AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 Le comeback

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Personnage RP
Faction : Service de Sécurité Concilien
Rang : Superviseur
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2559-tricia-pearson-agente-du-s
http://www.masseffect-reborn.fr/t2753-tricia-pearson-journal-de-bord#33954


Pro de la gachette
Messages : 5187
Crédits : Tricia

MessageSujet: Le comeback   Lun 23 Mai 2016, 00:56
Intervention MJ : NonDate : Mai 2193 / Février 2200 / Mai 2201RP Violent (torture explicite)
Tricia Pearson
Le comeback
Partie 1 - Souvenirs réticents
Partie 2 - A venir


Le comeback

Partie 1
Souvenirs réticents
▪ Date : Février 2200 -> Mai 2201
▪ Classification : Normal - Gore
▪ Tricia Pearson ▪ Marion Pearson (PNJ)


8 Mai 2201 - Bureau principal des Superviseurs - 08h45 (GMT+2)

Nos souvenirs. Ces souvenirs à la fois si fugaces, et terriblement précis. Le cerveau est capable de stocker de l'information, mais il n'est pas infaillible. A chaque lecture, le cerveau se sert de la dernière mise en mémoire de ce souvenir. Et à chaque fois, il déforme encore un peu plus ce souvenir, jusqu'à ce qu'il soit une vulgaire réécriture de ce qui est réellement arrivé. On se repasse la scène deux fois, dix fois, cent fois, et des détails nous échappent ou nous reviennent au contraire un peu plus à chaque fois. Et à chaque fois que cette scène revenait me hanter, lorsqu'elle se rappelait à mon « bon » souvenir, quelques détails mineurs changeaient parfois mais la trame principale restait la même. Celle où j'ai perdu mon bébé en moi, à cause d'une opération qui a mal, terriblement mal tourné. Le psychologue m'a expliqué il y a quelques mois que le cerveau conserve certains souvenirs mais sans les répertorier, un peu comme ne les affiche pas dans le sommaire. Il est ainsi possible qu'un souvenir reste enfouie des jours, des mois, voire des années sans que la personne s'en souvient. Et un jour, tout explose, au sens littéral comme propre.

Si j'avais effectivement vécu une période traumatisante lors de ce fiasco total en 2193, la scène la plus traumatisante était pour moi ma torture ainsi que ma fausse couche, mais il était une scène qui me revenait sous forme de flashs troublants depuis quelques mois. C'était d'ailleurs la raison de la présence du psychologue dans ma vie. Il s'agissait d'une scène moins hardcore et éprouvante pour moi que ma torture, mais toutefois choquante. J'en avais vu des horreurs, mais cette scène ... Elle se plaçait direct dans le top 3 des scènes les plus dérangeantes.

8 Mai 2193 - Allemagne - 13h25 (GMT+2) - Caméra B6C4

Tricia et cinq autres personnes étaient alignées, chacune séparé de trois mètres. Tous étaient pieds et poings liés. Les tortionnaires n'étaient pas seulement des brutes, ils étaient aussi sadiques. Leur « expert » se servait de chaque zone érogène pour la transformer en zone de douleur. Par exemple, au lieu de caresser la cuisse, ils plantaient un couteau enduis d'un hallucinogène dans celle-ci.

Mais après la torture brutale venait la torture psychologique. Plusieurs options sont facilement envisageable : la privation de nourriture, d'eau et de sommeil. La répétition de certaines phrases pour briser les sujets. Les menaces à propos des proches, faciles lorsque le nom des captifs est connu ainsi que leurs familles.

Déjà quatre personnes étaient mortes sous la torture brutale. Le coeur de l'un avait lâché à cause de la torture électrique, l'autre n'avait pas supporté le vidage / remplissage de la cuve d'eau dans laquelle il avait été placé, et fit un choc thermique. Les deux autres avaient simplement été blessés par plusieurs balles, aux endroits stratégiques empêchant tout mouvement, les laissant se vider de leur sang.

10 Mai 2193 - Allemagne - 13h25 (GMT+2) - Caméra C8A2

Trois survivants. C'est le nombre de prisonniers encore vivant après ces deux jours interminables sans eau ni nourriture, ni sommeil. Les trois qui n'ont pas tenu avaient trop supportés pour leur condition physique : relativement âgés ou trop jeunes pour pouvoir supporter une telle douleur. Tricia Pearson était la seule agent sur place, les autres étaient morts. Elle était entourée de civils, de gens qui n'avaient aucune affiliation avec les forces de l'ordre. La torture était juste un passe-temps comme un autre pour les gêneurs, qu'ils soient ou non gendarmes.

Après la torture psychologique venait enfin la torture combinant la douleur physique et la douleur mentale : la torture méthodique, stratégique, qui consistait à prendre son temps pour infliger le plus de douleur sans causer de blessures pouvant entraîner la mort. Elle allait commencer, consistant à utiliser des aiguilles semi-rigide et à les insérer aux points psychologiques les plus vulnérables du corps humain : les nerfs. Les nerfs qui délivrent les informations au cerveau. Et l'un d'eux est facilement accessible par le coude, c'est pourquoi il est douloureux lorsqu'on s'y cogne.

Et la douleur qui allait s'en suivre était si intense que je préférai me concentrer sur des souvenirs heureux qui surpassaient les informations de douleur délivrés au cerveau par les nerfs.




Revenir en haut Aller en bas
 

Le comeback

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: L'espace de l'Alliance interstellaire :: Bulle locale :: Citadelle-