AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 Seule dans l'abîme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2862-journal-de-bord-de-kori-penyo-nar-tarek#37021


Inspiration Divine
Messages : 717

MessageSujet: Seule dans l'abîme   Jeu 16 Juin 2016, 22:44
Intervention MJ : NonDate :  29 Mars 2200
Talus Macdonis ♦ Kori'Penyo Nar Tarek
Seule dans l'abîme







28 Mars 2200 – Appartement de la famille Penyo – Rannoch


Naki éteignit son datapad, puis, s'étirant de tout son long, se leva et traversa à pas lent la salle de séjour dans laquelle sa mère s'affairait à se préparer pour sa journée de travail. Depuis qu'elle et son frère avait commencé leur pèlerinage, Sélina était monté en grade dans l'entreprise agroalimentaire dans laquelle elle travaillait depuis leur déménagement à Khaley'Sephä. Comme quoi l'on pouvait partir de simple métier d'agriculteur à un poste pus important, même si cela avait dû lui prendre un grand nombre d'année.
Tout cela donnait du courage à la jeune Quarienne, elle dont la motivation à reprendre des études étaient de plus en plus réelle. Mais la réalité semblait bien plus compliquée, et elle se rendit vite compte qu'on ne pouvait intégrer une formation digne de ce nom en plein milieu d'année, d'autant plus que les formalités et concours d'inscription lui paraissaient tout bonnement impossibles.
Elle soupira. Tout ce qu'elle pouvait faire en attendant était de plancher un maximum sur les annales qu'elle avait pu récupérer sur l'extranet en espérant que ceux-ci lui permettent d'atteindre un niveau suffisant pour la prochaine session.
Sa mère la salua en quittant l'appartement en hâte. En retard. Naki s'installa sur son lit, un paquet de cochonnerie à grignoter à coté d'elle. Elle observa quelques instant la la lumière vive de la photo sur sa table de nuit. Son frère, Kori, elle-même et une de leur amie de la Citadelle Naïla, entrain de boire un verre à l'électron libre de la Citadelle.
Cela faisait maintenant deux semaines que Kori et elle s'était séparés. Elle avait décidé de mettre fin à son pèlerinage après le retour sur Rannoch. Ce que Kori ne pouvait tout simplement pas cautionner. Il avait alors quitté la planète mère sans elle. Elle se demandait parfois s'il était vraiment retourné sur la Citadelle comme il le lui avait promis. Elle l'avait appelé la semaine passée, il y était bel et bien. Du moins le lui avait-il juré.
Naki craignait le pire. Elle connaissait son frère mieux que quiconque, elle avait été témoin plus d'une fois de ses envies d'aventures dangereuses.
Elle sourit, se demandant en son for intérieur si elle avait fait le bon choix en cédant à son rationalisme pour se construire un prétendu avenir ici.
Prise dans un élan de Nostalgie, elle actionna son omnitech et contacta son frère.
Aucune réponse. Bah ! Il devait être tard sur la Citadelle, sûrement était-il au travail, lorsqu'elle l'avait appelé la dernière fois, il lui avait dis qu'il tentait de récupérer sa place dans le bar où ils travaillaient tous les deux.
Elle sourit à nouveau. Oui, elle conservait de nombreux souvenirs, certains agréables, d'autres moins, de son pèlerinage. Mais tout cela n'était à présent que des souvenirs. Et ses révisions lui prenait bien trop de temps pour se morfondre sur le passé !
Elle se détourna enfin de la photo et se replongea à nouveau dans son datapad, la tête pleine à craquer de théories compliquées qu'elle ne comprenait qu'à moitié.


***


29 Mars 2200 – Quelque part sur Oméga


Un grincement insupportable le réveilla en sursaut. Quelqu'un entrait. De là où il était, le dos vers l'entrée, plaqué contre une caisse, il lui était impossible d'apercevoir le nouveau venu. Mais il savait que, peut importait qui, il ne lui voudrait aucun bien.

- Alors ? Demanda une voix rauque. Tu te décides enfin à parler ?

Le Turien. Il reconnaissait parfaitement sa voix pour l'avoir entendu plusieurs fois aujourd'hui. Il ne daigna lui adresser aucune réponse. Le Turien s'approcha, il percevait sa présence près de lui, ainsi que le cliquètement de son armure et de ses armes reflétant la lumière pâle et rougeâtre typique de la station pirate.

- Ecoute-moi bien petit merdeux. Reprit-il. Tu finiras par nous dire pourquoi tu nous tourne autour. Et si la réponse me plait pas, il vaudrait mieux pour toi que tu cours vite, très vite.

Un choc puissant lui éclata la tempe accompagné d'un cri de douleur étouffé. Le Turien rangea son arme et se releva. Laissant un Kori meurtri, sa combinaison, poisseuse de sang, lui collant à la peau.
La porte grinça à nouveau, faisait vriller la cervelle du Quarien. Du bout de ses doigts attachés, il effleura son omnitech, usant d'un fonctionnalité qu'il n'aurait jamais cru avoir à utiliser un jour. Une option que son père leur avait offert dès l'obtention de leur omitechs personnels. Un cadeau de celui pour qui Kori se trouvait au bord de l'évanouissement dans une petite salle délabrée d'une station où reignait le crime. Un léger bip sonore lui confirma son envoi.
Sa vue se brouilla et une douleur trop forte, trop insupportable, lui fit perdre une nouvelle fois connaissance.


***


29 Mars 2200 – Appartement de la famille Penyo – Rannoch


- Tu as pensé à faire appel à un professeur particulier pour t'aider à te préparer ? Demanda la mère de Naki en lui récupérant l'assiette qu'elle tenait.
- Avec quoi je le paierais ? Rétorqua la Quarienne.

Naki se leva du siège, les restes du déjeuner dans ses mains.

- Je peux t'aider à t'en payer une partie, tu as eu des nouvelles du travail pour lequel tu as postulé ? Reprit sa mère.
- Pas encore...J'y crois pas trop si tu veux mon avis.
- Relance les !
- Je crois que je vais directement les harceler sur place ça sera plus simple...

Sélina sourit. S'approcha de sa fille pour l'enlacer malgré les récriminations de la Quarienne.

- Il faut que je retourne travailler. Qu'est-ce que tu vas faire cet après-midi ?
- M'étaler sur le canapé en regardant des séries me paraît être une idée judicieuse ! Lança-t-elle en terminant de débarrasser la table.
- Mais ça m'a l'air passionnant dis-moi...Bon, je te laisse ma grande.

Sélina quitta les lieux rapidement, non sans un dernier au revoir à sa fille.
Un bip sonore retentit dans le silence de la cuisine. Naki tourna vers son omnitech un regard interrogateur, la vive lumière orangée éclairant la visière de son casque par intermittence, au rythme de la sonnerie entêtante.

- C'est quoi ça ? Se demanda-t-elle en passant sa main sur l'engin pour l'activer.

L'omnitech révéla une carte sommaire de la galaxie en petit format, un point rouge clignotait lourdement dans ce qu'elle identifia comme étant les systèmes terminus.
Alors elle se souvint de l'utilité de cette fonctionnalité, inutilisée depuis si longtemps.
Naki recula bond, bousculant la table dans un amas de grincements et raclements.
Leur père, Kanor, avait insisté pour mettre en place cette fonctionnalité sur l'omnitech des jumeaux. Un signal de géolocalisation, envoyé en cas de soucis s'il leur venait de se perdre. Kanor avait originairement prévu cette fonction en prévision de leur pèlerinage.

- C'est Kori...Conclut silencieusement Naki qui se hâta dans sa chambre pour préparer ses affaires.

La carte était claire. Kori était reparti sur Oméga. Elle fourra quelques vivres dans un sac à dos, empoigna son predator qu'elle avait rangé depuis qu'elle était revenue et se dirigea vers la sortie.
Jarod. Le groupe que son frère avait poursuivit sur la station pirate. Il était clair maintenant qu'il lui avait menti en lui certifiant qu'il retournerait gentiment à la Citadelle. Quelle abrutie elle avait été de lui faire confiance.
La jeune Quarienne quitta la maison en hâte, non sans laisser un dernier message à sa mère lui assurant qu'elle devait partir, que tout allait bien.

- Pour le moment...Pensa fatalement la pauvre Naki.


***


29 Mars 2200 – Entrée de la station – Oméga


Naki et sa mère foula le sol sombre de la station pirate. La jeune Quarienne avait profité du trajet pour téhoner à Taal, le collègue et ami de leur père qui leur avait donné ce message au début de leur pèlerinage et qui les avait transporté jusqu'à Jarod, organisation gérée par une certaine Kira Nae Châne dont l'ambition et la froideur les avait mis en danger, poursuivie par des êtres à qui ôter la vie ne dérangeait guère.
Ce grand ami de la famille s'était d'abord insurgé que Naki ne soit pas venu lui demander son aide. Lui rappelant les dangers de la station pirate.
Militaire de formation, il promit à la Quarienne d'utiliser ses contacts pour la mettre en relation avec un informateur qui les mettrait sur la voix de Kori. Il supplia une dernière fois celle qu'il considérait presque de sa famille à se montrer prudente, et à accorder toute sa confiance en l'informateur vers qui il l'envoyait.

- Peut importe que l'on essaye d'être prudentes ou pas. Songea Naki. Personne n'est à l'abri ici...

Elle resta alors plantée là, épousant du regard l'entrée de la station d'où brillait l'entrée de l'Afterlife et ses habitués aux look peut recommandable.
Elle aurait besoin d'aide.. Et pas juste d'un informateur, mais bien de quelqu'un qui pourrait tirer si le besoin s'en faisait ressentir.



Honneurs:
 


Dernière édition par Kori'Penyo Nar Tarek le Mar 21 Juin 2016, 19:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 162

MessageSujet: Re: Seule dans l'abîme   Dim 19 Juin 2016, 02:27
Voilà plus de deux longues heures que Talus attendait. Sa patience était mise à rude épreuve par cette attente en apparence sans fin. En ce moment précis, le turien aurait préféré être ailleurs, de préférence avec sa copine. Cependant voilà, il avait donné sa parole et il respectait toujours ses promesses. Au début de la journée, alors que le turien était occupé à profiter d'un doux sommeil réparateur, il avait reçut un appel sur son omnitech. La personne cherchant à le contacter n'étant nul autre que Taal... quelque chose. Talus avait rencontré le quarien il y a quelques années, mais n'avait jamais pu retenir le nom de famille de ce type. Ils c'étaient rencontrés sur la citadelle et avait sympathisé. Depuis, les deux hommes c'étaient rencontrés à quelques reprises.

Le voilà maintenant qui le contactait, afin de lui demander de l'aide concernant une personne qu'il connaissait et qui avait été enlevé. La victime se trouvait quelque part sur Oméga, entre les mains de Jarod. Peu importe qui était ce type, c'était un idiot de se frotter seul à ce groupe. Certes, Talus ne les craignait pas, cependant il était assez intelligent pour savoir qu'attaquer un groupe de criminel, tout seul, c'était très stupide et suicidaire.

Quoiqu'il en soit, Taal lui demanda un service, qu'il qualifia de très simple. Ce service consistant à aider la sœur de la victime. Lui fournir des informations, la guider, ce genre de truc. En plus, selon Taal, l'ennemi serait en faible nombre. Finalement, il proposait une jolie somme de crédit en prime. Talus avait donc accepté cette mission, en se disant qu'en plus d'aider un innocent, il remplirait son compte en banque. Toutefois, les choses commencèrent plutôt mal. En fait, Taal lui décrit la femme qu'il devait attendre, de manière rudimentaire... presque inexistante la description. Cela se résumant par: Elle s'appelle Naki et elle est facile à repérer.

Du coup, voilà deux heures que Talus attendait à l'afterlife, en questionnant chaque femmes qui passait ou presque. Cet abruti de Taal n'avait même pas pris la peine de lui spécifier de quelle race était cette Naki. Certes, cela écartait d'office les krogans et les turiennes, mais cela laissait les autres espèces.

Heureusement, cette longue attente pris enfin fin, alors que l'un des barmans de l'afterlife lui fit signe. Le turien s'approcha du barman galarien. Ce dernier lui pointa une quarienne un peu plus loin, à une table.


-Ça doit être la personne que tu recherches, elle a dit qu'elle s'appelait Naki et qu'elle recherchait un informateur.

Talus se dirigea aussitôt vers la quarienne. Il aimait bien ce peuple. Contrairement à la plupart des gens, Talus n'avait pas de haine ou de mépris envers d'autres races... excepté les moissonneurs. Ainsi, tandis que nombreux étaient ceux à percevoir les quariens comme des voleurs, lui n'avait aucun problème avec eux. Et puis, il aimait bien leur combinaison ajusté aux bons endroits chez les quariennes. Il y a encore quelques mois, le chasseur de primes en aurait profité pour draguer un peu la jeune femme. Toutefois, il était maintenant en pleine relation avec une petite drell orangé et il n'avait pas l'intention de la tromper. Talus s'arrêta devant la quarienne.

-Naki, je présume? Je m'appelle Talus Macdonis. C'est Taal qui m'envoie. Cela fait un moment que je te cherche. D'après ce que j'ai compris, tu veux des informations sur Jarod. Un histoire de frère kidnappé. Pour être bien certains, il a été enlevé ou bien il a été stupide au point de les attaquer? D'un autre côté, ça ne change pas grand chose. Je sais dans quel coin, ces brutes épaisses se cachent, mais avant de partir, si tu veux avoir des détails sur eux, c'est le moment de demander.

Le turien garda le silence un court moment.

-Ah, au fait, si tu revois Taal avant moi, met lui une bonne claque de ma part. Je veux bien aider, mais quand la description pour trouver une personne se résume à : Elle s'appelle Naki et elle est facile à repérer... C'est pas une bonne description.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2862-journal-de-bord-de-kori-penyo-nar-tarek#37021


Inspiration Divine
Messages : 717

MessageSujet: Re: Seule dans l'abîme   Mar 21 Juin 2016, 19:40



Naki patientait à une table vide de l'Afterlife, le regard perdu dans les lumières morbides que projetaient les murs et qui teintaient de rouge l'Asari dénudée qui dansait devant. Elle réfléchissait, bien que son cerveau soit plus prompte à se laisser aller au désespoir quand elle songeait trop à ce qu'elle s'apprêtait à faire.

- Tu n'as pas le choix, Naki, se sermonnait-elle pour se donner du courage, inutile de te morfondre ça ne t'aidera en rien...

La Quarienne se passa une main derrière la tête, espérant decripser un tant soit peu ses muscles, non sans garder son bras droit rigide précautionneusement posé sur son arme à la hanche.
Jamais elle n'avait eu encore à s'en servir, elle se préparait tant bien que mal à ce que cet instant survienne sous peu. En serait-elle seulement capable ? Pourrait-elle deverser la mort si sa vie en dépendait ?

- Il va bien falloir, songea fatalement la Quarienne.

Une ombre s'étalant sur la table sur la table l'alarma. Elle redressa vivement le buste, tout son corps tendu à lui en faire mal. Sa main se cabra instinctivement sur son predator. Au moins avait-elle ce réflexe.

- Naki, je présume ? Interrogea un Turien à la peau sombre accentuée par la noirceur du lieu. Je m'appelle Talus Macdonis, c'est Taal qui m'envoie.

Naki ne put contenir un soupir de soulagement. Taal n'avait pas chômé, elle n'était pas seul, même de loin, leur ami poursuivait la protection qu'ils avaient toujours reçue depuis la mort de leur père.. À la vue de ce Turien, Naki regretta la présence de Ravilla, leur amie qui avait été d'une aide précieuse lors de leur première venue.
Elle remercia le Quarien en silence tandis que l'informateur poursuivait sa présentation.

- D'après ce que j'ai compris tu veux des informations sur Jarod, une histoire de frère kidnappé. Pour être bien certains, il a été enlevé ou bien il a été assez stupide au point de les attaquer ?

Naki acquiesça. Elle allait répondre à la question de Macdonis quand celui-ci l'éluda presque aussitôt.

- D'un autre coté, ça ne change pas grand chose.

L'informateur lui affirma ensuite savoir où trouver les représentants de Jarod et, du moins l'espérait-elle, son frère. Lorsqu'il finit son discours en lui faisant promettre de réprimander Taal pour sa description plus que sommaire, Naki prit enfin la parole.

- Merci de me venir en aide, déclara-t-elle en lui lançant un regard franc. En effet, mon frère a été enlevé, ou peut être qu'il s'est jeté dans la gueule du loup tout seul. Mais c'est pas très important comme vous l'avez dis...

Elle invita le Turien à s'asseoir face à elle. Ils devraient d'abords se mettre au clair s'ils ne voulaient pas se retrouver enfermés aux cotés de son frère.

- Je vois qu'on est pas les seuls à avoir cru que Jarod était celui qui dirigeait tout ça, reprit Naki après avoir remis de l'ordre dans ses pensées. En réalité, c'est une Drell qui en est à la tête, une certaine Kira Nae Châne.

Elle tendit son omnitech à Macdonis sur lequel brillait la photo d'une Drell élégante.

- Enfin, sûrement que vous le saviez déjà. J'ai eu affaire à eux il y a quelques temps. Il y a un Butarien, très dangereux, qui l'accompagne. Il a tenu tête à une militaire Turienne sans problème.

Naki respira profondément. Ils auraient sûrement à s'opposer à ce Butarien, si même Ravilla s'en était tirée de peu, elle espérait que ce Macdonis était un expert où elle ne donnait pas chère de leur peau.

- Je sais qu'il un avait un Vortcha avec lui qui se baladait avec un fusil de précision. Mais c'est tout ce que peux dire...

La jeune Quarienne jeta un regard plein d'espoir sur le Turien. Toutefois, il valait mieux qu'elle reste prudente. Ce gars avait beau avoir été envoyé par Taal, personne ne proposait son aide sans retour. Elle était faible, seule et, plus que tout, se sentait extrêmement en danger dans son corps de femme parmi tous ces pervers qui se délectaient à poser leurs yeux sales sur le corps de toutes ces danseuses.
Elle retint les émotions qui menaçaient de l'ensevelir pour regagner un peu d'assurance dans la voix.

- Vous dîtes que vous savez où ils se trouvent ? Vous avez déjà eu affaire à eux ?

Elle espérait de tout cœur que son informateur savait ce qu'il faisait.

- Est-ce qu'on a une chance d'y arriver ? Demanda la Quarienne, ses yeux franc et dur braqués sur Macdonis.


HRP:
 



Honneurs:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 162

MessageSujet: Re: Seule dans l'abîme   Dim 26 Juin 2016, 22:54
En attendant que Naki se décide à parler, Talus se permit de prendre place à la table, en face de la quarienne. Autant se mettre confortable un peu, si une discussion longue s'annonçait. Il glissa quelques crédits à l'asari et lui fit signe de s'en aller. La concernée ne prononça pas un seul mot. Elle se contenta de prendre l'argent du turien, de descendre de la table et se rendit à une autre table, pour recommencer à danser. Maintenant au moins, Naki et Talus pourraient discuter sans avoir une asari entre eux pour leur cacher la vue sur l'autre, ou encore sans être distrait par la danseuse. Voilà une chose importante que Talus avait toujours en tête: Lors d'une réunion importante, lors de l'explication d'une mission ou autre truc dans le genre, éviter les distractions. Suivre ce conseil permettait d'éviter d'avoir manquer des détails, qui aurait pu être importants.

La quarienne prit la parole, commençant par le remercier de lui apporter son aide. Elle même ne savait pas si son frère avait été enlevé ou bien avait été stupide. Elle commença ensuite à lui parler de Jarod. Apparemment, Naki l'avait mal compris quand il lui avait parlé de ce groupe. Visiblement, elle avait cru qu'il parlait d'une personne, en prononçant ce nom et non d'un groupe d'individu. Ce n'était pas très grave, il clarifierait les choses ensuite. Toutefois, la jeune femme l'informa sur un détail qu'il ignorait, l'identité de la personne à la tête de Jarod.

Elle continua de parler, lui présentant des images issus de son omnitech, l'une d'elle montrant une drell élégante, la chef de Jarod. Naki poursuivit en lui parlant d'un butarien apparemment très dangereux, ayant résisté à une militaire turienne. De plus, il y avait un vortcha armé d'un fusil de précision. Talus doutait quelque peu du danger que pouvait représenter ce cafard de l'espace. Les vortchas étaient stupides et impatients, deux défauts qu'un bon tireur d'élite ne devait pas posséder. Talus continuait de réfléchir sur la stratégie à adopter, lorsque Naki s'adressa directement à lui. Elle voulait en savoir plus sur ce qu'il savait et s'ils avaient une chance de réussir. Il était évident que la quarienne était très inquiète. Cependant, c'était pour elle-même ou pour son frère?


-Eh bien, premièrement, contrairement à ce que tu as pu comprendre, je savais déjà que Jarod n'était pas une personne, mais un groupe d'individu. Toutefois, je dois avouer que j'ignorais que cette drell était à la tête de leur groupe. Je pensais qu'elle devait plutôt être le second ou un truc dans le genre... En même temps, je ne me suis pas trop penché sur la question. Je pensais surtout que le chef s'appelait vraiment Jarod, mais qu'il restait dans l'ombre. Du temps que j'étais militaire et ensuite quand je suis passé à mon propre compte, j'ai croisé quelques gangs, avec des moyens et une force réduite... et une intelligence encore plus faible. Presque tous avait le nom de leur chef comme nom pour leur groupe.

Le turien se tut un court moment.

-Mais pour en revenir à ce qui nous intéresse. J'ai eu affaire avec eu, à deux ou trois reprises. Une fois j'ai remis à sa place un de ces petits cons qui s'en prenait à des gamins. Une autre fois, j'ai fait sauté la cervelle de l'un des leurs, à cause d'un contrat. Puis, la dernière fois, j'ai cassé les deux bras du type de la première fois, parce qu'il s'en prenait cette fois à jeune femme.

Le turien haussa les épaules ensuite.

-Quant à nos chances, j'estime qu'elles sont plutôt bonnes. Déjà, s'ils ignorent qu'on arrive, l'effet de surprise sera en notre faveur. Sinon, tant qu'on s'en débarrasse d'un ou deux ça reste gérable. De toute façon, ce genre de petits truands deviennent des lâches dès qu'il y a un peu de résistance.

Talus activa ensuite son omnitech, dévoilant une carte d'Oméga. Deux points rouges apparurent sur le plan.

-Pour ce qui est de leur emplacement. Il y a deux possibilités.

Il pointa le point le plus proche.

-Tout d'abord, ici. Endroit plus ou moins tranquille, avec des entrepôt désaffectés, surtout utilisé par des dealers pour fabriquer leurs drogues. Jarod a deux entrepôt dans ce coin.

Puis, il pointa le second point.

-Puis, la deuxième possibilité. Quartier à la température supérieure à la moyenne. Ils ont un bâtiment dans ce coin. Je sais pas trop à quoi il sert par contre. Si tu as quelque chose pour clarifier la recherche, se serait utile.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2862-journal-de-bord-de-kori-penyo-nar-tarek#37021


Inspiration Divine
Messages : 717

MessageSujet: Re: Seule dans l'abîme   Lun 04 Juil 2016, 21:27



Naki se redressa sur son siège, absorbée par les paroles du Turien. Il avait donc déjà croisé la route de Jarod et à l'entendre, ça ne manquait pas d'agitation pendant leur rencontre. Naki se demanda qu'elle genre de journal pouvait tenir ce groupe pour avoir recours à des personnes si monstrueuses ? S'en prendre à des enfants ? Qu'espéraient-ils obtenir comme informations ?
La Quarienne resta un moment muette lorsque Macdonis énuméra les différents châtiments subit par ces personnages dangereux. Au moins, s'ils venaient à les rencontrer, voilà qu'elle se sentait plus à même d'y survivre. En considérant, bien sûr, que ce Turien ne décide pas de lui faire sauter la cervelle à elle aussi...Mais ça ne semblait pas être son genre, Taal lui avait assurée avoir une parfaite confiance en cet individu, Naki devait en faire de même. Et puis, elle se sentait quelque peu rassurer d'avoir un homme de cette trempe à ses cotés.

- Voila que je remet ma vie entre les mains d'un inconnu...Songea-t-elle. Qu'est-ce qui m'a pris de venir ici sans aide ?

Elle soupira silencieusement.

- Je crois que je ne vaux pas mieux que mon frère finalement...

Macdonnis estimait que l'effet de surprise était un avantage pour eux, toujours ça de pris. Mais une surprise ne durait pas bien longtemps, il ne leur faudrait pas longtemps avant de rappliquer en vitesse. Le gros problème restait de trouver son frère avant que cet effet ne se dissipe, mais où chercher ?
Elle allait interroger le Turien quand celui-ci poursuivit, comme conscient de ce que pensait la jeune Quarienne.

- Pour ce qui est de leur emplacement. Lança-t-il en allumant à son tour son omnitech. Il y a deux possibilités.

Naki observa les points lumineux avec attention, la carte d'Oméga lui était totalement étrangère mais peut-être reconnaîtrait-elle un lieu de sa dernière visite. Elle et son frère s'étaient retrouvés assommé quelque part dans cette station, un coin qui semblait délaissé, peut être était-ce là qu'ils avaient enfermés Kori ?
Lorsque Macdonnis évoqua les entrepôts désaffectés, Naki s'approcha du plan, en étudiant les recoins de cette zones dans l'espoir d'y reconnaître quelque chose de caractéristique. En vain.

- Puis, poursuivit le Turien, la deuxième possibilité. Quartier à la température supérieure à la moyenne. Ils ont un bâtiment dans ce coin. Je sais pas trop à quoi il sert par contre. Si tu as quelque chose pour clarifier la recherche, se serait utile.

Naki réfléchit quelques instants, le quartier en question n'avait rien d'exceptionnel, de petits locaux la constituaient, des habitations, peut-être d'autre entrepôts, impossible de savoir. D'ailleurs, elle ne comprenait même pas pourquoi un journal avait tant besoin de s'eparpiller.

- Est-ce que cette chaleur ne serait pas dû à un stockage de serveur ? Supposa Naki sans grande conviction. Peut-être que la station a crée ce point pour les rassembler, ça pourrait expliquer la température élevée.

Cette théorie ne manquait pas de réflexion, Naki imagina la quantité astronomique de serveur nécessaires pour faire monter ainsi la température d'un quartier entier, aussi petit soit-il.

- Peut-être est-ce juste une façade, vous dîtes qu'il n'y a que deux emplacements possibles.

La Quarienne mit un peu d'ordre à ses pensées avant de poursuivre, plus convaincue.

- Les premiers sont, d'après vous, des entrepôts utilisés par des dealer, je vois mal quelqu'un développer une entreprise dans ce genre de secteur, même si Jarod ne semble reculer devant rien pour obtenir ce qu'il recherche, il n'en sont pas moins un journal publié régulièrement et une entreprise qui tourne. Je n'y connais pas grand chose, mais j'imagine qu'elle doit avoir des actionnaires, des relations, des contacts...Difficile de créer une relation de confiance dans un tel endroit, non ?

Après tout...Ils étaient sur Oméga, y avait-il réellement un lieu propice pour une relation de confiance par ici ? Y avait-il seulement ce genre de relation ?

- Il doit y avoir un siège social quelque part, encore faudrait-il savoir où...Marmonna la Quarienne. Pour ce qui est de l'autre endroit, je n'ai pas le souvenir d'avoir ressenti une chaleur qui sortait de la normal la dernière fois que j'ai eu affaire à eux, ce qui ne veut pas dire que je me trouvais à l'endroit où Kori est actuellement ?

Naki coinça son menton entre deux de ses doigts, songeuse.

- Non, confirma-t-elle, je pense que le mieux est d'abord d'aller faire un tour vers ces entrepôt. Il faut bien commencer par quelque chose de toute façon...

Si peu d'indice, pensa la Quarienne déjà dépitée de la difficulté qui se révélait à elle à peine arrivée à la station.



Honneurs:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 162

MessageSujet: Re: Seule dans l'abîme   Mar 05 Juil 2016, 19:33
Talus attendait patiemment la réponse de la quarienne. Si cette dernière pouvait lui fournir des informations supplémentaires, se serait très utile. Naki l'avait écouté tandis qu'il lui faisait part de ses connaissances et de ses observations sur Jarod. Lorsqu'il lui montra le plan de la station, la quarienne s'approcha légèrement du plan, pour y jeter un œil. Puis, elle commença ses propres observations et questionnement. Tout d'abord, elle lui demanda s'il était possible que la chaleur plus élevé des entrepôts pourraient être dû à des serveurs, destinés à stocker divers type d'information. Le turien ne répondit pas à cette observation, cependant la jeune femme avait raison, cela pouvait être une possibilité pour expliquer la chaleur présente dans cette zone. Ensuite, Naki lui fit part de sa dernière réflexion, concernant un deuxième emplacement. Le chasseur de primes répondit simplement en hochant la tête.

Elle continua ses réflexions. Visiblement, elle avait des doutes concernant la possibilité que Jarod ait un entrepôt pour produire des drogues, mais elle n'excluait pas cette possibilité. Naki continua ses réflexions, en abordant cette fois le genre de relation que pouvait avoir Jarod. Visiblement, la quarienne n'en savait pas davantage sur la position de son frère. Elle suggéra donc qu'ils se concentrent sur les entrepôts.


-C'est aussi mon avis. Quant aux dealers, va savoir. Soit Jarod s'est diversifié. Soit encore, c'est une sorte de relation de bon voisinage entre les deux. Après tout, nous sommes sur Oméga. Ici, les activités et les entreprises criminels, c'est la norme. Un peu comme un centre commercial sur n'importe quel planète civilisé... excepté qu'ici, quand on parle d'éliminer la concurrence, c'est physiquement et non économiquement.

Le turien réfléchit quelques instants.

-Avant qu'on parte, autant poser quelques questions aux bonnes personnes.

Il se leva et fit signe à la quarienne de le suivre. Talus se dirigea directement vers la bar et pris place devant le barman, un butarien. Ce dernier lui jeta un simple regard, attendant visiblement de savoir ce que le turien allait lui commander. Le chasseur de prime ne dit rien pendant quelques instants. Puis, il dit un simple mot au barman.

-Jarod.

-Connais pas.

Une centaine de crédit lui rafraichit soudainement la mémoire.

-Des crétins si tu veux mon avis. Pour l'instant, ils s'en sortent pas trop mal, mais ils vont sûrement finir par faire chier la mauvaise personne. En plus, avec les trucs qu'ils font aux entrepôts.

-La drogue?

-C'est pas complètement clair. Par moment, on raconte qu'ils en produisent. Par d'autres, qu'ils font affaire avec les fabricants, du genre, vous fabriquez, on se charge de l'amener discrètement à vos dealers. Les rumeurs, c'est ce que c'est.

-Et l'enlèvement d'un quarien?

-J'en ai entendu parlé. Une histoire de vengeance ou d'affaire, c'est pas très clair. À mon avis, il va s'en prendre tout une raclée. Se serait liée à une histoire de conflit commerciale.

-C'est à dire?

-Aucune idée.

-Merci.

Le turien s'intéressa de nouveau à la quarienne.

-Toujours questionner le barman. C'est le genre de personne qui possède beaucoup d'informations. La plupart des gens oublies leur présence quand ils viennent boire un coup. Ainsi, ils parlent parfois de trucs alors qu'ils devraient se taire. Ça ou bien, ils parlent après avoir trop but. Très utile pour avoir des informations venant directement des personnes impliquées ou encore de simple témoins. Sur ce, nous ferions mieux de nous mettre en chemin.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2862-journal-de-bord-de-kori-penyo-nar-tarek#37021


Inspiration Divine
Messages : 717

MessageSujet: Re: Seule dans l'abîme   Mer 13 Juil 2016, 12:48



Le barman, Naki nota cette information dans un coin de sa mémoire. Non pas qu'elle pensait en avoir régulièrement besoin, mais son protecteur semblait si enclin à lui procurer des conseils, et chacun de ceux-là s'avéreraient certainement très précieux sur la station, qu'elle accueillait chacune de ses paroles avec gratitude.
La Quarienne avait écouté l'employé de var avec attention, légèrement en retrait du Turien dont la prestance et l'aisance leur apportaient sûrement beaucoup plus que si elle-même avait posé la question.
Naki fut sidérée lorsque le barman leur révéla le lien plus que probable entre le journal et les trafiquants de drogue qui semblaient opérer près des entrepôts. Et pourtant, cette idée lui parut des plus évidente. Il fallait croire qu'elle oubliait parfois où elle se trouvais, ou alors avait-elle trop de mal à se convaincre qu'ils peineraient à trouver quelqu'un avec une once d'honneur et de générosité.
Cette pensée la fit à nouveau se méfier de Macdonis. Lui qui paraissait si prompte à lui venir en aide.

- Il a la confiance de Taal...Se répétait-elle pour se donner du courage.

Combien avait coûté cette confiance ? Cette remarque la frappa comme un coup au ventre. Et surtout pour combien de temps ?
Naki chassa ces idées noires pour se reporter sur la conversation lorsque l'on en vint aux ragots quand à l'enlèvement d'un Quarien. La jeune femme accueillis avec soulagement ces informations. Au moins ne nageaient-ils pas complètement dans l'inconnu. Toutefois, elle ne comprit pas en quoi son frère représentait un conflit commercial. Les rumeurs restaient, après tout, des rumeurs...
Macdonis remercia enfin le barman et les deux compagnons prirent congés du bruyant Afterlife pour se diriger, non sans une pointe d'angoisse perçant le cœur de la Quarienne, vers les entrepôts, leur place au bar rapidement prise par un individu aux allures peu avenante qui, après réflexion, ne devait pas beaucoup différer d'eux...


***


Kori rampait comme un insecte le long du mur. Les mains toujours attachées, il tentait tant bien que mal d'explorer son environnement.
La douleur lancinante avait quelque peu cessée, sans pour autant l'empêcher de pousser des râles d'effort à chaque mouvements.
De là où il se trouvait, le prisonnier pouvait apercevoir une bonne partie de la minuscule salle dans laquelle il se trouvait depuis, lui semblait-il, une année entière ! Il repéra aussi que ce qu'il pensait être un mur séparant la pièce en deux se révélait n'être que la coque métallique d'un appareil d'une hauteur à première vue plus grande qu'il ne l'était lui-même.
L'inspections des alentours lui révéla un deuxième engin semblable à celui contre lequel il se tenait. Tout autour, en hauteur, des ventilateurs brassaient nonchalamment de leurs palmes grises et crasseuses.
Impossible de passer par là.
Se traînant n peu plus en dehors de sa cachette, l'esquisse d'une porte unique se dessina dans son champs de vision.

- Pas d'autres issues...Déplora le Quarien.

Sans qu'il n'eut le temps de réagir, la porte s'ouvrit rapidement dans ce chuintement insupportable qu'il venait à redouter à présent ?
Alors, il vit enfin son agresseur. Grand, le regard froid et assassin amplifié par les trois pairs d'yeux et, à sa hanche, un holster et le manche inquiétant d'une omnilame.
Kori reconnut d'emblée le Butarien qui les avait attaqués lors de leur précédente venue. Sa confrontation avec Ravilla Aper avait donné du fil à retordre à la Turienne. Autant dire que Kori n'avait aucune chance s'il tentait de se la jouer baroudeur inconscient.

- Je peux savoir ce que tu fais à ramper ? Lui demanda son geôlier.

Kori ne put répondre, trop occupé qu'il était à réguler sa respiration haletante.
Le Butarien déposa sans douceur un hologramme près du casque de sa victime.

- Elle veut te parler, daigna-t-il simplement lui dire de sa voix grave tout en actionnant l'engin.

Au déclic de mise en route suivi la création d'un visage inconnu que Kor identifia comme celui d'une Drelle, bien qu'il n'eut jamais l'occasion de discuter avec quelqu'un de cette espèce.

- Bonjour, grésilla la voix féminine légèrement modifiée par le module audio de l'appareil. Kori, c'est bien ça ?

Elle laissa le temps au Quarien d'acquiescer, bien que sa question soir, en toute vraisemblance, complètement réthorique.

- Je suis mademoiselle Châne, se présenta la voix. On a à discuter tous les deux.

Le visage holographique arbora un sourire aux allures douces du prédateur qui se sait en position de force.

- Mais avant que nous n'abordions les raisons qui te pousse à me rechercher, tu sera sûrement ravi de savoir que ta chère sœur se trouve sur la station. Naki, si je ne m'abuse ? Un bien joli prénom.

Kori ferma les yeux, son souffle s'accéléra tandis qu'il imaginait les pires atrocités pour sa sœur que sa bêtise sans nom avait amenée dans cette abîme infernale.

- Laissez la tranquille. Cracha le Quarien dans un soupir rauque.

Son interlocuteur sourit à pleine dent.


- Bien, susurra Kira Nae Châne. Maintenant, discutons.

***


La vaste rue où s'alignait, interminable, de longs entrepôts brillait par son absence de vie et du silence inquiétant qui offrait au lieu une atmosphère emprunte d'une tension latente qui ne demandait qu'à enflammer l'air ambiant.
Naki et Talus avaient rejoint les lieux par transport avant de se faire déposer à quelques rues de là. Cet endroit plutôt inhospitalier n'étant évidemment pas desservi.
La Quarienne traversa cette avenue déserte sous l'ombre de son protecteur, l'écho de ses pas la faisant sursauter, persuadée qu'elle était que quelqu'un se tapissait dans l'ombre, prêt à leur bondir dessus.
Par moments, les deux compagnons croisaient quelques âmes égarées errant au détour d'un baraquement, un sachet de ce qui semblait être su sable rouge entre les doigts.

C'est alors qu'au détour d'un embranchement, ce qu'elle craignait se produisit.
Dardant sur eux leurs regards inquisiteurs, un petit groupe d'individu réunis les observaient venir. Il était évident que Talus et elle-même auraient besoin d'obtenir des information par des habituées à cet endroit, comment trouver le bon entrepôt parmi tout ces multitude autrement ?
Mais si le groupe visiblement peu amène était, d'une façon ou d'une autre, en bon terme avec Jarod, ils ne risquaient pas de leur offrir leur réponse sur un plateau d'argent...
Sans se démonter, Macdonis poursuivit sa route jusqu'à eux tandis que l'un des individus s'approchait de son coté. Une fois face à face, le dealeur dévisagea les deux intrus qui s'amusaient à traîner en des endroits où ils n'avaient strictement rien à faire.

- Qu'est-ce que vous venez faire dans le coin ? Demanda-t-il en dégageant un mollard qui devait sans nul doute le gêner pour l'expédier ainsi.

Il resta planté là, le regard sur soutenant celui du Turien, sa force reposant sur les cinq individus qui profitaient de la scène à quelques pas d'eux.
Force d'une efficacité que la jeune Qarienne ne put que confirmer.



Honneurs:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 162

MessageSujet: Re: Seule dans l'abîme   Sam 16 Juil 2016, 17:52
La discussions avec le barman avait permis d'obtenir de précieuses informations. Pour l'heure, alors que Naki et lui quittait le bar, Talus se livrait à quelques petites réflexions. Cette histoire de conflit commercial l'intriguait. Le quarien enlevé semblait y être lié d'une manière ou d'une autre, mais comment? Visiblement, ce n'était pas un trafiquant, de même pour sa sœur. Si ça avait été le cas, soit Naki n'aurait pas réagit, soit elle aurait engagé ou envoyés des hommes peu recommandable pour faire le sale boulot. Le quarien était un moyen de faire pression sur quelqu'un d'autre? Un ami, un membre de la famille, un employeur? Le turien continua de cogiter tandis qu'il prenait un transport, jusqu'à ce que ce dernier les dépose à quelques rues de la destination prévue.

Talus ne fit pas un seul commentaire à leur chauffeur. Ce que cette personne faisait n'avait rien d'anormal. Le coin où ils se rendaient était peu fréquentable, même selon les standards d'Oméga. Rien de bizarre à ce que certains préfèrent éviter de se faire tirer dessus, surtout pour de parfait inconnus. Le turien paya leur chauffeur et à peine Naki et lui furent-ils débarquer que leur moyen de transport décolla et disparu au loin. Visiblement, leur chauffeur les avait déjà amené trop loin à son goût. Le turien et la quarienne commencèrent leur progression dans les ruelles et avenues malfamés. Personne ne faisait attention à eux. Même si cela avait été le cas, cela n'aurait pas changé grand chose. Probable que certains les aurait perçu comme un garde du corps et sa cliente ou encore, comme un turien et sa prochaine histoire d'un soir. Peu importe aux yeux de Talus, libre aux autres de penser ce qu'ils veulent.

Toutefois, les rares personnes qu'ils croisaient étaient surtout des camés à divers stades de dépendance. Le turien cru même voir l'un d'eux caresser sa dose de sable rouge, comme si cela avait été l'amour de sa vie. Talus préférait garder ses mains près de ses armes. Surtout, il était prêt à dégainer et à faire couler le sang si c'était nécessaire. Leur petite marche finit par leur faire croiser la route d'un petit groupe, après un embranchement. Leurs regards inquisiteurs laissa Talus de glace. Ne pas se laisser impressionner ou effrayer, autrement ces vermines le sentiraient et en profiteraient. De plus, ce regroupement de petits cons leur serait des plus utiles. Talus se dirigea vers eux, mais avant il murmura quelques paroles à l'intention de Naki.


-Joue le jeu et tout se passera bien.

Le turien se retrouva quelques instants plus tard, face à face avec celui qui était ou se prenait pour le chef du groupe. Talus ne réagit pas lorsque l'odeur fétide de l'humain atteint ses narines. Sérieusement, cet humain empestait horriblement, probablement qu'il n'avait jamais pris de douche de toute sa vie. Ça et le fait qu'il était moche, il ne devait pas avoir de succès avec les filles. L'homme lâcha un crachat dégoutant, tout en s'adressant à lui, désirant connaîtra la raison de sa présence. Il était maintenant temps de prendre les choses en mains et de jouer avec ces cons.

-Je suis là pour faire des affaires.

-Quel genre d'affaire?

-Très lucrative.

-Et le genre de marchandises?

-Du sable rouge, en bonne quantité.

L'homme resta silencieux un moment et lâcha un léger rire.

-Et t’espère quoi? Le vendre sur Oméga, la concurrence est rude ici.

-Je n'ai pas l'intention de faire de la vente sur Oméga. Des endroits comme la Citadelle et autres grandes agglomérations galactique, ça c'est plus intéressant.

-Amuses-toi à faire ça et tu te feras pincés par les flics en deux secondes.

-Pas avec le bon moyen de livraison.

Talus pointa Naki du pouce.

-Elle est là pour ça. Pour ma petite expérience personnelle. Une bonne quantité de sable rouge porté par des quariens, dissimulé à l'intérieur de leur combinaison. Cela évitera que la marchandise soit détecté par les appareils des flics. Surtout, il n'y a pas un flic non-quarien qui osera fouiller un quarien. Trop de risque d'infection pour le quarien et d'ennui pour le flic.

-... Inusité... et très intéressant comme idée. Eh, fillette, tu peux cacher la marchandise où exactement?

Talus garda le silence. Il fallait juste Naki joue le jeu. Une importante quantité de sable rouge forcerait ces idiots à leur indiquer l'endroit où aller ou bien à les y emmener eux-même. Par précaution, le turien restait prêt à agir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2862-journal-de-bord-de-kori-penyo-nar-tarek#37021


Inspiration Divine
Messages : 717

MessageSujet: Re: Seule dans l'abîme   Ven 22 Juil 2016, 23:28


Jouer le jeu...Facile à dire quand on avait l'habitude de ce genre de situation !
Naki sentait ses jambes se disloquer au fur et à mesure que Macdonis exposait son plan de revente illégale.
Quand bien même elle parvenait à ne pas s'écrouler aux yeux de tous, il lui paraissait bien plus difficile de maîtriser sa voix et, bloquée par la crainte de s'entendre dérailler, elle ne parvint pas tout de suite à prendre la parole et crut mourir étouffée dans sa propre salive lorsque l'abjecte individu lui posa une question.

- Eh fillette ! Tu peux cacher la marchandise où exactement ?

Sa première pensée fut pour un lieu plus que privée. Elle était loin d'être stupide et avait souvent entendu parler de ces jeunes femmes qui profitaient de leurs parties intimes pour véhiculer toutes sortes de marchandises. Elle se demandait alors quel genre de personnes pouvaient imposer de telles choses.

- Ce genre de personne, songea-t-elle amèrement, les yeux fixés sur le truand.

Elle exécrait ces hommes au plus haut point. Peut-être était-ce ça qui poussa la Quarienne à ne pas regretter de les duper.

- Il existe une cavité, commença-t-elle non sans jeter un regard discret à son compagnon Turien. Juste à l'arrière du casque, c'est elle qui gère l'épuration de l'air que l'on reçoit dans nos combinaisons . Une petite quantité de sable rouge peut y être mise sans que ça obstrue les voies de respiration.

L'homme la regardait sans ciller, son regard exprimant aussi peu d'approbation que d'inintérêt. Elle poursuivit tout de même.

- L'avantage est effectivement la fable probabilité d'être détecté, reprit Naki, laissant parfois échapper quelques grésillements de stress.
- Et si jamais t'es détectée ? Supposa le dealeur.
- Est-ce que vous iriez toucher le casque d'un Quarien, vous ? Une mauvaise manip et c'est le procès assuré pour mise en danger. Et pour extirper la marchandise il faudrait mettre le Quarien en lieu complètement stérile et disposer du matériel nécessaire pour ne pas endommager le casque. Autant dire qu'il n'y en a pas beaucoup sur la Citadelle.
- Quoi d'autre ? Insista-t-il.

Naki réfléchit un instant. Elle aurait espéré que cet argument le convaincrait, elle n'en revenait pas elle-même d'avoir inventé un mensonge aussi gros en quelques secondes ! D'autant plus qu'elle n'était ni médecin, ni spécialiste des protection Quarienne et qu'elle n'aurait en aucun cas parié sur sa vie que l'on puisse glisser quoi que ce soit dans le filtre à air d'un Quarien.

- Si une telle chose était possible, mes avis que quelqu'un aurait déjà fait le coup ! Pensa-t-elle, une goutte glacée coulant le long de son cou alors qu'elle sentait sa combinaison réguler la montée de chaleur dont elle était victime.

Puis à l'attention du dealeur.

- Nos combinaisons disposent de beaucoup de mécanismes de ce genre, sans compter tous les endroits plus simples d'accès et qui profitent des mêmes bénéfices.

Naki se détestait de jouer à ce jeu là. Elle demeurait à présent persuadée de se considérer comme un monstre le jour où elle verrait aux informations que des Quariens profitaient de leurs combinaisons pour transporter des matières illicites.

- Vous en saurez beaucoup plus après avoir accepté. Conclut la Quarienne en se tournant vers le Turien.

Elle était à court d'idée, si seulement Macdonis pouvait voir son visage à travers la vitre teintée de son casque, il pourrait y lire toute la détresse qu'elle tentait de mettre dans cette simple phrase.

- Je ne jouerai pas à ça bien longtemps pas à ce jeu bien longtemps, criait-elle en silence. Par pitié, obtenez vite vos réponses et partons d'ici !

Mais la Quarienne sentait en son for intérieur qu'ils étaient loin d'en finir avec eux. Même s'ils acceptaient ce marché factice, quelles raisons les pousserait à leur indiquer où se trouvait l'entrepôt de Jarod ? Et même si ce groupe de dealeur n'avait rien à voir avec l'enlèvement de son frère, pénétrer en ces lieux serait nettement plus difficile que de tailler une bavette avec ces hommes.
Talus devait avoir un plan. Oui, il en avait forcément un ! Puisqu'elle même n'en avait aucun si ce n'était croiser les doigts et espérer bêtement qu'on lui rendrait Kori sans faire d'histoire.

- Tu rêves ma pauvre ! Cracha sa conscience.

Naki sentit une larme exploser ses défenses, puis une deuxième quand elle ferma les yeux un instant.

- Intéressant, annonça finalement le truand. C'est quoi le deal ?



Honneurs:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 162

MessageSujet: Re: Seule dans l'abîme   Ven 29 Juil 2016, 05:15
Talus avait lancé l'opportunité, il ne restait plus à espérer que Naki serait capable d'en profiter. Au cas où, le turien réfléchissait déjà à sa prochaine action, si jamais la quarienne faisait tout rater ou bien si les brigands ne tombaient pas dans le panneau.

**Profiter de l'effet de surprise pour sortir mon pistolet et mettre une balle dans la tête des deux types les plus loin. Prendre le dealer comme bouclier humain et abattre le dernier type. Finalement, s'il est encore en vie, faire parler le dealer.**

La quarienne restait silencieuse. Le chasseur de primes n'aimait pas ça. Il allait attendre encore quelques instants, ensuite, il commencerait à faire voler des cervelles en éclats. Puis, elle prit enfin la parole. Elle commença par parler d'une cavité, avant de lui lancer un regard, probablement. Naki poursuivit, en parlant au dealer d'une cavité situé à l'arrière de leur casque, par laquelle l'air purifié était envoyé. Le turien ignorait si une telle cavité existait, mais cela n'avait aucune importance. Il aurait fallut un autre quarien pour confirmer ou s'y opposer. La quarienne entra dans le jeu, en parlant du faible risque de se faire détecter et rassura ensuite le dealer sur le risque de se faire coincer. Elle utilisa même l'aspect juridique pour convaincre l'homme. Après tout, elle avait raison, rare serait les agents de l'ordre qui risqueraient un procès sur une simple supposition. De plus, sans le matériel approprié, fouiller un quarien était trop risqué.

Elle continua d'argumenter avec le dealer. Peu à peu ce dernier se laissa convaincre. Parfait. Pendant la discussion entre le truand et la quarienne, Talus songeait à la suite de son plan. Il avait déjà une bonne idée de la manière qu'il agirait par la suite. Finalement, le trafiquant se tourna vers lui. Il lui demanda ensuite quel était le deal qu'il avait à proposer.


-Mon offre est simple en fait. J'ai besoin d'au moins une vingtaine de sachets, environ 4,5 kilogrammes chacun.

-Je doute énormément que ta fillette puisse en transporter autant sur elle, surtout sans se faire repérer.

-J'ai d'autres quariens. Si je l'ai amené avec moi, c'est pour savoir combien de sachet il est possible de dissimuler en moyenne sur chaque quariens. Alors, là tout de suite, je dis 20 sachets, mais je vais sûrement t'en acheter plus que cela.

-Et comment tu comptes faire pour tes tests? Il n'y a pas de chambre stérile ici.

-Pas la peine, avec la quantité de produits que je lui ai filé pour renforcer son système immunitaire, elle ne risque rien. Pour les prochaines heures, elle doit probablement être aussi résistante qu'un vortcha.

Le dealer resta silencieux un moment.

-Bon très bien. Suivez moi, je n'ai pas une quantité aussi précise ici.

Le dealer se fit en marche, en compagnie d'un de ses hommes, les autres restant sur place. Le turien fit signe à Naki de suivre. Ils marchèrent plusieurs minutes, avant d'arriver à proximité d'un petit entrepôt. Le dealer ouvra la porte et entra avec son homme de main. Turien et quarienne entrèrent à leur tour. L'entrepôt se composait d'une unique pièce, occupé en partie par un chimiste galarien et son petit laboratoire clandestin. Il suffisait de regarder le chimiste pour comprendre qu'il n'était pas là de son plein gré: blessures aux visages, brûlures, œil au beurre noir. Talus remarqua également qu'il lui manquait un doigt à la main gauche et qu'une chaîne le liait au sol. Le dealer échangea quelque mots avec le galarien, qui commença aussitôt à préparer des sachets de sable rouge.

-C'est qui celui-là?

-Un petit merdeux galarien. Efficace, il suffit juste de le motiver de temps en temps.

-Il est là depuis longtemps?

-Environ deux ans.

Les sachets furent prêts. Le dealer en prit un en main et se dirigea vers Naki.

-Allez, commence à retirez des morceaux... J'ai toujours eu envie de voir à quoi ressemble les quariennes.

Sans un mot, Talus dégaina son pistolet et avant que l'homme de main du dealer n'eut la chance de comprendre ce qui se passait, il enfonça le canon dans sa bouche. Puis, le turien appuya sur la détente. Le tir perfora la gorge de l'homme et il s'écroula au sol, raide mort. Le dealer se retournait à peine que Talus lui sauta dessus et l'emprisonna dans une solide clé de bras. De sa position, le turien pouvait l'étrangler sans problème s'il tentait de résister. Cependant, au lieu de discuter avec le dealer, Talus s'intéressa plutôt au galarien.

-Eh, Jarrod, ça te dit quelque chose.

-Je... Je n'ai rien vue, ne me tuez pas!

-Ce n'est pas mon intention. Tu connais ou pas?

-C'est... c'est le dernier entrepôt de la rue, vers la gauche.

-Tu es sûr?

-Absolument, ils interdisent à quiconque de la zone de s'en approcher.

Le turien acquiesa satisfait, il fouilla rapidement le dealer et trouva ce qu'il cherchait: un clé et une puce de crédit. Talus trouva également un couteau. Il lança la clé au galarien. Ce dernier l'attrapa en plein vol et s'en servit aussitôt pour se libérer de sa chaine. Ensuite, Talus jeta au sol le dealer vers la table. L'homme resta au sol par crainte du turien. Ce dernier se contenta d'approcher, il laissa devant le galarien la puce de crédit et le couteau du dealer.

-Dédommagement de sa part pour tout ce temps de travail. Pour le reste, c'est à toi de voir.

Talus s'éloigna, faisant signe à Naki de sortir. Alors qu'ils quittaient l'entrepôt, ils purent entendre le cri du dealer. Visiblement, le galarien préférait régler ses comptes.

-Alors, prête pour la suite, Naki?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2862-journal-de-bord-de-kori-penyo-nar-tarek#37021


Inspiration Divine
Messages : 717

MessageSujet: Re: Seule dans l'abîme   Mar 16 Aoû 2016, 20:25


Contre toute attente, leur petit jeu prenait racine, si bien que Naki se demanda un instant si le Turien n’en profitait pas pour se ravitailler gratuitement en drogue. Peu importait, dans le fond, ce qu’il décidait de se foutre dans le nez pourvu qu’il l’emmène jusqu’à son frère et les aide à quitter cet endroit.
Le dealer les accompagna dans un entrepôt sombre au murs gris éclairés par des néons blafards qui balançait des ombres sur le visage livide d’un Galarien enchaîné au sol.
Naki dut se faire violence pour apaiser sa respiration qui ne cessait de s’affoler. Un regard en arrière lui apprit avec inquiétude que l’homme de main refermait la lourde porte coulissante derrière eux, les plongeant dans ce monde d’agressivité et de drogue.
Talus Macdonnis échangea quelques mots avec leur hôte. Naki, elle, restait silencieuse, le regard braqué sur le pauvre hère au doigt tranché qui s’activait derrière son labo improvisé. La Quarienne se prit à imaginer un instant les choix qui l’avait mené à cette prison. Au vu de l’attirail complexe qu’il semblait utiliser, Naki ne doutait pas des années d’études que ce Galarien devait traîné derrière lui.
La jeune Quarienne revint à elle lorsque l’écho des sachets déposés se fit entendre.

- Je ne peux pas me permettre de penser à lui, se convainquit-elle avec répugnance.
- Allez, commence à retirer des morceaux...Lança le dealer. J’ai toujours eu envie de voir à quoi ressemble les Quariennes.

Naki pâlit, la bouche grande ouverte, tétanisée par la tournure que prenait les événements. Il ne faudrait pas plus d’une minute avant que leur interlocuteur ne comprenne qu’elle ne pouvait au aucun cas accéder à sa requête.
Elle voulut se tourner vers Macdonis, mais l’éclat brillant d’un canon détourna son regard. Elle suivit sa trajectoire, directement dans le gosier de l’homme de main. Un son tonitruant résonna si près d’elle qu’elle crut un moment en être la destinataire. De maigres gouttes de sang vinrent tacheter sa visière, agrémentant sa vue de petites tâches brunes tandis que le visage de l’être vivant en face d’elle se disloquait, éparpillé en amas de chair et d’os brisés.
Naki poussa un râle d’horreur avant de s’effondrer au sol, ne trouvant de force que dans ses bras pour se reculez du massacre qui s’effectuait devant elle.

- Ils nous auraient tués, baragouinait Naki comme un leitmotiv pour apaiser son âme. Ils nous auraient tués…

Le Turien s’occupa à délivrer le scientifique de ses chaînes. Toutefois, même cet acte de bonté, dont elle aurait sûrement fini par approuver à contre coeur, se persuadant que c’était là la seule solution, ne suffit pas à détourner son esprit du corps vidé de vie allongé à quelques mètres de là.
Malgré tout, la pauvre Quarienne ne put que se résigner à retrouver assez de force pour se relever lorsque Talus lui fit signe de la suivre, laissant ainsi le Galarien seule avec sa haine et un couteau.

- Alors, prête pour la suite, Naki ?

Elle opina lentement, laissant une larme percer ses défenses. Il le fallait bien…
Derrière eux, des cris de douleur résonnaient inlassablement.


***


Le hangar qu’ils cherchaient se trouvait tout au fond de l’allée qui voyait s’aligner des dizaines de bâtiments identiques uniquement différenciés par les numéros qui les ornaient et les quelques tags superposés sur leurs devantures.
Le trajet à l’air libre avait eu le bénéfice de calmer un peu la Quarienne, bien que "air" soit un terme peu approprié pour désigner les particules viciées qui constituait l’oxygène d’Oméga.
Naki observa quelques peu les environs. Vides. Le Galarien avait précisé que Jarod interdisait la zone, ce qui semblait véridique, toutefois étrange que l’on interdise un lieu sans le protéger…
La jeune femme suivit le Turien par la petite porte adjacente, imitant son coéquipier, elle empoigna son arme. Le poids et la crosse qu’elle sentait glacée malgré sa combinaison lui remémora les minutes lugubres où elle vit, pour la première fois, un Homme mourir sous ses yeux. Oh, des cadavres, il lui était arrivé d’en voir, le premier remontait à ses sept ans et l’image du corps inerte dévalant la montagne ne l’avait pas quittée pendant des années ! Combien de temps mettrait celle-ci à s’estomper ? Probablement ne le serait-elle jamais complètement…

- Et s’ils sont plus nombreux ? Demanda Naki dans un souffle. Vous l’aurez sans doute remarqué mais je ne peux pas vraiment vous venir en aide…

Elle en avait fait une sublime démonstration plus tôt…
La porte s’ouvrit dans un grincement timide, laissant place à une pièce noires ou seule perçait la faible lueur d’une lampe renversée au sol.
Coulant sur le bitume, le faisceau éclairait les pieds d’un chaise sur laquelle se confondait les jambes écartées dont l’habit caractéristique des Quariens sauta aux yeux de Naki.
Ils l’avaient retrouvé !
L’émotion fut telle que la Quarienne senti son coeur bondir contre sa poitrine. Il était la en vie. Sûrement amoché au vu de son affalement mais Naki vit sa tête dodeliner dans l’ombre. Elle courut sans perdre une seconde, des larmes de soulagement déchirant son cri.

- Kori !

Dans son élan, elle perçut brièvement un mouvement brusque de la part de Macdonis, sans pour autant en prendre compte.
Naki s’étala à genoux aux pieds du Quarien enchaîné, se perdant dans un flot de paroles incompréhensibles, tâtant les chaînes qui entravaient les mains de son jumeau. Des mains vêtues d’un vert pâle que l’obscurité camouflait.

- Vert...Songea Naki.

Elle occasionna un violent mouvement de recul alors que la tête de l’inconnu roulait sur le coté, un croassement rauque s’en échappant.

- Ce n’est pas lui ! Alerta machinalement Naki, la conclusion de cette vérité prenant rapidement forme dans son esprit.
Un vulgaire piège, dans lequel elle avait plongé avec bonheur. Mais trop tard, déjà sa tentative pour se remettre sur pied fut accueillie par un tir si près d’elle qu’elle jurerait avoir senti les éclats du bitume rebondirent sur sa combinaison.
Talus était loin, et elle était en joue. Combien d’hommes dans l’ombre ? Un ? Quinze ? Comment savoir…
Au loin dans l’obscurité, se répercutant contre les parois, une voix révéla sa présence.

- Tout le monde reste à sa place, résonna une voix caverneuse qui lui rappela avec amertume celle d’un Krogan. Inutile de jouer les marioles.

Sur cette réflexion, la lumière emplit peu à peu les lieux au rythme des néons clignotant.
Tout autour d’eux, la salle bénéficiait d’une plateforme circulaire surplombant la zone de rangement vide. Au moins sept, compta Naki dans ses mouvements de têtes affolés.
Talus se situait au plus près de la sortie, une chance pour lui de s’échapper et de la laisser en plant, vouée à une mort assurée. Bien qu’elle doutait que le Turien puisse les sortir de là.
Le Krogan émit un son guttural qui ressemblait à un rire.

- Il faudra penser à remercier cet informateur. Deux enfoirés de chez Jarod rien que pour nous !
- Attendez ! Coupa Naki aussi fort qu’elle le put. On n’est pas de Jarod ! On venait juste chercher quelqu’un.

Un capharnaüm de rire pour toute réponse.

- C’est ça...Supplies-moi, j’adore ça. Après toutes les emmerdes que vous nous avez causé, le boss sera ravi de discuter avec vous.

Le mastodonte dégobilla un crachât à terre avant d’éructer.

- Chopez-moi ces deux guignols !

Et le bruit de pas claquant contre les escaliers métallique résonna dans l’habitacle. Des bruits de pas qui résonnaient pour eux.


***


Avançant de sa démarche raide, Haz Arkiel foulait les couloirs de la station, imposant sa stature plus que convaincante à qui voulait lui chercher des noises. Il venait tout juste de quitter le Quarien qu’ils retenaient prisonnier. Cet énergumène commençait sérieusement à lui taper sur le système, et il ne découlait jamais rien de bon lorsqu’il était énervé, en particulier pour les autres…
Tandis qu’il ruminait sa colère, une légère sonnerie se fit entendre. D’un geste rapide, il actionna la conversation sur son omnitech. Kira.

- Haz ? Demanda la voix douce de sa supérieur. J’ai besoin de toi.
- Qu’est-ce qu’il se passe ? J’espère que tu veux pas me renvoyer voir ce sale gosse ! Ronchonna le Butarien sans cesser d’avancer.
- Ne t’inquiète pas pour lui, il est loin d’être une menace.
- J’avais remarqué…
- Je n’en doute pas Haz. Passons, on vient de recevoir un appel d’un de nos client, au niveau des entrepôts. Quelqu’un nous chercherait dans les parages. Il y a eu des coups de feu, sembla-t-elle utile de préciser.
- Les entrepôts ? Pourquoi nous chercher là bas ?
- Nous possédons un de ces bâtiments.
- Pour y faire quoi ?
- Pas grand choses en réalité...Il est désaffecté, on ne s’en sert plus depuis longtemps.
- Alors pourquoi est-ce que tu veux que je me casse le cul à aller là bas ?
- Je pense qu’il s’agit de la sœur du Quarien.

Haz jura en silence. Il le ferait chier jusqu’au bout.

- Explique-moi encore pourquoi on se fait chier avec eux ?
- Une vielle histoire Haz...Qu’il faut que je règle d’une façon où d’une autre.
- Avec le père du gamin, c’est ça ?
- Entre autre. Mais lui est mort, ceux qui m’inquiète, se sont les vivants.
- Donc les deux gamins.
- Disons plutôt celui qui les a envoyés jusqu’à nous…

Le Butarien émit un petit rire de satisfaction.

- Compris. Si elle est accompagnée, je le tue.
- Non, ramène-les moi.
- Et pourquoi ça ? Râla Arkiel.
- Parce que je te le demande Haz.

Et elle raccrocha, laissant un Butarien de plus en plus sur les nerfs se diriger vers les entrepôts.



Honneurs:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 162

MessageSujet: Re: Seule dans l'abîme   Mer 24 Aoû 2016, 23:12
Talus attendait paisiblement la réponse de la quarienne. Pour le moment, elle restait muette. Avait-elle été choqué parce qui venait de se passer avec ce petit trafiquant de drogues? Si c'était le cas, cela démontrait qu'elle en avait peu vu sur Oméga. Ici, ce genre de chose était la norme. Talus n'avait nullement l'intention de la prendre par la main ou dans ses bras et de la consoler. Si elle voulait survivre et espérer sauver son frère, la quarienne devrait se renforcer un peu. Au minimum, se renforcer mentalement. Autrement, elle finirait par se faire tuer stupidement. Au bout d'un moment, elle confirma qu'elle était prête. Ils progressèrent rapidement dans les ruelles menant à l'entrepôt de Jarod. Talus prenait soin de ne pas progresser trop rapidement, gardant l’œil sur Naki et sur un danger éventuel.

Ils arrivèrent rapidement à l'entrepôt, sans avoir croisé personne. La devanture avait eu droit à son graffiti, comme pratiquement tout les endroits de la zone. Le turien ne put s'empêcher de trouver le tout un poil comique. Les graffiteurs s'en donnaient à coeur joie dans de nombreux secteurs de la station. Un jour où l'autre, ils devraient probablement faire leur art sur l'extérieur de la station. Après tout, ils finiraient par manquer d'espace à l'intérieur. Pendant ce temps, la quarienne l'interrogea sur la marche à suivre, ajoutant au passage qu'elle ne serait pas en mesure de l'aider. Talus n'en doutait pas vraiment, après tout ses aptitudes de combattante semblait très limité.


-Ne t'en fais pas pour leur nombre, je me débrouille. On va tenter de faire sortir ton frère d'ici furtivement, si possible. Autrement, si on doit se battre, reste à couvert. Tu n'auras qu'à tirer quelque coup, en restant à couvert. Inutile de chercher à toucher l'ennemi, tir à côté si tu es plus à l'aise avec ça. Tant qu'eux ne savent pas que tu ne veux tuer personne, ils auront peur de tes tirs.

Puis, le turien ouvrit lentement la porte qui grinça timidement. Le chasseur de primes retint un juron. Il aurait préféré que le tout soit plus silencieux. Talus rentra dans la pièce lentement, son arme en main, prêt à ouvrir le feu si cela s'avérait nécessaire. Il pouvait voir dans une chaise, sur laquelle était retenu un individu. Sa tenue démontrait clairement son appartenance au peuple quarien. Le frère de Naki était donc bel et bien là. Surtout, il devait s'en être pris beaucoup. Soudainement, Naki se dirigea au pas de course vers son frère, en l'appelant par son nom. Talus tenta de la retenir, mais il réagit un instant trop tard, elle se trouvait hors de portée immédiate de ses bras. La quarienne se jeta à genoux devant son frère. Talus restait aux aguets, c'était trop facile à son goût. Il avait raison, car Naki recula et annonça que ce n'était pas son frère.

Un tir retentit sur le sol et Talus se mis à couvert derrière une pile de débris traînant à proximité. Une voix se fit ensuite entendre. Le chasseur de primes n'eut aucun mal à reconnaitre le ton de voix caractéristique des krogans. Il se mis en joue, partiellement protéger par son abri de fortune. Le turien les détailla du regard, les adversaires qui se tenaient sur une passerelle en hauteur. Au vue de leur couleur, de leurs armures et de la présence de vortchas et de krogans, aucun doute possible. Ces gars là étaient des berserkers. Le krogan commença à s'exprimer. Apparemment quelqu'un lui avait fait croire que Naki et Talus étaient des membres de Jarod. Naki tenta de leur expliquer qu'ils se trompaient, mais cela n'eut pour effet que de les faire rire. De plus, celui qui semblait diriger le groupe affirma que Jarod avait causé beaucoup de problèmes aux berserkers. Un ennemi commun en somme. Talus resta de marbre, alors que des bruits de pas sur la passerelle se firent entendre.


-La demoiselle ne ment pas, on ne fait pas partie de Jarod elle et moi. On les emmerde ces cons. Tout ce qu'on veut c'est retrouver son frère. Nous n'avons aucune raison de nous battre.

-Si tu crois que je vais croire un turien. Je te croirai peut-être, une fois que je t'aurai fait goûter à mes poings.

-Si tu le dis, mon gros. D'ailleurs, je suis surpris de constater que la passerelle arrive à supporter ton poids.

Cela eut l'effet désiré, car quelques rires se firent entendre, venant de vortchas et également d'un autre krogans. D'abord, ridiculiser un peu le chef et tenter d'en faire plus, pour profiter de la situation. En réponse le krogan insulté commença à frapper fermement la passerelle de son pied.

-Si tu crois que tu peux m'insulter et t'en sortir, tu te -

Le krogan ne put finir sa phrase, à force de frapper la passerelle de son pied, un grincement inquiétant se fit entendre. L'instant d'après, la totalité de la passerelle s'écroula. Tandis que les berserkers tombaient dans le vide et touchaient le sol, certaines de leurs armes commencèrent à tirer. Aussitôt, Talus se planqua. Il entendit ensuite des bruits d'impacts contre de la matière solide, puis des bruits de tôle, de chute d'objet lourds et des cris de douleur. Le tout dura environ une dizaine de seconde. Lorsque le silence revint, Talus se releva et jeta un œil, une fois la poussière retombée. Une chose est sûr, il ne s'attendait pas à voir ça. Devant lui, il pouvait voir un chaos de ferraille en tout genre éparpillés un peu partout. Une partie des berserkers avaient visiblement été complètement écrabouillés. Le chef krogan, un autre krogan et un vortcha semblaient être les seuls survivants de leur groupe. Naki était un peu plus loin, visiblement elle n'avait pas été blessé. Quant au prisonnier quarien, une grande pile de ferraille se trouvait là où il aurait dû être. Le pauvre devait aussi avoir été écrasé. Talus se tourna vers Naki.

-Ça va aller?

Il jeta ensuite un œil vers les berserkers.

-Bon... Je n'ai pas vraiment compris ce qui vient de se passer, mais peu importe. La chance est de notre côté on dirait.

-Salopard de Jarod!

Le chef de la bande avait encore du souffle. Talus s'approcha de lui, le krogan ne représentait pas une menace, coincé sous des débris et incapable de bouger. Le turien attrapa une barre métallique sur son chemin.

-Si t'espère me faire chialer avec ça, n'y comptes pas.

Talus ne prononça pas un mot. Au lieu de ça, il glissa la barre métallique à proximité du chef krogan et commença à s'en servir comme levier pour tenter de dégager le krogan de là.

-Qu'est-ce que tu fais?

-Je te l'ai dit, on ne fait pas partie de Jarod. Je n'ai aucune raison d'être votre ennemi. Hors de question que je reste là à ne rien faire et que je vous laisse crever ici.

Le turien continua de forcer, réussissant à soulever très légèrement la masse piégeant le krogan. Ce fut cependant assez pour que ce dernier sorte de sa mauvaise posture. Aussitôt sortie, ce dernier attrapa une arme berserker à proximité et la pointa sur le turien.

-Donnes-moi une bonne raison de ne pas te faire sauter la cervelle sur le champs.

-À ce que je sache, les krogans adorent le combat et le sang, ils ont également un minimum de valeur. Comme par exemple, ne pas poignarder dans le dos quelqu'un qui leur vient en aide. À moins bien sûr que je me trompe et que tu sois un lâche. Si c'est le cas, ne te gêne pas et tire.

Talus préférait jouer franc-jeu. De toute façon, dans sa position actuelle, il n'était pas en position de se défendre, ayant dû ranger son arme pour aider le krogan. Heureusement, cela paya. Le krogan baissa son arme. Puis, il alla aider son congénère. Le vortcha fut à son tour dégager et l'autre krogan aussi. Talus le regarda sans crainte, il était temps de discuter un peu.

-Bon, maintenant que nous sommes repartit sur des bonnes bases. Si vous nous disiez un peu pourquoi vous en voulez autant à Jarod et surtout, qui est l'informateur qui vous a envoyé ici?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2862-journal-de-bord-de-kori-penyo-nar-tarek#37021


Inspiration Divine
Messages : 717

MessageSujet: Re: Seule dans l'abîme   Mer 31 Aoû 2016, 11:53


Naki ne bougeait pas, prostrée comme elle près du corps inerte du Quarien. Ne sachant comment venir en aide à Macdonis, elle se contentait de rester plantée là, écoutant le Turien échanger nonchalamment avec leurs agresseurs. Comment pouvait-on garder un tel sang froid en ces circonstances ? Le self contrôle du Turien l'impressionnait au plus haut point.
Toutefois, les libertés qu'il prenait en se moquant ouvertement du Krogan, dont tout portait à croire qu'il avait le commandement de sa petite unité, n'augurait rien de bon à la jeune Quarienne.
Constatant que Macdonis centrait toute l'attention sur lui lorsque l'intégralité des membres les entourant partirent dans un rire gras suite aux moqueries, Naki tenta discrètement de ramener le Quarien attaché parmi eux. Elle n'eut qu'un grognement guttural pour toute réponse.

- Si seulement j'avais de quoi le soigner...Pensa la Quarienne en gardant un œil avertit vers leurs agresseurs.

Elle se souvint alors que Taal, avant son départ, lui avait fournit quelques doses de médigel. Elle fouilla dans son sac, son cœur bondissant dans sa poitrine à chaque battement de pied du Krogan contre la passerelle métallique.
Soudain, un bruit déchirant éclata aux tympans de la Quarienne qui, dans un cri de terreur, bondit en arrière, les deux mains vainement posées sur la tête alors que tout semblait s'écrouler autour d'elle.
Le choc de la ferraille contre la pierre résonnait en écho assourdissant tout autour d'elle alors qu'elle voyait s'effondrer l'entrepôt de toute part.
Plus rien ne subsistait dans son cerveau qu'un instinct de survie idiot qui la poussait à se mettre en boule au milieu de la pièce, espérant pathétiquement que les débris la contournerait gentiment. Ce qui sembla être le cas, néanmoins, elle hurla lorsqu'elle sentit un objet froid et lourd atterrir sur la cuisse. Elle se reprit. Rien de grave, juste un caillou qui n'aurait pas eu la force de lui casser un doigt. Elle respira lentement, les mains toujours plaquées contre sa tête dans une posture que quelqu'un qui viendrait juste d'arriver trouverait ridicule.

- Ca va aller ? Entendit-elle Talus lui demander.

Elle ne répondit que par sa respiration haletante. Le Turien reprit sa conversation.
Naki ouvrit les yeux. Il ne subsistait plus rien de la passerelle entourant la salle, tout n'était plus qu'amas de fer et de pierres déformés sous lesquels gisaient leurs agresseurs.

- Le Quarien ! Songea Naki avec horreur.

Hélas, un simple coud d'oeil suffit à lui apprendre le triste sort de celui qui avait été kidnappé pour les attirer dans un piège. Sous un tas de décombres fumant, un bras en combinaison pendait mollement. Naki prit tout de même un moment pour tenter de trouver un pouls. En vain. Qu'espérait-elle ?

- Il était là à cause de nous, pour nous attirer...C'est de notre faute s'il est...

Une nouvelle larme émergea au coin de ses yeux. S'en était trop pour elle, l'horreur qui régnait sur cette station n'était pas faite pour le commun des mortel. Qui accepterait de vivre en sachant sa vie menacée à tout instant ? Cet inconnu s'attendait-il à trouver la mort par la faute de personne qu'il ne connaissait pas ? Qu'avait-il donc fait pour être choisis comme dommage d'une bataille qui ne le concernait pas ?

- Tout ça ne me concerne pas non plus. Pas plus que Kori, il faut qu'on parte d'ici...

À mouvement d'une lenteur incroyable, ses muscles répondant qu'au stimulus de son cerveau plus qu'à sa volonté, Naki se redressa. Ses jambes semblaient ancrée dans le sol, et pourtant, elle parvint à s'approcher de Macdonis, ne prenant même pas garde au Krogan qui lui jeta un regard acéré avant de rabattre son arme contre son corps.

- Bon, enchaîna Macdonis, maintenant que nous sommes repartit sur des bonnes bases. Si vous nous disiez un peu pourquoi vous en voulez autant à Jarod et surtout, qui est l'informateur qui vous a envoyé ici ?

Le Krogan contempla un instant le corps de ses hommes au sol. L'un des Vortcha s'échinait à déblayer les décombres pour libérer les siens.

- Si je retrouve ce gars, éructa le Krogan, je lui arrache les yeux ! Saloperie de quarien !

Et il cracha une nouvelle fois au sol, non sans un regard pour le moins haineux envers Naki.

- Quel Quarien ? Demanda-t-elle sans vraiment s'attendre à ce que la réponse les intéresse. Ce n'était pas comme si elle en connaissait beaucoup sur Oméga.
- Un type tout en noir. Tu le connais ? Grogna le Krogan.
- Est-ce que je connais un Quarien en combinaison noire ? Juste la moitié d'entre eux je dirais...Annonça-t-elle d'une voix monotone.

Naki se surprit elle-même du ton qu'elle employait avec le mastodonte. Quelque chose s'était désactivé dans son cerveau. Le surplus d'angoisse avait fait place à un détachement émotionnel pour se mettre à l'abris. Tout lui paraissait vague, comme séparé d'elle par une bulle, devenant simple spectatrice des événement.

- Tous les mêmes de toute façon ! Cracha à nouveau le mastodonte. Il traîne pas souvent sur Oméga, mais nous balance parfois des infos sur Jarod. Ces pourritures qui fourre leur gueule là où il devrait pas.

Il pointa Naki d'un doigt menaçant, comme si tous les problèmes qu'il n'arrivait pas à régler découlait d'une manière ou d'une autre de cette Quarienne.

- Le fait est que c'est nous qui recherchions un Quarien que possède Jarod. Vous vous êtes fait berner sans vouloir vous offenser. Déclara Naki sur le même ton. A mon avis, c'est plutôt votre informateur qui fait partie du groupe et qui s'est servi de vous pour nous éliminer...
- Impossible, gronda le mastodonte, il nous a souvent donné des informations qui nous ont permis d'en mettre plein la gueule à ses salopard de Jarod. Il peut pas les blairer

Nouveau glaire.

- C'est qu'on va finir par se noyer...Songea Naki non un petit rictus intérieur qui la surpris.

Puis une idée se fraya peu à peu un chemin au coin de son cerveau.

- On pourrait trouver un arrangement. Annonça-t-elle finalement. Il se trouve que Jarod a besoin du Quarien qu'on recherche.
- Et pourquoi ça ?
- Il y a quelque mois, vous vous êtes fait voler quelques informations, plutôt précieuse vu le nombre de personne qui ont couru après, par un de leur journaliste, je me trompe.
- Peut-être bien, grogna le Berserker avec dédain.
- Il se trouve que c'est nous qui avons récupérer se journaliste, pas Jarod.

Le Krogan rit aux éclats, accompagnés par ses collègues non sans vraiment comprendre pourquoi ils riaient ainsi.

- J'ango m'avait parlé d'un groupe de Quariens et de Turiens qui se sont barrés avec sa cible.

Il s'approcha quelque peu de la Quarienne qui ne put retenir un pas en arrière, se sentant terriblement faible dans sa combinaison jadis blanche, aujourd'hui sertie de trace noir qu'il lui serait difficile d'enlever.

- Tu veux me faire croire que t'y étais pour quelque chose ? Susurra le Krogan, accompagnant ses propos d'un sourire carnassier.

Naki jeta un regard vers Talus, surveillant que son protecteur serait bel et bien prêt à agir si elle se mettait dans une situation délicate. A son grand soulagement, il suivait la conversation avec intérêt.

- Allez savoir...Quel intérêt pourrait bien avoir Jarod de garder un simple Quarien ?

Elle laissa planer la question quelques instants.

- Sauf s'il détient des informations dont ils ont besoin, des informations qui leur aurait demandé de très gros risque.

Elle mentait, évidemment. Oui, elle et on frère s'était retrouvés sur Oméga il y avait de cela quelques mois, à poursuivre un journaliste dont ils ne savaient rien, mis à part qu'il avait un lien certain avec Jarod. Le fait qu'il soit, par hasard, poursuivie par les Berserkers à ce moment là n'était en aucun cas prévu. Le fait est qu'ils avaient bien fini par quitter la station, ce fameux journaliste pris en otage, toutefois, les informations qu'ils détenaient et que le groupe Berserker tentaient absolument de récupérer ne les intéressaient en aucun cas et, une fois de retour à la Citadelle, le membre de Jarod avait pu repartir tranquillement dans son coin. Mais ça, le Krogan face à eux ne pouvait pas le savoir.

- Tir à coté, repensa alors la Quarienne, tant qu'il ne savent pas, ils auront peur de tes tirs...

Un conseil qui se révélait des plus précieux.

- Et alors ? Demanda le Krogan de sa grosse voix. Qu'est-ce que tu proposes ?
- Vous voulez les informations que possède le Quarien, et nous, on veut ce Quarien.
- Si Jarod a pu récupérer le tout, ça m'est bien égal d'en retrouver l'un ou l'autre, gronda le mastodonte.

D'un geste de la main, le Berserker balaya les propositions de la Quarienne. Il avait mieux à faire que d'écouter les idées inutiles d'un de ces rats en combinaison, savoir comment il pourrait annoncer le fiasco à son chef, par exemple.
Tout compte fait, peut-être que récupérer ces infos mettraient un peu de pommade sur tout ça...Il se ferait sûrement éclater la gueule quoi qu'il advienne.

- J'y réfléchirai. Conclut le Krogan en tournant les talons, un ordre sec lancé à ses subalternes pour leur intimer de le suivre. Il passerait ses nerfs sur eux pendant le trajet.
- Dîtes-nous au moins où les trouver ! Supplia Naki de sa petite voix.
- Va te faire foutre ! Hurla le Krogan.

Toutefois, il fit signe au Turien de donner les coordonnées aux deux emmerdeurs. S'ils pouvaient faire un peu chier Jarod, il ne fallait pas les en priver !



Honneurs:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 162

MessageSujet: Re: Seule dans l'abîme   Mar 13 Sep 2016, 22:16
Talus restait impassible devant le krogan. Il ne fallait pas lui montrer le moindre signe de faiblesse. Déjà que les krogans étaient du genre bourrins, les berserkers avaient tendance à décupler ce trait. Il avait bien vu que Naki c'était inquiétée pour son congénère, mais le chasseur de primes n'avait pas pris la peine d'aller la voir. Encore une fois, ne pas montrer de faiblesse. De toute façon, ce pauvre gars était mort, il n'y avait plus rien à faire. Au final, elle avait finit par se rapprocher de lui, tandis qu'il discutait avec le krogan. Il ne restait plus qu'à espérer que ce berserker allait se montrer plus coopératif. Autrement, plus de politesse, mais quelques balles dans les jambes pour l'amener à de meilleurs dispositions.

Le krogan commença par maudire un quarien, avant de cracher au sol. Un quarien était donc responsable de tout ce bordel avec les berserkers. Quel pouvait être son lien dans cette histoire? Est-ce qu'il travaillait pour Jarod? Le turien allait questionner le krogan sur la question, mais Naki le pris de vitesse. D'un autre côté, ce n'était pas plus mal. Talus doutait fortement qu'elle connaisse moins de quariens que lui. Bon, en même temps, la population quarienne était énorme et continuait d'augmenter depuis qu'ils étaient de retour sur Rannoch. Les chances étaient faibles qu'elle connaisse le quarien, mais pas inexistantes. Le krogan affirma ensuite qu'il s'agissait d'un quarien en combinaison noir et interrogea Naki sur le sujet. Malheureusement, la quarienne répondit d'un ton monotone, affirmant que la moitié des quariens qu'elle connaissait était vêtu de noir.

Le krogan poursuivit sa tirade, affirmant que les quariens étaient tous pareil et que celui vêtu de noir leur donnait souvent des informations sur Jarod. Intéressant, donc ce n'était pas quelqu'un qui travaillait pour Jarod, mais plutôt quelqu'un qui voulait les voir disparaitre. À moins bien sûr que se soit quelqu'un qui a intérêt à voir les deux groupes s'entretuer. Pendant ce temps, le krogan pointait Naki du doigt, visiblement mécontent. Qu'il la pointe tant qu'il veut, Talus ne lèveraient pas un doigt. Mais s'il tentait de lui faire du mal, là par contre, il lui apprendrait les bonnes manières.

Talus laissa Naki et le krogan discuter, il pourrait peut-être en ressortir des informations utiles. Entre crachats et tentative de négociations, la discussion se poursuivit. À un moment, le krogan s'approcha de Naki, cette dernière reculant légèrement de peur. Le turien avait son pistolet en main. Si le krogan s'approchait encore un peu trop, il l'enverrait rejoindre ces ancêtres. Naki sembla lui jeter un regard, au moins, le fait qu'il tenait une arme sembla la rassurer. Elle continua sa discussion, commençant à inventer des faits, très probablement pour tromper le krogan. D'un autre côté, il n'était pas impossible qu'elle dise la vérité. Pour Talus cela ne changeait pas grand chose.

Au final, le krogan ne sembla pas intéressé et décida de partir avec ses hommes. Cependant, une dernière supplication de Naki sembla finalement faire effet. Le krogan fit signe à l'un de ses hommes de leur filer la position probable de Jarod, puis les berserkers partirent. Talus consulta l'information reçut. Il ne put s'empêcher de pousser un juron.


-Eh merde, en fait c'était l'autre lieu où il fallait aller.

Il se tourna vers Naki.

-Intéressant ton coup de bluff, avec cette histoire d'information. C'était bien du bluff? Bah peu importe que ce soit vrai ou pas. Cela ne change pas grand chose à la situation, il faut récupérer ton frère.

Il se tut un court instant.

-Autrement, tu n'as vraiment aucune idée de qui peut être le quarien dont il a parlé? Je dois dire que c'est le petit détail que je trouve très embêtant avec les quariens... et surtout les volus. Vos combinaisons rendent l'identification extrêmement difficile. Bon, encore ton peuple au moins, il y a de la personnalisation, alors que les volus c'est des combinaisons identiques. Sans parler du fait qu'il suffit de changer de combinaison pour ''changer'' d'identité.

Il jeta un rapide regard autour de lui, notant que la quarienne portait son regard sur son congénère... ou du moins ce qui ressortait des débris. Il lui tapota l'épaule.

-Comme m'a déjà dit mon père, s’inquiéter pour les morts quand des vivants sont en danger est stupides. S'inquiéter des morts quand des êtres chères sont en danger, c'est encore pire. Alors, cesse de t’inquiétè pour ce type Naki. Inquiètes-toi plutôt pour ton frère.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2862-journal-de-bord-de-kori-penyo-nar-tarek#37021


Inspiration Divine
Messages : 717

MessageSujet: Re: Seule dans l'abîme   Mer 28 Sep 2016, 10:42


Quelque chose quittait la Quarienne, une chose qu'elle semblait avoir porté tout au long de sa vie, sans pouvoir mettre le doigt dessus. L'innocence, peut-être ? Du moins quelque chose qui s'en rapprochait.

- Perdre son innocence à 21 ans doit être un luxe par ici...Je devrais m'estimer heureuse finalement...Songea amèrement Naki.

Toutefois, elle sentait au fond d'elle-même un nouveau sentiment, plus froid, la remplacer : La résignation.
Cette même résignation qui l'avait poussée à acquiescer au Turien pour le pauvre innocent qu'ils avaient laissé pour mort dans l'entrepôt. Etait-il si innocent que ça, d'ailleurs ? Y avait-il seulement quelqu'un qui ne soit pas foncièrement mauvais en ce lieu ? Elle haussa les épaules. Elle s'en moquait bien, tout compte fait. Tout ce à quoi elle aspirait désormais était de quitter ce lieu maudit au plus vite.
C'est pourquoi lorsqu'un Butarien, qu'elle reconnut comme étant l'un des hommes de main de Jarod a qui ils avaient eu à faire lors de leur précédente venue, se montra à eux, arme au poing, pour leur faire part de sa mission, les emmener jusqu'à son chef, Naki ne se fit pas prier et convainquit Macdonis de le suivre.

- Ce petit jeu à trop durer...Lui soupira-t-elle. Autant s'adresser à elle au plus vite au lieu de courir à l'aveuglette.

Bien sûr, la jeune Quarienne pesait le danger qu'une telle rencontre risquait d'occasionner. Ils ne savaient toujours pas ce que cette femme leur voulait, ni même les relations qu'elle pouvait entretenir avec son père.
Et cet autre Quarien ? Naki se remémora avec horreur le groupe d'agresseur qui était entré chez eux, à la Citadelle, il y avait de ça quelques mois. Grâce à l'un de leur ami, ils étaient parvenus à retracer l'envoi qui avait orchestré cette agression.

- Il venait de Rannoch...Ce Quarien est peut-être quelqu'un qui vit potentiellement près de chez moi.

Certes, une planète était bien vaste et rien n'indiquait que cette personne vivait à Khaley'Sephä, mais quelque chose lui soufflait que rien ne serait aussi simple.
Elle fit part de ses pensées à Macdonis sur la route. Pourquoi le fit-elle ? Elle n'en savait rien. Peut-être parce qu'il représentait un tant soit peu ce qui s'apparentait à de la confiance. Peut-être qu'elle ne pouvait tout simplement pas supporter ces réflexions seules.
Oui, la sollitude commençait à lui peser, alors elle s'accrochait à ce Turien qu'elle connaissait à peine.

- Faite que mon frère n'ai rien, s'il-vous-plait...


***


- Tu sais, susurra la voix de Kira Nae à travers les hauts parleurs du datapad. Je n'ai rien contre toi ni contre ta sœur. Du moins, pas personnellement. Si tu es là, c'est uniquement parce que tu ne cesses de nous harceler pour des affaires dont tu penses qu'elles te concerne, mais ce n'est pas le cas.
- Elle concernait mon père...Crâcha Kori contre le mur, les mains toujours attachées dans son dos.
- Es-tu ton père ? Demanda simplement la Drell.
- Il est mort et tout me ramène à vous ! Cria le Quarien. C'est suffisant.

Kira Nae soupira d'agacement. Ce Quarien était plus buté que son paternel, et il lui avait donné du fil à retordre !

- Et quelles sont tes preuves, au juste ? Parce qui si quelqu'un à tué ton père, ce n'est pas moi, alors j'aimerais bien que tu m'éclaires su ce “tout“ qui t'as mené à moi.
- On m'a donné une piste.
- Quelle piste ?
- Un article de vous que mon père possédait.
- Et qui te l'a donné ? Quelqu'un en qui tu avais toute confiance j'imagine ? Assez pour ne pas avoir vérifié par toi-même ?
- La personne qui me l'a donné à cent fois plus d'honneur que vous !

La Drell rit aux éclats, ne dissimulant pas l'humour que semblait cacher la réponse de Kori. Taal, considéré comme un membre de la famille tant son amitié pour son père durait depuis des années.

- Venant d'un fils de dealeur, je pourrais presque prendre ça comme un compliment !
- Qu'est-ce que vous venez de dire ? Hurla le Quarien, la voix vibrante de rage.

Mais la Drell semblait regarder ailleurs, ne se départissant pas de ce sourire insupportable.

- Je crois que ta sœur arrive, je dois te laisser. Je lui passerai ton bonjour.
- Attendez ! Hurla Kori de plus belle. Laissez-là tranquille ! Naki !

Mais l'écran ne présentait plus qu'un fond sombre là où se tenait auparavant la chef de Jarod.
D'un coup de pied rageur, le Quarien envoya valser le datapad au fond de la salle et entreprit de rompre ses liens avec l'un des tuyaux abîmé qu'il avait repéré quelques heures auparavant. Le lien ne tenait plus à grand chose et il désespérait de le voir céder un jour tant l'effort qu'il avait dû fournir pour l'entailler lui avait pris du temps.
Lorsque ses mains retrouvèrent leur liberté, Kori ne put retenir un cri de victoire avant de masser ses poignets endoloris par le frottement, vérifiant, par réflexe, si sa combinaison n'avait pas souffert elle aussi, bien qu'une simple attache puisse difficilement entacher la solidité d'une combinaison Quarienne.
Une fois debout, il se rua contre la porte, s'attendant à s'y écraser comme une crêpe, ayant peu d'espoir del a voir s'ouvrir.
Et pourtant, lorsque le Quarien en actionna le mécanisme avec violence, le battant métallique coulissa sans résistance, laissant le Quarien abasourdi et pantois, ne comprenant pas tout de suite ce qu'il venait de se passer.

- Ils se foutaient de moi...Réalisa le Quarien. Ils se moquaient bien de me garder ici ou non ! On aurait dit qu'elle ne s'intéressait même pas aux réponses que je lui donnais. Comme si elle avait déjà tout compris...

Les bras ballants face à la porte grande ouverte, le Quarien tentait de remettre les choses au clair, mais quelque chose lui échappait, quelque chose d'important.

- Elle m'a traité de fils de dealeur...

Kori ragea intérieurement. Les poings serrés, il s'extirpa de la salle qui l'avait vu séquestré pendant plusieurs heures.


***


Après avoir traversé les couloirs d'Oméga, Talus et Naki parvinrent au local dont l'entrée se dérobait aux regards dans une allée peu fréquentée. Une fois entré, l'accueil dut tel qu'on leur somma de garder leurs mains bien en évidence, appuyant leur demande par le regard insistant des deux personnes présentes qui ne cachait pas le holster qu'ils portaient à leur jambe. Tout le monde était armé sur Oméga. Ca n'aurait pas dû étonner la Quarienne. Pourtant, elle supportait de moins en moins le poids du siens contre sa cuisse.
Au bout de quelques minutes, ne Drell au corps élancée les rejoignit dans ce qui semblait être un petit hall d'accueil, uniquement pourvu d'un bureau orné d'un ordinateur. La salle, trop petite pour tant de monde, obligeait presque les occupants à se marcher dessus.

[color=#996633]- Vous êtes madame Châne ? C'est bien ça ? Demanda Naki, dont la proximité avec ces inconnus mettait mal à l'aise, alors que la Drell s'était stoppée à quelques pas d'eux.
- Et tu dois être Naki, je suppose. Annonça-t-elle sans pour autant confirmer la question de la Quarienne.
[color=#996633]- Où est mon frère ? Enchaîna immédiatement cette dernière. [color=#996633]Je sais qu'il est venu jusqu'à vous.

Du coin de l'oeil, Kira Nae Châne observa le Turien qui l'accompagnait puis, tout aussi discrètement, interrogea son homme de main qui acquiesça.

- Que dirais-tu de parler de tout ça au calme, entre nous ?

Instinctivement, Naki se rapprocha de son informateur.

- Je préfèrerais que mon ami nous accompagne. Déclara la Quarienne d'une voix se voulant assurée. Mais qui ne l'était, hélas, pas du tout.
- Ce sont mes conditions, trancha la Drell d'une voix calme qui prouvait qu'elle menait les rênes.
- Dans ce cas, je veux que votre homme de main reste à l'écart lui aussi.
- Assurément.

D'un léger signe de main, la directrice de Jarod demanda au Butarien de les laisser seules et chacun rejoignit sa place, non sans garder un regard méfiant envers Macdonis, tandis que Kira Nae Châne invitait Naki à pénétrer une salle adjacente.
Dans son dos, elle aperçut le Butarien qui faisait de même avec Macdonis, le forçant plus qu'il ne l'invitait à retourner à l'extérieur avec lui.
Viola que Naki se retrouvait seule avec cette femme qui ne lui inspirait que méfiance et peur, et avec laquelle elle allait devoir effectuer un bras de fer dont elle se savait désavantagée.



Honneurs:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 162

MessageSujet: Re: Seule dans l'abîme   Sam 01 Oct 2016, 01:13
Talus attendait que Naki se décide à se relever et à reprendre la route. Il fallait reprendre la traque de Jarod. Certes, ils avaient inutilement perdu du temps en venant dans cette partie d'Oméga. Cependant, désormais ils savaient où se rendre pour atteindre le coeur des opérations de Jarod. Il suffirait ensuite d'une petite attaque surprise pour entrer, récupérer le quarien et foutre le camp avant que l'ennemi ait eu le temps de comprendre ce qui se passait. Malheureusement, cela ne se passa pas exactement comme le turien l'espérait. En effet, avant même qu'ils aient la chance de reprendre leur chemin, un butarien débarqua, aime à la main. Talus le pris aussitôt en joue et le concerné fit de même. Les deux hommes se fixaient intensément, chacun attendant le meilleur moment pour agir. Le butarien brisa le silence en leur disant qu'il avait pour mission de les ramener à son chef, le chef de Jarod. Talus prit l'information en note dans un coin de sa tête. Si ce type savait où se trouvait le chef de l'organisation, le garder en vie serait plus judicieux. Une balle dans le bras ou dans la jambe, cela devrait suffire, ensuite, il serait possible de l'interroger.

Toutefois, Naki s'interposa, elle était plutôt d'avis de suivre le butarien afin de cesser de chercher. Talus n'était pas certain que c'était la meilleure des stratégies. Cependant, au bout de plusieurs longues secondes, il décida de se ranger du côté de la quarienne. Il abaissa son arme et ils suivirent le butarien calmement. Alors qu'ils progressaient, Naki s'adressa au turien, lui révélant ses réflexions.

**Hum... Elle a déjà eu des problèmes semblables sur la citadelle, à cause d'un envoi en provenance de Rannoch. Les quariens acceptent peu d'étranger sur leur planète à cause de leur système immunitaire faible. Seul les geths peuvent s'y rendre sans difficulté. Logiquement, un quarien est donc responsable. Un quarien qui les connait bien... Et si c'était Taal... Mais si c'était le cas, qu'est-ce qu'il aurait à y gagner? Autant éviter de l'accuser. Rien ne prouve qu'il soit vraiment responsable de quoi que ce soit, je dois probablement m'imaginer des trucs.**

Ils avancèrent par la suite en silence. Leur marche dura un bon moment, avant qu'ils arrivent à destination. Ils y furent accueillit par quelques individus, leur ordonnant de garder les mains en évidence. Ils portaient surtout des holsters bien visible. Talus estima rapidement les compétences des individus à portée de vue. De son point de vue, le butarien qui les avait emmené jusqu'ici était le plus dangereux. Les autres, c'était surtout des sous-merdes, qui risquaient plus de se tirer dessus en tentant de dégainer leurs armes. On les fit entrer dans ce qui semblait être un hall d'accueil. Enfin, seulement de nom, vu sa petite taille. Ils restèrent là à attendre, pendant plusieurs minutes avant qu'une drell ne montre le bout de son nez. Étant donné la manière d'agir des autres face à cette femme, ce devait être le chef.

Talus garda le silence, alors que Naki et la drell, une certaine Châne, discutaient. La drell le regarda pendant un moment, avant de s'adresser de nouveau à la quarienne. Lorsqu'elle proposa de discuter seule à seule, Naki protesta en se rapprochant de lui. De son côté, Talus se tenait prêt à agir. Les autres abrutis dans la pièce tenteraient probablement de l'abattre, mais le turien n'avait pas peur. Le peu d'espace qu'offrait cette salle rendait l'utilisation d'arme à feu dangereuse. Trop de risque de toucher un allié. Donc, une attaque au corps à corps serait plus efficace. Cependant, cela ne fut pas nécessaire car la quarienne finit par plier. Elle décida donc d'accepter de discuter seule à seule avec la drell. Du coup, le turien sortit à l'extérieur avec le butarien. Il ne pouvait plus rien faire d'autre que d'attendre. Les minutes s'écoulaient, l’ennui commençant à se faufiler dans l'esprit de Talus. Pour passer le temps, le turien activa une fonction récemment installé sur son omnitech. Il s'agissait d'un jeu appelé Angry Shepard. Cependant, il abandonna rapidement, il n'arrivait à comprendre le principe de ce jeu d'origine humaine. Retour à l'ennui, du moins jusqu'à ce que le turien voit un petit quelque chose sur le sol, qui attira son attention: un hamster de l'espace. Qu'est-ce que cette bestiole foutait-là?


-Vous avez de la vermine près de votre base?

Avant que le butarien puisse répondre, la bestiole poussa un cri enragé et se jeta sur le butarien. Elle escalada rapidement son armure et lui sauta au visage, le griffant avec ses minuscules griffes. Le butarien parvint à repousser la créature qui se retrouva au sol quelques mètres plus loin. Puis, il sortit son pistolet et commença à ouvrir le feu vers la créature. Aucun de ses tirs ne faisaient mouche, le hamster semblait esquiver les tirs, alors que Talus riait un bon coup. Puis, la bestiole l'attaque lui. Le turien vit la sale bête s'approcher de lui, puis grimper sur son armure. Rapidement elle fut à portée de son visage et tenta de le griffer à son tour, en poussant des cris de rage et avec de l'écume qui lui sortait de la bouche. Talus parvint à l'attraper et la lança le plus loin possible. Il vit la sale bête passé par-dessus une rambarde de sécurité et tomber dans le vide.

-Bordel, c'était quoi le problème de ce hamster de l'espace!

Puis, il vit un humain arrivé d'un coin du secteur, probablement un autre homme de Jarod.

-Qui a tiré? Qu'est-ce qui se passe?

L'instant d'après, la tête de l'humain vola en éclat et un cri de guerre krogan se fit entendre. Talus et le butarien virent un groupe de berserker qui fonçait vers leur position. Ils rentrèrent aussitôt dans le bâtiment. Puis, ils prirent une position défensive, il allait falloir ce battre.

-Ils ont dû nous suivre, afin de savoir où ton petit groupe se planquait. J'aurais pas cru que les berserkers étaient capable d'avoir une bonne idée. Bon sang, une attaque de hamster et maintenant de berserker. Quelle journée pourrie.

-Je suis plutôt d'accord.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2862-journal-de-bord-de-kori-penyo-nar-tarek#37021


Inspiration Divine
Messages : 717

MessageSujet: Re: Seule dans l'abîme   Mar 04 Oct 2016, 09:39



Assise sur l'un des sièges qui habillait la salle de réunion, Kira Nae Châne observait la Quarienne qui se tenait droite devant elle, raidit parce qui était visiblement de la peur.

- Alors. Voyons si tu es plus éloquente que ton frère ! Déclara-t-elle avec un sourire.
- Où est-il ? Je sais que vous le tenez prisonnier, gronda Naki aussi assurément qu'elle le put.
- Ah oui ?

A vrai dire non, réalisa-t-elle soudain. En partant pour Oméga, elle s'était mis bille en tête que son frère était parti en découdre avec les membres de Jarod, mais qu'est-ce qui lui prouvait qu'il n'était pas seulement perdu dans un coin ? Ça n'était pas les dangers qui manquaient sur cette station !

- Non, pensa-t-elle pour se convaincre. Les Berserkers étaient au courant qu'on recherchait quelqu'un.

Sauf que cette information venait de ce fameux informateur Quarien...Ce qui revenait à dire qu'elle n'avait aucune preuve de ce qu'elle avançait.

- Oui, assura-t-elle tout de même.

Autant aller jusqu'au bout maintenant.

- Ton frère est effectivement venu à nous pour nous accuser d'un meurtre, finit par admettre la Drell, ou plutôt pour m'accuser moi, devrais-je dire.
- Il suppose que vous avez un lien avec la mort de notre père.
- Il ? Retint le chef de Jarod. Tu n'es pas de cet avis ?

La façon dont la Drell maniait les propos la rendait plus qu'insupportable aux yeux de la Quarienne.

- Je crois que vous avez effectivement un lien.
- Mais il te sembles que tout cela ne soit pas aussi simple, n'est-ce pas ? Demanda la Drell d'une voix étrangement douce.

Naki réfléchit quelques instants, observant la Drell sans pouvoir la regarder longtemps en face.

- C'est possible, soupira la jeune Quarienne.
- Et c'est le cas. Confirma son interlocutrice. Je t'en prie, assieds-toi. Tu me sembles avoir plus de jugeote que ton frère.
- Il est hors de question que je reste ici à discuter avec cous tant que je ne sais pas où est mon frère ! Trancha Naki d'une voix tonnante.

Kira Nae observa la Quarienne sans sourciller. Les colères de la jeune fille ne semblait pas l'impressionner le moins du monde.

- Il n'est plus avec nous, déclara la Drell. Il nous à quitté de lui-même il y a peu, peut-être même qu'il est en chemin pour nous retrouver, qu'en sais-je ?
- Comment vous faire confiance ? Demanda Naki avec dégoût.
- Tu n'en es pas obligée, mais tu n'as pas un million de proposition qui s'offre à toi. Je me trompes ?
- Pas vraiment, songea la Quarienne.

Elle s'assir, prenant soin de garder la main sur la crosse de son predator. Après un silence durant lequel K.N. Châne sembla jauger la femme en face d'elle, la Drell se lança dans le début de ses explications.

- J'ai effectivement connut un Quarien nommé Kanor'Penyo Vas Alistra, militaire Quarien.

Naki crut bondir tant son cœur se balança contre sa poitrine. Elle acquiesça en silence, redoutant la suite.

- Vous étiez avec lui ? Bégaya la Quarienne. Sur Haratar, quand il est...
- Non, coupa la Drell pour s'épargner ces bégaiements, tant pour elle que pour la Quarienne. Seules les forces su GIP et les Berserkers étaient présents et je ne fais partie ni de l'un, ni de l'autre.
- Je ne vois pas ce que mon père ai pu venir faire sur Oméga. Refusa Naki. Il n'était pas du genre à venir dans ce genre d'endroit.
- Et toi ? L'es-tu ? Demanda K.N. Châne. Pourtant tu es là.

La Quarienne restait béate. Elle ne pouvait croire qu'un homme aussi droit et juste que son père ne vienne lui-même tremper dans la fosse d'Oméga. Une mission. Oui, ça ne pouvait être que ça...

- Qu'était-il venu faire ici ? Interrogea la Quarienne, ne sachant si elle souhaitait vraiment entendre la réponse de la bouche de cette horrible femme.
- La même chose que tout ce qui vienne.
- Vous mentez...Souffla la pauvre Naki, pitoyable sur sa chaise.
- Tu as pu en voir un échantillon aux entrepôts.
- Arrêtez...Supplia Naki de plus belle la voix éteinte.
- Ton père et moi avons monté un petit business ici-même, poursuivit Kira Nae Châne, la voix montant progressivement, ces revenus supplémentaires n'étaient pas de trop pour sa famille, Naki !
- Je vous ai dis d'arrêter ! Hurla la Quarienne qui ne cachait plus les sanglots qui lui soulevaient la poitrine ?

Un choc sourd résonna dans la pièce lorsque la Drell abattit ses mains contre la lourde table en se levant d'un bond, écrasant la Quarienne de sa taille.

- Veux-tu connaître la vérité, oui ou non ? Tonna la Drell d'une voix vibrante.

Seul le silence pour toute réponse. Agrémenté de quelques respirations hachées et de soubresauts.
Au dehors, des coups de feu se firent entendre. La Drell profita de cet instant pour laisser Naki reprendre ses esprits.

- Allez voir ce qu'il se passe. Ordonna la chef de Jarod à ses hommes présents dans la salle d'accueil.

Puis, après un soupir, elle se dirigea vers la Quarienne dans tous ses états. Peut-être y était-elle allé un peu fort, elle venait de détruire l'image que cette petite s'était forgée de son paternel, bien qu'elle ne parvenait pas à comprendre tout cet émoi. Elle-même avait perdu ses deux parents à vingt ans pendant la guerre, elle n'en faisait pourtant pas toute une histoire.

- Ecoute-moi, lança-t-elle aussi tendrement que possible à la Quarienne. Je ne suis pas votre ennemie à tous les deux. Votre père était un ami qui m'était cher et qui m'a beaucoup aidé quand je suis arrivé sur la station.
- Alors c'est cette histoire de drogue qui l'a tué ? Déduisit Naki, les yeux embués, supportant malgré tout le regard de son interlocutrice. C'était réellement un Berserbker, finalement, mais pas pour les raisons auxquelles ont croyait.

Elle rit, un petit rire nerveux qu'elle ne parvint pas à retenir malgré la tension qui entravait son corps.

- Je ne crois pas que ce soit un Berserker Naki. Précisa Kira Nae. Il y avait une troisième personne dans cette affaire. Un autre Quarien, celui là même qui essaie visiblement de se débarrasser de moi.

Un Quarien... En tenue noire à coup sûr.

- Mis à part cet article dont ton frère m'a parlé, repris K.N. Châne, aviez-vous réellement d'autres indices qui me liait à tout ça ?[/color]

Naki fit non de la tête.

- Réfléchis. Qui vous l'a transmis ?

Elle savait très bien qui le leur avait transmis.

- Pourquoi ne me donnez-vous pas le nom de cette troisième personne ? Tout simplement ? Demanda la Quarienne avec un air de défi.
- Parce que je crains que tu ne refuses à nouveau de me croire si cette déduction ne vient pas de toi.

Un autre coup de feu rompit la conversation. Cette fois-ci, même Naki se retourna.
Une voix grésilla dans l'oreillette de la Drell.

- On et attaqués ! Tempêta Haz au dehors. Ces enfoirés nous ont ramenés les Berserkers !

Kira Nae lança un regard glacial à la Quarienne.

- Ce sont eux qui nous ont indiqué votre emplacement, se défendit-elle la main se crispant de nouveau sur son arme. Ils n'avaient pas besoin de nous suivre.
- Reste là. Ordonna la Drell en partant glaner quelques informations à l'accueil, laissant Naki seule, plantée sur place.


***


À quelques pas de là, Kori avançait en boitant légèrement sous la douleur qui ne semblait pas presser de partir.
Soudain, l'air vibra de détonations au bout du couloir rougeâtre.
Il y était presque. Si ces coups de feu venait de a destination finale, alors Naki était en danger.
Et ça, il ne le permettrait pas.



Honneurs:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 162

MessageSujet: Re: Seule dans l'abîme   Mer 12 Oct 2016, 01:18
Entre deux échanges de coups de feu, Talus en profita pour renverser un bureau sur le sol, cela lui servirait de couverture et de barricade contre les berserkers. Ces derniers tiraient dans le direction de Talus et du butarien, mais ne tentaient pas de progresser vers l'entrée, pour le moment. En soit, c'était un choix logique, l'entrée du bâtiment permettrait le passage à deux personnes à la fois, pas plus. Au moins, la position stratégique du turien et du butarien leur permettait de passer outre leur désavantage numérique. Les tirs s'échangeaient, sans qu'aucun des opposants ne prennent vraiment l'avantage. Du côté des berserkers, leurs armes surtout composé de fusil à pompe leur offraient un mauvais tir à distance. Tandis que pour Talus et le butarien, les capacités de régénérations de l'ennemi et leur grand nombre leur pourrissait la vie. Talus avait déjà mis plus de cinq balles en pleine poitrine du même krogan et cet emmerdeur régénérait ses blessures entre chaque tirs. Si cela continuait ainsi, les berserkers les auraient à l'usure, en leur faisant dépenser toute leur munition. Le turien vit également le butarien s'adresser à quelqu'un par transmission radio, sans pour autant entendre ce qu'il disait. Il cria pour se faire entendre.

-J'espère que t'appelles des renforts. À cette allure, ils vont nous avoir en nous forçant à épuiser nos munitions.

Avant que le butarien puisse répondre, des bruits de pas se firent entendre haut dessus de leur tête, sur le toit. Talus envisageait deux possibilités, c'était des ennemis ou des alliés. Cependant, le fait que les berserkers dehors ne tiraient pas en direction du niveau supérieur, semblait démolir l'hypothèse d'allié. Cela se confirma lorsque le plafond s'effondra partiellement. Deux vortchas passèrent par le trou qu'ils venaient de faire dans le plafond. Les deux monstruosités grises foncèrent sur Talus et son allié de fortune, visiblement ils voulaient terminé le tout au corps à corps. Le turien n'y était pas opposé. Ces idiots avaient des munitions sur eux, ainsi que des grenades, visiblement à leurs ceintures. Dès que le vortcha qui l'attaquait fut à sa portée, Talus frappa. Un bon coup de poing entre les deux yeux. Suivi d'un coup au ventre, puis au torse. Sans lui laisser le temps de réagir, Talus activa son omnilame et transperça le vortcha. Un rapide coup d’œil vers le butarien lui permit de constater que son vortcha était déjà mort. Vu l'angle que prenait la tête de ce dernier, il avait eu la nuque brisée.

Mauvaise nouvelle, un krogan en avait profité pour passer la porte et pour prendre Talus en joue. Ce dernier poussa le vortcha mort vers le krogan, tant pis pour les munitions. Le krogan repoussa le cadavre avec mépris. Cependant, alors que le cadavre touchait le sol, Talus remarqua un petit détail, une petite lumière rouge clignotante. Au moins une des grenades avaient été activé. Était-ce lorsqu'il avait frappé le vortcha au torse ou bien était-ce le krogan lorsqu'il avait repoussé le cadavre? Peu importe, l'explosion prit le krogan par le côté. L'explosion le jeta un sol et lui grilla une partie de la gueule. Un tir en pleine tête l'acheva. La chance avait été de leur côté. Cependant, il restait encore au moins quatre krogans et deux vortchas. Les berserkers tentèrent alors une entrée en force, oubliant l'entrée plus que limité. De là, se fut comme au champs de tir. Le dernier krogans s'écroula au sol sous les tirs des deux alliés de fortune. Enfin, c'était terminé. Talus se laissa tombé au sol, s’assoyant au sol, dos contre un mur. Le butarien faisait de même.


-Pas fâché que ce soit finit.

Restait à savoir ce qu'il en était pour Naki.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2862-journal-de-bord-de-kori-penyo-nar-tarek#37021


Inspiration Divine
Messages : 717

MessageSujet: Re: Seule dans l'abîme   Lun 24 Oct 2016, 21:24



Les informations se bousculaient dans le crâne de la Quarienne. Des dizaines de petites voix qui lui balançaient leurs raisonnement en même temps. Mais aucune d‘elle ne menait à une réponse acceptable.
Qui leur avait donné l’article qui les avait mené sur les traces de Jarod ?
Taal.
Qui avait demandé à deux adolescent de poursuivre les recherches alors que lui-même était un militaire aguerris ?
Taal.
Qui était présent sur Haratar lors du décès de leur père ?
Taal…
Encore et toujours ce nom revenait comme une évidence qui lui faisait horreur.
En y réfléchissant cette conclusion était plus que plausible, mais une tâche noire venait la ternir avec force. L’amitié, le respect que la Quarienne accordait à Taal, cet ami inconditionné de la famille qui leur était toujours venu en aide et encore plus lorsque la mort les frappa sans détour.
Comment un homme aussi généreux aurait-il pu commettre un tel crime ?
Naki se ressaisit. Qui croire ? Un homme qu’elle connaissait depuis toujours si bien qu’il était considéré comme un membre de la famille à part entière, ou bien cette femme odieuse et manipulatrice qui se terrait dans les fientes de cette station maudite ?
Le choix lui apparaissait clairement ;
Son esprit pratique lui criait de ne pas prendre les informations transmises par la Drell à la légère. Taal, leur père et elle se connaissait de longue date, ce point était indéniable, elle n’aurait pu créer un aussi gros mensonge en si peu de temps.
Ce qui signifiait que Taal leur avait menti lorsqu’ils avaient débuté leur pèlerinage, par omission du moins puisse qu’il savait pertinemment vers qui il dirigeait les deux pèlerins.

La jeune Quarienne se prit la tête entre les mains. Au dehors, les coups de feu résonnaient dans les couloirs. Elle devait se tenir prête au cas où l’assaut parviendrait jusqu’à elle. Talus Macdonis était dehors à combattre.
Talus...L’informateur envoyé par Taal. Combien avait-il été payé pour l’escorter, elle et sa rancœur envers la Drell, jusqu’ici ?
A qui pouvait-elle faire confiance ?

- Kori...Songea-t-elle. Il n’y a qu’en lui que je peux avoir confiance.

Châne avait refusé de lui dire où se trouvait son frère. Elle possédait toujours la carte avec le lieu probable de détention clignotant sans cesse.
Les coups de feu cessèrent au dehors. Il fallait qu’elle sorte de ce traquenard aux allures de bureau le plus vite possible !


***


Kori traversait les couloirs de la station à une vitesse folle, en prenant toutefois farde à ne pas bousculer n’importe qui. Le premier venu pouvait se révéler être un tueur sans vergogne en ces lieux. Mieux valait rester prudent malgré tout.
Le chemin jusqu’au QG du journal lui revenait facilement, il ne l’avait ni entravé, ni même bandé les yeux lors du déplacement. La force brute et les armes du Butarien et Vortcha qui l’avaient emmené suffisaient à le maintenir en place. Une preuve de plus qu’il ne représentait aucun danger à leurs yeux…
Que ferait-il une fois sur place d’ailleurs ? Il n’avait pas d’arme, ses agresseurs avaient au moins eu le bon sens de la lui enlever.
Tant pis. Il improviserait le moment venu. Comme toujours.

Lorsqu’il fut enfin au pied du bâtiment, la surprise emplit son visage alors qu’il découvrait les corps inertes de Krogans sur le sol. Sous l’un d’eux gisait une arme, un fusil à pompe qui paraissait peser un poids démesuré !
A situation désespérée, approche désespérée. Naki se trouvait dans ces locaux, qui savait ce qu’elle y endurait ?
Kori pénétra les lieux, le fusil à pompe bien droit contre son épaule comme dans ses souvenirs. Il dut faire preuve de beaucoup de force pour ne pas tressaillir face aux deux individus qui apparurent devant lui. Le Butarien qui l’avait malmené et dont il connaissait la force, et un Turien qui ne semblait pas moins bien lotis que son ami.

- Où est ma sœur ? Demanda-t-il de sa voix grave et agressive.

L’adrénaline battait ses tempes à tel point qu’il ne ressentait plus le danger de ses actes. Les deux hommes face à lui l’écraserait en quelques secondes. Il devait trouver une solution.
Hélas, une fois encore, son corps avait agi bien avant son cerveau.



Honneurs:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 162

MessageSujet: Re: Seule dans l'abîme   Sam 29 Oct 2016, 20:50
C'était enfin terminé. Talus pouvait soufflé un peu. Le turien s'appuyait dos contre le mur, reprenant son souffle. Il prenait de longue inspiration afin de se détendre mentalement et physiquement. Après plusieurs grandes respirations, il jeta un œil au carnage. Plusieurs vortchas et krogans au sol, mort et se vidant de leur sang sur le sol. De plus, il y avait une mauvaise odeur qui planait dans l'air. L'expression du butarien à proximité confirmait que l'odeur n'était pas juste une impression de Talus. L'odeur piquait un peu, en plus. Pendant un moment, le turien s'interrogea: Est-ce que les vortchas et les krogans sentaient déjà aussi mauvais ou bien c'est leur mort qui leur filait cette odeur?

Le turien rechargea rapidement son arme. Mieux valait être prudent et prêt à recommencer les combats, si d'autres berserkers se pointaient. Une forme se dessina dans le cadre de l'entrée. Cependant, ce n'était pas tout à fait ce à quoi Talus s'attendait. En effet, ce ne fut pas un krogan ou un vortcha qui entra, mais un quarien. Un quarien qui semblait avoir du mal à se tenir sur ses jambes et qui tenait en plus un gros fusil à pompe, prêt à tirer. Talus allait interroger le butarien afin de savoir si ce quarien était le frère de Kori, mais le quarien répondit à la question que se posait Talus avant même qu'il eut le temps de la poser. En effet, le quarien les menaçait avec son arme, ou plutôt une arme qu'il avait dû ramasser au sol, et exigeait de savoir où était sa sœur. Il cherchait à se montrer intimidant, mais ça ne marchait pas.

Il fallait juste le désarmer avant qu'il se blesse ou blesse quelqu'un. Talus avait sa petite idée sur la manière d'agir. Sans hésitation, il lança son arme vers Kori. Cependant, ce n'était pas un lancer destiné à frapper, mais plutôt comme s'il lui passait son arme. Voilà une chose que la mère du turien lui avait appris lorsqu'elle lui enseignait le combat rapproché. Les gens avait tous le même réflexe instinctifs quand on leur envoyait ainsi quelque chose: celui d'attraper. Ainsi, la garde s'ouvrait et si la personne avait une arme, elle était du genre à ne plus la tenir de manière à pouvoir s'en servir rapidement. C'était un réflexe de base présent chez toutes les espèces ou presque. Les elcors étant des quadrupèdes n'avaient pas ce réflexe. Les hanaris non plus à cause de leur façon d'être... et peut-être que les geths ne l'avaient pas.

Quoiqu'il en soit, cela marcha parfaitement, en effet, Kori tenta de rattraper l'arme, abaissant du coup le fusil à pompe. Talus se précipita vers lui. Rapidement, le turien récupéra son arme et priva Kori de la sienne. Il inspecta rapidement le fusil à pompe, qui était plutôt lourd et qui n'avait plus de munitions en plus. Il rit légèrement et balança l'arme dans un coin de la pièce.


-Deux conseils, petit gars. Le premier, si tu ramasses une arme qui n'est pas à toi, vérifie toujours s'il reste des munitions dedans. Le second, évite de prendre une arme qui peut te blesser facilement. Ce fusil à pompe krogan t'aurait casser le bras et probablement l'épaule si tu avais tiré avec.

Il se tourna vers le butarien.

-Des oppositions à ce que je le ramène à sa sœur?

Le butarien ne réagit pas. Il semblait n'en avoir rien à faire. Talus prit Kori par l'épaule et commença à le pousser légèrement vers l'intérieur du bâtiment, il était temps de le ramener à sa sœur.

-Allez, je te ramène à ta sœur, toi. Au fait, moi c'est Talus. Je suis là pour protéger ta sœur et l'aider à te retrouver.

Chose dîtes, chose faite. En effet, le turien guida Kori jusqu'au bureau qu'il avait quitté quelques minutes plus tôt. Naki était toujours là, ainsi que la femelle drell. Il fit entré Kori.

-Eh, Naki, regarde qui j'ai retrouvé.

Il laissa les quariens savouré leur retrouvaille pendant quelques minutes avant de les faire revenir à la réalité.

-Bon, ce n'est pas que je veux gâché un moment aussi touchant, mais il serait peut-être temps de filer. Je vais vous trouver un transport sûr pour quitter ce caillou flottant. Après ça, ma dette envers Taal sera enfin remboursé... D'ailleurs, si l'un de vous voulait bien lui mettre une bonne claque de ma part, se serait apprécié. Il disait que se serait une mission facile, sans complication... sans complication mon cul.

Il jetta un regard rapide à la drell.

-À moins bien sûr que vous ayez encore des histoires à régler.

Le turien était prêt à recommencer à tirer si cela était nécessaire pour quitter les lieux. Cependant, avec les deux quariens présents, cela compliquerait les choses.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2862-journal-de-bord-de-kori-penyo-nar-tarek#37021


Inspiration Divine
Messages : 717

MessageSujet: Re: Seule dans l'abîme   Mar 08 Nov 2016, 21:22



Naki se leva d'in bond lorsqu'elle vit Talus Macdonis débouler dans le bureau. Elle était cernée , c'était fait, Kira Nae d'un coté et Talus se trouvaient tous deux sur son chemin.
Elle ne réagit pas immédiatement aux teintes vertes qu'elle connaissaient pourtant bien. Lorsque son cerveau fit enfin la connexion, son visage s'éclaira.

- Eh Naki, regarde qui j'ai retrouvé, annonça le Turien en poussant un Quarien plus en avant.
- Kori ! S'exclama-t-elle avant de courir vers son frère, soulagée à un point incommensurable de le voir vivant.
- Bon, ce n'est pas que je veux gâcher un moment aussi touchant, mais il serait peut-être temps de filer, poursuivis Talus. Je vais vous trouver un transport sûr pour quitter ce caillou flottant. Après ça, ma dette envers Taal sera enfin remboursée...D'ailleurs, si l'un de vous voulait bien lui mettre une bonne claque de ma part, se serait apprécié. Il disait que se serait une mission facile, sans complication...Sans complication mon cul.
A moins bien sûr que vous ayez encore des histoires à régler.


Kori se redressa malgré les douleurs qui semblaient l'habiter.

- Je crois qu'on a des choses à se dire...Annonça-t-il durement à la Drell.

Elle ne daigna même pas lui adresser un regard, se tournant vers sa sœur.

- Je t'ai dis tout ce que tu as besoin de avoir. Enonça-t-elle sans hausser le ton. À toi d'en tirer les conclusions que tu souhaites.
- Vous m'avez frappé, attaché et laisser croupir dans un coin ! S'insurgea le Quarien qui ne supportait pas qu'on le laisse ainsi à l'écart.
- Et qu'aurais-je dû faire ? Réplique la Drell d'une voix sèche, un regard assassin braqué sur le jeune Quarien. Tu nous harcèle depuis des mois et aujourd'hui tu tentes d'entrer dans nos locaux par la force. Tu es sut Oméga, ici, par dans une aire de jeu !

Kori s'apprêtait à répondre, mais sa jumelle l'en empêcha, posant une main calme sur son bras.

- On y va, Kori...Laisse tomber...Lui dis-elle d'une voix tout aussi calme.
- Non ! Rétorqua le Quarien en se dégageant. J'ai pas fait tout ce chemin pour partir sans avoir de réponses !

Naki soupira, elle se doutait de la réaction de son frère. Elle aurait sûrement eu la même dans son cas.

- Kori...Reprit-elle sans changer de ton. J'ai les réponses que tu cherches...

La Quarienen jeta un regard en biais à Macdonis. Bien qu'elle se refusait purement et simplement de croire que Taal pouvait être l'auteur des actes dont l'accusait la Drell, la confiance sommaire qu'elle accordait au Turien était descendu en chute libre. Aussi préférait-elle que le sujet ne soit pas à nouveau débattu en sa présence. Elle aurait tout le temps de faire un récapitulatif à son drère quand ils seraient seuls.
Restait à savoir comment is pourraient faire faux bond au Turien sans éveiller trop de soupçons ni se retrouver en fâcheuse position avec lui.
Naki planta ses yeux dans son semblables de son jumeau.

- Fais-moi confiance.

Alors il acquiesça. Après tout, il le lui devait bien. Elle qui avait traverser les systèmes terminus pour le retrouver.

- On s'en va, annonça Naki à la Drell avec autant d'assurance qu'elle put. Je pense qu'il est inutile de se revoir. Il vaut mieux s'oublier à partir de maintenant.
- J'en convient. Répliqua Kira Nae d'un hochement de tête.

Non sans jeter des regards inquiets aux employés de Jarod qui stagnaient dans la salle d'accueil, le petit groupe quitta les lieux, laissant les cadavres de Krogans qui provoquèrent un haut le cœur à Naki.

- Trop de mort...Songea-t-elle avec une froideur qui la mettait en horreur. Bien assez pour toute une vie...

Il restait pourtant un détail à régler, et pas des moindres !
Quitter la station, mais surtout : Quitter Macdonis.



Honneurs:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 162

MessageSujet: Re: Seule dans l'abîme   Jeu 10 Nov 2016, 23:24
Sa petite mission était presque terminée. Comme promis, Talus avait aidé Naki a retrouvé son frère Kori. Comme promis, il assurait leur protection, ce qui l'avait amené à combattre beaucoup de sale type, aujourd'hui. Il ne lui restait plus donc qu'à faire quitter Oméga aux deux quariens et il en aurait enfin terminé. Talus avait hâte d'en avoir terminé. Certes, son boulot faisait en sorte que ce genre de combats et de lutte à mort était presque devenu la routine. Cependant, il n'en restait pas moins que cela était épuisant, aussi bien physiquement que mentalement. Le chasseur de primes avaient déjà une bonne idée de ce qu'il ferait une fois cette journée terminée: bon repas, douche et dormir. Si possible, se trouver une fille au jolie minois, pour terminer la soirée en beauté.

Cependant, pour le moment, rien ne garantissait que cette mission allait se terminer dans le calme. Après tout, ils étaient encore dans le QG de Jarrod. Rien ne garantissait totalement que ce groupe allait les laisser partir en paix. Raison pour laquelle Talus était prêt à ouvrir le feu si nécessaire, en commençant par en mettre une dans le front de la drell. Elle n'était peut-être pas armée, mais elle restait la cheftaine. De plus, même si le petit groupe sortait d'ici sans violence, il ne fallait pas oublier qu'ils étaient sur oméga. Là où le civisme meurt, comme il avait entendu certain le dire. Bref, ils pouvaient très bien se faire attaquer en chemin. Il ne restait plus qu'à attendre de voir ce que Jarrod ferait. Pour l'heure, le quarien était en pleine engueulade avec la cheftaine. Le turien dû retenir un rire lorsqu'il entendit la drell affirmée que Kori avait tenté d'entrer en force dans leur base. Ce quarien était suicidaire ou quoi?

Heureusement, Naki calma le jeu avec son frère et la drell ne semblait pas intéressé à les empêcher de partir. Ils purent donc quitter les lieux sans devoir se battre. Tant mieux, ça permettrait à Talus d'éviter de mettre inutilement en danger les deux quariens. Ils quittèrent donc les lieux, le turien remarquant au passage que la jeune femme semblait mal à l'aise en passant devant les cadavres des krogans et des vortchas. Le turien avançait en restant à côté de Kori, Naki se retrouvant à côté de son frère. C'était le quarien qui était blessé, alors autant éviter de trop découvrir ses flans. Ils marchaient en silence. Talus rompit le silence au bout d'un moment, en jetant un œil au quarien.


-Au fait, elle était sérieuse quand elle a dit que t'as attaqué leur base? Je sais pas trop ce que tu voulais comme réponse, mais je peux comprendre qu'on puisse vouloir obtenir des réponses... mais... attaqué les locaux d'un groupe armé, en étant seul... T'es suicidaire ou quoi?

Il jeta un œil à Naki.

-Je ne sais pas quel genre d'informations cette drell t'as donnée et ça te regarde. J'espère cependant que cela valait le coup. Vu ce qu'on a dû se coltiner pour arriver jusqu'ici.

Il se tut un court instant.

-Ah, au fait, je sais pas trop vers où vous devez vous rendre, mais il ne va pas falloir vous montrer difficile, vous deux. Je vais trouver un vaisseau qui se rend dans un endroit civilisé, de préférence la citadelle. Après, si vous voulez aller ailleurs, ce sera à vous de vous débrouiller. D'accord? Quoi que, si vous visez Palaven, c'est là que je vais alors, je pourrai toujours vous dirigez vers un autre vaisseau une fois là-bas. C'est à vous de voir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2862-journal-de-bord-de-kori-penyo-nar-tarek#37021


Inspiration Divine
Messages : 717

MessageSujet: Re: Seule dans l'abîme   Mer 23 Nov 2016, 12:34



Dernière ligne droite...Naki ne parvenait même plus à aligner deux pensées, son esprit entièrement tourné vers l'image d'un vaisseau les ramenant à bon port. Elle ne cherchait plus à trouver un moyen de fausser compagnie à Talus. Après tout, il semblait disposé à les mettre dans un trajet retour. Ou bien les emmenait-il tout simplement dans un coin sombre où il pourrait se débarrasser d'eux sans trop de soucis...
Quel en serait l'intérêt, au final ? Même si Taal se révélait être l'instigateur de ces assauts, il n'aurait aucune peine à faire le travail lui-même, de plus, Naki reconnaissait vaguement le chemin qui menait au spatioport, se fiant aux panneaux indicateur qui ornaient la rue.

Kori répondit par un grognement aux questions du Turien, visiblement, il ne souhaitait pas débattre de ce sujet. Et à raison, ce qu'il avait fait était suicidaire, mais bon...Que pouvait-on attendre d'autre de lui ?


- Merci beaucoup, Talus. Répondit Naki lorsque celui-ci s'adressa à elle.
J'imagine que ces informations en valaient la peine, même si j'aurais préféré que les choses se passent autrement...
Pour ce qui est du transport j'espère que nous pourrons trouver quelqu'un qui serait prêt à nous déposer directement sur Rannoch. Il me reste un peu d'argent au cas où...



- Quelle idiote ! Songea-t-elle aussitôt.
Donne-lui tes codes personnels pendant que tu y es !

Il reprirent leur marche dans le silence, chacun soutenant le Quarien blessé. De son coté, Naki sentait qu'une bonne partie de son poids était réparti sur le Turien, lui laissant un bagage assez léger, ce dont elle le remercia intérieurement.
Il lui semblait vraiment difficile de penser que Talus soit du genre à leur planter un couteau dans le dos, quelqu'un qui s'échinait à s'acquitter de ses dettes ne devait pas être de genre là, n'est-ce pas ? À ce moment là, Naki réalisa qu'elle ne s'était jamais demandé d'où Taal pouvait connaître un mercenaire qui opérait sur Oméga, certes ses missions dans le GIP lui avait sûrement valu quelques contact, mais tout de même, pourquoi le garder lui et surtout pourquoi Talus avait une dette envers lui.


- Excusez-moi Talus, lança la Quarienne, rompant ainsi le silence.
Le moment est peut-être mal choisi pour ce genre de question...

Elle se tut quelques instants, réfléchissant à la manière la plus anodine d'aborder la question. Talus n'était pas au courant de la discussion qu'elle avait eu avec Kira Nae Châne plus tôt, aussi peut-être ne savait-il pas encore que Naki mettait en doute l'innocence de Taal, son commanditaire.


- Comment vous-êtes vous rencontrer avec Taal ? Lança-t-elle le plus distraitement possible, ce qui ne suffit pas à cacher la suspicion dans sa voix.
Ca ne me regarde sûrement pas, mais je me demandais quel genre de dette vous pouviez bien avoir envers lui ?

La Quarienne lança des regards autour d'eux, tentant de donner une allure désabusée à sa question, ce qui paraissait d'autant plus suspect, elle s'en rendait bien compte.
Elle jouait sur un terrain dangereux, si Talus n'était pas au courant des allusions de Kira Nae Châne, il risquait de l'être bien plus tôt que prévu avec cette attitude.
Personne autour d'eux ne semblait faire attention au petit groupe. Aucun des habitant de la station ne semblait s'étonner de voir deux personnes transporter un blessé à travers les rues. Cet endroit était bel et bien le plus inquiétant qu'il lui avait été donné de voir.
Ce qui renforça d'autant plus son désir de s'enfuir au plus vite !



Honneurs:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 162

MessageSujet: Re: Seule dans l'abîme   Ven 25 Nov 2016, 21:13
Talus continuait de progresser, en soutenant Kori. Il avait dû retenir un léger rire amuser lorsque le quarien grogna lorsqu'il évoqua la stupidité d'avoir tenté d'attaquer Jarrod de front et seul. Après cela, Naki s'exprima sur leur prochaine destination. Ainsi, le duo allait retourner sur Rannoch. Le turien approuva. Étant donné leur situation, le chasseur de primes n'avaient en tête que 3 destinations vraiment sûrs pour les deux quariens: la Citadelle, Rannoch et Palaven. Au moins, ils avaient assez de jugeote pour savoir que certains coins étaient à éviter. Tandis qu'ils continuaient d'avancer, Talus restait à l'affut des dangers potentiels. Mieux valait rester prudent. Le turien ne considérerait qu'ils ne seraient en sécurité que lorsqu'ils auraient passer le relais cosmodésique pour quitter ce système. Au bout d'un moment, Naki reprit la parole, visiblement avec une question en tête.

-Oui?

Après un moment d'hésitation, la quarienne demanda enfin ce qu'elle avait en tête. En fait, elle désirait en savoir plus sur comment il pouvait connaitre Taal et sur sa dette envers lui. Le turien resta silencieux un court moment.

-Déjà, ça va prendre un peu de temps pour tout expliquer... mais bon on a le temps. Ça remonte à plusieurs années. Notre rencontre a eu lieu dans un bar de la Citadelle, environ 2 ans avant le début de la guerre contre les moissonneurs. À cette époque, j'étais encore soldat dans l'armée de la hiérarchie. Quoique pour être plus précis, second-maître, ou sergent, si vous préférez. Mon vaisseau faisait partie des nombreux vaisseaux défendant la Citadelle. J'avais eu une permission, avec quatre collègues et amis. On avait tous reçus une promotion et nous avions choisi d'aller célébrer ça. Quand ce fut mon tour d'aller chercher une autre tournée, j'avais commandé de l'eau de vie turienne, avant de la recracher aussitôt. J'ai passé un moment à me disputer avec le barman galarien sur son eau de vie coupée à l'eau. C'est à ce moment que Taal est arrivé. Il a ignoré la dispute et s'est aussi commandé de l'eau de vie turienne. Aussitôt le barman et moi, on a arrêté de se disputer et on l'a observé. En fait, on attendait de voir comment il comptait avaler son eau de vie. À cette époque, j'avais encore jamais vu de quarien sans leur masque, alors j'étais curieux. Puis, il a sortie une paille, à goûter l'eau de vie et a eu la même réaction que moi. Le fait d'être deux contre un nous a aidé. Le barman nous a chacun filé une meilleure bouteille et au final, j'ai invité Taal à se joindre à mon groupe. On a passé plusieurs heures à boire et à parler de n'importe quoi. C'était un peu bizarre au début, d'être là à faire cul sec sur des verres, avec le quarien à côté qui buvait les siens à la paille... D'ailleurs, il arrêtait pas d'appeler ça un conduit d'insertion d'urgence... C'est vrai cette histoire de conduit ou bien c'est juste une excuse pour ne pas dire paille?

Le turien attendit la réponse et une fois satisfait il continua son récit.

-Après, le reste de la soirée est un peu flou. On s'est tous réveillé dans une cellule de dégrisement du SSC. Apparemment, on avait but jusqu'à s'endormir à notre table et les videurs nous avait foutu dehors, sans qu'aucun de nous ne se réveillent. Le SSC nous a ensuite mis dans la cellule. Au moins, on a put repartir quelques heures plus tard, avec seulement une contravention à payer. Taal est repartit de son côté, après qu'on ait échangés nos coordonnées. Lorsque la guerre a eu lieu, j'avais d'autres préoccupation plutôt que de discuter avec lui. On s'est cependant recroisé 3 ans après la guerre. Encore à la Citadelle. On a discuté quelques heures, savoir ce que chacun était devenu et ce qui nous était arrivés pendant la guerre.

Il se tut un court instant.

-Quant à la dette, c'est arrivée 3 autres années après. Disons que c'était plutôt particulier. À ce moment là, j'étais adjudant-chef et fier de l'être. Je profitais de ma permission sur la Citadelle pour faire quelque rencontres. J'ai croisé le chemin d'une jolie asari dans une salle d'arcade. Je ne pensais pas que cela irait très loin, lors de la première rencontre, mais je me trompais. À la fin de la soirée, j'étais avec elle dans son lit à prendre du bon temps. J'ai désenchanté le lendemain matin. Je venais à peine de remettre mon armure quand j'ai entendu la porte de l'appartement s'ouvrir et la demoiselle discuter avec quelqu'un. Elle est soudainement arrivée dans la chambre et m'a expliqué qu'en fait, elle était en couple et que son amoureux était de retour. Sur le moment, je me sentais vraiment mal, mais j'espérais réussir à discuter calmement avec l'autre type. Pas chance pour moi, c'était un krogan. Plus gros manque de bol, il avait ramené certains de ses potes avec lui. Je crois que ce jour là, j'ai fait mon meilleur temps en course à pied. Faut dire, quand tu te fais poursuivre par plusieurs krogan, dont un en pleine rage de sang, ça te fait pousser des ailes. Dès que j'ai vu un véhicule avec un habitacle légèrement ouvert, j'ai sauté dedans et je suis tombé sur Taal, dans le siège du conducteur. Il a exigé de savoir qu'est-ce que je faisais là et je me suis contenté de lui dire de démarrer au plus vite. Les krogans qui arrivaient en hurlant l'ont convaincu de démarrer au plus vite. C'est comme ça que j'ai eu ma dette envers lui. Je suis sûr ce que ces krogans allaient m'arracher les bras pour ce léger incident.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2862-journal-de-bord-de-kori-penyo-nar-tarek#37021


Inspiration Divine
Messages : 717

MessageSujet: Re: Seule dans l'abîme   Lun 05 Déc 2016, 15:25



Le récit de Macdonis avait laissé la Quarienne au dépourvu...À quoi s'était-elle attendue ? Une rencontre sordide dans un coin reclus de la galaxie lui aurait facilité la tâche, mais là ...Elle reconnaissait bien le Taal qui avait longuement partagé la vie de sa famille.

- Pourquoi tout le monde est surpris en entendant ça ? Déclara la jeune femme avec un petit sourire amusé lorsque Talus énonça le conduit d'insertion d'urgence.
- Si vous viviez H 24 dans une combinaison, poursuivit son frère. Vous vous rendrez vite compte que tous ce qui sert de conduit est pour une situation d'urgence. Si vous voyez ce que je ceux dire...

Sans plus s'appesantir sur le sujet, Macdonis continua son récit. À aucun moment il n'était question de trafic douteux ni même de situation qui aurait pu réellement avoir un impact négatifs sur sa carrière. Après tout, Taal était soldat de longue date au GIP. Était-il vraiment possible qu'un tel trafic soit passé inaperçu au sein même du corps armé Getho-Quarien ?
Peut-être bien...

- Alors c'est Taal qui vous envoie ? Demanda Kori après de longues minutes de silence . Il faudra penser à le remercier.

Après une pause, il reprit, le regard droit devant lui, comme s'il n'osait offrir ses remerciements en face.

- Et merci aussi. À vous deux, pour être venu me chercher.

Naki lui sourit avant de poursuivre sa route d'un pas plus vif. L'état de Kori semblait moins grave qu'il n'y paraissait et il ne valait mieux pas traîné dans les parages.

Malheureusement, rien n'était couru d'avance et encore moins en ces lieux...
Lorsqu'ils parvinrent à quelques mètres du spatioport, Kori parvenait à marcher plus ou moins bien seul et sa fierté interdisait catégoriquement aux deux autres de la soutenir encore.
Hélas, lorsque plusieurs personnes commencèrent à faire leurs apparitions face à eux, le trio n'eut plus de doute quand à leur situation.
Même de loin, Naki sentit plus qu'elle ne reconnut le Berserker.

- Je crois qu'à partir de ce jour, je pourrai à tout jamais les reconnaître au premier coup d'oeil...

Bien que la Qurienne perçut rapidement le danger, ce fut Talus qui réagit en premier, es sens bien plus affutés par des années de pratique que ceux des Quariens.
Sans plus attendre, il fit bifurquer le petit groupe vers l'un des couloirs, plus étroit, en perpendiculaire de l'avenue principale sous le regard étonné de Kori qui n'avait visiblement pas encore remarqué les hommes armés qui pointaient leurs nez.
Naki ressenti une nouvelle fois la puissance de l'adrénaline dans son sang, et compris immédiatement qu'elle en avait plus qu'assez de cette sensation.
Elle voulait s'enfuir et, ennemi ou non, elle espérait que Talus parvienne à les mener à destination.



Honneurs:
 
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Seule dans l'abîme   
Revenir en haut Aller en bas
 

Seule dans l'abîme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: Systèmes Terminus :: Nébuleuse d'Oméga :: Oméga-