AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 Hwang Dae-Hyun

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Personnage RP
Faction : Alliance Interstellaire
Rang : Enseigne
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 57
Crédits : Myself

MessageSujet: Hwang Dae-Hyun   Mar 14 Fév 2017, 00:43
Registre Galactique des espèces
HWANG Dae-Hyun

Informations primaires

Sexe : Masculin
Race : Humain
Âge : 31 ans
Faction : Alliance Interstellaire - Concilienne
Poste / Grade : Enseigne
Parenté : Hwang Dong-Soo (père/décédé) - Hwang Fumiko [jeune fille : Matshushita Fumiko] (mère) - Hwang Sun-Hee (sœur)
Situation maritale : Célibataire
Planète d'origine : Terre


Histoire

Mon histoire ? Ça commence toujours comme une mission de routine, tout doucement, sans jamais rien de très marquant.

Enfance

Je suis né le 15 avril 2171, à Séoul, en compagnie d'un sœur née quelques minutes avant moi. Sun-Hee est plus âgée que moi d'environ une demi-heure parce que contrairement à elle, j'ai eu beaucoup de mal à sortir. De plus, j'ai également mis du temps à me réveiller et les médecins faillirent me transférer dans un autre service pour me maintenir en vie avant que je ne me mette enfin à brailler. Vous parlez d'une entrée en matière comme venue au monde...

Fort heureusement je n'ai gardé aucune séquelle de ma naissance et j'ai pu grandir normalement, sans aucun souvenir d'aucune sorte de ma venue au monde chaotique. Nos parents à ma sœur et moi n'étaient pas militaires, notre père travaillait dans la maintenance du réseau Extranet de Séoul et notre mère était enseignante au collège. Dès notre plus jeune âge, ils nous imposaient une stricte discipline enfin surtout notre mère. Jamais nous ne devions discuter ce qui était parfois des ordres lancé par nos parents. Ils étaient sévères, voire durs mais ils étaient justes et réglos avec ma sœur et moi. A part 2 fois mémorables, jamais notre père ou notre mère n'ont levés la main sur moi ou ma sœur, leur autorité nous semblait naturelle. Toutefois, jamais ils ne nous ont fait courbé l'échine devant eux, surtout notre mère en fait. Elle mettait un point d'honneur à vouloir voir ses enfants redressés et impassibles devant elle, non pas avec une expression de chien battu et de soumission. Mon père ne comprenait pas toujours mais ne protestait jamais contre elle. C'était d'ailleurs une décision assez étonnante mais avec le recul, ça nous allait bien, nous ne serions pas sans défense si l'on nous embêtait. Notre mère était véritablement le chef de famille et elle voulait voir ses deux enfants devenir des gens importants en occupant des postes importants comme avocat, médecin, PDG... C'est pourquoi à l'école, Notre mère ne nous lâchait jamais ma sœur et moi. Les devoirs ? Premier truc d'achevé en rentrant des cours. Le travail personnel ? Notre mère payait des professeurs particuliers pour nous faire travailler le soir. Les sorties et les amis ? Maximum 1 à 2 fois par semaine et seulement avec quelques crédits en poche. Heureusement, lorsque c'était particulièrement éprouvant pour ma sœur et moi, nous étions là pour nous soutenir même si nous n'étions que des enfants et nous avons souvent dormi ensemble la nuit, Sun-Hee avait peur de dormir seule. Le cliché des parents asiatiques exigeant le meilleur de leurs enfants n'est pas si usurpé...

Évidemment même pour moi, la pression était parfois trop forte. La discipline et l'inflexibilité de ma mère me sortait par les trous de nez, j'en avais assez et je me suis parfois réfugié dans les bras de ma sœur, complètement à bout de nerfs. C'était ça notre avantage, quand l'un souffrait, l'autre était là pour le soutenir. Et c'est grâce à elle que je pus trouver un exutoire à la pression. A l'école, je découvris le football et je ne tardais pas à bien me débrouiller dans ce sport, allant parfois même un peu trop à l'engagement, pour évacuer mon mal-être. Je me suis mis à jouer dans les catégories d'enfants du club de mon quartier de Séoul pendant mon temps libre voire même je fus autorisé à sortir un peu plus souvent et j'étais même pas si mal. Ma mère ne trouvait rien à y redire, mon père non plus et ma sœur m'encourageait vivement à continuer. J'aurais certainement continué jusqu'à intégrer un centre de formation avant de devenir footballeur professionnel pour un club plus grand de Séoul si la Grande Guerre ne nous était pas tombée dessus. J'avais 14 ans lorsque Sovereign attaqua la Citadelle. Je connaissais l'existence de la station orbitale, tout comme le fait que nous n'étions pas seuls dans la galaxie, nous voyions souvent d'autres espèces sur Terre et pour moi la Citadelle était quelque chose de lointain, quasiment inaccessible, je n'y étais jamais allé. Mais sur les chaînes d'information, voire même sur l'Extranet, les images continuaient de circuler. Bien entendu je ne savais pas encore que c'était un Moissonneur et que bien d'autres allaient arriver dans quelques années. Toutefois, mes yeux d'enfant furent très curieux de savoir ce qui s'était passé et mes parents n'ont jamais su quoi me répondre, ils étaient encore plus perplexes que nous. Avec Sun-Hee, on avait passé des heures à en parler et à laisser notre imagination d'enfant prendre le dessus. Nous en avions même rit malgré les évènements. Pour la première fois, le nom du commandant Shepard était parvenu à mes oreilles. Mais tout cela était bien trop loin pour moi du haut de mes 14 ans. Tout ce qui m'importait, c'était de réussir ma première année de collège, de gagner le championnat régional avec mon équipe et de ramener de bonnes notes à la maison.

La Grande Guerre

2187, une année sombre pour toute la galaxie... En évoquant ce souvenir normalement j'aurais baissé la tête avant de la relever, une expression sombre sur le visage.

L'attaque des Moissonneurs sur Terre avait bien évidemment surpris tout le monde. Je venais à peine de sortir de mon entraînement de football et je marchais avec Sun-Hee vers la maison lorsque qu'un de ces trucs, un machin énorme vient écraser l'un de ses gigantesques pieds sur un immeuble d'appartements. Le bâtiment ne supporta pas la masse énorme du vaisseau et s'effondra complètement. Pour la première fois de ma vie, j'entendais véritablement des cris des terreurs et ma sœur paniquer complètement. Le Moissonneur dirigea ensuite son laser vers une nuée de chasseurs de l'Alliance qui venaient d'arriver dans la foulée de l'atterrissage du Moissonneur. Je croyais que les vaisseaux humains allaient pouvoir détruire le vaisseau extraterrestre mais son tir fusa et deux chasseurs explosèrent en plein vol. Ma sœur réfugiée dans mes bras j'assistais, médusé, à l'anéantissement de toute la formation des chasseurs qui malgré leurs tirs ne firent rien à la structure du Moissonneur. Puis ce dernier commença à tirer sur tout ce qui bougeait. En quelques minutes le quartier en entier fut en ruine et je vis des cadavres dans les rues. Paniqué à mon tour, j'emmenais ma sœur à la maison et l'on croisait ma mère sur le chemin. Pour la première fois, je voyais la peur dans les yeux de ma mère. Elle qui pourtant je croyais que rien ne l'effrayerait, je voyais qu'elle était terrifiée. On courut se mettre à l'abri avec d'autres gens dans un poste de police qui ne résista pas longtemps aux tirs du Moissonneur. Les policiers firent sortir tout le monde, l'alerte était déjà donnée dans toute la ville mais dans tout ce chaos, je ne savais pas comment notre père avait pu nous retrouver. Selon lui, l'Alliance avait déjà préparé l'évacuation des civils mais l'attaque des Moissonneurs avaient été soudaine. Sur le site d'évacuation, une navette attendait déjà et des soldats de l'Alliance arme au poing surveillaient la zone. On entendait toujours des bruits de tirs et les silhouettes des Moissonneurs surplombaient les bâtiments les plus hauts. La zone était relativement calme et l'on embarquait dans la navette. Sauf mon père qui restait derrière. Je refusais d'être séparé de lui mais la navette n'avait plus de place et le pilote fit décoller l'engin. Notre père nous cria qu'il nous rejoindrait et le bosco de la navette m'avait attrapé par un bras pour m'empêcher de le rejoindre. Ce fut à cet instant que le destin de mon père arriva. Une armée de zombies arriva à cet instant là et les soldats de l'Alliance ne purent rien faire pour les arrêter. Mon père se fit attaquer par 4 zombies qui le massacrèrent sur place avant qu'un cannibale ne vienne vider son chargeur sur les gens autour, lui compris. Je hurlais de toute la force des mes poumons, refusant d'admettre ce qui venait de se passer alors que la porte de la navette se referma.

Les mois qui suivirent furent parmi les plus durs de ma vie. La perte de notre père nous parut inconcevable à Sun-Hee et moi mais nous avions encore notre mère. Et je crois que je ne saluerai jamais assez le courage et la force de notre mère qui se retrouvait avec nous sur les bras mais qui prit soin de nous comme elle le pouvait. Nous étions parfois parmi les pires conditions de vie possible, changeant souvent de camp de réfugiés à parfois des bases de l'Alliance. Je voyais les soldats désormais comme des héros, des anges gardiens qui veillaient sur nous malgré les Moissonneurs dehors. Plus d'une fois, nous avions essuyés les attaques de ces saloperies, de zombies aussi. Nous n'avions aucun moyen de communiquer et presque aucune information ne filtrait sur ce qu'il se passait. Je n'avais que 16 ans mais j'avais dû mûrir très vite et grandir plus que ce que je ne devrais. Durant la guerre, lorsque nous étions attaqués, j'ai été témoin de beaucoup de choses, bonnes comme mauvaises. Je voyais des soldats de l'Alliance heureux et victorieux après avoir défait une horde de zombies mais ensuite se faire impitoyablement tuer par le laser d'un tir de Moissonneur. Plus je regardais ma mère et plus je la voyais se fatiguer, se lasser de tout ce qui se passait, c'était le cas de tout le monde, Sun-Hee ne pleurait plus, elle qui avait versé toutes les larmes de son corps plus d'une fois mais qui paniquait toujours lorsque nous étions attaqués. Mais jamais de mal ne nous avait été fait et je protégeais toujours ma sœur lorsque l'on devait évacuer ou rester quelque part puis ma mère nous protégeait à son tour. Mais il ne fallait pas le nier, ce furent des moments très difficiles, des gens mouraient autour de nous, la guerre se poursuivait et l'on se demandait si c'était vraiment notre fin qui était arrivée. Si je le pouvais, j'aurais pris un fusil et je serais aussi allé me battre mais ma mère et ma sœur m'auraient tuées avant les Moissonneurs. La vie était très dure parmi tout les réfugiés que l'Alliance avait pu sauver et certains n'étaient pas toujours animés de bonnes intentions. De mon côté personnel, c'était des torrents d'émotions qui me submergèrent souvent et j'avais dû apprendre, tout seul, à me maîtriser et à ne pas devenir fou. La mort de mon père avait été un choc terrible mais j'étais obligé par la suite à ne pas flancher devant ma sœur et notre mère. Je voulais leur donner l'impression que j'étais fort et que rien ne me faisait peur mais je ne me contentais juste pas de ne rien montrer, je voulais aussi redonner de l'espoir, surtout à ma mère qui plus d'une fois, n'en pouvait plus de continuer à lutter et à nous protéger.

Après un temps qui nous parut interminable, à tous, les rumeurs de rassemblement, de contre-offensive pour reprendre la Terre se firent de plus en plus insistantes. La résistance de l'Alliance n'était inconnue de personne, c'était même ce qui nous maintenait en vie mais l'espoir que nos forces armées, aidées par les aliens et guidés par le commandant Shepard dont le mythe avait prit une autre dimension, gonfla les cœurs de millions de terriens dont le mien et lorsque j'appris que le commandant Shepard allait arriver pour reprendre la Terre et que l'Alliance rassemblait ses armées à Londres, je sentis une immense vague de gratitude m'envahir. L'espoir, l'optimisme, la joie de se savoir enfin entendu par notre légende, qu'elle ne nous avait pas abandonnée explosa en moi et j'étais plus que jamais heureux d'être en vie, convaincu que nos prières avaient été entendues par toute la galaxie et renforçant ma conviction qu'avec de la foi, de l'espoir et de l'optimisme, tout était était possible. J'essayais de faire irradier cette allégresse en moi et alors même que l'on se battait encore à Londres, je ne pus empêcher d'espérer, de croire que la victoire était possible. Nous allions pouvoir reprendre la Terre, reprendre notre monde et massacrer à notre tour les Moissonneurs pour leur faire payer tout nos morts ! La nouvelle arriva bien plus tard que je le pensais. Nous avions vaincu les Moissonneurs et la victoire était nôtre. La situation était confuse mais les rumeurs parlaient toutes de la même chose : un rayon lumineux meurtrier avait percé et détruit chaque Moissonneur sur Terre, la force alliée avait défaite leurs forces à Londres. En revanche, le commandant Shepard était porté disparu. Mais à ce moment là, seule la victoire m'importait le plus. Nous pouvions désormais reconstruire notre planète.

L'après-guerre

Le commandant Shepard n'a malheureusement pas survécu à l'issue de la victoire. La mort de notre icône a été durement accueillie. Mais au lieu d'achever le moral de tout le monde et la victoire, cela motiva tout le monde à se ressaisir, moi en premier. Je me demandais ce que dirait le commandant Shepard s'il nous voyait complètement effondrés après sa mort... Non, on ne pouvait pas abandonner maintenant, nous devions nous redresser. La question de s'engager dans l'Alliance quand je pourrais s'imposa dans mon esprit...

La Grande Guerre avait bien entendue laissée des traces partout, toutes les villes de la Terre étaient en ruines. Avec ma sœur et ma mère, nous avions pu nous faire transférer à ce qui était autrefois Séoul afin d'aider à la reconstruction de notre foyer. L'Alliance avait instaurée un périmètre de sécurité autour des ruines de la ville, le seul dans la région, le plus proche était à Tokyo et à Beijing. Très vite tout le monde s'affaira à nettoyer, rebâtir, compter et honorer nos morts mais aussi de protéger la zone contre les malfrats, bandits et autres marginaux car tout le monde n'était pas devenu réfugié de la Terre, d'autres avaient profité du chaos ambiant. La reconstruction se poursuivit pendant des années après la fin de la guerre.

Ma sœur se remettait tout doucement de la Grande Guerre mais elle avait bien changée comme tout le monde. Elle ne pleurait plus et s'était endurcie, elle ne paraissait plus être une adolescente, on aurait déjà dit une jeune femme. Elle n'aidait pas à la reconstruction mais elle s'était engagée à aider les réfugiés et les malades. On manquait de main d'œuvre dans les hôpitaux de fortune et elle partit prêter main-forte là-bas. Mais de nous trois, celle qui était la plus marquée fut notre mère. Il semblait que le passage de la guerre lui avait fait prendre 20 ans d'âge en à peine 1 an. Elle avait pu pleurer la perte de notre père était lasse et fatiguée, je le sentais bien et elle était tombée malade lorsque j'avais 17 ans. Elle s'en était tirée mais elle était encore affaiblie. A tour de rôle avec ma sœur, on restait auprès d'elle lorsqu'elle n'allait pas aider aux hôpitaux de fortune. Moi de mon côté, je faisais tout ce que je pouvais pour la reconstruction, je me suis retrouvé plus d'une fois sur un chantier, dans un hôpital, à distribuer de la nourriture... Je commençais même à envisager de m'engager dans l'Alliance car apparemment ça chauffait encore. Non plus contre les Moissonneurs mais contre la vermine qui s'était formée au delà de la zone de l'Alliance. J'en avais fais part à ma sœur et à ma mère sur mes intentions de rejoindre l'Alliance et comme je le pensais, Sun-Hee m'encouragea car elle avait pensé à faire la même chose. Ma mère par contre s'y opposa bien sûr. Pourtant, même elle était consciente qu'il fallait déjà penser à ce qui allait arriver ensuite, la reconstruction ne serait pas éternelle, il fallait savoir ce qu'on allait faire après. Pour moi, après une discussion un peu houleuse avec ma sœur et notre mère, l'après était simple : l'Alliance. Ma conviction était claire, je voulais faire ma part. Je ne pouvais pas me battre contre les Moissonneurs, étant trop jeune mais j'approchais de mes 18 ans et je voyais l'Alliance comme une alternative. J'allais pouvoir servir ma planète et ma race, j'allais avoir un revenu pour pouvoir prendre soin de ma famille et de moi-même et l'Alliance allait certainement m'aider à combler mon manque éducatif pendant la guerre contre les Moissonneurs. En m'étant renseigné, j'envisageais même de faire une école de sous-officiers et de ne pas rester un homme du rang.

L'Alliance

Je m'engageais dans l'Alliance peu après mes 18 ans. L'officier recruteur me regardait en haussant le sourcil, se demandant si je ne me payais pas sa tête mais il ne posa pas de questions et je signais un peu plus tard mon engagement. L'entraînement militaire n'était pas une sinécure, je voyais qu'en réalité, ma mère était très gentille à côté des instructeurs que j'avais eu dans l'Alliance. Bordel que j'en bavais... mais je ne baissais jamais les bras, j'avais signé un engagement, je devais le respecter et je voulais arriver au bout. Qui sait, peut être que la vie dans l'armée après l'entraînement était meilleure ? J'étais fier le jour où en plus de mon unique chevron sur l'uniforme, on m'en parapha un nouveau, identique et sur l'autre, le jour où j'avais terminé mon entraînement. Ma sœur s'était également engagée mais on ne s'était pas retrouvé dans la même promotion. Quelle fut donc notre fierté à nous deux d'avoir nos deux chevrons ensemble lorsque l'on se revit ! Et pour la première fois depuis des années, un sourire se dessina sur le visage de notre mère lorsqu'elle nous vit arriver en uniforme avec nos deux chevrons. Nous formions à nouveau une famille et bien que l'on ne se voyait plus aussi souvent, on savait que nous nous étions ressoudés ensemble. Nous avions reconstruit une maison pour nous, dans la zone toujours présente de Séoul, Sun-Hee partit terminer sa formation de médecin militaire dans un hôpital de l'Alliance, ma mère avait trouvé un poste d'enseignante dans une école financée et construite par l'Alliance, moi je me retrouvais déployé pour la première fois à bord d'un vaisseau militaire. Pour la première fois de ma vie, je voyageais dans l'espace.

Servir à bord d'un vaisseau de l'Alliance n'était pas de tout repos. Il y avait en permanence quelque chose à faire. En plus des tâches à faire que me donnait les quartier-maîtres, je devais rattraper aussi mon manque d'instruction et de connaissances. En effet, je voulais intégrer une école de sous-officiers et mon niveau d'éducation ne me le permettait pas encore. Je voyais bien comment était traités les hommes de rang et comment étaient les quartier-maîtres, on me traitait bien mais on n'hésitait pas à me charrier non plus. Les asiatiques étaient assez rares mine de rien... Je refusais de rester en bas de l'échelle et je voulais moi aussi à mon tour donner des ordres. Il fallait donc que je donne les bouchées doubles. Les communications avaient été relativement bien rétablies depuis la fin de la Grande Guerre et je ne vis pas ma mère et ma sœur pendant quelques années, me contentant uniquement d'appels en holo via l'Omnitech, je passais mes permissions et mes week-ends à travailler mon instruction. J'appris par les infos comme des millions de terriens que la Citadelle, qui avait perdue deux bras suite à la guerre contre les Moissonneurs, que ces derniers avaient mis en orbite autour de notre planète avait été attaquée par des mercenaires, des criminels qui voulaient l'envoyer s'écraser sur Terre. Je me demandais comment on avait pu laisser la Citadelle ou même ses ruines ainsi sans défense, d'autant plus que je trouvais ça dangereux malgré le fait que le Conseil avait été reformé. Fort heureusement, l'on s'occupa de ces mercenaires. Je ne faisais pas partie du détachement envoyé pour les mettre hors d'état de nuire mais j'étais content lorsque l'on annonça qu'ils avaient été vaincus et qu'une fois encore, la Terre fut sauvée. Nous avions déjà grandement morflés, la chute de la Citadelle sur notre planète nous auraient certainement achevés.

A force de cravacher, de me donner sans compter et de servir sans protester mes supérieurs, ces derniers remarquèrent mon dévouement et je fus promu quartier-maître. Je souris lorsque j'appris la nouvelle. Encore une fois, je ne m'étais pas trompé, à force de persévérance, avec la foi et l'espoir, j'obtenais ce que je voulais. Mais je ne voulais pas m'arrêter là et je devenais plus ambitieux. Je voyais que l'école de sous-officiers se rapprochait et je me découvris une facette de moi-même que je ne soupçonnais même pas : je donnais des ordres et l'on m'obéissait. Évidemment ce n'était pas évident au début, on n'hésitait pas à me contester. Contestations qui parfois partaient se régler sur le ring d'entraînement... Je prenais des coups mais je les renvoyais, tenace. Je voulais prouver que je méritais mon rang et que les gradés ne s'étaient pas trompés. Sans jamais baisser les bras, volontaire, par tout les déploiements où l'on m'envoyait que ça soit sur Terre pour reprendre peu à peu les Terres Mortes à la vermine qui s'y était installée ou pour aller faire garnison sur d'autres planètes de l'Alliance comme Terra Nova, Eden Prime, voire même encore Theshaca. Je me suis même retrouvé garde pendant quelques temps à l'Académie Grissom, lieu surprenant s'il en était, non loin d'Elysium, un endroit rempli d'enfants biotiques. J'avais toujours eu un rapport un peu étrange avec le biotique, je n'étais pas capable d'en faire montre mais cela ne me dérangeait pas du tout. Par contre, de ce que j'en savais, c'en était fascinant voire un peu effrayant et j'étais content d'avoir cette académie de notre côté.

L'école de sous-officiers était tout sauf reposante. Nous étions tous au même niveau et l'on nous formait à devoir diriger des hommes et des femmes à bord d'un vaisseau ou sur le front. C'était éprouvant, aussi bien les cours que l'entraînement plus poussé que l'on subissait. Mais j'étais fier, encore plus que le jour où j'avais eu mes deux chevrons, lorsque je reçus mon rang de Second-Maître. Les chevrons sur l'uniforme en jetaient mine de rien... Je servais à nouveau avec dévouement et volontarisme là où j'étais déployé. Toutefois on m'envoyait assez souvent prêter main-forte aux forces de l'Alliance sur Terre. Il fallait continuer de gagner du terrain sur les Terres Mortes. Le commandement branche Asie de l'Alliance souhaitait faire la jonction entre la zone de Séoul et de Beijing et je l'y aidais. Mais le temps sur vaisseau n'était pas négligé et je devenais de plus en plus ambitieux à force. J'avais maintenant l'école d'officiers en ligne de mire. Je me mis même à entendre parler du programme d'entraînement N des forces spéciales de l'Alliance. Je me rappelais encore du commandant Shepard, son exemple, son rang N7... Je me fixais maintenant un double objectif. Devenir officier et tout faire pour recevoir l'invitation tant convoitée pour rejoindre le programme N. Rien ne me paraissait impossible et même si j'échouais une première fois, je ne comptais rien lâcher.

Je fis tout pour ne pas perdre de vue ma sœur et notre mère. Sun-Hee était également devenue sous-officier à son tour et s'approchait de son objectif de médecin militaire en chef. Ma mère était toujours enseignante et maintenant que je n'avais plus à étudier intensément, l'on pouvait se voir tous ensemble. Environ 2 fois par an. C'était peu, mais on profitait de nos moments. Notre mère était devenue fière de nous et de voir ainsi ses enfants grandis. Moi j'étais heureux d'où j'en étais après ce que nous avions traversé et que l'on méritait amplement ce qui nous arrivait. Lorsque je devins Major, je pensais maintenant clairement à intégrer l'école d'officiers et le programme N. Je ne doutais plus en mes compétences de combat, ayant été plus d'une fois en première ligne et je me disais que mon heure à ce moment-là était venue. Je gardais néanmoins un œil attentif à ce qu'il se passait ailleurs ou du moins qu'on daignait bien nous apprendre. C'est donc d'un œil curieux et assez attentif que j'appris le coup d'état des Galariens, la création du GIP Quarien-Geth, l'achèvement de la réparation des relais cosmodésiques ou encore qu'il se passait quelque chose à Oméga. Concernant ce dernier détail, rien ou presque ne filtrait, c'était surtout des rumeurs en réalité mais je n'appris rien d'autre. Lorsqu'Eden Prime exprima ses velléités d'indépendance, j'avais peur d'être envoyé là-bas pour calmer la rébellion mais je ne faisais pas partie d'un quelconque détachement envoyé là bas. Sachant ce qui s'était passé chez les Galariens, je fus heureux d'apprendre que la crise put se résoudre sans heurts.

L'école d'officiers et le programme N

Je me retrouvais déployé à bord d'une frégate mais j'intégrais l'école d'officiers peu de temps après. Sun-Hee l'avait appris et malgré nos emplois du temps, elle m'offrit son soutien et me promit d'être là lorsque je sortirais de l'école d'officiers. Là-bas, la formation était encore plus poussée que l'école de sous-officiers. J'étais regardé un peu de travers, la moitié des élèves n'étaient pas passé par les échelons comme moi, pas mal d'entre eux étaient arrivés directement dans l'école d'officiers et regardaient de haut les gens comme moi, qui avions commencé tout en bas de l'échelle. La formation était aussi bien plus longue et exténuante mais je refusais l'échec, je ne voulais me permettre de perdre à nouveau. Je me donnais aussi corps et âme à mes 3 ans de formation, m'attirant parfois les foudres de mes camarades mais j'espérais au moins avoir tapé dans l'œil des bonnes personnes.

Entretemps, l'on apprit de notre côté, les évènements de la galaxie. La Citadelle était enfin réparée, j'appris avec une certaine froideur le Traité de Farixen, qui limitait notre flotte et j'avais un temps craint pour mon job, j'appris aussi les différentes rixes qui se passaient pour les autres races comme l'attentat évité à Illium, la guerre civile sur Tuchanka et l'attaque de Palaven où l'on nous accusa, nous de l'Alliance d'avoir fomenté. Au lieu d'exploser de colère comme les gens de ma promo, je commençais vraiment à me demander ce qui était en train de se passer. Tous ces évènements n'arrivaient pas par hasard. Il se passait quelque chose... Cela dit, pas le temps de finasser, je devais finir ma formation d'officier et en 2201, je ne fus pas major de ma promo mais j'étais parmi les mieux placés, résultat de mon travail sans relâche et de mon dévouement en ma tâche et pour atteindre mon objectif. Lorsque l'on me mit mes galons d'Enseigne, je pus reconnaître dans la foule Sun-Hee qui s'était glissée discrètement jusqu'au premier rang et j'étais encore plus fier que le jour où je suis devenu sous-officier. L'amiral de notre école nous félicita tous et je sortais de l'école avec mon grade d'Enseigne, une fierté, une motivation et un dévouement renouvelé et la perspective de pouvoir servir à nouveau ma race et l'Alliance mais aussi avec autre chose en poche.

A l'école d'officiers, le programme spécial d'entraînement N des forces spéciales n'était plus un mythe, tout le monde le savait mais seuls les meilleurs recevraient le précieux sésame qu'était l'invitation à la Villa Militar de Rio de Janeiro. C'était l'évènement que j'attendais et le programme N était devenu tout aussi prioritaire que le grade d'Enseigne que je reçus en menant à bien ma formation d'officier. Étant sorti parmi les 10 meilleurs de ma promo, je reçus cette invitation des mains mêmes de l'amiral de l'école d'officiers qui me réitéra sa fierté de compter dans son armée des soldats aussi valeureux que moi et ceux qui sortirent parmi les premiers de notre promo, insistant bien sur l'honneur de recevoir une telle invitation. Ce jour-là je n'avais jamais vu un supérieur hiérarchique me saluer de façon aussi règlementaire. J'en rougissais de reconnaissance devant mon propre supérieur et ma main tremblait légèrement lorsque je lus l'invitation à la Villa Militar, estampillée de l'insigne de l'Alliance et du blason du programme d'entraînement N de l'armée.

Je pus donc intégrer le programme N au CFCI basé à cette fameuse Villa Militar à Rio de Janeiro sur Terre. La sélection parmi les candidats fut la plus rude des compétitions que je n'ai jamais connu, les 20 heures d'entraînement quotidien me paraissaient interminables et plus d'une fois, je faillis abandonner. Mais je me souvenais lors de ces moments tout ce par quoi je suis passé, tout ce que j'ai enduré depuis la Grande Guerre comme la mort de mon père -que dirait-il en me voyant si j'abandonnais- , l'exemple du commandant Shepard me revenait en tête et également plus d'une fois, je me maudissais de douter de moi-même. Je ne lâchais rien durant cette sélection, serrant les dents et me battant jusqu'au bout, quitte à mourir de fatigue, n'ayant plus que le rang N1 à acquérir en tête. Et mes efforts, ma détermination et ma ténacité payèrent, mon dossier militaire indiqua un peu plus tard la mention N1. L'officier en charge de notre troupe nous salua, nous les nouveaux N1 et nous renvoya dans nos affectations respectives et nous promit que les invitations pour l'accession au rang N2 arriveraient bien assez tôt. Au moment de la remise des rangs N1 je saisissais pleinement l'importance et le prestige du grade et du rang N, nous n'étions pas considérés comme des héros, au contraire, les marques de compliments étaient rares, voire quasi-inexistantes envers nous. Nos instructeurs mettaient bien plus l'accent sur le fait que nous étions des soldats d'élite, même au rang N1, bien meilleurs que la plupart des soldats de l'armée, le programme N n'était pas pour les soldats rêvant de gloire et d'honneurs, il avait été conçu pour les soldats voulant servir au mieux la Terre et qui étaient habilités à commander, à diriger vers la victoire. Nous n'étions pas ici pour être bardés de médailles et se la péter, nous étions ici pour être parmi le fer de lance de l'Alliance et inspirer le respect jusque dans nos propres rangs voire dans les autres armées. Maintenant, j'étais officier, officier de rang N1 certes mais il fallait retrouver le quotidien d'un soldat de l'Alliance. Comme une mission de routine.


Apparence

Dae-Hyun possède un visage fin et au menton assez peu élancé avec une mâchoire quelque peu carrée mais sans être trapu. Issu d'un étonnant brassage principalement coréen et japonais avec quelques influences américaines, il a des traits typiquement asiatique mais fins, les yeux légèrement bridés et une bouche propice au sourire. Il a néanmoins l'apparence d'un homme bien plus jeune qu'il n'en a l'air alors que notre homme vient de dépasser la trentaine. D'un naturel avenant et amical, on peut croire que Dae-Hyun est un jeune homme naïf mais il essaie de se servir de ces atouts à bon escient et sait faire disparaître son air de bienveillance pour de plus franches expression de fermeté voire de colère.

Notre jeune asiatique fait exactement 1,77 m. Il n'affiche pas une musculature excessive mais a une apparence athlétique et musclée, résultant de son entraînement militaire, le corps parsemé de quelques cicatrices sur les abdominaux et le dos. Très tôt dans son enfance, il a appris à se tenir droit et à ne pas trop courber l'échine, même devant ses parents. Ses yeux sont d'un noir de jais, aussi noirs et ténébreux que l'espace mais sans avoir l'air méchant naturellement. Les cheveux tout aussi noirs et courts, en permanence ébouriffés, comme s'il venait à chaque fois de sortir du lit encadrent le discret visage de l'asiatique. Une coupe parfois à la limite du règlement imposé sur les coupes de cheveux de l'Alliance mais Dae-Hyun s'est toujours arrangé pour ne pas dépasser les limites et gardant la même chevelure depuis qu'il a intégré l'Alliance, une frange de cheveux tombant parfois sur une partie du front et d'un côté du visage.

Côté vestimentaire, Dae-Hyun porte le plus régulièrement son uniforme de l'Alliance que ça ne soit lorsqu'il a quartier libre ou à bord du vaisseau dans lequel il sert. En situation de combat, il porte bien entendu l'armure réglementaire des soldats de l'Alliance. Pour ce qui est des vêtements civils, le jeune homme porte des vêtements classiques tels que pantalons, jeans, chemises ou polos et tennis blanches. Il possède également une petite collection de maillots d'équipes de football de la Terre. En effet, grand amateur de football, il a principalement les maillots de la sélection de football coréenne et japonaise, ses deux origines principales. Des tenues qu'il porte lorsqu'il fait du sport et lorsque son entraînement le permet, auquel cas, il met les vêtements que l'Alliance préconise pour l'entraînement de ses soldats.


Caractère

Dae-Hyun est un jeune homme au caractère essentiellement bienveillant et conciliant. Il est capable d'une grande gentillesse et de clémence mais il sait également être ferme, exigeant et direct car on ne franchit pas les échelons des sous-officiers uniquement en étant sympa avec ses soldats. Personne n'a été militaire dans sa famille avant lui mais après avoir vu de ses propres yeux la Grande Guerre qui l'a profondément marqué et le chaos qui en a résulté mais aussi en ayant vu et entendu parlé de la légende de l'Alliance et du symbole de la victoire sur les Moissonneurs, le commandant Shepard, le jeune asiatique décida de s'engager pour aider à empêcher un tel malheur d'arriver à nouveau et, le cas échéant, combattre aux côtés du nouveau messie et sauveur que pourrait être le ou la successeur(e) du commandant Shepard. De plus l'Alliance lui offrait également la perspective de voyager dans la galaxie et de voir de nouvelles choses et pour quelqu'un de relativement curieux que Dae-Hyun, c'était l'opportunité qu'il lui fallait.

Un tantinet idéaliste, Dae-Hyun n'hésite pas à offrir sa sympathie, son écoute et sa gentillesse à celles ou ceux qui le lui demandent. Cela lui valu certaines déconvenues mais le jeune homme est un quasi-éternel optimiste, convaincu que le meilleur reste malgré tout à venir. Ouvert mais assez introverti que certains confondent avec de la timidité, il se donne beaucoup pour les gens qu'il aime ou apprécie. D'un naturel posé, calme et parfois solitaire, il ne rechigne néanmoins pas à faire des sorties, avec ses camarades d'unité par exemple mais il tape également dans un ballon dès qu'il en a l'occasion, toujours partant pour un match de football avec des amis ou d'autres soldats. Il continue aussi de s'entraîner régulièrement au combat et au tir lorsqu'il est en service et parfois en permission. Toutefois, malgré sa bonne volonté et son bon fond, l'asiatique a peu d'amis de confiance et a encore moins eu de relation amoureuse. Hétérosexuel, ce n'est pas qu'il soit moche loin de là, mais le jeune soldat a reçu tellement peu de témoignages d'ouverture et d'intérêt envers lui qu'il en vient à ne pas savoir si on lui manifeste de l'intérêt ou si c'est simplement pour se payer sa tête d'où son nombre très réduit de relations amoureuses qu'il peut compter sur les doigts de la main. Mais son optimisme légendaire ne lui ont jamais fait baisser les bras malgré ses échecs et il continue à penser que le meilleur est à venir.

Resté toujours très proche de sa sœur qu'il va voir sur Terre dès qu'il en a l'occasion, elle est devenue son soutien majeur depuis le décès de leur père durant la Grande Guerre et le décès de leur mère quelques années après. Très fusionnel avec sa sœur, ils se sont protégés et soutenus mutuellement et ont traversé ensemble les épreuves après la Grande Guerre.

Au combat, Dae-Hyun ne fait par contre preuve d'aucune forme de gentillesse. Il change radicalement et prend son rôle de soldat à cœur, se souvenant des atrocités dont il a été témoin pendant la Grande Guerre. Il n'a jamais été signalé pour insubordination et n'a quasiment jamais discuté les ordres qu'il a reçu, passant parfois pour un soldat modèle. Mais il a su faire le maximum pour réduire au minimum les pertes des gens qu'il a sous ses ordres et il sait faire preuve de clémence lorsque des prisonniers doivent être faits ou si des gens doivent être secourus ou libérés. Voulant se montrer protecteur envers ses hommes et camarades de combat, il prend parfois de gros risques inconsidérés pour protéger les siens et s'est retrouvé blessé à plus d'une occasion. Mais il sait qu'il a durement été éprouvé avant de se retrouver au front en première ligne et sait faire montre de courage et d'intrépidité.


Compétences / Profil

Voir ce topic pour l'aide.
Profil :

Profil : Commando, Militaire 8 - Biotique 0 - Technologique 6

Équipement :

Armes : M-96 Mattock / M-3 Predator
Armurerie :M-97 Viper

Compétences :

Militaire : Maîtrise avancée / Combattant moyen / Discrétion naturelle, Tir percussif, Munitions Cryo, Munitions Incendiaires, Munitions Antigrav
Biotique : Non
Technologie : Surcharge / Hacker confirmé


Compléments

Signe(s) distinctif(s) : Coupe de cheveux en permanence ébouriffée, parfois à la limite du règlement ; dogtags de l'Alliance autour du cou ; bracelet bouddhiste porte-bonheur de tissu au poignet.
Relations avec les autres : Aucune aversion connue et se montre de prime à bord sympatique et ouvert. Sauf si on le braque avec un flingue, bien sûr. Comme on dit, la haine et la rancune sont des passe-temps coûteux.
Des liens prédéfinis ? : Hwang Sun-Hee (sœur) ; Hwang Fumiko (mère)
L'objectif de votre personnage à long terme ? : Devenir N7 et protéger l'humanité afin qu'elle garde son influence et sa force


Hors Personnage

Célébrité sur l'avatar : Atsuto Uchida
Comment avez-vous connu le forum ? En quête de nouveaux partenaires de RP, le lien du forum est apparu sur un post Facebook de Mass Effect France.
Est-ce un double compte ? Non
Des remarques ? Positives. Un niveau d’exigence que j'ai rarement vu d'entrée pour une fiche et une communauté qui me semble durable et active. Bien joué les gars, c'est rare les forums comme ça.


RP d'introduction

Je me souviens... d'une mission de routine dans ce qui était autrefois la Chine. Cela devait faire deux ou trois jours que je venais d'avoir mes galons de Maître, l'unité dans laquelle j'étais déployé était là pour repousser le périmètre de l'Alliance au sein des Terres Mortes et menait maintenant une offensive pour faire la jonction entre la zone de Beijing et de Séoul. Je connaissais les gars avec qui je servais depuis un bout de temps mine de rien et ce n'était pas la première fois que l'on accomplissait ce genre de mission. Mais c'était la première fois que j'allais devoir aider à gérer un commando entier sous les ordres d'un Maître Principal, je devais transmettre les ordres du maître principal Atkins. C'était une femme, un peu plus âgée que moi et qui était moyennement appréciée dans l'unité mais qui faisait plutôt bien le boulot. Les gradés avaient décidés de lui faire confiance pour cette mission. En somme, ce n'était pas la mer à boire. On avait trouvé la planque d'un groupe de bandits depuis peu, en temps normal, on aurait rasé l'endroit de loin mais il y avait une suspicion d'otages ou de réfugiés à l'intérieur. Des scans effectués de la zone indiquait plusieurs signatures thermiques qui semblaient détenues dans un coin de la planque en plus des aminches armés. Étonnamment, il n'y avait pas que des humains dans la planque, il y avait aussi des butariens et même un krogan. J'avais jamais compris comment ils étaient arrivés là à vrai dire. Au cours du briefing, les ordres étaient simples : nous devions secourir les réfugiés et tuer leurs tortionnaires, il ne fallait pas faire de prisonniers. Je fis une légère moue en apprenant les ordres, n'aimant pas trop ne pas faire de quartier mais d'un autre côté, cela devait faire des mois qu'ils les faisaient souffrir ces pauvres gens, nous devions donc leur faire payer.

La navette nous avait déposé à quelque chose comme 1 click de la planque, on pensait que c'était suffisamment près mais pas assez pour se faire repérer. La priorité était d'évacuer les réfugiés et repartir aussi sec, l'Alliance se chargerait ensuite de bombarder l'endroit pour ne laisser que les miettes. On pouvait tout aussi bien faire une entrée en force mais la finesse était recommandée, il ne fallait pas que les bandits sachent que l'on était là pour les réfugiés. Cachés derrière des ruines, on avait une bonne vue sur l'entrée de la planque. Deux types gardaient l'entrée et j'eus un regard entendu avec Atkins. Avec un autre soldat, on sortit nos fusils de précision et les deux gardes à l'entrée furent tués d'une balle en pleine tête. Ils ne purent donner l'alerte et notre unité de 10 hommes put s'engager dans la planque. Atkins avait choisie l'entrée en force et prépara la formation.


- En formation de progression, deux hommes devant, les autres vous couvrez nos flancs. Vasquez, vous couvrez nos arrières. Hwang au centre avec moi. On tue tout ce qu'on croise et on extrait les réfugiés, le bombardement de l'Alliance est prévu dans 30 minutes donc on devra se tirer en vitesse.
- Faites attention où vous dirigez vos tirs. Il ne faudrait pas qu'on tue un réfugié par mégarde. Mettez vos balles en mode incendiaire, en cas d'armure, on passe en perforant.
- C'est ça. Après, formation de protection, les réfugiés au centre, nous autour, je prendrais la tête, Hwang vous restez avec moi. Des questions ?


Personne ne posa de questions et l'on se mit en formation, Atkins au centre et qui dirigeait l'escouade via son OmniTech, moi avec elle. L'endroit ressemblait à l'entrée d'une mine, il y avait des caisses un peu partout, l'éclairage était faible et l'air un peu vicié, comme une humidité suitante. Un butarien à l'entrée ouvrit ses 4 yeux de surprise et se précipita vers son arme mais nos deux hommes de tête le tuèrent sur-le-champ. Ses potes bandits nous avaient vu arriver et ils déclenchèrent une fusillade nourrie. Sans attendre tout le monde se mit à couvert. Les tirs étaient néanmoins désordonnés et de mon abri, je pouvais voir Atkins. Dans l'oreillette j'entendis sa voix.

- Hwang, Cooper, Duchemin ! Tir de couverture ! Avec le reste de l'escouade on prend leur position d'assaut. N'arrêtez pas de tirer ! Schworz balancez vos grenades !
- Bien pris ! Ouvrez le feu !


Nos armes se vidèrent sur les abris des bandits dont certains se disloquèrent sous les balles et ils se retrouvèrent à la merci des tirs d'Atkins et de ses hommes. 2 grenades explosives détonèrent dans la planque, faisant effondrer des morceaux de plafond mais les bandits ne purent échapper à nos tirs et 5 d'entre eux furent criblés de balles. D'autres s'enfuirent plus loin, leurs balles se contentant juste de heurter nos boucliers. A cet instant alors que nous allions les poursuivre, un krogan surgit de l'ombre et nous fonça dessus en beuglant. Nos tirs ne purent l'arrêter et il envoya voler Atkins vers un amas de caisses de bois et elle se fracassa dedans. Je voulus aller porter secours à notre adjudant mais le krogan balança sa tête sous les tirs des autres et me fonça dessus à mon tour. Je me mis également à vider mon Mattock sur lui mais je fis un bond de côté pour l'éviter. Le krogan, emporté par son élan s'encastra dans le mur. J'enclenchais mes balles en mode cryo et vida un autre chargeur sur le krogan qui fut bientôt stoppé dans sa course par mes munitions cryo. Mes hommes finissaient de l'achever quand il s'effondra à terre, vaincu alors que j'allais voir où en était Atkins. En vérifiant ses données vitales via mon OmniTech, elle vivait encore mais faiblement.

- Vasquez ! Par ici ! Applique le medi-gel et tu vas porter l'adjudant, elle est inconsciente, tu la protèges, je vais diriger l'escouade vers les réfugiés. Non tu viens avec nous, personne ne reste derrière. Etat des pertes ?
- Deux hommes sont blessés, rien de grave mais il ne faut pas traîner. Le medi-gel n'est pas éternel.
- On reprend la même formation, je vous guide, nous ne sommes plus très loin. Faites attention, on en a encore qui se sont barrés. Vasquez tu restes au centre, Cooper en tête avec moi, les autres vous nous couvrez. Les blessés, vous restez avec Vasquez, allez go !


Notre formation reprit et l'on déboucha dans une salle qui ressemblait à un cachot, miteux et plus loin, on pouvait voir les réfugiés qui attendaient fébriles. Dans mon nez, je sentais l'embuscade arriver malgré l'entrée de la salle grande ouverte. J'ordonnais à Schworz de dégoupiller une grenade aveuglante avant que l'on ne s'élance. Vasquez restait derrière avec les blessés pour couvrir nos arrières et je menais le reste de l'escouade. Comme on l'escomptait, le reste des bandits s'était retranché ici mais contrairement à l'entrée, la salle de détention était vide à part une caisse et deux chaises. Sans aucune pitié, on tua les 2 butariens et 3 humains qui restaient et ils s'effondrèrent à terre en gémissant. L'un d'eux agonisait encore et avant qu'on ait eu le temps de s'en apercevoir, il appuya sur un détonateur caché dans sa poche qui déclencha une explosion dans un coin de la pièce et se répercuta. Une espèce de panique furieuse s'empara de moi et je poussais les réfugiés vers la sortie.

- SORTEZ ! SORTEZ PUTAIN ! VASQUEZ COURS VERS LA SORTIE ! COUREZ MERDE !

Je n'arrivais plus à garder la tête froide et je poussais tout le monde vers la sortie, fermant la marche. Le plafond commençait déjà à tomber et tout le monde se mit à détaler vers la sortie. J'espérais que personne ne reste derrière mais je ne m'arrêtais pas pour m'en assurer. La planque commençait à tomber en miettes et toujours fermant la marche, je courais jusqu'à en perdre haleine vers la sortie. Un énorme morceau de plafond s'effondra devant moi et me boucha presque le chemin. En ignorant la terre et les morceaux de bois qui s'effondraient, j'escaladais l'obstacle et fit une lourde chute de l'autre côté. Le cheville foulée et le souffle coupé, je me traînais vers la sortie, gémissant de douleur. Plus loin je voyais Vasquez qui confia Atkins toujours inconsciente à Duchemin et je voyais ensuite le colosse courir vers moi avec Cooper. Serrant les dents et grimaçant, je débouchais à l'entrée mais l'embrasure de bois me tomba dessus et je fus assommé.

Lorsque je revins à moi, j'étais dans un lit d'hôpital. Le Maître Principal Atkins était à ma droite et elle faisait des mots croisés avec Vasquez et Cooper et ils manifestèrent leur joie de me voir éveillé.


- Ah ! Je t'avais dit mon pote, il a la tête dure le Hwang !
- Ouais enfin t'en menais pas large quand même Vasquez. T'étais blanc comme un linge quand on les a ramené.
- Je suis resté longtemps dans les vapes ?
- 24 heures environ Hwang. Vous êtes coriace, vous avez mérité vos galons de Maître. Toute l'escouade a pu rentrer et vous avez sauvé les réfugiés. Le commandant de notre vaisseau a tenu à vous féliciter lorsque vous serez sur pied.
- Oh ben... j'ai fais ce que j'ai pu...
- Ne rougissez pas, Hwang, vous avez accompli la mission comme il le fallait. Beau boulot.


Je rougissais quand même des compliments de ma supérieure, quelque chose qui n'arrivait que rarement. Mais intérieurement, j'étais heureux moi aussi d'avoir accompli la mission. Une mission de routine en fait.




Dernière édition par Hwang Dae-Hyun le Ven 17 Fév 2017, 15:19, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance
Rang : Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/
http://www.masseffect-reborn.fr/t150-journal-de-bord-d-adrien-annaz


Administrateur
Messages : 7970
Crédits : Matt Bomer - Lleyton Benam

MessageSujet: Re: Hwang Dae-Hyun   Jeu 16 Fév 2017, 18:32
Bonsoir Dae (c'est bien ça ?)

Le règlement étant signé et l'avatar aux normes, on peut passer à la fiche.


Premièrement, une petite erreur : la Citadelle à été ramenée au dessus de la Terre par les Moissonneurs pendant la guerre. Donc quand tu avais 14 ans. Et ce n'était pas vraiment un secret, je vois mal comment tu aurais pu l'apprendre à 16 ans. C'est un détail mais c'est toujours bon à corriger.
Concernant l'avancée en grade, je te conseille de te vieillir un peu. 23 ans pour Major, c'est jeune. J'ai envie de dire de te vieillir entre 3 et 5 ans. Au global, essaye d'atteindre les 33/35 ans, pour que ça soit plus cohérent.
Pour le programme N, je ne suis pas sûr de ce que je lis, donc je vais expliquer. Tu rejoints le programme N sur invitation expresse de la villa, qui te propose le N1. Là bas, si tu tiens jusqu'au bout, tu as le N1, et tu peux être réinvité pour le reste, au fur et à mesure. Sachant que chaque échelon se déroule dans un environnement différent. Seul le N7 n'est pas acquéris à l'école mais sur le terrain, en tant que "prestation remarquable", en quelques sortes. Dernier point, le programme N étant considéré comme un privilège, personne ne sera condescendant si tu échoue.

Rien à dire pour le caractère et l'apparence.

Concernant l'équipement, je trouve que tu trimballe beaucoup d'armes. Tu devrais en enlever une ou deux, et n'oublie pas que tu ne les maîtrises pas toutes parfaitement. Tu peux être spécialisé dans le fusil d'assaut, ce qui signifie que tu sera moins bon au fusil à pompe, par exemple.


C'est tout. Je te laisse faire les corrections, préviens moi quand ce sera bon.


Pourquoi est-ce qu'à chaque fois que quelqu'un dit "avec tout le respect que je vous dois", j'entends "ta gueule" ?


Revenir en haut Aller en bas

Personnage RP
Faction : Alliance Interstellaire
Rang : Enseigne
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 57
Crédits : Myself

MessageSujet: Re: Hwang Dae-Hyun   Jeu 16 Fév 2017, 19:36
Bonsoir Adrien Annaz =)

C'est presque ça, généralement le prénom coréen est composé, on est censé dire Dae-Hyun. Mais on peut m'appeler par mon nom Hwang, Dae passe bien aussi ou simplement Dae-Hyun =) juste ne pas dire Hyun tout seul par contre car ça n'a pas vraiment de sens, étant issu d'un prénom composé.

Merci pour les remarques ^__^ je pense avoir effectué les modifications nécessaires, notamment concernant l'armement et j'ai réécris certaines parties de mon histoire afin d'être plus cohérent. Ça m'a donné l'occasion de pousser un peu plus mes connaissances sur le Mass Effect Universe =)

J'espère que ça ira, s'il y a encore autre chose, je le changerais ^_^
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance
Rang : Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/
http://www.masseffect-reborn.fr/t150-journal-de-bord-d-adrien-annaz


Administrateur
Messages : 7970
Crédits : Matt Bomer - Lleyton Benam

MessageSujet: Re: Hwang Dae-Hyun   Ven 17 Fév 2017, 14:24
Allons-y pour les re-corrections alors.

Tout d'abord, encore une erreur chronologique. L'attaque de Sarkass sur la Citadelle, celle des mercenaires dont tu parle, a lieu en 2191. Donc tu avais 20 ans, pas 17. De même, le Conseil s'est reformé en 90, donc même problème chronologique.

Il me semble que c'est tout ce qu'il faut corriger.


Pourquoi est-ce qu'à chaque fois que quelqu'un dit "avec tout le respect que je vous dois", j'entends "ta gueule" ?


Revenir en haut Aller en bas

Personnage RP
Faction : Alliance Interstellaire
Rang : Enseigne
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 57
Crédits : Myself

MessageSujet: Re: Hwang Dae-Hyun   Ven 17 Fév 2017, 15:22
Décidément j'ai du mal avec les chiffres et les dates, étonnant pour un passionné d'histoire comme moi xD j'ai changé d'emplacement dans mon histoire le passage concernant la Citadelle, j'espère que cela conviendra mieux =)

Si quelque chose ne va pas toujours pas, je me ferais un plaisir de corriger ça à nouveau ^__^ on va y arriver !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance
Rang : Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/
http://www.masseffect-reborn.fr/t150-journal-de-bord-d-adrien-annaz


Administrateur
Messages : 7970
Crédits : Matt Bomer - Lleyton Benam

MessageSujet: Re: Hwang Dae-Hyun   Ven 17 Fév 2017, 17:48
Ça me semble tout bon.

Je te donne le lien pour trouver des partenaires RP : ->ici<-. N'oublie pas de bien respecter la fiche modèle.

Si tu veux chercher des liens avec les autres joueurs, je te conseil de lire les Journaux de Bord. et t'encourage à faire le tien.

Et bienvenue sur le forum.


Pourquoi est-ce qu'à chaque fois que quelqu'un dit "avec tout le respect que je vous dois", j'entends "ta gueule" ?


Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Hwang Dae-Hyun   
Revenir en haut Aller en bas
 

Hwang Dae-Hyun

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Hall du Personnage :: Présentation des Membres :: Fiches Abandonnées-