AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 Sur les traces du drell...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Personnage RP
Faction : Pacificateur
Rang : Déesse
Voir le profil de l'utilisateur


Estomac Tendre
Messages : 409

MessageSujet: Sur les traces du drell...   Mer 18 Mai 2016, 23:39
Intervention MJ : NonDate : Février 2201 RP Tout public
Kydra Lifith
Sur les traces du drell ...





L’ascenseur montait à un rythme plutôt rapide comparé à ses congénères, ce qui n'était pas désagréable, étant donné le nombres d'étages que l'on devait se farcir sur Oméga pour naviguer d'un endroit à un autre. A l'intérieur, Kydra en tenue de civil s'étirait. Elle jeta un coup d'œil au butarien qui l’accompagnait.

Pas trop stressé ?

Légèrement je dois l'avouer, mais nous allons rapidement être fixés.

Les secousses ralentirent et la machine s'arrêta petit à petit. La porte s'ouvrit et une turienne les accueillit.

Enchantée, veuillez me suivre je vous prie.

Ils lui emboîtèrent le pas et pénétrèrent dans des locaux remarquablement bien entretenus. Kydra remarqua les vas et vient de nombreux autres employés, leur visage arborant une expression sérieuse, absorbés qu'ils étaient dans leur travail. La turienne les amena dans une pièce isolée et les y laissa. Un large bureau trônait au centre et l'asari qui y était installée leur fit signe de s’asseoir devant elle. Un poulpe, génial. Kydra s’affala dans le siège et positionna ses deux pieds sur le bureau. L'asari lui jeta un rapide coup d’œil mais n'ouvrit pas la bouche. L'humaine lâcha un sourire, elle adorait quand les autres n'osaient faire des remarques sur son impolitesse, voir leur regard fuyant lui plaisait beaucoup. Le butarien qui accompagnait Kydra se comporta différemment.

Lika, ça faisait longtemps, c'est un plaisir de te revoir.

Et c'est réciproque Narak.

Le dénommé Narak s'installa à son tour dans un fauteuil. L'asari croisa les mains devant elle.

Alors, que me vaut l'honneur de ta visite ?

Tu dois t'en douter, mais j'ai besoin que tu me rendes un service. En fait, Kydra et moi aurions besoin d'avoir accès aux archives.

Lika écarquilla les yeux.

Narak... Je crains que ce ne soit possible. Tu n'as plus le statut pour y avoir accès.

Je le sais pertinemment, c'est la raison pour laquelle je te demande ton aide.

Kydra éternua et se moucha bruyamment. Les deux aliens se tournèrent vers elle. La jeune femme les regarda, surprise.

Oh désolée, continuez votre discussion.

Il reportèrent leur attention l'un sur l'autre.

Écoutes, je ne sais pas si je peux faire ça…

C’est très important Lika.

L’asari le regarda quelques instants sans dire mot. Elle ferma les yeux puis se leva.

Je vais voir ce que je peux faire, restez ici.

Elle quitta la pièce laissant l’humaine et le butarien confortablement installés dans ces sièges qui, il fallait le reconnaître, étaient parfaits pour s’étaler d’une manière aussi paresseuse que désordonnée.

Eh bien je suis surprise.

Le butarien braqua ses 4 yeux sur elle.

Tu doutais que ça réussisse ?

Je ne pensais pas que tu connaissait aussi bien cette asari.

C’est une ancienne collègue, nous avons passé plusieurs années à officier tous les deux ici, forcément ça forge des liens. 

Kydra ressortit ses lèvres. Elle doutait de pouvoir accorder autant de confiance à quelqu’un avec pour seul motif le temps passé ensemble. Elle se basait bien plus sur son propre ressenti de la personne. Ce n’était pas le temps qui justifiait la solidité d’un lien, mais son intensité. Narak semblait avoir remarqué son expression. 

Je n’éprouve habituellement aucune sympathie particulière pour les asaris, mais celle-ci était suffisamment différente pour que je la considère comme une amie.

Inutile de préciser que Kydra appréciait ce butarien. Elle l’avait rencontré le jour même, alors qu’elle faisait part aux pacificateurs de la censure récente d’un article concernant Shoran. Narak s’était proposé de l’aider, étant ancien employé de la boite, pour qu’elle puisse accéder à ce fameux article. Et les voila tous les deux désormais, à attendre l’aide de cette asari. Cette dernière revint justement quelques minutes plus tard.

Suivez moi.

Le ton qu’elle avait employé voulait dire beaucoup, elle avait accepté la requête de son ami mais en craignait les conséquences et la fermeté craintive dont elle faisait désormais preuve en était le résultat. Kydra et Narak la suivirent donc dans un parfait silence. L’asari les amena dans une pièce située bien plus en profondeur dans le bâtiment. Désactivant la sécurité, elle y emmena le duo jusqu'à un gigantesque terminal.

Allez y, j’ai désactivé la surveillance, mais faites vite.

Kydra laissa Narak s’affairer sur la console. Il fit défiler les archives à la recherche de ce récent article qui avait rapidement été censuré. Naviguant avec aise dans ces données qu'il avait eu l'habitude de parcourir, il ne mit pas longtemps avant de tomber sur ce qu'il cherchait.

Il a été supprimé… L’article a été effacé des archives !

Kydra serra ses poings. Jikew commençait à sérieusement lui taper sur les nerfs à effacer toutes ses traces derrière lui. Il ne lui laissait absolument aucune piste, les effaçant les unes après les autres. Et même là où elle avait dû requérir l'aide de plusieurs tiers pour y accéder, le drell frappait encore. Rien d'étonnant à ce qu'il soit devenu le bras droit de Shoran au vu de son excellente logistique. Il aurait sûrement ri d'elle, si il l'avait vu à cet instant, avec ses pathétiques tentatives de l'atteindre.

On ne peut donc rien en tirer ?

Si, j’ai le nom de celle qui a rassemblé les informations, Syra, une drell.

Le butarien se tourna vers Laki.

Tu la connaît ?

Non je ne l’ai jamais croisé, on s’occupe uniquement de la publication des articles à cet étage.

Il nous suffit d’aller lui rendre une petite visite. Ça n’aura pas été totalement inutile.


***


Kydra ferma les yeux et porta sa main à son front. La drell n’était plus venue travailler ici depuis plusieurs semaines, et les tentatives de l’entreprise de la contacter avaient échoué. C’est donc encore une fois bredouille qu’elle sortit du bâtiment accompagnée de Narak.

Que comptes tu faire maintenant ?

Kydra leva la tête et perdit son regard dans la station. Elle n’avait pas vraiment énormément d’options. La jeune femme croisa les bras.

Je vais tenter de contacter cette drell directement chez elle, mais je ne me fais pas d’illusions. Elle a très certainement connu le même sort qu’Arius. Pour le reste, je ne peux rien faire d’autre que d’attendre un bout de trace que Jikew aurait omis de faire disparaître. Mais je finirai bien par lui mettre la main dessus à ce lézard.

Dans ce cas, je vais t’accompagner, si la drell n’est pas morte, tu pourrais avoir besoin de toute l’aide possible.

Kydra posait désormais son regard sur Narak. Elle appréciait la présence du butarien, et qu’il lui demande ainsi indirectement de l’aider dans sa traque lui procura un grand plaisir, ce qui se traduisit par un large sourire sur son visage.

Mettons nous en route alors.


***


Après s’être équipé, le duo se dirigea vers l’habitation de Syra prêt à y trouver tout et surtout n’importe quoi. Pourtant, ce qui les y attendait n’aurait jamais traversé l’esprit de Kydra, pas dans cette situation en tout cas. En effet, une fois sur place, ils furent accueillis par une troupe de mercenaires qui fouillaient l’endroit. Un turien s’avança vers eux.

Qui êtes vous ? Que venez vous faire ici ?

Nous sommes venus parler à Syra.

Hélas, ça ne va pas être possible. La drell n'est plus ici, c'est la propriété de Korlok désormais.

Korlok ?

Un esclavagiste. La drell lui devait un paquet de crédits, et n'ayant pu le rembourser à tant, elle a fini par devenir son propre esclave, pour tout lui repayer en faits matériels. Nous sommes ici pour revendre ses biens, elle n'en aura plus besoin.

Encore ? Elle était sur le point de trouver quelque chose de concret et on le lui refusait encore ? Le destin s'acharnait beaucoup trop sur elle en ce qui concernait ce foutu drell et cela l'énervait au plus haut point. Narak avait sûrement senti la colère de sa compagne car il répondit à sa place.

Menez nous à Korlok, nous avons à négocier avec lui.

C'est donc dans ce contexte que le duo arriva dans le vaisseau à quai de l'esclavagiste. Korlok fixa de ses quatre yeux les nouveaux arrivants.

Ah, l'assassin d'Oméga. J'imagine que si tu entres par la grande porte c'est que je n'ai pas à te considérer comme une ennemie mmh ?

Kydra se demanda de quelle manière il avait réussit à la reconnaître. Mais en sa position, les informations concernant Oméga devaient couler à flot, aussi cela ne lui parut plus aussi étrange que cela après réflexion.

En effet, nous voudrions simplement parler à l'un de tes esclaves, Syra, une drell.

Hélas cela est impossible, les esclaves sont ma propriété, si vous désirez une quelconque interaction avec eux, ils doivent devenir votre propriété. De plus, « numéro 12 » me doit sa vie entière pour me rembourser, je ne peux donc accéder à votre demande et vous la vendre.

Kydra s'approcha de l'imposant bureau de Korlok et y posa ses deux mains.

Et si je vous disais que nous avons les moyens de rembourser sa dette et de vous l'acheter ?

Le butarien se pencha en avant, une lueur s'allumant dans son regard.

Alors dans ce cas, peut être pouvons nous nous entendre. 200 000 crédits suffiront à couvrir tout ce qu’elle me doit.

Cette fois ci, ce fut Narak qui lui répondit.

Allons confrère, nous savons tous les deux que personne ne peut s’endetter à ce point.

Et c’est pourtant le cas, si vous voulez la drell, vous devrez me verser cette somme.

Kydra planta son regard dans celui du butarien.

Réfléchissez deux secondes et donnez nous la véritable somme. Nous avons les moyens de couvrir ce qu'elle vous doit et instantanément, si vous persistez avec votre fausse offre, tout le monde repartira bredouille.

Les quatres yeux semblaient la scruter profondément. Kydra lui rendit son regard avec cette petite touche sauvage qui lui était caractéristique. 

Très bien, ça vous fera donc 100 000 crédits.

Kydra n’était pas certaine qu’il s’agisse là de la véritable somme, mais elle ne voulait pas se permettre de prendre davantage de risques. Acceptant donc, la drell leur fut amenée, cette dernière était dans un état lamentable, traduisant la brutalité de ce qu'elle avait du vivre. C'est donc avec cet inhabituel « marchandise » que le duo ressortit. Syra avait l'air épuisée, l'humaine se doutait qu'elle devrait se reposer et reprendre des forces avant de pouvoir leur parler. Pourtant, avant qu'ils ne puissent aller plus loin, Narak informa Kydra qu'il y avait un problème, et sans aucun avertissement, le butarien ouvrit la bouche de la drell qui s'avéra étonnement vide.

Ils lui ont coupé la langue.

Il s'empara du bras de la jeune femme et navigua rapidement sur son omnitech.

Il ne s'agit pas de Syra, ils se sont foutus de notre gueule en nous donnant une drell avec les mêmes colorations écailleuses.

Kydra souffla. Elle devait à tout prix éviter de s'énerver, cela ne lui amènerait rien de bon. Korlok s'était bien amusé, elle allait faire en sorte qu'il le regrette amèrement et qu'il lui donne ce qu'elle était venu chercher. La jeune femme s'étonna de réussir à contenir ainsi sa colère, et c'était une bonne nouvelle, procéder méthodiquement incombait de ne pas y rajouter un surplus d'émotions incontrôlables. Mais elle devait se débarrasser de cette mutilée avant d'agir. Elle se baissa au niveau de la jeune drell.

Tu es entièrement libre désormais. Tiens prends ça.

Elle transféra quelques crédits sur son omnitech.

Ça te permettra de manger et de reprendre des forces. Et va voir également un médecin, je doute que l'on puisse te faire repousser une langue, mais un synthétiseur vocal pourrait te permettre de communiquer à nouveau.

La jeune drell prit Kydra dans ses bras et se serra contre elle. L'humaine surprise ne savait pas trop comment réagir, peu habituée à ce genre de comportement à son encontre. Quelques instants après le début de cette étreinte, elle les quitta et s'enfonça dans les rues d'Oméga en boitillant. Pour la première fois depuis longtemps, Kydra ressentit de la compassion et elle fut étonnée que cela provienne d'une pauvre créature qui n'avait sans doute plus beaucoup de temps à vivre.

On y retourne ?

Narak avait posé une question rhétorique il le savait car il la souligna avec un sourire carnassier, proche de celui d'un autre butarien qui n'avait plus autant d’œils. C'est donc sur ces mots que le duo rebroussa chemin, prêt à se venger. Malgré ses grands airs, Korlok n'était pas un esclavagiste très malin, à chercher ainsi l'assassin d'Oméga alors qu'il possédait si peu d'hommes sous ses ordres. C'est donc sans aucune difficulté que Kydra s'infiltra dans son vaisseau avec l'aide de Narak, atteignant la salle où se trouvait le bureau qui devait certainement refléter la taille de son ego. Désactivant son camouflage optique, elle posa une lame contre sa gorge et lui chuchota à l'oreille.

Désolée, je ne suis pas entrée par la grande porte cette fois ci, mais si vous qui l'avez demandé.

Cédant à la panique le butarien la supplia.

Amenez moi ce que je suis venue chercher au début et je vous laisserai tranquille. Oh et remboursez moi également, un manque d’honnêteté se doit d'être puni correctement vous ne croyez pas ?

C'est... C'est impossible ! Syra est morte ! Elle était atteinte d'une maladie grave et elle en est morte !

Le butarien fit glisser sur son bureau un datapad qui contenait la liste de tous les esclaves morts sous sa possession, et Syra y était en effet inscrite. Mettre des barrières était une chose, mais se les voir enfoncer si régulièrement à cause d'un flagrant manque de chance en était une autre. Cédant à sa colère, Kydra tua Korlok sur le coup sans même s'en rendre compte. Lâchant le cadavre qui s'étala mollement sur son bureau, la jeune femme quitta l'endroit, ne voulant pas risquer d'attiser sa haine en y restant ne serait ce que quelques instants de plus. Les esclaves étaient de nouveaux libres, tout du moins, ils finiraient bien par le découvrir à un moment donné.

C'est donc de nouveau au point mort que Kydra sortit de cette recherche cruellement infructueuse. Jikew avait accumulé une bonne avance sur elle et les événements ne rendaient pas la traque plus facile, bien au contraire. Cette relation particulière qui l'unissait à sa cible, voilà bien quelque chose de très étrange, car jamais Kydra n'avait autant éprouvé de difficulté pour retrouver quelqu'un. Mais bien loin de la décourager, les obstacles qui s'obstinaient à se mettre entre elle et Jikew ne faisaient qu'attiser sa haine envers le drell et sa volonté de le voir enfin à ses pieds, complètement à sa merci. Et un jour, ce sera le cas, de cela, Kydra n'en doutait absolument pas.



Oui j'ai rush, mais osef, personne va le lire Trollface

EDIT DU COURTIER : Sauf moi. LOL

EDIT DE L'ORDRE : Et moi, alors ? Trollface



Revenir en haut Aller en bas
 

Sur les traces du drell...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: Systèmes Terminus :: Nébuleuse d'Oméga :: Oméga-