AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 Cordiales salutations

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Personnage RP
Faction : Concilienne
Rang : Chasseresse (Enfants d'Amonkira)
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4020-tori-jorunn#60283
http://www.masseffect-reborn.fr/t4021-tori-jorunn#60284


Messages : 175
Crédits : moi-même

MessageSujet: Cordiales salutations   Mer 15 Juin 2016, 00:39
Intervention MJ : NonDate : 1er mars 2201Rp diplomatique
Tori Jorunn • Kydra Lifith
Cordiales salutations



#Erha
# Bureau de Brim’na Tagan
# 1er février 2201


La conseillère drelle consultait ses rapports journaliers quand elle tomba sur un pli des plus surprenants. Elle lut deux fois le datapad pour être certaine de ne rien avoir manqué. Il provenait de l’un de leur marchand qui lui indiquait ne pas avoir pu procéder à l’achat du stock usuel en raison du chaos engendré par le coup d’état. Cela faisait plusieurs jours que les combats avaient eu lieu sur la station et qu’Aria avait été déchue. Il lui fallait plus d’informations, elle se mit au travail.


# 15 février 2201

« Conseillère Tagan. »

La drelle salua poliment et s’assit sans autre protocole sur le fauteuil faisant face au bureau de la diplomate.

« Merci d’être venue rapidement, Tori, tu étais l’élément disponible le plus qualifié pour la mission délicate que j’ai à te confier. Omega a changé leader, Aria a été vaincue. »


Elle marqua un silence. Tori ne dit rien, mais se sentit un peu surprise. Ça c’était un changement brusque et inattendu. Difficile d’imaginer la station sans sa reine.

« Les mercenaires, ainsi qu’un clan nouveau appelé les Pacificateurs en tiennent les rênes désormais. J'ai fait quelques vérifications sommaires, mais j’ai besoin qu’un représentant officielle se rende sur place pour mesurer l’ampleur des dégâts, vérifier la validité de nos précédents accords commerciaux et refaire connaissance. »

« Je vois. »

« J’ai effectué une demande officielle, au vu de la mission. J’ai reçu une réponse positive. Vous recevrez votre ordre de mission sous peu. Je compte sur vous, pour tirer le meilleur de cette occasion. Il est important de garantir nos intérêts et de rappeler aux puissants notre existence. »

« Je comprends. »


# Niacal
# 26 février 2201


Spatioport d’Erha, Tori a fait son paquetage, elle emporte avec elle un ordre très complet. Elle lira l’ensemble des pages et résumés sur le trajet. Elle fit un crochet par la Nébuleuse d’Athéna et sa planète Niacal. Les Enfants d’Amonkira portaient beaucoup d’espoir en la biotechnologie pour permettre à leur planète de revivre plus rapidement. De ce fait, leur organisation avait investi dans ce domaine et était actionnaire, à défaut d’avoir des scientifiques drells capables de faire eux-même le travail. Elle devait, par courtoisie, assister à une conférence et siéger à un conseil de la corporation concernée. Très ennuyant. Si elle trouvait cela fort intéressant comme solution, elle ne comprenait vraiment pas tout ce charabia scientifique et trouvait les chiffres et rapports toujours aussi barbants. Elle ne fut cependant pas fâchée de quitter cette étrange planète.


# Omega
# 1er mars 2201


La drelle s’étira lorsque le capitaine du vaisseau annonça leur arrimage. Elle défit sa ceinture de sécurité et sortit de son siège. En passant, elle s’examina dans le miroir de la minuscule salle de bain. Elle portait une tenue de représentation en lieu et place de son éternel plastron de combat. L’ensemble était composé de différentes pièces. Les premières étaient une sorte de justaucorps sans manche qui s’arrêtait à ses cuisses. La seconde partie était composée d’un tissu vaporeux, qui était attaché à ses épaules, elle appréciait ses manches flottantes. Le buste en était aussi recouvert, le tout ceinturé à la taille par une ceinture raffinée. La suite du tissu courrait sur ses hanches fines en une jupe fendue qui venait chatouiller jusqu’à ses chevilles.

Elle gardait à sa hanche son pistolet, dans un étui un peu plus décoratif que nécessaire. Elle n’était pas folle au point de déambuler désarmée sur Omega.

Elle prit la peine d’orner ses lèvres usuellement terne d’un nacre rosé. Elle pinça les lèvres puis s’entraîna à faire son plus joli sourire. Voilà, elle était tout à fait présentable. Elle prit son bagage et rejoignit le pont principal du vaisseau pour en sortir.

Au moment de passer les portes, elle inspira et souffla. Cette mission s’avérait compliquée.

Elle présenta ses documents et répondit aux questions qu’on lui posa docilement. Elle se savait attendue par une escorte chargée de la protéger et de lui servir de guide. Comme si elle avait besoin de protection. Elle souffla encore, c’était une nécessité afin d’être introduite aux bons endroits et aux bonnes personnes. Elle n’avait pas affaire à une mission militaire, mais bien à un jeu de représentation.

C’était vraiment la facette de son métier qu’elle détestait le plus. Espérons que son babysitteur soit digne d’intérêt et agréable à l’œil. Ce serait une consolation acceptable.

La drelle s’avança d’un pas assuré, plissant les yeux pour chercher celle ou celui qui l’attendait. Une chose était certaine, c’est qu’il/elle n’aurait pas de peine à la trouver, les drells ça n’est pas chose fréquente. Qui plus est une diplomate dans une tenue bien plus frivole qu'une tenue spatiale ou de combat.




Fiche de personnage - Carnet de bord
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Pacificateur
Rang : Déesse
Voir le profil de l'utilisateur


Estomac Tendre
Messages : 409

MessageSujet: Re: Cordiales salutations   Jeu 16 Juin 2016, 01:38

Le M100 était de nouveau opérationnel ! Le système de rétraction avait fait des siennes récemment et le réparer était devenu une nécessité. Mais cela avait pris bien moins de temps que ce que Kydra aurait cru et fort heureusement car elle allait en avoir besoin. L’humaine attacha l’arme dans son dos et plaça ensuite son poignard au niveau de sa cuisse. Son canon lourd était toujours à sa place, fidèle à lui-même. Elle vérifia le mécanisme de rappel au niveau de sa protection ventrale et verrouilla finalement tous les ports de son armure. Il s’agissait d’une armure légère comme d’ordinaire, lui permettant d’utiliser comme elle le souhaitait sa souplesse et son agilité tout en lui offrant un minimum de protection. 

Les bruits de Narak pianotant sur la console continuaient d’envahir la pièce alors que Kydra finissait de s’équiper. Ses quatre yeux rivés sur les écrans, le butarien naviguait dans l’interface numérique avec une dextérité qui surprendrait toujours la jeune femme. Il s'interrompit et se tourna vers elle.

Tout est en place, je te préviendrais dès qu'il y aura du mouvement suspect.

D'accord, merci Narak.

Et passe le bonjour à cette drellette de ma part !

Ouais, je lui parlerais du butarien qui porte des pyjamas humains.

Kydra ferma la porte et sortit de son appartement. Ses activités récentes étaient restées inconnues pour le conseil mercenaire, mais pas pour ceux qui s'occupaient d'effacer les traces de Jikew. Le sniper qui avait tué Arius, les partenaires de Krolok, ils savaient tous que l'assassin d'Oméga en avait après la vie du drell. Et l'humaine se retrouvait impliquée dans une affaire officielle visant à escorter une représentante drell venant d'une organisation qu'elle ne connaissait même pas. Mais c'était elle qui avait insisté pour avoir ce rôle. Car elle se retrouvait ainsi à la vue de tous, situation propice à ce que certains en profitent et tentent de l'éliminer. C'était pour cette raison qu'elle avait demandé l'aide de Narak, le butarien la préviendrait si les larbins de Jikew tentaient quoi que ce soit.

Kydra et la drell allaient être des appâts en quelque sorte, mais cela permettrait de régler le compte de certains gêneurs une bonne fois pour toute. Au moins, la jeune femme espérait que cette représentante allait être agréable à côtoyer, elle n'avait eut aucune information sur son profil lorsqu’on lui avait confié la mission. Peu probable ceci dit, ce genre de personnes n’étaient généralement motivées que par leur travail et regardaient de haut ceux qui s'assuraient pourtant que leurs petites fesses soient en sécurité. Cependant, Kydra ne pouvait se permettre la moindre connerie, il s'agissait d'une mission officielle et les escortes étaient généralement bien plus difficiles que les missions d'assassinat.

L'ex militaire arriva finalement aux docks, se faufilant au milieu des personnes qui chargeaient et déchargeaient le matériel, elle finit par apercevoir sa cible parmi la foule, on lui avait envoyé des images d'elle pour faciliter la prise de contact. La drell était bien habillée et cela surpris Kydra. Elle n'avait jamais vraiment côtoyé de drell, mais ceux qu'elle avait vu quelques fois portaient tous des armures ou des équipements de combats, c'était la première fois qu'elle en voyait une ainsi vêtue. La créature scrutait les gens autour d'elle, son visage de reptile bougeant comme celui d'un humain. Fascinant.

Kydra s'approcha d'elle et la salua.

Tori Jorunn je présume ? Moi c'est Kydra Lifith, je suis celle qui doit faire en sorte que tu n'aies pas de bobos.

La jeune femme croisa les bras et observa davantage la drell.

Je vois que tu as une arme sur toi, c'est une bonne chose, cependant j'ignore à quel point tu sais t'en servir, mais s'il y a du grabuge, restes en arrière. C'est à moi de faire cette partie du boulot. Même s'il y a peu de chances que nous soyons attaquées vu que le conseil mercenaire est au courant de ta venue il vaut mieux être prudent sur ce point.

Elle passa bien évidemment sous silence les petites frappes qui pouvaient venir quand même s'en prendre à elles ainsi que la possible présence des hommes de Jikew, il valait mieux ne pas l’inquiéter sur ce sujet, les hommes d'affaires étaient toujours bien moins productifs lorsqu'ils se savaient en danger. Le regard du reptile était fixé sur elle, la jeune femme se pencha en avant et tapota du bout du doigt les écailles de son visage. Pas assez solides pour arrêter les balles certes mais elles s'avéraient sans doute très utiles contre les radiation ou la température ou quelque chose dans le genre ? Bien plus qu'une peau humaine en tout cas, ça restait toujours une couche de protection supplémentaire non négligeable.

Bien, maintenant dis moi où tu dois te rendre et je me ferai un plaisir de t'y emmener.

Ce genres de personnes même dans les systèmes terminus étaient friands de mondanités, de formules et de pirouettes à n'en plus finir, Kydra cassait bien souvent cette ambiance avec sa familiarité et son franc parler, ce que la plupart n'appréciaient bien évidemment pas et la jeune femme en tirait un grand plaisir.


HRP > Pareil dis moi s'il y a un soucis ! Un peu court, je ferai plus long quand le rp se développera ^^



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Concilienne
Rang : Chasseresse (Enfants d'Amonkira)
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4020-tori-jorunn#60283
http://www.masseffect-reborn.fr/t4021-tori-jorunn#60284


Messages : 175
Crédits : moi-même

MessageSujet: Re: Cordiales salutations   Ven 17 Juin 2016, 23:30
Ah. Finalement, une jeune femme émergea du flot de personne et lui adressa la parole. Les yeux de la créature reptilienne la dévisagèrent sans ciller. Elle trouva très élégante la longue chevelure de l’humaine. Les humains et leur pilosité l’avait toujours fascinée. Elle avait pu caresser une tignasse une fois, c’était une sensation amusante. C’était étrange de porter des attributs aussi gênants pour le combat et tout en général. Les femelles en particulier semblaient attachées à leur longueur de poil. Elle trouvait les mâles bien mieux apprêté avec leurs crânes rasés. Les humains restaient des interlocuteurs intéressants globalement, elle était satisfaite de se découvrir un garde du corps de ce genre-là. Bien que d’apparence sportive, l’intéressée n’avait guère le profil de l’emploi. Les apparences sont trompeuses, il paraît. Le vocabulaire employé la fit sourire. Sourire comme un drell sourit, c'est-à-dire provoquer un mouvement mandibulaire arquant sa mâchoire supérieur.

« C’est un plaisir, madame Lifith. Je serais prudente et vous laisserait sans hésitation procéder à votre besogne. » Elle s’inclina légèrement, main jointe.

Il n’était pas nécessaire que la jeune dame soit informée de son passif de soldat d’élite. Elle savait certes se servir de son pistolet, mais son arme la mieux dissimulée couvait en elle. Ainsi équipée, elle se sentait un peu nue, mais de loin pas désarmée. Son entraînement très rigoureux lui avait appris à savoir se défendre dans tout genre de configuration. Elle en tirait une paisible confiance. Et puis, Brim’na lui avait longuement expliqué que lorsqu’elle officiait en qualité d’ambassadrice, elle devait oublier son conditionnement. On ne va pas te sauter dessus au détour d’un couloir. Ton travail c’est par la parole qu’il se fait et ton arme c’est ta voix et ta cervelle. Si tu es prête à dégainer à la moindre occasion, tu ne serviras pas bien la cause.

Et donc, après tant d’entraînement militaire, elle était repartie pour un cycle plus approfondit de la culture et de l’art de bien parler. Il ne faut pas le prendre à la légère, car la drelle avait trouvé ça bien plus compliqué que tout ce qu’elle avait appris, ou presque. Combattre, elle avait ça dans le sang, les mondanités, ça lui faisait presque une réaction allergique. Elle exagérait à peine.

Il était appréciable que la jeune dame ne soit pas une écervelée. Ce qu’il lui semblait en tout cas, elle préférait quelqu’un de direct au langage commun qui soit efficace. La dame en question se pencha près d’elle et tapota d’une main son visage. Le geste n’étant pas agressif, elle la laissa faire sans éprouver le besoin de l’assommer. La réaction à ce contact tactile fut tout de même visuelle, un sifflement très sourd sorti de la gorge qui venait de se déployer une collerette rougeoyante. Même sa mère ne la touchait pas ainsi ! la surprise était profonde pour une drelle comme elle. Cela faisait des lustres que personnes n'avait posé sa main sur elle sans autre intention que de lui mettre une droite.

« Désirez-vous vous accoupler avec moi, jeune dame ? Deuxièmement… je vous déconseille de porter vos doigts à la bouche sans les laver… mon mucus est psychotrope pour les gens de votre race. »

La collerette se rétracte sur un rire franc. C’était une introduction intéressante, vraiment. Elle était véritablement amusée. La demoiselle était surprenante et avait initié l’échange avec un tact hors du commun. A priori, elle ne devait pas être habituée de ce genre de mission ou n’avait pas été éduquée aux différentes attitudes de bienséance à aborder.

« Il est d’usage de toucher pareillement quelqu’un à sa première rencontre chez les humains ? Je présumais que l’usage était un salut plus classique, comme la poignée de main… ? »

Profitons-en pour perfectionner ses connaissances des us et coutumes locales. Elle décida de tout de même répondre à sa question et de relancer le sujet sérieux du moment.

« Eh bien, j’ai plusieurs marchands à voir, si vous pouviez m’amener dans leur secteur… j’apprécierai également être introduite auprès des nouvelles autorités afin de réactualiser les procédures administratives et refaire connaissance, dirons-nous. La station a mué et je curieuse de savoir ce qu’il se cachait sous sa vielle peau. Peut-être pourriez-vous m’éclairer en me décrivant ce que vous en savez ? »


Rien ne vaut une information venant du terrain. Elle avait lu de nombreux rapports et articles relatant des faits, cependant, elle savait pertinemment que les informations circulant dans les médias n’étaient pas toujours très rigoureuses.

« J’apprécierai également que nous faisions une halte afin de nous restaurer. Le voyage a été long. Savez-vous si un hébergement a été prévu ? »

La créature cligna de ses doubles paupières et inclina légèrement la tête.




Fiche de personnage - Carnet de bord
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Pacificateur
Rang : Déesse
Voir le profil de l'utilisateur


Estomac Tendre
Messages : 409

MessageSujet: Re: Cordiales salutations   Dim 19 Juin 2016, 01:10

Kydra retira son doigt du visage de la drell. Un sifflement se fit entendre et sa gorge se déploya.

Désirez-vous vous accoupler avec moi, jeune dame ?

Ah. Peut être que le contact tactile avait une signification importante chez leur espèce, le manque de connaissance de la jeune femme envers les drells était assez important.

Deuxièmement… je vous déconseille de porter vos doigts à la bouche sans les laver… mon mucus est psychotrope pour les gens de votre race.

Kydra écarquilla les yeux. Elle connaissait ce détail mais l'avez complètement oublié et elle se mit à secouer sa main dans le vain espoir d'en chasser la substance.

Il est d’usage de toucher pareillement quelqu’un à sa première rencontre chez les humains ? Je présumais que l’usage était un salut plus classique, comme la poignée de main… ?

Oui mais des humains, on en voit tout le temps. Des drells en revanche...

Mais l'ex militaire ne devait pas s'éparpiller.

Bien, maintenant dis moi où tu dois te rendre et je me ferai un plaisir de t'y emmener.

 Eh bien, j’ai plusieurs marchands à voir, si vous pouviez m’amener dans leur secteur… j’apprécierai également être introduite auprès des nouvelles autorités afin de réactualiser les procédures administratives et refaire connaissance, dirons-nous.

Kydra s'imagina amener Tori devant le conseil mercenaire et faire un grand sourire béat devant Shoran. Mission officielle ou pas, il y avait certaines personnes qu'il fallait mieux qu'elle ne côtoie pas.

La station a mué et je curieuse de savoir ce qu’il se cachait sous sa vielle peau. Peut-être pourriez-vous m’éclairer en me décrivant ce que vous en savez ?

Ça pour le coup, elle le pouvait, tout du moins partiellement. Une grande partie autour de Shoran et Jikew restait un mystère.

J’apprécierai également que nous faisions une halte afin de nous restaurer. Le voyage a été long. Savez-vous si un hébergement a été prévu ?

Kydra écarquilla à nouveau les yeux et recula d'un pas. Si la restauration ne posait pas de soucis, elle n'avait en revanche aucune idée pour l'hébergement. Cela devait faire partie de la mission, mais obnubilée qu'elle avait été par Jikew, elle avait oublié de se renseigner sur ce genre de détail et se retrouvait donc sans rien à fournir à la drell.

Je vais t'emmener te repaître dans ce cas et pour l'hébergement, euh... Nous verrons un peu plus tard.

La jeune femme guida la drell pour sortir des docks et l'emmena en plein territoire pacificateur. Elle profita du chemin pour donner les informations que la demoiselle avait demandé, à savoir le gros de la situation après la guerre, la station divisée en quartier et les différents suzerains qui les dirigeaient. Elle ne put cependant lui donner de détails sur les entreprises et leur nouvelles affiliations, ce qui intéressait sûrement la représentante mais Kydra ne s'en était pas préalablement informée.


Les deux femmes arrivèrent rapidement dans le secteur marchand comme à son habitude, gorgé de monde. Les néons représentant les différentes enseignes clignotaient à vive allure, changeant de couleurs à n'en plus finir, tentant via cette parade d'attirer le plus de gens possible. Un endroit coloré et lumineux qui contrastait avec le reste de la station bien plus monochrome. Certaines boutiques plus spacieuses que d'autres témoignaient du succès commerciales de certains, pièces de vaisseaux, armes, simple bar ou même libraire dans de rares cas. Les rues étaient également envahies de cette odeur de nourriture qui s'échappait de certains bâtiments, savourant sa liberté et émerveillant l'odorat de certains, devenant ainsi une pub bien plus efficaces que toutes ces lumières flashy.

Kydra se retourna vers la drell et écarta les mains.

Nous y voilà ! Mais avant tout je t'ai entendu demander saveur à ton palais et je m'en vais donc donner à ton estomac matière à se repaître, personne n'aura les papilles frustrées sous ma surveillance.

Kydra avait réfléchi à cette phrase depuis plusieurs minutes et la sortit toute souriante. Elle emmena Tori dans une boutique qu'elle connaissait bien. Yrd, un krogan en tablier, leva la tête en les voyant arriver et comme à son habitude, quitta son poste pour venir saluer l'humaine. Il se serrèrent la main et se cognèrent la tête, le mastodonte mesurant sa force pour ne pas lui briser le crâne. Ce krogan avait abandonné sa vie de mercenaires pour construire une boutique ici il y a fort longtemps, il savait préparer des viandes avec un exceptionnel savoir faire et la particularité de cette enseigne, c'est qu'il faisait tout à l'ancienne, sans aucune technologie moderne. La jeune femme raffolait de ses plats et ses fréquentes visites avaient finis par nouer un lien d'amitié entre elle et le krogan. Ce dernier savait pertinemment quel plat préparer à Kydra, aussi se tourna t il vers Tori la saluant d'une manière plus formelle, pour savoir ce qu'elle désirait.

L'humaine regarda Tori et se souvint que cette dernière était une drell. Elle n'avait aucune idée de leur régime alimentaire. Elle repassa à toute vitesse dans sa tête sa connaissance des lézards terriens, mais de toute façon ce n'était pas vraiment comparable.

La jeune femme sautilla vers la drell pour lui parler.

Excuses moi je ne sait pas ce que tu manges réellement, j'aurais du me poser la question avant. Si cette boutique ne te convient pas on peut très bien en trouver une autre.

Kydra passa une mèche rebelle derrière ses oreilles et attendit la réponse de l’intéressée.



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Concilienne
Rang : Chasseresse (Enfants d'Amonkira)
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4020-tori-jorunn#60283
http://www.masseffect-reborn.fr/t4021-tori-jorunn#60284


Messages : 175
Crédits : moi-même

MessageSujet: Re: Cordiales salutations   Dim 19 Juin 2016, 19:12
Le spectacle de la voir ainsi secouer sa main était savoureux. Loin de sa peau reptilienne, le poison séchera et perdra ses propriétés chimiques rapidement. L’humour n’était pas une qualité absente de son cheptel personnel. Elle aurait pu demander à l’humaine de demander permission avant d’assouvir sa prochaine pulsion curieuse, mais elle demeura muette. La motivation du geste exposé la ramenait à une pensée sombre qui pesait sur l’existence des siens. L’extinction. Les Déesses les en garde. L’humeur assombrie et prise dans des réflexions existentielles, elle suivit son guide à travers la station. Sa question sur la nourriture et l’hébergement avait eu l’air de la surprendre. Son guide n’était décidément en aucun cas formé à ce genre de mission. Cette information était réconfortante, moins de faux semblant et de jeu. Un peu de franchise dans une mission de ce genre lui ferait du bien.

Elle était souvent venue sur Omega, le plus souvent en d’autres circonstances. La drelle écouta cependant avec attention les explications sur la séparation des quartiers et les nouveaux suzerains qui les dirigeaient. Peu experte dans le domaine d’influence diplomate, elle ne percevait pas toutes les conséquences qu’un pareil changement pouvait occasionner. Sa mission était celle d’une récolte d’information et les têtes pensantes de son organisation se chargeraient du reste. Elle devait cependant se garder de tout mauvais pas. Les lumières du secteur marchand l’impressionnaient toujours, quelle débauche électrique dans le seul but de charmer le client. C’était à celui qui en ferait le plus. Elle se remémora la liste des marchands qu’elle devait voir et consulta un listing sur un hologramme public. La plupart était toujours en place. Sa réflexion fut interrompue par sa guide. Elle était presque attendrissante. Elle fut un peu surprise de noter que c’était un krogan qui tenait l’établissement. Sur cette station, ces guerriers nés occupaient des postes d’un autre genre généralement. Depuis sa rencontre avec une shaman de cette espèce, Tori éprouvait pour eux un grand respect. Un respect profond qu’elle exprima en s’inclinant poliment devant lui.

« Madame Lifith, je suis omnivore et guère compliquée, je m’accommoderai de ce que vous me présentez. »


Se tournant vers le krogan, elle enchaîna.

« Votre plat du jour me conviendra. Rien à boire. Merci. »


Il était amusant d’être dévisagée ainsi. Elle l’avait constaté sur le chemin et les regards appuyés se concentrèrent sur leur table. Sa condition raciale et sa tenue qui n’aidait pas à la discrétion. Heureusement, aucun humain n’eut l’audace de sa guide et personne, jusqu’à présent, ne l’aborda. Ces regards lui rappelèrent la réflexion de sa guide et elle dû faire un effort pour ne pas soupirer. Elle préférait prétendre s’en amuser, mais la sensation d’être une bête de foire était l’un des sentiments qui l’agaçait rapidement. Tu es trop fière Tori, lui avait-on toujours dit. Elle avait grandi, mais son égo était toujours ce qu’il était.

Elle se contenta donc de déguster dans un calme relatif le plat qui lui était présenté. Voler un peu de celui de sa guide pour le goûter… puisqu’elles en étaient visiblement au stade des familiarités. Lorsqu’elle mastique, ses mandibules et écailles faciales bougent de manière singulière. Elle s’applique à utiliser les ustensiles humains. Heureusement qu’elle est capable de dextérité et entraînée. Il n’y eu que quelques légumes qui s’écrasèrent dans son assiette sans franchir ses lèvres du premier coup. Cette parenthèse fut très appréciable et la nourriture de qualité. Omega a un charme surprenant, quand on sait où regarder. Sa guide était par ailleurs originale et charmante en elle-même, ce qui allait rendre sa visite agréable, elle n’en doutait pas.

« Je vous remercie pour ce repas. Nous apprécions manger et culturellement, il est important pour nous d’être reconnaissant.»

Son interlocutrice étant visiblement curieuse, elle se plut à lui donner quelques détails sur son peuple. Il était important d'être vu et connu. La reconnaissance était un fard qui faisait oublier un peu le danger d'extinction. Ils y survivraient, ils étaient fort. Il fallait être patient, voilà tout.

« A moins que votre employeur vous paie vos dépenses, laissez-moi régler ça pour vous… »

Elle exprima cependant sa reconnaissance silencieusement. Elle n’avait guère envie d’importuner sa guide avec ses prières et pensées dévotes. Amonkira fut donc louée convenablement pour la viande et le plat dégusté.

Elle sortit de quoi payer le repas et laisser un pourboire conséquent. Son budget pour cette mission frôlait l’indécence…


Fiche de personnage - Carnet de bord
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Pacificateur
Rang : Déesse
Voir le profil de l'utilisateur


Estomac Tendre
Messages : 409

MessageSujet: Re: Cordiales salutations   Dim 26 Juin 2016, 23:27

Au final, la drell s'avéra posséder un régime très ouvert sans véritable complication. La question de Kydra avait du paraître ironique lorsque l'on savait que certains humains était assez restrictifs niveau nourriture. Les deux femmes reçurent leur repas et s'installèrent à un des tables près des fenêtres donnant sur le reste du secteur. L'humaine attaqua férocement sa viande comme à son habitude, la drell elle consommait à une allure plus modérée. Kydra ne put s'empêcher de jeter quelques coups d’œils à la représentante pour voir sa façon de manger. De la même manière que les humains comme attendu, ses mandibules s’occupaient de mastiquer la nourriture. La jeune femme ne put s'empêcher de penser aux différentes mantes qu'il y avait sur Terre, enfin qu'il y avait eu, il n'en restait peut être plus aucune après la grande guerre. Hmm, peut être pas finalement. Les insectes terriens étaient du genre tenaces et pouvaient s'adapter à presque n'importe quoi, certains pouvaient même vivre plusieurs jours dans le vide spatiale. Il était peu probable que les moissonneurs aient réussit à en venir à bout.

Kydra termina son repas en même temps que sa partenaire et cette dernière lui expliqua que pour son peuple, la reconnaissance pour un repas était importante. Peu étonnant venant d’un peuple dont elle ne connaissait rien, même si cette pratique lui parut quelque peu primitive. Devoir remercier ainsi pour un repas reviendrait à remercier d’avoir pu tuer certaines personnes en ce qui concernait Kydra, et la jeune femme ne pensait pas qu’il s’agissait là d’un fait qu’apprécierait une quelconque divinité. Tori s'occupa de payer le tout, l'humaine n'était pas en manque d'argent loin de là mais pour autant elle ne refusa pas cette offre généreuse.

L'observer manger avait éveillé la curiosité de Kydra, cette dernière observait la drell, la décortiquant du regard. Elle avait globalement la même silhouette féminine que les humaines, mais était ce également le cas sous ses habits ? Avait elle des seins ? Ses parties intimes était elle constituées de la même manière ? Et est ce que les drells femelles pondaient des œufs ? Le manque de connaissance de la jeune femme envers les drells était flagrant, et même si Tori était sans aucun doute parfaitement capable de répondre à ses questions, elle ne se voyait pas lui demander tout gentiment comment fonctionnait son système reproductif. Elle ferma dons les yeux sur sa curiosité par respect pour l'intimité de Tori.

Une fois à l’extérieur du bâtiment, la drell lui dressa une liste des marchands avec lesquels elle désirait s'entretenir. Kydra l'emmena donc tour à tour chez différent commerçants. La jeune femme n'avait aucune idée de ce que la représentante leur voulait réellement, et elle n'était pas plus curieuse que cela à ce sujet, elle se contenta donc de faire son travail et de laisser la drell faire le sien, se postant à l'entrée des différentes enseignes, s'assurant que personne ne venait la déranger. Kydra en profita pour contacter Narak et prendre des nouvelles sur la situation.

Rien de nouveau comme attendu, j'imagine qu'ils ne vont rien tenter pendant cette période, vous êtes beaucoup trop exposées, et ils doivent faire ça très discrètement sinon te tuer ne servirait à rien. Je vais continuer de surveiller, mais j'imagine que l'on n'aura pas de nouvelles d'eux avant que vous ne soyez dans un cadre bien plus privé.

En effet, c'était un résonnement logique, il allait falloir redoubler de vigilance lorsqu'elles allaient être plus isolées, bien que Kydra ignore complètement quelle allait être la suite de leur parcours. Tori ressortait justement, après une longue discussion avec le maître de cette battisse. La drell se dirigea vers Kydra de son allure souple et quelque peu étrange. C'était une créature fascinante, et l'humaine aurait aimé passer la journée à décortiquer chaque parcelle de son corps pour en voir l'utilité, voir ce qu'elle était capable de faire, mais cette drell là, elle n'avait malheureusement pas le droit de la toucher. Il ne lui restait plus qu'à espérer avoir à en rencontrer une autre un jour, mais sans contrat.

En ce qui concernait Tori en elle même, Kydra ne savait pas vraiment quoi penser. La drell avait visiblement déjà connu ce genre d'ambiance et de lieux. Elle n'avait pas réagit hostilement au comportement de Kydra et loin de s'offusquer était même rentrée dans son jeu. C'était la raison pour laquelle l'humaine l'appréciait, mais elle en savait trop peu sur elle, ou sur sa manière de réagir en situation d'urgence, chose à laquelle la jeune femme attachait beaucoup d'importance. Pour l'instant, elle ne pouvait qu'attendre de voir la suite pour pouvoir juger.

Alors, quelle est la prochaine destination ? Encore un marchand ou tu en as fini dans ce secteur ?

Kydra se rendit néanmoins compte qu'elle avait eu de la chance de tomber sur une drell. Si la représentante s'était avérée être une asari, les choses se seraient surement moins biens passées. L'humaine se rapprocha et tapota à nouveau la substance qui recouvrait le visage de la drell, affichant un large sourire.





Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Concilienne
Rang : Chasseresse (Enfants d'Amonkira)
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4020-tori-jorunn#60283
http://www.masseffect-reborn.fr/t4021-tori-jorunn#60284


Messages : 175
Crédits : moi-même

MessageSujet: Re: Cordiales salutations   Ven 15 Juil 2016, 22:46
Marchander n’était pas son fort. Heureusement, la plupart des marchands n’avaient pas changés et il s’agissait juste d’une révision de contrat. Malgré les remous politiques, l’économie avait l’air de se porter de manière égale. Kydra pu assister, de loin, à des réponses courroucées parsemée d’insultes. Elle avait horreur qu’on la prenne pour un reptile décérébré. Elle faillit même en venir aux mains avec l’un d’entre eux. Non mais. Bouse de coléoptère. Ces conclusions menées, elle tâcha de trouver un fournisseur plus avantageux. Son garde du corps, ses grands airs et un peu de culot lui permirent de signer quelques offres alléchantes. Elle termina donc de fort bonne humeur ce premier acte de sa visite sur Omega. Brim’na sera ravie.

Elle ressortit de la boutique et s’arrêta à la hauteur de Kydra. L’humaine était très attentive à ce qui l’entourait. Elle était vraiment très zélée ou alors inquiète ? Elle éluda la question et écouta ce que l’humaine avait à lui dire. Elle s’apprêtait à lui répondre quand l’humaine recommença.

« J’ai termin… »

Encore ! Fiente de cloporte ! La réaction de la drelle fut cette fois physique. La main de l’humaine saisie et balayée. Ce mouvement rapide n’était qu’une diversion, les lèvres fraiches du reptile se posèrent sur la joue de l’humaine, proches, très proches de la commissure de ses lèvres. Ce que les humains appellent bisou, se termina aussi rapidement qu’il avait commencé. La représentante fit un pas en arrière et réajusta le col de sa tenue.

« La prochaine fois que tu fais ça sans ma permission… je t’embrasse à un autre endroit et tu vas faire un tour de manège ! »

Elle sourit très largement. Fière de sa blague, enfin, de sa menace… elle émit un petit son gloussé.

« J’en ai assez de travailler et il se fait gentiment tard. »
Poursuivit-elle.

Qu’importe si l’humaine s’intéresserait à son aptitude à bouger rapidement et faire des clés de bras. Elle était drelle, elle avait de la fierté. Elle était issue d’un peuple valeureux qui n’avait pas pour coutume de se laisser tripoter comme des animaux de foires. Extinction ou pas, il ne fallait pas pousser le bouchon trop loin.

C’est à ce moment-là qu’un badaud, humain décérébré de son état, décida de lui toucher les fesses en passant. Déjà passablement agacée par le peu de considération de l’humaine, ce fut la goutte d’eau qui fit déborder le vase de sa patience. Le rire graveleux de la créature perverse fut fauché par un front kick qui vint le cueillir sous le menton. Alors que le corps basculait en arrière, la jambe le faucha encore, au niveau du flanc. Heureusement pour l’humain, elle avait un peu d’éducation et d’entraînement. Le pied se reposa au sol et non sur son crâne. On lui avait toujours reproché son impulsivité durant sa formation. Elle reconnaissait avoir toujours quelques progrès à faire à ce niveau. Elle souffla bruyamment. Sa collerette se rétracta. Elle avait horreur des mâles et de leur suffisance vis-à-vis des femelles. Kydra n’était pas la première à se montrer curieuse et lui, n’était pas le premier malotru qui recevait une correction. Elle tourna les talons, menton lever, le maintien altier.

« Allons-y. »


Elle reprit sa marche, désireuse de ne pas trainer ici, sans réellement avoir choisi où elle voulait aller. Elle n’était pas certaine de vouloir aller boire un verre où fêter quoique ce soit. Elle se massa les tempes.

« J’ai besoin de calme, pourrions-nous gagner un lieu plus privé ? »

Elle avait besoin de méditer. Ces marchandages l’avaient vraiment usée mentalement. La nature hypocrite et arriviste de ces échanges étaient à vomir. Heureusement qu’elle n’avait pas trop souvent ce genre de mission. Elle avait besoin de se vider l’esprit. Elle se sentait irritée par chaque regard curieux qui la croisait. Eh, quoi ! Tu n’as jamais vu une drelle en robe, chacal faisandé.

Il faut dire qu’elle n’était pas arrivée très tôt et que désormais le nombre d’alcoolisé devait dépasser celui des sobres. Elle se fraya avec souplesse entre la foule pour quitter ce secteur trop animé. Elle s’en remettait à son guide pour la suite.

HRP:
 





Fiche de personnage - Carnet de bord
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Pacificateur
Rang : Déesse
Voir le profil de l'utilisateur


Estomac Tendre
Messages : 409

MessageSujet: Re: Cordiales salutations   Lun 18 Juil 2016, 01:20

Mais cette fois ci, la réaction de la drell fut physique. Elle attrapa sa main et l'écarta d'un mouvement vif avant de poser ses lèvres sur sa joue. Kydra écarquilla les yeux, elle s'était attendue à tout sauf à ce genre de réactions. L'instant fut bref et la représentante se recula avant de reprendre la parole.

La prochaine fois que tu fais ça sans ma permission… je t’embrasse à un autre endroit et tu vas faire un tour de manège !

L'humaine comprit l'allusion et cela l'étonna davantage, mais elle se rappela rapidement de sa réaction lors de leur rencontre. Le contact tactile devait être quelque chose de très important pour les drells mais Tori ne s'en était pas offusquée et était même rentrée dans son jeu. Et dire que Kydra pensait qu'elle allait faire chier un VIP, elle se retrouvait avec une drell qui ne semblait pas dérangée à l'idée d'un rapprochement physique avec elle, les systèmes Terminus n'étaient décidément jamais à court d'idée pour la surprendre.

J’en ai assez de travailler et il se fait gentiment tard.

La mission redevint rapidement le centre des préoccupations de Kydra qui n'avait à vrai dire, toujours pas réfléchi à la suite. Mais un autre incident surprenant eut lieu, un humain passa derrière Tori et posa sa main sur l'une de ses fesses ce qui fit rire l'humaine. Elle adorait voir ces personnes de la « haute » découvrir la nature d'Oméga directement sur le tas et de cette manière, et elle ne faisait rien pour l'empêcher. Si à une époque on avait énormément abusé de Kydra lorsqu'elle était esclave, à l'heure d'aujourd'hui, très peu de personnes sur la station osaient l'approcher de cette manière, peu importe leur état. Elle était de base une humaine très grande pour son espèce et taillée pour le combat, mais c'était surtout sa réputation qui faisait que l'on savait à quoi s'attendre en l'approchant ainsi.

Mais Tori n'eut pas la réaction escomptée. Elle se retourna et frappa violemment l'homme de sa jambe par deux fois et avec une grande précision. Il tomba au sol et la drell se détourna.

Allons-y. J’ai besoin de calme, pourrions-nous gagner un lieu plus privé ?

Kydra était encore surprise de ce qu'il venait de se passer. Il allait falloir parler à cette drell.

Bien suis moi.

La jeune femme venait d'improviser une destination dans un lieu qui lui était très familier. Quittant la foule qui se faisait de plus en plus agitée au fur et à mesure que le temps passait, elle emmena Tori en plein territoire pacificateur. Les deux femmes arrivèrent devant un bâtiment dont la moitié de la structure s'était effondrée, gravissant les décombres pour atteindre le toit. Une fois la drell arrivée au sommet, Kydra tendit la main vers la vue qui s'offrait à elle. En effet le bâtiment se situait au bord du vide et donnait une vision imprenable sur le reste de la station.

C'était un établissement autrefois, mais il a été détruit pendant la guerre. C'est un coin que j'aime fréquenter de temps à autre, mon appart' est tout proche et nous sommes en plein quartier pacificateur, pas loin des chantiers des arènes, personne ne passe par ici. Hormis des travailleurs de temps à autre. Nous serons donc tranquilles.

L'humaine s'assit et ouvrit une des malles qu'elle laissait ici, attrapant un paquet de céréales asari qu'elle tendit à Tori avec un sourire.

Goûtes c'est excellent.

La représentante s'installa à son tour et Kydra attendit qu'elle ait fini d'observer son environnement avant de lui parler.

Dis moi, t'es pas une vraie commerçante hein ? Je n'ai pas côtoyé beaucoup de drells dans ma vie mais je sais reconnaître une personne sur les nerfs quand j'en vois une. Et puis ce que tu as infligé à cet homme... Des coups aussi rapides et précis ne peuvent provenir que de quelqu'un qui a été entraîné à combattre.

A cet instant, Kydra remarqua qu'elle ne savait rien sur le système drell, leur gouvernement, leur armée, s'il en avait une ? Elle n'était en aucun cas capable d'émettre une quelconque théorie sur l'origine des compétences de Tori. Ce manque de connaissance était d'autant plus flagrant quand un membre en chair et en os de la race concernée vous fixait actuellement droit dans les yeux.

Cependant, je comprends si tu n'as pas envie d'en parler ou si tu n'en as pas le droit, c'est pas le but de ma mission de te poser des questions.

La jeune femme se penchait en avant pour réitérer son exploration tactile de la tête de la drell, mais elle se souvint juste à temps de l'incident un peu plus tôt. Elle se redressa et croisa les bras en sortant les lèvres. L'idée de se faire « punir » de la sorte ne la dérangeait pas du tout, mais elle préférait pour l'instant rester entièrement concentrée dans l'éventualité d'une attaque, bien que la probabilité était faible dans un lieu si retranché. A la place, Kydra attrapa une partie de sa chevelure noire et la passa par dessus le crâne de Tori, ce qui était possible grâce à sa longueur capillaire.

Ça t'irait bien aussi je trouve. Jamais pensé à acheter une perruque ?

Kydra eut un léger rire avant de rappeler ses cheveux à l'ordre d'un coup de tête, ils se replacèrent bien droits dans son dos sans crier gare. L'humaine plongea ensuite complètement son bras dans le paquet de céréales en attendant la réponse, si elle souhaitait en donner une, de Tori. Elle scruta furtivement le reste du toit, il devait bien y avoir un bol et du lait qui traînait dans le coin non ?






Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Concilienne
Rang : Chasseresse (Enfants d'Amonkira)
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4020-tori-jorunn#60283
http://www.masseffect-reborn.fr/t4021-tori-jorunn#60284


Messages : 175
Crédits : moi-même

MessageSujet: Re: Cordiales salutations   Mar 19 Juil 2016, 23:56
Quelle délicieuse innocence.

Le bras de la créature reptilienne imita celui de l'humaine et pris une poignée. Elle croqua dans la poignée de céréale qu'elle venait de porter à sa bouche. Texture intéressante.

« Je suis une représentante diplomatique qui a plusieurs dicastères. Je peux donc m'occuper d'affaire commerciale comme diplomatique. »


Elle renifla brièvement. Sur les nerfs, hein ? Elle ne se sentait pas agacée. Elle s'évertuait simplement à faire respecter sa dignité. Les étranges yeux cillèrent et elle repoussa doucement les mèches de cheveux qui dansaient devant ses yeux. Elle les pinça entre ses mains à "quatre" doigts.

« Les cheveux, c'est un concept de beauté étranger à ma race. Je trouve même cela profondément bizarre. »
Elle haussa les épaules. "Sans vouloir te vexer. Nous utilisons des parures, des bijoux, mais pas de perruque." Les cheveux filèrent entre ses doigts lorsque l'humaine les ramena dans son dos. La sensation était douce.

« J'aurais l'air plus humaine, c'est sans doute ce qui te semble bien ? » Une discussion philosophique que voilà.

Elle reporta son regard sur le paysage. L'ambiance d'Omega était réellement particulière. Les relents qui lui remontaient lui inspiraient des sentiments contradictoires. Elle était cependant reconnaissante à sa guide de l'avoir mené dans ce genre d'endroit. Les ruines avaient une âme et les émotions qui jonchaient le sol lui provoquaient myriade de sensations. Elle vivait sur les ruines d’une civilisation, elle était considérée comme un vieux monument. Quelque chose qu’on touche avec curiosité, comme un vestige. Malgré tout, dans ces ruines, une sensation de vie émergeait, malgré la destruction. Elle était si troublée en son soi, elle ferma ses doubles paupières et respira profondément. Ressentir sa place dans le monde, vivre ou survivre. Elle s’épanouissait seule dans un désert, s’émerveille dans une civilisation extérieur, s’attendrit dans sa colonie. Elle vieillit. Une douce amertume baigne ses pensées. Elle la ressent, palpitante. Ce chemin poussiéreux qui la fait paraître ainsi. Ce chemin qui la fait se tenir devant une étrangère.

« Au milieu des ruines, nous évoluons.
Notre Foi nous guide à travers l’ombre.
Nos trois Mères nous révérons.
Malgré notre perte.
Notre chagrin.
Nous marchons. »


Elle pinça ses lèvres. Ils verront tous, la civilisation drelle renaître de ses cendres. Certainement qu’elle, Tori, serait morte quand cela arriverait, mais elle aura participé de son mieux à cet avènement. Alors, les drells, au sommet de ces ruines, pourrons méditer et éprouver pour elle la joie et la paix qu’elle ne pouvait obtenir.

« Pourquoi crois-tu que mon espèce est réputée pour ses combattants ? »

Parce que nous sommes drells et c’est être fort, c’est être un petit lézard des déserts qui malgré tous les coups des sorts se tient toujours debout.

« Ce serait comme les Asaris et leur biotique, les krogans et leur force, … les humains et leur bêtise ? »

Un rire ponctué d’une pousse amicale de l’épaule concluent sa phrase. Tu me taquines, je te taquine. L’humaine avait l’air d’avoir un sens de l’humour assez prononcé. Elle s'était permise bien des familiarités, c'était donc un juste retour des choses qu'elle subisse elle aussi quelques boutades.

« Les drells apprécient philosopher, en général. On peut donc ajouter cela à mon tableau. Tu vois, je suis quelqu’un de très polyvalent. »

« Quelle est ta fonction, ici ? »


L’humaine lui faisait la politesse de s’intéresser à elle, il était normal qu’elle la lui retourne. Elle était d’ailleurs une drelle curieuse, ajoutons cela à son cheptel. Elle était assez curieuse de l’évolution de la station. Il s’était passé ici beaucoup de chose, l’atmosphère était légèrement différente de ce qu’elle avait connu auparavant. Elle n’avait jamais véritablement apprécié Omega, mais y avait souvent été. Cet endroit était véritablement une plaque tournante. Au final, le sentiment majoritaire ici, c’était la tristesse. Cet endroit était triste.


Fiche de personnage - Carnet de bord
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Pacificateur
Rang : Déesse
Voir le profil de l'utilisateur


Estomac Tendre
Messages : 409

MessageSujet: Re: Cordiales salutations   Ven 19 Aoû 2016, 18:11

Tori imita l'humaine avant de répondre.

Je suis une représentante diplomatique qui a plusieurs dicastères. Je peux donc m'occuper d'affaire commerciale comme diplomatique.

Une unité multitâche ? Il devait donc s'agir d'un individu important et précieux pour leur organisation. Peu étonnant donc que son arrivée sur Oméga ait nécessité une escorte.

Les cheveux c'est un concept de beauté étranger à ma race. Je trouve même cela profondément bizarre. Sans vouloir te vexer. Nous utilisons des parures, des bijoux, mais pas de perruques. J'aurais l'air plus humaine, c'est sans doute ce qui te semble bien ?

Pas vraiment. Les différences morphologiques des autres races, toutes aussi étranges pouvaient elles être, étaient ce qui leur apportait ce côté exotique, cette fascination envers le différent pour certains et le dégoût pour d'autres. Kydra ne comparait certains de ces attributs que par pur plaisir, ajouter des cheveux à un drell reviendrait à ajouter des mandibules à un humain, effacer les caractéristiques propres à une race et leur faire perdre ce côté fascinant. Quoique, dans certains cas, le résultat pouvait être amusant.

Plus humaine, je ne pense pas, plus amusante à regarder en revanche... Ce n'était pas du tout une remarque xénophobe, j'apprécie les races comme elles le sont, vouloir y changer quelque chose serait tout aussi logique que de mettre de la barbe sur une femme ou des seins sur un homme. Enfin en ce qui concerne les humains évidemment...

Elle s'était embrouillée dans sa réponse, avait elle vexé la drell ? La jeune femme avait horreur des conflits en ce qui concernait les différences raciales, et elle espérait que Tori n'était pas le genre de personnes à s'offusquer rapidement sur ce sujet. Mais la voix de la femme était dénué d'animosité.

Au milieu des ruines, nous évoluons. 
Notre Foi nous guide à travers l’ombre. 
Nos trois Mères nous révérons. 
Malgré notre perte. 
Notre chagrin. 
Nous marchons.

Gargouillis. Kydra garda le silence suite à ce que venait de sortir Tori, complètement choquée, non pas par ce qu'elle venait d'entendre, mais par ce que cela lui remémorait. L'humaine replongea dans ses souvenirs, à une époque où elle n'était encore qu'une jeune fille, rêvant de devenir une grande artiste une fois adulte. Temps où elle avait étudié avec acharnement nombre d’œuvres du passé, augmentant ainsi ses connaissances littéraires et artistiques, souhaitant devenir celle qui marquerait l'histoire de par l'expression de son art et de sa voix. Personne dans son entourage n'aurait pu deviner ce qu'elle allait devenir, sombrant dans la folie suite à l'esclavage et aux arènes d'Oméga, devenant une machine à tuer. Même si elle avait retrouvé sa conscience, personne sur Oméga n'avait pu lui rappeler et la confronter aussi brutalement à ce qu'elle avait été autrefois.

Pourtant, Kydra ne regrettait en rien ce qu'elle était devenue. Elle était forte et possédait une puissance qui lui permettait de marquer les choses bien plus efficacement qu'avec de l'art. Alors pourquoi sentait elle une larme lui couler sur la joue ? Pourquoi alors qu'elle ne ressentait rien si ce n'est la fierté du résultat ? Y'avait il encore comme récemment une autre Kydra dans les tréfonds de son esprit, ne pouvant montrer son existence que via certaines émotions ? Elle refusait d'y croire, elle était saine désormais, les conflits psychologiques, tout ça c'était du passé. Ce salopard de passé, il n'était source que de problèmes, aussi l'humaine ferma entièrement son esprit, y effaçant tout et se reconcentrant sur la discussion et sur Tori, essuyant cette larme d'un revers de la main.

Pourquoi crois-tu que mon espèce est réputée pour ses combattants ?

Question rhétorique ?

Ce serait comme les Asaris et leur biotique, les krogans et leur force...

Oui, c'en était une.

…Les humains et leur bêtise ?

La drell se mit à rire mais Kydra ne pouvait qu'approuver. L'alliance en tout cas était une énorme blague.

Les drells apprécient philosopher, en général. On peut donc ajouter cela à mon tableau. Tu vois, je suis quelqu'un de très polyvalent.

En effet, quelqu'un de très surprenant.

Quelle est ta fonction, ici ?

Kydra espérait que Tori ne s'attendait pas à une réponse tout aussi valorisante que la sienne et la jeune femme n'était pas du genre à mâcher la réalité pour la rendre plus fondante.

Tuer. Tout ceux qui s'opposent aux pacificateurs, les traîtres, et bien entendu, le conseil mercenaire. Mais je fais également en sorte de recruter le plus possible et je ne m'arrêterai pas tant que le cul d'Anton ne sera pas sur le trône d'Oméga. Le système qui a été mis en place après le crépuscule ne fonctionnera jamais à long terme, tôt ou tard un autre conflit éclatera, et c'est à ce moment là qu'il faudra frapper fort. Mes objectifs personnels s'étendent bien plus loin que la station, mais c'est un début nécessaire.

La jeune femme tourna sa tête vers Tori.

Passionnant n'est ce pas ? C'est une assassine qui t'escorte. Une racaille de plus parmi la vermine qui peuple Oméga.

Kydra se pencha en avant et approcha son visage de celui de la drell en souriant.

J'imagine que ça doit être dégradant pour toi, une émissaire aussi importante, de discuter avec quelqu'un comme moi.


Depuis le début, la drell s'était avéré surprenante, non pas simplement dans ses capacités, mais aussi dans son comportement. Elle ne s'était jamais offusquée et était rentrée dans le jeu de Kydra à plusieurs reprises. Rajoutant à cela la spontanéité de ses réactions et ses supposés talents de combattante, l'humaine appréciait beaucoup Tori. Mais elle refusait de s’intéresser davantage à elle avant d'avoir évalué le gouffre qui les séparait, une précaution nécessaire due au fait que l'écailleuse n'était pas d'Oméga.

Kydra attendit la réaction de l’intéressée et lui tira la langue.





Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Concilienne
Rang : Chasseresse (Enfants d'Amonkira)
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4020-tori-jorunn#60283
http://www.masseffect-reborn.fr/t4021-tori-jorunn#60284


Messages : 175
Crédits : moi-même

MessageSujet: Re: Cordiales salutations   Mer 24 Aoû 2016, 21:26
L’œil reptilien nota la présence de la larme. Clignement d’yeux. Elle ne commenta, ni ne se permit aucune conclusion. La suite de sa réponse donna à cette larme une lumière étrange. Autant la première réponse lui convenait. Tuer était une bonne réponse, autant la qualification d’assassin lui semblait un peu négative. Ou alors était-ce le lien direct avec le qualificatif « racaille » ? Elle ne saurait dire réellement. L’humaine méritait réellement qu’on prête attention à sa personne.

« Avais-tu entendu parler des Enfants d’Amonkira avant ma venue ? »

Son organisation était surtout connue du milieu drell, elle ne pensait pas que l’humaine en ait entendu parler. Elle ne chercha pas à éloigner son visage, les yeux sombres étaient striés de teintes mordorées. Ils ont de par leur étrangeté, une étrange et dérangeante manière de fixer. Plusieurs humains lui avait fait cette remarque par le passé. Parfois, elle s’imaginait capable de lire ou de ressentir vibrer les âmes au fond des yeux qui lui faisaient face. Certainement parce que ses yeux à elles étaient complètement différent. Pour sa part, elle appréciait les variations de couleurs et les desseins colorés des yeux d’humains. Ils lui semblaient perçants à travers leur petitesse. La différence est une charmante séductrice, effrayante.

« Il faut donc relativiser l’importance de mon statut. J’ajouterai que ton métier ne me fait ni chaud, ni froid. Je trouve cela flattant. Un assassin en vie est généralement gage d’efficacité… »

Elle sourit, d’efficacité et de chance. A de nombreuse occasion, la mort était passé à quelques centimètres et elle n’avait pas l’impudence de tout mettre sur le compte de ses compétences. Les Déesses veillaient sur elle. Elle ressentait un profond sentiment de gratitude. Cette seule certitude la rendait heureuse. Ses yeux n’étaient plus baignés de larmes, elle était sereine. En réalité, si le mot assassin pouvait correspondre à l'humaine et à une partie de la vie de la drelle, cette dernière y voyait là une grande différence. Elle savait que les autres races n'avaient pas du tout le même rapport qu'eux à l'acte de donner la mort. Elle avait vu et lu la souffrance et les traumas, les déviances causées par ce genre de faits chez d'autres. Elle s'y était intéressée pour comprendre une psychologie qu'elle n'expérimentait pas. Elle avait beau eu se documenter, elle n'était pas très certaine de pouvoir imaginer les conséquences. Elle ne pouvait pas savoir à quel point l'humaine était sincère, mais ses réponses étaient teintées d'amertumes. Elle savait aussi qu’elle avait grandi à travers une communauté fermée et cloisonnée qui lui offrait peu de recule. Cette vie acète l’avait façonnée et privée de bien des expériences.

« J’aime, par ailleurs, discuter avec tout individu que je rencontre. C’est enrichissant. »

Elle ne savait pas sur quel compte mettre les provocations de l’humaine. Elle lui faisait penser à une petite chose immature qui se débattait dans le marasme d’Omega et d’une vie bien trop sombre. Ou alors quelqu’un en train de jouer une étrange danse verbale bien moins innocente qu’il n’y paraissait. Elle avait beaucoup appris d’Omega en quelques mots échangés. Comme présumé, la situation était digne de la station et elle ne doutait pas que le chaos et la violence la gagnerait à nouveau. Qu’importe le nouveau nom de son dirigeant, Anton, Ivan, Boris ou encore Rebecca.

« Je te remercie d’avoir partagé autant avec moi. »


Si elle avait été l’humaine, elle se serait certainement hasardée à toucher sa joue, essuyer la trace encore humide. Finir ce que le revers de main avait auparavant initié. Tori resta cloitrée sur sa réserve et détourna le visage pour observer le paysage qui s’offrait à elle.

« Est-ce que tu tues dans le respect ? Moi, je trouve cela important. »

Respect était le mot qui lui semblait le plus proche. Quelle étrange discussion. Elle sourit au vide.


Fiche de personnage - Carnet de bord
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Pacificateur
Rang : Déesse
Voir le profil de l'utilisateur


Estomac Tendre
Messages : 409

MessageSujet: Re: Cordiales salutations   Mer 21 Sep 2016, 19:05

Fascinant. L'iris humain était déjà en soi une petite merveille, unique en son genre pour chaque individu, une multitude de couleur et de motifs qui laissaient place au néant en son centre, un tourbillon noir qui ne pouvait qu'aider à l'imagination de l'âme qui se cachait derrière. Mais il y avait beaucoup plus fascinant. Kydra se souvenait parfaitement de toute les fois où son regard avait croisé celui d'un chat. Un regard plus transperçant, plus sauvage, elle avait toujours eu l'impression dans ces moments que le chat était un être véritablement intelligent et qu'il l'observait, la jugeait en silence, derrière son apparent statut d'animal de compagnie. Une observation valant également pour de nombreuses autres espèces.

Mais ce n'était pas vraiment un chat que Kydra regardait actuellement. Cette impression d'intelligence s'avérait pour le coup réelle et cela lui donnait des frissons.

Avais-tu entendu parler des Enfants d’Amonkira avant ma venue ?

Hum...

Il faut donc relativiser l’importance de mon statut. J’ajouterai que ton métier ne me fait ni chaud, ni froid. Je trouve cela flattant. Un assassin en vie est généralement gage d’efficacité…

D'efficacité ? Une guerrière reste en vie si elle est suffisamment forte pour ? C'est ce qu'elle avait longtemps voulu penser. Que toute survie ne dépendait que de soi, de sa volonté et de sa force. Et seul un idiot ou un fou persisterait à penser ainsi après avoir expérimenté cette vie. C'était un important facteur certes, mais le monde ne tournait malheureusement pas ainsi.

J’aime, par ailleurs, discuter avec tout individu que je rencontre. C’est enrichissant.

Kydra haussa un sourcil. Pour le coup, elle se sentait parfaitement ridicule. Tori semblait vraiment sincère et elle ne la jugeait pas sur sa couverture, ce que la jeune femme était complètement en train de faire... Bordel, elle devait se ressaisir. Mais elle atteignait un domaine qu'elle ne connaissait guère. Rares étaient les personnes avec lesquelles elle avait autant conversé et Kydra ne savait pas vraiment comment faire pour améliorer une relation, bien se faire voir, elle avait peur de mal faire, que les rares personnes qui s’intéressaient vraiment à elle s'éloigne à cause de son comportement.

Elle avait parfois envie de leur hurler à quel point elle tenait à eux, à quel point ils étaient importants pour elle, même pour juste lui avoir parlé quelques minutes. Mais le stress faisait pire que mieux et elle les perdait. Ceux qui étaient restés s'étaient avérés n'être en réalité que d'excellents comédiens, tentant de se rapprocher d'elle pour mieux la trahir, et elle, elle mordait à pleine dents dans l'hameçon comme une idiote tant sa solitude lui pesait. Jouer la dure à cuire solitaire c'était une chose, mais il fallait réussir ensuite à supporter l'énorme manque affectif que cela causait. Et ça, aucun entraînement ne pouvait y changer quelque chose. Il ne s'agissait cependant malheureusement pas d'un comportement voulu. Quand on arpentait les bas fonds d'Oméga pendant des années sans aucune possession, on apprenait rapidement à devoir se battre et à se renfermer de ce monde extérieur pour survivre, pour rester sain, surtout quand on était une ancienne esclave terrorisée à l'idée d'être de nouveau renfermée un jour. Un mécanisme d'auto défense qui ne l'avait pas quitté, pas même alors qu'elle avait récemment retrouvé une vie « normale », ce qui avait pour résultat que ses sentiments étaient toujours décuplés.

Narak ? Il était l'exemple même du problème. Le butarien ne s'intéressait uniquement à Kydra que parce que leurs objectifs convergeaient. Une fois Jikew mis hors d'état de nuire, que ferait il ? Personne ne voulait réellement s’intéresser à une tarée dangereuse, merveilleux moyen de défense, terrible blessure de l'esprit.

Je te remercie d’avoir partagé autant avec moi.

Kydra sursauta. C'était comme si la drell venait de lire dans ses pensées. Cette dernière se détourna.

Est-ce que tu tues dans le respect ? Moi, je trouve cela important.

Enfin matière à oublier les troubles de son esprit.

Hum, à vrai dire...

Un autre dilemme. A en juger par l'état de sa dernière victime, il était difficile d'imaginer formuler une réponse positive. Mais elle ne voulait pas lui mentir. Quitte à la perdre, autant rester franche jusqu'au bout.

Disons que quand on a longtemps combattu dans les arènes où la mort se doit d'être spectaculaire pour faire plaisir au public... J'ai appris à aimer ça, prendre une vie alors qu'elle se débat encore entre tes mains. Mais par contre, je dois avouer éprouver un profond respect envers les grands guerriers, envers ceux qui m'opposent une résistance farouche.


Le souvenir de son combat contre Rhys passa rapidement dans son esprit.

J’espère qu'un jour je mourrai de la main de quelqu'un qui me considérera comme le plus puissant adversaire qu'il ait eut à combattre. Une demande sans doute indigne au vu du nombre de vies que j'ai pris sans aucune considération.


Peut être était-ce ce qu'elle cherchait inconsciemment après tout ? A toujours vouloir le conflit, peut être souhaitait elle trouver la personne qui la tuerait, qui achèverait ainsi sa courte existence emplie de souffrances parce qu'elle n'avait pas le courage de le faire elle même ?

Bordel.

Kydra chassa ces pensées néfastes de son esprit. Elle qui s'était considérée optimiste...Bravo.

La jeune femme reporta son attention sur la drell. Elle avait envie de jouer franc jeu, d'essayer quelque chose de différent cette fois. Merde aux considérations morales et débats intérieurs en tout genre, elle allait s'ouvrir entièrement. Victoire ou échec critique, ça, seul le destin allait en décider.

L'humaine posa sa main sur celle de Tori.

Tori... Je te remercie... Sincèrement. Ceci ne représentait sans doute que quelques mots avec une inconnue pour toi, mais il s'agit de bien plus à mon égard.

Quitte à avoir l'eau autour du cou, autant s'immerger entièrement.

Je n'ai pas franchement l'habitude de réellement parler avec quelqu'un, même si ton intérêt pour moi s'arrête à mon statut de garde du corps, ça me suffit. Je tenais juste à te dire à quel point ce genre de conversations est important pour moi.

La jeune femme retira sa main et referma son esprit par la même occasion, de peur d'y déranger ce qui ne devait pas l'être. Mais cela n'empêcha pas une immense gêne de s'emparer d'elle lorsque le silence accueillit ses propos. Elle attendait la réaction de Tori en agonisant dans son coin. Bon sang, voilà bien un ennemi qu'elle ne savait pas combattre.





Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Concilienne
Rang : Chasseresse (Enfants d'Amonkira)
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4020-tori-jorunn#60283
http://www.masseffect-reborn.fr/t4021-tori-jorunn#60284


Messages : 175
Crédits : moi-même

MessageSujet: Re: Cordiales salutations   Mar 27 Sep 2016, 00:11
Une arène ? Ça aussi ça lui était étranger. Elle s’en faisait une idée très pittoresque. Elle n’était pas très portée sur les arts. Elle appréciait toutefois la beauté d’un combat et l’adrénaline d’un duel. Ça, elle connaissait. Elle avait pratiqué dans sa jeunesse. Cette expérience pouvait expliquer l’idéalisation admirative que l’humaine semblait avoir pour les combattants expérimentés. En tout cas, son espoir était un peu effrayant. La drelle était interloquée. Elle sut toutefois ne pas en montrer de signe extérieur et elle lui répondit avec calme.

« Digne, pas digne, ça n’a pas d’importance. Est-ce vraiment toi qui les as prises, après tout ? Personnellement, lorsque j’ôte une vie pour le compte de quelqu’un ou d’une cause… eh bien, mon âme n’est pas entachée. L’acte est dissocié et il appartient à son commanditaire. C’est une particularité drelle qui fait l’efficacité de nos combattants. Être au clair là…» Elle posa un indexe sur son front. « Ca permet de voler plus haut. Et sereinement. En fait, c’est beaucoup plus compliqué, mais c’est une bonne image. »

« Cela dit, ton rêve est pourri, miss. Vraiment pourri… Comment peux-tu espérer mourir… ? Chaque vie est précieuse ! Bon, tu me diras, il y a tellement d’humains qu’un de plus ou de moins… c’est vrai que tu n’as pas de problème d’extinction sur la conscience. »

Elle sourit, pourtant le sujet est grave. Elle l’allégeait d’une boutade raciale, mais alléger le propos par une idée collective était un leurre. N’avait-elle pas d’estime pour elle-même ?

« Tant que tu porteras ces chaines, pourras-tu vraiment devenir une combattante d’exception ? Je n’en suis pas certaine. L’impulsivité et le manque de rationalité ont causé plus de dégâts que les combattants d’exceptions. Loin de moi de prétendre que tu es une combattante irréfléchie. Mais vu que tu te confies à moi… j’émets un avis. Je ne te connais pas assez pour tirer de réelles conclusions. Tu regrettes de m’avoir remerciée, maintenant ? »

Elle haussa les épaules, son visage étrange s’articula sur une moue.

« Mes professeurs m’ont toujours reprochés mon impulsivité. Heureusement pour moi, je suis devenue un peu vieille et ennuyante. Ca compense. Enfin... ces mots, prends-les comme tu le sens, je ne juge pas... »


L’humaine était touchante. Si elle n’avait pas l’habitude de parler, c’était révélateur d’une grande solitude. Pour qu’une conversation si anodine lui semble si importante et sortant de l’ordinaire, c’était vraiment révélateur. Elle peinait à imaginer la vie et le quotidien de l’humaine. Son corps ne donnait pas beaucoup d’informations, pas plus qu’elle n’en connaissait. Elle ne voulait pas la mettre mal à l’aise. Ce n’était pas le but de cette conversation. Cependant, si ces quelques mots lui avaient fait du bien, il aurait été dommage d’avorter leur échange.

« Au fond, si je comprends bien, tu es bien seule… »


Quelque part, on l’est tous un peu, mais la souffrance engendrée est un facteur variable.

« … Et mon intérêt pour toi ne s’arrête pas à ton statut de garde du corps. Je suis curieuse de cette rencontre et sur ce qu'elle va apporter. Tu vois... on va certainement se quitter à l'issue de ta mission, mais peut-être pas définitivement, ou alors on aura grandi toutes les deux de cette rencontre.»


La main verte revient chercher celle de l’humaine et la serre, un peu fort. C’est un moyen de communiquer quelque chose de plus fort que des mots. Par ailleurs, le contact avec la peau d’humain finissait par l’amuser. C’était vraiment étrange et chaud. Tori était curieuse et empathique en tant que personne. Elle était intriguée, piquée au vif par cette étrange humaine. Elle s’ouvrait pour se recroqueviller. Comme cette main posée sur elle qui était bien vite repartie. Un ballet étrange, un pas dans un sens, dans un autre. Cette femme au langage dur et cru lui semblait à l’opposé, étrangement timide et gênée. Il était étrange de voir différentes facette d’une personnalité s’exprimer.

« Si j’étais un peintre, je te dessinerais de manière très mélancolique… »

Sa main libre dessina quelques mouvements dans les airs, face à elle. « …regardant le vide, ces ruines… »

Un bref silence.

« C’est dommage, je ne sais pas peindre. »




Fiche de personnage - Carnet de bord
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Pacificateur
Rang : Déesse
Voir le profil de l'utilisateur


Estomac Tendre
Messages : 409

MessageSujet: Re: Cordiales salutations   Dim 09 Oct 2016, 19:00

Difficile de rester indifférente une fois que le seuil de tolérance était dépassé. Et actuellement, Kydra était terrorisée. Terrorisée par cette main qui était revenue sur la sienne. C'est ce qu'elle avait espéré d'une certaine manière, cet acte de compassion venant d'autrui, mais sur le fait les choses étaient complètement différentes. La jeune femme voulait se blottir contre Tori, profiter de cette ouverture qui venait de se créer pour satisfaire tous ses besoins, tout ce qui n'allait pas, oublier tout le reste sans aucune forme de pitié. Mais elle savait, elle savait qu'il s'agissait d'un jeu dangereux, d'une voie qui ne menait bien souvent qu'à une souffrance plus grande encore, et qu'ignorer le démon ne faisait que le rendre plus violent.

L'humaine était déchirée, comme si les deux Kydra s'étaient dissociées à nouveau, s'affrontant désormais à armes égales. La jeune femme de l'alliance pleine d'optimisme et de rêves et le monstre qui était né sur Oméga prônant l'efficacité au delà de tout.

Si j’étais un peintre, je te dessinerais de manière très mélancolique…

Un bref mouvement dans les airs.

…regardant le vide, ces ruines…

C'était ça le résultat. Elle avait agit comme une conne une fois de plus, détruisant cette image de la puissante guerrière, courbant l'échine à la moindre difficulté, au moindre manque. Perdant toute la crédibilité de son jugement au vu de la facilité de sa soumission et abandonnant ainsi le peu de valeur encore présent. Une enveloppe fissurée, remplie d'émotions négatives et qui essayait de se donner une constance, une présence aussi imposante que les autres mais qui était en réalité complètement vide. Pourquoi un tel être méritait de continuer à exister ? Par égoïsme. Une enfant ne répondant qu'à ses désirs vides et utopiques, détruisant la vie d'autrui sans aucune considération.

C'était ce qui l'avait marqué le plus durant le crépuscule. Ces ennemis à la volonté puissante, des personnes qui avaient trouvé leur place, un sens qu'ils espéraient être le bon, s'éveillant ainsi à une nouvelle forme d’existence que Kydra n'avait jamais pu qu'effleurer du regard. Sans doute avait elle du défier le destin à un moment dans sa vie, survivant là où elle aurait du mourir, ne laissant place à aucun développement, aucun futur possible, donnant naissance à cette enveloppe abandonnée et déchirée. Ses appels à l'aide avaient été étouffés par sa propre volonté. Elle avait cru à de nombreuses reprises rétablir l'ordre et la stabilité, en vain.

Kydra n'était rien. Un rien qui souhaitait tant être quelque chose.

Et cette main innocente qui la serrait, ignorant tout de ce qu'il se cachait à l'intérieur.

La jeune femme retira la sienne et se leva. Au moins, elle pouvait tenter une bonne action, éloigner les bonnes personnes de son égoïsme et de son existence.

Je suis désolée Tori, je n'aurais pas du dire ça.

Kydra détourna son visage. Juste à temps, des larmes apparurent sur sa peau. Il y avait des limites que la jeune femme ne pouvait supporter.

Il faut te trouver un endroit pour la nuit.

Époussetant ses gants, elle entama la descente, sans un regard en arrière. Il allait falloir repasser par cette étape humiliante, l'oubli. C'était à vrai dire, la seule chose qui la séparait véritablement d'une balle dans la tête.





Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Concilienne
Rang : Chasseresse (Enfants d'Amonkira)
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4020-tori-jorunn#60283
http://www.masseffect-reborn.fr/t4021-tori-jorunn#60284


Messages : 175
Crédits : moi-même

MessageSujet: Re: Cordiales salutations   Lun 17 Oct 2016, 16:50
Du velours noir de ses cheveux à celui courbé de ses cils, pensive contemplation. L’image se brise sur un élan trop vif. Elle se leva à sa suite. Désolée. Ah. Avait-elle dit quelque chose de d’indélicat ? Certainement. Elle se le reprocha.

« C’est moi qui m’excuse, je ne sais pas vraiment… je ne suis pas vraiment une personne aux propos délicats... Je crois. Pas humains en tout cas. »

Elle s’agaçait un peu de sa maladresse. Elle avait toujours du mal avec les humains et leur psychologie. Elle avait du mal avec la psychologie tout court. Elle détonait, pensait étrangement. Etrangère aux normes sociales, tout simplement, elle avait souvent eu quelques soucis d’adaptation. Au final, mis à part pour les cours d’infiltrations, on ne lui avait jamais demandé d’être quelqu’un de liant. Elle avait été épargnée de tous ces soucis émotifs. Elle avait fréquenté des gens plus par convenance que par besoin profond. Par curiosité surtout. Lorsqu’elle avait compris que pour mieux travailler, connaître l’autre avait un intérêt stratégique. La sexualité était également un besoin biologique qui lui permettait de s’équilibrer. Il était vrai que l’âge lui avait apporté ce brin de sagesse et elle avait dit un peu adieux à cette jeune impulsive et solitaire qu’elle était.

« Laisse-moi cependant maître de mes choix… je maintiens mon intérêt. »


On ne décide pas pour elle. Elle avait toujours pu choisir ses combats, son chemin. Si elle décidait de s’intéresser à une demoiselle aussi orgueilleuse qu’égarée, aucune émotivité n’y changerait rien. Surtout qu’elle allait encore devoir se la coltiner, cette représentante drelle ! Cette pensée la fit rire intérieurement. Satisfaite de sa décision, elle put sereinement retrouver son assurance tranquille.

Elle se glissa dans les pas de l’humaine. Heureusement qu’elle n’avait pas une robe longue et que sa jupe était fendue. Elle n’avait pas trop l’habitude de ce genre de tenue. Elle put de donc se glisser entre les gravats, de son pas souple reptilien. C’était la soirée des nouveautés. Elle se demandait, par ailleurs, où elle logerait. Sa guide étant plutôt originale, elle devait s’attendre à tout. Du moment qu’elle avait un lit, cela lui conviendrait. Cependant, de manière à garder son image de diplomate, puisque visible il convenait de retrouver son rôle, elle questionna sa guide.

« Où m’emmènes-tu à présent ? A quel endroit, je veux dire… ? Je préfère la sécurité au confort.»


Elle n’avait qu’une confiance limitée en Omega et ses habitants. Vraiment très limitée. L’année passée, elle avait bien failli y mourir. Une mission solo qui avait manqué de se terminer en sacrée débandade si les dieux n’avaient pas mis sur son chemin une âme secourable. Un mercenaire. L’argent ici était l’âme de bien trop de chose. Peut-être était-ce pour cela qu’elle n’aimait pas les énergies qui circulaient ici, à l’image de ces ruines. Dévastée. Pourrie de l’intérieure. Juste un terrain de jeu pour petit chef de guerre. Une instabilité dangereuse. Elle était ici que parce que cette pourriture en faisait un centre d’intérêt commercial. L’argent n’a pas d’âme, mais il est vecteur de bien des choses. Sa cause y était intimement liée, sans fond, pas d’évolution possible. Elle pinça ses lèvres. Au moins, ici, elle n’avait pas trop à réfléchir sur la route à suivre. Il lui suffisait de mettre ses pas dans ceux de l’humaine.

Au milieu des ruines fumantes, danse la poussière
Mêlée de sang et de souffrance, l’agonie hurle
Silence insoutenable, Guerrier toi qui l’entend
J’y joins mes prières, droits et fiers, tes enfants se tiennent.
Sur nos pas, dans ces ruines, nous chantons ton nom.
Amonkira. Amonkira. Amonkira.




Fiche de personnage - Carnet de bord
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Pacificateur
Rang : Déesse
Voir le profil de l'utilisateur


Estomac Tendre
Messages : 409

MessageSujet: Re: Cordiales salutations   Jeu 20 Oct 2016, 22:49

Kydra déverrouilla la porte et pénétra à l'intérieur suivie de la drell. L'endroit était vide, Narak était parti comme elle le lui avait demandé. L'humaine scruta la pièce, vérifiant que son appartement était en ordre. La console reliée aux trois écrans, tous les ustensiles de cuisine empilés les uns sur les autres dans un désordre parfait, ses poids et sa cage de métal pour son entraînement et enfin son lit douillet sur lequel trônait fièrement son krogan en peluche.

Fais comme chez toi.

La jeune femme balança ses armes dans un coin et enleva son armure, la posant à côté de son ancienne de l'alliance. Elle se dirigea dans sa salle de bains et s'y enferma, motivée par un pressant besoin de se changer les idées. Kydra posa ses affaires sur le côté et rentra dans l'encadrement de sa douche entièrement nue. L'eau commença à se déverser, frappant la jeune femme à la nuque puis ruisselant le long de son corps, dans son dos et sur son torse. Elle modifia légèrement le pad pour petit à petit atteindre la température parfaite. Elle resta là, sans bouger, à laisser cette merveilleuse sensation la débarrasser de toute pensée négative, les cheveux gorgés d'eau tombant en rangs ordonnés. L'eau chaude fit rapidement se remplir la petite pièce d'une brume apaisante et Kydra leva la tête, les yeux fermés, profitant de cet instant où elle n'était rien d'autre qu'un corps, qu'une sensation. Sans ce genre de moments, elle aurait depuis longtemps perdu tout contrôle.

Fraîchement lavée et habillée, Kydra sortit de la pièce et fut presque surprise d’apercevoir Tori dont elle avait oublié la présence. Une bonne chose, il fallait qu'elle continue de minimiser au maximum leurs échanges. La drell se sentirait peut être blessée mais l'humaine refusait radicalement de se laisser ramollir de nouveau. La jeune femme attrapa un casque et un sandwich avant de se tourner vers son invitée.

Je viendrais te chercher demain matin et ne t'en fais pas, personne ne viendra te déranger.

J'y veillerai. Kydra quitta l'appartement et s'installa quelques mètres plus loin, sur ce qui restait des barricades construites durant la guerre. Assise au bord du vide, elle plaça son casque sur ses oreilles et lança sa playlist depuis son Omnitech avant d'entamer son sandwich. Décision radicale que celle de veiller à l'extérieur. S'il y avait peu de chances pour que les hommes de Jikew aillent jusque chez elle, c'était surtout pour renforcer l'isolement vis à vis de Tori. Une personne stable aurait pu sans problèmes la côtoyer tout en cachant ses émotions, mais ce n'était pas le cas de Kydra et elle ne se revoyait pas chialer devant elle en se ridiculisant de nouveau. Le simple fait d'imaginer les autres pacificateurs la voir dans cet état la rendait folle de rage.

Son sandwich terminé, elle lança le paquet dans le vide et s'adossa contre la paroi de la bâtisse. En y repensant, elle s'était très rapidement habituée à avoir une maison, un lit douillet, malgré les années passées à dormir sur de vieux vêtements, protégée par une plaque de métal. Pas étonnant que ceux qui parvenaient à sortir des bas fonds n'y remettaient jamais les pieds.

Perdue dans ses pensées, Kydra dodelina de la tête au rythme de la musique, gardant sa main sur son canon lourd au cas où une ombre pénétrerait dans la ruelle. La nuit allait être longue.

Très longue.

Bon sang, elle s'ennuyait déjà.



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Concilienne
Rang : Chasseresse (Enfants d'Amonkira)
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4020-tori-jorunn#60283
http://www.masseffect-reborn.fr/t4021-tori-jorunn#60284


Messages : 175
Crédits : moi-même

MessageSujet: Re: Cordiales salutations   Lun 24 Oct 2016, 16:25
« J’ai connu une krogane, elle était nettement moins mignonne… » Commenta-t-elle en voyant la peluche qui lui rappela Kalank. Ce souvenir la fit sourire, elle se demandait ce que devenait la mastodonte. Peut-être lui écrirait-elle… ou alors elle laissera le destin se charger de leurs interactions.

Faire comme chez soi ? Elle observa la porte la salle de bain qui venait de se refermer sur l’humaine. Bon. Elle s’assit sur le lit et consulta son omnitech, elle envoya quelques messages et rapports préliminaires. De cette manière, elle optimisa le temps seule dont elle jouissait. Ses messages envoyés, elle patienta en lisant la presse. Au retour de l’humaine, elle observa son attitude et se contenta de hocher de la tête à son affirmation. L’imitant, elle se décida à se faire une petite toilette. Elle se leva donc et entra dans la salle de bain. Quelle humidité ! Comment pouvait-on avoir du plaisir dans ce genre d’atmosphère. Elle effectua sa tâche en quelques minutes à peine et ressorti en toussant. L’hypersensibilité de son corps était le signe préliminaire du mal qui rongeait les siens. Elle ne présentait aucun symptôme de la maladie, mais elle savait que d’ici quelques années elle devrait s’inquiéter de son devenir. Tout dépendrait de son héritage génétique, son père était mort précocement et sa mère jouissait d’une excellente longévité. C'est qu'elle approchait de la cinquantaine, sa petite mère... !

Pourtant, cette fois-ci, elle cracha ses poumons avec enthousiasme, ne parvenant pas à calmer la quinte de toux qui l’avait prise. Elle se précipita jusqu’à son sac pour chercher sa trousse de secours. Tcht. Elle inspira profondément dans son inhalateur. Ah. Mieux. Respirer profondément. Cela l’avait tellement secouée qu’elle en avait eu les larmes aux yeux. Quelle sensation étrange. Quelle agonie programmée révoltante. Elle regarda la peluche krogane et regretta que sa bienveillante amie ne soit pas là pour la soutenir. Dans un second temps, elle ouvrit avec enthousiasme les fenêtres, laissant l’air vicié entrer. le courant d'air salvateur initia la décrue de l'humidité. Une fois cela fait, elle décida de sprayer sa peau de lotion. Comme l’inhalateur, il était fait à base de plantes dont on avait découvert des effets positifs contre leur dégénérescence. Elle ne se souvenait plus comment cela fonctionnait et d’où venait réellement cette plante. Elle n’était pas botaniste et tout ce qui l’intéressait, c’est que malgré tout ces produits pouvaient diminuer l’impacte et surtout calmer les irritations ou les expositions ponctuelles comme l’attaque de la salle de bain au taux d’humidité délétères. Elle savait que les humaines aimait bien s’humidifier la peau et elle, drelle, tentait de l’assécher. C’est amusant de voir si pragmatiquement les différences raciales. Elle donnerait cher pour bronzer dans un désert à l’instant.

Elle ôta sa robe, soit le voile et les étoles vaporeuses. Le tout fut jeté d'un geste ample sur le lit. Elle glissa ses doigts sous son justaucorps pour le faire glisser le long de son corps. Une fois en sous-vêtements, elle se spraya abondamment et frictionna sa peau. Elle observa les écailles pâles, cicatrice datant de l’année passée. Les zébrures s’étendaient de ses cuisses à son buste. Cette mission lui avait coûté plusieurs mois de rétablissement, opération… Ces pensées lui permirent de distraire son esprit et peu à peu, sa toux se calma. La sensation de chaleur qui la gagna l’aida à retrouver son calme. Elle se projeta dans ce désert, égrainant mentalement les grains de poussière entre ses doigts. Le soleil qui caresse ses écailles, alors que le sol expire la chaleur organiser et chatouille la voute plantaire. Cette douce sensation, projetée par son esprit apaise son corps. La puissance de la pensée est indéniable et son entraînement méditatif l’aide à obtenir très rapidement un calme intérieur.

Elle rouvrit les yeux.




Fiche de personnage - Carnet de bord
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Pacificateur
Rang : Déesse
Voir le profil de l'utilisateur


Estomac Tendre
Messages : 409

MessageSujet: Re: Cordiales salutations   Dim 30 Oct 2016, 20:35

La panique gagnait les rangs, se répandant à une vitesse inouïe et s'immisçant dans le cœur de chacune de ses victimes. Les guerrières gardaient leur sang froid et continuaient de tenir la ligne. C'était leur mission et elle ne devaient l'interrompre pour rien au monde. Derrières elles, les ouvriers avançaient aussi vite qu'ils le pouvaient, tentant de ne pas sortir du rang au risque de se retrouver seul en terrain inconnu. Chacun d'eux portait les précieuses provisions qui avaient coûté tant de vies, par simple respect, ils ne devaient pas échouer. Mais le destin était déjà scellé pour nombre d'entre eux. Les troupes ennemis se rapprochaient et le temps commençait à manquer. Les guerrières savaient parfaitement ce qu'elles avaient à faire, elles se déployèrent et initièrent le combat. Les premières têtes tombaient déjà, les défenses étaient complètement submergées. Les attaquants atteignirent rapidement le flot d'ouvriers et même avec l’énorme différence de taille entre eux, ces derniers se jetèrent corps et âmes dans la bataille, se sacrifiant pour le bien de la colonie.

Chose étonnante, même mortes, les guerrières ne l'étaient pas vraiment. Le corps coupé en deux par les énormes mandibules de leurs adversaires, elles continuaient à se déplacer, à ralentir, à gêner leurs adversaires autant que possible. Une volonté d'acier et un dévouement transcendant les limites de la chair, voilà un bien un exercice auquel Kydra s'était essayée de nombreuses fois, sans succès. La jeune femme quitta des yeux la ligne de fourmis au sol et plongea son regard dans le vide. Tout pouvait rapidement devenir fascinant sous l'ennui, ça en était presque triste.

Elle s'étira de tout son long avant de s'étaler de nouveau sur son perchoir. Des exercices physiques feraient sans aucun doute passer le temps plus vite, mais la fatigue avait déjà solidement implanter ses racines dans l'esprit de Kydra. Elle laissa donc son esprit vagabonder, libre sans aucune chaîne pour le retenir. Activité dangereuse, mais l'humaine pensait être capable de le ramener à l'ordre si la situation l'exigeait.

Un mouvement attira son attention. Il lui semblait avoir vu quelque chose bouger dans son champ de vision. Pourtant les environs semblaient parfaitement calme. Mais elle finit par repérer le détail qui n'allait pas, une griffe était plantée dans le sol juste au bord de la barricade qui séparait la ruelle du vide. S'approchant discrètement, Kydra pencha la tête par dessus le rebord, observant avec curiosité ce qui était relié à la griffe. Des troupes en armure grimpaient la paroi verticale dans un parfait silence, assurant leur sécurité en utilisant ces grappins.

La jeune femme recula précipitamment. Elle aurait pu en enlever quelques uns, provoquant ainsi la chute de deux ou trois mercenaires, mais il valait mieux qu'ils continuent de croire que personne ne les avait remarqué. Avec une approche aussi précautionneuse, il était assez facile de deviner ce qu'ils étaient venus faire dans cette petite ruelle inintéressante. Kydra pénétra dans son appartement et verrouilla la porte. La jeune femme héla Tori aussi silencieusement que possible.

On a de la compagnie, planques toi dans la salle de bains, vite !

Il n'y avait que trois entrées possible, la porte et les deux fenêtres de la pièce principale. Ils venaient depuis le vide, peu de chance donc de les voir débarquer en explosant son toit depuis les étages supérieurs. Kydra se recroquevilla derrière l'une de ses fenêtres ouverte et activa son omnitech, attendant en silence. L'humaine avait prévu depuis longtemps des mesures pour les situations comme celle ci, des charges explosives disséminées tout autour du bâtiment, prêtes à accueillir un assaut massif. Avisant les mercenaires qui venaient d'atteindre le sommet, Kydra attendit qu'ils se dispersent davantage, se déployant autour de la bâtisse pour couper toute retraite et arroser ses occupants. Leur armure ne comportait aucun signe particulier, des freelances sans doute, leur commanditaire ne voulait pas avoir à assumer les conséquences en employant de la main d’œuvre neutre.

Kydra attendit encore quelques secondes puis activa les charges depuis son omnitech. L'explosion phénoménale prit complètement par surprise les mercenaires et frappa en plein dans leur rangs, annihilant boucliers, armures et chairs. Les rares survivants qui tentaient de se relever furent accueillis par les tirs de Kydra qui les acheva rapidement. La cacophonie disparut aussi subitement qu'elle avait commencé, laissant de nouveau place à un profond silence. L'humaine observa les corps, se demandant s'il y en avait d'autre dans les environs. Cette troupe là en revanche était HS.

La jeune femme se dirigea vers sa salle de bain et avisa Tori à l'intérieur. Ce n'est qu'à ce moment qu'elle remarqua que la drell était quasi complètement dévêtue. Un corps très humain, un corps de guerrière, des formes, des cicatrices mais également une touche de féminité. Les écailles venaient rajouter un peu d'exotisme à l'ensemble. Elle n'avait jamais réellement vu à quoi ressemblaient les drells sous leurs vêtements, mais elle aurait été une piètre menteuse d'affirmer que le spécimen sous ses yeux ne lui faisait aucun effet.

Eh ben, j'ignorais que tu étais aussi bien foutue ma belle.

Kydra reporta son attention sur la pièce principale et changea de sujet.

Je ne sais pas s'il y en a d'autres ni pour laquelle de nous deux ils sont là, alors restes aux aguets, c'est peut être pas terminé.

Rechargeant son canon lourd, Kydra riva ses yeux sur la porte d'entrée, prête à décharger ses munitions si le verrou passait soudainement au vert.



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Concilienne
Rang : Chasseresse (Enfants d'Amonkira)
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4020-tori-jorunn#60283
http://www.masseffect-reborn.fr/t4021-tori-jorunn#60284


Messages : 175
Crédits : moi-même

MessageSujet: Re: Cordiales salutations   Sam 05 Nov 2016, 12:21
De la compagnie ? Elle obtempéra, intriguée, mais ne manqua pas de prendre son pistolet au passage. Toujours surprise, elle observa le manège de sa protectrice. Elle ne s’était pas réellement cachée dans la salle de bain, mais s’était mise devant son entrée. Quand l’explosion retenti, la drelle se transforma en petit lapin et elle bondit derrière le mur porteur de la petite salle de bain. Plaquée contre le sol humide, elle pesta. Elle détestait vraiment l’eau et son humidité puante. Elle se releva et regarda l’humaine venir vers elle et…. se rincer l’œil. C’est vrai qu’elle n’avait pas eu le temps de se rhabiller. Elle haussa les épaules. Elle-même, la première fois qu’elle avait pu observer le corps d’autres races, elle avait été passablement curieuse et étonnée. Kydra était qui plus est quelqu’un de très curieux, réaction classique, donc. Elle éluda toute vexation d'espèce disparue et lèvres pincée et sans un mot, elle passa à côté de l'humaine et se dirigea vers son sac. Elle en sorti un vêtement, une combinaison simple aux teintes brunes et noires. L’ensemble fut enfiler et zippé prestement. Avec la même rapidité, des chaussons à ses pieds furent enfilés et elle clipa une ceinture à pochette. La combinaison moulante masquait le corps reptilien, mais en soulignait les formes fuselées avec élégance. Elle installa son pistolet à son holster latéral.

Elle rejoignit l’humaine et se pencha à son épaule pour susurrer.

« Moi, j’en connais la réponse. Équation assez simple. »

Un coup d’œil par la fenêtre quand elle s’était habillée avait confirmé ses hypothèses.

« D’un côté, tu as une drelle, représentante d’une race pratiquement éteinte et d’une colonie de trois cent têtes à tout cassé, vieux et handicapés compris… en provenance d’une lune paumée sans ressource stratégique…

De l’autre, une superbe guerrière de la mort, œuvrant pour un ponte du coin, au lendemain d’un coup d’état… précisons que tu as également anticipé la situation en minant le terrain… » [/color]

L’étrange regard la seconde un très bref instant.

« Donc, j’apprécierais être un minimum mise au courant. Je pense qu’à ce stade on peut définitivement se faire confiance ? »

Elle posa sa main sur l’épaule de l’humaine et y exerça une légère pression. Un geste camarade, délicat.

« Je vais couvrir les fenêtres, au cas où… »

Vu le feu d’artifice, peu probable qu’une deuxième équipe tente cette approche. Plus probable qu’une tenaille avec la porte ait été prévue. La drelle ignorant tout de ses adversaires, elle préféra miser sur la prudence et garda désormais un œil sur les fenêtres. Elle détestait les endroits cloisonnés. Elle n’appréciait pas non plus ne pas avoir son arsenal complet. Pour éviter d’attirer trop d’attention, elle n’avait emporté dans ses bagages que son Phalanx. Sa protectrice avait l’air d’être bien armée et de savoir se servir de ses outils. Il fallait simplement espérer ne pas être dépassée par un surnombre d’ennemi. Dans ce lieu, c’est ce qui pourrait leur couter cher. Elle pianota rapidement sur son omnitech. Sauvegarder dans un rapport ce qu’il venait de se produire au cas où les siens n’auraient qu’un cadavre à récolter. Elle espérait éviter cela.

Elle expira l’air de ses poumons doucement. Le mécanisme rodé de la dissociation entrait en fonction.

« Des profondeurs de mon âme, j’observe ma vie se débattre.
Un pas après l’autre, la souffrance pour compagne.
Dieux, protégez nos destinées, accompagnez nos gestes.
Aux côtés d’une guerrière de la mort, je marche.
Fidèle à vos Vœux, fière de ma race.
Détermination.»


Elle avait repris les premiers mots de sa ritournelle de combat inventée dans le Serenity. Un souvenir fort. La drelle après avoir soufflé ses mots respirait une assurance tranquille. Le phalanx dans ses mains, continuité de ses bras traduisait de l’habitude de son maniement. Les yeux scannaient la zone et tout son corps semblait prêt à entrer en action, sans tension excessive. Le sentimentalisme, les pensées parasites s’étaient toutes effacées pour que sa concentration ne respire que l’instant présent et puisse déployer de manière optimale les ressources de son corps.




Fiche de personnage - Carnet de bord
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Pacificateur
Rang : Déesse
Voir le profil de l'utilisateur


Estomac Tendre
Messages : 409

MessageSujet: Re: Cordiales salutations   Dim 06 Nov 2016, 18:18

De la confiance ? Cette petite chose fragile que Kydra s'était vu tant de fois arraché ? Il s'agissait d'un sujet délicat, sans doute autant que ses altérations mentales. Elle parvenait déjà à peine à se faire confiance elle même, la scène un peu plus tôt avec Tori l'avait prouvé, l'équilibre entre les deux Kydra n'était toujours pas atteint. Mais il ne s'agissait que d'une question de temps, elle devait continuer de s’entraîner mentalement et également s'éloigner des éléments gêneurs. Hors cette fois ci, il s'agissait d'une représentante drell qu'elle devait protéger. S'il lui répugnait d'échouer sa mission d'escorte, la mort de l'écailleuse était pourtant parfaitement envisageable.

Les pensées de la jeune femme furent interrompue par des tirs. Des balles traversèrent ses vitres et furent suivis de grenades incapacitantes. Kydra ferma immédiatement la porte de la salle de bains pour s'isoler des déflagrations. Réactivant la serrure, l'humaine laissa sa compagne et s’avança vers l'entrée, l'arme levée. Les gonds s'activèrent et écartèrent les deux parties de la porte, laissant apparaître une silhouette d'homme. Le malheureux n'eut cependant pas le temps de réagir, une balle dans la tête, il s'effondra et laissa ainsi à la vue de ses camarades, une Kydra qui quittait sa couverture pour se lancer dans la mêlée.

Elle dansait à nouveau et avec une aisance renouvelée. Les freelances n'étaient rien comparés aux troupes d'élite de Shoran. Omnilames, couteau et canon lourd, elle s'en donna à cœur joie, massacrant les mercenaires lents, patauds et sans aucune technique. Son ballet s'interrompit cependant lorsqu'elle tomba sur un krogan. Tout aussi incompétent que ses camarades, il disposait cependant d'un avantage biologique certain. Mais Kydra était habituée à ce genre de combats, affronter un adversaire la surpassant en taille et en gabarit, elle savait parfaitement utiliser sa vitesse et son agilité, faisant triompher la technique sur la force brute.

Affaiblit par les coups, l'humaine acheva le mastodonte en grimpant sur sa bosse, déchargeant une balle de son canon lourd vers le bas. Le crâne du krogan fut transpercé et il s'effondra lourdement au sol. Kydra profita de sa grosse carcasse pour se mettre à couvert face aux quelques mercenaires restants. Mais des tirs se firent entendre plus loin dans la ruelle. La jeune femme se mit à rire, il s'agissait là aussi d'une autre raison pour laquelle son terrain avait été si lourdement piégé. Une troupe de butariens en armure lourde avançait en rangs serrés, noyant les positions ennemis sous les tirs. Vivre si près du centre névralgique du quartier pacificateur et des chantiers des arènes avait ses avantages, une explosion provoquait irrémédiablement une réponse armé pour en investir la cause. Comme dans tous les quartiers d'Oméga désormais, à la différence près qu'ici, ils étaient dans son camp.

Kydra se joignit donc aux butariens et acheva les quelques survivants dont la résistance sporadique ne causa aucun dégâts. Le calme s'installa à nouveau et l'un des butariens brisa le silence de sa voix gutturale.

Un soucis particulier Kydra ?

Elle reconnut la voix de Wsoran. Essoufflée, la jeune femme lui répondit.

Jikew est plus compétent pour se cacher que pour tuer quelqu'un, il semblerait.

Le drell avait été le conseiller de Shoran pendant des années, déjà bien avant que Kydra ne quitte l'alliance. Visiblement son exil actuel et l'abandon de son poste lui avait fait perdre énormément d'influence pour échouer si lamentablement.

On va rester dans le coin et vérifier s'il y en a d'autres.

Débarrassez vous des cadavres, ils ne nous seront pas utiles, jetez les dans le vide. Et merci Wsoran.

L'humaine releva la tête et se souvint tout à coup de l'existence de Tori. Elle fonça dans son appartement pour vérifier son état. A en juger par les trois cadavre frais qui jonchaient le sol devant elle, les mercenaires qui avaient eu la bonne idée de fouiner à l'intérieur l'avaient amèrement regretté. C'est une drell couverte du sang de ses victimes qui se dressait désormais face à elle. Quelle vision parfaite. Kydra sentait encore son sang en ébullition suite à ce combat qui l'avait laissé sur sa faim et avec ce qui lui faisait face, elle ne put contenir son excitation.

Elle enleva son armure et se débarrassa de ses armes. Le sourire aux lèvres et les yeux brillants, elle leva sa garde et se plaça en position de combat.

Approches Tori, montres moi ce que tu sais faire.

La perspective d'affronter un adversaire puissant la mettait dans tous ses états, elle jubilait. Serrant ses poings, elle fit abstraction de tout ce qui l'entourait, ne comptait plus désormais que l'ennemi qui lui faisait face.


HRP : Sorry mais grosse flemme de détailler le combat, surtout contre des adversaires faibles x)



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Concilienne
Rang : Chasseresse (Enfants d'Amonkira)
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4020-tori-jorunn#60283
http://www.masseffect-reborn.fr/t4021-tori-jorunn#60284


Messages : 175
Crédits : moi-même

MessageSujet: Re: Cordiales salutations   Dim 13 Nov 2016, 13:53
La drelle tira à quelque reprise pour éviter un coup à revers à l’humaine qui s’était jeté dans la mêlée. Cependant, elle ne s’en mêla pas réellement l’humaine riante s’en tirait très bien seule. Sa protectrice oublia sa mission primaire avec magnificence et la drelle se trouva bien seule dans l’appartement. Elle aurait pu se lancer à la poursuite de l'humaine et de son action meurtrière. Bah, elle était entourée d'une meute des siens. La drelle soupira. Trois égarés où retardataires entrèrent dans l’appartement. Tori eu un mouvement d’hésitation, ne pouvant déterminer s’il s’agissait d’allier de Kydra où d’ennemi. Leur réponse fut assez claire, car ils commencèrent à la canarder. Son bouclier énergétique encaissa les coups en grésillant. N’ayant, mis à part cette protection, aucune espèce d’armure, la drelle répliqua dans l’urgence. Le premier fut abattu d’une balle, le second également. Tout en tirant elle avait bondit sur eux et le troisième se trouva avec une lame d’omnilame coincée dans la jointure de son armure, à la base du cou. Ladite lame ne manqua pas la jugulaire et c’est un flot de sang qui gicla par à-coup.

Elle grommela en observant sa tenue tachée, alors qu’elle se palpait pour vérifier qu’aucun tir ne l’avait touchée. Ces mercenaires étaient véritablement inefficients. Il fallut encore plusieurs minutes de patience à Tori pour voir débouler Kydra qui fut accueillie par un canon pointé sur elle. L’arme fut immédiatement baissée en la reconnaissant. Le regard en dit long sur une personne, la drelle n’était pas experte en iris d’humain, mais il lui sembla lire un message qui lui déplaisait dans celui de l’humaine. Son intuition se confirma lorsqu’elle envoya valdinguer armure et arme. Elle avait véritablement perdu la tête.

Elle secoua la tête, dépitée de voir que l’humaine, obnubilée par le combat était déjà dans sa bulle. Les poings serrés, focalisée sur tout mouvement que produirait le corps reptilien qui lui faisait face. Elle aurait pu tenter un discours, la raisonner, lui rappeler sa mission… non, l’humaine couverte de sang avec le regard fou d’un varren enragé. Elle n’en ferait rien. Renonçant à son sac qui ne contenait finalement que sa tenue d’apparat et quelques éléments de toilettes, elle fortifia sa prise au sol, fléchissant les jambes. On aurait pu croire qu’elle s’apprêtait à se lancer dans le combat, l’humaine serait bien déçue.

« Non, merci. »


Elle lui offrit un sourire, le plus doux et sincère dont elle fut capable. Elle refusait de se battre contre une personne aussi visiblement instable. Si la drelle avait la capacité de retenir ses coups, elle doutait réellement que la rage de Kydra lui permette une telle maîtrise.

« Kalahira puisse veiller sur toi, humaine. Je ne t’oublierai pas.»

Elle sauta.

Pas dans la direction de l’humaine. Le corps élancé de la diplomate traça une courbe efficace et bascula par la fenêtre proche. Ses mains agrippèrent le rebord de la fenêtre, au passage, et profitant de son élan, elle se propulsa. Alors qu’elle continuait son ascension, crochetant avec la force de l’habitude ses prises, elle activa son camouflage optique. Les explosions avaient causés beaucoup de dégâts dans la zone. Son avantage personnel était qu’ainsi déséquipée, elle était tout à fait légère et discrète. Rapidement, elle gagna le toit de l’immeuble. Quand elle était partie, Brim’na Tagan avait été particulièrement claire : « Si tu te sens en danger, décampe. Il est important de sonder le terrain et de renouer les accords commerciaux, mais dans un milieu aussi instable, si tu vois que la situation t’échappe, n’incite pas. » Ainsi la drelle s’exécuta. L’humaine lui avait inspiré une juste crainte, elle s’était retrouvée au milieu d’un champ de mine et de déflagration. Sa sécurité n’étant plus garantie, elle mettait fin à la mission.

Elle sortit d’un compartiment de sa ceinture un filin quelle crocha sur l’immeuble. Il était temps de s’envoler.


# Épilogue

La drelle observait les lumières derrière elle. Un vaste murmure était audible, respiration de cette station agitée et dépravée. Pourtant si séduisante.

Elle marqua une légère pause en mettant le pied dans le vaisseau. Sa mission était remplie. Elle regrettait cependant son départ précipité. Elle frôla l’encadrement de la porte d’une main rêveuse.
Elle soupira.

Confortablement assise dans son siège, elle tapota un message à l’intention de celle qui devait se sentir aussi frustrée qu’elle.

En espérant un autre contexte.
Un autre hasard.
Plus favorable.

Elle ne doutait pas de la revoir.




HRP:
 


Fiche de personnage - Carnet de bord
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Cordiales salutations   
Revenir en haut Aller en bas
 

Cordiales salutations

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: Systèmes Terminus :: Nébuleuse d'Oméga :: Oméga-