AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 Un, deux, trois, Soleil !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Personnage RP
Faction : Pacificateur
Rang : Déesse
Voir le profil de l'utilisateur


Estomac Tendre
Messages : 409

MessageSujet: Un, deux, trois, Soleil !   Mer 04 Mai 2016, 00:35
Intervention MJ : NonDate : 21 Janvier 2201 RP Tout public
Kydra Lifith ♦ Miyuki Kawabusa
Un, deux, trois, Soleil !



De l'eau coulait à cet endroit. Une sorte de micro climat s'y était formé, petite merveille météorologique. La chaleur produit par les réacteurs était évacué par des conduits, gérés par d'énormes turbines qui contrôlaient l'arrivée d'air. Pourtant, une partie de cette chaleur ne stagnait pas et atteignait cette hauteur, se condensant sur les parois métalliques de la station. Une forte humidité envahissait donc cet endroit, et lorsque la gravité réussissait à se faire entendre, certaines gouttes aventureuses répondaient à son appel et se laissaient chuter dans le vide. Un voyage intense les attendait, mais surtout, une fin brutale.

PLOC. Kydra venait se prendre une vilaine goutte sur le visage. Son réflexe de terrienne la poussa à se mettre à l'abri, mais elle se rappela rapidement qu'il ne pouvait y avoir de pluie sur Oméga. Elle leva la tête et constata l'humidité envahissante qui régnait. Elle se décala alors le plus possible pour éviter une éventuelle récidive. L'humaine se trouvait dans un cul de sac, plus qu'irritée de devoir attendre dans un tel endroit, elle qui ne possédait pas une extraordinaire patience de base. Tentant de tuer le temps comme elle le pouvait, elle trouva rapidement refuge dans son esprit.

Kydra s'était reposée plusieurs jours depuis les événements récents d'Oméga, car même si ses blessures physiques étaient légères et rapidement guérissables, c'était surtout mentalement qu'elle avait besoin de souffler. A vrai dire, la joie des premiers instants avait rapidement laissé place à une anxiété toute particulière, celle qu'une autre partie d'elle même était encore emprisonnée, sans aucun moyen de pouvoir la ressentir. Elle avait passé plusieurs jours à sonder son esprit, de peur d'y découvrir à nouveau quelque chose d'effrayant. Il ne s'agissait pourtant là que d'une réaction instinctive, elle le savait, mais c'était une étape nécessaire. L'humaine devait s'assurer que plus rien ne la bloquerait dans le monde physique, et désormais elle en était convaincue. Kydra se sentait désormais saine, tout du moins, bien plus qu'elle ne l'était auparavant, et les combats récents lui avaient fait un bien fou, lui apportant bien plus en une poignée d'heures qu'en plusieurs années. Et là voilà désormais, de nouveau à traquer Jikew, l'être qui avait été le point de départ de tout ce bordel.

L'humaine leva la tête, contemplant à nouveau les parois humides. C'était long. Elle détestait tellement attendre, rien de positif n'en ressortait, seulement de la frustration. Cependant, un mouvement attira immédiatement son attention. Il s'agissait de quelque chose de très subtil, voir infime, mais elle était certaine de l'avoir vu. Un bruit de grattement s'ensuivit, et un petit animal apparut devant elle. Kydra écarquilla les yeux en constatant qu'il s'agissait d'un rat, de la même forme et de la même corpulence que ceux présents sur Terre. Elle ignorait totalement ce qui lui était arrivé pour qu'il se retrouve ici. Le petit rongeur perçut sa présence et fixa sur elle ses yeux noirs. L'humaine lui rendit son regard, et un sourire carnassier se dessina sur son visage.

Le grillage derrière eux était trop étroit pour qu'il s'y faufile, elle boucha grossièrement quelques fissures avec le sol boueux de l'endroit et se plaça près de la sortie du cul de sac, le rongeur était pris au piège. Il sembla comprendre la situation car il scruta rapidement les alentours et se mit à courir rapidement vers le grillage. Kydra se lança à sa poursuite mais comprit qu'il s'agissait uniquement d'une feinte, car le rat fit un virage serré et fonça vers la sortie sans défenses. L'humaine tenta alors un dérapage peu élégant et bondit sur le rongeur. Elle réussit à mettre la main dessus in extremis et brandit fièrement son trophée en l'air. Ignorant sa résistance, elle contempla de plus près l'animal qui lui rappelait tant son monde natal, monde qu'elle ne pourrait jamais plus contempler à nouveau. Mais elle recula rapidement la tête avec une expression de dégoût.

Merde, mais tu pues la mort !

Elle relâcha immédiatement le rongeur qui s’éclipsa sans demander son reste. Inutile de se demander dans quelles immondices il avait dû traîner pour empester ainsi. Kydra se releva et tenta de s'étirer comme elle le pouvait sous son armure. L'animal ne l'avait occupé qu'un court instant, mais heureusement pour elle, des bruit de pas se rapprochant lui firent comprendre que son attente touchait à sa fin. Elle se tourna vers l'allée, s'attendant à voir la personne qu'elle avait contacté. Mais seul un mur de flammes l’accueillit. Bondissant en arrière, l'humaine se rendit rapidement compte qu'il s'agissait là d'un piège. Cette petite ruelle en cul de sac était étroite et ne lui laissait qu'une seule voie de sortie, voie qui était désormais impraticable par la présence de flammes toujours renouvelées. Elle aperçut brièvement une silhouette à travers le feu, quelqu'un sans doute armé d'un lance flamme essayait de l'occire sans même combattre. Kydra pouvait toujours répliquer avec ses armes et parvenir à le toucher, mais il valait mieux ne pas attirer l'attention. L'individu en face avait trouvé une solution silencieuse et efficace pour la tuer. Alors que les flammes gagnaient du terrain, l'humaine regarda rapidement les alentours.

Elle ne pouvait tenter de passer a travers le grillage, car seul le vide l'attendait. Une seule solution s'offrait à elle, tenter de grimper les parois, parois de métal avec peu de prises et à moitié dévorées par les flammes. Mais elle n'avait pas vraiment le choix. Kydra s'élança et tenta d'escalader rapidement, autant que possible avec son équipement, un lance grenades et une arme berserker. Elle était puissante et parvint à se hisser efficacement, mais le métal devenait chaud et elle se brûla la main droite, la plus proche des flammes, en montant. Une fois au sommet et hors de portée, elle souffla un coup et tenta de poser sa main douloureuse sur les murs gorgés d'eau de la zone. La douleur mêlée au soulagement qui s'en dégageait poussèrent Kydra à lâcher un gémissement de béatitude.

Maintenant, il fallait s'occuper de la menace. Les flammes avaient cessé, l'individu s'était sans doute aperçu de l’inefficacité de sa méthode. Kydra longea la ruelle et descendit un peu plus loin. Elle s'aperçut rapidement qu'elle connaissait le visage de l'individu en question. L'humain avait lâché son Firestorm et s'emparait désormais d'un fusil à pompe, il était décidément drôlement bien équipé. Elle fonça en avant, bien décidée à l'empêcher d'utiliser une arme aussi bruyante. Une fois au contact, elle tenta de le désarmer, mais il avait bien plus de force qu'elle ne l'avait prévu, et lui infligea un coup de crosse dans le visage. Kydra avait déjà réussi à encaisser bien plus violent. Loin d'être hors combat, quoique légèrement sonnée, elle contre attaqua immédiatement, s'assurant qu'il ne pourrait pas presser la détente. Si en effet il possédait une force non négligeable, il n'avait en revanche quasiment aucune technicité, et l'humaine n'eut aucun mal à prendre l'avantage sur lui. Dégainant son omnilame, elle lui trancha la tête, réflexe qu'elle avait développée depuis son combat contre Rhys, de peur que le cadavre ne se mette à marcher vers elle et ne tente de l'étrangler. Alors que le corps de l'humain tombait au sol, Kydra passa délicatement sa main sur son cou, se remémorant avec une grimace la strangulation qui avait failli lui être fatale ce jour là.

Elle reporta son attention sur le cadavre en s'agenouillant près de lui. Arius était un turien qui était un ami proche de Jikew, mais elle ne pouvait pas se permettre d'aller le voir simplement en lui soutirant des informations, pas en plein milieu d'un quartier sous juridiction mercenaire. Hors cet humain avait été embauché par Arius à de nombreuses reprises, elle avait donc jugé plus pertinent de le contacter en premier afin d'organiser une rencontre avec le turien dans un lieu isolé. Au vu du corps sans vie à ses pieds, il était pertinent de constater que cette stratégie avait échoué. De toute évidence, on ne souhaitait pas que quelqu'un fouille dans les affaires de Jikew, ce qui ne faisait évidemment qu'attiser davantage la curiosité de l'humaine. Arius avait sans doute compris qu'une personne cherchant à le contacter ne voulait qu'un type d'informations précis et avait dû payer davantage le mercenaire ou jouer sur sa loyauté pour l'envoyer supprimer cette potentielle menace. Au final, ça ne servait plus à rien de se presser. Que le mercenaire ait échoué ou non, le turien avait très certainement disparu lui aussi, persuadé que si d'autres personnes voulaient en savoir plus sur Jikew, elles se tourneraient vers lui également.

Kydra soupira. Elle était de nouveau au point de départ, sans aucune piste. Ce drell était décidément bien borné à ne pas être retrouvé, surtout pas par l'assassin d'Anton. Elle se releva et laissa derrière elle le cadavre. Il fallait qu'elle quitte ce quartier, par par véritable nécessité, mais rester ici augmentait les risques qu'on la reconnaisse. Les mains derrière la tête, l'humaine se dirigea donc vers le centre d'Oméga, là où elle pouvait vaguer tranquillement à ses occupations.

Malheureusement son trajet ne fut pas sans accroc contrairement à ce qu'elle aurait espéré. En effet, elle aperçut au bout de la rue qu'elle arpentait, une patrouille de mercenaires soleils bleus. Si cette patrouille n'était en rien mortelle, elle préférait éviter le risque que l'un d'eux ne la reconnaisse. Ils auraient vite fait d'associer le corps qui gisait un peu plus bas à la présence peu ordinaire de Kydra Lifith dans un quartier mercenaire. Voilà bien quelque chose dont elle se serait volontiers débarrassée, sa nouvelle réputation. Même si elle restait faible, il n'en restait pas moins que travailler en anonymat total était bien plus pratique pour un assassin, auquel cas, elle n'aurait jamais pu infiltrer le camp ravageur comme elle l'avait fait pendant les combats.

C'est donc d'une manière décontractée et nonchalante que Kydra fit demi tour, rallongeant ainsi son trajet mais le rendant plus sécurisé. Elle aperçut en sens inverse une autre humaine à la chevelure noire, bien que plus courte que la sienne, qui n'affichait aucune expression apparente. Ce visage sans émotions lui rappelait le sien quand elle était encore nouvelle dans les systèmes Terminus, jeune fugitive recherchée par l'alliance vivant dans un déni total de ses émotions et de ce qui l'entourait. Elle avait fait bien du chemin depuis.

Continuant d'avancer, Kydra remarqua qu'un autre mercenaire en armure de ravageur arrivait vers elle dans l'autre sens. Tous marchaient d'une manière décontractée, et elle en faisait de même, mais elle cherchait rapidement une solution pour quitter cet endroit avant que les mercenaires ne soient suffisamment proches pour pouvoir distinguer son visage. Cette situation était vraiment ridicule, fuir ainsi les patrouilles pourtant inoffensives pour elle, mais elle ne pouvait se permettre qu'on sache qu'elle était ici.

Activer son camouflage optique ou tenter de se cacher devant leur yeux dans une ruelle étroite revenait à crier qu'elle cherchait à les éviter. Quoique, une petite ruelle pouvait faire l'affaire, à condition d'être accompagnée. Elle continua donc son chemin et arriva au niveau de l'autre humaine. Elle se mit alors à lever les bras en l'air et à pousser un cri de joie, l'inconnue la dévisagea sans comprendre. Kydra la prit dans ses bras et l'embrassa passionément, l'emportant dans la ruelle, faisant passer cette fuite comme une étreinte amoureuse.

Les deux humaines se retrouvèrent donc dans l'ombre, hors de vue de la rue principale. Kydra se décolla de l'inconnue et scruta les alentours. Maintenant hors de portée, il lui suffisait d'emprunter des axes peu fréquentés afin d'éviter à nouveau ce genre d'incidents. Cependant, elle se retrouvait avec un témoin sur les bras qui avait sans doute compris qu'elle cherchait à éviter les patrouilles et si elle l'avait également reconnue, cette femme possédait une information qui pouvait lui valoir quelques crédits auprès des mercenaires. Mais Kydra ne pouvait se permettre de tuer à nouveau en ces lieux, encore moins quelqu'un dont elle ignorait l'affiliation, il fallait qu'elle garde cette option uniquement en dernier recours. Elle se tourna donc vers elle.

Alors dis moi, qu'est ce que je peux t'offrir en échange de ton silence ? Et surtout...

Kydra dégaina le poignard situé au niveau de sa cuisse et le plaça sur la gorge de l'inconnue.

...Est ce que je peux te faire confiance ?

Elle pencha la tête sur le côté et se mit à sourire.







Dernière édition par Kydra Lifith le Jeu 05 Mai 2016, 23:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 26

MessageSujet: Re: Un, deux, trois, Soleil !   Jeu 05 Mai 2016, 16:40

Un, deux, trois,

Soleil !!!

Trop naturelle, trop naturelle pour l’être réellement. J’avais du laisser Kyreshorl depuis quelques heures à peine, elle m’avait envoyé faire un tour dans les fosses d’Oméga pour jauger de la tension de l’endroit, si un soulèvement se préparer elle voulait le savoir. Mais même si tout le monde ou presque se plaignait et grognait sur la destruction récente, personne n’avait vraiment quelques choses à faire de qui diriger la station du moment que les commerces illégaux reprenaient cours rapidement. Bref rien de bien original.

Et voilà que je tombais sur cette humaine, tellement détendue qu’elle était forcément sur les nerfs. Personne n’ignorait les soleils bleus avec tant de nonchalance, simplement car c’était des brutes agressives qui prenaient tous les gens qui ne baissaient pas les yeux pour des ennemis. Son demi-tour opportun confirmait mon ressentit. J’avoue que je fus tout de même surprise par sa diversion, c’est-à-dire moi, et son explosion de joie en faisant mine de me reconnaître, tellement loin de mon manque d’expressivité. Un subterfuge efficace du moins en partie. Au moins ses lèvres étaient-elles douces et chaude.

La jeune femme sentait la fumée et le sang, le sang frais, quelques minutes à peine. L’ombre de la ruelle nous recouvrait alors qu’elle m’entrainait plus loin. Sa main avait bougée vite alors qu’elle me parlait, j’avais réagi au réflexe sortant ma propre lame en même temps qu’elle, la pointe vint presser son aisselle alors la sienne se poser sur ma gorge. Je pressai un peu plus ma lame quand elle afficha son sourire, pour qu’elle en prenne conscience, j’inclinais la tête dans le même angle qu’elle, l’expression en moins

-Tu peux juste savoir que si je meurs, tu meurs avec moi.

Un « klong » derrière nous attira notre attention. Voilà ce qu’elle n’avait pas prévu dans son petit plan d’évasion. J’écartais prestement sa main armée avec la mienne, nous mettant toutes les deux à l’abri d’un coup malvenu, la plaquant contre le mur proche. Je soulevais sa cuisse avec ma main libre, me plaquant à elle pour l’embrasser férocement. Une seconde plus tard, j’entendais des sifflements et un ricanement gras.

-Elles sont chaudes celles-là !

Le baiser me parut bien long. Oh pas désagréable loin de là, mais la présence trainante des soleils bleu rendait l’acte moins spontané et volontaire. Enfin ils s’éloignèrent non sans une ou deux remarques salaces. Je relâchais la bouche de l’inconnue et prenait une distance raisonnable entre elle et moi, disons à une portée de bras muni d’un couteau approximativement.

-Un couple de lesbiennes qui se galochent et s’enfoncent dans une ruelle, tu t’attendais à quoi sur Oméga ?

Je reprenais mon souffle calmement après la fougue des dernières secondes. Je balayais la ruelle du regard. J’étais coincée avec elle maintenant. Je m’appuyais le front dans la paume de la main avec un soupir d’agacement.

-Ce qui est certain c’est que maintenant on ne peut plus quitter le quartier séparément, je suis sûre qu’ils sont déjà en train de raconter leur petites séance de voyeurisme aux autres patrouilles par radio. Si on nous voit chacune de notre côté, ça aura l’air plus que louche.

Je me fiche de ce que tu as comme contentieux avec les bleus, ou les autres. Mais ce qui est sûr c’est que je ne veux pas y être mêlé.


Je soupirais une nouvelle fois, essayant de me rappeler la topographie de l’endroit.

-Bon, je connais un elcor qui vend les meilleurs Burritos au varren de la station, un peu plus loin par là. Tu vas m’en offrir un, et on va gentiment quitter le quartier coller comme des cerises.

Je fixais son regard plein de provocation, lui arrivait-il d’avoir un peu d’humilité dans les yeux ? Je finis cependant par lui tendre la main, on était dans la même galère pour les heures à venir, autant essayer d’être cordiale. Kyre allait devoir attendre mon rapport.

-Appelle moi Miyuki.



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Pacificateur
Rang : Déesse
Voir le profil de l'utilisateur


Estomac Tendre
Messages : 409

MessageSujet: Re: Un, deux, trois, Soleil !   Ven 06 Mai 2016, 00:46

L'inconnue pencha également la tête sur le côté et d'une simple pression, Kydra senti une lame sous son bras.

Tu peux juste savoir que si je meurs, tu meurs avec moi.

Elle ne put s'empêcher de rire. Cette femme lui était décidément bien similaire, être tombé dessus par hasard était un fait bien étrange. Kydra savait pertinemment qu'elle ne pouvait contrôler par la peur ce genre de personnes, alors elle baissa son poignard. Pourtant, avant qu'elle ne puisse lui répondre, un bruit attira son attention. L'autre humaine attrapa sa cuisse et se plaqua à elle en l'embrassant. Des curieux étaient en effet venus les observer et Kydra remercia intérieurement l'autre femme pour sa réaction spontanée. Au delà du fait d'être épiée, elle se savait hors de danger et en profita donc pour savourer l'instant. Elle se rendit compte qu'elle n'avait pas échangé de cette manière avec quelqu'un depuis longtemps, les événements récents d'Oméga avaient accaparé toute son attention et elle n'avait même pas consacré de temps à ce genre d'activité. Réveillant en elle des désirs qu'elle avait oublié, c'est donc avec une pointe de déception qu'elle vit l'inconnue s'écarter d'elle une fois les individus partis.

Un couple de lesbiennes qui se galoche et s’enfoncent dans une ruelle, tu t’attendais à quoi sur Oméga ?

Kydra pencha de nouveau la tête sur le côté, intriguée. L'acte en lui même n'était pas important puisqu'il s'agissait d'une couverture. Et pour le coup, la couverture avait été efficace, peut être même un peu trop. L'autre humaine soupira.

Ce qui est certain c’est que maintenant on ne peut plus quitter le quartier séparément, je suis sûre qu’ils sont déjà en train de raconter leur petite séance de voyeurisme aux autres patrouilles par radio. Si on nous voit chacune de notre côté, ça aura l’air plus que louche.

Oh pas vraiment, elles pouvaient toujours se séparer, les mercenaires n'iraient pas les arrêter pour leur demander pourquoi. Mais rester ensemble éveillerait en effet moins les soupçons. Kydra s'étira, cette situation avait réussi à la rendre de bonne humeur malgré son échec un peu plus tôt.

Je me fiche de ce que tu as comme contentieux avec les bleus, ou les autres. Mais ce qui est sûr c’est que je ne veux pas y être mêlée.

Bien évidemment, cette femme ne pouvait pas savoir qu'elle ne courait en réalité aucun risque. Et ce n'était pas vraiment le cas pour Kydra non plus, dans le pire des cas, son meurtre dans ce quartier remonterait aux oreilles du conseil mercenaire, et elle se verrait interdite d'y pénétrer, ce qui rendrait bien plus difficile sa traque, raison pour laquelle elle préférait quand même éviter de prendre le risque. Mais cette inconnue ignorait cela, persuadée d'être piégée avec elle, ce qui ne faisait que rendre la situation encore plus intéressante. Au final ils allaient surtout être un couple très observé.

Bon, je connais un elcor qui vend les meilleurs Burritos au varren de la station, un peu plus loin par là. Tu vas m’en offrir un, et on va gentiment quitter le quartier collées comme des cerises.

Elle lui tendit la main.

Appelle moi Miyuki.

Kydra lui rendit son geste avec un sourire.

Et moi c'est Kydra.

Les deux humaines sortirent donc de la ruelle dans la direction du présupposé elcor. A vrai dire, Kydra était plus occupée à se retenir de rire qu'à autre chose car Miyuki prenait sa tache au sérieux, collée à elle. Mais le rire s'effaça rapidement. D'une certaine façon, cette situation lui rappelait qu'elle n'avait plus personne de proche dans sa vie. Il ne restait que Scott Lifith, elle voulait partir à sa recherche et le retrouver, mais elle avait surtout peur de sa réaction. Lorsqu'elle avait été en plein déni, elle n'avait porté aucun intérêt à ce genre de choses, mais maintenant qu'elle était redevenue elle même, elle se sentait seule. Et cette humaine qui faisait semblant d'être si intime avec elle lui rappelait cruellement ce qui lui manquait.

Les deux femmes arrivèrent rapidement au stand du fameux elcor. Kydra se pencha en avant pour mieux l'observer, il lui rappelait énormément le fameux Harmitt du bar Venereae, elle avait l'impression que de plus en plus d'elcors se mettaient à tenir ce genre d'établissements. Elle se souvint tout à coup que c'était à elle de payer.

Eh mais au fait, pourquoi ça serait à moi de te l'offrir et pas l'inverse ?

Miyuki lui rendit son regard toujours avec le même visage inexpressif. Kydra fulmina et commanda le burritos, voilà bien une dépense qui la frustrait. Elle se tourna vers sa compagne, tant qu'elles y étaient, autant en profiter pour discuter sérieusement.

Alors dis moi, qu'est ce que tu fais sur Oméga, pour qui tu travailles ?

Même l'odeur de nourriture toute proche n'avait pas déformé son visage avec une émotion. Kydra lui attrapa les joues avant qu'elle ne puisse répondre et les tira vers le haut, afin qu'un faux sourire se dessine sur sa tête.

Eh ben voilà, c'est bien mieux comme ça.

Pourtant, avant que Miyuki ne puisse réagir, Kydra aperçut du coin de l’œil un turien passant tout près d'eux qui semblait plus pressé que les autres. Elle tourna la tête vers lui et il fit de même. Il s'agissait d'Arius. Ils restèrent tout deux plantés là pendant quelques secondes à s'observer. Puis il reprit sa route, en courant cette fois.

Tiens garde moi ça.

Kydra se sépara de son lance grenades et le balança sur Miyuki, elle devait être plus légère. Peu importe la couverture ou les patrouilles, mettre la main sur Arius était bien plus important que tout cela. Elle se lança donc à sa poursuite. Le turien se déplaçait rapidement à coup de grandes foulées, ses longues jambes étaient taillées pour la course et elles étaient d'autant plus efficaces sous l'effet de la panique. Mais l'humaine était bien entraînée et se faufiler à toute vitesse était un talent qui lui avait bien servi. Arius quitta la rue pour s’enfoncer dans des endroits plus étroits. De toute évidence il connaissait bien mieux les lieux qu'elle et il cherchait sans soute à lui faire perdre sa trace ou à rejoindre quelqu'un, ce qu'elle ne pouvait se permettre, pas si près du but. Kydra tenta le tout pour le tout en prenant le plus de hauteur possible avant de bondir sur lui. Sa main attrapa sa jambe et fit basculer le turien qui s'écrasa au sol. Il se retourna paniqué en sortant une arme de poing. Kydra le désarma avec un coup de pied. Elle l'attrapa et le colla contre un mur.

Alors maintenant tu vas me suivre bien gentiment, c'est toi qui m'a obligé à utiliser la manière forte.

Un instant vif se déroula suite à ces paroles, un instant étrangement indescriptible. Kydra écarquilla les yeux, la tête d'Arius était devenu une bouillie bleue. Le corps sans vie s'étala mollement dans la direction opposé d'où provenait la balle. L'humaine mit quelques instants à se ressaisir. Elle tourna la tête vers l'origine du tir. Un bâtiment surplombait l'endroit, le sniper avait un angle de tir parfait. La femme s'attendait à être la prochaine cible, mais son bouclier était complètement rechargé près à encaisser l'attaque. Étonnement, il n'y eu pas de deuxième balle, l'auteur du tir s'était simplement assuré qu'Arius resterait silencieux, à jamais. Kydra écumait de rage, le sniper était sûrement un contact qu'essayait de rejoindre le turien lorsqu'elle l'avait pris en chasse et il avait préféré le tuer plutôt que de le laisser, lui et ses potentielles précieuses informations, entre ses mains. Pour agir ainsi, protéger avec autant d'efficacité ses secrets, Jikew devait être sur quelque chose de très important, quelque chose qui l'aiderait sûrement à placer Shoran à la tête d'Oméga, et cela, elle ne pouvait le permettre.

Kydra s'aperçut soudain que des mercenaires couraient dans sa direction. Non pas pour elle, ils avaient été alertés par le tir. En position de combat, ils se dirigeaient vers le bâtiment.

Magnez vous les gars, il a pas pu aller bien loin !

Kydra en profita pour s'éclipser rapidement, les patrouilles mercenaires étant attirées à cet endroit, rien n'empêchait désormais Miyuki de s'éclipser... Avec son lance grenades. Elle fit rapidement le trajet en sens inverse et tomba sur elle.

Une diversion inattendue mais momentanée, viens faut qu'on en profite pour bouger.





Revenir en haut Aller en bas
Messages : 26

MessageSujet: Re: Un, deux, trois, Soleil !   Mer 11 Mai 2016, 20:34

Un, deux, trois,

Soleil !!!

Elle attrapa mes joues avec tant de spontanéité et de naturel que je n’eut aucun réflexe pour la repousser, la laissant déformer mes traits pour son propre amusement. Je suivis son regard sur le Turien qui passait à notre niveau, lui aussi la scruta d’ailleurs avant de sursauter comme si il prenait soudain conscience du danger que représenter la jeune femme, ce qui n’était pas si loin de la vérité. La dénommée Kydra emboita le pas à la course du turien inconnu me lançant son arme lourde sans doute pour s’alléger. J’attrapais mon Burritos et me lançait à la suite des inconnus à un rythme bien moindre, prenant le temps de manger en marchant, la lourde poignée pendant au bout de mon bras.

Ils s’enfoncèrent dans une ruelle, juste avant que je n’arrive moi-même à celle-ci, un tir d’arme que je connaissais bien résonna, fusil longue portée sans aucun doute. J’aperçus presque immédiatement le tireur, je me serais mise exactement au même point pour toucher ma cible dans cette zone. J’hésitais un court instant, sortir mon carnifex aurait été inutile, la vélocité de la balle serait devenue si faible que j’aurais à peine fais grésiller son bouclier, mon regard se posa sur le lance-grenade dans ma main, avec ça je pouvais l’avoir, et le coin de l’immeuble avec d’ailleurs. Mais j’aurais dû lâcher mon burritos pour abattre un inconnu pour aider une autre inconnue, pas franchement le choix le plus judicieux. Des bruits de pas pressé finirent de me convaincre, je m’écartais en avalant ma bouchée, pour voir passer des mercenaires attirer par le tir.

J’aurais pû partir à cet instant, elle n’avait qu’un prénom et une description générale, autant dire rien sur Oméga, en plus j’aurais eu un lance-grenade en prime, un sacré morceau pour si peu d’effort. Mais je ne fis que me reculer un peu plus pour ne plus être dans l’axe de la ruelle du sniper même si celui-ci semblait avoir déjà mis les voiles. L’étrange Kydra jaillit juste un peu plus loin d’un couloir adjacent, presque surprise de me voir encore là. J’hochais la tête à sa remarque, en effet bouger était une bonne idée. Je lui rendis son arme qu’elle replia dans son dos, et elle s’apprêta à repartir, je me calais contre elle, glissant une main sur sa hanche pour la serre un peu plus contre moi. Bien sur, il n’y avait plus vraiment de raison de sauvegarder les apparences, toutes les troupes du coin aller s’occupée du cadavre frais, mais la taille svelte et féminine de Kydra m’avait naturellement semblait nécessitée d’un bras pour l’enlacer. Et puis, ça ne faisait de mal à personne.

-Il faudrait qu’on soigne ça.

Elle me jeta un regard curieux et j’indiquais sa main d’un mouvement de tête. De petites brûlures la parcourait, récentes à n’en point douter. Bien que peu importante, elles étaient à vif et non traitée, le meilleur moyen de choper une saloperie sur Oméga. J’avalais le dernier bout de mon burritos et l’entrainais toujours par les hanches un peu plus vivement, nous enfonçant dans des ruelles plus étroites je la guidais jusqu’à un vieil escalier accolé au mur d’un bâtiment désaffecté. Je la lâchais et commencer à monter, je vis qu’elle était encore au bas de l’escalier, me scrutant ainsi que l’endroit de son étrange mes beau regard vert vif

-Tu crois pas que ce serait un peu trop compliqué comme piège ? C’est toi qui a décidé de me sauter dessus, alors maintenant monte.

Finalement nous arrivâmes toutes deux au dernier étage, je tapais un code sur la porte et elle s’ouvrit en grinçant. Un vieux matelas, un châssis pour fusil, quelques boites de munition, une trousse de secours et un petit frigo, voilà ce qui habillé la pièce, une douche et des toilettes dans celle adjacente, c’était là mon foyer depuis plus de six mois, bien suffisant à mon gout, même si l’appart de Kyre me faisait à présent relativiser mon confort. Je saisissais la trousse de soin et m’installer en indien sur le lit, rejoint bien vite par l’étrange Kydra qui ne cessait de me fixer. J’attrapais sa main et la posé sur mes jambes pour la nettoyer et la panser.

-Vu que tu as toujours ta tête je suppose que la balle était destinée au turien. Un allié à toi le tireur ou une personne prudente ?

Il était simple de faire ce genre de déduction, elle traque un fuyard et une troisième personne s’amuse à le descendre, un allié ou un ennemi malin. Cependant j’ignorais tous des partit impliqué dans cette histoire, et c’était sans doute mieux ainsi, Kyreshorl et ses objectifs étaient la seule chose dont je devais me soucier à présent. Je serrais les bandes sur la petite main, mon pouce caressant la paume protégée à présent pour vérifier qu’aucun faux pli ne viendrait presser sur les petites plaies.

-C’est douloureux ?




Dernière édition par Miyuki Kawabusa le Mar 24 Mai 2016, 15:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Pacificateur
Rang : Déesse
Voir le profil de l'utilisateur


Estomac Tendre
Messages : 409

MessageSujet: Re: Un, deux, trois, Soleil !   Jeu 12 Mai 2016, 00:38

Miyuki hocha la tête et les deux humaines reprirent leur route. Kydra devait essayer de se reconcentrer. L'échec cuisant qu'elle venait de subir était un bon exemple de ce sur quoi elle devait s’entraîner. La haine qui en résultait était néfaste et inutile, elle devait s'en débarrasser, et s'orienter plutôt sur les raisons de son échec. Elle avait foiré la prise de contact et à partir de ce moment là, le reste était perdu d'avance. Pour pouvoir mettre la main sur Jikew, il allait falloir qu'elle s'y prenne différemment. Le problème n'était pas physique, il ne s'agissait pas d'un muscle faible qu'il suffisait d’entraîner, mais il était dans sa méthodologie. Elle ne pourchassait plus des petites raclures prêtes à tous les coups bas pour survivre, mais des mastodontes qui avaient le destin d'Oméga entre leur main. C'était un fait qu'elle avait tendance à oublier mais qu'elle devait se remémorer plus souvent. Enfin peu importe, inutile de se lamenter. Elle trouverait bien le moyen de coincer Jikew un jour, et elle n'en tirerait qu'une satisfaction plus grande encore.

Kydra fit donc en sorte de chasser ces pensées et de se reconcentrer. Elle se rendit compte que Miyuki était toujours collée à elle malgré le fait qu'elle n'étaient plus surveillées. Loin d'elle l'idée de la repousser vu qu'apparemment cela lui était venu naturellement et pas sous le coup de la nécessité. Kydra en tira un grand plaisir, trouvant du réconfort en cette étreinte, ce qu'elle ne pouvait obtenir seule.

Il faudrait qu’on soigne ça.

Lui jetant un regard interrogatif, Kydra comprit rapidement qu'elle parlait de sa main. En effet, elle en avait oublié son état, et s'en rappelant désormais, elle ressentit une sensation désagréable. Se laissant guider, elle arriva finalement devant un bâtiment désaffecté. Alors que Kydra scrutait l'endroit, l'autre humaine commençait à monter les escaliers. Ces lieux lui étaient parfaitement inconnus, et elle ignorait pour quelles raisons Miyuki l'avait amené ici.

Tu crois pas que ce serait un peu trop compliqué comme piège ? C’est toi qui a décidé de me sauter dessus, alors maintenant monte.

Une fois arrivée en haut, Kydra fut étonnée de voir qu'il s'agissait d'un appartement. Elle pensait avoir le juste nécessaire dans le sien, mais à voir cet endroit elle se rendit compte qu'elle s'était inconsciemment assurée un certain confort. Miyuki prit une trousse de soins et s’installa sur le lit. Tandis qu'elle continuait toujours d'observer les lieux, Kydra la rejoignit et elle s'empara de sa main.

Vu que tu as toujours ta tête je suppose que la balle était destinée au turien. Un allié à toi le tireur ou une personne prudente ?

Un pion magnifiquement bien placé.

Elle termina de s'occuper de sa main en appliquant un bandage. Désormais Kydra ressentait bien les brûlures.

C'est douloureux ?

Si peu.

A vrai dire elle en avait honte. Ressentir autant la douleur pour si peu. Elle revoyait sans cesse l'image de Rhys blessé et une omnilame dans le torse qui restait debout, surmontant ses horribles blessures pour l'emmener avec lui dans l'au delà. Et elle était là à souffrir pour quelques rougeurs sur sa main. L'assassin d'Oméga ? Tu parles. Certes l'adrénaline et l'excitation du combat en font oublier la douleur, mais c'était quelque chose qu'elle devait surpasser peu importe les circonstances. Elle soupira. Elle avait encore du travail à faire mentalement, pour forger cette toute nouvelle volonté qui était désormais entièrement sienne.

Merci en tout cas.

Se penchant en avant, elle tenta d'atteindre le frigo sans quitter le matelas, tentative échouée car la gravité la battit à plate couture.

T'en fais pas, je rembourserai tout ce que je prends.

Elle ouvrit la porte pour en observer le contenu. Il était bien fourni, bien qu'un peu trop diversifié pour elle, le cycle de ses repas étant bien souvent identique. S'emparant d'une tranche de paroxal, elle se repositionna à nouveau sur le lit, s'étalant de tout son long en la dégustant. Elle n'était pas souvent conviée ainsi chez quelqu'un, bien que dans le cas présent, il s'agissait surtout de la force des choses. Cependant, Kydra allait devoir agir. Déjà, elle devait se concentrer sur Miyuki. Ce n'était pas une ennemie, du moins pas dans l'immédiat. Elle avait éveillé en elle des désirs qu'elle avait oublié, désirs entretenus lorsqu'elle contemplait son visage qu'elle trouvait particulièrement charmant. Miyuki n'appartenait ni aux ravageurs, ni à un clan mercenaire et au vu de son réflexe dans la ruelle ainsi que de la constitution de son corps, il s’agissait sans nul doute d'une combattante. De plus, Kydra était chez elle et sur son lit, rien dans la théorie ne l'empêchait donc de lui sauter dessus et d'en profiter. Mais un de ces détails en particulier la chiffonnait. C'était une combattante. Rien d'extraordinaire certes, Kydra pourrait en faire une alliée, mais là n'était pas le problème. Suite aux événements récents d'Oméga, les mercenaires sans affiliations n'existaient plus réellement, tous se liant forcément à quelqu'un, montrant ainsi son appartenance à tel ou tel quartier.

Du coup, Miyuki pouvait très bien être affiliée à Shoran, ce qui ferait d'elles, des ennemies. Et Kydra ne voulait pas commencer à s’intéresser à une personne si elle devait au final lui coller une balle entre les deux yeux. Se redressant et arborant une expression sérieuse, Kydra prit la parole.

Écoutes Miyuki, j'ai envie de jouer franc jeu avec toi, te dire qui je chasse et pour qui. Et j'ai besoin de savoir que tu sera franche également et que je peux te faire confiance.

Kydra s'installa en tailleur.

Je travaille pour le suzerain, Anton Ardak. Je suis « l'assassin d'Oméga », celle qui a mis fin aux jours de Rhys et qui traque désormais Jikew.

Kydra plongea son regard dans celui de Miyuki, prête à n'importe quelle réaction, prête même à devoir se défendre si elle l'attaquait.

Et toi Miyuki, qui es tu ?




Revenir en haut Aller en bas
Messages : 26

MessageSujet: Re: Un, deux, trois, Soleil !   Jeu 12 Mai 2016, 01:18

Un, deux, trois,

Soleil !!!

J’agitais la main en signe de dénégation, elle n’avait pas besoin de me payer des choses que j’utilisais à peine, et que je devrais surement abandonner vu ma nouvelle vie.
L’honnêteté soudaine de Kydra me prit quelque peu de court, je me retrouvais à la dévisager avec de grands yeux en écoutant sa…. Confession ? Non simplement sa vision de sa situation actuelle. Anton Ardak, je savais de qui il s’agissait, si j’étais la main armée de Kyreshorl, alors on pouvait dire qu’elle était celle de Anton, il avait pris la station, pour un cout terrible certes, mais pris tout de même. J’avais entendu les rumeurs sur l’histoire de la mort du fameux Rhy, plutôt rocambolesques pour la plupart, et voilà que la principale actrice de cette histoire était allongée sur mon lit me fixant pour déterminé le danger que je fusse pour elle.

Bien qu’invisible la tension soudaine était palpable dans la petite pièce, comme lorsque deux fauves se font face dans une cage. Bien sûr j’aurais pu simplement lui mentir, plusieurs réponses auraient donné des motifs suffisants pour expliquer mes talents et mon manque d’affiliation. Mais elle avait été honnête, je savais qu’elle n’était pas une ennemie de par son aveu. Pourtant je ne pouvais pas simplement lui dire la vérité, Kyreshorl m’avait mise sur le chemin du silence. Condamnée à ne pas dire toute la vérité comme elle me le demandait, mais incapable de bafouer son élan de sincérité que je voyais comme un effort pour elle. J’inspirais lentement avant de finalement répondre en la regardant dans les yeux, ses grands yeux verts.

-Ma loyauté va à Oméga, je ne peux en dire plus sans la trahir, mais ton maître pourra sans doute t’assurer du bien fondé de mes actes. Je ne sais pas si nous sommes alliées, car cette décision ne m’appartient pas. Mais je sais que nous ne sommes pas ennemies, à l’heure où nous parlons.

Son regard se fit plus perçant, et je ne pus m’empêcher de laisser échapper un sourire, le premier depuis notre rencontre. Elle était étrange, sans doute encore plus que je ne pensais, mais c’était un esprit sauvage et fort, une survivante, différente et semblable à la fois. Je tendis mon index et appuya au centre de son front, son regard suivit le mouvement, ce qui la fit bigler puis cligner des yeux. Je pouffais en retirant ma main, et je vis un sourire taquin s’afficher brièvement sur ses traits du coin de l’œil. Tout comme elle je m’étirais et saisissais un encas dans le frigo avant de le refermer en claquant la porte pour finir affaler sur le lit en grignotant.

-Oméga est dans un beau bordel n’est-ce pas ?

Sans vraiment attendre une réponse qu’on connaissait toutes les deux je m’étirais.

-Je crois que j’aurais besoin d’une bonne douche, toi aussi d’ailleurs, tu sens le barbecue.

Je lui fis un sourire un peu moqueur.


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Pacificateur
Rang : Déesse
Voir le profil de l'utilisateur


Estomac Tendre
Messages : 409

MessageSujet: Re: Un, deux, trois, Soleil !   Jeu 12 Mai 2016, 23:36

Ma loyauté va à Oméga, je ne peux en dire plus sans la trahir, mais ton maître pourra sans doute t’assurer du bien fondé de mes actes. Je ne sais pas si nous sommes alliées, car cette décision ne m’appartient pas. Mais je sais que nous ne sommes pas ennemies, à l’heure où nous parlons. 

Kydra ferma les yeux un instant. D’une certaine manière, Miyuki avait été franche avec elle en lui avouant qu’elle ne pouvait rien dire. Mais cela ne l’avançait en rien. Kydra avait oublié un détail important, Oméga était désormais un plateau d’échecs géant, et elle devait être prête à devoir tuer n’importe qui, n'importe quand. Elle ne pouvait se permettre de s’attacher ou même de s’intéresser à quelqu’un. Elle se rappela de Kurt, ce jeune mercenaire qui s’était placé sous ses ordres et qu’elle avait tué de ses propres mains lorsqu’elle traquait Rhys. Kydra ne voulait plus que cela se reproduise, mais elle se sentait parfois terriblement seule. Il n’y avait personne en qui elle pouvait avoir confiance, personne qui ne la considérait comme une amie. Et le seul individu auquel elle tenait le plus, son frère, la détestait sûrement vu comme elle l’avait abandonné. Kydra adorait toujours tuer, elle ne s’en lasserait jamais, mais cette vie lui empêchait de nouer des relations solides avec les autres. Elle rêvait parfois de mener une vie simple entourée des personnes qui lui seraient chères, comme il y si longtemps sur Terre, avant que les moissonneurs ne réduisent tout en cendres et ne la transforment en un monstre prêt à tout pour survivre, même à tuer ses congénères et à les dévorer.

Au final, elle avait déballé son identité sans rien obtenir en retour, elle ne pouvait même pas être certaine que Miyuki n’irait pas raconter partout qu’elle traquait Jikew. Un mouvement attira son attention et elle le suivit inconsciemment avant de cligner des yeux pour les recentrer. Miyuki écarta sa main en pouffant, c’était la première fois que Kydra la voyait rire et cela la surprenait. Mais elle ne pouvait se laisser attendrir de la sorte, elle allait peut être devoir la tuer avant de sortir d’ici, s’assurant ainsi de son silence. 

Miyuki s’empara à son tour d’un morceau dans le frigo avant de se réinstaller. A vrai dire, Kydra ne savait pas vraiment comment réagir. Mais elle ne pouvait pas laisser cette inconnue vadrouiller ainsi avec ces informations, pas alors qu'elle ignorait totalement son affiliation.

Oméga est dans un beau bordel n’est-ce pas ? 

Kydra avait saisi délicatement son canon lourd. Elle ne l’avait pas encore utilisé de la journée, en se plaçant face à la deuxième pièce, elle couvrait l’intégralité de l’endroit. A première vue, Miyuki n’avait pas accès immédiatement à une arme, mais il s’agissait de son appartement, elle avait sans aucun doute des moyens de défenses cachés. Si Kydra agissait suffisamment rapidement, elle pouvait lui caler une ou deux balles dont le calibre était largement suffisant pour briser son bouclier cinétique si elle en avait un et achever sa vie par la même occasion. Serrant son arme, Kydra ferma les yeux se préparant au combat, quel qu’en soit l’issue, il allait être bref.

Non. Le mot se formula purement et simplement dans son esprit. Des pensées négatives, que du négatif, elle ne devait plus penser ainsi. C’est ce comportement qui avait donné naissance à une nouvelle personnalité, erreur qu’elle s’était jurée de ne plus jamais commettre. Tuer, tuer, tuer. Elle était devenue beaucoup plus stable mentalement, et la mort ne pouvait être la solution à tout. Kydra contempla à nouveau le visage de Miyuki. Elle ne pouvait se résoudre à la tuer, il allait falloir qu'elle trouve un autre moyen pour s'assurer de son silence. Elle lâcha son arme et s'étala à ses côtés sur le lit. Elle devait rester optimiste et heureuse, chasser toutes ces émotions négatives et vivre l'instant présent à fond. C'est ainsi qu'elle avait décidé de continuer de vivre, et elle n'allait pas changer d'avis à la moindre difficulté. De plus, la compagnie de Miyuki ne lui était pas désagréable, et la jeune femme semblait s'être davantage ouverte à elle depuis qu'elle avait dévoilé son identité, fait qu'elle ne parvenait pas à comprendre, mais qu'elle appréciait.

Je crois que j’aurais besoin d’une bonne douche, toi aussi d’ailleurs, tu sens le barbecue.

Miyuki se mit à sourire, la regardant se ses yeux bleus vifs.

Justement, une odeur que j'apprécie, et si je peux la partager aux autres...

Mais Kydra était en effet toujours en sueur après sa poursuite un peu plus tôt. Elle se redressa, perdant à nouveau son regard dans l'appartement.

Tu n'as pas de quoi te divertir ici, même pas de quoi écouter un peu de musique ?

Kydra nota intérieurement qu'elle n'avait pas non plus de quoi s’entraîner, ce qui laissait supposer qu'elle le faisait ailleurs, peut être même sur son lieu de travail. Cependant, Miyuki possédait quand même le principal. Se traînant à nouveau jusqu'au frigo, Kydra reprit quelques tranches.

J'adore tellement ça, même si rien ne vaut la viande cuite.

Elle illustra son propos en lançant une tranche sur la tête de son hôte. S'emparant d'un pot de sauce qu'elle venait de découvrir, Kydra s'empiffra immédiatement. Avalant avec appétit chaque bouchée, elle se rendit compte que Miyuki était en réalité une alliée bien intéressante finalement. Refermant le frigo et laissant un morceau à moitié dévoré, la jeune femme se leva.

Bien, maintenant, comme tu m'as gentiment fait remarqué que j'empestais, je vais donc profiter de ton hospitalité.

Kydra se dirigea dans la pièce adjacente et s'y enferma. Elle rouvrit la porte quelques secondes plus tard et s'empara en bondissant de la tranche qu'elle avait laissé avant de s'y renfermer à nouveau. Une douche et des toilettes, Miyuki ne s'embarrassait définitivement pas de ce qui était inutile. Kydra commença à se désaper, enlevant ces couches qui ne lui étaient plus utiles dans l'instant présent, étirant son corps svelte et musclé d'ex militaire qu'elle avait passé tant d'années à forger. Désormais dans le plus simple appareil, elle rentra dans la douche, elle avait toujours son omnilame pour se défendre au cas où.

Laissant l'eau couler, et ajustant petit à petit la température jusqu'à trouver la chaleur idéale, Kydra détendit tous ses muscles et ferma les yeux, se laissant emporter par cette sensation tellement agréable. Oubliant où elle était, oubliant même qui elle était, n'étant réduit à rien d'autre qu'à une sensation. Elle était tellement fragile et vulnérable à cet instant, mais c'était justement ce genre de moments qui lui permettaient de se montrer forte le reste du temps.

Rouvrant lentement les paupières, Kydra se rappela soudain qu'elle n'était pas chez elle. Se redressant d'un coup, elle se cogna violemment la tête contre le pommeau de douche, fixant sur ce dernier un regard mauvais. Voilà bien un ennemi qu'elle ne pouvait vaincre car elle en avait terriblement besoin. Cependant, rien ne l'empêchait de le faire souffrir. Kydra s'empara du pommeau et le colla de toute ses forces contre le mur. L'eau qui s'en échappait s'écrasait contre la paroi avant de gicler partout autour émettant ainsi un bruit plus strident que d'habitude. Contemplant l'ustensile de haut, Kydra se mit à rire face à l'impuissance dont le pommeau faisait preuve. Mais ce dernier n'avait pas baissé les bras. La pression de l'eau changea subitement et devint beaucoup plus forte ce qui surprit l'humaine et elle desserra un instant son emprise. En profitant immédiatement, le pommeau s'échappa de sa main et fit un tour sur lui même en tombant, aspergeant le visage de la jeune femme d'un violent jet d'eau.

Saloperie !

Kydra l'attrapa avant qu'il ne touche le sol et dégaina son omnilame avant de le trancher en deux avec un cri de victoire. Ce n'est que quelques secondes après qu'elle se rendit compte de ce qu'elle venait de faire. Sortant de la douche, serviette autour du corps, Kydra afficha un air désolé face à Miyuki, lui montrant un pommeau de douche tranché à l'omnilame.





Revenir en haut Aller en bas
Messages : 26

MessageSujet: Re: Un, deux, trois, Soleil !   Mar 24 Mai 2016, 16:04

Un, deux, trois,

Soleil !!!

J’expirais lentement, laissant la tension meurtrière qui avait envahi la pièce quelques instant au plus tôt s’écouler lentement au travers de moi. Kydra n’avait pas obtenu l’honnêteté qu’elle souhaitait. Malgré mes regrets, ma fidélité primait sur son besoin, et celui-ci serait de toute façon bien assez tôt, l’assasin de Anton Ardak, je serais très certainement amenée à la revoir plusieurs fois maintenant que j’étais l’ombre de Kyreshorl. La jeune humaine avait une étrange présence, je me sentais à l’aise avec elle, comme Kyreshorl nous partagions la mort comme compagne, mais Kydra possédait cette étrange solitude que je voyais dans mon miroir chaque jour. Ses sentiments étaient violent, presque agressif, palpable dans la pièce autour d’elle, mais véritable et sans faux semblant. Du bruit dans la salle de bain attira on attention, et je vis sortir l’air penaud, une Kydra encore trempée et tenant une partie de pommeau de douche dans chaque main.

L’incongruité de la scène me laissa coite de longue secondes la fixant pour tenter de comprendre les événements, puis je riais, riais simplement et soudainement à ma grande surprise. Je me levais et m’approchais d’elle en prenant un air sévère quand je fus à porter de bras, je glissais mon index derrière le nœud de la serviette et tirais un petit coup sec, la dénouant. Elle tomba au sol, révélant la nudité toute féminine de Kydra, une beauté il fallait l’admettre. Je pris mon temps pour la détailler la fixant sans gêne, une sorte de remboursement pour les dégâts matériel, très satisfaisant. Quand j’eu mon compte, je saisis les deux morceaux du pommeau et les jetais dans un coin. Je repris d’un ton neutre, ne laissant rien paraître du plaisir et de l’amusement que je retirais de cette scène incongrue mais agréable.

-Tant pis pour la douche. Enfile quelque chose, j’ai une course à faire.


………………

Quelques minutes plus tard, le temps qu’elle soit habillé et que je lui refasse un pansement propre et sec, nous quittions ma planque pour nous rendre droit vers les zones ravagées, là où se tenait auparavant le club préférer de l’illustre Aria. Des travaux étaient en cours, il restait beaucoup à faire mais cela s’annonçait prometteur, des arènes avait dit Kyreshorl, le symbole de la puissance des nouveaux boss d’Oméga. Je n’avais que peu d’intérêts pour les jeux, mais je comprenais l’atout que cela représentait si utilisé à bon escient. Je ne pris pas vraiment la peine de décrire le projet à Kydra, elle en savait peut être même plus que moi. Aucun des ouvriers ne faisaient attention à nous, certains regards déviés même de notre trajectoire. Personne ne se balader ici sans en avoir le droit, et si ils n’étaient pas au courant, alors c’est que cela ne les concernait pas.

-Tu es sur la station depuis longtemps ?

J’écoutais sa réponse en avançant à travers les débris pour arriver à des zones nettoyée où la construction réelle débutait. C’est là que je trouvais la personne que je cherchais. Toujours installée dans son étrange siège robotisé Nexus diffusait devant elle des dizaines de panneaux holographiques. A côté d’elle Nils qui semblait lire dans ses pensées donné des ordres efficaces aux équipes. L’équipage de Kyreshorl, une étrange équipe, mais diablement efficace, c’est avec eux que je passais le plus clair de mon temps depuis que je travaillais pour Kyre. Ils étaient suffisamment bizarre eux même pour que ma présence semble presque naturelle au prêt d’eux, et la petite nexus possédait un esprit fascinant à mon gout. Elle avait rechigné à se présenter sur le chantier aujourd’hui, mais peu de personne était aussi apte qu’elle à traiter le flux d’informations que les iv de construction envoyaient en continu. Elle ne resterait sans doute pas longtemps, mais leur ferait gagner des jours de travail. Je fis signe à Kydra d’attendre en retrait, m’approchant je glissais ma main dans celle de Nexus, y déposant un micro fichier. Elle ne parut même pas surprise de ma présence, j’étais à peu près certaine que son fauteuil lui permettait de voir derrière elle mais je n’avais pas encore réussis à trouver d’angle mort. Nils me fit un petit signe de tête avant de se remettre à distribué des ordres avec son autorité naturelle. Je m’apprêtais à m’éloigner aussi vite que j’étais venu, mais Nexus serra mes doigts, un petit signe de tête envers la demoiselle aux yeux vert.

-Une amie, ou un truc qui y ressemble.

Sur l’un de ses écrans apparut une liste de films lesbiens, majoritairement asaris et elle me fixa avec un regard moqueur, je roulais des yeux et m’éloigner sans même prendre la peine de répondre par une remarque cinglante, elle était imbattable à ce jeu-là. Son regard posé sur mon dos je revenais vers Kydra.

-Me voilà libre comme l’air, on peut se séparer ici, ou bien on peut enfin se détendre et discuter quelque part si tu le souhaites.

Malgré moi j’espérais qu’elle ne voudrait pas disparaitre immédiatement.


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Pacificateur
Rang : Déesse
Voir le profil de l'utilisateur


Estomac Tendre
Messages : 409

MessageSujet: Re: Un, deux, trois, Soleil !   Jeu 26 Mai 2016, 01:06

A sa grande surprise, Miyuki se mit à rire. C'était un son agréable venant d'une personne qui avait pourtant visiblement l'habitude de rester inexpressive, un son qu'elle appréciait grandement. Kydra n'était pas vraiment attentive à ce qui se passait, prête à replonger dans ses pensées comme à son habitude lorsqu’elle se rendit compte qu'elle était désormais entièrement nue devant une Miyuki qui la contemplait sans le cacher. Si la situation l'avait surprise, elle n'avait pas à avoir honte, elle avait passé de nombreuses années à sculpter son corps de combattante et elle en était fière. Néanmoins, la gêne liée à la pudeur caractéristique de son espèce était quelque chose qu'elle ne pouvait pas combattre, particulièrement sous un regard bleu aussi intense, même si Kydra mettait un point d'honneur à ne pas le montrer à Miyuki, tentative à moitié réussie car bien qu'immobile, son visage était devenu complètement rouge. L'ex militaire retint un soupir de soulagement lorsque son hôte décida d'interrompre cette situation et elle fila s'habiller en vitesse.

***

C'est donc avec un grand étonnement qu'elle constata que Miyuki l’emmenait en plein territoire pacificateur, près des travaux de construction des arènes. Si Kydra commençait à se demander ce qui l'amenait ici, elle n'eut pas le temps d'y allouer davantage de temps de réflexion car Miyuki prit la parole.

Tu es sur la station depuis longtemps ?

Une question qui pourrait paraître anodine pour beaucoup mais qui avait pourtant son importance lorsqu’il s'agissait de Kydra.

Depuis quelques années seulement, je suis arrivée ici lorsque j'ai quitté l'alliance.

Ça y est, elle avait prononcé le mot qui lui avait valu bien des problèmes dans les systèmes terminus. Nombre de personnes tentaient bien souvent de dissimuler un tel passé, passé qui ne pouvait que faire éprouver de la haine aux peuples des terminus, ne dissimulant pas leur colère envers les conciliens et encore plus envers ceux qui en faisaient jadis partie. Mais Kydra était franche, elle disait bien souvent ce qu'elle pensait directement à la personne concernée et elle n'avait jamais caché cette partie de son passé. Pas même lorsqu'elle avait rencontré Anton, qui par de son appartenance racial devait détester profondément les humains et l'alliance. Pourtant, loin de montrer le moindre signe d'animosité, le butarien avait simplement voulu savoir pourquoi Kydra l'avait quitté, c'était une des raisons pour lesquelles elle appréciait fortement Anton, c'était une créature très étrange qui n'avait cessé de la surprendre. Elle espérait en tout cas que son ancienne affiliation ne soit pas source de haine de la part de Miyuki.

Cette dernière alla justement rejoindre un humaine dans un siège robotisé qui semblait aider à superviser les travaux puis revint vers elle.

Me voilà libre comme l’air, on peut se séparer ici, ou bien on peut enfin se détendre et discuter quelque part si tu le souhaites.

Fait étrange. Son affiliation semblait être liée de prêt ou de loin aux pacificateurs, raison pour laquelle Kydra se demanda pourquoi Miyuki tenait tant à ne rien lui dire là dessus, d'autant plus alors qu'elle savait qu'elle avait en face d'elle l'assassin d'Oméga qui travaillait pour Anton. Si cela l'intrigua, le doute laissa place un certain soulagement, celui de savoir qu'elle n'aurait visiblement pas besoin de la combattre. Kydra se souvint alors que Miyuki attendait une réponse de sa part.

Euh, oui, viens je vais t'emmener quelque part.

Kydra profita du trajet pour lui parler franchement, elle voulait mettre les choses au clair vu qu'elles allaient passer encore un petit bout de temps ensemble.

Je vais être franche avec toi Miyuki, j'apprécie beaucoup ta présence. Ces paroles te paraissent sûrement très étranges, mais je n'ai pas vraiment l'habitude de parler avec des gens, autrement qu'avec des balles en tout cas. Et te concernant, tu me rappelles beaucoup de choses et je dois aussi avouer que j'adore te voir rire.

Kydra gloussa. Cela lui faisait du bien, de partager ainsi avec quelqu'un, il s'agissait de quelque chose de simple, mais qui pourtant ne lui était plus vraiment accordé dans sa nouvelle vie sur Oméga. Finalement, les deux femmes arrivèrent devant un bâtiment proche du vide de la station et qui était encore entouré des barricades de fortunes que Kydra et le groupe de mercenaires de Kurt avaient érigé il y a quelques semaines de ça lors de la guerre qui avait secoué Oméga. Elles s'étaient au final avérées inutiles, la jeune femme avait du infiltrer l'armée de Shoran pour assassiner Jikew et Rhys, événements qui donnèrent lieu par la suite aux souffrances physiques et psychologiques qu'elle aurait préféré oublier mais qui lui furent pourtant bénéfiques, permettant à Kydra de retrouver son intégrité mentale.

L'humaine se tourna vers sa compagne avec un sourire.

Et voilà, c'est ici chez moi !

Elle emmena Miyuki à l'intérieur. Ce n'était pas un appartement gigantesque, mais il était en tout cas plus grand et plus rempli que celui de sa compagne. Son lit double place trônait fièrement au milieu de la pièce, entouré d'une multitude d'accessoires et d'équipements culinaires provenant de différentes races, une sono, un écran relié à un moniteur installé sur son bureau et de solides barres métalliques sur lesquelles elle avait l'habitude de s’entraîner. La pièce adjacente était une salle de bain simple, mais dénuée de toute coquetterie féminine.

Kydra se retrouva donc en face de Miyuki. Pour la première fois depuis longtemps, elle se mit à stresser. La peur exacerbé de ne pas plaire à l'autre, de ne pas faire éprouver de l'intérêt à la personne en face, c'était une réaction qui l'envahissait quand elle essayait de nouer sérieusement une relation avec quelqu'un et qui était le résultat de nombreuses années de solitude. La tueuse réputée devenait ainsi une femme timide, mais elle détestait cette image, Kydra avait retrouvé sa solidité mentale d'antan, elle devait être capable de combattre des émotions aussi ridicules.

Euh, tu-tu peux te servir si tu as faim. Et je suis désolée encore une fois pour ta douche, je rembourserai les dégâts.

Elle regarda autour d'elle cherchant la chose qui lui permettrait d’enchaîner avec brio sur une conversation intéressante. Apercevant un paquet de céréales asari elle se précipita pour l'attraper mais il s'avéra qu'elle avait marché sur un objet qu'elle ne reconnaissait pas. D'autant plus que sous le poids de l'humaine, l'objet en question s'était mis à bouger, c'est donc par pur réflexe que Kydra dégaina son couteau, plaquant au sol la forme mobile et calant sa lame dessus. Elle écarquilla les yeux en s’apercevant qu'il s'agissait d'un chat. Mais comment avait il fait pour rentrer dans son appartement ? Il y avait pourtant plus urgent, car Kydra se rendit compte qu'elle était en train de menacer un chat avec un couteau devant les yeux de Miyuki. Si elle se demandait de quelle manière la boule de poil avait pénétré les lieux, Miyuki était plus importante. Elle rangea donc son arme et attrapa l'animal par une patte, ne sachant pas vraiment comment le manipuler, la bête feulant à son encontre et se débattant. Kydra ouvrit la porte et le lâcha dehors avant de refermer.

Désolée, c'est le chat d'un de mes voisins et il vient parfois farfouiller ici.

Une invention évidemment, mais Kydra ne voulait pas risquer de perdre l'attention de Miyuki au profit de l'animal. Elle songea après coup que sa compagne n'était pas forcément originaire de la Terre, et qu'elle ne savait peut être même pas ce qu'était un chat. La jeune femme s'installa à ses côtés et s'étira.

Alors dis moi à ton tour, depuis quand es tu sur Oméga ? Y es tu née ?

S'il s'agissait là d'un moyen d'amorcer le dialogue, Kydra était réellement curieuse de la réponse, sachant bien évidemment que certains éléments pouvaient être falsifiés pour l'empêcher de déduire son affiliation, mais elle s'en fichait. Elle était pendue aux lèvres de Miyuki, prête à savourer chacun des mots qui en sortirait.






Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Un, deux, trois, Soleil !   
Revenir en haut Aller en bas
 

Un, deux, trois, Soleil !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: Systèmes Terminus :: Nébuleuse d'Oméga :: Oméga-