AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 Amiral Ringheilem [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance interstellaire
Rang : Amiral IIIéme Flotte
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 14

MessageSujet: Amiral Ringheilem [Fini]   Sam 06 Mai 2017, 01:49
Registre Galactique des espèces
Edouard Balthazar/ Ringheilem

Informations primaires

Sexe : Masculin
Race : Humaine
Âge : 55 ans
Faction : Alliance
Poste / Grade : Amiral
Parenté : Mickael Ringheilem (fils aîné) John Ringheilem (fils cadet). Amélie Winchester (ex-femme)
Situation maritale :Célibataire / Divorcé
Planète d'origine : Terre / France


Histoire


Edouard Balthazar Reigheilm de son nom complet est né en Juin 2148 dans la ville de Strasbourg dans le Nord-Est de la France. Cette même année ou la glorieuse humanité fit la découverte d'une balise prothéenne sur Mars, permettant d'explorer au delà de ce que l'esprit humain pouvait imaginer.
Héritier d'une famille aisée il put choisir à son gré la profession de son choix, soutenue par les largesses de ses parents.
Il put grandir dans cette ambiance générale de découvertes de nouvelles planètes par les humains, suivant avec passion toute information se rapportant à l'immensité galactique.
Si certains s'engagent dans l'armée par dépit,lui, Edouard, le fit par une conviction mêlée à un goût d'aventure.

Fier, il refusa toute aide pour avoir un « coup de pouce » dans son intégration dans l'armée. C'est par lui même qu'il réussit, à ses 20 ans, l'examen d'entrée à l'école des Officiers de l'Alliance. En cette année de 2168 il était le plus fier des jeunes hommes.

Entrée dans l'armée

Sa formation fut classique, trois années d'études pendant lesquelles ses enseignants notèrent sa tendance à vouloir être le meilleur, quitte à écraser les autres.
Sa premiére année, celle d'un cadet regardant de haut ses camarades,bon qu'à le ralentir, fut marqué par une évolution. L'école lui permit de gagner une maturité et une gravité qu'il n'avait pas en arrivant, prenant conscience des responsabilités futures qui lui incomberaient.

En 2171 il fut intégré en tant que lieutenant de vaisseau à bord du SSV Verdun de la IIIéme flotte. Investie, charismatique, sévère mais juste dans son commandement, il fut très vite remarqué par son capitaine de frégate.
En 2176, à l'âge de 27 ans, il gagna ses galons de capitaine de corvette, devenant ainsi le second sur le bâtiment. Officier prés de ses hommes, il se mêlait volontiers à eux au mess du SSV. La nouvelle du raid Skyllien fut un profond choc pour lui, son navire, comme d'autres, fut dépêché. En arrivant sur place l'Alliance ne pouvait que constater les dégâts, des morts, des blessés et des personnes réduites en esclavage. Depuis ce jour, choqué par les images de ce qu'il vit, Edouard nourrit un mépris sans nom pour les butariens.
Dans la même année il se maria à Amélie Winchester, la mère de ses enfants. Fille d'un riche homme d'affaire, ami de son père, le mariage avait été grandiose.

Promu par anticipation, sur la demande du chef de frégate, au rang de capitaine de frégate en 2178, il participa à l'offensive de la lune de Torfan la même année aux commandes du SSV Verdun.
Il n'hésita pas à faire abattre des pirates battant pavillon blanc, violant par la même les règles conciliennes. Les pirates, butariens pour la plupart, ne méritaient que le canon pour leurs crimes passés.
Bien que des cols blancs dénoncèrent ce geste il fut couvert par l'amirauté, gagnant même la sympathie de certains.

Par la suite, son dossier fut marqué par la prise systématique de missions délicates, acceptant volontiers les reconnaissances en terrain « hostile ».
Naissance de son fils aîné, Mickael en 2177.
Ses efforts pour se faire remarquer par la chaîne de commandement furent couronnés de lauriers en 2181, date à laquelle il fut promu capitaine de vaisseaux, à l'âge de 34 ans. Naissance la même année de son fils cadet, John.
L'acceptation de la promotion fut vécu comme un choc par l'équipage du SSV Verdun, persuadé que son capitaine refuserait toute offre pour rester auprès d'eux. Edouard continua ainsi son ascension sans un regard derrière lui, son ambition passant avant tout. Seul les imbéciles restaient à une place médiocre.

L'attaque Geth sur la colonie d'Eden Prime, en 2183, le rendit particulièrement amer. Son vaisseau fit parti de la flotte de secours envoyée pour secourir la colonie assiégée. Mais les secours sont ce qu'ils sont, arrivant bien souvent trop tard. Les images morbides, annonçant la tempête de 2186, furent gravés au fer rouge dans son esprit.
L'attaque de la Citadelle, à laquelle la Véme flotte prêta main forte pour sa défense, permit à l'Humanité de gagner sa place au conseil. Cependant l'Alliance ne parut jamais aussi faible, gagnant les honneurs d'un côté, mais s'isolant de l'autre.
Aux yeux d'Edouard cette augmentation de l'influence humaine sur l’échiquier politique devait s'accompagner de l'augmentation des effectifs militaires, l'Humanité devant autant défendre la place qu'elle venait d'acquérir. Les humains n'ont en effet pas la diplomatie des asari, ni la science des galariens. Seul l'armée avait permis de montrer la force de l'Alliance, à l'instar des turiens.

A mesure que les années passaient, au grès des événements exposés, il se montra de plus en plus froid auprès de ses hommes. Ces derniers lui semblaient n'être que des tremplins lui permettant d'accéder aux plus hautes sphères. Pour autant, l'officier n'acceptait ni l'incompétence, ni la couardise. Craint pour la discipline de fer qu'il maintenait sur son bâtiment, il ne manquait jamais de rabaisser le moindre manquement ou relâchement.
Les louanges étaient données au compte goutte, juste assez pour que son équipage recherche ces honneurs trop rares.
A la discipline s'alliait un entraînement constant, physique et technique.
«Aucun incompétent n'est accepté sur mon bâtiment. Je n'ai pas besoin de vous.» cette phrase ,pouvant couper à vif le cœur d'un homme, était la terreur des recrues . Néanmoins les soldats résistant à cette pression pouvaient se targuer d'avoir une formation de qualité, ainsi que des nerfs dignes de krogans.

2186....

L'attaque des moissonneurs en 2186, le rendit plus sombre dans sa personnalité. Bien sur, comme d'autres, il avait entendu les mises en garde de Shepard, mais c'était tellement gros pour y croire.
Il était au sein de la IIIéme flotte , défendant la station Arcturus, quand il vit cette force d'un autre temps faucher comme du blé les défenses de l'Alliance, ayant le champ libre pour attaquer la Terre. Difficile d'oublier cette scène de « bataille ».
Ce ne fut que par miracle que sa femme et ses fils purent s'échapper de l'hécatombe de la Terre. Durant le conflit, l'humanité, et la galaxie entière, c'était retrouvée,du jour au lendemain, dans une guerre pour sa survie.
Une rage sourde, muette, était née pour ne plus jamais le quitter. L'humiliation coupable qu'il ressentit face à cet ennemi trop puissant, obligeant l'Alliance à se cacher pour ne pas être écrasée, alors que des centaines de milliers de personnes mouraient chaque jour, le hante encore.
Les vaisseaux de guerre en étaient réduits à vider des planètes, dans la peur d'être découvert.

Mais la victoire, cruelle victoire aux vus des pertes, fut acquise par une coalition inespérée. La joie cependant ne pouvait être au rendez-vous, l'ennemie était vaincu, certes, mais en laissant derrière lui une traînée de cadavres.
Le gâchis de cette guerre rendit malade Edouard, plus encore quand les politiciens réclamèrent le pouvoir. Les rats avaient quitté le navire pour mieux revenir.

L'entrée dans l'Amirauté

Le seul avantage de cette guerre fut d'avoir été repéré par ses supérieurs, amenant par la même sa nomination au poste de contre-amiral de la troisième flotte en 2187, le faisant entrer dans le cercle fermé des Amiraux.
Les dix ans qu'il passa dans ses fonctions firent naître une petite réputation au sein de la IIIéme flotte. Les soldats avaient peur de cet homme renommé pour son caractère stricte et pointilleux.
En 2192, son mariage battant de l'aile depuis un bon moment, le couple divorça. Edouard ne parut même pas affecté par cet épisode, sa femme lui paraissant depuis bien longtemps qui gêne.

En 2197 vint la consécration, quand Edouard fut promu au rang d'Amiral, à l'âge de 50 ans. Il fut placé à la tête de la IIIéme flotte de l'Alliance. On raconte que certains membre du SSV Tai Shan se signèrent quand l'Amiral prit ses fonctions au sein du vaisseau.
Sa nomination à ce poste fut quelque peu débattu au sein de l'amirauté. Ringheilem étant connu autant pour ses positions militaristes virulentes que pour son patriotisme .

En 2198 il se porta volontaire, suite à la sécession d'Eden Prime, pour mener la flotte expéditionnaire. Souhaitant peu se retrouver dans un guerre longue et coûteuse, pouvant gangrener de son idéologie séparatiste d'autres colonies, il n'hésita pas à ordonner le bombardement de l'une des plus grande ville de la colonie. La puissance en reconstruction de l'Alliance se devait d'être préservée à tout prix. Le sacrifice de certains pour le bien de tous.
Ses actions amenèrent à la négociation des séparatistes, ainsi qu'à un surnom qui lui colle encore à la peau « Le boucher d'Eden Prime ». Même si le visage sévére d'Edouard n'en laissera jamais rien paraître ses pensées vont encore aujourd'hui aux victimes des bombardements. Les cauchemars et les images, véhiculés par la suite, lui rappellent encore de manière vivace une décision qu'il porte encore comme un fardeau. Le poids du commandement.

Les événements récents, tel que les attentats sur Palaven et Thessia, ainsi que sur Ontarom, démontrèrent selon lui la nécessité d''une collaboration concilienne pour répondre à la menace terroriste de plus en plus présente au sein de l'espace concilien.
La conscience du danger permit des négociations des divers chefs d'armées conciliens, en 2201.
Edouard se montra profondément hostile à la mise en place d'une armée concilienne permanente, idée asari, considérant une telle chose comme peu efficace. Cette idée fut d'ailleurs combattue par le Chef d'Etat-major de l'Alliance, au même titre que les turiens et galariens. Les négociations finirent par aboutir à l'institution d'une coopération des armées conciliennes, l'UCIP.
La nouvelle institution paraît une bonne occasion pour faire promouvoir les soldats d'élites de l'Alliance au rang de spectre. Cependant la position d'Arcturus Waylh à ne pas vouloir impliquer les N7 au sein de cette institution est pour lui une grave erreur.
Cette décision paraît à Edouard comme préjudiciable. Premiérement cette position encourage les autres races conciliennes à ne pas engager leurs forces spéciales, mais également donne une image de l'Alliance de mauvais contributeur au sein du conseil.


Actuellement l'Amiral de la IIIéme flotte est considéré comme étant le second homme dans la hiérarchie militaire de l'Alliance, étant désigné comme successeur du chef d'Etat-major des armées en cas de problèmes.




Apparence



Le dos droit, un visage sévère vous transperçant par des yeux d'un bleu glacial, voilà la première image que donne l'amiral Reigheilem.
Cet homme aux cheveux corbeaux porte la sévérité sur lui. Un regard froid,des lèvres n'esquissant jamais un sourire, il transpire le poids du commandement.
Sa présentation se doit d'être constamment impeccable à l'extérieur. Vêtu de son traditionnel uniforme de l'Amirauté, son pas se veut lent quand il arpente son vaisseau. Il garde constamment les mains derrière son dos, quand il marche comme quand il parle, jugeant que la gestuelle permet autant d'en apprendre sur un individu que la parole.

De taille moyenne l'Amiral impressionne d'avantage par son physique entretenu et musclé. Exigeant autant envers ses hommes qu'envers lui même, il veille à poursuivre un entretien physique et martial régulier. Musculation, entraînement aux arts martiaux, Edouard a de l’énergie à revendre. Ainsi ne soyez pas surpris si vous le voyez s'entraîner comme n'importe lequel de ses hommes.
L'Amiral se révèle être très agile , étant un combattant à ne pas sous-estimer au corps à corps.

C'est également un épéiste de talent, passionné par l'escrime et le Kendo. Sa collection personnelle de sabres et épées, allant de la lame turienne tribale au sabre humain utilisé lors de la grande guerre, en dit long sur lui.
Les prouesses médicinales de l'époque permettent au corps humains de moins avoir à supporter le poids des années, lui donnant par la même une impression d'être beaucoup moins âgé.



Caractère



Ambiguë, complexe, voilà ce qu'est le profil de Edouard.
Fervant défenseur de l'Alliance et de son armée, il n'hésitera pas à mettre toute son énergie pour détruire tout obstacle, humain ou non. Ses décisions, lors de la sécession d'Eden Prime, le montre assurément. En tant que chef de la flotte expéditionnaire il n'hésita pas à faire bombarder des cibles ,militaires comme civiles, même si cela lui coûtait psychologiquement. L'exemple d'Eden Prime put «démotiver» certaines idées sécessionnistes dans d'autres colonies.
Il y a un peu de turien dans l'esprit de cet Amiral, considérant que le bien de la société passe avant l'individu.

Ne vous attendez pas à avoir des compliments spontanés de la part de ce gradé, ils sont rares, mais mérités quand ils viennent.
La voix roque,la mine sévère, Edouard est plus volontiers du genre à faire des reproches, à ses subordonnés comme à ses proches. Ne le supportant plus, son fils, Mickael, a coupé les ponts avec lui pour cette raison.

Si son comportement vis à vis des races conciliennes est ouvert, il est en revanche plus critique vis à vis des autres races. Il se veut particulièrement admiratif du concept d'honneur des turiens ainsi que des capacités des asaris. Le fait que les turiens aient soupçonné l'Alliance d'être derrière l'attentat de Palaven provoqua une certaine colère en lui. Cependant son opinion vis à vis de la hiérarchie, passée cette histoire, ne s'en trouva pas désagrégée.

En revanche, vestiges de l'attaque d'Eden prime de 2183, Edouard n'aime pas les geths. Malgré leur unions avec les quariens, l'Amiral les considères encore comme de vulgaires machines pouvant menacer l'espace concilien à tout moment.
Les galariens ne sont à ses yeux que des lâches ayant mérité leur guerre civile, image qu'il garde depuis la Grande Guerre. Les butariens représentent pour lui une nuisance future à laquelle il n'aurait pas fallut redonner l'occasion de se redresser, discréditant toute thèse sur leur changement post-grande guerre.
Si le conseil est à ses yeux un partenaire diplomatique avec qui il faut compter, leur ingérence dans les affaires internes de l'Alliance ont fait naître en lui un vocabulaire ordurier. Il n'y a pas pire à ses yeux que voir un spectre d'une autre espèce venir fouiner.


Compétences / Profil

Voir ce topic pour l'aide.
Profil :

Profil : Capitaine 9/Militaire 9/technologique
Technologie: Techno-blindage (2pts) - Omnilame (2pts)- Omnipoing (2pts)- Surcharge (3pts)
Équipement :

Armes : M-77 Paladin

Compétences :

Militaire : Maîtrise avancée / Combattant entraîné / Omnilame





Compléments

Signe(s) distinctif(s) : C'est un x-me*sbaaaf*
Relations avec les autres :
Des liens prédéfinis ?  :
- Mickael Ringheilem: 25 ans, fils aîné de la famille, officier de marine et pilote de chasseurs de l'Alliance. Brave, courageux, il a toujours vécu dans l'ombre de son pére. Il ne supporte l'autorité de son père et son caractère. Les deux ne se parlent plus depuis plus de deux ans. Mickael sert en au sein d'un porte chasseur de la deuxième flotte.
- John Ringheilem: 21 ans, poursuit la tradition familiale de servir l'armée. Cependant le jeune homme a choisi de servir dans l'armée de terre. Est actuellement dans une école d'officiers de l'Alliance. Fini sa formation en fin d'année. Voit son pére comme un héros. Il tente de réconcilier son frère et son père


L'objectif de votre personnage à long terme ?  : Renforcer l'Alliance/Etre à la tête des armées de l'Alliance


Hors Personnage

Célébrité sur l'avatar (seulement si besoin) : A t'on vraiment besoin de le présenter? Trollface
Comment avez-vous connu le forum ?
Est-ce un double compte ? HUMANITY WhatTheFuck
Des remarques ? [A remplir ici]



RP d'introduction


Le visage sévère, le dos droit, Edouard regardait le désastre qui se déroulait devant lui. La station Arcturus venait de tomber, détruit dans un rayon de mort, emportant avec elle tous les malheureux qui n'avaient pu être évacué.
Quel gâchis, tant de vies humaines venaient de disparaître dans cet espace infini, anonymement.

L'équipage de son vaisseau ne montrait aucun signe de panique, il les avais suffisamment entraînés à gérer tout type de situation, mais la tension était palpable. Lui-même n'en menait pas large, donnant ses ordres de contournement quand les ennemis se rapprochaient, de soutien quand un autre vaisseau était assaillis. Cette « bataille » n'avait de conflit que le nom, c'était en réalité un massacre à sens unique. Ces ennemis, de la puissance d'un cuirasser, se présentaient par dizaine, approchant sans cesse dans un flot continue.
Les messages de S.O.S fusaient dans tout les sens, derniers témoins d'équipages tombés face aux moissonneurs qui les assaillaient.
Les vaisseaux de la Véme et de la IIéme flottes, en première ligne, se faisaient détruire les uns après les autres, malgré leur combativité et l'appuie de la IIIéme flotte. L'enjeu était énorme, si ces monstres passaient il n'y aurait aucun obstacle entre eux et la Terre, qui sait les dégâts qu'ils pourraient causer.
Ses pensées allèrent à sa femme et à son fils, alors que son regard se perdait sur le pont ou se trouvait ses hommes. Oui, ils avaient tous, eux aussi, quelque chose à défendre.

Malgré tous les efforts déployés la puissance de feu de l'ennemi était effarante. Un seul tire pouvait couper un croiseur en deux. En une trentaine de minutes à peine les vaisseaux de l'Alliance en étaient réduit à s'écarter du relais menant à la Terre. Même la puissance combinée des vaisseaux de l'Alliance ne faisait que ralentir tout au plus ces montres.
Edouard avait vu de ses yeux le vaisseau amiral de la IIéme, un cuirassé, maître des champs de bataille, être anéanti. Les dieux de la guerre semblaient avoir abandonné les hommes.

Puis raisonna dans le croiseur du capitaine de Vaisseau Reigheilem la phrase fatidique, invraisemblable, de l'Amiral Hackett.

« A toute la IIIéme flotte, repliez vous. Je répéte, à toute la IIIéme flotte, repliez vous. La IIéme et la Véme convriront votre retraite. Je répète..."
Un silence de mort fit échos dans le vaisseau, tanguant par les explosions des combats. L'ordre se voulait clair.
Rester c'était l'annihilation, mais partir c'était abandonner la Terre. Les mains dans le dos, l'Officier serra ses poings jusqu'au sang, ses ongles pénétrant sa chair. Crispé du visage, les jointures de sa mâchoire étaient visibles.
De l'impuissance et de la colère, voilà ce qu'il ressentait. La colère de savoir que l'Alliance en était réduit à sacrifier une partie de ses forces pour en sauver le maximum.
Ses hommes le regardaient, attendant les ordres. Le message de repli continuait de passer en boucle, rajoutant au fardeau qui commençait à peser sur ses épaules. Tout autour, les vaisseaux de la IIIéme, et quelques uns de la Véme, commençaient à manœuvrer pour fuir, enclenchant des sauts SLM d'urgence.
Pendant ce temps, la IIéme et quelques vaisseaux de la Véme faisaient remparts pour assurer la retraite. Comment pouvait il les abandonner?

La voix grave, lourde et emplie d'une émotion qui lui était inhabituelle, le maître du vaisseau se prononça.

« Messieurs.... De toute ma carrière, cet ordre est sûrement le plus difficile pour moi à accepter....mais nous le devons.
Que Dieu m'en soit témoin, nous vengerons les nôtres »

Cette phrase laissa place à nouveau au silence. Les seconds commencèrent à faire fuser les ordres pour le saut SLM. Manœuvrant, le vaisseau s'éloigna par ce tunnel de lumière dans une honteuse débâcle. Le SSV Logan, vaisseau amiral de la IIIéme, était resté en appuie aux derniers défenseurs.

Il fallut plusieurs heures pour que les flottes ayant échappé au carnage se rassemblent.
Comptabiliser les pertes brisa le moral des hommes. La IIéme avait été annihilé, la Véme amputé du trois-quart de ses forces. Nombre de braves avaient péri.
Ce fut avec un soulagement non feint que l'officier vit le bâtiment de son Amiral rejoindre la IIIéme flotte. Le vaisseau-amiral de la IIIéme flotte s'était comporté admirablement, se désengageant au bon moment. Malheureusement, il semblait avoir été le seul survivant des derniers défenseurs ayant couvert la retraite.

Durant ce laps de temps , passé au regroupement des flottes ,une nouvelle terrifiante arriva. La Terre était tombée. Les vaisseaux défendant la Terre avaient été balayés, laissant à son sort la population. La IVéme et la Iére flotte s'étaient faites annihilées en défendant le berceau de l'humanité.
Les nouvelles étaient toutes mauvaises, sans exception. Les combats au sol paraissaient risibles. Si ces monstres d'aciers, qui avaient pu mettre aisément en déroute une flotte de guerre, que pouvait faire des blindés et soldats face à eux?

Face à la nouvelle, le regard hagard, certains hommes du vaisseau fondirent en larmes malgré la présence de leur chef.
Ils s'étaient battus avec ardeur, avaient mis leurs vies en jeu pour savoir que la planète mère de l'humanité était en proie à la destruction. Malheureusement les autres races n'étaient pas en reste, la virulence de l'assaut était coordonné à plusieurs planètes.
Plus la flotte se rapprochait de la citadelle, plus les informations s'avéraient alarmantes, arrivant en flot continue. Thessia était tombée et Palaven ,cœur battant des turiens, livrait un combat à mort sur ses propres terres.

Le regard assombrit devant toute ces nouvelles Edouard savait que ce qui avait débuté était bien plus qu'une invasion. Que ce soit Palaven, Thessia ou la Terre, ces monstres ne cherchaient pas à faire des prisonniers, c'était une annihilation pure et simple.
C'était le début d'une lutte pour la survie, un jeu de mort dans lequel les sacrifices seraient nombreux


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance
Rang : Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/
http://www.masseffect-reborn.fr/t150-journal-de-bord-d-adrien-annaz


Administrateur
Messages : 7937
Crédits : Matt Bomer - Lleyton Benam

MessageSujet: Re: Amiral Ringheilem [Fini]   Lun 05 Juin 2017, 16:49
C'est bon !


Pourquoi est-ce qu'à chaque fois que quelqu'un dit "avec tout le respect que je vous dois", j'entends "ta gueule" ?


Revenir en haut Aller en bas
 

Amiral Ringheilem [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Hall du Personnage :: Présentation des Membres :: Fiches Validées-