AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 Intrigue #8 : Extinction

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar

Personnage RP
Faction : Aucune
Rang : Entité divine
Voir le profil de l'utilisateur


Compte staff
Messages : 4168

MessageSujet: Intrigue #8 : Extinction   Sam 12 Nov 2016, 18:46
Intervention MJ : OuiDate :  11 Novembre 2201 RP Violent
Alec SykesKalia T'SurekTori JorunnAbbadon Bynare
Extinction



Extinction
11 Novembre 2201

Orbite de Zanéthu




Le vide. Le néant absolu, le silence parfait, l'absence de toute chose. C'était sans doute tous ces éléments qui amplifiaient l'ambiance lugubre de ces gigantesques morceaux de métal quand on savait quel avait été le but de leur conception. Terrifiant ? Sans doute. Tout du moins, autant qu'une absence d'expression face à l'extinction d'une vie. Ce manque caractéristique là où il devrait pourtant y avoir création. Les organiques n'étaient pas tous égaux dans ce genre de situation, preuve irréfutable de la complexité de leur comportement, apportant diversité et capacité d'adaptation mais également rixes et conflits, savant mélange qui leur avait permis de s'élever à une position inatteignable sans cette prise de risques.

Mais aujourd'hui, cette progression funèbre de vaisseaux avait un but justifié et honorable semblait il, sans doute pas pour les futures victimes, mais elles l'avaient cherché après tout non ? La vie à bord était en tout cas sur le point de s'activer, plus que d’ordinaire. La destination était proche et une fois l'information connue, l'inconscient se remplissait d'appréhension, d'euphorie ou de tout autre réaction altérée par un quelconque trouble mental. Car oui, la troupe qui s'apprêtait à frapper actuellement n'aurait pas pu être plus hétérogène.

Et c'était justement le sujet de préoccupation principal pour l'un d'entre eux. Ses doigts tapaient par vagues plus ou moins régulières contre la surface métallique qui lui faisait face, donnant ainsi une dimension physique et un semblant d'exutoire à ses réflexions intérieures. C'était un vétéran aux nombreux faits d'armes, ses performances lui avaient fait rapidement grimper les échelons jusqu'à devenir spectre. Aucune surprise donc quand à sa présence sur cette mission cruciale pour le maintien de la paix galactique. De jolis mots pour cacher la présence insidieuse d'une certaine anarchie, sans quoi Machiavel ne serait pas aussi tristement connu. Mais ce qui préoccupait l'homme à cet instant précis, ce n'était pas son adversaire, mais ses alliés de circonstance. Si coopérer avec la lie de la galaxie n'était déjà pas suffisamment dégradant, il avait fallu enfiler un déguisement pour cela, un petit manège qui le gonflait énormément.

En effet, pour camoufler leur présence, les conciliens avaient pour ordre de se faire passer pour des agents du Courtier, cela incluait évidemment une modification du matériel et de l'équipement avec l'aide du réseau, mais également de la manière de procéder. Une stratégie qui, toute ingénieuse qu'elle était pour permettre au Conseil d'intervenir dans les systèmes terminus, n'était pas sans conséquence morale lorsque l'on savait qu'elle avait été déployée uniquement pour leurrer les mercenaires présents. Mais les priorités n'étaient pas changées pour autant. Machiavel devait être neutralisé, quel qu'en soit le prix.

Le spectre se redressa et fit face aux autres personnes dans la pièce. Un écran s'alluma derrière lui et il le désigna de la main. Un holo diffusait la scène aux autres vaisseaux pour que tous connaissent la suite des opérations.

Ce que vous voyez là mesdames et messieurs, c'est notre destination.

L'écran affichait une vue globale d'un complexe à priori isolé de toute autre infrastructure.

C'est dans cette base que se cache notre cible. Si vous savez ce qu'est l'enfer, cet endroit ne doit pas en être très éloigné. Nos navettes resteront furtives jusqu'au déploiement, l'ennemi n'aura conscience de notre présence qu'au dernier moment.

L'homme pointa l'une des parties de la base avant de continuer.

Le premier groupe, le groupe Confrontation, attaquera par le Sud Ouest. C'est là que se trouve leur spatioport, vous devrez neutraliser tous les véhicules que vous trouverez afin de couper toute voie de retraite. Il vous faudra ensuite progresser vers le cœur du complexe, vous serez couverts par des aéronefs qui s'occuperont d'anéantir toute défense extérieure. Inutile de faire dans la dentelle, faites autant de bruit que vous le pouvez, Confrontation est la force d'assaut principale.

D'un mouvement, sa main remonta vers le haut de l'écran.

Le second groupe, le groupe Intervention, arrivera par le Nord. Votre objectif est différent, ils vous faudra pénétrer furtivement dans la base. Le plus gros des forces ennemies sera occupé par Confrontation, vous devrez donc éviter autant que possible d'attirer l'attention. Il vous faudra passer par les labos pour atteindre la salle des serveurs. Une fois qu'ils seront neutralisés, c'est l'intégralité des défenses de la base qui seront HS.

Ce que le spectre ignorait, c'est que la présence du Courtier sur cette opération n'était motivée que par les données que contenaient ces serveurs. Ses agents avaient pour priorité absolue de les récupérer, Machiavel n'était qu'un prétexte pour amener des renforts armés sur place, raison de la présence des subordonnées du réseau dans le groupe d'Intervention.

Par la suite, il suffira donc aux deux groupes de se rejoindre au cœur du complexe, c'est très certainement là que se terre Machiavel. On le localise, on le neutralise, et la mission est un succès.

L'écran s'éteignit et l'homme joignit ses mains dans son dos.

Mais tout ça c'est sur le papier. N'oubliez surtout pas à qui vous avez affaire. Nous savons tous de quoi Machiavel est capable surtout maintenant que la bête est acculée. Alors restez constamment sur vos gardes.

Il se pencha en avant et prit appui sur le bureau devant lui.

Votre affectation vous a été envoyé par Omnitech. Si vous avez des questions, c'est le moment. Autrement, vérifiez une dernière fois votre paquetage et préparez vous à embarquer, nous ne sommes plus très loin de notre destination.

Affectation:
 



____________INFOS MJ____________


Et c'est parti ! Héhé
Rien de particulier pour le moment, ce tour sert à vous mettre dans le bain pour la suite et à vous préparer mentalement à ce qui vous attends Sadik Guy !

Vous avez une semaine pour répondre, jusqu'à Samedi prochain donc, pas d'ordre spécifique, faites comme vous le sentez. Si vous avez des questions n'hésitez pas à me les envoyer par MP, vous pourrez incorporer la réponse du spectre dans vos posts Wink



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Concilienne
Rang : Chasseresse (Enfants d'Amonkira)
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4020-tori-jorunn#60283
http://www.masseffect-reborn.fr/t4021-tori-jorunn#60284


Messages : 233
Crédits : moi-même

MessageSujet: Re: Intrigue #8 : Extinction   Dim 13 Nov 2016, 13:59
Sa présence, dans cette salle emplie d’une centaine de personnes, ne s’expliquait que pour une raison bien pragmatique : l’argent. La réputation, aussi, accessoirement. Les Enfants d’Amonkira effectuaient régulièrement ces missions où plutôt que de défendre leur cause, leurs agents étaient loués à de tierces personnes. Qu’importe la motivation de la mission ou son fondement, tant qu’elle ne risquait pas de nuire durablement à la réputation de leur groupe. Pour le reste, elle ne serait qu’un bras armé prêté, dénué de tout jugement où émotion. Elle écouta le briefing avec attention. Il lui importait peu de savoir pourquoi cette proie nécessitait une intervention aussi massive. Elle était satisfaite de cette masse hétéroclite, au moins, cela changerai des missions solo ou en nombre clairement insuffisant. Au vu du prix qu’on avait alloué pour ses services, le commanditaire avait le moyen de ses ambitions.

L’humain qui fit le petit briefing y avait naturellement ajouté une petite note dramaticoémotive. Les humains… Deux groupes aux missions clairement définie et elle observa son ominetch pour découvrir son affectation. Confrontation ? Bah, alors elle ne fera pas dans la dentelle donc. Elle s’était imaginé une mission requérant plus de discrétion, mais il fallait replacer le tout dans son contexte. Le groupe Intervention serait nécessairement ceux de confiance ou ayant des capacités bien supérieure aux siennes. Alors que les groupes se formaient naturellement, elle prit soin de les observer. Elle nota aussi que l’orateur était entouré d’un groupe de curieux, mécontent qui lui posait des questions. Son cerveau et ses yeux étaient sollicités à leur maximum. Elle mémorisait, tout simplement. Il lui suffisait d’un regard pour retenir indélébilement le visage des individus présents. On héla le groupe confrontation de manière à ce qu'il se regroupe, elle s'approcha donc de ceux qui a priori ferait partie de son commando.

Alors qu’elle scannait la place et écoutait ce qu’il se disait, elle repéra un petit batracien parmi d’autres : Abbadon ! Naturellement, elle se dirigea vers cette vieille connaissance. Les Dieux lui en soit témoin, cela lui faisait réellement plaisir de le recroiser au hasard d’une mission. Slalomant entre les mercenaires, elle parvint finalement à sa hauteur. La drelle n’avait pas revu le galarien depuis quelques années déjà. Elle-même avait quelque peu changé depuis le temps. Elle portait toujours le même genre de combinaison et armure, ses armes étaient classiquement du même ordre, un Viper et un Avenger. Quelques ombres de cicatrices parsemaient la peau écailleuse, témoin des missions et circonvolution de sa destinée. Son casque sous le bras, elle sourit et s’exclama de sa même voix rocailleuse :

« Abbadon ! Quel plaisir de te voir ! Cela en fait un de ces temps qu’on ne s’est pas croisé, que deviens-tu ? »

Elle avait reconnu quelques autres personnes, mais elle n’avait pas tissé le même lien qu’avec le galarien. Il faut dire qu’ils avaient partagé quelques jours sur Piares ensemble. La présence d’éléments qualitatifs comme lui était une confirmation indéniable de l’importance de la mission. En qualité de mercenaire externe, la drelle n’avait pas réellement eu d’information sur la teneur réelle et l’importance de leur mission. Elle espérait que le batracien lui fournirait quelques éléments qui avaient échappés à sa connaissance. Le fait est, qu’elle était ravie d’avoir un camarade de confiance dans le lot d’étranger qui l’entourait. Ce genre de fait était propre à changer du tout au tout le déroulement d’une mission et son ressenti. Elle sorti un sachet de barres protéinées et en proposa une au batracien. Nul doute qu’elle devrait utiliser sa biotique et elle anticipait le coût énergétique en augmentant sa glycémie. Ce serait ballot d’avoir un coup de mou sur le terrain, au vu de la présentation, le travail de leur équipe sera gourmand en endurance.

Tori se sentait réellement en excellente forme !

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : GSI
Rang : Agent de terrain
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4180-dossier-abbadon


Roi de la Chasse Sauvage
Messages : 397
Crédits : Impera tor Alicia - DeviantArt

MessageSujet: Re: Intrigue #8 : Extinction   Dim 13 Nov 2016, 20:56

Extinction
11 Novembre 2201

Zanéthu - Orbite



Enfin... Après plus d'un an de traque, d'attaques, de sauvetages in extremis... Enfin, ta base est dévoilée.

Je n'ai pas l'habitude de me laisser emplir d'émotions, mais le fait est là : cette mission m'a prit plus de temps et d'implication qu'aucune autre auparavant. Normal, au vu des enjeux et mouvements : la mort de la Conseillère, le coup d'état sur Oméga, la collaboration avec le Courtier sur Illium et l'assaut sur Ontarom. Machiavel était là, présent à chaque fois, m'échappant comme nul autre n'avait su le faire.
Le fait est là : l’adrénaline du traqueur, l'envie de vengeance et le goût du défi coulent dans mes veines.

Mais aujourd'hui... sa base est là. L'information vient du Courtier, ce qui la rend assez fiable. Suite à l'enquête de Aelos ? Peut-être, ou pas. Le Réseau m'est toujours inaccessible, le restera sans doute. Qu'importe, le jour n'est pas encore venu de s'en occuper. Aujourd'hui, c'est pour Caelus Chronol que l'heure sonne.

J'écoute attentivement les indications du Spectre. Je ne l'avais encore jamais rencontré, ne sait qu'en penser. Le plan est simple et efficace, ce qui me plaît ; faire partie de l'équipe Confrontation m'enchante déjà moins. Mon style de diversion correspond davantage à des explosions imprévues qu'à des assauts frontaux.
Mais bon, je ne vais pas déjà commencer à râler. Et puis, je suis sans doute l'unique individu ici à ne pas faire partie ni de la Force spéciale du Conseil, ni du réseau du Courtier de l'Ombre. Même si je prend un peu d'avance sur Confrontation, au cours des combats... je ne serai pas vraiment en train de désobéir.

Mon regard se porte sur les individus autour de moi. Une part non négligeable de mercenaires anonymes, chair à canon servant à nous dissimuler. Mais également l'élite de l'élite : les membres de la nouvellement formée Unité Concilienne. Si peu nombreux encore, mais je remarque quelques visages que j'ai pu voir dans les dossiers, habillés dans les tenues rouges et noires du Courtier, prêts à diriger les équipes. Ça sera l'occasion de voir si cette force mérite son existence. Et enfin, évidemment, des agents du Courtier, des vrais. Je prend soin de me rappeler de leurs visages. Qui sait, peut-être qu'un jour j'en aurai besoin ?

Mais à ma surprise, c’est un visage bien plus amical et connu qui m'interpelle.

« Abbadon ! Quel plaisir de te voir ! Cela en fait un de ces temps qu’on ne s’est pas croisé, que deviens-tu ? »
« Tori, c'est toujours aussi agréable de voir une amie en ces lieux. »

Et effectivement, c'est une bonne nouvelle. D'avoir quelqu'un sur qui compter, mais aussi le fait que si tous les mercenaires ont son niveau, alors je peux attendre d'eux du travail de qualité.

« Tu me connais, toujours sur la brèche. Mais ça n'est pas le lieu, ni le moment, pour en discuter. », continuais-je à voix plus basse. Après tout, si j'observais les agents du Courtier, eux ne manquaient sans doute pas d'observer les combattants conciliens. « L'opération d'aujourd'hui est délicate. Machiavel n'est pas une cible facile. Ton aide me serait précieuse. »

Oui, un plan commence à se former. Une petite équipe, profitant du reste de Confrontation pour frapper à revers, et peut-être détruire ou détourner certaines défenses automatiques. Tant que les serveurs n'auront pas été pris par Infiltration, elles seront un soutien non-négligeable aux hommes du terroriste, et donc un danger pour les assaillants.

Cette nuit va être passionnante.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Le Courtier de l'Ombre
Rang : Agent de renseignement
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4130-kalia-t-surek
http://www.masseffect-reborn.fr/t4274-nom-de-code-spyder-maj-le-16-05-16


Messages : 69

MessageSujet: Re: Intrigue #8 : Extinction   Lun 14 Nov 2016, 19:34

Tapie dans un coin du fond de la pièce parce qu’étant délibérément arrivée dans les derniers, j’observai discrètement ses occupants, adossée contre la paroi, les bras croisés. La salle de briefing choisie était plutôt vaste, accueillant tous les membres opérationnels à bord et diffusant en holo conférence aux autres vaisseaux ce qu’il s’y passait. Dans les rangs, chacun pour l’heure était silencieux, concentré sur les paroles du Spectre humain chargé de l’Opération.

J’ignorais jusque là son nom, et son visage ne me revenait pas non plus. Sa réputation ne semblait pas le précéder de fait, mais son titre au moins me rassurait quant à son expérience… Bien que j’eus à redire à son plan. M’enfin les humains avaient toujours aimé foncer dans le tas, ce qui serait une très bonne diversion pour faire ce que nous, agents du Courtier, étions secrètement chargés d’effectuer...

Lâchant un instant le Spectre des yeux, je portai mon regard sur la vue du complexe ennemi qui flottait en trois dimension derrière lui. Nous ne savions que peu de chose de sa configuration, ou tout du moins nous connaissions le principal. Mais les renseignements du Courtier, hélas, n’indiquaient pas s’il existait une partie souterraine débouchant potentiellement sur une issue secondaire. Machiavel me semblait trop intelligent pour ne pas avoir prévu dans la conception de cette base une voie de fuite secrète. Il y avait à mon sens probablement un spatioport auxiliaire planqué là, quelque part sous la roche...

Du sang allait incontestablement couler cette nuit. Mais ce ne serait certainement pas celui du terroriste, j’en étais convaincue. Il assurait bien trop ses arrières, et le meilleur moyen de se cacher de ses poursuivants était de rester continuellement en mouvement. J’en savais quelque chose... Un vaisseau pour quartier général était bien plus sûr qu’un complexe en surface, quand bien même se trouvait-il dans les Systèmes Terminus. Je doutais très fortement que cette fameuse base soit le point d’ancrage d’un individu aussi organisé. À moins qu’il ait fini par se sentir intouchable…

Quoiqu’il en soit, il n’était pas ma cible, mais celle des Conciliens. Ma seule mission ici serait de copier les données de ses serveurs avant de les neutraliser. L’objectif du Courtier me laissait d’ailleurs à penser qu’il savait déjà que Machiavel ne serait pas présent sur place, et que certaines de ces données pourraient mener à lui. Il les vendrait probablement au prix fort aux Conciliens rentrés bredouilles...

Un rictus se forma sur mes lèvres à cette pensée. Mon employeur avait un sacré sens de l’humour et des affaires… Son degré d’anticipation me faisait parfois imaginer qu’une Asari se cachait derrière ce titre. Le turien adossé à ma gauche en savait assurément plus que moi... La présence de Codex marquait la dimension de cette mission. Le bras droit du Courtier n’aurait pas été envoyé ici si les informations contenues dans ces serveurs n’étaient pas d’une importance capitale pour celui ou celle nous dirigeant. Nous échangeâmes un regard à la fin du discours du Spectre, nous entendant silencieusement sur la suite.

Les questions se faisant silencieuses, les rangs se rompirent, chacun vaquant à la dernière vérification de son matériel avant l’embarquement dans les navettes. J’observai alors ceux qui avaient été de dos, et qui me firent face pour quitter la pièce. Il y avait les visages de quelques collègues, mais la majorité m’étaient inconnus. Quoique…

Me mêlant à la foule, j’avançai à contre courant vers cette silhouette qui m’avait semblée bien trop familière. Arrivée à sa hauteur, mes doutes furent balayés instantanément, et je me figeai devant elle, en proie à deux sentiments contraires. Il était là. J’en étais aussi ravie que préoccupée. Mon visage qui avait revêtu son fameux masque de professionnalisme ne laissa rien passer, d’autant que Codex n’était pas loin, mais pour Alec Sykes qui me connaissait bien trop, il verrait dans mes yeux la discorde que sa présence ici générait en moi.

- « Comme on se retrouve…» fis-je d’un air détaché, laissant probablement le turien à deux pas de là supposer qu’il s’agissait d’une référence à ma collaboration avec le N7 sur Haratar quelques mois plus tôt.

Cette mission venait de prendre une tournure agréable, mais parallèlement, je la sentis devenir encore plus merdique que prévue… Je craignais devoir affronter des choix cornéliens, car avec lui ici, mon esprit pourrait ne pas être intégralement focalisé sur mon objectif. J’avais redouté cette situation cette nuit même où j’avais cédé au commandant. Le trouble que je ressentis sur l'instant me confirmait bel et bien qu’il était devenu un obstacle, parce qu’il m’était devenu trop précieux…

Celui à qui j’avais toujours caché mon allégeance, la découvrait à présent. Que pouvaient-bien dissimuler ces yeux verts qui me fixaient en retour ?

- « Étrange de vous voir en agent du Courtier… Si seulement…» soufflai-je.







Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance / Conseil
Rang : Commandant (N7) / SPECTRE
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4123-alec-sykes
http://www.masseffect-reborn.fr/t4129-journal-de-bord-d-alec-sykes


Messages : 205
Crédits : Nathan Drake (Uncharted)

MessageSujet: Re: Intrigue #8 : Extinction   Lun 14 Nov 2016, 23:47

Il existe probablement autant d’affectations que de soldats engagés dans les différentes forces armées de cette galaxie… En revanche, il est difficile de faire plus dangereuse, imprévisible et secrète que celle dont on venait d’affubler le N7. Sous couvert d’un énième artifice administratif, on l’avait momentanément détaché du commandement de son appareil pour cette opération à l’issue et aux enjeux aussi cruciaux qu’inédits. A sa connaissance, il s’agissait d’ailleurs de la première action d’envergure de l’initiative de coopération concilienne en matière de sécurité et d’anti-terrorisme. Un succès garantirait un bon départ pour cet organisme, tandis qu’un échec – aussi infime soit-il – étoufferait probablement dans l’œuf le mouvement sans même avoir pu juger de son potentiel…

Au-delà même de la pression inhérente à ce fait ou l’extrême dangerosité de la cible, devenue l’individu le plus haï et traqué de la galaxie, venait s’ajouter l’identité et l’allégeance de ceux qui serviraient d’alliés de fortune aux races du Conseil. Porte-flingues aux origines et profils divers motivés par le seul gain, dont la loyauté suivait le plus gros tas de crédits, mais surtout agents du Courtier de l’Ombre, soutien officiel de poids de cette opération officieuse. L’ingérence de ce dernier dans l’affaire en devenait même si conséquent que le gros des moyens alloués à la capture du criminel se trouvait financé et prêté par lui. L’effectif, les déplacements et même la logistique, tout incombait et appartenait à cette armée clandestine.

De quoi fortement déplaire au soldat, qui bien qu’habitué à opérer dans des sphères secrètes depuis des années, ne pouvait se résoudre à ne rien contrôler autour de lui. Le faible nombre « des siens », noyé dans la masse d’une force de frappe aussi hétéroclite ne pouvait garantir un bon déroulement de sa mission. Tout juste se sentirait-il au mieux comme un spectateur tributaire des décisions d’un groupe, une organisation mafieuse aux ramifications innombrables, dans laquelle il ne placerait pas une once de confiance. La paranoïa serait au final un mal pour un bien dans les prochaines heures. Au moins la situation lui permettrait-il d’être sans cesse à l’affût du moindre détail louche qui pourrait déboucher sur une trahison, ou tout stratagème préjudiciable à la capture de celui affublé du surnom si bien trouvé d’un génie humaniste du XVIème siècle terrien.

Conscient de tout ceci, Alec observait la scène du briefing d’un œil avide du moindre détail. Le complexe au plan fragmentaire qui annonçait un tas de surprises déplaisantes, les dizaines de visages pour la plupart tournés dans la même direction, sans oublier le Spectre expliquant le plan d’action. Humain à l’identité inconnue pour lui, la présence d’un congénère de son espèce appartenant à l’élite du Conseil, probablement ancien de l’Alliance, rassura l’espace d’un instant l’officier. Au moins y avait-il un semblant de prise au sérieux de la Citadelle concernant l’importance de cette mission, même si leur envoyé ne servait un final que responsable fantoche de cette traque.

Les cartes se trouvaient du côté du Courtier, dont la main gagnante pourrait tout aussi bien balayer ses soutiens à la moindre contrariété. Certes il n’était pas spécialement dans ses intérêts de le faire pour continuer d’opérer librement et en comptant l’espace concilien comme fidèle client, seulement les moyens d’étouffer ses agissements sont nombreux pour quelqu’un de son importance et avec son savoir-faire…

Sykes se trouvait dont « légèrement » amère en écoutant le speech de son compatriote, suivi de l’envoi de son affectation au sein du commando restreint chargé d’infiltrer le périmètre par une voie détournée. Devait-il cette place à ses talents ou au simple fait de vouloir contenter l’Alliance ? Sans doute obtiendrait-il la réponse à cette question dans ce qui allait suivre, le tout sous le commandement d’un… agent du Courtier, encore un. Une nouvelle qui aurait pu davantage faire sombrer le Lieutenant-Commandant dans le doute si une voix bien trop familière ne l’avait pas tiré de son questionnement.

Ainsi donc c’est pour Lui qu’elle œuvrait. Ni plus ni moins que le plus puissant marchand d’informations de la galaxie. Si la nouvelle n’était pas réellement un choc, Alec eut l’impression de découvrir une facette toute autre de celle qui était désormais depuis de nombreux mois son amante. Une relation gardée strictement secrète vu les intérêts bien souvent divergents de « leurs patrons », mais qui leur sautait en plein visage dans la situation actuelle. Le trouble du N7 fut ainsi bien trahit par le choix bien malheureux de ses mots.

- « J’aurai préféré ne pas vous croiser ici… Cette mission n’en sera que plus… compliquée. » murmura-t-il pour n’être entendu que d’elle.

Peut-être est-ce de lire dans les prunelles azurs lui rappelant les plus belles eaux du berceau de son espèce qui le poussa à poursuivre, l’espace d’un instant volé à l’adversité.

- « Désolé… Je suis heureux de vous revoir. C’est simplement que je ne peux pas sentir cette mission. La confiance n’est pas quelque chose que je peux me permettre d’accorder à la légère dans le cas présent. Je ne pense pas me tromper en vous accordant la mienne, même dans un moment aussi… crucial? »

Sous peu, tous embarqueraient pour une nuit d’enfer au beau milieu d’un trou paumé des Terminus, à la recherche d’un Turien ayant fait couler autant de sang que d’encre dans la galaxie depuis près d’un an. Quant à savoir le dénouement de tout ceci… des pages vierges du livre du Destin restaient encore à écrire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Aucune
Rang : Entité divine
Voir le profil de l'utilisateur


Compte staff
Messages : 4168

MessageSujet: Re: Intrigue #8 : Extinction   Mar 15 Nov 2016, 17:19

Extinction
11 Novembre 2201

Surface de Zanéthu





Le vide. Le néant absolu, le silence parfait, l'absence de toute chose. John formatait son esprit avant le combat. Une procédure qui se déclenchait depuis bien longtemps par automatisme et un art auquel il avait appris à exceller. Les secousses de la navette et les murmures qui l'entouraient ne venaient en rien perturber sa concentration. Et à voir le mastodonte immobile ainsi, on avait pas besoin de connaître sa réputation pour comprendre qu'il ne fallait pas le déranger directement.

Le groupe de navettes venait entacher cette magnifique nuit étoilée, traçant leur trajectoire dans le ciel en maintenant une formation symétrique parfaite. Indétectable, intouchable, transportant la mort à leur bord, et s'apprêtant à la livrer à ce qu'il y avait en dessous. Les lignes caractéristiques d'une construction artificielle se démarquèrent peu à peu au milieu de ces terres désolées. Se définissant petit à petit, bâtiment par bâtiment, le complexe ne semblait pas vouloir se livrer entièrement, rechignant à dévoiler ses structures les plus intimes. Hésitant une dernière fois, il céda finalement, offrant un magnifique aperçu de ce fleuron de technologie dans ce milieu sauvage et abandonné.

Mais soudain, il semblerait qu'une dissension naisse parmi les navettes, on se fâche, on se dispute et l'une d'entre elles décide de quitter le reste du groupe, de continuer sa route seule, sans un au revoir, sans un regard en arrière.

Loin d'entacher la volonté du plus grand nombre, le reste du groupe continua sa route, fonçant tout droit sans jamais songer à ralentir l'allure. La proximité avec le complexe devint telle, que la lumière artificielle posa ses pattes sur les nouveaux venus, les accueillant à sa manière, sans imaginer une seule seconde leurs véritables intentions. Finalement, l'altitude n'est plus, le sol plus proche que jamais, les navettes ont accompli avec brio leur mission, ne manquait plus qu'aux organiques d'accomplir la leur.

Le spectre posa ses pieds au sol. Il fut le premier à tirer. Aucune bavure, sa balle transperça le crâne d'un individu fuyant face à cette arrivée impromptue d'invités.

En avant !

Le personnel de la zone, soupirant de cette affectation nocturne non méritée, se trouva rapidement un nouveau sujet de plainte. Les quelques gardes présents furent eux aussi dépassés par les événements. On panique, on s’affole, aucun d'entre eux ne s'attendait à devoir gérer une attaque aussi massive lors d'une nuit qui était censée se dérouler comme toutes les autres. Mais l'alarme est donnée, on s'arme comme on peut, les snipers se positionnent sur les toits, les tourelles de défenses sont sorties, on essaye de faire face. Mais l'avancée fulgurante de l'envahisseur n'est pas la seule menace. Des ombres apparaissent rapidement le ciel, une troupe d'aéronefs commencent à arroser les toits et tous ceux qui n'auraient pas eu le temps de se mettre à couvert.

En quelques secondes, le spatioport était devenu un champ de bataille. L'alarme retentissait de toute ses forces, avertissant l'intégralité de la base de la présence de la menace. Et petit à petit, une véritable défense semblait se mettre en place. Le toit des deux tours surplombant le spatioport s'ouvrit et deux canons de DCA en sortirent. Pris totalement par surprise, les aéronefs ne purent se retirer à temps et deux d'entre eux furent détruits, s'écrasant avec fracas sur les bâtiments en contrebas. Les autres, prenant de l'altitude ou s'éloignant du complexe, ne furent plus en mesure de couvrir efficacement les troupes au sol.

Confrontation, on ne pourra pas intervenir tant que la DCA sera active.

La progression s'en trouva ralentie en l'absence du soutien aérien. John se positionna à couvert avec sa troupe à l'intérieur d'un hangar pour contacter Codex.

A l'autre bout de la base, le turien reçut le message. Il jeta rapidement un coup d’œil en arrière, comme pour vérifier une dernière fois l'état de ceux qui allaient le suivre. Les agents étaient en nombre dans le groupe, pour le reste, il s'agissait des troupes d'élite du Conseil. Deux N7 de sexe différents, une chasseresse et deux membres de la garde noire. Quel joli tableau. Codex se détourna et sauta de la navette dont les portes venaient de s'ouvrir. Intervention fut lâché près d'une formation rocheuse comme il y en avait tant qui parsemaient ces terres. Le boucan aisément reconnaissable du combat qui se livrait plus au Sud était perceptible d'ici, à travers le silence de la nuit.

A quelques dizaines de mètres de là se dressaient les laboratoires. Lugubres antres dont on ignorait l'utilité, mais ce ne serait bientôt plus un secret pour Intervention.

*****


Le krogan borgne resta figé sur place, dans un parfait silence. Il savait à quel point il lui coûterait cher d'ouvrir la bouche, surtout en ce moment. Son seul œil valide attendait impatiemment une réponse, quelle que soit sa forme. Et il l'obtint, une main noire apparut sur le côté du siège massif. Un signe simple mais aisément compréhensible par tous. Le krogan ne se fit pas prier et quitta la pièce, enfilant le casque qu'il avait maintenu à sa hanche et agrippant son arme. Ne restait plus qu'une seule présence dans la salle, faisant face aux multiples écrans qui parsemaient le mur. Puis un rire, un rire à la sonorité étrangement rauque se fit entendre, un rire que son propriétaire semblait réellement incapable de contenir.



____________INFOS MJ____________


Le tour d'intrigue le plus rapide de l'histoire de MER Trollface

Confrontation : PAN PAN BOOM BOOM WhatTheFuck
La défense est encore en train de s'organiser, vous pouvez donc en profiter pour prendre le plus de terrain possible, ou bien vous pouvez neutraliser les tours de DCA, cela vous fera perdre du temps, mais c'est le seul moyen de récupérer votre soutien aérien Smile

Intervention : Shhhhhhhhhh
Rien de véritablement spécifique, à vous de voir de quelle manière vous pénétrez dans les labos. La défense y est de toute manière amoindrie, quelques gardes mais surtout des scientifiques. L'important, c'est de rester silencieux Héhé



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : GSI
Rang : Agent de terrain
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4180-dossier-abbadon


Roi de la Chasse Sauvage
Messages : 397
Crédits : Impera tor Alicia - DeviantArt

MessageSujet: Re: Intrigue #8 : Extinction   Sam 19 Nov 2016, 12:46

Extinction
11 Novembre 2201

Zanéthu - Orbite



L'attaque est fulgurante. Les gardes, pris par surprise, tombent comme des mouches. Cela me rassure quelque peu : apparemment, Machiavel n'a pas d'espion parmi les mercenaires. Reste quand-même la possibilité qu'il réserve une surprise pour plus tard... le turien ne manque pas d'astuce pour créer le chaos.
Rien n'est gagné évidemment. La DCA est particulièrement gênante, empêchant tout appui aérien... et garantissant à nos ennemis une maîtrise du ciel permettant, éventuellement, leur fuite.
Je me retourne vers mon équipe : Tori et les quelques mercenaires m'accompagnant.
« Direction la tour de commande du spatioport. Les DCAs sont sans doute contrôlées de là-bas. Ça n'est pas sur le chemin prévu à l'origine, donc on se grouille pour ne pas être à la traîne. »
Les combattants acquiescent, sans discuter. Je prend la tête et nous plongeons dans le champ de bataille, le traversant de biais pour rejoindre notre cible.

Peu d'opposition pour l'instant, nos forces ayant l'avantage de l'initiative. Quelques tirs suffisent à éliminer les rares opposants ne s'étant pas repliés dans les hangars, cibles de Confrontation. Un petit groupe d'ennemi s'est réfugié derrière une barricade automatisée, mais les projectiles explosifs de mes armes suffisent à les obliger de se découvrir, les laissant à la merci du reste de mon commando.
Nous nous retrouvons vite au pied de la tour, porte verrouillée mais mes quelques compétences en hacking suffisent à l'ouvrir. Avant d'ouvrir la porte, je donne un rappel à mes combattants.
« Pas de prisonniers. Tirez à vue. Nous n'avons aucun allié en ce lieu. »
Nous entrons dans le bâtiment, où la lumière rouge accompagne les alarmes. La salle qui nous accueille n'a rien d'exceptionnel, si ce n'est l'agitation de quelques combattants se mouvant vers d'autres portes, probablement vers les hangars. Nous ne sommes pas tout de suite remarqués à cause du bruit environnant, mais la porte ouverte attire l'attention. Un premier homme se tourne vers nous, accueilli par un tir dans la gorge. L'attaque commence l'instant suivant, sans aucune concession.
La porte n'est pas une position idéale pour se battre, mais eux-aussi sont à découverts et le combat devient très vite un affrontement à courte distance. Mon fusil à pompe fait des merveilles, déstabilisant nos ennemis le temps que mon équipe prenne possession des lieux. La violence du combat prend brièvement en intensité, avant qu'un calme relatif ne retombe.

L'avantage du nombre et de la surprise sont souvent déterminants, et les quelques ennemis tombent rapidement au sol, tandis que nous nous en sortons sans blessures graves. Je reprend la tête, faisant accélérer le mouvement : le temps presse. Nous atteignons l'ascenseur et nous y engouffrons.
« La salle de commandement ne sera pas vide. Ne faites pas de quartier. Évitez de détruire les ordinateurs, j'en aurai besoin pour neutraliser les tours.
Il faudra aussi que vous me couvriez. Des renforts arriveront peut-être. Si ça n'est pas le cas, la tour est une position avantageuse, donc n'hésitez pas à soutenir nos alliés sur le chemin des hangars. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Concilienne
Rang : Chasseresse (Enfants d'Amonkira)
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4020-tori-jorunn#60283
http://www.masseffect-reborn.fr/t4021-tori-jorunn#60284


Messages : 233
Crédits : moi-même

MessageSujet: Re: Intrigue #8 : Extinction   Dim 20 Nov 2016, 15:08
Il avait suffi de quelques mots anodins susurrés pour que la drelle comprenne qu’il y avait anguille sous roche. Rien d’étonnant vu le déploiement que le poisson à ferré soit propre à ce genre de jeu en eau vaseuse. Peu importe, la seule chose qui comptait, c’était que le batracien avait indiqué que son aide lui serait utile. Dès lors, elle resta à ses côtés. Elle n’était pas une mercenaire qui traînait dans ce circuit depuis longtemps, mais elle reconnaissait parfois quelques visages. Visiblement, ils avaient visés le haut de gamme. Elle s’étonnait moins que son organisation ait été contactée pour récolter quelques moyens d’élites. Elle savait qu’un de ses frères devait se trouver dans la masse également. La suite du programme se déroula sans trop d’attente et il fut bientôt l’heure de commencer le vif du sujet. On se croirait en pleine guerre tant la violence du feu est brutale. La marée humaine avance, fracassante, comme une vague sauvage.

Lorsqu’Abbadon indiqua son intention de s’occuper de la DCA, la drelle acquiesça vivement sous son casque. Il était en effet très mauvais de laisser à l’ennemi le contrôle aérien, que ce soit offensivement ou pour une retraite, cet atout pouvait être déterminant. Cette opération ayant déjà trop de zones d’ombre pour en laisser une de plus à l’ennemi. Tori, mue par son actif militarisé, s’occupa de transmettre à leur leader le mouvement opérationnel de leur escouade. Quelques secondes perdues pour un contact radio, mais la communication était la clé de trop pour qu’on la néglige également. Abaddon prend le lead du groupe et cela lui convient très bien. Elle suit docilement. Les combats sont comme un jeu d’enfants. On avance à fond, on tire et l’ennemi tombe comme des mouches. C’est trop facile. Qu’importe, un petit échauffement avant de passer aux choses sérieuses, c’est toujours mieux. Ça évite les claquages.

Ce n’est qu’en entrant que leur bouclier fut éventuellement mis au travail par un manque de couverts peu gênant. Leur petit groupe est efficace, il travaille proprement et sans se marcher trop sur les pieds. Pas forcément évident quand on ne se connait pas. Abaddon pressa l’allure. Dans l’ascenseur, ils bénéficièrent d’un léger temps mort. Le batracien ne leur laissa pas le loisir de réfléchir, il distribua une volée d’ordre. C'était bien, stratégique. Un humain sembla vouloir répondre, mais Tori le coupa d’un « Ok » vif et catégorique. Les forts caractères ont toujours du mal à accepter les ordres de tiers qui n’ont pas prouvés leur mérite, elle avait noté que l’homme aurait de loin préférer prendre le commandement de leur petit groupe et grommelait à chaque directive.

Un second humain était en possession d’un fusil de sniper, Tori lui indiqua naturellement de l’accompagner pour soutenir la progression des autres depuis leur position élevée, pendant que les autres tiendraient la couverture. Il était important en zone hostile d’avoir toujours une vison et couverture à 360°. Elle savait qu’Abbandon n’aurait aucun problème à pirater le système. Il était toujours aussi appréciable de travailler avec quelqu’un de son efficacité à ce niveau ! Pour l’instant, c’est son Avanger que la drelle prépara. Leur comité d’accueil sera certainement au rendez-vous. L’humain grognard, à la sortie, tout au fait de sa mauvaise humeur vindicative sorti le premier, pressé d’en découdre. Rien de mieux qu’un combat pour s’apaiser. C’est dans le bruit familier des canons crachant leur feu que la drelle dans le même mouvement que ses camarades se précipita en dehors de leur ascenseur. Elle détestait les ascenseurs, de véritables pièges. Dommage que leur empressement ne leur ait pas permis de choisir une option plus sûre comme un escalier. Le bien de la mission demande souvent des sacrifices.

« Amonkira, puisse-tu accompagner, Guerrier de Lumière, nos souffles et nos gestes. Nos ennemis trembleront au son de nos chants, écrasés par la force de nos Âmes. Permets-moi, Père, de te servir encore un peu…»
Elle fredonna ses usuelles prières pour se plonger complètement dans son état dissociatif de combat. Les choses sérieuses commençaient à présent.

Courir à couvert, tirer. Faire signe à l’allier d’avancer. Tirer encore, en rafale. On évite au mieux les ordinateurs, accessoirement, mais ce n’est pas simple. La salle est merdique. La situation est merdique. L’équation stratégique est merdique. Les salles étaient des pièces compliqués à prendre quand l’ennemi s’y retranche, se sachant assaillit. Pour débusquer un tireur gênant, la drelle n’hésita pas à faire appel à ses pouvoirs biotiques pour faire s’envoler le corps du militaire retranché. L’exultation familière du pouvoir qui courrait le long de ses veines la fit presque rire. Presque, elle n’était tout de même pas au niveau de cette humaine d’Omega, n’est-ce pas ? Elle était de bonne humeur, voilà tout.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Le Courtier de l'Ombre
Rang : Agent de renseignement
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4130-kalia-t-surek
http://www.masseffect-reborn.fr/t4274-nom-de-code-spyder-maj-le-16-05-16


Messages : 69

MessageSujet: Re: Intrigue #8 : Extinction   Dim 20 Nov 2016, 16:30

Tout comme moi, il aurait préféré que l’autre ne soit pas affecté à cette mission. Son déroulement ne se passerait certainement pas comme planifié. Un individu aussi calculateur que Machiavel avait probablement déjà un coup d’avance, et s’il se trouvait bel et bien là comme en était persuadé le Spectre, c’est qu’il avait déjà tout prévu. Il allait y avoir un bain de sang, et je craignais que l’un des nôtres ne soit versé.

- « Je n’ai nullement l’intention de vous causer du tort, Commandant. »

Mais quand bien même je n’en avais pas l’intention, y serai-je confrontée ? Serai-je mise devant un choix cornélien cette nuit ? J’aurais préféré qu’il n’y eut que nous deux sur le coup. Avec Codex et mes autres collègues, ainsi que les autres conciliens qui nous accompagnaient, les choses pouvaient parfaitement dégénérer. Je n’avais pas confiance en eux, et celle que j’accordais à Codex n’était pas particulièrement solide. Le turien ne faisait pas dans la demie mesure, étant vraisemblablement du genre à suivre les ordres à la lettre et à se débarrasser de tout obstacle. En définitive, l’N7 était le seul ici en qui j’avais confiance, même si je devais avouer redouter qu’il nous empêche de repartir avec les données des serveurs de Machiavel. Il ne connaissait pas mon objectif de mission, et l’idée de l’en informer pour éviter qu’il interfère et que tout dégénère ensuite me traversa l’esprit, mais je demeurai silencieuse sur le sujet. Le lieu et le moment n’étaient pas vraiment appropriés, et puis… laisser fuiter cette information pourrait également avoir certaines conséquences.

Je préférais ne prendre aucun risque supplémentaire pour l’heure. J’aviserai une fois sur le terrain en fonction des comportements des autres.

Suivant le mouvement de foule, nous nous dirigeâmes à notre tour vers le hangar du vaisseau pour rejoindre les navettes qui nous mèneraient à notre destination finale. Une destination peut être même définitive… Chacun vérifia une dernière fois son matériel avant d’embarquer. J’observai les visages en avançant jusqu’à notre appareil. Si la plupart étaient fermés, d’autres semblaient se réjouir d’aller au combat. Le mien affichait un air neutre, mais derrière se dissimulait l’appréhension que je ressentais et qui était bien plus grande depuis que je savais le Commandant présent.

Je ne pouvais rien lui montrer, et l’exprimer aurait peut être rendu le militaire plus soucieux encore. Nous étions déjà affectés par la présence de l’autre sur cette mission, inutile de rajouter quelque chose qui aurait pu nous détourner un peu plus de notre concentration. Je masquais donc mes yeux bleus de son regard en mettant mon casque, pouvant dès lors garder un oeil sur lui, ou ses collègues, sans que ce soit flagrant… J’embarquai alors, Mattock en main. Rares étaient les missions où j’emportais mon équipement intégral. Le fusil d’assaut n’était généralement pas de la partie, mais cette nuit, il serait probablement une question de survie…

Dans la navette, un silence pesant s’était installé dès lors qu’elle eut décollé. La tension naissante s’intensifia au fur et à mesure que la distance entre nous et l’ennemi diminuait. Du cockpit, nous perçûmes à un moment des échanges radio indiquant que l’un des appareils venait de se faire la belle. Des mercenaires, sans aucun doute… Chez nous, chacun observait ses voisins d’en face. Notre rangée d’agents du Courtier fixait celle des conciliens. Qui sait ce qu’il pouvait bien se passer dans la tête des autres. La mienne récitait cette ancienne prière qui me venait de Mère et dont j’espérais qu’elle serait entendue par Athamé en ce soir particulier...

Bien vite, les secousses nous firent ressentir que l’arrivée - ou la fin - était proche. Le murmure de l'adrénaline se transforma en quelque chose de bien plus distinct. Je sentis mon coeur battre jusque dans les extrémités de mes doigts qui serraient fermement mon fusil. Nous perdions de l’altitude. Bientôt, nous serions au sol pour un nuit de laquelle, peut être, nous ne reviendrions pas. À côté de moi, Codex s’agita, se levant de son siège pour se placer devant la porte latérale, prêt à se jeter le premier dans cette mission. Je le vis regarder en arrière pour jeter un oeil au troupe, et puis la porte s’ouvrit. Les uns après les autres, nous nous lancèrent, posant pieds sur cette terre dont nous espérions tous qu’elle ne serait pas la dernière que nous foulerions.

Je me plaçai un genou au sol derrière un semblant de couvert, adoptant une position défensive, fusil levé vers le complexe, pour couvrir la descente des autres de la navette. Au loin, les bruits du combat que livrait Confrontation. Leur diversion ne durerait pas longtemps si nous étions repérés. De là où je me trouvais, je cherchai à voir si des caméras extérieures seraient susceptibles de filmer notre entrée dans le bâtiment. S’il n’y en avait pas, il y en aurait assurément à l’intérieur. L’activation des portes d’accès aux laboratoires seraient probablement rapportées à quelqu’un, ou notifiées quelque part. Il allait nous falloir pirater tout ça habillement pour n'alerter personne…

N’étant pas en charge du groupe, je demeurai pour l’heure immobile sur ma position, attendant un signe de Codex pour agir.






Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance / Conseil
Rang : Commandant (N7) / SPECTRE
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4123-alec-sykes
http://www.masseffect-reborn.fr/t4129-journal-de-bord-d-alec-sykes


Messages : 205
Crédits : Nathan Drake (Uncharted)

MessageSujet: Re: Intrigue #8 : Extinction   Lun 21 Nov 2016, 20:43

Un profond regard reconnaissant, c’est tout qu’il put offrir – à son grand désespoir – à celle qui représentait bien plus qu’une équipière de circonstance pour lui. Il y avait bien plus derrière les intentions de l’humain, mais impossible d’en exprimer davantage dans un lieu si fréquenté, et encore moins devant une assemblée aussi disparate en terme d’appartenance. Peut-être en auraient-ils le temps plus tard, à compter bien évidemment que tous deux s’en sortent sans complication majeure. Hélas, là où on les envoyait, face à un opposant devenu l’être le plus recherché de la galaxie, il y avait fort à parier que l’accueil serait à la hauteur du dispositif et de la coopération quasi inédite qu’une telle capture nécessitait…

Résolu à faire au mieux malgré ce saut dans l’inconnu, Alec emboîta rapidement le pas à l’espionne lorsque celle-ci se dirigea vers l’armurerie. Là, il y récupéra l’équipement d’excellente facture mis à sa disposition par un « bienfaiteur » dont l’identité ne laissait pas vraiment place au mystère. C’est d’ailleurs cette question qui avait motivé sa longue vérification de plus d’une heure sur l’ensemble du matériel après l’embarquement depuis Illium. Armure et armes avaient été examinées par ses soins sous tous les angles possibles et imaginables, tant pour s’assurer du bon fonctionnement de l’ensemble que pour être certain qu’aucune mauvaise surprise placée là à son attention de viendrait le mettre en défaut dans un moment clé. Sabotage volontaire, dispositif de contrôle ou de traçage quelconque… Tout fut plus ou moins envisagé par le soldat, qui avait effectué un scan intégral de ce qui l’aiderait plus tard à ôter des vies comme à préserver la sienne et celles de ses équipiers.

Méticuleux au possible à la veille d’une mission, le N7 l’était donc d’autant plus dans ce contexte si particulier, ce qui lui permit de s’équiper de façon plus sereine lorsque sonna l’heure du départ. Exit la bande rouge sang et la mention de son parcours au CFCI par un symbole devenu familier à l’ensemble de la galaxie quinze ans auparavant, principalement grâce aux agissements d’un personnage devenu quasi légendaire aux yeux et oreilles de ceux évoquant ses exploits. Ici, c’est une livrée d’un noir mat qu’arborait l’armure professionnelle aux spécifications presque identiques à celle portée habituellement par le militaire de l’Alliance. Discrétion oblige, il lui fallait faire profil bas vis-à-vis de son allégeance. Cette affaire sentait déjà bien assez mauvais pour impliquer le Conseil au grand jour…

A ce petit bijou de technologie de protection individuelle vint se greffer un armement conséquent, dont l’officier maîtrisait au mieux le maniement, puisqu’il s’agissait des mêmes modèles qui faisaient son efficacité à la tête de son unité de force spéciales. M-99 Sabre, fusil à pompe Piranha pour les espaces confinés et Phalanx en secours ne seraient pas de trop pour affronter la horde d’adversaires qui les sépareraient d’une cible friande d’affrontements à sa hauteur. Il était de toute façon bien naïf de ne pas croire qu’une riposte ou un stratagème précis ne serait pas déjà sorti des cartons du terroriste Turien pour dire bonjour à ses poursuivants, quelles de soient leurs identités. Voilà pourquoi l’officier ajouta à sa panoplie déjà bien fournie plusieurs charges de démolitions, des fois que créer ou referme un passage en vitesse soit nécessaire, à moins qu’un sabotage définitif ne se révèle à l’ordre du jour…

Ainsi paré à affronter les épreuves qui s’imposeraient au « commando » dont le nom de code à chier révélait bien le boulot, il prit place dans la navette, faisant ironiquement face à la raison principale de son trouble. La descente atmosphérique se trouva donc rythmée par des secousses, des regards masqués par la visière son casque en direction de l’Asari et de son supérieur Turien, dont la présence n’inspirait rien de bon à Alec. On sentait qu’il émanait de cet individu une envie féroce de venir à bout de ses objectifs quitte à laisser sur le carreau tous les conciliens de l’unité. Ces derniers, qui se trouvaient de part et d’autre de Sykes, devaient probablement en penser autant tellement cette coopération forcée s’avérait foireuse à de nombreux niveaux… La question d’une partition de l’effectif dans le cas d’un ordre de mission divergent ou d’une trahison d’un côté comme de l’autre parassait alors tout à fait plausible.

Le Lieutenant-Commandant réfléchissait d’ailleurs à cette possibilité en raclant machinalement le tranchant de son couteau de combat sur les plaques d’une main de son armure. Ce petit manège, qui s’apparentait tant à un rituel bien rodé qu’à un témoin de la tension qui montait chez lui prit cependant fin lorsque la navette se posa dans un bruit sourd à la surface. L’arme blanche retrouva le chemin du fourreau attaché à sa cuisse, alors que le rocher qui serait pour beaucoup l’ultime voyage d’une vie de combats sans guère d’autre but que le devoir ou l’appât du gain se révélait…

Plus le temps de penser à tout ceci désormais, il était temps de se mettre au boulot, et au diable comment tourneraient les choses ! Il aurait toujours l’occasion de s’adapter, comme il le faisait chaque jour depuis cette Guerre qui avait façonné une galaxie nouvelle par la destruction. Aujourd’hui se terminait quelque chose, en bien ou en mal cela resterait à déterminer.

Le N7 empoigna donc son fusil d’assaut, balaya les alentours sur 180° du bout du canon, avant de se mettre en formation avec les quelques éléments ouvrant la marche. Ils avaient devant eux une difficile progression dans la tanière d’un génie en matière de chaos, dont les forces principales ne seraient que pour peu de temps occupées avec la diversion… Il convenait désormais d’avancer avec la plus grande précaution, en dégainant drônes et scanners si besoin face aux pièces les plus louches. Quant à savoir s’ils rencontreraient des signes de vie organique ou synthétique… L’ordre premier était la capture de Machiavel, et personne d’autre. Aussi le colon n’hésiterait-il pas à neutraliser tout élément jugé problématique pour la préservation du secret de leur présence, les silencieux des armes de l’unité aidant dans cette tâche.

Du moins si la surprise s’avérait véritablement toujours d’actualité…
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Aucune
Rang : Entité divine
Voir le profil de l'utilisateur


Compte staff
Messages : 4168

MessageSujet: Re: Intrigue #8 : Extinction   Jeu 24 Nov 2016, 21:31

Extinction
11 Novembre 2201




Laboratoires


A vrai dire, Codex était surpris. Les rares fois où il avait travaillé en groupe, il avait pu observer la facilité avec laquelle on pouvait contester indirectement l'autorité en agissant de manière indépendante. Une manie quasi systématique dans le milieu dans lequel ils évoluaient, le résultat comptant plus que la méthode. Sans doute la cible du jour étaient suffisamment terrifiante pour rendre toute la troupe plus docile ou peut être s'agissait-il tout simplement d'individus dépourvus d'ambition. Une bonne nouvelle, le turien n'aurait donc aucun mal à conserver la cohésion interne et à accomplir sa mission sans bavures.

Codex activa sa vision thermique et d'un signe, il indiqua de commencer l'approche. La petite troupe se déplaça donc en silence vers sa destination. Aucun garde ou sniper n'était visible sur le toit ou sur les passerelles, aucun dispositif de sécurité apparent. Les labos n'avaient sans doute pas été réellement conçus pour avoir à se défendre d'une menace extérieure, mais pour ce qui était de l'interne, rien n'était moins sur.

La distance était courte, mais la prudence extrême dont ils faisaient preuve la rendait extraordinairement longue. Codex ignora volontairement le voyant lumineux marquant une porte d'entrée. Il menait sans aucun doute à un sas et se retrouver coincés à l'intérieur n'était pas l'une des meilleures méthodes pour pénétrer le bâtiment, le risque n'en valait pas la peine. Le turien se dirigea donc vers le mur adjacent et activa son omnilame, outil idéal pour perforer la paroi. Le vrombissement du faisceau s'accentua lorsqu’il commença à liquéfier le métal, le turien œuvra pour assurer une ouverture suffisamment grande et fit un signe de tête à la N7 derrière lui. L'humaine pénétra à l'intérieur dès que Codex eut terminé, s'assurant de rendre silencieux d'éventuels témoins. Mais aucun coup de feu ne fut tiré. Le reste de la troupe la suivit. Ils se retrouvèrent dans une pièce vide de toute présence, mais regorgeant de matériel scientifique en tout genre.

Des voix étaient perceptibles venant des pièces adjacentes. Il allait falloir traverser le bâtiment en tachant de rester invisible aux yeux de l'ennemi. Le plus dur était encore à venir.


Spatioport


Confrontation avançait avec facilité sur le terrain, sécurisant rapidement les premiers objectifs et installant une solide tête de pont. Une petite troupe était même parvenue à s'emparer de la tour de contrôle, s'assurant ainsi la possession d'un point stratégique puissant. Les aéronefs étant encore hors de portée de la DCA, il était impossible de dire si les canons étaient toujours actifs ou non. Le spatioport était tombé sous l'attaque foudroyante, et Confrontation devait se préparer pour pénétrer plus avant dans le complexe. Mais l'ennemi bien que pris par surprise, disposait de ressources imprévisibles et la situation était parfaite pour déployer leur plein potentiel. Une première explosion retentit parmi les rangs des attaquants. L'ordre du spectre se fit alors entendre.

Éloignez vous des cadavres !

Il avait réagit rapidement, mais pas encore assez. Une autre série de détonations commença alors et sembla parcourir l'intégralité du spatioport. Les explosifs sur les corps des gardes morts s'étaient activés et ravageaient tout ceux qui se trouvaient à proximité, broyant boucliers, armures et chairs dans certain cas. L'offensive venait de geler tandis que les premières véritables pertes se faisaient ressentir chez l'envahisseur.

Le complexe sembla prendre vie tandis que les renforts terroristes arrivaient, venant soutenir les gardes encore en vivants. Des troupes en armure lourde et autres soldats équipés de bouclier et d'harnais explosifs avançaient en formation vers la tête de pont ennemie. Le spectre hurla ses ordres, ramenant autant que possible la cohésion dans les rangs face à cette nouvelle menace.


***



La main noire pianota quelques instants sur la console avant de se reposer sur son siège. Quel impressionnant spectacle que de voir une nuit si paisible se transformer en une créature acharnée, un concentré de souffrance et de haine qui ne faisait que grandir et gagner en puissance à chaque fragment de temps écoulé. Un magnifique bébé né des mains de ceux qui avaient crié vengeance, apportant les graines du chaos ici bas, en espérant qu'elles emporteraient le diable avec elles dans leur autodestruction programmée. Quelle vision naïve et enfantine que de penser étouffer ainsi le mal avec sa propre création. L'espoir rendait les gens aveugles et leur donnait des désirs qui s'avéraient être en réalité parfaitement irréalisables. C'est ce qui les rendait si facile à manipuler, gorgés d'ambitions égoïstes provenant d'un socle qui avait été forgé toute leur vie par leur environnement, transformant leur être en une fragile créature si influençable.

Et cette nuit ne faisait pas exception à la règle, ceux qui venaient attaquer son repère en étaient de parfaits exemples. Il leur était malheureusement impossible de saisir toute la portée de ce raisonnement mais les alternatives existaient. Le regret, la terreur, le désespoir, une fois lâchés dans un esprit, ils le métamorphosaient en sa forme la plus pure, lorsque l'âme et l’instinct ne faisaient plus qu'un.

La main se saisit d'un verre et disparut derrière le siège. Cette nuit représentait l'achèvement de son œuvre, une victoire que ses adversaires venaient de lui apporter.


____________INFOS MJ____________


ZBLOUGAF WhatTheFuck

Confrontation > Je considère que la DCA sera désactivée à partir de votre tour, mais j'apprécierai que vous en parliez Trollface Pour les explosions, vous étiez à l'intérieur d'un bâtiment ce qui n'aide pas, mais certains gardes n'étaient pas encore mort pendant votre tour, donc à vous de voir ! Je n'exige rien dans l'immédiat Redman

Intervention > A vous de jouer ! Ce tour ci, j'aimerai recevoir vos posts par MP, vous n'êtes pas autorisé à poster sans mon accord préalable Sadik Guy !

Et bon courage à tous dans l'ensemble Fishman



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Le Courtier de l'Ombre
Rang : Agent de renseignement
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4130-kalia-t-surek
http://www.masseffect-reborn.fr/t4274-nom-de-code-spyder-maj-le-16-05-16


Messages : 69

MessageSujet: Re: Intrigue #8 : Extinction   Sam 03 Déc 2016, 16:17

Codex préféra jouer la prudence, délaissant l’entrée éclairée pour la paroi la plus proche. Guettant son action tout en restant concentrée sur les alentours, je me fis la réflexion d’ajouter l’Omnilame à la liste de mes prochaines acquisitions, un bijou pareil pouvant permettre nombre de choses en matière d’infiltration et de suppression silencieuse... J’entendais déjà les commentaires d’Orion fuser, lui qui trouverait sûrement que cela me ferait prendre plus de risques. Le galarien avait fait mine de rien en m’annonçant cette mission sur Zanéthu, mais depuis des années qu’il était mon agent de liaison, je ne l’avais jamais vu aussi inquiet. Ses dernières paroles résonnaient toujours dans mon esprit, et plus j’y repensais, plus j’avais l’impression qu’elles avaient un sens caché. Etait-il mourant ?

Cette perspective m’avait préoccupée durant le trajet, car au fil des ans, notre relation professionnelle s’était peu à peu transformée en une relation amicale, même si nous gardions toujours un certain masque de professionnalisme entre nous. Se lier dans le métier n’était pas une chose évidente à gérer.

Derrière la visière de mon casque, mes yeux s’étaient portés sur le Commandant à cette pensée. Un très mauvais pressentiment m’habitait depuis le début de cette mission et s’était renforcé dès lors que je l’avais vu. Faire équipe avec lui n’était pas une première. La dernière fois d’ailleurs avait été particulièrement bienvenue… Mais aujourd’hui, ce fut différent. Aujourd’hui, une peur désagréable d’une intensité qu’il ne m’avait pas été donnée de ressentir depuis la Guerre resurgissait en moi. Celle de perdre un être cher.

Celui, en outre, qui apportait chaleur et clarté au froid et obscur sentier sinueux de mon existence.

Inconsciemment, mes doigts se crispèrent un peu plus sur l’arme qu’ils serraient déjà fermement. À côté, le bruit du métal que l’on pose. Un trou suffisant pour traverser ornait depuis la façade du bâtiment. Notre point d’entrée venait d’être créé, et nous nous y engouffrâmes les uns après les autres. Nous fûmes accueillis par du matériel scientifique, dispersés ici et là. Rien de particulièrement notable, ou rien qui pouvait immédiatement nous permettre de comprendre ce qui pouvait se tramer dans ces laboratoires. À noter l’absence du moindre terminal informatique, cette pièce ressemblait bien plus à une remise qu’à un lieu d’expérimentation et de recherche. Ce ne serait pas ici que je pourrai jeter un oeil à leur réseau… Il allait pour ça, nous falloir avancer.

La prudence serait de mise. Des voix faibles et indistinctes se faisaient entendre à travers la porte qui nous faisait face. Plusieurs d’entre nous s’étaient d’ailleurs déjà mis en position pour neutraliser silencieusement quiconque aurait pu l’activer. Impossible toutefois de savoir combien de personnes se trouvait derrière, ni ce que nous pourrions dénicher de l’autre côté. Il n’y avait aucune indication nous permettant de le savoir. Une seconde porte était présente à notre gauche. Nous savions d’ores et déjà qu’elle donnait sur le couloir reliant cette aile à l’aile A. Aucun bruit en émanait.

Me détachant de ma position, j’avançai vers la porte nous séparant de la pièce occupée. À en juger Codex qui s’y était positionné, il semblait vouloir passer tout droit, et faire tomber tout ce qui se dresserait sur son passage, comme il l’avait si bien fait avec la paroi derrière nous… Nous ne connaissions toutefois pas les forces en présence derrière, et si l’ennemi parvenait à donner l’alerte, notre aventure vers la salle des serveurs se verrait compromise aussitôt... Également, si nous passions par le couloir, et qu’un individu derrière cette porte décidait de la franchir, l’alerte de la présence d’un commando infiltrant cette partie du complexe serait donnée dès la vue du trou béant fait dans le mur…

Je glissai donc une discrète suggestion au groupe dans le comlink de mon casque :

- « Passer par cette aile serait prendre le risque d’alerter l’ennemi aussitôt. Je peux pirater cette porte pour condamner son ouverture sans que l’ennemi présent derrière ne s’en aperçoive. Je pourrais faire de même avec celle du couloir si nous décidons de passer par l’aile B. Les voyant des panneaux des deux portes resteront verts comme si de rien n’était, n'attirant donc pas l'attention. Si quelqu’un cherche à y pénétrer, il penserait en premier à un bug, ce qui nous donnerait un peu plus de temps avant que l’on s'aperçoive de la brèche dans le mur. »





Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : GSI
Rang : Agent de terrain
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4180-dossier-abbadon


Roi de la Chasse Sauvage
Messages : 397
Crédits : Impera tor Alicia - DeviantArt

MessageSujet: Re: Intrigue #8 : Extinction   Sam 03 Déc 2016, 21:26

Extinction
11 Novembre 2201

Zanéthu - Orbite



Les combattants étaient attendus, évidemment. Mais par des ingénieurs, plutôt que des soldats, et ils prirent rapidement position dans la première salle, évitant de rester dans l'ascenseur comme des lapins dans un collet. Quelques tirs frappèrent le bouclier d'Abbadon, diminuant sa puissance, mais pas encore assez pour affecter son armure. Et son fusil à pompe rendait coup pour coup, bien plus efficace avec ses munitions antigrav.
Oui, globalement, ça se passait bien. Et rapidement, ils parvinrent aux consoles de contrôle de la DCA.

« Bloquez les accès. Ils ne nous laisseront sûrement pas en paix. »

Les autres obéirent, et l'agent du GSI s’attaqua à neutraliser les défenses antiaériennes. Ça ne lui prit que peu de temps, et il m’apprêtais à annoncer la bonne nouvelle quand les cadavres explosèrent.
Il ne vit pas le coup arriver. D'un seul coup, il se sentit poussé vers l'avant, et son casque cogna violemment contre la console lui faisant face, l'assommant quelques secondes. Quand il rouvrit les yeux, le Spectre hurlait des ordres sur les canaux de communications, un autre mercenaire criait en se tenant la jambe, imbibée de sang, et le soutien aérien cherchait à comprendre ce qu'il se passait.
Abbadon se releva, poussant sur ses jambes encore secouée, se tenant à la console toujours en état de fonctionnement. L'holoécran tressautait mais répondait aux commandes, malgré une grosse fissure le barrant en son milieu. « Ah non, c'est mon casque », comprit rapidement le galarien.
Malgré tout, il restait efficace, et eu rapidement une vue d'ensemble de la situation. Derrière lui, le mercenaire blessé s'était tût, un autre auprès de lui, tandis que dans son casque, le Spectre humain continuait de hurler pour pousser ses hommes à se regrouper et se défendre, appelant du renfort. Abbadon réagit aussitôt, profitant de sa vue d'ensemble sur la situation.

« A toutes les unités aériennes : la DCA est neutralisée, je répète, la DCA est neutralisée, besoin urgent de renfort sur le spatioport, les ennemis envoient une vague d'ennemis renforcés ! »

Le galarien continua ses manipulations, téléchargeant un plan des lieux et y mettant à jour les positions, ennemies comme alliées, pour les diffuser à l'ensemble de ses partenaires. Il continuait de parler, à ses troupes cette fois.

« Les snipers, prenez position et faites tout ce que vous pouvez pour ralentir les ennemis. Les autres, mettez le blessé en dehors du champ de tir. Je veux deux hommes pour surveiller les entrées, les autres avec les snipers pour effectuer un tir de suppression. »

Un nouveau mouvement, et l'agent envoya ses données aux autres chefs d'équipe.

« Commandos, voici les positions ennemies. Le soutien aérien arrive, nous allons également tout tenter pour ralentir la progression ennemie. Ne vous faites pas prendre à revers. »

Le galarien continua sa mission, maintenant à jour les mouvements, prévenant les hommes au sol des attaques surprises et des déplacements ennemis. A l'occasion, un petit tir de son pistolet permettait de neutraliser un ennemi surpris par les bombes collantes, mais cela restait secondaire : le galarien préférai l'affrontement à courte portée.
À cette distance, le mieux qu'il pouvait faire était de coordonner les autres.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance / Conseil
Rang : Commandant (N7) / SPECTRE
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4123-alec-sykes
http://www.masseffect-reborn.fr/t4129-journal-de-bord-d-alec-sykes


Messages : 205
Crédits : Nathan Drake (Uncharted)

MessageSujet: Re: Intrigue #8 : Extinction   Dim 04 Déc 2016, 17:37


Une vaste zone de recherche où les moyens ne semblaient pas manquer mais des systèmes de sécurité en apparence absents… Devait-on y voir là une négligence quelconque de la part du concepteur des lieux ? Difficile à croire. Un tel manque de précaution semblait peu crédible. Question de suffisance ou sale coup en prévision d’une éventuelle intrusion ennemie, cela restait encore à tirer au clair, et compte tenu de la personnalité instable de leur cible, l’exercice serait peut-être encore plus complexe que la capture de l’individu en question.

Il allait néanmoins falloir faire avec pour le moment, et si les questions ne manquaient pas quant au but des expériences menées ici, de tels préoccupations n’étaient pas à l’ordre du jour. Certains trouveraient sans doute des réponses dans les serveurs centraux de l’installation, bien que les conciliens n’aient bien évidemment pas été mis dans la confidence d’un tel objectif « secondaire ». Il serait alors intéressant de voir comment chacun réagirait face à cette façon de faire peu orthodoxe et sournoise des Agents du Courtier, qui risquaient de s’aliéner leurs alliées de fortune si une telle manœuvre venait à leur sauter aux yeux.

Mais pour le moment, tout cela restait hypothétique et en grande partie inconnu pour Alec, uniquement obnubilé par le fait de progresser le plus furtivement possible. Rien de bien compliqué jusqu’ici, lui qui avait maintes fois dû faire étalage d’un savoir-faire bien rôdé en terme de discrétion et furtivité pour mener à bien un compte de missions qu’il ne faisait plus depuis quelques années déjà. La chose s’en trouvait ainsi facilitée par ce fameux « manquement » mentionné plus haut, du moins jusqu’à la rencontre du commando avec les premiers signes de vie depuis le début de leur intrusion.

Des éclats de voix indistincts à travers une paroi toute proche, mais dont la nature ne permettait de distinguer un élément particulier… En clair, aucune idée sur la nature des personnes présentes, leur nombre ou même les moyens à leur disposition pour opposer une résistance de quelque nature que ce soit…

Devant ce fait et le rentre-dedans dont voulait semble-t-il faire preuve celui dénommé Codex, le Lieutenant-Commandant se mura dans un silence de marbre jusqu’à l’intervention de celle responsable du plus important trouble auquel il ait jamais dû faire face en mission. Plaqué contre un mur, recroquevillé dans son coin, fusil d’assaut au poids conséquent tenu fermement en main, il l’écouta avec attention proposer une alternative à l’approche directe. La proposition de l’Asari, bien qu’extrêmement risquée à mettre en œuvre, avait au moins l’avantage de conserver le secret sur leurs agissements un peu plus longtemps. Ce qui le conforta dans sa décision, qu’il exprima lui aussi sur le canal de comm’ commun à toute l’unité.

- « L’effet de surprise doit être conservé le plus longtemps possible, c’est notre directive première… » se contenta d’offrir le N7 en guise de réponse, avant d’acquiescer en direction de son amante.

Une simple phrase, loin d’être vide de sens, qui signifiait beaucoup pour la suite des opérations. Le choix du pronom possessif employé par l’Humain était d’ailleurs ce qui tranchait le plus dans le message. Le concerné entendait bien évidemment par-là les membres conciliens de l’escouade, pour qui la capture de Machiavel passait en priorité. Pour cela, évoluer sous les radars restait primordial, que le contingent du Courtier de l’Ombre soit d’accord au non. Fallait-il jouer dès à présent la cohésion de l’équipe ? L’officier croyait en tout cas qu’un tel risque en valait la chandelle.

Aussi encouragea-t-il, d’un simple signe de tête et de la main, les éléments appartenant à la sphère d’influence du Conseil à se joindre à lui en direction de l’autre porte. Par question de fusillade dans l’immédiat, et si le chemin se trouvait en effet plus long, leur coûtant un certain temps qu’il relevait du luxe de dépenser, et bien soit… Si c’était bien un Turien à l’allégeance et l’identité douteuses qui dirigeait cette équipe, ses « équipiers » de l’espace concilien ne semblaient en tous les cas pas très disposés à lui laisser pleinement la main. Libre à lui de s’en tenir à son idée première, mais Sykes et sa suite s’engageraient quoiqu’il en soit dans la voie dont ils venaient de prendre la direction…
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Concilienne
Rang : Chasseresse (Enfants d'Amonkira)
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4020-tori-jorunn#60283
http://www.masseffect-reborn.fr/t4021-tori-jorunn#60284


Messages : 233
Crédits : moi-même

MessageSujet: Re: Intrigue #8 : Extinction   Lun 05 Déc 2016, 14:07
Avoir de la chance. C’est une notion étrange que Tori remettait entièrement en les mains de ses dieux. Ces Vénérables avaient visiblement décidé de la laisser debout sur cette terre encore un peu. Lors des explosions, l’un des leurs se tenait exactement entre le cadavre au sol et la position de la drelle, aussi, ce fut donc un corps qui la heurta et qui fut criblé de métal propulsé. C’est ce qu’elle comprit en se redressant, sonnée. Elle repoussa péniblement le corps qui l’écrasait, ensanglanté. Du coin de l’œil, elle avisa le batracien qui semblait se relever doucement. Une bleutée faisait de même. Un humain hurlait en tenant sa jambe. C’était à proprement dit le chao. Heureusement pour elle, ayant été observé la position qu’elle pourrait prendre pour couvrir depuis la tour le statioport, elle s’était assez éloignée des cadavres qu’ils avaient produits. La voix du Spectre qui hurlait dans son casque n’aidait pas à retrouver une clarté d’esprit. La drelle, avisant qu’Abbadon était opérationnel sur sa console, s’activa. Elle bondit et ouvrit la pharmacie murale de la salle. Equipée de medikit, elle prit le temps d’administrer des doses aux plus mals en point. Pour la jambe du malheureux, le produit stoppa l’hémorragie, mais il lui faudra un chirurgien rapidement s’il espérait remarcher un jour. Elle appliqua un pansement compressif rapidement. L’homme avait l’air de bien percevoir toute l’urgence de sa situation, pourtant, à présent que la douleur était étouffée par les produits chimiques, il était calme. Il demanda de l’aide à la drelle pour se positionner face à la porte et prépara son arme. C’est à ce genre de comportement qu’on mesurait la force et la valeur d’un combattant. Ils s’étaient bien entourés. La bleutée vint lui prêter main forte et leur petit groupe, bien que secoué, fut à nouveau prêt au combat.

C’était une donnée importante, car s’ils voulaient pouvoir soutenir les autres, il fallait s’assurer de leur propre sécurité. Le galarien était réellement efficace et la drelle étudia le plan envoyé rapidement. A présent que leur logistique était assurée, elle commença à se préparer. Elle sorti son petit découpe verre pour ôter un cercle de la vitre. Son Viper préparé par des gestes automatiques, elle glissa le canon dans l’orifice et s’allongea. De cette position, elle était passablement à couvert et pouvait couvrir une majorité du statioport en contrebas. Un pouce levé répondit à l’ordre du batracien.

Elle visa de préférence les bombes humaines, moins carapacées que les hommes lourds. Tori était dans son élément, viser, tirer, passer à une autre cible. Ce calme était aidé par l’idée qu’elle était bien mieux là-haut qu’en bas. Elle n’était pas une grande amatrice de combat rapproché et de champ de guerre. Elle mesurait désormais l’ampleur de la mission qu’on lui avait attribuée. Elle respira profondément et effaça les émotions sous-jacentes. Son âme était louée et dévolue à cette mission. Elle avait confiance en Abbadon, tout irait donc très bien. Un jeu d’enfant. Froidement, elle continua son travail tirant à cadence régulière. Elle ne se préoccupait pas de ce qu’il pouvait se passer derrière elle, la confiance avait cela d’agréable. Elle pouvait donc se consacrer entièrement à sa mission de soutien. Leur soutien, même moindre, pouvait changer l’issue de beaucoup.


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Aucune
Rang : Entité divine
Voir le profil de l'utilisateur


Compte staff
Messages : 4168

MessageSujet: Re: Intrigue #8 : Extinction   Lun 05 Déc 2016, 23:32

Extinction
11 Novembre 2201




Spatioport


Le vent tournait et d'une manière plutôt radicale il fallait le reconnaître. L'attaque se retrouvait embourbée dans une excellente manœuvre défensive de leurs opposants. Grâce à l'expérience des leaders conciliens, l'ordre venait peu à peu recouvrir le chaos mais ce n'était hélas pas suffisant. Plusieurs têtes tombèrent des deux côtés, et certains porteurs de bouclier parvinrent à atteindre les lignes ennemis, activant leur harnais et dévastant complètement les rangs adverses. Une troupe de mercenaires lança un appel à l'aide sur le canal de Confrontation.

Ici Python, on est acculés dans un hangar, on se fait canarder ! Besoin de soutien immédiat ! Je répète...

Le spectre lâcha sa position et ordonna à ses hommes de le suivre. La situation actuelle nécessitait qu'il donne le meilleur de lui même pour ceux qui n'en étaient pas capables, quitte à laisser un trou béant dans leurs lignes, le moral des troupes passait avant tout. MacTavish fonçait vers l'origine de l'appel, une chasseresse le suivant de près et repoussant de sa biotique les cadavres fraîchement tombés sur son chemin. Pris à revers, les terroristes recroquevillés derrière leur boucliers se firent exterminés par les nouveaux arrivants qui vinrent équilibrer de leurs armes l'échange de tir qui avait lieu dans cette zone.

Le flot d'ennemis ne semblait pourtant pas s'interrompre, sortant des bâtiments longeant le spatioport et chargeant les invités indésirables avec une violence et une haine peu commune. Complètement pris par surprise, Confrontation n'avait pas d'autre choix que de répliquer du mieux qu'il le pouvait tandis que ses pertes continuaient de s'accumuler. Mais le vent décida subitement de changer de camp à nouveau. Sans doute était il d'humeur joueur, ou peut être avait il simplement déjà tout prévu ?

La tour occupant une position centrale au niveau du spatioport, les tirs qui en émergeaient ralentirent énormément la progression ennemie, les obligeant à concentrer leurs hommes dans sa direction pour en reprendre le contrôle. Mais, plus excellent encore, la voix d'une pilote d'aéronef se fit entendre.

Bien reçu Confrontation, nous engageons les cibles.

Les véhicules volants regagnant peu à peu l'espace aérien au dessus du spatioport recommencèrent leur raids mortels à la surface, faisant pleuvoir le feu sur les terroristes qui avaient cru pouvoir combattre sous un ciel dégagé. La faucheuse s'en donnait à cœur joie, moissonnant parfois même des sections entières qui n'avaient pas eu le temps de rejoindre une position à couvert. Les troupes qui avaient encerclé le hangar où se trouvait désormais le spectre se replièrent vers leur bâtiment tandis que le jugement aérien s’abattait sur eux sans aucune forme de pitié.

Possédant désormais le positionnement global des troupes sur plan détaillé de l'infrastructure, MacTavish ordonna immédiatement à ses hommes d'amener les blessés vers la tour et de poursuivre la progression, profitant de l'avantage qu'ils venaient de récupérer pour avancer le plus possible. En quittant le hangar, l'humain s'arrêta un instant, jetant un regard vers la tour.

Bien joué Bynare.

Puis il reprit sa course, pénétrant à la suite de ses hommes l'enceinte qui délimitait le spatioport du reste du complexe. Les terroristes se repliaient vers le cœur de l'infrastructure, couvrant leur retraite en plaçant des explosifs et en tendant des embuscades sur leur route, certains tentant d'opposer une résistance anti aérienne à l'aide d'armes lourdes. Plusieurs tourelles sortirent du métal des murs et des plafonds, déchargeant leur canon sur les assaillants et vengeant ainsi à leur échelle, la mort de leurs créateurs.


Laboratoires



La voilà, elle montrait enfin le bout de son nez, cette lueur que Codex avait déjà contemplé tant de fois, dans tant de regards. Et maintenant qu'elle était présente, il se sentait de nouveau en mesure de pouvoir agir comme il le sentait. Peu lui importait l'aléa de ses suivants ni même celui des chacals du Conseil. Seul l'objectif comptait, rien ne devait venir perturber les plans du Courtier, pas même ses propres hommes. Le turien se détourna sans répondre et se dirigea vers la porte lui faisant face. L'arme en position de tir, il en actionna l'ouverture et pénétra dans la pièce. Les deux voix s'avérèrent appartenir à un galarien et un humain. La salle était légèrement plus grande que la précédente, deux terminaux étaient disposés de part et d'autre de l'entrée, et une cage surélevée trônait en son centre. Ils se tournèrent vers le nouvel arrivant avec surprise mais n'eurent pas le temps de vraiment réagir. Codex les neutralisa en un instant d'une balle dans la tête sans un bruit, le silencieux faisant son travail. Le compte à rebours venait véritablement de se déclencher cette fois ci.

Mais avant de pouvoir faire quoi que ce soit, Codex fut interrompu par la voix d'une IV.

Alerte, perte des signes vitaux des membres 45 et 58, démarrage de la procédure de quarantaine d'urgence.

Les portes se verrouillèrent immédiatement et une couche de métal blindé vint les recouvrir. Le bruit sembla réveiller ce qui se trouvait dans la cage, car un varren à trois mâchoires colla sa tête affreusement déformée contre l'une des parois transparentes.


____________INFOS MJ____________



Confrontation > Bien joué ! Vous avez de nouveau l'initiative, vous pouvez reprendre votre progression inexorable vers le cœur du complexe, mais attention aux défenses Redman

Intervention > Un petit peu de Leroy Ange Pas besoin de précisions vu qu'elles me seront demandées plus tard Trollface Mais vous pouvez agir exactement comme vous le souhaitez !




Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance / Conseil
Rang : Commandant (N7) / SPECTRE
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4123-alec-sykes
http://www.masseffect-reborn.fr/t4129-journal-de-bord-d-alec-sykes


Messages : 205
Crédits : Nathan Drake (Uncharted)

MessageSujet: Re: Intrigue #8 : Extinction   Mer 07 Déc 2016, 18:27


Comment faire foirer une opération en moins de temps qu’il n’en faut pour dire « merde ». Des jours de préparation, des effectifs aux origines diverses mobilisés en masse, une logistique peu commune pour en arriver à une opération de ce genre, le tout balayé en deux secondes d’impulsivité. L’impulsivité, un trait de caractère qui signe bien souvent la mort de toute préméditation, plongeant dans le flou tous ceux ayant le malheur d’être associés à l’individu s’y abandonnant. Hélas, il s’agissait cette fois-là d’Alec et de ses équipiers conciliens, de celle partageant ses rares moments d’intimité et d’une bande d’Agents du Courtier à la réaction encore inconnue vis-à-vis de la situation.

Le fait de perdre de vue celui qui représentait l’autorité supérieure du groupe ne présageait rien de bon pour eux tous, mais les hommes du plus important réseau d’acquisition et de revente d’informations étaient certainement le plus à plaindre. Sans hiérarchie clairement établie entre eux, la suite risquait de prendre une tournure bien plus dramatique encore. Pour l’un des deux N7 du groupe, en revanche, la marche à suivre était claire… Preuve s’il en est, à l’instant où il prit la mesure des choses, l’Humain se décida à « faire parler de lui ». Quant à savoir si cela serait en bien…
- « Putain de franc-tireur ! » maugréa-t-il en premier lieu à travers son casque, tout en se détournant de la voie qu’il comptait en premier lieu emprunter.

Privé de toute possibilité de surprise, élément sur lequel reposait tout l’intérêt de ce commando, l’officier jugea qu’il était temps de passer à des méthodes plus expéditives pour espérer ne serait-ce qu’atteindre l’éventuelle position d’une cible potentiellement présente… Beaucoup d’aléas et de suppositions donc, mais il ne convenait pas de juger la pertinence de cette mission dans l’immédiat. Non, il était plutôt de son devoir d’essayer de corriger le tir, quel qu’en soit le prix, dans l’espoir de débloquer le merdier dans lequel ils s’étaient tous fourrés.

Ainsi, après un court moment passé à contempler l’agréable silhouette en armure de son amante, dont il cherchait sans doute à capter le regard et l’approbation à travers leurs visières respectives, Sykes se planta devant l’endroit où le Turien surnommé Codex avait disparu quelques instants plus tôt. Là, il s’employa à mettre en œuvre sa façon à lui d’ouvrir une porte blindée en un temps record. Une méthode pas vraiment recommandée pour qui souhaite pouvoir de nouveau s’en resservir, mais qui a au moins le mérite de garantir une entrée expresse.

- « Vous me coller une balle pour m’en empêcher et notre association ainsi que cette mission s’achèvent ici, ou bien vous laisser faire et aurez une chance de toucher votre prime… Dans les deux cas votre patron risque fort de déguster. »
prévint-il donc les mercenaires et soldats à la botte du Courtier sans vraiment faire preuve de diplomatie.

Envisageant une éventuelle altercation musclée ou non avec les concernés à propos d’une façon de faire aussi risquée pour leur supérieur, Alec avait donc choisi de jouer franc-jeu, dans l’espoir que la raison l’emporterait sur tout le reste. Le natif de Palaven avait dans tous les cas fait son choix en opérant de la sorte en solo, acceptant les conséquences de ses actes que cela lui convienne ou pas. Top Agent du Courtier ou non, le N7 n’aurait aucun remord à faire sauter cette porte pour se frayer un chemin en direction de l’objectif. Le temps se trouvait désormais être un luxe impossible à s’accorder, et une quelconque tentative de piratage était à exclure pour cette raison précise.

Dans l’esprit de l’artificier, il n’était même pas question de sauver ce Turien borné, mais bien d’en finir avec cette zone pour progresser dans le complexe de l’ennemi. Si cela impliquait de voir brûler/écharper un individu n’ayant eu aucun respect pour les précautions les plus élémentaires en terme de prudence et coopération, et prêt à sacrifier ses « alliés » comme ses hommes sur un simple coup de tête, et bien… Disons que cela n’empêcherait pas vraiment le soldat qu’il était de dormir…

- « Cinq secondes pour reculer ou prier vos Esprits… »


C’est le temps de répit qu’il accorda à celui auquel Kalia se devait en temps normal d’obéir. Passé ce laps de temps ridiculement court, la charge de démolition qu’il venait de déposer serait activée d’une simple pression du doigt sur le détonateur qu’il tenait fermement en main. De par la nature même de l’explosif, un composé brisant au fort pouvoir de destruction, toute sa puissance et l’effet de souffle se concentreraient en direction de la paroi désormais hermétique et au-delà une fois une brèche ouverte. La condition des éléments encore vivants à l’intérieur se trouvait ainsi loin d’être sûre, et sans doute n’y aurait-il plus grand-chose à tirer de l’endroit une fois le « boum » survenu.

Mais qu’importe de toute façon ? Il ne serait qu’une étape pour s’engager au plus profond de l’antre de l’ennemi, à la recherche d’un Turien à l’importance bien plus conséquente que celui emprisonné derrière ces quelques centimètres de cloison.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Concilienne
Rang : Chasseresse (Enfants d'Amonkira)
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4020-tori-jorunn#60283
http://www.masseffect-reborn.fr/t4021-tori-jorunn#60284


Messages : 233
Crédits : moi-même

MessageSujet: Re: Intrigue #8 : Extinction   Ven 09 Déc 2016, 21:17
Vu d'en haut, la situation était belle. Avec le calme propre à un sniper, elle et son camarade persécutèrent méthodiquement les lignes ennemies. Ce qui fut réellement salvateur fut l'intervention de leur troupe aérienne. Magnifique débâcle, leurs ennemis tombèrent comme des mouches. La surprise les avaient rendus très vulnérables. La drelle quitta rapidement sa position. Il était temps de passer à la suite. Elle adressa un pouce levé à Abbadon et lui lança une petite boutade amicale. "Bien joué le batracien ! C'est reparti !" Oui, décidément, ses talents informatiques étaient précieux.

Conserver la tour et en faire un nid de blessé étaient une opération stratégique importante. Leur petite équipe accueilli donc les leurs, mais s'exfiltrèrent rapidement de la tour. Cette position prise, il était temps d'embrayer. L'avanger en main, elle observa le vaste champ de bataille qu'était le statioport. Une boucherie. Elle mit le pied dans les humeurs d'un cadavre. Pouah. Avec ces fouettes bombes, il y en avait partout.

"Il faut qu'on avance rapidement, si on veut garder notre avantage."


La drelle entreprit de rattraper le retard de leur groupe en piquant un petit sprint. Un regard en arrière lui assura que le reste du groupe suivait avec plus ou moins de succès. La force de Confrontation s'était son nombre et son unité. Ils avaient mené leur petite mission commando, mais pour l'instant, mieux valait rejoindre le groupe et leur leader. La situation n'était pas aussi simple qu'on pourrait le penser. Les assiégés avaient de la ressource et l'avancée risquait de leur couter beaucoup d'effectif. Leur nombre n'était pas infini et bon nombre des leurs avaient déjà été blessé. Connerie d'explosifs. Leur avancée était donc fortement ralentie. Les embuscades criblaient les murs. tac. tac. tac. Les impacts claquaient au-dessus de sa tête. Grenades, rafales, tout était bon pour passer. L'excitation commençait à largement la gagner à mesure que l'adrénaline se distillait dans son sang. C'était véritablement une mission intéressante. La mise en application de son passif militaire lui faisait plaisir et elle adorait l'efficacité avec laquelle son corps opérait. L'habitude et les entraînements quotidiens faisaient d'elle une machine rodée. Elle se faisait un honneur de faire valoir le savoir-faire des mercenaires drells.

Avec ta bénédiction, Saint Guerrier, j'abats ma main vengeresse.
Le chant de la mort s'élève dans mes pas.
Guerrier Céleste, avec honneur et bravoure je t'offre ma destinée.
Tranchons le fil de ces vies ennemies.
Puissance.


Lors d'une accalmie, elle se tourna vers son acolyte galarien.

"Abbadon, tu t'y connais-toi en explosif, non ? Y a moyen que tu aides à déminer un peu notre chemin ? "


Les explosifs, c'était le pire. Les embuscades, il fallait faire plier leurs lignes et supprimer les ennemis. Faisable avec un peu d'entêtement selon le niveau du barrage. Les tourelles, démontées à l'arme lourde. Classé. Confrontation pouvait gérer tout cela. Par contre les minages et explosifs, c'était dévastateur. La drelle n'aimait pas cette manière de donner la mort. C'était traitre et sans honneur. Laid. Elle expira. Elle avait le sentiment que le plus dur était à venir alors que la violence et l'intensité de l'affrontement se faisait sentir dans les rangs. Heureusement, le Spectre était un leader compétant et il encadrait avec efficacité leur groupe. Il fallait espérer, que le petit groupe d'Intervention aurait du succès dans leur mission, car s'il se confrontait au même niveau de difficulté, tout se compliquerait. En tout cas, niveau diversion et assaut frontal, on pouvait dire que leur mission était bien partie !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : GSI
Rang : Agent de terrain
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4180-dossier-abbadon


Roi de la Chasse Sauvage
Messages : 397
Crédits : Impera tor Alicia - DeviantArt

MessageSujet: Re: Intrigue #8 : Extinction   Sam 10 Déc 2016, 14:43

Extinction
11 Novembre 2201

Zanéthu - Orbite



La vague ennemie fût arrêtée nette par l'intervention aérienne, soulageant le galarien. Les nouveaux ordres arrivèrent rapidement : la tour servirait de base pour les blessés, permettant du même coup de tenir le ciel, tandis que le reste des hommes continueraient leurs avancées. Abbadon acquiesça machinalement, retenant au passage la légère raideur qui lui survenait toujours lorsqu'on l'appelait pas son nom de clan. Trop de mauvais souvenirs.

« Vous avez entendu les ordres : les blessés incapables de suivre le rythme restent ici et tiennent la position. Nous attendons que les premiers alliés arrivent, et les valides repartent. »

L'opération ne prit que peu de temps. Les combattants ressortirent ensuite de la tour, au pas de course, devant rattraper leurs alliés. Ils traversèrent le champ de bataille du spatioport, les membres des cadavres explosés répandus dans chaque recoins, que ce soit par les ceintures de kamikaze ou les tirs du soutien aérien. Puis la troupe rentra de nouveau dans le complexe, rattrapant rapidement le gros des forces ralenties par les embuscades, systèmes automatisés et pièges explosifs. L’abondance de moyens donnait d'ailleurs à penser au galarien : l'importance de la base était donc donc certaine, mais machiavel disposait visiblement d'alliés puissants. Il ne se contentait pas de rassembler les groupes terroristes pré existants. L'autre interrogation portait sur les destructions que l'installation s'infligeait : les terroristes ne comptaient évidemment pas rester sur place, mais ils n’envisageaient visiblement pas d'emporter du matériel. À moins qu'ils n'aient aucun espoir de survivre autre que de donner tout ce qu'ils avaient... Comment le turien fou parvenait-il à obtenir un tel contrôle sur ses hommes ?

Les stratégies de combat se mettaient en place. La zone infiltrée semblait principalement rassembler des dortoirs, avec quelques salles de cuisine et de cafétérias. En dehors, de longs couloirs, mais des panneaux réguliers indiquaient que les troupes avançaient vers un quartier plus sécurisé, réservé au contrôle du bâtiment. L'ennui était que la configuration ne permettait pas de permettre à toutes les troupes de s'entraider, et elles s'étaient dispersées en plusieurs groupes avançant sur autant de front. Tant que les ennemis ne parvenaient pas à se réunir à et fixer la position, il n'y avait pas de risque de débordement, mais si cela arrivait...

« Abbadon, tu t'y connais en explosifs, non ? Y a moyen que tu aides à déminer un peu notre chemin ? ».
« Complexe. J'aide à détecter les pièges à l'avance dès que j'en ai l'occasion, mais pour les désamorcer, je dois être couvert. Et dans ces couloirs... ». Le galarien secoua la tête. « Mais ça serait utile. Quelques explosifs permettrait de simplifier notre avancée. Prête à me couvrir ? »

La drelle acquiesça, et le duo reparti à la tête de la petite équipe, prenant son tour à la première ligne. Une nouvelle fois, les anti-terroristes rattrapèrent l'arrière garde des troupes ennemis en retraite, et un bref combat s'engagea. Le galarien déclencha rapidement son camouflage optique, avançant vers les ennemis en prenant soin de rester en dehors des lignes de tirs. Malgré tout, son bouclier s'effondra, et seul le soutien des snipers le couvrant et la solidité de son armure lui permirent d'arriver indemne au contact, où son fusil acheva le dernier survivant. Sans perdre de temps, le galarien s'agenouilla, désamorçant les ceintures d'explosives une à une. Il travaillait avec méthode, sans réellement s'inquiéter : plusieurs fois dans l'avancée des forces, il avait remarqué que ces ceintures n'explosaient pas au bon moment, comme si ceux les faisant exploser n'apprenait qu'avec du retard que leurs hommes étaient morts.
La dernière ceinture désamorcée, le galarien se releva et fit signe à ses troupes d'avancer. Il prit également soin d'en embarquer quelques unes avec lui, au cas où.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Le Courtier de l'Ombre
Rang : Agent de renseignement
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4130-kalia-t-surek
http://www.masseffect-reborn.fr/t4274-nom-de-code-spyder-maj-le-16-05-16


Messages : 69

MessageSujet: Re: Intrigue #8 : Extinction   Sam 10 Déc 2016, 19:41


Hum ok… Pas vraiment comme ça que j’aurais opéré, mais quelque part, je ne fus guère étonnée de l’action du turien. Totalement irréfléchie par ailleurs… Les ordres étaient de s’infiltrer discrètement jusqu’à la salle serveur, et non de donner l’alerte dès le début… Mais c’était là les ordres du Spectre John Sans Nom, et non ceux du Courtier Sans Nom lui aussi. Peut-être Codex avait-il reçu des directives que je n’avais pas. Difficile de calibrer mon mode de pensée asari sur celui d'un turien…

Quoiqu’il en soit, je n’y pouvais plus grand chose. Aussitôt Codex eut-il pénétré et liquidé les individus se trouvant dans la pièce suivante qu’une quarantaine des laboratoires fut ordonnée, nous séparant du turien par une porte verrouillée et une couche de blindage en bonus. Autour, les insultes commencèrent à fuser, les conciliens maugréant contre les miens, et je devais avouer plutôt partager leur mécontentement, n’aimant pas les “surprises” du genre. Je restai toutefois silencieuse, dans la mesure où manifester mon opinion sur la question n’aurait clairement pas débloqué la situation.

À la place, mon attention s’était portée vers le Commandant, l’observant en retour derrière ma visière comme si nous communiquions par télépathie. Je saisis ce qu’il eut en tête avant même qu’il ne l’expose. Je n’étais toutefois pas très sûre du résultat, car la détonation aurait pu faire bien plus de dégâts que ce qu’il y eut à la sortie. Je n’osais même pas imaginer ce que la suite de la mission aurait donné si Codex ne s’en était pas tiré… Il y aurait probablement eu une mutinerie, et j’aurais certainement eu à choisir mon camp…

Cette perspective m’était anxiogène. Depuis le début de cette opération, ce pressentiment d’avoir à faire face à ce choix cornélien hantait une partie de mon esprit. L’autre devait prier la Déesse pour qu’une telle situation ne se produise pas… Mais avec la tension qui régnait au sein du groupe à présent, ce ne devait plus être qu’une question de temps…

Je me positionnai naturellement derrière l’N7 tandis que chacun se mettait sur les côtés pour se protéger. La déflagration eut raison de la porte, et d’une partie de la pièce où s’était retrouvé prisonnier mon supérieur. En pénétrant à l’intérieur, on put distinguer ce qui avait été jadis les corps en vie des scientifiques ayant occupé les lieux. Des morceaux de chair et du sang tapissaient quelques objets. Du sang également avait fait son chemin jusqu’aux parois, les peignant de quelques taches dispersées ici et là. Sur le sol, le corps le plus proche n’était plus vraiment identifiable, mais ses collègues un peu plus éloignés avaient été partiellement épargnés par l’explosion, même si Codex avait eu raison d’eux… Un autre corps gisait là, mais nullement celui d’un scientifique. Il s’agissait d’un varren, cobaye d’expérimentations sûrement très hasardeuses. Mais il ne le serait plus à présent, le turien venant de le liquider sous nos yeux.

Les miens se posèrent sur lui, vérifiant rapidement son état. Il avait visiblement été partiellement touché par l’explosion, mais ce qui semblait l’avoir le plus atteint n’était pas celle-ci, mais bien le varren, plusieurs impressionnantes morsures en témoignant sur son armure. Le groupe prit possession de la pièce, les miens venant s'enquérir de l’état du turien tout en gardant un oeil - voir quatre pour le butarien présent - sur nos coéquipiers du moment. De mon côté, je fis un rapide tour des terminaux. Il n’y en avait plus qu’un en état de marche, et en l’approchant, je m’aperçus que Codex avait cherché à contourner la quarantaine tout juste avant l’explosion. Cette mission tournait vraiment au ridicule…

Ne perdant plus une seconde, je m’affairai à me rendre utile. Si j’avais en tête de connecter mon OmniTech au réseau de la base par ce terminal, je fus rapidement frustrée de constater que la connexion ne pouvait se faire que par les moyens d'un point d'accès physique. J’abandonnai donc cette idée là, me concentrant sur ce que cet ordinateur allait pouvoir m’offrir. Des dossiers et des dossiers… Il y en avait un paquet. Ceux sur les projets scientifiques ne m’étaient pas accessibles si facilement, il me faudrait plusieurs minutes pour les cracker et les explorer. Ceux sur le personnel en revanche, n’étaient pas aussi protégés, me permettant de les copier sur mon OmniTech puisque "ça pourrait toujours être utile ou être revendu"... Parallèlement au transfert, je continuai de découvrir le réseau, et pus faire mon chemin jusqu’au flux vidéo des caméras de surveillance des laboratoires. Hélas, il ne m’était possible d’accéder qu’à celles-ci, chaque zone du complexe étant sur un réseau différent. Je ne vis aucun renfort arriver sur les quelques caméras disponibles, mais pus néanmoins apercevoir ce qui nous attendait dans la pièce suivante : trois scientifiques, manifestement très inquiets pour leur sort, et s’étant dotés d’armes de poing pour se défendre. Un comité d’accueil qui serait rapidement réglé au vu des bourrins qui composaient ce commando…

- « Trois scientifiques armés dans la pièce suivante. Aucun renfort à signaler pour le moment. Je ne peux pas accéder aux caméras de la zone des serveurs d’ici, je ne sais pas ce qui nous attend là bas. » fis-je à qui cela importait.

Continuant de pianoter sur le clavier du terminal, je cherchai à reprendre le précédent travail de Codex. Cracker cette quarantaine pour nous ouvrir les portes du trajet le plus court jusqu’à la zone des serveurs serait complexe, et me prendrait du temps. De ce que je pouvais constater, le système était prévu pour être seulement désactivé par une puce spécifique que devaient posséder les membres les plus importants.

- « Il va me falloir plusieurs minutes pour contourner les sécurités et ouvrir cette porte... » annonçai-je alors.

Ne levant pas la tête mais écoutant les réactions et décisions, j’eus l’idée de jeter un œil à ce fameux fichier du personnel. Figuraient parmi eux celui, celle ou ceux en possession d’une puce qui nous permettrait d’avancer plus vite… Le localiser et récupérer l’objet pouvait en effet nous faire gagner du temps, et des accès...





Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Aucune
Rang : Entité divine
Voir le profil de l'utilisateur


Compte staff
Messages : 4168

MessageSujet: Re: Intrigue #8 : Extinction   Dim 11 Déc 2016, 19:17

Extinction
11 Novembre 2201




Cœur du complexe


La progression inexorable continuait, tandis que les envahisseurs se rapprochaient dangereusement du cœur du complexe. Un gigantesque bâtiment y été édifié, surplombant sans mal le reste des infrastructures. Les nombreux néons et autres sources lumineuses le faisait trancher avec le ciel incolore de la nuit, le faisant passer pour un géant endormi. Et désormais, Confrontation se trouvait presque à ses pieds, fort de la défection de la défense en amont. Pourtant, le géant n'avait toujours pas dit son dernier mot. Il souhaitait plus que tout profiter de cette nuit pour observer les étoiles sans avoir a être interrompu par de minuscules créatures insignifiantes.

Plusieurs hangars s'ouvrirent, et le bruit de pas lourds dévoila l'arrivée de deux méchas d'assaut. Les mastodontes se dirigèrent vers l'entrée du secteur, permettant ainsi de couvrir la retraite des troupes lourdes qui émergeaient des bâtiments désormais aux mains de l'envahisseur. Plusieurs snipers prirent position sur les terrasses de l’infrastructure, tirant et changeant régulièrement de poste pour ne pas se faire descendre. D'autres soldats, prenant de la hauteur, firent usage de leur lance missile sur les aéronefs, camouflant leur position après chaque tir. Une guerre de cache cache se déclencha alors entre les troupes anti aériennes et leur cibles. D'autres excroissances du bâtiment se déployèrent, révélant une série de tourelles lourdes, protégées par des barrières cinétiques et une couche de blindage.

Une dizaine de soldats en armure noire firent également leur apparition derrière les méchas. Les chiens de garde de la bête étaient lâchés. Fonçant vers les lignes adverses, il utilisèrent leur biotique qui s'avéra être noire pour broyer tout ce qui se trouvait sur leur chemin, morceaux de bâtiments, troupes ennemies mais également alliés dans certains cas. Les nuages de biotique noirs détruisaient toute surface solide sans aucune distinction et commencèrent à faire des ravages dans les rangs de Confrontation.

MacTavish se recroquevilla derrière sa couverture tandis que l'un des méchas venait de le prendre pour cible. La situation devenait véritablement critique. Le front ennemi se faisait de plus en plus redoutable tandis que les forces de Confrontation s'amenuisaient petit à petit. Bientôt, l'épuisement allait s'emparer de ceux encore en état de combattre. Et surtout, ils n'avaient aucune nouvelle d'Intervention. L'électronique semblait encore parfaitement fonctionner pour l'ennemi, il était probable que la troupe se soit faite exterminée quelque part plus au nord. Le spectre frappa du poing sur la paroi. Les directives étaient claires, neutraliser Machiavel quel qu'en soit le prix. Si la situation continuait de se dégrader, il serait dans l'obligation d'avoir recours à une mesure extrême qui signerait sans doute sa mort et celle de tous les autres, mais aucune alternative autre que la réussite n'était envisageable.


Laboratoires



Le krogan borgne écarquilla son seul œil valide en contemplant l'état des laboratoires. Une asari présente à ses côtés se manifesta.

La quarantaine s'est déclenchée il y a quelques minutes.

Un sujet s'est évadé ?

Je l'ignore, mais on a entendu une explosion.

Le visage du krogan se referma.

Alors il n'y a plus de temps à perdre. Vous autres, chargez le prototype à l'intérieur du véhicule allez !

Tandis que plusieurs hommes transportaient une longue caisse en dehors du bâtiment, le mastodonte se dirigea vers un terminal. Il y chargea sa puce et pianota quelques instants.

La procédure est annulée et j'ai ouvert les enclos, ça les ralentira.

Quoi ? Mais et les scientifiques ?

Le krogan donna un violent coup d'épaule à l'asari qui fut plaquée contre le mur.

Tu devrais pourtant savoir qu'il n'aime pas ceux qui échouent à lui obéir.

Il lâcha la femme et aida les hommes à faire rentrer le colis à l'intérieur du véhicule.

Allez, on emmène l'ogive au silo les gars, on traîne pas !

L'intérieur des laboratoires était quant à lui, en proie à une panique totale. Les scientifiques présent, surpris par cette première quarantaine, le furent davantage lorsqu’ils comprirent que le système de sécurité retiré, les enclos s'étaient également ouverts. Armés seulement de quelques armes de poings, certains tentèrent de résister tandis que les autres essayaient de s'enfuir. En effet, une fois libérés de leur cage, les monstres s'en donnèrent à cœur joie. Des varrens et des chiens affreusement déformés, aux membres multiples et à la taille décuplée pour certains, tous se jetèrent sur ces proies faciles qui leur été offertes après tant de temps passé en détention. Mais ce ne fut cependant pas tout. Humains, asaris, turiens, des humanoïdes dont la peau noircissait par endroit, vêtus simplement mais possédant une morphologie plus sauvage que d'ordinaire. Et une brume noire, fine mais perceptible semblait émaner de leur corps.

Pourtant, malgré le chaos semblant régir ces créatures, elle ne s'attaquaient pas entre elles, se jaugeant uniquement par moment. Elles semblaient réagir particulièrement aux stimulations qui ne provenaient pas de l'un des leurs, ne stoppant leur orgie de violence que lorsque toute résistance de la proie s'avérait anéantie. Et fort de leur volonté d'étancher leur soif de violence, les créatures se dispersèrent dans les laboratoires, massacrant tout ce qui leur passait sous leurs griffes, utilisant des nuages de biotique noirs pour immobiliser, pour broyer, pour détruire.


____________INFOS MJ____________



Bon bah bonne chance Trollface

Je suis dispo pour toutes les questions. Et sachez que ce tour sera peut être un peu plus long que d'ordinaire, certains participants et moi même vont avoir une semaine chargée WhatTheFuck Donc je n'impose pas de limite de temps dans l'immédiat, mais veillez à ne pas abuser Sadik Guy !




Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : GSI
Rang : Agent de terrain
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4180-dossier-abbadon


Roi de la Chasse Sauvage
Messages : 397
Crédits : Impera tor Alicia - DeviantArt

MessageSujet: Re: Intrigue #8 : Extinction   Dim 18 Déc 2016, 13:41

Extinction
11 Novembre 2201

Zanéthu - Complexe



On est dans la mouise.
C'est globalement ce que se disait Abbadon, même s'il se gardait de le prononcer à voix haute. Ça n'était pas le moment de désespérer les troupes mercenaires l'accompagnant.
Le galarien prit le temps d'analyser en profondeur la situation. Les tourelles ennemies fonctionnaient à plein régimes, démontrant qu'Infiltration n'avait pas encore atteint son objectif.
Incompétents.
Les troupes ennemies étaient plus diversifiées, gagnant en qualité. Celles que Confrontation affrontait précédemment battaient toujours en retraite, couvertes par les deux méchas... et frappées par des troupes biotiques extrêmement puissantes et ne semblant pas s'inquiéter du sort de leurs alliés.
Incompétents, eux aussi. Et tout aussi dangereux pour notre survie.
Et pour couronner le tout, des snipers et des lances missiles faisaient leur apparition, bloquant l'appui aérien. Le manque d'information du Courtier sur les défenses en place se montrait criant.
Incompétent, même lui. Ça en devenait démoralisant.
Le galarien ne tarda pas à remarquer la ressemblance entre la biotique utilisée ici et celle de Machiavel. Non pas bleue, mais bien plus sombre, tendant franchement sur le noir. Il était inutile de se croire à armes égales. Il fallait les piéger.

« MacTavish, je dispose de plusieurs ceintures explosives récupérées sur les cadavres ennemis. Je vais préparer une embuscade pour les biotiques noirs. Vu leur violence, ils n'ont pas l'air d'être du genre à se méfier. À mon signal, vous les laissez s'engouffrer dans ma direction. »

L'agent se retourne vers son commando.

« Vous m'avez entendu. Je vais positionner les explosifs. D'ici là, essayez de localiser et d'éliminer les lance missiles ennemis : on a besoin du soutien aérien.
Soyez prudents, mais pas trop. Nous ne vaincrons pas en ne faisant que se défendre. »


Le galarien se tût sur ces mots, s'engageant dans le champ de bataille. Tâchant de se faire discret, usant de son camouflage optique si nécessaire, il ne tarda pas à poser les quelques explosifs dont il disposait. La zone d'embuscade était petite, simple terrain vague entre deux bâtiments, ce qui la rendait d'autant plus difficile à faire fonctionner. Mais au vu de la puissance biotique des ennemis, une zone trop grande risquerait de ne pas les affecter. Heureusement qu'ils perdaient du temps en destruction inutile. Dans le cas contraire, Confrontation aurait été obligé de reculer bien plus loin, et l'embuscade aurait été plus difficile encore à mettre en place.

« MacTavish, c'est bon. Voici mes coordonnées. Faites reculer les troupes sur cette ligne, et dire leur de pousser au maximum les ennemis sur ce point.
D'ailleurs, si vous voulez me rejoindre, les biotiques fonceront d'autant plus dans le panneau, comme disent les humains. »


Abbadon rechargea ses armes, et enclencha le chargement de tir de son Venom. Il se concentra un instant, prenant soin de lever une barrière biotique en plus de son armure et de son bouclier tech. Ses équipements avaient déjà subis trop de dégâts pour qu'il prenne le risque de se reposer uniquement sur eux face à ses ennemis.
Puis il se releva et tira une première fois vers les biotiques noirs, qui commençaient à s'engouffrer dans la ''brèche'' menant à lui. Les projectiles explosifs du Venom, optimisés pour passer les boucliers cinétiques, bousculèrent leurs cibles, attirant l'attention sur le galarien isolé qui tira à nouveau. Un premier biotique s'entoura d'un halo noir mais posa un genoux au sol juste après, encaissant un tir de sniper bien placé. Derrière Abbadon, le Spectre était là, ajustant ses tirs pour augmenter leur effet. Les attaques biotiques commencèrent à pleuvoir, contraignant le galarien et l'humain à se mettre à l'abri, bien que tirant à nouveau dès que possible. Puis, au moment le plus opportun, Abbadon déclencha les explosifs entourant l'escouade d'élite de Machiavel.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance / Conseil
Rang : Commandant (N7) / SPECTRE
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4123-alec-sykes
http://www.masseffect-reborn.fr/t4129-journal-de-bord-d-alec-sykes


Messages : 205
Crédits : Nathan Drake (Uncharted)

MessageSujet: Re: Intrigue #8 : Extinction   Dim 18 Déc 2016, 20:26


L’heure de se frayer un chemin vers la cible à grands coups de cartouches thermiques venait de sonner. Il aurait été difficile d’imaginer plus grotesque comme tournure à une mission furtive que celle-ci… A moins d’imaginer une autodestruction globale de la base ennemie, bien évidemment. Encore que… avec les moyens en possession du terroriste et les méthodes employées par les Agents du Courtier pour opérer… il ne fallait pas grand-chose pour arriver très vite à un tel résultat.

Alors que les créatures d’un Enfer extraterrestre déferlaient dans leur direction, Alec prit d’ailleurs de longues secondes pour examiner l’état dans lequel son « effraction » de la pièce avait collé le Turien en charge de cette mission. Regrettant d'un côté de ne pas avoir pu en finir avec lui par ce biais, il s'interrogea sur la suite des évènements, une suite qui aurait pu prendre une tournure peut-être plus critique avec la mort du supérieur de son amante et chef d'équipe. Ou plutôt n’avait-il plus que la charge de ses propres hommes, car il était désormais difficile de concevoir une quelconque future obéissance de la part des conciliens… L’équipe, qui n’en avait plus que le nom, se trouvait définitivement scindée en deux suite à cet « incident », et le moment où le canon de leurs armes changeraient de direction semblait plus proche que jamais.

Le N7 se préparait ainsi intérieurement à cette éventualité lorsqu’une créature difforme jaillit dans la pièce sur leurs arrières. Passant à travers la fumée et les décombres produits par la charge explosive ayant détonnée quelques instants plus tôt, ce qui s’apparentait à un chien ou un varren de par sa carrure fit preuve d’une vitalité surprenante. Plus rapide que la normale, accablé d’une multitude d’appendices à la fonction inconnu et arborant une musculature impressionnante, le prédateur n’en restait pas moins en infériorité numérique. Aussi, lorsque la surprise fit place aux réflexes aiguisés de plus d’une dizaine de combattants surentrainés et surarmés, la bestiole comprit trop tard son erreur de s’aventurer seule à la recherche de proies.

Les crocs encore sanguinolentes de sa dernière victime ne l’aidèrent guère à digérer le déluge de tirs qui troua sa chair de part en part. Et si le monstre paraissait insensible à la douleur pendant un temps, les trop gros dommages causés sur ses organes internes finirent par avoir raison d’elle alors qu’elle s’apprêtait à sauter violemment pour arracher un membre ou la tête de l’un des éléments du commando.

S’effondrant dans un bruit sourd, la bête n’en était pas terrassée pour autant. En effet, il semblait rester à cette aberration de la nature une once de souffle de vie comme le laissait entendre un râle d’agonie émanant de sa gueule béante. Il n’en fallut pas plus à Sykes pour motiver son geste… S’approchant avec précaution de la bébête, des fois qu’elle ne puise dans ses dernières forces pour se relever, il attendit d’être au niveau de la tête monstrueuse de sa victime pour vider ce qu’il restait de sa cartouche thermique dans l’œil vitreux le fixant.

Balancés à bout portant, les tirs du M-99 firent leur œuvre avec une efficacité redoutable, mettant fin au calvaire de l’abomination dans une scène difficile à catégoriser comme propre. L’officier de l’Alliance se retrouva en effet couvert d’un mélange de cervelle et de sang à la couleur pour laquelle sa race ne connaissait pas de mots. Ne restait plus à l’endroit de la carcasse où il avait exprimé sa frustration qu’un trouant béant et fumant de débris organiques, parmi lesquelles quelques dents de la créature enfoncées sous le pouvoir d’arrêt du fusil d’assaut de l’Humain.

- « On aura tout vu… Présence d’augmentation biologique ou agent pathogène inconnu. D’ici à ce que l’on apprenne que cet enfoiré se livre à des expériences sur de la technologie Moissonneur… » détailla à voix haute le soldat en examinant un bref instant le spectacle qui s’offrait à ses yeux.

Il finit par se tourner vers ses équipiers, qu’il détailla un à un pour déceler leurs réactions, s’attardant sur l’une d’elle plus longtemps que les autres, avant d’être ramenée à la réalité par des bruits inquiétants. Des rugissements, cris de douleur et autres saloperies auditives du genre se rapprochaient, laissant cette fois-ci deviner des silhouettes bipèdes et humanoïdes pour certaines, entourées d’une étrange brume noire qui indiquait encore plus d’emmerdes.

L’idée peut-être saugrenue que le plus grand réseau de trafic d’informations soit au courant de telles expérimentations et dépêche des forces pour s’emparer de tels secrets avait de quoi ajouter à la parano des forces d’élite du Conseil. Décidemment, cette mission sentait de plus en plus mauvais, tandis que la possibilité d’une mise au point ou d’un règlement de compte sous une quelconque forme se faisait de plus en plus crédible…

- « J’espère que vos systèmes de filtration sont fonctionnels… Passez sur réserve d’oxygène au besoin. Plus le temps de s’arrêter. On a encore un Turien à neutraliser... » finit par maugréer le Lieutenant-Commandant à travers son casque, ne prenant même pas soin d’expliquer ou non s’il s’agissait d’une allusion à Codex ou Machiavel.

Face à la menace qui bondissait vers eux, Alec porta son choix sur la combinaison fusil à pompe Pinraha et munitions incendiaires pour se frayer un chemin vers la sortie de l’aile scientifique. Exit les engagements à distance et sous couverture. Face à un opposition d’une telle nature et un temps qui leur était compté, une percée s’imposait d’urgence, quitte à engager au corps à corps au besoin… Une éventualité loin d’être improbable vue la férocité des êtres qui leur fonçaient dessus. Tous ne ressortiraient vraisemblablement pas vivants de l'endroit...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Concilienne
Rang : Chasseresse (Enfants d'Amonkira)
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4020-tori-jorunn#60283
http://www.masseffect-reborn.fr/t4021-tori-jorunn#60284


Messages : 233
Crédits : moi-même

MessageSujet: Re: Intrigue #8 : Extinction   Mer 21 Déc 2016, 23:28
Méthodiquement, ils avançaient. Risques calculés sur fond de témérité, le doux mélange fonctionnait pour l’instant. Elle observa brièvement le galarien qui tripotait sans peur les explosifs. Il ne fut pas long et pourtant, le danger fit sembler s’éterniser les minutes qui lui furent nécessaire à ceux qui assuraient sa couverture. La drelle ne dit rien, mais elle nota une très légère tension chez celui qu’elle commençait à connaître dans ce genre de situation. Confortablement installée dans sa transe de combat, elle laissait s’égrainer les minutes sans l’ombre d’une émotion. De la méthode, de l’expérience et rien d’autre.

L’ennemi avait joué une carte importante. La drelle fut très surprise de découvrir les étranges soldats biotiques. Jusqu'au fond de sa chair, elle ressenti une vibration effrayante. Des fauves en chasse, pire des humains cruels en chasse… et c’est le frisson instinctif d’une proie à l’affut que ressenti la créature reptilienne. Heureusement, la galarien ne tarda pas à réagir et proposer un piège à leur leader. Sur le cheptel des possibles, c’était le mieux à faire. Une confrontation directe était une option inenvisageable pour espérer une victoire, ou en tout cas la réussite de leur mission. Elle ne lui souhaita pas bonne chance, se contenta d’acquiescer. Une prière muette accompagna le galarien qui tournait les talons. Les lances missiles, oui et les snipers… ah les mécas aussi, parce que plus on est de fous, plus on rit.

« On va s’occuper de ces tourelles... en bonus des snipers. »
Elle était bien placée pour savoir qu’un sniper pouvait être autrement plus efficace qu’une arme lourde.

Comme pour ponctuer ses dires, la cervelle d’un soldat près d’eux explosa. Plutôt que de s’apitoyer sur son sort létale, le Viper de la drelle sonda la zone probable d’où venait le tir. Heureusement pour elle, le sniper, orgueilleux opérait un second tir avant de changer de position. Peu prudent. Ce qu’elle faisait non plus, mais, on attaque, n’est-ce pas ? ce retour à l’envoyeur lui fit du bien. Ce sera le seul qu’elle tenta, car l’approche d’un méca les obligea à gagner un meilleur couvert. Elle emmena dans son sillage le restant de leur escouade. Les balles sifflaient sans discontinuer et il devenait compliqué d’opérer avec efficience. Tori tenta d’organiser les forces qui gravitait autour d’elle. Pas de stratégie de haut niveau, tir de couverture et ceux qui possédait les armes les plus lourdes ou aux munitions les plus impactantes avoinaient les tourelles à portée pendant que les autres effectuaient un tir de couverture. En théorie, car en fonction des mouvements ennemis, les groupes se déplacaient, se séparaient… le désinconvénient de ne pas avoir été recruté en anticipation pour avoir une connaissance mutuelles et stratégique solide. Si le Spectre savait fédérer, loin de lui, c’était un peu le foire au survivaliste. Il faut dire qu’entre les biotiques, les snipers qui les disséminaient comme des mouches n'aidaient pas à la cohésion.

« Mécha ! »

Le mercenaire devant elle bondit comme un lapin pour se jeter à couvert et elle l’imita promptement. Le sort était cependant clément, car le colosse n’était pas solidement entouré et ils avaient l’avantage du nombre. Il leur fallut cependant un sacré temps, beaucoup de persévérance et de la chance pour parvenir à le mettre hors circuit. La drelle loua son entrainement, car il était compliqué d’ajuster sa visée dans une telle situation où la rapidité était un gage de survie. Elle ne comptait plus le nombre de tir partant dans le décor faute de temps ou parce qu'elle avait dû avorté son action. Elle n’avait pas la vanité de prétendre que sa seule compétence lui permit de rester en vie. Les dieux veillaient sur elle, car même le meilleur ne peut se battre contre autant d’ennemi à la foi sans risquer de se faire prendre à revers ou de prendre une balle perdue. Cependant, elle changea sa priorité, les biotiques étaient en nombre et Abbadon n’avait pas une charge explosive conséquente. L’explosion en tuerait une bonne partie, mais elle doutait que la totalité succombe. N’ayant pas reçu d’ordre plus précis dans son oreillette, elle ignorait si le Spectre avait prévu un comité d’accueil suffisant. Les tourelles, les mécas et tout le reste lui semblait bien moins dangereux que ces biotiques.

N’étant pas très loin, elle indiqua rapidement aux mercenaires autour d’elle son intention de s’assurer de l’élimination des biotiques. Elle s’était promis de couvrir les fesses d’Abbadon, qui plus est. Elle attendit que l’explosion ait lieu pour s’approcher réellement du piège, pas folle la guêpe. En attendant, elle visa une tourelle et tenta, à son niveau, de supprimer un de ces maudits engins.


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Aucune
Rang : Entité divine
Voir le profil de l'utilisateur


Compte staff
Messages : 4168

MessageSujet: Re: Intrigue #8 : Extinction   Ven 30 Déc 2016, 04:26

Extinction
11 Novembre 2201




Cœur du complexe


La sauvagerie déchaînée, une haine sans cage et sans limites, qui gisait désormais à même le sol. La puissance sans restriction venait de succomber à une minorité possédant une maîtrise bien plus parfaite de ses capacités. Les gardes de la bête n'étaient plus pour la grande majorité. Leurs frères survivants faisaient désormais preuve d'un acharnement décuplé, bravant même pour certains les portes de la mort qui auraient pourtant dû les emporter. Mais la puissance n'était pas suffisante, l'ennemi s’avérait lui aussi être extrêmement redoutable, une prise de conscience tardive mais néanmoins salvatrice.

L'un des géants de métal jonchait le sol, et il fut rapidement rejoint par la carcasse d'un aéronef dont les cris de détresse de la pilote furent immédiatement interrompus lorsqu'il heurta le sol. Le sang des défenseurs commençait à recouvrir ses propres terrasses, mais il ne perdait pas pour autant la main.

De toute cette terrible nuit, les événements actuels étaient sans aucun doute les plus effroyables, les plus sanglants, là où l'intensité du combat venait d'atteindre son paroxysme. La défense était acharnée, brutale, l'attaque se voulait orchestrée, méthodique. La faucheuse se baladait de droite à gauche en ricanant. Mais les combattants n'étaient pas infinis, nombre d'entre eux avaient déjà péri, et la violence des derniers instants menaçait d'emporter ceux qui tenaient encore debout.

MacTavish s'octroya une pause au milieu des combats. La résistance se voulait être à la hauteur de la cible, mais l'opération n'avait jamais eu pour but de tourner de cette manière. Intervention avait échoué, et Confrontation ne tarderait sans doute pas à les rejoindre. L'effort était admirable, les mercenaires s'étaient avérés plus efficaces qu'il ne l'aurait pensé, mais leur effectifs n'avaient pas été prévus pour affronter ainsi toute la puissance de l'ennemi de face.

Bynare, je vous confie le commandement.

Ce furent les derniers mots du spectre avant de passer sur un canal privé. Il s’élança, suivi d'une chasseresse et d'un garde noir, en dehors de la couverture des bâtiments. Arborant un camouflage optique mais également réflecteur d'ondes thermiques, devenant ainsi purement indétectable par les tourelles que leurs hôtes semblaient tant apprécier à construire. Sans le moindre tir parmi le vacarme ambiant, ils se faufilèrent au travers des rangs ennemis avec la ferme intention de pénétrer l'infrastructure. Ils livraient ainsi Confrontation à un chaos sans doute plus grand encore, mais la tête de l'ennemi devait être tranchée quel qu'en soit le prix. La mort de Machiavel prévalait sur la survie du groupe.

****



La main noire déposa le verre et disparut de nouveau derrière le siège. Elle s'était avérée une très mauvaise hôte pour ne pas s'être encore montrée à ses invités. Mais il fallait savoir se faire désirer et la fête atteignait justement son point culminant, le tapis rouge qui n'attendait que sa venue. C'est ainsi que le mur parsemé d'écrans s'éteignit, le siège se tourna et fut libéré du poids qu'il devait soutenir dans un léger grincement. Un gigantesque turien noir se tenait désormais debout dans la pièce. Des peintures faciales remarquables ornaient son crâne mais les épines dorsales surgissant à l'arrière de son corps étaient sans aucun doute l'élément le plus frappant dans cette image. Des mandibules d'une taille hors norme et des crocs que même ses écailles ne parvenaient à recouvrir vinrent rajouter leur effet dans ce terrible tableau qui se dressait au fur et à mesure que l’œil s'aventurait. Machiavel, l’individu le plus dangereux de la galaxie se tenait désormais debout dans cette pièce.

Il tourna sa tête vers un individu qui observait le tout dans un silence parfait depuis quelques instants. Le volus se recroquevilla un peu plus sur lui même lorsqu'il sentit l'ardeur du regard ambré se posant sur lui.

Il est temps.

Ces trois mots furent suffisant pour que le volus se retourne et commence à courir aussi vite que sa corpulence le lui permettait. Une fois seul, le turien commença alors à s'entourer d'une épaisse brume noire, tandis que ses écailles laissaient apparaître de plus en plus de crocs. L'instigateur d'une nouvelle ère se tenait désormais debout dans cette pièce.

Laboratoires



L'urgence de la situation s'imposait à l'esprit de ceux qui se trouvaient au cœur du chaos. Une rencontre déroutante qui avait soulevé de nombreuses questions dans les esprits. L'asari qui s'affairait actuellement sur le terminal était à la recherche de réponses mais elle ne trouva que plus d'interrogations encore. Naviguant parmi la surveillance ennemie, elle découvrit ainsi le convoi à l'arrêt devant les laboratoires et le colis qu'ils transportaient. Une information qu'elle jugea plus que capitale pour en informer Codex. Le turien reprit alors sa progression qu'il avait interrompu avec la ferme intention d'également arrêter dieu sait quelle diablerie pouvait être transportée dans ce convoi. Ses agents le suivirent, formant une ligne de front solide déchargeant sa fureur sur toutes les créatures qui s'approchaient d'un peu trop près. Les conciliens les suivirent, diviser le groupe était la pire idée dans une telle situation, mais le bruit des coups de feu menaçait d’attirer à eux la totalité de la horde sanguinaire qui peuplait désormais l'endroit.

Progressant de salle en salle, Codex atteignit bientôt le niveau des enclos, là où la plupart des monstruosités avaient été retenues en cage. Plusieurs asaris se recroquevillèrent au sol lorsqu'il pénétra la pièce, le suppliant de leur laisser la vie sauve. Le turien se détourna et reprit sa progression, il n'avait pas de temps à perdre avec ceci. Il atteignit ainsi l'extérieur et se retrouva face à un krogan borgne. Le mastodonte déchargea son fusil à pompe dans sa direction et Codex battit en retraite à l'intérieur du bâtiment, avec les événements récents il était trop blessé pour pouvoir affronter un krogan aussi ouvertement. Le concerné tapa d'ailleurs plusieurs fois sur la paroi du véhicule dans son dos, hurlant ses directives. Les moteurs vrombissaient, le convoi était sur le départ. Plusieurs soldats venaient d'agripper les tourelles au sommet des véhicules pour faire feu sur la position du turien. Il avait besoin de soutien et rapidement.

Les agents qui ne l'avaient pas encore rejoint combattaient aux côtés des conciliens à l'arrière garde, face à une meute qui se voulait de plus en plus nombreuse. Un N7 était d'ailleurs resté avec Kalia tandis que cette dernière tentait de faire sauter la sécurité qui protégeait les dossiers contenus dans ce terminal. Une prise de risque qui lui apporta néanmoins son lot d'informations. Des expériences pour booster les effets de l'ézo sur l'organisme en utilisant l'énergie noire. Une synergie qui une fois portée à son paroxysme, permettait la création d'une nouvelle forme de biotique, bien plus dangereuse pour le mental et l'organisme, mais bien plus puissante. Les tests avaient rapidement été portés sur des humanoïdes et particulièrement sur des asaris de par leur affinité naturelle à la biotique.

Cœur du complexe



Une nouvelle porte de l'infrastructure venait tout juste de s'ouvrir, et si l'événement n'avait en soi rien de particulier, la scène fut cependant bien plus impressionnante pour ceux qui y jetèrent un œil. Un gigantesque turien noir en armure sortit du bâtiment. Il enjamba les corps d'une chasseresse et d'un garde noir et en leva un troisième du bout de l'un de ses bras, pour que tous puissent le voir. MacTavish lâcha son arme tandis que la vie quittait son corps, désormais simple pantin au bout du bras du terroriste. Le turien approcha la tête de l'humain de ses mâchoires et écrasa sa boite crânienne sous ses crocs avant de se débarrasser du cadavre. L'armure du mastodonte ne présentait qu'une seule entaille au niveau de la poitrine, là où l'omnilame du spectre se trouvait encore quelques instants auparavant.

Une épaisse brume noire commença alors à former une bulle autour du turien et des myriades de petits projectiles se mirent à graviter à sa périphérie à une vitesse impressionnante, broyant purement et simplement tout ce qui se trouvait à portée.

Une fois le processus terminé, Machiavel tendit les bras de chaque côté de son corps.

VENEZ À MOI !




____________INFOS MJ____________



Bon bon bon.

Ce tour a été particulièrement long, exams et vacances de Décembre obligent, on va donc reprendre les bonnes habitudes. Vous avez donc jusque vendredi prochain pour poster ce tour ci Smile

J'apprécierai également que vous lanciez chacun un dé de 20 sur le topic réservé à la mission, vous pouvez le faire avant ou après avoir posté, le résultat du lancé n'influera que mes propres posts ^^




Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Intrigue #8 : Extinction   
Revenir en haut Aller en bas
 

Intrigue #8 : Extinction

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: Systèmes Terminus :: Nébuleuse du Sablier-