant toute crédibilité en étant aussi aimable mais peu importe, je n'étais pas ici pour me prendre la tête et sa présence ne me gênait pas, pour le moment.

Lorsque je lui proposai un café, il ne fallut que très peu de temps avant que la jeune femme ne réponde, étonnée. Ça devait lui paraître bizarre qu'un vieil homme lui propose quelque chose à boire. Et pourtant, il n'y avait rien de méchant dans ce geste. Lorsqu'elle passa commande, le garçon ne prit même pas le temps de me demander ce que je voulais boire, il le savait très bien.

Je finis par relever un symbole des plus familiers sur la jeune femme, celui de l'Alliance, le monde est petit mais rien d'étonnant quand nous sommes à Vancouver. Une vieille habitude de certains corps de Marines de se faire tatouer le symbole de l'Alliance Interstellaire.

La jeune femme semblait donc faire partie de l'armée de l'Alliance, ce qui faisait qu'elle était à la table de son plus haut supérieur hiérarchique, sans le savoir vraisemblablement. Il y avait de quoi rire de cette situation. Mais je n'en fis rien, à mon habitude, aucun sentiment ne pouvait se lire sur mon visage. Après tout, nous n'étions pas de service, alors pourquoi devrai-je la prendre de haut et lui faire comprendre qu'elle m'avait manquée de respect ne serait-ce par l'absence de Salut militaire ? Je n'en avais rien à faire en dehors du travail, qui plus est, ma journée allait être suffisamment merdique ainsi alors je préférai continuer à discuter tranquillement.

Je l’écoutai parler, répondant à ce que j’avais peu de temps avant dis concernant ce Café. Il fit référence à un ancien nom, le Starbuck. Sérieusement ? Cela faisait effectivement longtemps qu’elle n’était pas revenue, la dernière fois que j’avais vu ce nom ici, j’étais encore Vice-amiral et j’étais venu prendre le petit-déjeuner avec Amanda. Aussi, elle parla des gens autour de nous et de ma lecture. Elle avait sans doute vu à quel point les rapports m'intéressaient. Ce qui m’avait cependant énervé dans sa phrase était qu’en effet, les autres clients regardaient d’un air surpris la jeune femme. Je commençai à les dévisager à mon tour, il m’était insupportable qu’elle puisse se sentir mal à l’aise alors qu’elle n’avait rien fait de mal. Lorsqu’elle eût finit de parler, je répondis aussitôt tout en continuant à regarder les alentours et en posant le regard de temps à autre sur la militaire pour ne pas trop lui manquer de respect, rien de pire que de parler à quelqu’un sans la regarder.

Un habitué oui. Je viens ici à chaque fois que je suis de passage à Vancouver, ce qui arrive assez souvent. Quand aux autres, ne nous vous occupez pas d’eux. C’est sûr, il y a rarement quelqu’un d’autre à ma table à part moi, mais je n’ai jamais interdis à quelqu’un de s’y asseoir non plus.

Il aura suffit que je parle un peu plus fort que précédemment et que je dévisage les alentours pour que tous retournent à leurs occupations et laissent la jeune femme tranquille, le message était passé. Ceci fait, je me concentrai sur la personne que j'avais en face de moi. Le dos collé contre le dossier de la chaise, le pad posé sur la table et mis en veille, je réfléchis le temps de quelques secondes et trouva un moyen de continuer la conversation, ce que souhaitait mon interlocutrice en vue de sa pose et de la tournure de ses phrases.

Alors… Qu'est-ce qui vous fait descendre de la Citadelle, si je peux me permettre ? Le boulot ?

Au diable ces foutus rapports, pour une fois que je tombe sur quelqu'un qui ne connaît pas mon identité et qui semble assez ouverte aux conversations sans buts, autant en profiter. Ce n'est pas pour autant que je changea l'expression de mon visage, l'absence de sympathie était ma marque de fabrique après tout.



Couleur Arcturus: #0066ff


Fond par Caparzofpc


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance
Rang : Médecin - Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4232-sara-vaylee
http://www.masseffect-reborn.fr/t4233-journal-de-bord-de-sara-vaylee


Messages : 216
Crédits : me

MessageSujet: Re: Rencontre du Troisième Âge   Mer 11 Mai 2016, 10:36

Rencontre du Troisième Âge
Feat. Arcturus Waylh




Le grincheux avoua être un habitué et qu'il y venait à chaque fois qu'il passait par Vancouver. Cela donnait quelques informations sur le bonhomme. Il semblait voyager beaucoup, peut-être était-il un commerçant, un transporteur ou autre. Son âge semblait lui donner l'expérience et un poste probablement important. Et le plus drôle, ça serait qu'il soit un membre de l'armée, genre Amiral ou pire Chef de l'État-major! La blague, il semble être trop bougon. Oh quoi que, ça lui irait bien. Mais c'est trop absurde pour que cela soit vrai! Il doit travailler dans une firme ou autres. Sara esquissa un sourire lorsqu'il lui demanda d'ignorer le reste des clients.

Parce que personne n'a osé jusqu'à présent, dit-elle simplement en réponse immédiate à ses paroles, plutôt fière d'être allée à sa rencontre bien qu'il n'y avait pas à être fière de s'imposer à de parfaits inconnus.

Après tout cet homme pouvait être dangereux ou bien, il pouvait être le vieux pervers pétomane du quartier qui attire ses proies à l'aide de son sérieux et de cette prestance qu'il fallait lui reconnaître. Le grincheux avait haussé la voix et à présent certains des clients semblaient se concentrer sur le fond de leur tasse de café. Son regard inquisiteur, même s'il n'était pas adressé au médecin, lui donna un frisson qui lui parcourut l'échine, l'obligeant à se redresser sur sa chaise. Un certain automatisme que son corps voulait lui rappeler mais que son esprit en vacances l'en empêchait. Il amena la conversation sur sa présence à Vancouver , se concentrant sur la blonde. Naturellement, elle se détendit, s'enfonçant dans sa chaise, les bras croisés, un sourire aux lèvres marque de fabrique de Sara. Il avait laissé tomber sa lecture pour s'intéresser au médecin. Il allait en avoir pour son argent!

Non. Quoi que je m'ennuie et je ne dirai pas non à bosser un peu. Les vacances m'amènent ici, enfin, je fais qu'une petite halte à Vancouver, le temps de quelques heures puis direction Londres pour me dorer sous le soleil tropical anglais. Vous comprenez maintenant pourquoi il me fallait à tout prix cette place au soleil ?

Sara eut un petit rire, ne s'attendant pas ou peu de réactions de la part du grinch. Elle continua, avec un peu plus de sérieux, accompagnant ses paroles à quelques mouvements de main.

En fait j'accompagne un ami qui doit aller à l'État-major cirer les pompes de quelques hauts gradés. Enfin ... C'est un peu plus compliqué que ça.

Et c'était surtout peu intéressant. Sara avait parfaitement résumé la situation. Bien que le cirage de pompes ne soit réellement pas possible de la part de Sykes car les poignées de main étaient faciles mais les sourires l'étaient moins face à ses supérieurs. Et l'homme en face semblait lui aussi avoir des difficultés à décoller ses zygomatiques. Le serveur revint rapidement avec sa commande ainsi que la commande habituelle de cinquantenaire. Il devait vraiment avoir l'habitude de venir ici et elle se doutait même qu'il s'installait à chaque fois au même endroit...

Merci, dit-elle simplement en attrapant sa tasse de café brûlante, approchant la tasse de son nez pour en humer l'arôme.

Il n'y avait rien de mieux qu'un café, pas même le meilleur vaisseau ! Encore trop chaud, Sara le garda dans ses mains. A présent, au tour de l'homme à se dévoiler un peu. Le médecin lui posa en retour la question de sa présence sur Terre.

Et vous, vous venez souvent à Vancouver. Vacances ou travail?

Elle n'était là depuis peu et lui avait pourtant dit qu'elle le laisserait tranquille. Alors, certes, il avait commencé mais peut-être apprécierait-il le silence par la suite à présent qu'ils avaient leur commande.

Eh! Je vous ai promis le silence, ajouta-t-elle rapidement ne lui laissant pas le temps de répondre. Dites-moi de la fermer à tous moment, je deviens un vrai moulin à paroles dès que je suis lancée, je ne me vexerai pas! L'habitude!

Oui, l'habitude...





"Les ennuis c'est comme la chtouille, quand on en a, autant en faire profiter les autres"



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance Interstellaire
Rang : Amiral & Chef d'Etat-Major aux armées
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4264-arcturus-waylh#63778
http://www.masseffect-reborn.fr/t4270-registre-de-bord-a-waylh#63850


En ligne
Messages : 75

MessageSujet: Re: Rencontre du Troisième Âge   Lun 16 Mai 2016, 22:00


Rencontre du troisième âge

Sara Vaylee | Arcturus Waylh



La conversation suivait son cours et plus nous avancions, plus j’étais convaincu de son statut de militaire. A commencer par sa manière de se redresser lorsque j'élevai un peu la voix, tel un subalterne qui se fait réprimander. Sans qu’elle s’en rende compte, elle me donnait de plus en plus d’informations sur elle, à moins qu’elle ne le fasse exprès… Peu importe, le fait qu’elle ignorait mon identité simplifiait certainement l’échange. La jeune femme parlait énormément, peut être un peu trop mais c’était quelque part assez agréable de pouvoir parler de tout et de rien avec une inconnue. Durant la discussion, le serveur revint avec les boissons commandées. Une fois servit, je pris le temps de le regarder d’un air amical et lui sourire rapidement. Ce type était là depuis un moment déjà et faisait du bon travail, rien de plus normal que lui montrer un peu de gentillesse.

Merci, Bill.

Le serveur s'éloigna, me laissant seul avec la jeune femme. Ayant à nouveau du café, je pris la nouvelle tasse en main et bu un peu de la boisson chaude, tout en continuant d'écouter ce que ma voisine de table avait à me dire, elle était définitivement très bavarde comme elle me l'avait dit plus tôt. La suite de son discours devint assez intéressant. En effet, la jeune femme commençait à prendre de l'assurance dans la discussion et même si d'un côté cela me faisait plaisir de pouvoir parler de tout et de rien, je souhaitais de plus en plus lui révéler mon identité vu ce qu'elle me répondait, surtout lorsqu'elle parlait du cirage de pompes de certains supérieurs. Je ne le montrai pas, mais un rire nerveux commençait à prendre possession de moi. L'insubordination est une chose que je ne tolère pas et parler ainsi fait parti des mauvaises manières que je déteste.

Ce qu'elle dit ensuite me fis croire qu'elle me tendait une perche pour que je la réprimande. Elle me demandait ce que je faisais à Vancouver, rien de plus naturel puisque je lui avais demandé la même chose, mais le contexte faisait que j'avais de quoi la rembarrer sévèrement. Je ne souhaitais pas vraiment lui faire cela, après tout elle ignorait que j'étais son plus haut supérieur hiérarchique, mais d'un autre côté, un militaire doit rester respectueux en toute circonstance.

Qui je suis ? Comment dire…

La situation devint délicate. En effet, soit j'inventais un boulot nécessitant ma présence à Vancouver régulièrement et je gardai une conversation reposante mais basée sur des mensonges. Soit, je lui disais la vérité et je prenais le risque d'avoir un légume face à moi. Habitué à prendre des décisions plus importantes que celle-ci, le choix fut vite pris. Avant de lui répondre, je pris une gorgée de café, puis expira un grand coup laissant s'échapper une partie de la chaleur de la boisson, une façon de me relaxer. Rien de plus agréable. J'essayais de garder un ton calme, amical et tout de même froid pour garder une certaine crédibilité. Je me redressais, posa ma tasse et répondis enfin à la question posée.

Je suis celui qui se fait cirer les pompes par les supérieurs de votre ami. Dans mon métier, on m'appelle surtout Amiral Waylh ou Monsieur le Chef d'État-Major aux Armées. Pour vous, ce sera simplement Monsieur ou Amiral puisque, sauf erreur de ma part, vous faîtes partie de l'armée vu votre tatouage.

Quitte à dire la vérité, autant être direct dés les premiers mots. Malheureusement pour la jeune militaire, j'avais aussi entendu ce qu'elle disait concernant un certain ami qui se trouvait avec l'État-Major. Curieux de voir qui était cette personne cireuse de chaussures, je pris mon pad qui était alors resté sur la table et allais chercher le planning de l'État-Major, perdu dans mes fichiers. L'opération prit une bonne minute. Un nom sorti rapidement du lot des réunions et j'en fis part à mon interlocutrice, certainement de plus en plus mal à l'aise. Je releva la tête, la fixa une fois de plus et repris là où j'avais terminé ma phrase auparavant, sans exprimer le moindre sentiment.

Vu l'heure, d'après le planning que j'ai sous les yeux et ce que vous venez de dire, vous connaissez donc le Lieutenant-Commandant Sykes, le fameux cireur de pompes si je ne me trompe pas. Il s'agit d'une citation de lui ou ça vient de votre vocabulaire personnelle ?

Durant le service, je l'aurai disputée. Elle n'agissait pas en marines et j'avais hâte de voir sa réaction après mes paroles. Je pris ma tasse en main et bu une gorgée une fois de plus avant de fixer droit dans les yeux la jeune femme en attendant sa réponse.



Couleur Arcturus: #0066ff


Fond par Caparzofpc




Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance
Rang : Médecin - Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4232-sara-vaylee
http://www.masseffect-reborn.fr/t4233-journal-de-bord-de-sara-vaylee


Messages : 216
Crédits : me

MessageSujet: Re: Rencontre du Troisième Âge   Ven 20 Mai 2016, 18:55

Rencontre du Troisième Âge
Feat. Arcturus Waylh




Il y avait des jours où il aurait mieux fallu se rester au lit, caché sous la couette au lieu de sortir raconter sa vie à de parfaits étrangers. Surtout quand ils sont Amiral ayant pris le poste de Chef des Armées par manque de personnes. Par défaut, il n'avait aucune légitimité, mais ça, autant le garder pour soi.

Le grincheux eut un semblant d’hésitation, mais la nouvelle tomba comme un coup de massue en pleine poire. Son sourire s’effaça en l’espace d’une seconde pour laisser place à un visage livide. Au terme d'Amiral, elle se leva instantanément, se mettant au garde à vous, sa main libre tenant toujours sa tasse de café qui serait malheureusement tombé si elle était restée sur la table, car cette dernière heurta les jambes de la pauvre malheureuse. Ajoutant à sa maladresse connue pour être légendaire dans ses paroles, du café brûlant coula sur sa main. Serrant les dents, elle ravala sa douleur autant que possible mais ses traits tirés étaient révélateurs.

Ayant les yeux fermés pour accuser le coup, les personnes voyant la scène pouvaient parfaitement imaginer que la trentenaire était en train de se frapper tout en se disant "tu l'as méritée idiote !". Le chef de l'État-major attendit qu'il ait terminé de parler pour lui permettre d'arrêter d'être au garde à vous. L'espoir d'ouvrir les yeux pour y découvrir une mauvaise blague mais lorsqu'elle posa les yeux sur Arcturus Waylh, Amiral de la 2e flotte, sa flotte en l'occurrence, elle eut un rire nerveux. Son supérieur. Nom d'un Pyjak Vaylee, tu es capable de retenir un recueil de diagnostic médical mais tu n'es pas foutu de retenir le visage de ton supérieur hiérarchique. Certes, tu ne l'as jamais vu de visu mais une photo à côté d'un encadré. Ah oui, l'encadré, tu le connais par cœur! Calmant sa nervosité, elle répondit après avoir pris une grande inspiration. Elle n'était pas nerveuse à l'idée de parler à cet homme mais c'était plutôt les répercussions que cela pouvait avoir. Un mot de travers et ... de toute manière au point où on en est...

Mes respects, Amiral. Je m'excuse sincèrement. Sykes a un franc-parler bien connu mais jamais il ne dirait ça. Pour ma défense, je ne pouvais pas dire les raisons de sa venue à un civil alors j'enrobe un peu l'histoire.

Toujours debout, elle attrapa une serviette dans le porte-serviette qui reposait sur la table afin d'essuyer le reste de café qui avait laissé une marque rouge sur sa main. Le respect de la hiérarchie était très important chez les militaires et le médecin avait compris sans problème que ses paroles avaient dérangé son supérieur. Sachant qu'elle ne pourrait que se confondre en excuses d'avoir et bégayer un semblant de réponse, elle préféra être franche et creuser un peu plus sa tombe.

Et, sauf votre respect mon Amiral, le "cirage de pompe" n'a certes pas le même nom mais il est partout, chez les militaires, les médecins, les vendeurs de cafés. C'est sûr que ce n'est pas officiel entre deux personnes à la hiérarchie diamétralement opposée, mais il ne faut pas nier la chose. On cherche tous à être dans les petits papiers de nos supérieurs. Sauf moi, qui m'enfonce à vue d'œil.

Si, tu pouvais juste fermer ta grande gueule Vaylee!

Lieutenant Sara Vaylee, 103ème division à bord du SSV Leipzig.




"Les ennuis c'est comme la chtouille, quand on en a, autant en faire profiter les autres"



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance Interstellaire
Rang : Amiral & Chef d'Etat-Major aux armées
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4264-arcturus-waylh#63778
http://www.masseffect-reborn.fr/t4270-registre-de-bord-a-waylh#63850


En ligne
Messages : 75

MessageSujet: Re: Rencontre du Troisième Âge   Jeu 26 Mai 2016, 21:40


Rencontre du troisième âge

Sara Vaylee | Arcturus Waylh



Il y a des façons d'être chez l'être humain qui ne trompe pas sur son identité et davantage quand on ne sait pas les cacher. C'était en soit une petite victoire personnelle que d'avoir eu raison sur le coup, le contraire m'aurai mis dans une situation embarrassante. La pauvre se releva en un éclair et prit la pose du garde à vous dès l'instant où je prononçai le mot Amiral. Heureusement pour elle, j'étais de bonne humeur et la fit se mettre au repos très peu de temps après, la laissant s'exprimer à son tour. Son sourire n'était plus sur son visage, ce qui me fit rire légèrement, il suffisait de peu pour changer un moment plus ou moins agréable en un moment de solitude extrême.

Lorsqu'elle prit la parole, la jeune femme s'excusa sur ses paroles le temps d'une phrase, avant de s'enfoncer une fois de plus. Avait-elle un talent inné pour faire cela ? Peu importe, ses phrases étaient toutes tournées de manière à ce que je comprenne parfaitement qu'elle cherchait un moyen de sortir de ce pétrin sans le trouver. On aurait dit une enfant, c'était à la fois pathétique venant d'une militaire mais aussi amusant, me rappelant ma petite Amanda à ses six ans. Je la repris dès qu'elle eût finit de parler, calmement mais d'un ton froid.

Je n’ai pas eu besoin du cirage de pompes pour mes promotions, les Moissonneurs m’ont ouvert la voie. Pour autant, je n’aurai jamais lécher le cul de mes supérieurs pour progresser, quitte à être ne serait-ce que Capitaine à l’heure actuelle. L’une des premières choses que j’ai apprise à ma fille est de mériter ce que l’on nous donne et quand j’entends ceci de la bouche d’un Lieutenant de l’Alliance, j’ai bien envie de le renvoyer à l’école militaire. Et j’espère sincèrement que Sykes ne pratique pas cela.

Je ne pouvais m’empêcher d’être en colère contre elle et ma façon de la regarder le faisait très bien comprendre. Mais je ne pouvais pas non plus la recadrer de trop, après tout, nous n’étions pas de service et elle n’avait pas divulgué d’informations privées, comme elle l’avait très bien souligné. Ainsi donc, je repris une gorgée de café, fermai les yeux pour savourer cet instant, comme si c’était le dernier puis posai enfin ma tasse sur la table qui avait quelque peu bougé. Je pris quelques secondes pour souffler intérieurement, me redressa à l’aide de mes coudes puis ouvrai les yeux pour regarder Sara droit dans les yeux, car oui, j’avais enfin un nom sur ce visage.

Mais, votre honnêteté, bien qu’un peu osée, me plaît. Je ne sais pas si c’est votre nervosité qui vous fait dire les choses telles que vous les pensez mais, c’est un défaut que j’apprécie. Peu importe.

Aussi, j'avais noté que du café lui était tombé sur sa main et je sais que trop bien que le café chaud soit assez désagréable quand il est renversé sur soi. Je décidai donc de changer de ton, pas non plus devenir un grand-père attentionné mais, je ne cherchai pas à la traumatiser. Le but ici était de lui faire passer un message sur le mérite, le fait qu'elle ait pu avoir mal me dérangeai.

Vous voulez une serviette mouillée avec de l’eau froide pour votre main ?

C'était le moins que je puisse faire, après tout, c'était de ma faute si sa maladresse lui avait fait renverser du café bouillant. Il s'agissait aussi d'une manière de lui montrer que je n'étais pas là pour la descendre uniquement, même si cela allait à l'inverse de ma façon d'être depuis le début de cette matinée. Ayant appris qu'elle faisait partie du SSV Leipzig et du 103e de marines, je pris la décision de changer de sujet, pour faire durer la conversation mais, aussi pour des raisons un peu plus professionnelles.

Alors, Lieutenant, comment ça se passe sur le Leipzig ? Quelle branche d’ailleurs ?

Je pouvais parfaitement comprendre que cette situation la déstabilisait mais, je voulais qu'elle continue à me parler, j'avais des projets pour le Leipzig, ce qui faisait que cette conversation prenait une tournure d'entretien. Pour la première fois depuis le début de la journée, je montrai un petit sourire des plus amical, souhaitant qu'elle se sente le plus à l'aise possible pour la suite qui allait peut être encore plus la déstabiliser.




Couleur Arcturus: #0066ff


Fond par Caparzofpc




Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance
Rang : Médecin - Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4232-sara-vaylee
http://www.masseffect-reborn.fr/t4233-journal-de-bord-de-sara-vaylee


Messages : 216
Crédits : me

MessageSujet: Re: Rencontre du Troisième Âge   Mar 12 Juil 2016, 15:17

Rencontre du Troisième Âge
Feat. Arcturus Waylh




Nous n’avons pas tous eu cette chance, pensa-t-elle alors qu’il annonçait que les Moissonneurs étaient à l’origine de son haut grade. Mais elle avait assez creusé sa tombe pour aujourd’hui et se ravisa de balancer ses premières pensées. Où était donc la barrière qui empêchait ses paroles de se déverser tel un torrent ? N’empêche que les Moissonneurs, malgré toutes les horreurs, avaient permis au médecin d’être sur le terrain, d’agir et d’apprendre sur le tas. C’était le meilleur enseignement et la meilleure formation.

Elle répondit simplement par un signe de tête lorsqu’il impliqua à nouveau Alec dans la conversation. Comment rectifier le tir s’il l’a dans le collimateur ? Pleurer tout en me roulant par terre, faire des pompes sur une main, me teindre de la couleur que le grincheux voulait voir sur ma tête ? Le médecin ayant perdu toute sa prestance et sa contenance haussa simplement les épaules lorsqu’il lui demanda si son attitude était due à cause de sa nervosité. Sara était trop bavarde, nerveuse ou pas. Mais là, il fallait le dire, il l’avait séchée.

Un silence s’installa à la table, l’Amiral se redressa et s’appuya sur la table. Sara était toujours debout, se tenant la main rougie par le café brûlant, elle avait toujours un peu de médigel sur elle en tube, déformation professionnel qui faisait que même si elle ne travaillait pas, elle ne dirait jamais non pour travailler. Il lui fit un signe pour s’asseoir alors qu’il lui demandait si elle avait besoin de froid pour sa main.

Non, arriva-t-elle à dire en s’asseyant au bord de sa chaise, j’ai ce qu’il faut.

La blonde attrapa son sac de voyage et en sortie un tube, prenant une petite dose de médigel et l’appliqua sur sa main. La douleur disparut au bout de quelques secondes, donnant une sensation de fraîcheur enveloppant la main. D’ici une petite heure, elle n’aurait plus rien, les nanites biologiques ayant réparée sa peau lésé. Elle attrapa sa seconde tasse de café, l’essuya puis prit une gorgée pour s’empêcher de parler. Un semblant de sourire apparut sur le visage de l’Amiral comme s’il essayait de retrouver la personne qui s’était présentée un peu plus tôt à lui pour avoir sa cure de soleil. Ne sachant pas comment réagir face à son supérieur, Sara restait tendue. Il en vint à lui demander sa situation sur le Leipzig et si tout se passait bien. Il ne devait pas avoir beaucoup d’occasions comme celle-ci, demander l’avis d’un de ses subalternes en dehors des capitaines et autres commandants de sa flotte.

Il restait un noyau soudé au sein de l’équipage du Leipzig mais un ensemble d’électrons finissaient par entrer puis sortir au bout de quelques années. Beaucoup pour se faire de l’expérience jusqu’à trouver un vaisseau plus récent. Et sur le CV, avoir été dessus ne rendait que plus attrayant la personne.

Bien, plutôt bien, répondit simplement la blonde en hochant de la tête. Ça fait quinze ans que je suis à abord, dont dix ans en tant que médecin, Amiral. J’ai l’impression que l’équipage change sans cesse. Le Commandant Harper est en poste depuis six ans. Nous veillons l’un sur l’autre depuis les Moissonneurs, mais j’ai peur pour lui, peur qu’il oublie que …

Elle s’arrêta un court instant, cherchant ses mots.

Que la renommée d’un vaisseau n’est due que par le courage et la bravoure des hommes qui sont à bord, pas par son nom. Ce bâtiment a connu ses heures de gloire mais … Je pense que le Leipzig a fait son temps.

Se rendant compte qu’elle était en train de faire remarquer à son supérieur hiérarchique qu’il serait temps de mettre au placard ce bâtiment et donc critiquer ses décisions, le médecin ajouta précipitamment.

Enfin, ce n’est que mon avis !

Avant de débarquer sur la Citadelle, il y avait eu des tensions entre Harper et Vaylee, un désaccord qui s’était terminé par un claquement porte, s’il y avait des portes battantes sur le vaisseau. Sara considérait que son avis de médecin dépassait les autres d’un de ses supérieurs. Si un homme ne pouvait pas aller sur le terrain pour une quelconque raison, son supérieur n’avait pas d’autres choix que de prendre quelqu’un d’autres ou de faire sans. Sauf qu’Harper n’en faisait qu’à sa tête et il avait pris des risques inconsidérés à plusieurs reprises, mettant la vie de ses hommes en danger. Jusqu’à présent, ils s’en étaient sorti, mais la trentenaire redoutait le jour où il y aurait un mort. Ces situations restaient en interne et n’étaient certainement pas remontées jusqu’aux oreilles de l’Amiral.





"Les ennuis c'est comme la chtouille, quand on en a, autant en faire profiter les autres"



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance Interstellaire
Rang : Amiral & Chef d'Etat-Major aux armées
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4264-arcturus-waylh#63778
http://www.masseffect-reborn.fr/t4270-registre-de-bord-a-waylh#63850


En ligne
Messages : 75

MessageSujet: Re: Rencontre du Troisième Âge   Dim 17 Juil 2016, 15:48

Rencontre du troisième âge
Sara Vaylee - Arcturus Waylh


Je fis un signe à Sara pour qu’elle puisse s’asseoir, je pensais qu’elle le ferait machinalement après lui avoir fait signe de se mettre au repos. Un vrai petit soldat, à attendre les ordres, et je ne pouvais pas lui en vouloir non plus.

Vaylee répondit assez brièvement concernant son affectation. Je n’aurai pu réponde que sur un point si elle n’avait pas assisté sur le fait que l’équipage d’un vaisseau sert la réputation de ce dernier, ce à quoi je clignai des yeux pour lui montrer que j’étais d’accord. En revanche, sa façon de le dire sous-entendait que les missions effectuées par l’équipage du Leipzig était parfois assez dangereuse et qu’il n’était pas rare que certains reviennent blessés. Je la laissai terminer ce qu’elle avait à dire puis, je pris ensuite le temps de bien lui expliquer mon point de vue sur ce sujet. Cela me faisait plaisir d’avoir des retours de subalternes et plus particulièrement d’un médecin qui se trouve quand même dans une position importante sur un bâtiment.

Étant déjà redressé, je croisai mes mains sur la table avant de répondre à la jeune femme.

"Un bâtiment de guerre est une pièce sur l'échiquier des amiraux. Ils coûtent cher, stratégiquement et économiquement mais son remplaçables. Les équipages eux, sont malheureusement présent à bord pour faire tourner cette pièce selon les ordres mais, en aucun cas ils sont remplaçables. Une perte humaine, qu’il s’agisse d’un matelots ou d’un amiral, est une perte irremplaçable car si vous êtes affectés à un navire, c’est qu’en général vous pouvez lui apporter quelque chose. Un vaisseau ne vous décevra pas si vous ne le décevez pas. Le Leipzig a connu ses heures de gloire, je l’ai vu dans des états lamentables, revenir d’attaque contre les Moissonneurs durant la Guerre. Il a subit des réparations de fortune durant des mois car, nous n’avions plus nos docks ni nos moyens habituels et pourtant, lors de l'opération Épée, il était devant et a suffisamment endommagé beaucoup de Moissonneurs pour que Marteau puisse atterrir. C’est un excellent navire qui a toujours eu de très bons équipages. Cependant."

Ce dernier mot fut suivi d’une courte pause, durant laquelle je fixai mes mains un instant afin de trouver mes mots. Car oui, j’avais une mauvaise nouvelle à lui annoncer concernant le Leipzig et c’était exactement à ce point où je voulais venir lorsque j’ai lancé le sujet. Le doc ne l’avait pas clairement dit mais, elle m’avait fait comprendre que ce vaisseau était vieux et qu’il serait temps de le remplacer. Son avis allait peut être moins la choquer par rapport à ce que j’allais lui annoncer. Je fixai à nouveau la médecin puis repris mon discours.

"Il fait partie des plus vieux vaisseaux des flottes et s’il est encore de service, c’est parceque nous avons encore besoin de lui le temps de construire de nouveaux bâtiments. C’est l’affaire de quelques mois et dans ce laps de temps, l’ensemble de l’équipage du Leipzig va être réaffecté au fur et à mesure. Les postes les moins importants vont être les premiers réaffectés et le vaisseau en lui-même servira dans des missions sans aucun danger puis en vaisseau-école lorsque l’équipage sera réduit à son stricte minimum. Enfin, il finira sa vie dans l’un de nos musées ou il sera lui-même modifié en musée, étant un acteur majeur de la guerre contre les Moissonneurs, ce serait, je pense, un honneur pour lui de commémorer jusqu’à sa fin cette période où il a été un glorieux vaisseau."

Le point sensible était déballé sur la table, restait à adoucir la chose et rassurer Sara, qui allait peut être s’inquiéter de son avenir. Je revins alors sur le cas Harper, qui semblait la déranger un peu. Je peux la comprendre, ce type a des capacités de commandement mais, pas sur un tel vaisseaux. Je le soupçonne d’ailleurs de ne pas être un bien meilleur meneur au sol. Aussi, ayant déjà quelques peu parlé des réaffectations, je voulu insister sur le fait que c’est le Capitaine du Vaisseaux qui choisit les affectations normalement, avec accord des plus haut-gradés.

"En théorie, Harper, et lui seul, peut faire des demandes spéciales au Commandement pour son équipage mais, s’il a été envoyé sur le Leipzig c’est parceque c’est un con et qu’il ne mérite pas du tout son rôle de Capitaine. Donc lorsqu’il verra mon mail vous concernant, je pense qu’il la fermera, de toute manière il n’aura pas le choix."

Je venais d’évoquer mon mail sans en avoir parlé bien avant. En effet, ce petit-déjeuner mouvementé me plu, je ne sais pas pourquoi, peut être le fait que Sara fut déstabilisée dès le départ, ou presque, et que cet entretien me permit d’en apprendre un peu plus sur la situation du Leipzig, que j’espère remplacer sur les prochains mois. Suite à tout ceci, je voulu me montrer amical envers la jeune femme qui, au lieu de passer une bonne matinée, passa un moment difficile sans l’avoir prévu ni senti.

Je pris la dernière gorgée de mon café, la savoura puis je revins sur le cas de Sara et de ce fameux mail.

"Vous êtes à bord depuis quinze longue années et votre rôle sur le Leipzig est l’un de ceux que je l’ai le plus en estime, vous sauvez des vies, vous soignez leurs blessures.. Les médecins dans l’armée, ce sont ceux qui voient le plus d’horreurs et à ce titre, en guise de remerciement personnelle, non pas de l’Alliance, j’aimerai vous offrir une opportunité que je ne donne que très rarement. Ma propre fille, qui est dans l’armée, n’y a jamais eu le droit, sinon cela aurait double dispute, administrative et familiale."

Je fis une courte pause, analysant au passage la réaction de mes propos sur la jeune femme, je n’avais pas envie d’offrir une opportunité à quelqu’un qui n’en serait pas digne. Dans ce même temps, je pris mon pad, entra mon adresse professionnelle Extranet puis retourna la tablette pour que Vaylee puisse lire ce qu’il y avait dessus.

"Vous avez deux semaines pour décider sur quel navire vous souhaitez être affectée après le Leipzig. N’importe lequel, sous réserve que le médecin à bord ait besoin de quelqu’un ou qu’il s’en aille pour diverse raison. Les deux semaines dépassées, ce sera Harper qui choisira. L’État-Major rouspétera puisque normalement je n’ai pas à décider de cela mais, étant donné que c’est eux qui me lèchent le cul et non pas l’inverse, votre demande sera assurée, sous les réserves que j’ai émises."

La proposition était faite et j’allais tenir parole. J’avais déjà une petite idée sur sa demande d’affectation mais, elle était maître de son choix. Mon annonce faite, je me contentai de m’avachir sur ma chaise et croiser les bras.

Couleur Arcturus: #0066ff - Fiche d'identification - Journal de bord










Dernière édition par Arcturus Waylh le Ven 05 Aoû 2016, 21:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance
Rang : Médecin - Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4232-sara-vaylee
http://www.masseffect-reborn.fr/t4233-journal-de-bord-de-sara-vaylee


Messages : 216
Crédits : me

MessageSujet: Re: Rencontre du Troisième Âge   Dim 31 Juil 2016, 13:09

Rencontre du Troisième Âge
Feat. Arcturus Waylh





Le médecin confirmait les dires de Waylh d'un hochement de tête. Ils étaient d'accord sur bien des choses. Un sourire nostalgique apparut sur ses lèvres au sujet des heures de gloire du Leipzig. Sara y était. Les secousses, les dégâts internes, les zones sinistrées sans air avec des membres de l'équipage mort, elle les avait vécus et bien des angoisses resurgissaient de cette époque l'empêchant de dormir à bien des reprises. Sur Terre, cela fut aussi terrible...

L'Amiral souligna la qualité du vaisseau ainsi que son équipage et une certaine fierté pouvait se lire sur le visage de la blonde. Après tout ce sont ses petits. Cependant la courte pause qu'il prit la laissa perplexe, arquant un sourcil l'air interrogateur.

Et la sentence tomba et Sara se mit automatiquement à se triturer les cheveux, nerveuse. Sa main, jusqu'à présent, massait l'autre blessé. La jeune femme le savait et cela était une évidence mais se l'entendre dire était plus difficile lorsque c'est son supérieur. Une vérité réelle et palpable qui lui faisait froid dans le dos. Ainsi, l'équipage allait être réaffecté. Elle allait devoir abandonner son infirmerie, ses petits qu'elles avaient vu grandir pour beaucoup et partir. Le médecin regarda la belle vue sur l'océan, hochant de la tête, un sourire crispé. Remets-toi Vaylee bon sang, tu le savais depuis des années!

La suite devint des plus étrange aux yeux de la trentenaire. Il lui rappela, dans un premier temps, que c'était à Harper de faire certaines demandes pour son équipage puis il lui parla d'un mail la concernant. Sara reposa son regard sur Waylh surprise mais à la fois inquiète. Je suis foutue! Et dieu qu'il prenait son temps pour lui annoncer ce qu'il comptait faire. L'Amiral souhaitait la remercier de ses bons et loyaux services. L'inquiétude disparut pour ne laisser que la surprise sur son visage. Elle arrêta tout, oubliant même de respirant, l'obligeant à prendre une profonde inspiration alors qu'il tournait son pad pour lui montrer le mail.

Deux semaines. Deux semaines pour choisir sa réaffectation. Et Sykes qui lui faisait une proposition de venir à bord de Midway la veille. Comme l'univers est étrange ... Ainsi il serait même capable de refuser à sa fille ce droit. Ce qui rendait encore plus la proposition des plus généreuse et surprenante. Rien dans sa façon d'être n'aurait pu lui permettre d'envisager un retournement de situation comme celui-ci. Mais ne crachons pas sur les opportunités de ce genre. Tout la ramenait à veiller à nouveau sur son ami. Sara resta muette quelques secondes, ne trouvant pas de mots, finissant par se racler la gorge pour retrouver un semblant de voix.

Et bien ... J'ai ... Je ne m'attendais pas à ça, Amiral. Un musée lui fera honneur. Le Leipzig est ma maison et même si tout le monde en est conscient qu'il est temps pour elle de prendre sa retraite, ça touche un peu, dit-elle avec un haussement d'épaule, n'osant plus bouger de peur de renverser, pousser ou lâcher quelque chose. Le hasard fait que le Lieutenant-Commandant Sykes m'a parlée du médecin à bord du Midway, Dr Coëtze. Elle envisage un poste sur la Station Gagarine. C'est une proposition très fraîche à laquelle je n'ai pas encore réfléchi.

Sara marqua une courte pause.

Je vous en ferai part rapidement. Merci, Amiral, finit-elle par dire sincèrement, chamboulée par toutes les informations données par son supérieur.

Elle prit enfin une gorgée de café, semblant se détendre un peu face à cet homme important et charismatique. Il y avait une chose à laquelle Sara pensait et qui l'inquiétait un peu.

Je peux vous demander quelque chose? Demanda-t-elle attendant un simple ou parole lui autorisant de continuer. Ne soyez pas trop dur avec Harper, s'il vous plaît. Il a bien des qualités, il a juste besoin de quelques coups de pied au ... Enfin, vous voyez. C'est une prescription médicale! Conclu-t-elle avec une pointe d'humour dans la voix, peu sûre d'avoir touché la corde sensible de Waylh.

Sara pouvait être en colère contre Harper mais cela n'empêchait en rien qu'elle voulait le protéger, le couver comme une mère poule et s'assurer que tout se passera bien pour lui. Ils étaient amis depuis prêt de quinze ans et des désaccords, ils en avaient eu à bien des reprises... Peut-être n'arriveront-ils jamais au point de non-retour où une vie serait en jeu risquant leur amitié, brisant la séparation vie privée et professionnel qu'ils avaient depuis le début. Restant droite, sur le bord de sa chaise, ses deux mains tenant la tasse de café, elle ne voulait pas le courroucer ou encore moins le faire changer d'avis sur son affectation mais le médecin voulait assurer à ses petits un avenir à eux aussi.





"Les ennuis c'est comme la chtouille, quand on en a, autant en faire profiter les autres"



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance Interstellaire
Rang : Amiral & Chef d'Etat-Major aux armées
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4264-arcturus-waylh#63778
http://www.masseffect-reborn.fr/t4270-registre-de-bord-a-waylh#63850


En ligne
Messages : 75

MessageSujet: Re: Rencontre du Troisième Âge   Dim 31 Juil 2016, 17:04

Rencontre du troisième âge
Sara Vaylee - Arcturus Waylh


Bien qu'un peu déboussolée, la jeune femme ne tarda pas à donner son ressenti sur ma proposition. Le fameux Sykes était encore sur la table, décidément ce type était partout dans les propos de Sara. Mais si effectivement le N7 allait manquer de médecin sur son navire, il était préférable qu'une remplaçante compétente prenne le relais. Qui plus est, le fait que les deux se connaissaient déjà allait faciliter l'arrivée d'une nouvelle dans l'équipage de Sykes. Je ne pouvais qu'approuver cela, sous réserve que leur travail respectif soient bien effectués.

Je préférai éviter le sujet N7 et ne fis qu’acquiescer les propos de la jeune femme. Elle me demanda ensuite ce que j'allais faire de Harper. Elle semblait s'inquiéter du sort que je réservai à son capitaine. Même si cela n'avait aucun lieu d'être dans la conversation, je pouvais comprendre cela, vu le nombre d'années que les deux avaient passés sur le Leipzig et les nombreuses épreuves qu'ils avaient dû traverser ensemble. Voyant que le sujet la dérangeai, je pris le temps de la rassurer concernant son capitaine.

"Harper est... Un bon gars dans le fond, il n'a pas que des défauts, nous le savons très bien. Je pense d'ailleurs que des recrues seraient bien placées sous son commandement vu son caractère, ça leur permettrait de rapidement prendre des habitudes de militaires. Un capitaine sur un vaisseau-école, en tant qu'officier instructeur en chef. C'est ce qui l'attend jusqu'à la fin de son navire, sauf s'il insiste pour un autre poste et que nous acceptons son affectation. Ne vous en faîtes pas, Lieutenant, il ne sera pas envoyé à surveiller le Nid du Milan, pour le moment."

Il est évident que je ne souhaitais pas me débarrasser de Harper, je voulais néanmoins qu'il trouve sa place dans la Navy, comme tout le monde, et qu'il soit à la hauteur de son poste comme il le fut à une époque. Mais là n'était pas le sujet et je repris assez rapidement en ramenant la conversation sur le futur de Vaylee, tenant encore à la rassurer mais aussi à montrer l'importance de son choix.

"Je peux comprendre que cela puisse vous perturber un peu, cela fait très longtemps que vous servez sur ce navire. Et croyez-moi que cela en fait une force vu le palmarès du vaisseau. Concentrez-vous sur votre carrière désormais, vous l'avez bien mérité, il est temps de passer sur de l'équipement plus moderne, avec un meilleur confort de vie et de travail."

Je ne souhaitais pas non plus m'éterniser sur le sujet, soit elle acceptait ma proposition, soit elle attendait que son supérieur lui trouve une affectation, point. D'ailleurs, inquiet de l'heure qu'il pouvait être, je sorti de la poche gauche de mon pantalon ma montre à gousset et vis qu'il était assez tard, suffisamment pour me faire prendre l'initiative de partir, le temps d'arriver à l'État-Major, la réunion commencerait bientôt. Et je déteste arriver en retard.

"Voyez-vous cela, que le temps passe vite lorsque l'on discute, vous aviez raison, Vaylee, vous être un vrai moulin à parole."

Petite touche d'humour avec ma façon d'être froide, je commençai à rassembler mes affaires, il y avait peu de choses mais tout de même, il s'agissait d'un bon matériel alors je faisais attention à ce que tout soit bien rangé. Je n'oubliais pas pour autant la jeune femme que j'avais en face de moi et je ne voulais pas qu'elle puisse croire qu'elle me dérangeait, aussi je continuai à parler tout en me préparant à m'en aller.

"Je suis désolé mais, il va falloir que je vous laisse profiter de cette table toute seule, votre ami Sykes ne va plus tarder à cesser sa séance de... léchage de cul et j'ai justement une réunion avec l'État-Major ensuite."

Cette pointe d'humour était la dernière, j'aimais plaisanter mais je l'avais déjà trop fais et je voulais en aucun passer pour l'amiral inoffensif. J'étais tout de même assez impatient de rencontrer ce Sykes, voir s'il était bel-et-bien lèche-bottes ou si cela faisait parti du vocabulaire propre à Sara. Une fois mes affaires rangées, je me leva, fis signe à la docteure de ne pas se déranger pour me dire au revoir comme il se doit puis mis ma veste. Ceci fait, je m'adressa une dernière fois au Lieutenant.

"Lieutenant Vaylee, je suis content de vous avoir rencontré et j'espère avoir rapidement ce mail. Bonne journée et tâchez de reconnaître vos supérieurs à l'avenir."

La conversation close, je fis un dernier salut à la jeune femme avant de me diriger vers le bar afin de régler tout ce que j'avais pris pour déjeuner. Bien que ce début de matinée ne s'était pas passé comme je l'aurai souhaité, le résultat n'était pas si mauvais. J'étais cependant un peu contrarié d'avoir été aussi souple avec une inconnue, sous simple prétexte qu'elle est médecin abord d'une vieille frégate. Ce n'était pas dans mes habitudes d'être aussi sympathique mais je lui avais donné ma parole donc j'allais la tenir, sous réserve qu'elle m'envoie bien un mail rapidement.

Le règlement effectué, je quittai le bar et pris la direction de l'État-Major.

Couleur Arcturus: #0066ff - Fiche d'identification - Journal de bord










Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Rencontre du Troisième Âge   
Revenir en haut Aller en bas
 

Rencontre du Troisième Âge

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: L'espace de l'Alliance interstellaire :: Bulle locale :: Planète Terre-