AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 Interview haut placée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 45

MessageSujet: Interview haut placée   Mer 28 Sep 2016, 11:04
Intervention MJ : NonDate :  28 Septembre 2201 RP Tout public
Tharak Nar'Jamon ♦ Kira Nae Châne
Interview haut placée







Terminal extranet a écrit:
Destinataire : Tharak Nar'Ramon – Ministre de la vérité
Expéditeur : Kira Nae Châne – PDG de Jarod

Objet : Sollicitation pour une entrevue


Monsieur,

Le peuple Butarien ne cesse de s'intégrer au sein des espèces concilienne et je gage qu'une communication adaptée vous permettrait de voir vos efforts porter leur fruit.

Ce serai un honneur pour moi d'en rencontrer le représentant lors d'une interview au sein de nos locaux, à la Citadelle.

Dans l'attente de votre réponse, veuillez recevoir mes plus sincères salutations.



Kira Nae Châne
PDG de Jarod
Journal – Information politique


***


25 septembre 2201 – Oméga – Siège de Jarod


- Les Butariens ? Demanda Lyhn avec un rictus de dégoût non dissimulé. Qu'est-ce que tu espères obtenir d'eux ?

L'Asari croisa les bras, assise face au bureau de Kira Nae Châne, son second secouait la tête, ne comprenant pas où sa patronne souhaitait en venir avec cette interview.

- Du public, Lyhn, déclara Kira Nae. Ce que tout journal à besoin et on ne peut pas dire que nos lecteurs soient très nombreux, surtout à la Citadelle.
- Les Butariens n'ont même pas leur propre ambassade. Ils n'ont aucun poids dans la balance. Tu ferais mieux de trouver un petit politicien d'une espèce mieux représentée.
- Tharak Nar'Jamon est ministre de la vérité au sein de l'hégémonie et à également été nommé D'yanoi.

Les deux femmes se tournèrent de concert vers l'ordinateur qui trônait sur le bureau de la présidente. Sur l'écran, en vidéo conférence, apparaissait le visage d'un humain à lunette, la voix légèrement transformée par les enceintes de l'appareil.

- Il est très respecté par ses pairs, poursuivit-il avec l'attention des deux femmes, et d'après nos sources, il serait sur place pour améliorer les relations des Butariens avec les espèces conciliennes.
- Je ne vois toujours pas l'intérêt, reprocha une nouvelle fois Lyhn. Quel public est-ce que c'est censé nous apporter ? Les gens sont obnubiler par les attentats et le sommet, c'est ça que les lecteurs veulent. Personne ne sera là pour lire cet article, crois-moi !

Kira Nae reposa la tasse qu'elle buvait en écoutant avec attention les points de vue de ses associés.
Lyhn N'Liory visait hayt, en tant que second et détentrice d'une grande partie des parts de l'entreprise, son avis se devait d'être pris en compte. D'autant qu'elle n'avait pas son pareil pour gérer une entreprise. Toutefois, ses grandes ambitions lui faisait parfois rater des opportunités dont l'atout n'était pas négligeable.
De son coté, Ambroise De Castellac était en charge de l'annexe située sur la Citadelle. Au cœur de l'action, il bénéficiait d'un emplacement de choix pour observer la scène politique de la station.

- C'est là que tu te trompes, Lyhn, exposa calmement Kira Nae. Les Butariens ont fait parler d'eux ces derniers temps. Leur espèces tente de s'extirper de la guerre et beaucoup de Butariens restent attachés à l'hégémonie, même pour ceux qui ne sont pas repartis sur Kar'Shan.
- Il y a relativement peu de Butariens sur la Citadelle, admit Ambroise.
- Mais beaucoup vivent sur Oméga, et s'intéresser à leur cause nous ferait bénéficier d'un public non négligeable à mes yeux.

Lyhn leva les bras au ciel, résignée face aux arguments de ses collègues.

- On n'est pas sûr que cette tentative de ralliement aboutisse à quelque chose. Soupira l'Asari.
- Mais on peut être certain que Nar'Jamon donnera tout ce qu'il a et qu'il fera parler de lui dans les temps à venir, affirma Ambroise d'un air assuré.
- Mieux vaut l'avoir dans nos contact, conclut la présidente, au mieux nous pourrons suivre son ascension et potentiellement bénéficier d'exclusivités, au pire on gagne la sympathie d'un bon nombre de Butarien.
- C'est du tout bénéf, approuva l'Humain. Il faut qu'on fasse cette interview.

Kira Nae avala le reste de sa boisson, les yeux rivés au plafond, laissant son esprit rassembler les informations dont elle jouissait sur cette homme et sur l'espèce Butarienne en générale.

- Je vais envoyer une demande à Nar'Jamon. Ambroise, prends tes dispositions pour organiser cette réunion, je pars dans la journée pour la Citadelle.

Cette interview allait peut-être être leur premier pas dans la scène politique concilienne, Kira se devait de saisir l'occasion.
Le sourire aux lèvres, la présidente rassembla ses affaires et prépara pour la confrontation.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 122

MessageSujet: Re: Interview haut placée   Jeu 29 Sep 2016, 11:41
An’Rietta observait avec curiosité le dos de son amant qui était encore occupé à se vêtir de sa tenue officielle de D’yanoi. La tunique, un uniforme militaire agrémenté d’une casquette, d’innombrables médailles ainsi que d’une cape, était en grande partie noire mais se voyait brodée d’or en de multiples endroits, mais aussi de pourpre sur son torse et à l’intérieur de la cape. Le symbole de la Nouvelle Hégémonie, la lame stylisée et sa couronne de laurier, était clairement visible sur les deux épaulières et sur l’avant de casquette et ce en relief et en véritable or.

Mais cela faisait quelques temps déjà que le faste de cette tenue ne fascinait plus tant que cela la maîtresse de Tharak. Non c’était plus l’occupation journalière du butarien qui l’intriguait.

« Des journalistes ? Qu’est-ce que tu espères obtenir de ces fouilles-merde ? »

La franchise de sa compagne avait toujours amusé Tharak, et était sûrement la raison qui avait poussé le veuf à se ré intéresser aux choses amoureuses.

« Les concilliens sont très attachés à leurs organes de presse indépendants. » Le mot indépendant lui faisait mal à lui le Ministre de la propagande et de l’éducation, car quel bien des civils se croyant les garants de la liberté et de la vérité pouvaient faire en racontant des conneries à tout bout de champ ou simplement en essayant de mettre leurs gouvernements dans la merde ? La chose était un mystère pour le D’yanoi, tout comme ce nouveau libéralisme que le Galan’Tark voulait mettre en place.

« En apparaissant dans un journal dit autonome nous laisseront un message aux yeux de la Galaxie. Un message e changement. » Encore une lubie d’Argonar, un changement écœurant la plupart du temps. Mais qu’importe, pour le moment c’était lui le dirigeant alors il fallait lui obéir. Et tant que le Galan’Tark ne serait pas éliminé alors Tharak le soutiendrait un minimum. Même devant sa maîtresse.

« Tu sais mieux que quiconque que les journalistes n’aiment rien d’autre que trouver des scandales, en plus ce journal n’a aucune valeur, personne ne lit ce torchon. Des histoires de corruptions et de meurtres, sérieusement qui cela intéresse-t-il ? »

En vérité bien peu de monde, mais il existe toujours une communauté pour ces informations, et celle-ci était souvent la plus virulente à l’encontre de l’Hégémonie. Gagner quelques points avec eux pouvait être intéressant.

« Je sais. » Lâcha tout d’abord Tharak avant de se ressaisir. « Nous agirons intelligemment et nous servirons d’eux autant qu’ils se serviront de nous. Ils gagneront en visibilité dans les Terminus et nous auprès des pacifistes concilliens. Il faut que cesse l’embargo de l’Hégémonie, et avec le soutien des pacifistes cela peut être atteint. Effaçons l’image que nous avons à l’étranger et nous serons de nouveau en position d’attendre une véritable ambassade sur la Citadelle. »

La butarienne soupira puis vint se coller contre son amant qui venait tout juste de se rhabiller.

« Je sais que tu seras tout beau lors de l’interview, et je sais aussi que tu ne craqueras jamais face à ces quelques journalistes en mal de buzz. Maintenant va. On se retrouve au café habituel dans le Présidium ? »

Tharak enlaça quelques instants An’Rietta et l’embrassa avant de quitter l’appartement lui étant dédié, non sans donner son accord pour le rendez-vous.

***

Local de Jarod, Citadelle.

Tharak se présenta quelques minutes seulement avant l’heure prévue et apparut à l’accueil à la plus grande surprise des employés, dans sa tenue officielle et sans le moindre garde du corps apparent. Finalement le D’yanoi s’avança jusqu’à l’hôtesse des lieux et inclina sa tête vers la gauche en signe de respect.

« Nous sommes ici pour l’interview prévue. Nous sommes Tharak Nar’Jamon D’yanoi de l’Hégémonie. »

Ne restait plus qu’à attendre la PDG des lieux, cette Kira Nae Chäne.



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 45

MessageSujet: Re: Interview haut placée   Lun 03 Oct 2016, 23:49



- Madame Châne ? Votre rendez-vous est arrivé.
- Je viens immédiatement Emma.

Du bout du doigt, Kira Nae coupa la communication avec la standardiste du bâtiment.

- Aucun garde du corps, nota Ambroise, le responsable Humain de l'annexe. Soit il se la joue confiant, soit il n'est pas aussi important que nous le pensions...

Les bras croisés, un doigt venant ajuster ses lunettes, l'Humain fixait le D'yanoi qui patientait à l'accueil.

- Evitons de nous fier aux apparences...Proposa Kira Nae.

Tout en empoignant son datapad, le PDG de Jarod se redressa et se mit en route à la rencontre de son invité.

- On reste en contact discret Ambroise. Déclara celle-ci en vérifiant la mise en place de son oreillette.
- Comme toujours...


***


Kira Nae s'élança gracieusement dans la salle d'accueil, le son piqué de ses talons venant contrebalancer celui feutré de sa robe glissant sur le sol.
Sans être particulièrement osé, son habit laissait ses épaules dénudées, offrant aux visiteurs ses tatouages naturels ornant sa peau.
Fervent patriote de son peuple, Kira doutait que ses formes de Drell aient un quelconque impact sut son invité. Soit, le physique ne faisait pas tout, la conversation n'en serait que plus intéressante.

- D'yanoi Tharak Nar'Jamon, salua la Drell en inclinant la tête vers la gauche comme le voulait la coutume Butarienne.

Pas de “monsieur“ cette fois-ci. Au vu de son entrée et de sa tenue, il parut clair à la journaliste que le Butarien souhaita qu'on le nomme par son titre.

- Merci d'avoir répondu à ma demande, poursuivit-elle. J'espère que vous avez facilement trouvés nos locaux.

Main tendue, paume vers le haut, la directrice des lieux indiqua une salle sur la gauche.

- Je vous en prie, souhaitez-vous boire quelque chose avant de commencer ?

Une fois les mondanités et politesses de base terminées, Kira Nae et Tharak Nar'Jamon se retrouvèrent face à face dans un petit salon dont la vue en hauteur donnait sur l'un des petits bassins de Zakéra. L'un sur le canapé de cuir crème, l'autre sur un fauteuil de même couleur, seule une table basse sur laquelle trônaient deux verres séparaient les deux individus.
Son datapad posé sur les jambes, Kira Nae demanda poliment si le D'Yanoi n'était pas dérangé par la présence d'une caméra, dont la vidéo permettrait d'étayer l'article qui en découlerait.

- Tharak Nar'Jamon, annonça la journaliste pour toute introduction, ou plutôt D'yanoi Tharal Nar'Jamon puisque vous obtenez ce titre prestigieux en 2192 juste après celui de Yanoi. Vous êtes à présent ministre de la vérité au sein de l'hégémonie depuis maintenant trois ans.
Une hiérarchie finalement bien méconnue pour une espèce en plein essor sur la scène politique concilienne. Quelles sont vos fonctions exactement ?


Question simple pour débuter cette interview mais toutefois essentielle. Peu de gens sur la Citadelle pouvaient prétendre connaître le fonctionnement du système Butarien, elle-même avait dû effectuer plusieurs recherches pour comprendre précisément la fonction de l'homme qu'elle avait en face de lui.
Une mise au point paraissait essentielle si Kira Nae souhaitait accrocher un public autre que Butarien !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 122

MessageSujet: Re: Interview haut placée   Mar 04 Oct 2016, 20:22
La suite se déroula dans le plus grand classicisme dont les journalistes sont si friands, enfin pour la plupart des gens cela l’aurait été, classique. Mais nullement pour Tharak, qui n’avait guère l’habitude des manières étranges des journalistes concilliens, qui sont ici des employés d’une société privée et non des agents d’état formés et entraîné à servir leur gouvernement et leur nation.

Toutefois il fut tout de même aisé au D’yanoi de comprendre les us et coutumes de ces journalistes autoproclamés indépendants, même si comme tout le monde ils souffrent en vérité des mêmes chaines mentales que leur idéologie personnelle s’impose. D’ailleurs un parallèle évident s’imposa rapidement à l’officier butarien, entre les techniques des rencontres diplomatiques et ces interviews des chaînes de journalisme.

Mais le temps de s’amuser ou de calculer les différences était terminé avec la venue de la Drell que Tharak devait rencontrer. D’ailleurs cette dernière semblait s’être habillée d’une manière qui se devait être plus qu’agréable aux yeux de ses congénères, et de quelques afficionados d’aliens. Mais en vérité, le butarien ne ressenti rien hormis une légère impression que sa future interlocutrice était une femme distinguée.

« Kira Nae. » Salua sobrement un Tharak incertain du titre à donner à une personne comme elle, le privée avait sa propre manière de classer les gens et pour être honnête, le D’yanoi ne s’était jamais intéressé à ces titres.

« Vos locaux n’ont nullement été une sinécure à trouver, et de toute manière nous ne portons pas le titre de Yanoi pour rien. Et nous n’avons aucunement soif, merci pour la proposition.»

Puis le reste s’enchaina rapidement jusqu’à ce que les deux interlocuteurs se retrouvent chacun assis et prêts à commencer l’interview. Et avant que cette dernière ne commence, le butarien indiqua que le fait d’être filmé ne lui posait aucunement problème.

« Il n’est guère étonnant en vérité que la Hiérarchie au sein de l’Hégémonie soit méconnue, et il nous est évidemment plaisant d’être celui qui dévoilera un peu plus de notre culture, bien moins barbare que certains l’imaginent.

Notre rôle est plutôt simple, comme Yanoi, nous sommes le représentant de la Police de la sécurité intérieure, qui s’occupe des individus commettant des actes de trahisons, qui pratiquent la corruption ou le terrorisme.

Notre rôle de D’Yanoi est celui de ministre de la Vérité comme vous l’avez dit précédemment, et celui-ci consiste à la gestion du comité de la Propagande mais aussi du comité de la pensée patriote. Dans des termes plus communs pour les auditeurs concilliens, il s’agit de la gestion du journalisme et de l’éducation.

Deux points vitaux pour une nation, car sans éducation il n’y a pas d’avenir et sans informations, l'avenir ne se partage pas. »


Tharak lâcha alors son plus beau sourire et posa en toute décontraction ses mains sur ses genoux, tout en gardant ses jambes décroisées.



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 45

MessageSujet: Re: Interview haut placée   Ven 07 Oct 2016, 17:54



Kira Nae écouta attentivement la réponse de son interlocuteur. Pour tout journaliste qui se respectait, du moins selon la pensée concilienne comme l'avait si bien dit le D'Yanoi, le mot propagande sonnait très mal aux oreilles de la Drell. L'information se devait d'être libre, sinon à quoi servait-elle ? Si l'information était au service du pouvoir en place, qui serait en mesure d'alerter la population de ses déviances éventuelles ?
Un D'Yanoi contrôlait donc l'information et empêchait toute fuite par la maîtrise de l'éducation de leur enfants. Cette façon qu'avait le peuple Butarien d'enraciner sa propagande chez leurs enfant lui rappelait un peu la vénération de son peuple envers les Hanaris et leurs stupides portes flammes. Raison pour laquelle elle avait fuit Kajhé après la guerre.

Toutefois, le but de l'interview n'était pas de remettre en question le système Butarien, mais bien de gagner quelques points dans leur estime. Aussi la journaliste garda ses pensées pour elle, décidant éventuellement de revenir plus tard sur ce sujet plutôt houleux.

- Effectivement, approuva la Drell avec un hochement de tête, l'éducation est une priorité pour tout peuple souhaitant se développer. Votre système éducatif, votre manière de vivre, votre hiérarchie...Autant de caractéristiques qui peuvent paraître...Intrigante, je dirai, aux yeux de nombreux habitants de l'espace Concilien. Vous qui avez vécu longtemps loin du conseil, pourquoi ce changement soudain ?

En son for intérieur, Kira Nae se doutait que la guerre contre les moissonneurs y était pour quelque chose. L'attaque la plus violente avait mis à mal le peuple Butarien, en rasant une bonne partie. Le redressement avait dû être compliqué, comment se relève-t-on d'une attaque qui a balayé presque tout un monde ?
Bien sûr, une bonne position au sein du système concilien pouvait leur valoir un bon nombre d'aide, eux qui avait si longtemps été mis à l'écart par les peuples membres du conseil, considéré comme des parias et victime de nombreuses préjugés, qui se soient vu véridiques ou non.

- Nous ne pouvons nier que le conseil galactique n'a jamais eu le peuple Butarien dans son coeur, et pourtant vous êtes là aujourd'hui. Reprit alors Kira Nae. Qu'est-ce qui a changé et vous pousse maintenant vers les ambassades de la Citadelle ? Ou bien peut-être cette idée d'alliance dormait profondément dans l'esprit des dirigeant d'autrefois, attendant le bon moment pour intervenir sur cette scène politique ?

Tharak Nar'Jamon n'était sûrement pas homme à se voiler la face, cette discrimination existait belle et bien et Kira se demandait comment cet individu allait réussir à surmonter cette obstacle plus que gênant : La réputation de tout une communauté.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 122

MessageSujet: Re: Interview haut placée   Sam 08 Oct 2016, 11:32
Le visage de la drell, bien que difficilement perceptible, indiquait clairement que son opinion concernant l’organisation butarienne était au moins aussi autocentrée que celle de son interlocuteur. Tharak voyait clairement qu’ils incarnaient deux mondes incompatibles et extrêmement distincts mais en vérité ce détail n’avait guère d’importance dans l’affaire présente aussi ignora-t-il les mimiques de la journaliste.

« Les gens sont aisément intrigués lorsque leurs propres systèmes d’informations cloisonnent toute information afin de leur servir une pensée unique destinée à soutenir et protéger les intérêts des nations concernées. D’une certaine manière nos deux systèmes se ressemblent plus que certains le soupçonnent.

En vérité toutes les divergences entre l’Hégémonie et le Conseil sont principalement dues à l’incompréhension et à des luttes économiques et territoriales, et non à de véritables incompatibilités idéologiques. Car les exemples de mensonges et de semi vérités que le Conseil a utilisées par le passé sont suffisamment nombreux pour démontrer qu’il n’y a pas d’un côté des tyrans butariens et de l’autre des défenseurs des libertés du Conseil.

C’est cela qui a, en partie, poussé l’Hégémonie à briser le silence et à reprendre contact avec les organes représentatifs des différents gouvernements et notamment le Conseil. Et d’ailleurs le changement n’a nullement été soudain comme vous pouvez le penser. »


A ce moment-là, le D’yanoi fit une pause presque théâtrale afin de donner l’impression de dévoiler un secret.

« Notre Galan’Tark a repris contact avec le Conseil depuis quelques années déjà et notre retour sur l’échiquier galactique se négocie depuis autant de temps. Encore une fois, ces informations ne sont pas dévoilées au publique pour des raisons propres à vos gouvernements.

Puis, sur ce revirement comme vous l’appelez, il y aussi l’évidente raison économique avec les innombrables destructions causées par les Moissonneurs. Voyez, l’Hégémonie n’est pas si dépendante du mensonge pour ignorer les réalités simples.»


La seconde question de la journaliste était nettement plus amusante, et Tharak avait un peu de mal à concevoir vers quel chemin la Drell tentait de le mener.

« En vérité, l’entente entre le Conseil et l’Hégémonie n’a jamais été un véritable problème, et la plupart des préjugés et stéréotypes concernant les butariens sont pour nous plus source d’amusement que d’énervement. Car les rancœurs de certaines communautés proviennent principalement du fait que l’Hégémonie n’a pas hésité, par le passé, à prendre les terres qu’elle convoitait.

Le peuple butarien est globalement ambitieux et n’aime pas se contenter de rester reléguer au second plan, c’est en partie pour cela que l’Hégémonie ne s’est jamais pleinement intégrée dans l’espace Concillien, et que l’agression que nous avons subis de la part de l’Alliance couplée à l’inaction du Conseil sur le dossier de la Bordure Skylienne a définitivement détruit les maigres relations pré Grande Guerre Patriotique entre l’Hégémonie et le reste de la galaxie. »


Tharak toucha alors une médaille qui trônait fièrement sur son uniforme et scruta ensuite directement la caméra.

« Nous avons personnellement connu l’ambassade butarienne sur la Citadelle et nous connaissons parfaitement les difficultés qu’il y a de travailler avec les espèces concilliennes lorsque nous sommes un peuple indépendant.

Et pour dire la vérité, les raisons qui nous poussent aujourd’hui à revenir vers les ambassades sont simples. Notre devoir de servir au mieux notre peuple, en nous assurant que la reconstruction de nos mondes avancent afin d’assurer un avenir pérenne à nos enfants, mais aussi le désir de s’assurer que plus jamais les différents peuples de la galaxie ne considère comme normal de laisser un autre peuple mourir lentement mais sûrement des mains d’un agresseur pourtant assuré de s’en prendre à tout le monde.»


Alors Tharak attrapa une petite plaque qu’il gardait rangé dans une poche intérieure.

« Ceci est une esquisse d’une plaque commémorative, que nous voudrions voir ajoutée sur la Citadelle. Vous pouvez voir inscrit dessus le nombre de victimes dues aux Moissonneurs, et j’aurais aimé y ajouter le nombre de victimes dues aux abominations que les gens appellent cannibales, car chaque mort dus à ces créations contre nature sont directement imputables à l’inaction des gouvernements. »

Quelques secondes de silence alors que la caméra effectue, ou non, un zoom sur la plaque brandit par le butarien.

« Nombre de nos citoyens ont une haine farouche des gens qui vivent au sein de l’espace Concillien, et nous ne pouvons nous permettre de les juger car nous comprenons les raisons. Alors que nos mondes brûlaient, vous n’avez rien fait, vous avez laissez la haine et le mépris que vous éprouvez envers nous vous détruire la conscience qui hurlait pourtant que laisser les enfants payer les crimes, décidés par vous, de leurs parents était indigne d’un Conseil se jugeant pourtant défenseur de la paix et des libertés.

Le peuple butarien ne doit sa survie qu’à lui-même, et nous pourrions très bien juger que désormais nous n’avons plus rien à attendre d’individus si cynique qu’ils jugent le génocide d’un peuple comme négligeable, mais non. L’Hégémonie se tourne maintenant vers les ambassades car nous avons décidé de briser le cycle de la haine.

Alors non il n’y a pas réellement ce fantasme d’une paix prévue de longue date, pas même le fait que l’Hégémonie abandonnera soudainement sa culture pour adopter celle, ô combien supérieure, que vous brandissez à longueur de journée à quiconque commet l’impair de ne pas être parfaitement aussi imparfaits que vous. Il n’y a que l’envie d’un peuple de sortir d’un carcan qui place sa vie comme indigne d’intérêt.
Et il y a bien sûr les raisons économiques. »


Tharak rangea alors sa plaque commémorative et s’installa bien tranquillement sur son canapé. Maintenant il était très curieux des réponses de la journaliste, si pleine des principes désuets dont les gouvernements qu’elle défend semblent si bien se moquer en toute liberté.



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 45

MessageSujet: Re: Interview haut placée   Lun 17 Oct 2016, 11:06



Le Butarien que Kira Nae avait en face d’elle était plus qu’éloquent, on ne pouvait le lui enlever. Il se dégageait de lui une assurance et une prestance que son uniforme strict amplifiait largement.
Sur le point des secrets dissimulés par le conseil, il n’avait pas tort, Kira Nae avait embrasser cette voix dans le but de pouvoir offrir au peuple les informations qui ne devraient en aucun cas être cachées.
Le choses auraient-elles été différentes si les habitants avaient disposé de toutes les connaissances et choix du conseil ? Peut-être. Beaucoup se serait insurgés d’un tel acte de barbarie. Pour autant, l’inévitable se serait inéluctablement produit. Les conciliens auraient quoiqu’il arrive laissé le peuple Butarien en proie au carnage, profitant du répit que cela leur avait offert, se convainquant qu’ils ne pouvaient rien y changer, que les événements étaient tragiques et que "Hey...C’est la vie, on y peut rien…".
La nature organique était ainsi faite, cynique et égoïste.
L’espace d’un instant, elle réalisa que cette planète aurait tout aussi bien pu être Kajhé...Elle ne serait sûrement plus là pour en parler.
Aussi ne pouvait-elle s’epêcher de comprendre la haine farouche qu’ils portaient aux espèces conciliennes. Bien qu’il y ai de graves fautes dans les deux camps, les conciliens avaient manifestement gagné.

- Peuh ! Pesta discrètement Ambroise dans l’oreillette. Il nous accuse comme si on avait personnellement participé à leur destruction. Il devrait peut-être se remettre en question sur les choix qui on amené son peuple à cette situation...

Ambroise manquait parfois de détachement, l’animosité Humano-Butarienne vivait encore dans les esprits des deux peuples apparemment.
Pour sa part, elle se trouvait sur sa planète Natale à tenter de survivre, bien loin de tout ça. Chacun avait mené son propre combat.

Néanmoins, l’accusation franche et directe du Butarien la surprenait. Elle n’aurait pas pensé qu’il jouerait la carte du remord. Ce politicien ne ressemblait décidément en rien à ceux qui se bousculaient à la Citadelle.
Toutes ces réflexions se firent sans qu’aucune expression ne vienne perturber le visage de la Drell.

- Les intérêts d’un peuple sont toujours une raison valable et louable. Reprit-elle à la fin de la tirade de son invité. Les Butariens ont énormément souffert de la guerre moissonneur et l’appui du conseil serait un juste retour des choses.

Vous parliez de la culture Butarienne qui, effectivement, possède quelques points noirs si l’on considère la pensé concilienne – Bien que je pense personnellement que chaque peuple puisse jouir de sa culture sans contrainte – je parle en particulier de l’esclavagisme. Pratique ô combien répréhensible chez les peuples conciliens. Pensez-vous que cette question reviendra à l’ordre du jour ?
Rappelons que le gouvernement Butarieen a définitivement fermé les portes de son ambassade aux alentours des années 2160 après que le conseil est grandement favorisé le développement de l’humanité dans la bordure Skylienne en vous refusant de la déclarer "Zone d’intérêt Butarienne".
Comment parviens-t-on à un compromis après un passé aussi riche en désaccord ?


Cette question en particulier intéressait la journaliste. Les Butariens avaient déjà tenté d’intégrer les espèces conciliennes, mais leur passé d’attaque et de violence avait laissé un goût plus qu’amer dans l’esprit de nombreux conciliens, si aucun des deux camps ne lâchaient du lest, autant dire que cette association nouvelle fonçait droit dans le mur comme l’avait fait la précédente...



Honneurs:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 122

MessageSujet: Re: Interview haut placée   Mar 18 Oct 2016, 10:04
Cette fois-ci il n’y eut guère d’expressions sur le visage de son interlocutrice pour permettre à Tharak de jauger ce que pouvait bien penser la journaliste de ses déclarations, pourtant l’absence même d’expressions donnaient en vérité quelques indices, car cela supposait soit une maîtrise extraordinaire de sa personne, soit qu’elle ne ressentait absolument rien devant les mots de la personne qu’elle interviewait.

Les deux solutions étaient aussi probables, aussi le D’ynaoi ne se perdit guère dans la réflexion ainsi entamée, se promettant d’y réfléchir à l’aune de toutes les informations qu’il récolterait durant cette interview.

De toute manière, il n’était guère temps de réfléchir à tout ceci, car déjà la Drell venait de continuer la discussion en interrogeant cette fois-ci le butarien directement sur le sujet que le diplomate savait évident pour tout journaliste concillien. Ainsi ils pouvaient justifier leur détachement criminel face à tous ces morts en se reposant sur les crimes supposés et passés d’autrui. Une technique classique mais efficace, alors ils n’avaient en vérité aucunes raisons de s’en passer.

Pourtant, la formulation de la question de la Drell était plus qu’intéressante, ainsi que son petit encart pour assurer une compréhension de l’approche culturelle de l’esclavage. Ainsi Tharak savait déjà comment réagir à cette question, et surtout pouvait l’aborder calmement.

« Des points noirs, comme vous le nommez vous-même, qui n’en sont plus pour la plupart. Car il semblerait que la grande majorité des citoyens concilliens l’ignorent encore, bien que vos journalistes si libres et honnêtes semblent vous l’avoir caché, ou décider d’ignorer une telle information, mais l’esclavage est désormais illégal dans tout l’espace de l’Hégémonie et ce depuis presque dix années.

Si, bien sûr, des cas de telles pratiques subsistent dans certains domaines particuliers, de tels cas sont de plus en plus rares et nous agissons tous les jours pour assurer aux victimes de l’esclavage des soins de qualité, une protection contre quiconque tenterait de les soumettre à nouveau à de telles pratiques.

Très bientôt, l’esclavage ne sera plus qu’une page dans les livres d’histoire. Que cela soit une bonne ou une mauvaise chose, nous laissons à chacun le pouvoir d’en juger, encore une chose qui nous sépare des lois concilliennes, mais je suis sûr que cela n’est pas assez barbare pour créer de nouveaux murs entre nous. »


Puis Tharak s’arrêta enfin après cette ci longue tirade et changea discrètement de place afin de se retrouver non pas à faire face à Kira Nae Châne mais face au drone filmant l’interview, donc à ceux qui regardent la chose.

« Vous prenez les choses à l’envers, le compromis né justement des désaccords. Et si nous ne pouvons nier que ces derniers sont un frein certain, il est plus que temps que chacun cesse de se braquer sur le passé.

Et s’il est aussi évident que jamais l’Hégémonie ne pourra comprendre la trahison que le Conseil a autorisée par le passé, il est tout aussi évident que continuer à vivre loin de la galaxie n’est pas le choix le plus sûr pour notre peuple. »


Le D’yanoi regarda alors à nouveau son interlocutrice droit dans les yeux

« Les compromis en vérité sont aisés à trouver, et en cet instant précis, l’Hégémonie est tout à fait prête à réfléchir sérieusement à toute proposition envisageable. Toutefois il est hors de question que nous acceptions de vendre notre honneur au plus offrant, ou de réduire le territoire qui est le nôtre.

Tout comme nous ne demanderons à personne d’aller contre ses propres intérêts, c’est en cela que nous parviendrons à un compromis qui posera les fondations d’un futur commun et évitera que les relations futures ne continuent à se construire sur un sol incapable de soutenir le poids d’une fraternité réelle. »


La réponse n’avait guère besoin d’être plus explicite, de la réciprocité voilà avec toute la simplicité d’un seul et unique mot la réponse à la question de la journaliste drell.



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 45

MessageSujet: Re: Interview haut placée   Jeu 27 Oct 2016, 17:27



Kira Nae acquiesçait aux paroles de son invité. Le désir d'intégration du peuple Butarien était sincère et visiblement en un état plus avancé qu'elle ne l'aurait cru. En son for intérieur, elle se félicitait d'avoir obtenu cette interview mais rageait de ne pas avoir été sur le coup plus tôt alors que ce projet débutait. Soit, elle devrait s'en contenter et tenait tout de même un bon sujet qui ne manquerait pas d'être développé dans les temps à venir.
Ce qui l'agaçait le plus était son erreur à propos de l'esclavagisme au sein de l'hégémonie. A croire que sa trop grande confiance en elle lui avait fait défaut. Kira Nae était visiblement resté fixée sur des préjugés tant ancrés dans les esprits qu'elle s'en était accommodée sans juger bon de les remettre en question. Une erreur de débutant qui pourrait s'avérer cruciale pour sa crédibilité et pour la suite de l'entretien...

- Si je puis me permettre, D'yanoi, déclara la journaliste, il est étonnant que peu d'information sur cette nouvelle alliance, qui n'est en réalité pas si récente visiblement. Etait-ce par choix ? Je peux tout à fait admettre que notre système d'information ne soit pas toujours le plus performant, néanmoins j'aime à croire qu'il est capable de cerner les données importantes comme celles-ci.

Cette question mise à part, j'aimerai aborder plus en profondeur les détail de cette intégration. Si je ne me trompe pas, la dernière entrée concerne le peuple Ralois juste après la fin de la guerre civile, et l'on peut aisément se douter que ce n'est pas chose aisée.
Je pense que nous pouvons affirmer sans crainte que l'espace concilien ainsi que le conseil apprécie une certaine...Uniformisation, dirais-je...
Quels ont été les condition ? J'imagine que, malgré tout ce qu'il a à se faire pardonner, le conseil est resté en position de force ? Avez-vous dû subir d'autres transformation majeurs imposées par un conseil peu désireux de voir une espèce se démarquer des autres ?


Par ces questions, Kira Nae espérait obtenir quelques informations pouvant aller à l'encontre de la suprématie du conseil. De quoi démontrer de façon tangible les abus que pouvait commettre cette puissance qui avait une tendance plus qu'agaçante à se croire supérieure.
Bien sûr, de tels propos divulguer par le représentant d'un peuple en pleine intégration pourrait se révéler préjudiciable, aussi ne s'attendait-elle pas à un déluge de propos pouvant nuire à l'un ou à l'autre. Toutefois, Nar Jamon s'était manifester comme étant un personnage atypique, ce qui ne l'étonnait guère venant d'un Butarien, espèce dont elle admirait avant tout la détermination.
Aussi pouvait-elle espérer qu'il ne s'y formalise pas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 122

MessageSujet: Re: Interview haut placée   Dim 06 Nov 2016, 14:49
Les questions de la journaliste étaient amusantes, et même si elles n’avaient que pour but de pousser Tharak à révéler plus de choses que nécessaires. Bien sûr elles avaient aussi pour but de créer une certaine tension, peut être en amenant le diplomate à s’énerver ou simplement à remettre en question les valeurs conciliennes. En vérité le D’yanoi n’arrivait pas à cerner la véritable motivation de son interlocutrice, hormis l’aspect pécuniaire d’une telle rencontre évidemment.

Que voulait-elle réellement ? Est-ce que sa série de question avait un but bien précis et telle l’araignée, elle menait impitoyablement sa proie dans une toile dont il est impossible de ressortir ? Au fond de lui, le butarien en doutait mais il lui avait toujours été difficile de lire quelque chose chez un Drell, et cela se révélait d’autant plus vrai maintenant qu’il faisait face à une représentante de ce peuple.

Mais qu’importe, car Tharak n’avait guère de doutes en ses capacités à répondre à toutes les questions, tout autant qu’au fait de réussir à sortir d’un piège quel qu’il soit. Aussi le D’ynaoi se recentra rapidement sur la discussion, coupant aux divagations de son esprit.

« En vérité, il n’est pas étonnant que si peu d’informations aient filtré. Car les rencontres diplomatiques sont autant le fait du secret dans certaines situations que de l’évènement galactique dans d’autres. Tout dépend des gains que chaque chose apporte.

Pour reprendre votre exemple, l’entrée des Ralois dans notre galaxie comme nation spatiale est une chose qui réconforte les peuples et crée un lien même ténu, les gens se resserrent derrière leurs dirigeants et la galaxie avance unie.

Dans le cas des discussions avec une nation aussi ancienne que la nôtre, la plupart des gens possèdent déjà leur propre avis sur la situation et des conflits peuvent éclater entre groupes d’intérêts distincts. Des rencontres discrètes afin d’entériner des accords capables de réduire ces tensions sont donc usage dans ce genre de situation. »


Finalement Tharak avait pris la parole bien plus longtemps que prévu sur cette interrogation voilée de la journaliste Drell mais qu’importe, le butarien était ici dans un but bien précis et cette discussion servait parfaitement cela alors il décida de se laisser une marge supplémentaire. Mais désormais il devait revenir dans la discussion et vers les discussions franches de son interlocutrice.

« Pour ce qui est de l’uniformisation concilienne. Il est évident qu’une telle chose est une réalité, mais vous prenez ici le problème à l’envers. Il n’est pas ici question de devenir membre de l’espace concilien, ni même de postuler comme le font les Volus, les Hanaris ou les Elcors pour devenir membre du Conseil mais simplement de rouvrir les portes d’une entente bilatérale qui abandonnera la voie militaire pour mettre en avant les accords économiques, financiers et scientifiques.

Nous parlons de créer des contacts réguliers et mutuellement profitables afin de mettre définitivement un terme aux agressions et conflits qui enlisent une partie non négligeable de l’est de la galaxie et assurer ainsi protection et sécurité à des communautés qui payent actuellement les frais d’une politique agressive.

Alors si nous avons dû faire des compromis pour rouvrir le contact avec le Conseil, oui c’est un fait. Car l’esclavage peut être détesté, à raison, par d’innombrables peuples, il n’en était pas moins partie prenante de la culture butarienne et chacun sait qu’il est difficile d’abandonner des éléments qui accompagnent un peuple depuis bien avant l’âge spatiale. Mais l’Hégémonie l’a fait, et nous ferons sûrement d’autres sacrifices pour parvenir à une harmonisation des relations mais qu’importe. Tout ce qui importe c’est que tous sachent que l’Hégémonie ne bradera ni ses droits, ni ses propriétés pour une paix basée sur la domination.

Nous désirons une harmonie et un respect mutuel, c’est tout. »


Puis Tharak se rappela plus précisément les mots de la journaliste et avant de laisser son interlocutrice réagir à ses propos, il déclara une dernière chose.

« Pour ce qui est des conditions, tout n’a pas encore été discuté. Nous n’en sommes qu’au début des discussions aussi je ne pourrais m’avancer en développant des demandes qui seront vraisemblablement abandonnées entre temps. »

Et voilà, il n’avait plus rien à déclarer aussi le D’ynaoi reprit ses propos dans son esprit et entreprit de juger si ses réponses avaient été assez pertinentes et utiles, et s’il n’avait pas commis un impaire. Maintenant il ne restait plus qu’à attendre.



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 45

MessageSujet: Re: Interview haut placée   Mar 15 Nov 2016, 14:48



Certaines réponses du D'yanoi restaient pour le moins évasives...Un politicien se devait de cultiver le secret, peu importe à quelle espèce il appartenait.
En revanche, le désir d'une entente durable entre les Butariens et les autres races conciliennes semblaient plus que sincère. Les scandales étaient toujours plus vendeurs mais Kira Nae se réjouit de ne pas apporter que des mauvaises nouvelles.
Une question vint soudain à l'esprit de la journaliste.
Plusieurs aspects politique avaient été évoqués avec le représentant Butarien, mais qu'en était-il du peuple ? Que pensait-il de cette alliance nouvellement créée ?
On ne pouvait oublier un acte aussi monstrueux que celui commis par le conseil en quelques années seulement, la mort et la destruction ne pouvait laisser place à une collaboration aussi facilement.
Du moins de ce qu'en pensait le Drell.

Elle ne connaissait que peu de Butarien, il était vrai, et ses déductions étaient basées sur des généralités parfois abusives, néanmoins, elle doutait qu'aucun peuple puisse pardonner aussi facilement.
Elle qui se serait plutôt attendue à une attitude encore plus hostile qu'elle ne l'était déjà, voilà qu'elle se retrouvait face à un homme qui lui assurait désirer une “harmonie et un respect mutuel“.
De beaux projets, sans aucun doute, mais qui sonnait difficilement réalisable en l'état.
Bien sûr, les avis des politiques ne représentait pas toujours l'unanimité au sein du peuple. Kira Nae était sûre qu'il y avait quelque chose à creuser. Mais ce quelque chose ne viendrait pas tout seul, et elle doutait de ses capacités à incité le Butarien à en dévoiler plus qu'il ne le souhaitait.

Tout à ses réflexions, la journaliste se demanda un instant ce que ce politicien avait à gagner d'une telle rencontre, autre que quelques un de ses compatriotes hors de l'hégémonie qu'elle touchera, un bien maigre rendu au final. Jarod n'était pas encore bien connu sur la Citadelle et cette interview n'aurait finalement que peu d'impact dans la politique.

La journaliste en déduisit finalement que Tharak Nar Jamon, malgré ses propos pour le moins méritant et qui, l'espérait-elle, parviendrait à mener à bien son projet d'insertion, peinait à trouver quelqu'un pour les entendre malgré l'avancement évident de l'alliance.

- D'Yanoi, déclara la journaliste, comment le peuple Butarien a-t-il aborder cette nouvelle ?
Bien sûr, du temps à passé depuis l'incident du relais, je conçoit qu'une telle blessure ne se cicatrise pas si facilement.
D'un point de vue politique, cette alliance est profitable à tous, c'est une évidence, mais n'y a-t-il pas des réfractaires à une telle union ?


Question posée un peu brutalement, Kira Nae regretta instantanément d'avoir aborder le sujet de façon aussi peu fine. Mais soit, elle était posée. Ne restait plus qu'à observer la réaction du D'yanoi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 122

MessageSujet: Re: Interview haut placée   Jeu 17 Nov 2016, 18:40
La dernière question de la journaliste était intéressante mais prévisible, et le sous-entendu était si clairement souligné que Tharak se demandait pourquoi la drell ne posait pas directement la question. Mais qu’importe, le D’yanoi était un dirigeant aguerri et une telle question n’allait pas le déstabiliser, aussi abrupte fut-elle.

Aussi Tharak sourit pleinement, mais cette fois sans que ce fut sincère car il ne trouvait rien de vraiment plaisant à répondre à une telle question. Puis le butarien scruta intensément la journaliste et s’apprêta à répondre.

« Il y a toujours des réfractaires. C’est une constante évidente à tout changement, et même lorsque rien ne change. Les idées sont aussi innombrables que les gens et c’est pour cela que diriger une nation est une chose des plus difficiles.

Mais cela n’est pas une chose importante tant que la contestation est minoritaire ou se voit dépourvu de fondement. Evidemment, pour de nombreux citoyens la situation est difficile à comprendre, car le Conseil n’a jamais apporté quoique ce soit d’intéressant pour eux, et l’abandon face à l’invasion de la Bordure Skylienne tout comme lors de la Grande Guerre n’a bien entendu nullement arrangé les choses.

Et il est évident que pour la majeure partie des citoyens cette reprise des dialogues est vécue difficilement mais c’est aussi là qu’est le rôle d’une nation. Assurer à son peuple un avenir meilleur tout en s’assurant qu’il ne le brade pas pour des gains fictifs ou à court terme. »


Alors Tharak croisa ses jambes et s’adossa nonchalamment contre le dossier de son siège.

« C’est là que nous intervenons, en rencontrant les individus qui peuplent l’espace concillien en développant clairement nos intentions et notre désir de maintenir une société soudée et stable tout en s’ouvrant progressivement, et avec un contrôle minutieux, à des cultures extérieures.

L’Hégémonie n’a aucunement pour but de se dissoudre dans l’espace concillien et de perdre ses valeurs et sa culture, mais il est aussi inévitable que nous devons ouvrir quelque peu nos portes pour permettre aux deux côtés de se comprendre mieux.

Car de l’inconnu nait la peur et la haine, et ces deux éléments ont de tout temps été nocifs à notre peuple. Nous veillerons à ce que les concilliens apprennent à nous comprendre et notre peuple découvrira que le Conseil n’est pas l’épouvantail qu’il s’était imaginé.

D’ailleurs nous mettons dès à présent cette stratégie d’ouverture progressive en place, et c’est avec le peuple Drell que les premiers contrats d’échanges culturels seront mis en place. Si cela vous intéresse, vous serez invité à vous joindre à l’initiative. »


Sa tirade terminée, et son invitation lancée, Tharak se tut enfin et scruta avec un certain amusement son interlocutrice. Comment allait-elle réagir à une telle annonce était un mystère mais qu’importe car le D’yanoi venait enfin de transmettre son but à travers la caméra. Maintenant l’interview afin enfin portée ses fruits.



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 45

MessageSujet: Re: Interview haut placée   Mar 29 Nov 2016, 10:59



La journaliste ne put retenir un léger haussement de sourcil à cette annonce.
Des échanges culturels avec les Drells ?
Si Kira Nae s'était attendue à la réponse à sa première question, cette nouvelle était loin de la laisser de marbre. Il était vrai qu'une pseudo indépendance Drell tentait difficilement de se mettre en lace depuis la fin des assauts moissonneurs, bien qu'elle-même n'ai pu le constater puisqu'elle avait quitté sa planète natale après la guerre sans plus y revenir par la suite. Toutefois, elle ressentait une certaine...Fierté, qu'elle peinait à s'expliquer, elle qui avait presque renié cette partie de son histoire.

- Eh bien, ne put s'empêcher de railler Ambroise à travers l'oreillette. Il faut admettre que ce Nar'Jamon a de la ressource !

La Drell resta stoïque. Ces petites remarques inutiles était la marque de fabrique d'Ambroise, voire même de la plupart des Humains, de ce qu'elle avait pu en voir jusqu'à maintenant.

À première vue, le choix de ce peuple lui paraissait étrange. D'autant plus que Jarod n'opérait pas dans ce secteur. De plus, parler d'une culture Drell pouvait laisser rire tant elle se retrouvait imprégnée – ou plutôt écrasée ! - par celle des Hanaris et, point important, le peuple Drell, aussi bien que leur protecteurs Hanaris, étaient bien loin d'avoir une influence sur l'espace concilien.
Malgré tout, s'associer d'une manière ou d'une autre à un peuple qui tentait de s'extirper d'une certaine domination offrirait à coup sûr une image nouvelle à ceux qui ont si longtemps vu la leur ternie au fil du temps.
Le second point qu'il faudrait longuement étudier était l'incitation donnée par le D'Yanoi. L'évolution du peuple Drell n'était pas la priorité du journal, loin de là. Bien sûr, Kira Nae gardait un œil discret sur la situation, glanant les informations de sources non directes qu'elle parvenait à trouver.
Décider de suivre cet échange induisait bien évidemment des coûts ainsi qu'une main d'oeuvre éventuelle à dépêcher sur place, main d'oeuvre qu'elle ne possédait pas à l'heure actuelle.
Que lui apporterait le suivi d'un tel sujet ?
Peu de concurrence, mais aussi peu de clients dans les secteurs visés par le journal. Qui se souciait des Drells hormis les Drells eux-même ?
Mais il y avait autre chose, un autre point qui la poussait vers ce projet et qu'elle ne s'admettait pas encore.
Le retour à ses origines.
Peut-être était-ce là l'occasion de renouer avec Kajhé et son “peuple“.

- Merci beaucoup pour cette invitation D'Yanoi, annonça la journaliste avec un sourire. Nous suivrons votre évolution avec grand plaisir.
Cette association est pour le moins surprenante, c'est toutefois une noble cause d'allier vos intérêts à ceux d'un peuple en pleine révolution.
Vous parlez d'échanges culturels, ce terme reste intriguant, en quoi consisterait ces échanges ? Tourisme, échanges commerciaux ? Il reste difficile de parler des Drells sans y inclure les Hanaris, quelles seront leur place dans ces échanges ?


Rapidement, la journaliste passa en revue ses éventuels contact Drell sur place pouvant lui faire entrevoir le point de vue opposé, peu de monde en somme.
Soit, elle se conterait du point de vue du D'Yanoi, du moins pour l'instant.
Il leur faudrait discuter de cette possible coopération une fois la caméra éteinte. Si Jarod devait investir dans ce sujet, Kira Nae comptait bien en obtenir l'exclusivité !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 122

MessageSujet: Re: Interview haut placée   Mar 29 Nov 2016, 21:25
La journaliste Kira Nae Châne semblait sincèrement surprise de la réponse, mais aussi et surtout, par l’invitation que semblait lui faire le D’yanoi de l’Hégémonie. Et tout cela amusa fortement Tharak qui s’attendait bien entendue à une telle réaction car s’il méconnaissait globalement cette espèce, il savait tout du moins qu’ils étaient très soucieux de leur destin et sensible au sujet de leur avenir.

D’ailleurs, la journaliste Drell entra pleinement dans le sujet en relança la discussion mais uniquement dans ce sens des échanges avec son peuple. Toutefois cela ne dérangea nullement le butarien, qui profiterait ainsi du sujet pour se faire entendre sur des sujets plus large que la simple mise en doute de la sincérité du gouvernement butarien.

« Il nous semble important qu’un maximum de Drell participent à ces discussions, afin que nos liens de fraternité ne soient jamais mis à mal parce qu’une frange conséquente aura été mise de côté durant les discussions. Aussi nul besoin de nous remercier pour une telle invitation, il s’agit simplement de notre devoir. »

Répondit tout d’abord sobrement Tharak. Puis, tandis qu’il se mettait à l’aise, il continua plus sérieusement sur le sujet de l’entente.

« Bien sûr rien n’est encore gravé dans le marbre, toutefois les discussions avancent dans le bon sens.

D’ailleurs nos discussions concernent un grand nombre de sujet, qui vont des traités économiques classiques, aux échanges fraternels plus large que sont les échanges étudiants, les partenariats culturels afin de faire mutuellement découvrir nos traditions mais aussi des accords pour l’instant encore secrets. »


Avança tout d’abord le D’yanoi lorsque soudain il se tut et s’avança vers la journaliste comme s’il désirait partager un secret avec elle.

« Peut-être que cette association est en effet surprenante, toutefois elle a été longuement réfléchie et rien n’a été laissé au hasard. Cela fait maintenant plusieurs années que l’Hégémonie observe avec grand intérêt le peuple Drell et son ardent désir de se bâtir un avenir.

Mais plus que tout, nous admirons le respect et la loyauté sans faille dont les Drells font preuve à l’égard de la Primauté et plus largement du peuple hanaris. Il nous parut évident dès lors que votre peuple était un allié fiable et digne de confiance.

Hors c’est exactement de cela dont a besoin l’Hégémonie en ces heures extraordinaires, d’un allié qui voit plus loin que ses intérêts immédiat et qui comprend réellement ce que le terme loyauté signifie. Nous avons besoin de réhabituer nos citoyens à partager avec la galaxie, à accepter le fait qu’ils vont devoir grandir dans un univers qui est constitué d’innombrables peuples et espèces et qu’ils n’ont rien à gagner à faire la guerre avec leurs voisins au contraire.

Et pour recréer des liens avec les autres, il n’existe rien de mieux que de trouver un partenaire qui soit capable de nous aider à bâtir cette confiance en l’autre. Dès lors la décision de peuple frère était chose aisée, et c’est tout naturellement que notre regard s’est porté vers le vôtre, indépendamment de votre poids militaire ou économique, vous êtes ce choix. »


Clama avec une voix doucereuse le butarien avant de s’adosser à nouveau contre son siège.

« C’est pour cela qu’une proposition unique en son genre a été fait à votre peuple, et dans cette optique qu’une entrevue extraordinaire a été organisée dans notre espace. Et c’est cette offre exceptionnelle qui sera alors entérinée, ou non, scellant d’une manière ou d’une autre les relations futures de nos deux nations.

D’ailleurs pour répondre à votre question, pour la première fois peut être, les Drells vont négocier avec un tiers sans la présence des Hanaris et la discussion à venir sera uniquement sur une entente entre les Drells et les butariens. Ni voyez nullement une trahison ou une déclaration d’inimité, mais simplement la prise de conscience d’une espèce concernant sa capacité à défendre ses intérêts propres lorsque cela est nécessaire.

De plus, des discussions sont déjà prévues avec la Primauté Hanari, et il est évident que l’Hégémonie n’oubliera jamais qu’ils sont les seuls à avoir continué à commercer avec nous bien que nous nous étions fourvoyés concernant notre mise à l’écart. Et rien n’indique non plus que les Hanaris souffriront d’une quelconque manière des accords prévus avec les Enfants d’Amonkira.

De toute façon, nous possédons le plus grand respect pour le peuple Hanari et jamais nous n’entreprendrions des discussions aussi importantes sans l’accord de la Primauté. Toutefois les discussions liées à la Primauté sont encore confidentielles aussi nous ne nous étendrons pas plus avant. »


Soudain, Tharak se rendit compte qu’il valait mieux une réponse courte et concise lors d’une interview, cela valait milles mots.

« Comme nous disions, la Primauté sera donc totalement absente des discussions concernant l’entente avec les Drells. Et l’Hégémonie est extrêmement touchée de recevoir la confiance de leurs frères Hanaris et du gouvernement autonome Drell.

Et pour fêter dignement ce symbole de confiance et d’amitié, certains médias seront autorisés à participer à l’évènement. C’est en cela que consiste l’invitation. »


Conclut avec un large sourire le D’yanoi. Maintenant ne restait plus qu’à attendre la réponse de l’intéressée.



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 45

MessageSujet: Re: Interview haut placée   Mer 07 Déc 2016, 17:56



Plus le D'Yanoi exposait ses arguments, plus Kira Nae comprenait l'évidence de cette alliance. Jamais il ne lui serait venu à l'esprit de rapprocher le mode de vie Drell, celui qu'elle avait côtoyé pendant longtemps, avec le peuple Butarien.
Et pourtant, le raisonnement de Tharak Nar Jamon lui apparaissait avec une étonnante justesse.
À part elle, la journaliste se réprimanda d'avoir si longtemps mis de coté les Drells alors que, selon toute vraisemblance, leur situation avait grandement évoluée.

- Je dois admettre que vous exposez vos propos avec une logique implacable, salua la journaliste. Je n'aurais pas envisagé une alliance entre nos deux peuples de prime abord – Le terme “peuple“ sonnait encore un peu fort à ses oreilles, mais elle resta néanmoins stoïque – mais mes avis semblent apparement erronés.

L'indépendance Drelle passerait donc par les Butarien. Cette alliance donnerait sans doute un peu plus de poids au enfant d'Amonkira, et m'absence des Hanaris dans les négociations était un grand pas en avant, bien que la journaliste doutait que les Hanaris laisse partir leurs hôtes sans rien en retour. Les siècles d'hébergement devaient bien se payer un jour, même s'il semblait à Kira Nae que les Drell avait déjà bien assez remboursé leur dette. Mais peut-être ce raisonnement était-il une nouvelle fois la cause de préjugés qui lui demeuraient tenaces et au manque d'information concrète sur la situation en place.
Elle nota dans un coin de sa mémoire de débloquer quelques fonds pour dépêcher une personne sur place et récolter plusieurs sources diverses.

- Cette annonce est une bien belle surprise D'Yanoi, reprit la Drelle avec un sourire franc, mais je sens que la véritable nouvelle se cache derrière cette “proposition unique“ dont vous ne parlez qu'à demi mot...Allez-vous nous gratifier d'une deuxième révélation aujourd'hui D'Yanoi ?

La journaliste avait quelques idées en tête à propos de cette “proposition“, mais rein qui ne paraissait nécessiter le suspens dont faisait preuve le représentant de l'hégémonie. L'unique offre à laquelle elle pensait dans ce cas était bien trop extravagante pour être envisagée.
Ces années vécues sur Kajhé avait été bien suffisantes pour savoir à quel point la vie pouvait y être difficile pour l'espèce Drelle. Le syndrome de Kepral ne cessait de frapper et elle-même bénéficiait depuis quelques années de dépistages réguliers en vue d'une éventuelle contamination. À défaut d'une guérison, au moins serait-elle avisée de son mal.
Kira Nae jubilait en son for intérieur, et le silence que lui offrait Ambroise – Elle n'entendait presque plus sa respiration rythmée – lui faisait comprendre qu'il partageait son attente.
La journaliste attendait la réponse du D'Yanoi avec impatience. Réponse qui risquait fort de sceller l'intérêt et l'engagement de Jarod dans ce projet !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 122

MessageSujet: Re: Interview haut placée   Ven 09 Déc 2016, 22:17
L’interview arrivait doucement mais sûrement sur sa fin, et cela se devinait aisément de par l’intérêt croissant de Kira Nae pour la question des alliances probables avec son espèce. Aussi Tharak prit son temps avec ce sujet, délaissant totalement tous les autres qu’il avait en tête.

« Personne ne pouvait imaginer une telle chose ne serait-ce que dix ans auparavant, c’est justement là toute la beauté des temps qui s’offrent à nous. Le passé a de cela d’utile qu’il peut servir de phare pour éclairer l’avenir, comme de boulet ralentissant la mise en œuvre de ce même avenir. Et l’Hégémonie a décidé que l’âge du boulet était arrivé à son terme, c’est cela que nous mettons en œuvre depuis dix années.

Et c’est par l’ignorance et l’autosatisfaction que les médias concilliens se sont maintenus dans l’erreur à notre propos. C’est aussi pour corriger cela que nous avons décidé de prendre contact avec votre journal. Avec le fait que vous fussiez encore jeune, donc à même de vous forgez votre propre avis qui n’est pas encore entaché par d’innombrables années de propagande et de bourrage de crâne. »


Et le D’yanoi lâcha son plus beau sourire.

« Travailler avec un esprit frais est la meilleure des choses, c’est ainsi que les partenariats les plus durables et les plus bénéfiques naissent, et c’est ainsi que les gens apprennent réellement. »

Déclama un brin mystérieusement le butarien sans détailler plus avant ses propos. Et particulièrement le terme partenariat. Puis la Drell qui l’interviewait sembla partir plus avant dans l’annonce des relations nouvelles avec les Enfants d’Amonkira. Le poisson était plus que ferré.

« Voyons Kira Nae, si nous dévoilions tout dès maintenant, votre audience n’aurait plus rien à apprendre de nous. Une part de mystère est toujours intéressante, et de plus vous serez très bientôt amenés à dévoiler des choses extrêmement intéressantes.

Nous sommes sûr qu’un travail extrêmement gratifiant nous attend, aussi nous sommes d’accord pour lâcher une information supplémentaire. Très bientôt, les gens pourront en apprendre bien plus à propos de l’Hégémonie d’une manière tout à fait inédite, mais aussi à propos de cette toute nouvelle alliance.
Mais pas aujourd’hui, conservons encore un peu de ce mystère.»


Aussitôt la phrase lâchée, Tharak se leva et fit signe à la journaliste et son drone de mettre fin à l’interview. Lorsque la journaliste eut conclu, le butarien se rapproche de la drell et lui annonça tout d’un coup.

« L’Hégémonie a un contrat à vous proposer. Une offre unique et non renouvelable, aussi réfléchissez y bien avant de répondre.

Un contrat d’exclusivité sur les prochaines annonces de l’Hégémonie à direction de l’espace concillien, le droit de couvrir des évènements que nous vous définirons, au sein même du territoire de l’Hégémonie.

Sachez que très bientôt, le Conseil et l’Hégémonie vont faire une annonce très particulière, et nous aimerions que votre journal soit présent pour couvrir la chose. Sachez bien que notre offre vous offrira une couverture extraordinaire et tout à fait unique qui attirera d’innombrables visiteurs juste par la curiosité de vos exclusivités qui vont, et ceci est une annonce sérieuse, attirer un trafic très important.

Le contrat est donc simple, l’Hégémonie aura accès à tous vos reportages en avance, par le ministère de la Propagande, toutefois nous vous assurons qu’il n’y aura aucune censure. En tant que Ministre de la Propagande nous vous assurons que vos images et vos textes seront protégés.

Ainsi vous seriez l’unique journal concillien à couvrir les accords avec les Enfants d’Amonkira, les accords avec le Conseil ainsi que divers autres accords qui sont encore secrets. La meilleure manière de gagner ses lettres de noblesse dans la communauté très fermées du journalisme. De plus, nous possédons quelques contacts au sein des Terminus, et pourront assurer que vos journalistes puissent agir un peu plus librement, et puissent rencontrer des individus auparavant impossible à atteindre.

Voilà notre offre, réfléchissez-y. Nous attendrons votre réponse lorsque vous serez prêts à répondre. Dans tous les cas nous vous remercions pour cette interview, et vous souhaitons une excellente journée. »


Salua Tharak avant de quitter les locaux d’une démarche rapide et assurée. Celle d’un militaire ayant des plans à mener.





Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 45

MessageSujet: Re: Interview haut placée   Sam 17 Déc 2016, 20:57



Hélas pour la journaliste, aucune autre révélation ne fut dévoilée aujourd'hui, mais peu importait, cette interview avait obtenu son information principale et, par dessus tout, la conviction que ce projet futur offrirait une grande opportunité à Jarod.
Lorsque Tharak Nar'Jamon se leva et fit signe à la Drell d'interrompre l'interview, Kira Nae ne s'y opposa pas. Elle savait d'expérience quand un rendez-vous prenait fin et quand celui-ci pouvait être poussé un peu plus. Ce qui n'était pas le cas de celui là, Le D'Yanoi n'était sûrement pas du genre à se faire tirer les vers du nez, aussi la journaliste stoppa la camera grâce à la commande vocale.
Alors qu'elle se levait, prête à discuter des éventuels arrangements de la proposition du D'Yanoi, celui-ci prit les devant et annonça sans attendre les termes de son offre.
Un contrat. Une exclusivité totale sur les prochaines annonces, en somme, un lien direct entre l'hégémonie et l'espace concilien. Sans oublier cette fameuse révélation qui ne saurait tarder à faire surface. Révélation que Kira Nae ne manquerait sous aucun prétexte.
Le nombre de vue du journal augmenterai considérablement, non seulement ils s'assurerait la fidélité d'un bon nombre de Butarien du secteur, mais ils pénétreraient à coup sûr dans la sphère politique. De nouveaux contacts se profilaient, des contacts important qui donnerait une légitimité nettement plus grande à Jarod.
Second point important que souligna le D'Yanoi, qui ne manqua pas de certifier à la Drelle que cette interview avait été mûrement réfléchie avant d'être acceptée, une certaine aide serait apportée sur les systèmes terminus. Certes, Jarod opérait pour le moment beaucoup plus facilement sur Oméga et ses environs, mais dans ce secteur, toute aide était bonne à prendre, surtout celle d'un dirigeant haut placé qui ne manquerait pas de débloquer quelques sujet intéressant et personnes autrefois réticente.

Néanmoins, un tel contrat restait dangereux, il ne lui fallait pas prendre ce choix à la légère.
Tandis qu'elle s'apprêtait à répondre, le D'Yanoi se tourna vivement et quitta les lieux en la remerciant.

- Merci à vous D'Yanoi, annonça-t-elle tout de même alors qu'il quittait les locaux. Soyez assuré d'avoir une réponse sous peu.

Kira Nae Châne ne sut pas si le D'Yanoi avait ou non entendu cette dernière phrase, quelque chose lui disait que si, même s'il lui semblait déjà loin.

- Ambroise, lança immédiatement la Drelle une fois certains que son employé d'accueil ai raccompagné le Butarien jusqu'à la porte. Appelle Lyhn, on a à parler tous les trois.
- C'est déjà fait, annonça la voix crépitante du journaliste, on t'attend.

Kira Nae acquiesça. Ce genre de question ne souffrait aucune attente.


***


- Alors ? Demanda Ambroise les bras ouvert, visiblement satisfait de lui. Elle ne valait pas le coup cette interview ?
- Arrête un peu de remuer la queue Ambroise ! Cracha Lyhn à travers l'écran. Kira, que t'as proposé le D'Yanoi exactement ?

La Drelle s'installa confortablement sur son siège de bureau, Ambroise se tenant face à elle, son regard planté dans celui de sa supérieure.

- Sûrement l'offre la plus intéressante qu'il nous ai été donné jusqu'à aujourd'hui Lyhn. [color=#cc99ff]Répondit Kira Nae sans détourner les yeux de son bureau.

Alors elle lui expliqua en détail ce que Tharak Nar'Jamon offrait à son journal. Le silence qui s'en suivit ainsi que le regard méprisant que Lyhn lança au journaliste Humain valait toute les phrases du monde. Ambroise avait marqué un grand coup, même Lyhn le constatait mas restait bien trop vaniteuse pour l'avouer haut et fort.

- Restons tout de même prudent , annonça Kira Nae en s'adossant plus confortablement dans son siège. N'oublions pas qu'il s'agit du peuple Butarien, leur politique et façon de penser restent très différentes de la nôtre.
Ambroise
, poursuivit la Drelle en rivant son regard sur l'Humain, il faudrait que tu te renseignes sur les éventuelles lois Butarienne auxquelles nous seront soumises, loi contractuelle, information, tout ce qui pourrait se retourner contre nous sans que nous le sachions. Prend plusieurs personnes avec toi pour ça.
- Et pour l'article sur le SSC , demanda le journaliste en question.
- Tu connais mieux que moi les capacités de chacun ici, mais y quelqu'un d'efficace, suis l'évolution de son travail mais ne perd pas ton temps sur ça.

Un léger signe de tête confirma qu'il notait toutes ces demandes dans un coin de sa tête.

- Ce contrat m'inquiète tout de même, intervint Lyhn de sa voix claire. Toutes ces exclusivités sont biens, mais ils ne faudrait pas qu'on se transforme en journal Butarien.
- Il va falloir multiplier nos interventions ici, assura l'Humain, profiter des premiers sujet que l'on pourra avoir pour gagner en sérieux pour s'affirmer ici et mettre en avant d'autres points de vues.
- J'ai du mal à croire que ces Butos ne nous censure pas...On leur donne accès à tous nos reportages ? Connerie !

Comme à son habitude, Kira Nae laissait ses associés exposer leur idées, tandis que son cerveau carburait dans son coin, ses yeux volant d'Ambroise à Lyhn.

- Il faut qu'on puisse s'arranger pour ne leur donner que les reportages en rapport direct avec ces exclusivités et les échanges entre l'hégémonie et les enfants d'Amonkira. Annonça-t-elle alors. Toutes les interviews d'autres dirigeants sur ce sujet devront rester pour nous.
- Si les Butariens se rendent compte d'un quelconque sale coup dans leur dos, on est mal. Souligna Ambroise en tapotant du doigt sur la table.

A travers les haut parleur, le soupir de Lyhn leur parvint nettement.

- D'un coté la meilleure offre qu'on puisse avoir, de l'autre une déchéance quasi sûre si on se plante...
- Les éléments du contrats ne sont pas encore établis, précisa la Drelle, ils nous restent encore de quoi assurer nos arrières.
- Sauf que nous ne sommes rien pour eux Kira, des journaux comme nous il en existe à la pelle. Si on refuse, ils trouveront quelqu'un d'autre.

D'un geste gracile, Kira Nae se leva de son siège. Elle avait besoin de réfléchir seule aux tenants et aboutissants de cette offre. Ils ne pouvaient pas passer à coté d'une telle chance.

- Et bien trouvons un moyen pour devenir le seul choix évident à leur yeux.
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Interview haut placée   
Revenir en haut Aller en bas
 

Interview haut placée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: L'espace de l'Alliance interstellaire :: Bulle locale :: Citadelle-