AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 Le grain de poussière sur l'armature

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Personnage RP
Faction : L'Azur Stellaire
Rang : Matriarche
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3575-journal-de-dashanxa


Messages : 98
Crédits : Bioware/Ravilla Aper

MessageSujet: Le grain de poussière sur l'armature   Jeu 07 Juil 2016, 19:13
Intervention MJ : non Date :  mai 2201 RP Tout public
Dahl Elkoss (Nerf) ♦ Dashanxa T'Pradma
Le grain de poussière sur l'armature


Le grain de poussière sur l'armature
Préparatifs.

Système Nahuala, Hyetiana.


Hyetiana n'était pas réputée pour son climat tropical. Les Humains présents à bord du Patriarche ne cessaient de répéter que, sur Terre, le printemps s'épanouissait ; une façon comme une autre de sous-entendre qu'ils ne voulaient pas descendre sur le sol de cette planète hivernale. D'autant que le laboratoire de l'Azur Stellaire ne se situait pas près de l'équateur, seul espace jouissant d'un climat – relativement – tempéré. Non, il se situait bien au Nord. La température dépassait assez peu souvent le zéro degré, mais, au moins, le petit complexe était isolé, tel un inconnu au milieu du brouillard.

Nous n'allons pas rester longtemps.

Le temps d'accueillir un « entraîneur » du Nerf, qui posséderait sans doute aussi les facettes d'espion et de critique. Mais c'était le marché.

Le vaisseau atterrit, et Dashanxa sortit parmi de légers flocons, drapée dans ce qui se rapprocherait d'une palla pourpre. Le paysage se déploya sur ses pupilles, et elle apprécia la semi-désolation autour du complexe – une masse grise d'un étage. La neige était partout et l'on semblait perdu au milieu de nulle part, mais pour qui savait, il était en réalité facile de retrouver le chemin des villes. La tranquillité tout en étant connecté au monde. Cela valait de l'or.

Gatagog Taur, le responsable krogan du laboratoire, sortit du bâtiment pour accueillir Dashanxa. La Matriarche le savait frustré de son état ; appuyé sur sa canne, il ne pouvait guère plus accomplir ce pour quoi les Krogans étaient habituellement faits, mais il s'était accommodé à son rôle de superviseur. Il l'invita à entrer, ce qu'ils firent. La porte métallique coulissa derrière eux, et le froid disparut soudain.

Dashanxa attendit qu'ils fussent parvenus à son bureau pour prendre la parole, se contentant de saluer de la main ou de la tête les travailleurs qu'ils croisaient.

Taur s'assit dans un fauteuil, tandis que la Matriarche marchait en rond dans la pièce.

Il sait pourquoi je suis là.

Il avait envie de lui faire des demandes, c'était certain, notamment à propos de la drogue qui leur avait posé problème une cinquantaine d'années auparavant et qu'il étudiait sans relâche. Mais il avait aussi reçu les informations concernant l'entrevue avec le Nerf ; c'était ce sur quoi il fallait se focaliser aujourd'hui. Dashanxa enverrait quelqu'un récupérer les demandes de Taur.

« Dans quelques heures », lâcha-t-elle. Et cette phrase répondait aux deux questions : l'envoyé du Nerf arrivait dans quelques heures, et dans quelques heures, Taur pourrait enfin balancer au visage de quelqu'un sa liste de doléances, qui serait ensuite soumise à Dashanxa.

Taur hocha la tête ; il ne pouvait pas faire grand-chose de plus. Puis, pendant de longues minutes, ils parlèrent de la nouvelle situation de l'Azur. Evidemment, Taur fit bien comprendre qu'il trouvait que tout ce qui était entrepris n'était jamais assez. Dashanxa considéra ses propos, elle qui rêvait depuis des décennies de Thessia et de poste de Théméssiane. Mais ce n'était pas le moment non plus ; aujourd'hui, l'on allait, en quelque sorte, passer en revue les troupes. Et en fonction de leurs aptitudes, l'on verrait bien ce qu'il serait possible de faire.

Les forces de Dashanxa, l'armature de l'Azur Stellaire. Des commandos que l'on pourrait appeler « classiques », et d'autres, à la fois espions et combattants. Il était temps de souffler sur le grain de poussière qui les recouvrait, juste assez pour leur faire quitter leur rôle de milice privée et prendre leur envol à une plus grande échelle... tout en conservant précisément ce grain, symbole de cendre mais aussi de renouveau, symbole d'une rugosité que Dashanxa appréciait dès qu'elle repensait à sa conversation, le mois précédent, avec...

Ils restent à mon service. Pas à celui du Nerf.

Mais elle-même était dépendante de cet étrange être. Voyons ce que cela pourrait rapporter, et non pas ce que cela pourrait aliéner ; et ce que elle, elle pouvait apporter.

Dashanxa et Taur conclurent leur discussion là-dessus et elle demanda à inspecter les lieux, ce que le Krogan ne put refuser. Les avancées étaient bien là. La Matriarche était satisfaite. Elle eut l'occasion de parler à son conseiller longuement, pour la première fois en face à face depuis des années, ainsi qu'avec les occupants du laboratoire. Tout était bien en ordre, et elle apprécia cela autant pour elle que pour celui ou celle qui allait arriver. Une bonne journée, du temps justement dépensé.

La visite terminée, Dashanxa partit, Taur sur ses talons, pour retourner à l'entrée du complexe. Il était temps de souhaiter la bienvenue à leur invité. Au travers d'une épaisse vitre, elle vit atterrir un second vaisseau.

Elle ordonna qu'on ouvrît la porte.


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Indépendant (banni du Protectorat)
Rang : Maître de la finance
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3123-omnitech-personnel-de-dahl-elkoss


Roi de la Chasse Sauvage
Messages : 1767
Crédits : Sabrus - DeviantArt

MessageSujet: Re: Le grain de poussière sur l'armature   Jeu 14 Juil 2016, 19:58
Le grain de poussière...



Agesia Axemi était la Main. Lorsqu'il fallait intervenir de façon armée et discrète, c’est sa section que l'on mettait en branle. Assassins, hackeurs, saboteurs, biotiques d'élites, tous subissaient son entraînement.
Mes relations avec elle étaient cordiales. Mon arrivée, ainsi que celle de l'Armure, lui avait permis de peser sur l'Ordre et de rétablir sa section.Elle était certes en reconstruction et encore peu influente, mais Axemi comptait sur l'avenir et la croissance de sa section, et elle faisait bien : il n'y avait aucun doute que son influence serait grande.
Malgré ça, son avenir n'était pas assuré. L'arrivée de la Reine au sein de l'Ordre, et son éloignement du à la collaboration avec la Matriarche Dashanxa ne lui avaient pas plu. Toutefois, nous avions tous confiance en sa pleine et entière capacité à remplir sa mission.




Mai 2201,
Hyetiana


Axemi posa pied à terre, hors du vaisseau. Derrière elle, ses hommes en armure neutre, sans signes distinctifs, se mirent en rang. Enfin, ils avaient été ses hommes. Aujourd’hui, ils étaient ceux de l'Armure, même si l'asari aurait parié qu'ils étaient plus fidèle à leur ancienne commandante qu'au nouvel arrivant.
La porte du complexe lui faisant face s'ouvrit. La Main s'avança, s'y engouffrant, accompagnée de seulement deux de ses suivants.
La Matriarche Dashanxa était là, avec un krogan et quelques gardes. Le Nerf et l'Histoire l'avait mise en garde à l'égard de cette dernière : très intéressante, une puissante alliée potentielle, mais également dangereuse, à la façon d'un cobra hypnotisant ses proies avant de les mordre. Le Nerf semblait vouloir miser sur elle, l'Histoire n'en avait cure, comme toujours. Cette dernière s'était surtout intéressé au laboratoire : isolé, discret, supervisé par un krogan, possédé par une hors-la-loi. Un lieu parfait pour y mener des recherches préliminaires ou secondaires. Axemi devait notamment vérifier si ce laboratoire correspondait à ce qu'il semblait être, ainsi que ce sur quoi il travaillait actuellement.
L'attention de de la Main se reporta sur les deux individus lui faisant face. Un krogan dans ce genre de lieu était rare, mais la raison était ici évidente : il était incapable de se battre. Pourtant, s'il supervisait, il devait savoir utiliser quelques parties de ses systèmes nerveux. Suffisamment pour mener des recherches, ou faire mener des recherches. Un exploit.
La Matriarche ne lui inspirait encore rien. Elle préférait être prudente, attendre avant de se faire une image plus ou moins fixée de sa nouvelle employeuse. Et se faire simplement à l'idée d'être à nouveau une subalterne : ce n'était pas arriver depuis longtemps, après tout, même si elle gardait une indépendance certaine.
Il était temps de saluer.

« Matriarche Dashanxa. Je suis l'agente Axemi. »
. La Main laissa son interlocutrice répondre. « Les cargaisons demandées sont dans mon vaisseaux, prêtes à être débarquées où vous le souhaitez. Je resterai avec vous afin de familiarisez vos hommes à son utilisation, ainsi que pour veiller au respect du contrat. Votre laboratoire est potentiellement intéressant. », acheva l'asari en lasisant son regard passer sur ce qui l'entourait.



Notes HRP :
Dahl Elkoss : #ffcc00,
James Bringtown : #0066ff


"Tout respirait Dahl Elkoss, le seul volus plus burné qu’un krogan."
- Anton Ardak, 2202
Journal de Bord, avec présentation de mes personnages secondaires




Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : L'Azur Stellaire
Rang : Matriarche
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3575-journal-de-dashanxa


Messages : 98
Crédits : Bioware/Ravilla Aper

MessageSujet: Re: Le grain de poussière sur l'armature   Dim 17 Juil 2016, 16:30
Le grain de poussière sur l'armature
Entrée.

Une Asari s'avança vers Dashanxa. Elle avait l'air dur, impression peut-être renforcée parce qu'elle était en tête d'une procession quasi militaire.

Sur le pas de la porte, les salutations commencèrent.

« Matriarche Dashanxa. Je suis l'agente Axemi. ».

Intéressant. L'Asari ne semblait pas en joie, mais elle appelait Dashanxa par son titre. Elle le lui reconnaissait. Ce n'était que dans l'intérêt de sa mission, sans doute, mais cela en disait assez sur l'importance que l'on voulait bien accorder à la Matriarche.

Usage volontaire ou non, il était bon pour l'ego de rentrer dans le jeu ; Dashanxa sourit et inclina la tête. « Enchantée, Axemi. »

L'envoyée ne se préoccupa même pas de rentrer dans le bâtiment, au chaud, et enchaîna immédiatement. « Les cargaisons demandées sont dans mon vaisseau, prêtes à être débarquées où vous le souhaitez. Je resterai avec vous afin de familiarisez vos hommes à son utilisation, ainsi que pour veiller au respect du contrat. Votre laboratoire est potentiellement intéressant. »

Eh bien ! C'était vite entrer dans le vif du sujet ! Axemi était directe et concise. Une bonne part de l'efficacité de quelqu'un était déterminée par ces deux points. Cependant, elle était aussi froide ; à voir ce que ce trait allait donner. Et enfin, elle était observatrice. Curieuse. Gênant mais pas étonnant. N'importe qui dans un monde de secrets se devait de l'être.

L'adverbe potentiellement tinta aux oreilles de Dashanxa comme autant de promesses d'alliance et d'abandon. Mais chaque chose en son temps.

« Entrez, je vous en prie. »

Elle lui laissa le passage et toute sa petite division entra avec les deux femmes. La Matriarche fit mine de rajuster son châle pour observer non pas la porte d'entrée, mais celle derrière elle, close. Celle-ci s'ouvrit et deux gardes arrêtèrent la petite troupe.

« Pas d'armes à l'intérieur, intervint Taur. Question de sécurité. Pas vraiment envers votre capacité à trouer des corps, mais surtout envers les substances maniées ici. Les réactions chimiques et la chaleur d'un canon, vous savez ce que c'est... »

Dashanxa hocha silencieusement la tête, bras dans les dos. Elle vit bien le gonflement des joues d'Axemi, mais c'était indispensable. Et puis, l'agente du Nerf était assurée que les hommes du parti d'en face n'étaient pas armés non plus. Bien sûr, ils avaient de quoi se défendre, mais pas en balles et en cartouches thermiques. Sûrement que du côté d'Axemi, il en allait de même.

Tout le monde finit par entrer. Dashanxa, debout dans le couloir bleu ciel, reprit la parole comme si la conversation n'avait pas connu de pause.

« Les cargaisons sont là ? C'est parfait. Pas de débarquement nécessaire : elles vont immédiatement rejoindre mon vaisseau, juste à côté du vôtre. Il suffit que vous en donniez l'ordre, l'équipage est au courant. Vous comprendrez que je préférerais rester mobile. Ce sera une contrainte pour vous, bien sûr, mais nous ferons au mieux si vous avez un quelconque désir. »

La Matriarche ouvrit la console d'accueil, encastrée dans le mur. « Potentiellement intéressant ? » Elle fit signe à Axemi de s'approcher sans ses hommes. Enfin, une vague possibilité de parler seule à seule ! « Regardez. Médecine – ou drogues, parfois, tout dépend du point de vue ; diverses tentatives chimiques et technologiques pour améliorer les forces d'attaques. La qualité de la production est en hausse – et nous pouvons sans doute y ajouter ce que le Nerf désire. Car c'est surtout cela qui vous intéresse, n'est-ce pas ? Un lieu d'exploitation isolé ? C'est tout à fait compréhensible. » Elle leva la tête vers sa consœur. « Une visite vous intéresse-t-elle ou le plan ici présent vous suffit-il ? Je comprendrais que vous souhaitiez repartir – et commencer votre mission – au plus tôt. Mes soldats vous attendent. »



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Indépendant (banni du Protectorat)
Rang : Maître de la finance
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3123-omnitech-personnel-de-dahl-elkoss


Roi de la Chasse Sauvage
Messages : 1767
Crédits : Sabrus - DeviantArt

MessageSujet: Re: Le grain de poussière sur l'armature   Mer 20 Juil 2016, 13:02
Le grain de poussière...




Mai 2201,
Hyetiana


« Entrez, je vous prie. »

Axemi suivit la Matriarche, mais la marche fut rapidement arrêtée par le krogan l'accompagnant. Pas d'armes dans le labo, question de sécurité. Le premier réflexe de la Main fut de refuser, puis elle se contint. Les autres individus présents n'étaient pas armés non plus, la justification était plausible. Et même sans armes thermiques, l'asari et ses combattants étaient pleins de ressources.
Elle acquiesça donc, déposant ses armes dans les casier prévus à cet effet. Axemi mit toutefois en garde le nouveau propriétaire.

« Ne vous avisez pas d'y toucher. Ces armes ont des surprises pour les individus tentant de les étudier sans autorisation. ». Axemi regarda ensuite la maîtresse des lieux. « Mais je suis certaine que ces armes ne bougeront pas d'ici. ».

Tout le monde finit par entrer dans le laboratoire. La Matriarche reprit la parole, parlant de l'avenir immédiat. Les cargaisons à déposer à côté de son vaisseau, la mobilité dont elles feraient preuves.
Axemi envoya aussitôt l'ordre dé décharger via son omnitech. Si T'Pradma souhaitait être mobile, inutile de rester sur place plus de temps que nécessaire à la visite du laboratoire.

« La majeure partie de l’entraînement pourra se faire en vaisseau, au vu de l'effectif. Aucun soucis pour la mobilité donc. Je vous ferai part des besoins d'entraînements sur le terrain lorsque j'aurai une évaluation plus précise de vos hommes.
C'est avec le temps et l'accroissement de vos forces qu'il faudra envisager une installation fixe. »


Axemi s'attendait à du bon, venant des agents de la Matriarche, ceux ci devant majoritairement être des militaires ou des commandos asaris. Simples à entraîner en espace confiné donc : concentration biotique, formation tech, renforcement musculaire et ainsi de suite. La Main savait ce qu'elle faisait. Les ''entraînement'' sur le terrain seraient en fait des interventions de moindre envergure, sur des cibles d'importance tertiaire. Rien ne valait l’entraînement avec cartouches thermiques réelles.
Bon, il faudra quand-même les habituer à leur nouvel équipement, donc un peu de tirs sur cible avant les interventions, s'admonesta la Main. Ces combattants seraient des ressources utiles, selon le Nerf, pas des éléments sacrifiables immédiatement.
Mais à quel point pouvait elle se fier au Nerf ? Sa présence aidait beaucoup Axemi, oui... mais le volus n'avait pas volé sa réputation. Aucune de ses réputations, en fait, depuis celle du négociant à celle du traître.

T'Pradma invita l'agente à discuter en privée, l'air de rien. « Potentiellement intéressante ? ». La remarque fit sourire intérieurement Axemi. Elle n'avait fait que reprendre les mots des scientifiques de l'organisation, et retenir la liste des points intéressants à vérifier. Elle même n'était pas une spécialiste des laboratoires.
La Matriarche lui fit un bref exposé des lieux. Drogues de combat, un peu de manipulation biotechnologie, isolement et secret, les promesses semblaient tenues. La Matriarche proposait tout de même une visite plus approfondie. Axemi hésita un instant – balançant entre ses connaissances limitées et le rapport qu'elle aurait ensuite à faire au reste du Cercle – puis finit par émettre son accord.

« Inutile de commencer l'entraînement dans la précipitation. Faites moi visiter le laboratoire – inutile d'en montrer le moindre détail technique, mais j'apprécie de voir concrètement avant de faire un rapport. »

Les deux asaris s'enfoncèrent donc dans le bâtiment.



Notes HRP :
Dahl Elkoss : #ffcc00,
James Bringtown : #0066ff


"Tout respirait Dahl Elkoss, le seul volus plus burné qu’un krogan."
- Anton Ardak, 2202
Journal de Bord, avec présentation de mes personnages secondaires




Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : L'Azur Stellaire
Rang : Matriarche
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3575-journal-de-dashanxa


Messages : 98
Crédits : Bioware/Ravilla Aper

MessageSujet: Re: Le grain de poussière sur l'armature   Ven 22 Juil 2016, 22:31
Le grain de poussière sur l'armature.
Présentation.

« Dans ce cas, après vous, Axemi. »

Dashanxa et l'Asari partirent dans le bâtiment. Arrivées à l'escalier central, d'un blanc au côté criard renforcé par un éclairage intense, elles marquèrent une pause ; Taur en profita pour regagner son bureau, en prétextant la fatigue de sa patte folle. En vérité, il s'assurerait sans doute, via ses consoles, que les différentes zones fussent bien stables et qu'une petite visite ne dérangeât personne à l'intérieur. Heureusement, Taur avait fait faire à Dashanxa le tour des lieux avant l'arrivée d'Axemi !

C'était le défaut de la direction : il était possible de tout savoir, mais pas de tout voir. La Matriarche avait la chance, à ce moment, de maîtriser les deux facettes.

« L'étage, énonça-t-elle à l'agent, n'est composé que des bureaux de gestion du complexe et des quartiers. Allons directement dans l'aile gauche. Si vous le voulez bien. »

Simple forme de politesse qui impliquait déjà l'accord d'Axemi, qu'elle le voulût ou non. Elles continuèrent donc dans la direction souhaitée par Dashanxa, suivies par les soldats de l'agent. Cette dernière ne voulait pas d'une présentation exhaustive. Tant mieux. L'air de rien, Dashanxa ouvrit cependant son omnitech pour prévenir ses hommes de leur arrivée retardée, ainsi que pour leur donner le nom de l'agent.

Il était temps de présenter le laboratoire comme une vitrine. La suite dont les deux Asari étaient à la tête passa devant divers cabinets ; Dashanxa commença son exposé. L'aile gauche était dédiée aux recherches biologiques. Le climat glacé de Hyetiana permettait de tester la résistance de pléthore d'organismes et de substances, ou de les conserver avec plus de facilité ; mais quels étaient-ils ? La Matriarche anticipa la question, et ajouta d'emblée que ceux-là servaient à l'élaboration de celles-ci ; elles étaient pour la plupart des stimulants dont on cherchait à réduire les effets secondaires – les humains présents dans le groupe tendirent l'oreille à la mention d'une sorte de méthamphétamine améliorée pour les organismes levo-aminés.

Une fois passés ces cabinets de curiosité du XXIIIème siècle, Dashanxa conduisit tout le monde au fond de l'aile gauche. S'y tenaient les recherches sur les drogues et autres gaz – c'est-à-dire tout ce qui pouvait se révéler plus offensif. Le « produit » le plus intéressant était celui que l'Azur Stellaire avait récupéré sur Nevos il y a des années. Il rendait fou, délirant, puis hagard, et au bout de quelques jours, c'était la mort. Dashanxa eut une pensée pour la chasseresse qui les avait aidés, Alessa N'Mara. Son nom était passé dans ses dossiers... Elle était devenue fugitive.

Passage dans l'aile droite, désormais ; le couloir qui permettait la jonction avec la partie biologique du laboratoire était large et gris. Inintéressant au possible. Les couloirs de l'aile gauche, eux, ouvraient sur des choses dignes d'observation. Celui-ci n'ouvrait même pas sur une cantine. Mais enfin, il était nécessaire.

L'aile droite était dédiée à la biotique et à la technologie. Des implants biotiques leur arrivaient, et les scientifiques tentaient d'améliorer leurs performances. Aussi, et surtout, ils essayaient de glisser les produits dangereux dans les armures, pour pouvoir les relâcher en combat... ou en cas de capture.

Le tour était accompli. Dashanxa fit revenir tout le monde devant l'escalier. Tout s'était bien passé. Elle n'avait pas quitté le côté d'Axemi, mais s'était contentée de se ranger dans un cadre de présentation. Elle s'en libéra quelque peu, mais resta, évidemment, sérieuse. L'attitude d'Axemi pendant la visite et précédemment avait attiré son attention.

« Cela vous convenait-il ? Enfin, pas forcément à vous, mais du moins, cela peut-il convenir aux gens au-dessus de vous ? »

L'agent remplissait son devoir, mais ce n'était clairement pas le genre de choses qu'elle aurait faites si elle n'avait dépendu de personne. Dashanxa la laissa répondre - d'autant qu'elle aimait penser que l'autre n'était qu'une subalterne - avant de la guider vers l'entrée. Les troupes attendaient dans le hall d'accueil.


*


En rangs serrés au vu du peu d'espace, les combattants, droits, prenaient patience. Comme promis, les trente étaient présents. Les deux-tiers étaient des Asari, et le dernier tiers, lui, était constitué d'humains, de Turiens, et d'un Drell. Ils étaient vêtu d'une armure d'un bleu sombre. Cela virait presque au spectacle. Sûrement une idée de leur chef.

La Matriarche et Axemi se placèrent devant eux.

Dashanxa souleva son menton vers la droite.

Une jeune combattante Asari sortit des rangs et vint se mettre au garde-à-vous devant Axemi. Elle avait des traits tendus, et bien que son regard se fixât sur un point invisible comme le voulait ce salut militaire, on y sentait la détermination. Typique de la jeunesse qui a confiance en ses capacités.

« Agent Axemi. Je suis le commandant Vira. Je serai la voix des troupes. Je suis également apte à répondre à toutes vos questions concernant nos unités. Je peux d'ores et déjà vous dire que nous répondons de vous et que nous attendons avec impatience vos enseignements... et vos ordres. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Indépendant (banni du Protectorat)
Rang : Maître de la finance
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3123-omnitech-personnel-de-dahl-elkoss


Roi de la Chasse Sauvage
Messages : 1767
Crédits : Sabrus - DeviantArt

MessageSujet: Re: Le grain de poussière sur l'armature   Mer 27 Juil 2016, 23:53
Le grain de poussière...



Mai 2201,
Hyetiana


Axemi suivit la Mtriarche le long du laboratoire. Elle ignorait si T'Pradma lui cachait quelque chose – après tout, elle avait évité certaines zones en les désignant comme secondaires – mais la commando estimait probable que sa nouvelle employeuse dise la vérité. Le succès de son entreprise passait par le soutien du Nerf, et à travers lui de l'Ordre, et la Matriarche devait prouver qu'elle méritait l'aide demandée.
Pour cette raison, Axemi pensait effectivement avoir vu le plus intéressant dans le laboratoire, et commençait à réfléchir aux utilités de chaque. Elle estimait les stimulants secondaires – à part pour le marché financier, éventuellement, à diffuser dans les régions moins bien desservies de la galaxie. Elle ne prêta guère attention aux implants biotiques – elle n'était pas concernée, en tant qu'asari, et estimait que ses sœurs étaient de toutes façon les meilleures combattantes biotiques l'on puisse avoir. Les implants n'étaient que des astuces utilisées par les autres espèces pour tenter de rivaliser. En revanche, les mods techs l'intéressèrent au plus haut point. Il existait de nombreuses manière d'empêcher un agent de parler, mais l'un des ennuis de l'Ordre était que même le cadavre pouvait apprendre des choses à un camp adverse qui en prendrait possession. Peut-être ces substances permettraient elles de régler ce problème. Axemi écouta aussi attentivement l'exposé sur les gaz et sur ce fameux produit rendant fou. Un fort potentiel offensif en effet.

« Cela vous convenait-il ? Enfin, pas forcément à vous, mais du moins, cela peut-il convenir aux gens au-dessus de vous ? »
« C'est satisfaisant. L'organisation vous contactera suite à mon rapport, pour avoir des détails sur ce que les scientifiques estiment le plus prioritaire. Pour ma part, je perçois un bon potentiel dans votre fameux gaz délirant. Très utile pour le genre d'opérations comme celle que nous avons à préparer.
Et en parlant de ça... Il est temps que je rencontre vos combattants. »




Les trente individus faisaient face au duo de dirigeante. Deux tiers d'asari, des jeunes encore Demoiselle, avec peut être une ou deux Matrices refusant de se poser. Le reste était composé d'espèces diverses.
L'une des asari s'avança. Vira, commandante. Un grand titre pour une femme dirigeant si peu d'hommes. Mais qui pouvait être mérité, s'ils avaient le niveau.
Axemi ne répondit pas tout de suite, jaugeant ce qu'elle avait sous les yeux. Pour l'instant, elle était déçue. Ce qui lui faisait face ressemblait davantage à une groupe de mercenaires ''d'élite'' qu'aux commandos qu'elle espérait avoir à former. Mais peut-être les sous estimait elle. Axemi répondit finalement, jaugeant toujours les troupes face à elle.

« A l'avenir, vous m’appellerez Madame. Avant de commencer l'entraînement, j'ai besoin de savoir ce que vous valez actuellement. Commandant Vira, où vous et vos combattants avez vous appris et exercé vos talents ? »
« A vos ordres, Madame. En ce qui me concerne, ma mère était instructrice biotique. J'ai commencé par suivre ses enseignements, avant de servir quelques temps dans l'armée. Quelques-uns de mes hommes ont aussi reçu une formation ou ont été mercenaires ; mais tous, nous avons grandement amélioré nos capacités sous la houlette de la Matriarche elle-même et surtout - sans vous offenser, Matriarche - sous celle du capitaine du vaisseau le Patriarche, Evaza, ancienne haut gradée. Même si ce n'était que de l'entraînement "classique". Tout le monde s'accorderait pour dire que nous devons nos compétences à des sorties régulières sur le terrain, même encore aujourd'hui quand nos services ne sont pas requis. »
« Tous ici sont biotiques ? »
« Tous. Sinon ils ne seraient pas dans cette pièce. Le peu d'autres soldats est encore en formation. »
« Bien. ». Axemi se tût un moment, réfléchissant à comment mesurer le potentiel actuel de ses troupes. « Principalement de l'apprentissage sur le terrain donc. Vous a-t-on enseigné un peu plus que la base des stratégies de commando ? »
« C'est... ». Elle était évidemment déçue de ne pas avoir pu profiter d'un entraînement dans toute sa longueur. « Nous ne valons sans doute pas un commando entraîné des siècles sur Thessia. Mais nous sommes tout de même des commandos. Travail par équipe de deux, trois, sauf sur demande. Maîtrise des fusils d'assaut et à pompe. Du corps à corps. Peut-être un profil plus orienté sur la discrétion et la souplesse que cela ne l'est à la base - et ça l'est déjà beaucoup. Vous savez, quand on doit déguerpir car on est des hors-la-loi... ». Elle avait plus ou moins détourné la question tout en y répondant.
« Je vois. ». Axemi prenait note de la réaction de Vira. Gênée de sa position, mais au moins elle avait conscience de leurs limites. « Vous ne les valez pas encore, mais ce sera le cas après mon passage. Pour ceux ayant un potentiel suffisant, du moins. », ajouta-t-elle après un instant. « Je vérifierai personnellement ce que chacun d'entre vous valez, dans les jours à venir. La première séance d'entraînement commencera ce soir, 21h, heure concilienne. Les retards sont évidemment hors de propos. D'ici là, reprenez vos postes habituels. ».
« Bien, Madame. A vos ordres, Madame. » Que dire de plus? Axemi était désormais sa supérieure. Vira n'avait pas à discuter ses constatations et encore moins ses ordres.
Elle fit sortir ses hommes et les suivit.

Une fois les oreilles indiscrètes éloignées, Axemi se retourna vers la Matriarche. « Si vous êtes aussi rigoureuse dans la sélection de vos hommes que dans le maintien de votre laboratoire, je pense que plus des deux tiers pourront devenir de réels commandos. Les autres seront de bons soldats à garder en réserve. Quand souhaitez vous que nous parlions de l'opération elle-même ? Dès maintenant, ou lorsque vos hommes commenceront à avoir le niveau ? »
La Matriarche écouta Axemi donner ses conclusions. « C'est bon à entendre. Quant à l'opération, il est sans doute plus prudent d'en prévoir le maximum le plus longtemps à l'avance. Nous avons la journée avant l'entraînement ; parlons-en ici ou à bord du Patriarche, à votre convenance. »
« Alors migrons sur le Patriarche. Je n'ai jamais confiance en le secret d'une planète où survivent des laboratoires de recherches. »

Les deux asari embarquèrent, laissant leurs hommes s'occuper des cargaisons.



Notes HRP :
Dahl Elkoss : #ffcc00,
James Bringtown : #0066ff


"Tout respirait Dahl Elkoss, le seul volus plus burné qu’un krogan."
- Anton Ardak, 2202
Journal de Bord, avec présentation de mes personnages secondaires




Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : L'Azur Stellaire
Rang : Matriarche
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3575-journal-de-dashanxa


Messages : 98
Crédits : Bioware/Ravilla Aper

MessageSujet: Re: Le grain de poussière sur l'armature   Sam 30 Juil 2016, 16:55
Le grain de poussière sur l'armature
Installation.

Le Patriarche n'était pas un vaisseau de guerre. Il était bien plus proche des vaisseaux de l'ancienne flotille quarienne : rafistolé, économe, efficace. Il avait un avantage : à force de réparations auxquelles tout le monde avait dû participer, de nombreux liens s'étaient crées parmi l'équipage.

Dashanxa guidait Axemi dans les couloirs ; elle jouait son rôle d'hôtesse et, une fois rejoint le pont intermédiaire, elles se dirigèrent vers les quartiers. Elles traversèrent la grande pièce de prière, qui, de façon assez ironique, allait sans doute devenir la salle de débriefing des troupes. Les membres d'équipages saluaient sur leur passage.

« Voici vos quartiers. » Une porte, au bout d'un énième couloir, s'ouvrit. « Vous y trouverez tout le confort nécessaire, ne vous inquiétez pas. Quoique, je doute que ce soit ce genre de détails qui vous inquiète. Je vous laisse vous installer. »

Un lit, un bureau avec accès à un terminal, une armoire, un placard, et une salle de bain au fond à gauche de la pièce. La porte se referma sur l'agent ; elle prendrait certainement peu de temps à découvrir les lieux. Elles avaient d'autres choses à faire.

Dashanxa partit vers son propre antre. La porte de la chambre d'Axemi se referma derrière elle.


*


La Matriarche avait demandé à ce que l'on escortât Axemi jusqu'à elle. Elle l'attendait, assise dans un fauteuil, et l'invita à s'asseoir face à elle dès qu'elle eut franchi la porte. Dashanxa se pencha en arrière pour attraper une bouteille et des verres ; elle servit l'agent et elle-même en vin avant de soulever son verre.

« Vous savez pourquoi vous êtes ici. Vous avez carte blanche concernant les agissements des troupes. En revanche, je veux des rapports réguliers. Une fois par jour, à l'heure qui vous semblera la plus propice. »

Elle but quelques gorgées. « Des questions ? »

C'était inévitable qu'elle en eût.


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Indépendant (banni du Protectorat)
Rang : Maître de la finance
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3123-omnitech-personnel-de-dahl-elkoss


Roi de la Chasse Sauvage
Messages : 1767
Crédits : Sabrus - DeviantArt

MessageSujet: Re: Le grain de poussière sur l'armature   Ven 26 Aoû 2016, 12:27
Le grain de poussière...



Mai 2201,
Hyetiana


La chambre était simple, contenant le nécessaire sans pour autant en devenir spartiate. Elle plut à Axemi.
L'asari rangea rapidement ses affaires, dans une économie de mouvement trahissant son habitude des vaisseaux. Une vie passée à voyager pour diriger des opérations para-militaires impliquait forcément cette connaissance. Après quoi, elle activa son omnitech, et scanna rapidement la chambre autour d'elle, à la recherche de système d'espionnage ou de ''recueil d'informations''. Elle ne trouva que les appareils de sécurité habituels, quasiment jamais absent. Un autre geste sur l'omnitech, et il lui fut confirmer qu'ils ne récolteraient aucune information dérangeante.
« Tu as tout suivi depuis le début ? »
« Oui. »
La voix de l'Histoire était grave et doucereuse. Axemi acquiesça, ne dit rien de plus. Discuter avec une IA dotée d'une idée fixe n'était pas très intéressant. À la place, elle commença à étudier les dossiers sur les hommes de T'Pradma.



« Vous savez pourquoi vous êtes ici. Vous avez carte blanche concernant les agissements des troupes. En revanche, je veux des rapports réguliers. Une fois par jour, à l'heure qui vous semblera la plus propice. ».

Quelques gorgées.

« Des questions ? »
« Oui : avez-vous un plan précis ? Tout ce que je sais, c'est que vous souhaitez frapper un emplacement religieux de Thessia, mineur mais avec une forte symbolique. Il y a plus d'un lieu correspondant à cette description. »
« Plus d'un lieu, certes. Nous ne sommes pas le peuple le plus athée de la galaxie. Je pensais que le Nerf vous avait mise au courant, mais je vais donc détailler: Evvia est un petit lieu, mais c'est un lieu de passage. Mon plan est le choc produit - oui, il s'agit tout autant de l'objectif que du plan - sur nos semblables. La frappe vous revient. » Axemi ne répondit rien, et la Matriarche poursuivit : « Si vous voulez quelques pistes, sachez justement que vous pourrez sans doute déployer deux voire trois hommes par voie de terre, puisque le chemin est peu fréquenté. Une approche aérienne vous repérerait bien plus facilement sur les radars. Le retour sera d'autant plus facile qu'il y aura moins de monde. Il faut simplement frapper à la bonne heure, dans l'idéal en matinée, ou alors ne laisser... aucun survivant. Il vous faudra quelqu'un qui s'y connaît en explosifs et qui pourra, en plus de les poser, les maintenir stables dans le Mako. »
« Je vois. ».

Axemi se tût, réfléchissant un instant. L'opération proposée était simple, trop simple même. Elle pourrait l'effectuer seule sans réellement se fatiguer. Ce qui prouvait que la Matriarche cherchait cachait quelque chose – mais qui ne le faisait pas ? Peut-être n'envisageait elle ce premier coup que comme un test, pour analyser l'efficacité de ses nouveaux alliés. Si c'était le cas, Axemi comptait sur un test plus démonstratif.

« Ça ne devrait pas poser de problèmes. En fait les seuls "soucis", seront d'échapper aux radars des Républiques à l'aller et au retour. Et ça n'a rien d'inenvisageable.
Dans ces conditions, êtes vous certaine de vouloir rester sur cette cible ? Vous préparez plusieurs coups, c'est un fait. Mais plus vous en ferez, plus il sera difficile d'en faire un autre. Pourquoi ne pas démarrer directement sur une cible similaire en symbolique, mais avec davantage d'envergure ? Comme le Temple d'Athamé – déserté depuis que la balise en a été ôtée ? »


Dashanxa fronça les sourcils en s'enfonçant dans son fauteuil.

« Le Temple d'Athamé? Berceau de la Déesse? Cette Déesse dont je fais survivre le culte? Il va falloir me convaincre, Axemi. En plus, par sa localisation, il serait bien plus compliqué de faire une opération là-bas. »

Axemi regretta un instant sa bêtise. Effectivement, demander à la Grande Prêtresse d'un culte de frapper son propre symbole n'était pas la meilleure idée qui soit. Mais ses habitudes cyniques prenaient souvent le dessus.

« A moins que dans un futur lointain, il me soit possible de remodeler le temple comme il était à sa période d'antan, celle de sa gloire. Traitez-moi d'ambitieuse... »

Le remodeler comme il était à sa période d'antan... L'asari ne voyait pas exactement ou son aînée voulait en venir. Le Temple d'Athamé était ancien, très ancien, et avait été plusieurs fois rénové. À quelle période la Matriarche pensait-elle ?

« Je ne suis pas là pour vous dicter vos décisions. Je vous invite seulement à être plus... marquante. Mais vous avez raison, le Temple n'a plus la bonne symbolique. Aujourd'hui, il représente davantage la trahison que l'unité.
Si vous voulez frapper l'unité, mieux vaudrait viser les symboles du gouvernements, ou les tours de communications reconstruites. mais ces cibles sont plus dures encore à atteindre. »

« Et j'entends bien. Très bien, mettons le Temple de côté. Pour le moment. Je suis quasiment certaine que nous réussirons ailleurs - si vous vous sentez prête à changer drastiquement de plan. Pensez-vous, chère experte, qu'une ambassade du Conseil serait atteignable? Sinon, j'imagine qu'une tour de communications, bien que protégée, sera plus aisée à faire tomber. »
« Je n'en suis pas certaine. les Républiques ont prit conscience de l'importance de leur tour lors de la guerre des Moissonneurs. Elles seront farouchement défendues.
Les ambassades sont toujours défendues, mais au moins leur système est assez prévisible. Reste à savoir laquelle viser. Une ambassade d'une autre espèce ? Ou le siège thessien des ambassadrices de la Citadelle ? Cette seconde possibilité ne sera que symbolique, très peu d'ambassadrices y font une apparition. Mais il sera également plus simple à atteindre.
Frapper une ambassade alien en revanche... Plus complexe, mais les répercussions peuvent être plus importantes encore. »

« Que vaudrait-il mieux? Eh bien, comme vous l'aurez remarqué, je préfère la force symbolique à la force brute. En plus, les Asari sont ma cible principale. Si vous approuvez, nous partirons sur leur ambassade. Les répercussions peuvent se manipuler, vous savez... De bons messages transmis sur le Net à propos de la faiblesse des Asaris à se défendre peuvent aussi mettre le feu aux poudres. »

Axemi sourit, brièvement.

« Entendu pour les ambassades. Je ferai jouer mes contacts pour obtenir davantage d'informations, et vous présenterai ensuite un plan d'assaut. Doit-on discuter d'autre chose ce soir ? »
« C'est parfait, Axemi. » Dashanxa sourit de même. « Oui, un dernier mot. Vira. Très bonne combattante, forte personnalité. Peut-être un peu trop forte, dans le sens d'orgueilleuse. Elle ne vous décevra pas, mais méfiez-vous d'elle. Si vous sentez le besoin de la réprimander, voire de la... dresser, cela ne pourra que lui faire du bien. Ce sera tout. Un dernier verre? »
« Jamais en service. Et l'entraînement des troupes ne vas pas tarder à commencer. »
Axemi se leva. « Bonne soirée, Matriarche. »

L'asari quitta la pièce. Il était temps de ''dresser'' les jeunes.



Tous étaient présents, rangés en ligne, avec leur lieutenante, Vira, devant. Ils avaient fière allure – et vu le goût de la Matriarche Dashanxa pour la symbolique, ça n'était pas étonnant.
La Main les jaugea du regard, réfléchissant aux étapes. Tout d'abord, évaluer leur niveau actuel et potentiel, en combat, biotique et tech. Les faire progresser le plus loin possible, évaluer leur résistance et leur volonté en même temps. Ceux qui échoueraient seront exclus des commandos, mais feront parti des forces de sécurité du vaisseau, de l'arrière garde, et ainsi de suite. Leur rôle n'était pas moins important, juste moins exigeant. Une fois les groupes formés, il ne restera qu'à leur apprendre à travailler ensemble de manière optimale. Mais c'était encore loin.

« Bonjour à tous. Vous savez pourquoi je suis ici : faire de vous une élite. Sachez également que nous n'y arriverez pas tous. Votre maîtresse a de l'ambition, et l'ambition ne tolère que le meilleur. Ceux qui iront jusqu'au bout deviendront le fer de lance, ceux qui atteindront leur niveau maximal avant seront la lance. Tous sont nécessaires, et vous apprendrez à accepter qu'avoir un rôle secondaire est nécessaire et même meilleur, pour vous comme pour vos compagnons.
Et maintenant, nous passons à l'entraînement. Concentrez vos pouvoirs biotiques. »




Notes HRP :
Dahl Elkoss : #ffcc00,
James Bringtown : #0066ff


"Tout respirait Dahl Elkoss, le seul volus plus burné qu’un krogan."
- Anton Ardak, 2202
Journal de Bord, avec présentation de mes personnages secondaires




Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : L'Azur Stellaire
Rang : Matriarche
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t3575-journal-de-dashanxa


Messages : 98
Crédits : Bioware/Ravilla Aper

MessageSujet: Re: Le grain de poussière sur l'armature   Sam 10 Sep 2016, 22:15
Le grain de poussière sur l'armature
Marche ou crève!

Tous obéirent, plus parce qu'ils attendaient de savoir ce qu'il allait advenir ensuite que par une réelle envie de coopérer. Un murmure s'éleva dans les rangs ; il disait « Nous ne serons pas égaux... » mais était vite emporté par un « Mais nous serons tous utiles. » Seule Vira demeurait silencieuse, tout en concentrant sa biotique, et sans quitter Axemi des yeux. Elle finit cependant par s'exclamer, quand tous furent entourés d'un halo bleu: « Et maintenant? Que voulez-voir qui vous paraîtra fantastique? »

Axemi regardait les halo apparaître. Quelques différences de niveau, mais c'était globalement acceptable. Une bonne chose.

L'intervention de Vira l'était moins, en revanche. La nouvelle entraîneuse réagit dans l'instant, envoyant une puissante projection dans le torse de l'Asari non préparée, la jetant au sol.

« C'est "Madame", Commandante Vira. En temps normal, un bon bouclier biotique associé à des réflexes serait un bon début, mais peut être est ce déjà fantastique pour vous ? »

Le « Déesse » n'échappa à Vira qu'une fois au sol et son souffle revenu. Elle n'avait rien vu venir. Rien du tout. Sa voix n'était plus que le résultat de cordes vocales et d'estomac qu'on aurait crus tordus. Le reste de la troupe, quoiqu'ayant cligné des yeux, resta de marbre ; après un instant, les barrières biotiques furent levées, sauf pour un Turien qui ne maîtrisait pas ce pouvoir - les biotiques chez les Turiens étaient déjà assez rares, et lui s'était concentré sur une pratique offensive.

Vira se releva sans rien montrer de sa rage et de son dégoût. Elle n'imagina pas ce que les autres avaient bien pu penser en la voyant balayée. Elle aussi leva sa barrière, sans trembler. « Compris, Madame. Recommencez, si vous le souhaitez. » Son ton était aigre. Et bien qu'elle voulût le cacher, de défi. Elle voulait voir ce que sa chef pouvait encore lui faire, leur faire à tous.

Axemi sourit devant le défi. Elle avait toujours apprécié les Demoiselles, leur indépendance féroce, leur goût pour la vie qu'elles croquaient à pleines dents. Dommage que les relations avec les asari de l'Azur stellaires soient strictement proscrites.

« Avec le temps, vous travaillerez en groupe. Chacun aura sa spécialité, et ceux maitrisant le mieux la biotique défensive couvriront ceux qui domineront la biotique offensive. Mais vous devrez également être prêts à vous battre seuls, si nécessaire. Notamment au cours d'opération commandos. Et dans cette situation, vos réflexes devront être aiguisés, affûtés. Si vous réagissez ne serait-ce qu'une seconde trop tard, vous mourrez. Et je n'entraîne pas des individus pour qu'ils meurent aussi bêtement.
 »Savez vous ce qu'est un réflexe ? Un vrai, je veux dire. Pas le fait de réagir lorsque vous voyez votre adversaire face à vous amorcez une action. Le vrai réflexe, c'est celui de réagir lorsque vous recevez une information minime sur votre environnement, et que celle ci indique une menace dont vous n'avez pas conscience. Vous apprendrez peu à peu, mais les installations manquent dans cette salle. »


Les hommes écoutèrent sagement. Le coup de force d'Axemi en avait impressionné plus d'un, bien qu'ils ne le montrassent pas. C'était différent de la méthode de Dashanxa, qui envoyait les récalcitrants ou les « moyennement efficaces » méditer auprès de Tesh, la prêtresse, pendant douze heures. Seul Vira n'était pas encore subjuguée ; sa déception primait sur son attention. Mais elle aurait sans doute la possibilité de frapper encore. Ce n'était que la première leçon.

« Un réflexe? commença une Asari. Vous voulez aller jusqu'au sens médical du terme? C'est comme cela que j'imagine votre question. Le corps qui se sent obligé de réagir. »
Vira renchérit alors: « Presque un instinct.
— C'est exactement ça. C'est en cela que le commando n'est pas un soldat normal : son corps et son esprit sont conditionnés pour atteindre le summum de l'efficacité. Il n'y a pas de retour en arrière possible, pas d'autre façon de voir le monde ensuite. Il faut une excellence physique pour y prétendre; il faut un mental d'acier pour y parvenir. »

Axemi était-elle en train de pousser les moins déterminés à se retirer? Elle allait être déçue: il n'y en avait pas un qui ne fût pas prêt à se battre. Presque d'une seule voix, ils demandèrent tous ce qu'ils devaient faire désormais pour s'améliorer. S'il y avait bien quelque chose à faire. Les réflexes ne s'apprennent pas vraiment...

La Main regarda la troupe, leurs visages déterminés. Oui, Dashanxa choisissait bien ses hommes.

« Vous progresserez. Mais aujourd'hui, je vous évalue. J'ai une idée de votre puissance biotique, je veux maintenant voir votre endurance. Séparez vous en deux groupes, offensifs et défensifs, selon vos affinités. Que les premiers érigent une protection, que les seconds tentent de la briser. »

Deux groupes de quinze émergèrent alors. A gauche d'Axemi, les attaquants, à droite, les défenseurs. L'endurance allait valoir aussi bien pour les uns que pour les autres. Les barrières se levèrent encore, les charges commencèrent, en majorité des projections. Un coup d'onde de choc les remplaçait parfois, pour quelques privilégiés. Les barrières et les attaques tirent presque en continu pendant deux minutes.

A partir de là, les défenseurs commencèrent, pour certains, ou de reculer, ou de voir leur barrière faiblir. Mais ils tenaient bon, encore. Le temps de rechargement entre les attaques devint lui aussi plus long. Si tous ceux dont l'anatomie leur permettait de suer suaient, tous restaient sans se plaindre. Des dents grinçaient certainement.

Vira fut la première à faire chuter son adversaire, une Humaine. Une projection bien placée juste après qu'elle ait vu la barrière perdre légèrement sa teinte. Elle fit un signe à l'Humaine et en profita, mine de rien, pour souffler. Deux autres cédèrent ; une autre barrière, et un Humain qui ne put tenir la cadence des projections qu'il lançait. Vira recommença de frapper. Il n'y avait pas de pause dans un combat réel.

« Stop. »

Les affrontements s'arrêtèrent. Ils avaient duré peut être une dizaine de minutes, avant que la majorité n'ait cédé, dans un camp ou dans l'autre.

« Bien. Imaginons que vous soyez en opération. Pour une raison ou une autre, vous avez du combattre, et vous l'avez fait de cette manière. A ce moment là, vos adversaires reçoivent des renforts. Que faites-vous ? »

La question était générale, mais Axemi attendait particulièrement la réponse de Vira. La commandante était la chef en l'absence de la Main, et également une biotique puissante.

On n'entendit plus que des halètements. Personne ne bougea pendant un instant, puis les plus capables entreprirent des gestes d'échauffement basiques pour ne pas totalement se retrouver pétrifiés par cet arrêt soudain.

La question d'Axemi amena une intense réflexion de la part de la troupe. Ils se regardèrent tous, épuisés. Pour certains, ils pouvaient être de nouveau opérationnels en deux minutes, pour d'autres, il en faudrait quinze. Et s'ils se retrouvaient séparés, en plus? En groupe, que ce fût de deux ou de dix, ils pouvaient déléguer les taches, alterner jusqu'à trouver un refuge sûr. Seul, un commando irait certainement au sacrifice, ou alors utiliserait - de même que les groupes le feraient - une bombe fumigène. Et s'ils étaient encerclés, pris en tenaille?

« On se calme. » Vira se permit de faire un pas en avant, sortant ainsi de la masse des voix qui répondaient à Axemi. « La Matriarche vous a mieux éduqués que ça, bande de piailleurs! »

Douce ironie quand on connaissait son tempérament!

« Pour ma part, je propose un repli total, en désorganisant totalement la formation. Je ne sais pas combien d'hommes vous imaginez face à nous, mais je pars du principe qu'ils ne pourront pas se concentrer sur tout le monde. Nous gardons le contact par radio et essayons de les prendre à revers. Le temps de se mettre en place, nous serons de nouveau plus ou moins en forme. Si jamais il le faut, quitte à s'y mettre à plusieurs, nous immobilisons un ennemi et nous en servons comme bouclier. Et en cas extrême... le sacrifice de l'un ou de plusieurs d'entre nous pour que les autres parviennent à renverser la tendance. »

Axemi écouta attentivement. Oui, Via avait le sang chaud. Mais aussi le sens des priorités. « En effet. Vous reculez, vous tentez de fuir, éventuellement vous prenez à revers. Toutefois, à moins de ne parfaitement maîtriser les tactiques d'embuscades, vous subirez des pertes lourdes.
 »C'est pour cela qu'il faut éviter cette situation au maximum. Je vous ai demandé former deux groupes ; vous avez formé une quinzaine de duo de combattants. Il faut que votre premier réflexe soit la collaboration. Ensemble, vous pouvez vous relayer, vous pouvez cumuler votre force, vous comblez vos faiblesses.
 »Nous allons faire quelques exercices pour améliorer votre rétablissement. Puis nous reprendrons le duel d'endurance, mais cette fois ci, en deux groupes uniquement. Vira, vous dirigerez l'attaque. J'organiserai la défense. Votre objectif : briser la barrière que mon groupe formera. »


« Bien, Madame. » Après lesdits exercices consacrés au rétablissement – finalement de bêtes concentrations sur la respiration et sur le flot de biotique qui coulait en eux – ils entamèrent ce qui se rapprochait déjà davantage d'une véritable simulation.

« Que fait-on, Commandant? »

Vira ne sut d'où venait la question ; elle regardait le groupe d'Axemi se former, de même que leur barrière. Elle se sentait... jalouse qu'ils lui obéissent si facilement, peut-être. Mais en tant que chef, elle prit sur elle. Son adversaire devait tomber.

« Attendons de voir comment va se présenter leur barrière une fois complètement formée. En attendant, mettez-vous en position. »


*

« Trois groupes, composés ainsi », commença Axemi en assignant chaque individu à l'un des dits groupes. « Les groupes 1 et 2, vous vous relaierez pour vous permettre de tenir le plus longtemps possibles. Pas de barrière individuelle, concentrez vos forces sur un bouclier général. Les roulements se feront à mes ordres. Le groupe 3 », continua l'asari en désignant les concernés, trois asari là où les deux autres équipes étaient composés de 6 personnes. « Tenez vous prêtes. Vous êtes la réserve.. »

Axemi se mit ensuite en position, légèrement en retrait. « Je n'utiliserai pas moi-même ma biotique. Vous ne pouvez compter que sur vos coéquipiers. Créez la barrière. »

Vira fit claquer sa langue. Axemi tenait à son travail d'équipe, et c'était parfaitement logique. Sa grimace fut remplacée par un sourire qui disait: « J'accepte le défi. » Elle n'en était pas à apprécier leur nouvelle entraîneuse, surtout pas après le coup qu'elle lui avait fait, mais au moins, Axemi offrait une nouveauté certaine.

« C'est comme un mur, rit-elle en faisant volte-face vers ses troupes. Et comment brise-t-on un mur, mes amis? »

La question n'appelait pas de réponse. Vira, satisfaite, poursuivit en se tournant de nouveau vers « l'ennemi »: « On se concentre sur quelques point précis, on les fait s'effriter, et une fois la brèche ouverte, le flot s'écoule! »

Elle plaça alors ses hommes ainsi: un sur chaque côté, qui, synchrone avec son partenaire, frapperait hors du champ de vision des défenseurs – on a plus de mal à se concentrer sur ce qui nous frappe sur les flancs. Six s'occuperaient, trois par trois, de bombarder les hommes situés aux extrémités. Les quatre derniers, en plus de servir de réserve, n'hésiteraient pas à frapper les Asari risquant de venir se mettre en place.

« Jetez-vous dans leurs rangs si nécessaire, mais nous sommes là pour faire montre de notre biotique, n'oubliez pas. En avant! »

Axemi regarda le début de l'assaut. Son camp tenait bon, même si la stratégie de Vira était intelligente : frapper aux extrémités et les flancs. le seul soucis éventuel était que les hommes de Vira prenaient le risque de subir une attaque au centre - mais même là, ils seraient en position d'encercler l'adversaire, un bon choix.

Elle attendit que la situation évoluât. La pression se faisant forte, elle prépara le roulement des défenseurs - après tout, les groupes étaient de 6 face à 8 combattants. le principe était simple : les nouveaux défenseurs s'intercalaient avec les anciens, mettaient en place leur barrière, puis les anciens ôtaient la leur.

Mais lors de la manœuvre, la réserve de Vira passa à son tour à l'assaut, passant de 8 à 12 attaquants. Axemi ordonna rapidement à sa propre réserve de se mettre en place avec le second groupe, puis constata que la réserve de Vira commençait carrément à se déplacer en attaquant.

« Hum. Imprudent. »

Axemi donna ses ordres. La seconde équipe et la réserve se séparèrent en deux groupes de 4 et 5 concentrés sur les extrémités. Puis le premier groupe abandonna sa barrière et contre attaqua au centre face à la réserve ennemie. Leurs adversaires étaient plus frais, mais aussi moins nombreux, et pouvaient subir plusieurs mauvais coups.

« Réserve, restez au centre! »

Vira aurait bien fait bouger tous ses hommes à cet emplacement, mais le temps d'y parvenir, l'équipe d'Axemi aurait fait de même. Il n'empêche que l'équipe centrale était formée de quatre personnes, et le nouveau groupe, de six. Et, dans son camp à elle, ils étaient quatre par côté... Il lui restait deux hommes frais, et elle-même. Elle avait la vague impression d'être bloquée, quand elle eut une idée.

Elle alla se placer au centre et ordonna aux deux épargnés jusque-là de se placer derrière elle. « Continuez tous vos frappes! Relayez-vous! »

Cet ordre valait pour tout le monde ; elle l'appliqua immédiatement en faisant se retirer deux de ceux qui se tenaient devant elle, pour les faire remplacer. Un instant, elle songea au boucan qu'ils devaient faire.

Elle surveillait du coin de l'œil ceux qui récupéraient derrière elle. Il y avait le Turien de tout à l'heure et l'Humain qui n'avait pas tenu sur la longueur.

« Préparez-vous. Pendant qu'ils frappent le centre, je veux une onde de choc inattendue qui frappera les extrémités. Ils se font déjà arroser. On va bien voir ce que la surprise donne. »

Le Turien se plaça sur la gauche ; l'Humain, qui ne maîtrisait pas l'onde de choc, resta en retrait, prêt à rajouter un petit coup si nécessaire ; Vira prit place sur la droite.

Ils frappèrent au même moment.

*

Axemi observa consciencieusement la fin du combat. L'équipe centrale avait formé une nouvelle barrière. Globalement, partout, ses hommes tenaient bons. Mais derrière les lignes adverses, les biotiques prenaient de nouvelles positions. Vira et le turien se mettaient chacun à une extrémité, et Axemi n'avait pas oublié la puissance qu'ils pouvaient déployer. Les barrières ne tiendraient pas.

La Main hésita un moment à lancer une contre-attaque - la stratégie de Vira était efficace mais laissait ses hommes cruellement sans défense. Mais elle retint ses ordres : il s'agissait d'un exercice d'endurance, et ils faisaient tous preuve d'efficacité. Aussi, elle regarda sans broncher les ondes de choc frapper les barrières.

La protection centrale ne fut pas touchée. La barrière tenue par 5 individus flancha mais ne se brisa pas, quoiqu'il était évident que ce n'était plus qu'une question de courtes minutes, voir de secondes. Néanmoins, ses adversaires n'étaient pas en meilleur état, frappant depuis le début de toutes leurs forces. La dernière barrière tomba face à Vira, en revanche, et ses opposants poussèrent un léger cri de satisfaction - dans lequel l'épuisement apparaissait aussi.

« Excellent. Fin de l'entraînement ! »

La main regarda les combattants arrêter leurs frappes et souffler, avant de se rassembler. La sueur perlait sur chacun d'entre eux, les respirations se faisaient lourdes.

« C'est satisfaisant. Vous avez bien su suivre les instructions pour donner le meilleur de vous même. La stratégie de la Commandante Vira s'est révélée payante du point de vue offensif. Si d'autres ennemis étaient prêts à s'engouffrer dans la brèche, c'était fini. retenez donc bien l'idée : les attaquants doivent obliger les défenseurs à disperser leurs forces, les défenseurs doivent tenter de réduire au maximum la position à protéger.
 »Maintenant, nous allons reprendre les exercices physiques. vous avez suffisamment user de votre biotique pour aujourd'hui, il est temps d'accorder à votre corps l'attention qu'il mérite : assouplissements, méditation, puis renforcement musculaire. »

Vira, une fois son souffle reprit, s'approcha d'Axemi pendant que les autres détendaient leurs muscles. Elle avait bien vu qu'ils auraient pu l'emporter ; mais en quel état ils auraient été alors! Briser la barrière pour se retrouver tout aussi pantelant que l'ennemi. Mais au moins, ils n'avaient pas non plus échoué. Ç’avait été un bon exercice.

Elle fit face à sa supérieure. « Je vous respecte. Pardon pour mon écart de tout à l'heure. Je veux dire, pardon, Madame. »

Axemi acquiesça, toujours aussi distante. Vira repartit sans vouloir plus écorcher sa fierté. Rendez-vous demain. Nouveau jour, nouvel entraînement, nouveaux progrès... Et nouveaux objectifs possibles. C'était ce qui comptait vraiment.

Fin du RP.



Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Le grain de poussière sur l'armature   
Revenir en haut Aller en bas
 

Le grain de poussière sur l'armature

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: L'espace concilien extérieur :: Nébuleuse Siléenne-