AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 Convergence d'Idéaux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Personnage RP
Faction : Aucune
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4707-termine-l-artisan
http://www.masseffect-reborn.fr/t4712-journal-de-bord-de-l-artisan


Messages : 42

MessageSujet: Convergence d'Idéaux   Mer 21 Juin 2017, 16:28
Intervention MJ : NonDate : 25 avril 2202 RP Tout public
Blanche Faydal ♦ L'Artisan ♦
Convergence d'Idéaux


El’Dug passe devant Marcheciel au sortir du cinquième tour ! Quelle course, mes amis, quelle course !

Au loin, une clameur éclata, signe indubitable que certains parieurs avaient placé leur argent sur le véhicule rouge qui venait de profiter d’une erreur de trajectoire de son rival blanc pour lui ravir la première place. Le circuit d’Arvin, en brodure de Taiyuan, était l’une des grandes attractions qui faisaient oublier toute la douleur associée au nom de Shanxi. On venait de loin pour assister à ces courses. Ah, Shanxi. Ce nom résonnait avec douleurs pour tous ceux qui avaient vécu la guerre du Premier Contact, ce bref mais coûteux conflit qui avait laissé un véritable traumatisme dans l’imaginaire collectif humain. C’était la première fois que l’Artisan s’y rendait, et il comptait bien en profiter pour se recueillir brièvement sur le monument aux morts commémorant la guerre.

La course n’intéressait pas particulièrement l’Artisan, qui déambulait paisiblement au milieu de la foule, cherchant le bar où il avait rendez-vous. Une requête inhabituelle au motif inhabituel avait eu raison de la prudence habituel du vieil homme. Basil Lysant, lieutenant de la marine de l’Alliance, l’avait contacté. Il faisait partie d’un groupe de mercenaires opérant en marge de la légalité dans ces régions frontalières. Il avait des informations à vendre. Des informations de l’Alliance. Intrigué, le vieil homme lui avait répondu, et le jeune homme lui avait brièvement expliqué qu’il avait déserté et qu’il craignait pour sa vie sur Shanxi, trop facilement accessible pour des enquêteurs de l’Alliance. Il voulait monnayer ce qu’il savait pour disparaître sur Omega ou dans n’importe quel coin des Terminus. Il avait eu la possibilité de contacter l’Artisan en s’appuyant sur les quelques relations de son petit groupe, l’un de ses supérieurs connaissant quelqu’un qui avait visiblement le contact du vieil homme et qui jugé bon de les mettre en relation.

Ainsi, rendez-vous avait été donné dans ce grand bar du circuit d’Arvin, sur Shanxi. L’Artisan avait choisi le lieu, et l’heure. Une heure de pointe, un jour de course. Les services de sécurité seraient présents et sur le qui-vive, ainsi, il ne risquerait rien. Une nouvelle salve de remarques des commentateurs souleva les passions et les coeurs, planant au-dessus de la rumeur générale. Le vieil homme n’y prêta aucune intention; l’investissement potentiel sur les paris n’était pas rentable. Il gravit donc la volée de marche menant à l’un des bars secondaires du circuit. Là, à une table attendait un homme, plus vieux que ce que l’Artisan aurait cru, la trentaine passée. Il ne portait plus son uniforme, mais il se tenait à l'affût, comme un militaire aurait appris à le faire. Peu de personnes connaissaient le visage de l’Artisan, il restait discret, mais il était pratiquement impossible que quelqu’un puisse le reconnaître ici. Il prit donc un verre au comptoir, surveillant tranquillement son contact, scrutant le reste de l’établissement pour y déceler un éventuel piège, mais tout semblait calme. Un jour de plus au circuit d’Arvin.

Au bout d’une bonne demie heure, l’Artisan se décida à rejoindre le déserteur qui avait sensiblement gagné en nervosité. Sans s’introduire, ni un regard, il s’installa à la table, située dans un coin de l’établissement, donnant sur la piste en contrebas.

Lieutenant Lysant, j’imagine?

L’autre fit les yeux ronds en voyant le vieil homme s’installer et faire signe à un serveur.

Euh… Oui.”

L’air prostré, il rompit le contact visuel dès que Valerion posa les yeux sur lui. Puis, alors qu’un membre du personnel du bar arrivait, l’Artisan pris le relai.

Deux Bevera.”

Puis, dès que le serveur se fut éloigné.

Bien, lieutenant…

- Non, je ne suis plus lieutenant
.”

L’Artisan haussa un sourcil agacé, dévisageant son interlocuteur comme s’il était profondément retardé. Ce qui lui semblait être le cas.

Oui. Bien. Passons. Vous aviez des informations à me communiquer, me semble-t-il.

Les deux verres arrivèrent. Le natif de la Terre se saisit du sien et en prit une courte gorgée, savourant le mélange d’alcools aliens, tandis que le lieutenant - pardon, ex-lieutenant - se tassait sur sa chaise pour reprendre contenance. Sa voix était blanche, comme s’il était poursuivi par tout un troupeau de Moissonneurs. Clairement, il n’avait pas le successeur de Shepard et sa bande devant lui.

Ou… Oui. Une liste de personnes recherchées par l’Alliance, il y a quelques barons du crime, des pillards, des seigneurs de guerre, des anciens de Cerberus, des contrebandiers, des tueurs, ce genre d’individus. On m’a dit que vous seriez peut-être intéressé.

Dahl, espèce de petite boule intrigante.

Seul le Volus, ou l’un de ses contacts, avait pu orienter le déserteur vers l’Artisan avec une information telle que celle-ci. L’Artisan se contenta d’hocher la tête.

Effectivement, cela pourrait m’intéresser. Que voulez-vous en échange?

L’autre fit des yeux ronds, comme s’il ne s’était pas attendu à devoir fixer son prix. C’était une règle pour l’Artisan, il ne négociait que quand ça en valait la peine. Sinon, c’était dégradant. Son sang bleu lui interdisait de faire commerce comme un vulgaire négociant.

Euh. Je voudrais que vous m’aidiez à disparaître.”

La discussion avait le mérite d’être simple et directe. Pas de faux-fuyants.

Je vous aiderais, mais j’aimerais savoir comment vous êtes entré en possession de ces informations.”

Immédiatement, l’interlocuteur du vieil homme se trouva sur la défensive.

Pourquoi? Qu’est-ce que ça change?”

Le regard s’était fait bien trop suspicieux au goût de Valerion. Il posa sur le déserteur un regard glacial, coupant et sans pitié.

Basil, je vais m’efforcer d’être aussi limpide que possible. Vous avez des informations confidentielles, je veux savoir d’où elles proviennent.

Nouveau regard fuyant de l’intéressé.

Un mec avec lequel j’ai… Enfin, bref.”

Valerion lui adressa un regard inquisiteur, attendant la suite.

Bon, on a couché ensemble. Et quand j’ai compris où il bossait, je me suis dit que je pourrais l’utiliser pour avoir accès à des documents intéressants. Je voulais juste étoffer un peu ma paye...Ca a duré quelques temps. Et ça aurait pu continuer si y avait pas eu ce foutu Turien avec lequel je bossais. Relations inter-espèces pour la coopération concilienne, qu’ils appellent ça. Mon cul, ouais. Ce type était une ordure, arrogant à souhait. Et un jour, il a commencé à poser des questions sur de potentielles fuites d’informations. Alors, quand j’ai compris qu’il me cherchait, je suis rentré, j’ai pris le plus d’infos possibles, et je suis parti après l’avoir buté, ce con d’alien.

L’Artisan le dévisagea d’une manière glaciale alors qu’un méchant pressentiment l’envahissait. Il regardait rapidement autour de lui, essayant de deviner s’il était en danger.

Vous avez assassiné un militaire concilien de sang-froid et vous me rencontrez en public sans m’en aviser avant ?!”

Basil avait semblait-il reprit confiance. Il tendit la main vers son propre verre, comme s’il était soulagé d’avoir pu se confier, et fier de ce qu’il avait fait. L’ancien de Cerberus balaya son verre de la table sous le coup de la fureur noire qui l’envahissait.

Espèce de petite merde insignifiante. Je devrais te faire sauter la cervelle tout de suite et me tirer.

Retrouvant progressivement son calme, l’Artisan fit abstraction des quelques regards surpris qui s’étaient tournés vers eux lorsque le verre avait valsé par terre. Il fallait faire vite.

Maintenant, vous allez me donner toutes vos informations, pas simplement cette liste, et ensuite nous aviserons de ce que je peux faire pour vous."


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance
Rang : Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4731-blanche-faydal-terminee
http://www.masseffect-reborn.fr/t4733-journal-de-bord-de-blanche-faydal


En ligne
Messages : 40

MessageSujet: Re: Convergence d'Idéaux   Mar 27 Juin 2017, 11:46


« Basil Lysant, lieutenant de la marine de l’Alliance, affecté à la communication longue distance du SSV Fuji de la quatrième flotte. Liaison connu avec l’Enseigne Johny Wuck, membre rattaché aux Affaires Internes pour la quatrième flotte, mis aux arrêts pour diffusion d’informations sensibles et/ou classifiées.
- Le ‘’rattaché’’ a son importance ?
- Oui, il montre qu’il ne vient pas de chez nous mais qu’il nous a été rajouté par la Flotte, en cas de besoin, nous le leur rappellerons. Je peux reprendre ?
- Oui lieutenant !
- Donc, diffusions d’informations concernant des barons du crime, des pillards, des seigneurs de guerre, des anciens de Cerberus, des contrebandiers, des tueurs… Concernant soit des déserteurs, soit des personnes traitant avec des déserteurs, et dans de rares cas, les plus importants pour nous, des agents infiltrés dans des organisations. »

Blanche changea son assise sur son siège afin de trouver une posture plus confortable. L’armure était assez efficace pour les protéger en opération, mais quand il était question de s’asseoir c’était tout autre chose. Elle décida de croiser les jambes, posant sa cheville droite sur son genou gauche, ça n’était pas ce qu’il y avait de plus agréable comme position, mais c’était une des rares qui lui était possible. Devant elle, son second, le sergent Hermann, était en train de remonter son Valkyrie après en avoir nettoyé et inspecter toutes les pièces. Même s’il le faisait de manière quotidienne, il n’hésitait pas à recommencer en partant en mission. Cela lui permettait de s’assurer que tout fonctionnera, tout en lui occupant les mains et l’esprit durant l’attente.

« Donc, après avoir participé à un programme de coopération concilienne avec les forces armées Turienne, il assassine de sang-froid Caïus Katorn, un des soldats Turien affecté lui aussi aux communications. Il avait fait un début de rapport sur des fuites possibles, ce qui a démontré que ses doutes étaient fondés… »

Elle soupira en lisant ses notes sur son datapad. Déjà que les meurtres entre soldats étaient souvent difficiles à gérer, si cela concernait une autre race, les choses empiraient. Les gens demandaient des réponses et des explications, en plus d’un coupable la plupart du temps. Résultat, la hiérarchie était souvent beaucoup plus tendue dans ce genre de cas, certains tentant de faire pression sur les Affaires Internes pour accélérer le dénouement des affaires, le plus souvent pour rien.

« Bon, il a eu l’intelligence de fuir avec une navette de la flotte pour rejoindre la seule route commerciale du secteur, ça va diminuer nos possibilités de recherche. La piste principale est sur Shanxi, on débarque sur place en binômes et on fouille le spatio-port. Il est seul et ne pourra pas aller bien loin. Et souvenez-vous, on tente de l’avoir vivant si possible. »

Dit-elle en se tournant vers le reste de la navette où son équipe patientait, certains revoyant leur équipement, d’autres méditant, ou se reposant. Ils travaillaient ensemble depuis quelques temps déjà, à l’exception de Jërgsen qui ne les avait rejoints qu’il n’y a quelques mois une fois ses classes terminées. Elle les connaissait bien, leurs capacités, leurs compétences, mais aussi leurs tempéraments. Se servant de ces informations, elle compose les trois binômes, assignant la Caporale Hopkin à la navette pour servir de point de relai entre les différentes équipes. Accompagnée de son second, elle s’était assignée le secteur des commerces, le plus vaste des trois et probablement le plus peuplé.

Le Kodiak les rapprocha d’une des artères de la ville, descendant vers une place, les mouvements d’air de ses réacteurs écartant les civils. Enfilant son casque, elle saute de la navette quand celle-ci se rapproche du sol pour atterrir sur la terre ferme en pliant ses genoux, Hermann la suivant de près. Déambulant dans les rues, les armes rangées, ils questionnent passants et commerçants en affichant des images du visage du fugitif. Si la plupart des réponses sont négatives, les doutes de certains laissent à penser que la piste est plausible.

Leurs armures intégrales sombres à l’allure quelque peu intimidante et leurs équipements aidants, ils rencontrent des réactions majoritairement coopératives, les habitants répondant à leurs différentes interrogations. L’un des avantages de porter le symbole de l’Alliance sur une de ses planètes est qu’il octroie un certain laisser-passer à son propriétaire, d’autant plus lorsqu’il est accompagné du sigle des Affaires Internes. Ainsi, les quelques patrouilles croisées proposèrent promptement leur aide en les croisant, ce à quoi Blanche leur répondit de rester à disponibilité en leur assignant un canal de communication afin de pouvoir les joindre toutes en même temps en cas de besoin.

Après plusieurs heures de recherche déjà, ils avaient eu quelques brides d’informations leur confirmant que Basil était au moins passé sur la planète il y a peu, certains pensant avoir pu le croiser. Il ne restait plus qu’à déterminer s’il était encore là et si oui, où il se trouvait. Ils avaient ratissé une bonne partie du secteur, se concentrant essentiellement sur les routes principales, délaissant les petites ruelles pour des recherches ultérieures. Leur itinéraire les conduisit vers la bordure du secteur, proche du circuit d’Arvin. Un sympathique commerçant en spiritueux, fournisseur du bar du circuit, leur indiqua que le visage du déserteur lui était familier et qu’il lui semblait l’avoir croisé il y a peu dans les bâtiments du terrain de course lors de sa dernière livraison d’il y a quelques heures.

La piste semblait plus fraîche que jamais, il leur fallait inspecter au plus vite le complexe. Informant le reste de l’équipe de leur position afin qu’ils les rejoignent, Blanche et son second se présentèrent aux portes du circuit. La sécurité, aux premiers abords réticente à laisser pénétrer des individus armés dans le domaine, les laissa néanmoins passer en constatant leurs fonctions, leur demandant cependant d’éviter le grabuge. Il était évident pour la lieutenante qu’ils les garderaient à l’oeil, même si cela semblait improbable de les voir lever leurs armes contre eux mais cela restait une possibilité à ne pas écarter définitivement. Si le fugitif s’était caché ici, il devait probablement avoir des alliés, alors pourquoi pas le maître des lieux ?

Avançant prudemment ils observent les moindres recoins et visages, ce qui était facilité par le fait que tous se tournaient, ou presque, quand deux individus en armure entraient dans une pièce. La foule était dense, une course se déroulant sur le circuit et attirant de nombreux parieurs et spectateurs. Cela faisait beaucoup d’individus à analyser, et des personnes derrière lesquelles se cacher quand il les repèrerait. Hermann et Blanche se séparent alors pour se répartir le bar principal. Chacun partant d’une moitié de la salle pour rejoindre l’autre au centre, vers les escaliers montant à l’étage et son bar secondaire.

Les visiteurs étaient bruyant, certains criant quand leur coureur prenait la tête, d’autre hurlant quand le leur perdait. L’alcool aidant, nombreux étaient ceux à l’émotivité débordante, près à rire de joie ou tomber dans les larmes selon l’avancement de la course. Face à cette cacophonie, Blanche activa les réducteurs sonores de son casque, se coupant des sons extérieurs pour s’isoler et se concentrer sur les visages, seules restaient les voix de ses coéquipiers dans sa radio. Après une grosse demi-heure d’observation, elle rejoint son acolyte en bas des escaliers, les deux ayant fait choux blanc.

Il ne leur restait plus que l’étage, s’il n’était pas là, la piste ne serait surement plus exploitable car il les aurait probablement aperçu avant de s’enfuir. Vérifiant les différents accès au dernier bar, ils se séparèrent de nouveau, le sergent se postant dans l’escalier secondaire, pour couvrir toute éventuelle fuite, tandis que Blanche prenait le principal pour analyser seule la salle.

Elle monte lentement les marches, observant sous les rampes l’intérieure de la salle. Tandis qu’un serveur passe à proximité d’elle, elle l'interpelle, réactivant ses récepteurs sonores, pour se renseigner auprès de lui. Elle lui montre le visage de l’homme, et à sa grande satisfaction, il opine en lui indiquant qu’il est bien présent, installé à une table avec un autre homme. Elle contacte alors son équipe pour leur annoncer l’information avant de s’engager dans la pièce.

Repérant la table, elle se positionne dans le dos du déserteur pour avancer lentement vers lui, observant par la même la personne avec qui il partageait un verre, une homme âgé, à la chevelure argentée et vêtu d’une tenue élégante. Il l’avait probablement déjà repéré, une femme en armure qui avance face à vous est le genre de détail que l’on relève rapidement, surtout quand on est au milieu d’un bar de circuit.

Blanche se poste derrière Basil, une main sur le holster de son arme à sa ceinture. Elle ouvre ses canaux vocaux extérieurs, parlant alors d’une voix légèrement métallisée par son casque.

“Lieutenant Basil Lysant, Affaires Internes de l’Alliance, ravie de vous retrouver.


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Aucune
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4707-termine-l-artisan
http://www.masseffect-reborn.fr/t4712-journal-de-bord-de-l-artisan


Messages : 42

MessageSujet: Re: Convergence d'Idéaux   Ven 30 Juin 2017, 12:53
Difficile de dire que la femme en armure militaire qui approchait sans vraiment chercher à se dissimuler. L’Artisan changea de position, continuant à écouter le déserteur de l’Alliance tout en scrutant la nouvelle arrivante. Merde. C’était bel et bien pour eux. Pour Lysant, en tout cas. Voilà qui n’augurait rien de bon. Dans l’attente d’en savoir plus, le vieil homme patienta que la jeune femme arrivât derrière Lysant. L’écusson de l’Alliance frappé sur son armure ne laissait pas présager un heureux dénouement pour la suite. Elle porta la main à son holster et coupa la parole à Basil Lysant.

« Lieutenant Basil Lysant, Affaires Internes de l’Alliance, ravie de vous retrouver. »

Affaires Internes. Merde. Logique, mais merde. C’était pourtant implacablement logique. Traitre, assassin et déserteur, cela faisait beaucoup pour une seule personne. Dès lors, aucune raison de s’étonner que l’Alliance ait mis sur sa piste l’un de ses molosses. Restait que les renseignements dudit renégat intéressaient fortement l’Artisan, au même titre que s’en tirer sain et sauf et surtout pas fiché par l’Alliance. Expirant une nouvelle fois, tant de lassitude que d’appréhension devant ces nouveaux problèmes, le natif de la Terre fit finalement un sourire chaleureux en ayant entendu l’accent de la jeune femme.

« Vous êtes Française ? C’est extraordinaire ! »

Il montra une chaise à la nouvelle arrivante d’un air avenant. Difficile de rester aimable et désireux d’échanger avec une personne en armure dont la visière dissimulait les traits.

« Joignez-vous à nous… sergent ? Lieutenant ? Lieutenant, oui ? Je vous en prie, asseyez-vous. »

L’officier des Affaires Internes resta un moment, hésitante, jaugeant sans doute les risques et autres dangers. Finalement, elle s’installa, se mettant en retrait léger de la table. Un déclic résonna alors qu’elle avait visiblement sorti et activé son arme. Lysant et l’Artisan échangèrent un regard un peu mal à l’aise. Le moment était venu de se montrer irréprochable. La première erreur de cette rencontre serait la dernière et ils finiraient sans doute tous les deux en détention. Ce qui n’était pas vraiment du gout de l’Artisan. Une fois que tout le monde fut installé, le vieil homme se pencha vers l’officier en armure.

« Bien lieutenant… ?

- Faydal.

- Merci. Lieutenant Faydal, je crois comprendre que vous cherchez cet homme ici présent
. »

L’Artisan se renfonça au fond de son siège, soupirant et analysant la situation. Pour le moment, il n’y avait qu’une seule représentante de l’Alliance. La partie pouvait donc encore jouer en sa faveur. Il allait falloir batailler avec finesse et persévérance. Il devait montrer – ou tout du moins laisser croire – qu’il était parfaitement en situation de tout contrôler. Ce n’était évidemment pas le cas, il n’avait aucune idée d’où il allait, mais il pouvait se targuer de connaitre le cœur des hommes et des femmes. Il allait trouver le point faible et faire lâcher le lieutenant Faydal des Affaires Internes de l’Alliance. Deux règles universelles allaient s’appliquer au cours de la discussion à venir, deux règles que l’Artisan avait vu être validées à de nombreuses reprises au cours de sa longue vie. L’air toujours aussi détendu que s’il rencontrait de vieux amis dans sa propriété sur Terre, il porta son verre a ses lèvres, buvant une gorgée du cocktail qu’il avait commandé.

« Et je vous comprends, vraiment. Et je comprends l’Alliance également. Malheureusement, il se trouve que j’ai besoin de discuter avec le dénommé Basil Lysant. »

Ignorant toujours aussi superbement ledit Basil, l’Artisan piocha dans les petites arachides salées posés sur la table, regardant la visière avec un regard glacial, tout en continuant d’arborer cette fausse gentillesse. Si tout le jeu du natif de la Terre laissait entendre qu’il était parfaitement disposé à discuter, son regard implacable et déterminé montrait bien qu’il n’était pas disposer à se laisser marcher dessus.

« Bien, lieutenant Faydal, comme vous allez bien vite le savoir, je n’ai pas l’âme d’un grand négociateur. Nous voulons tous les deux discuter avec cet homme. Or, je peux vous assurer que je le souhaite plus que vous. Allons donc droit au but. »

Il se pencha vers l’armure qui lui faisait face, indéchiffrable, impassible. Il était vraiment curieux de discuter avec une personne dissimulant l’entièreté de son visage. En réalité, contrairement à ce qu’il disait, l’aristocrate était rompu à la négociation. Il avait ainsi pour habitude de discuter pour poursuivre ses objectifs, en se basant sur ce qu’il lisait sur le visage de son interlocuteur. Or la, il n’y avait même de visage.

« Je souhaite que vous oubliez ce homme. Vous ne l’avez pas vu, ce n’était pas lui. Que puis-je faire pour vous aider à avoir ce trou de mémoire ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance
Rang : Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4731-blanche-faydal-terminee
http://www.masseffect-reborn.fr/t4733-journal-de-bord-de-blanche-faydal


En ligne
Messages : 40

MessageSujet: Re: Convergence d'Idéaux   Sam 08 Juil 2017, 16:32

Invitée par l’homme à prendre place, elle y réfléchit quelques instants. Elle active alors son communicateur deux fois pour envoyer un signal silencieux à son sergent et lui indiquer avoir trouvé leur homme. Il lui répond par un bref message lui demandant s’il devait rester en place, ce à quoi elle répond par deux nouvelles activations pour valider son choix.

Blanche s’avance de quelques pas pour venir tirer une chaise autour de la table, entre les deux hommes, et s’asseoir dessus. S’installant en écartant les jambes, elle se penche en avant en posant le coude droit sur son genou après avoir décroché discrètement son arme de son holster. Dans sa position, elle active son pistolet qu’elle pointe vers le déserteur, l’activant dans un petit bruit caractéristique. L’arme en direction de Basil, prête à faire feu au moindre geste suspect et lui trouer le bas ventre, si ce n’est ce qui est en dessous, elle tourne son casque vers Valerion, lui accordant une partie de son attention.

Son interlocuteur lui demande son nom ce qu’elle renseigne à travers les micros de sa visière, métallisant légèrement sa voix. Apparemment, il est lui aussi intéressé par le déserteur, semblant en vouloir d’avantage aux informations qu’il a en sa possession qu’en l’individu lui-même. Or, c’était justement pour certaines de ses informations qu’il était recherché. Les Affaires Internes pouvaient laisser passer des informations sur les identités de certains des chefs de gangs qu’ils avaient identifiés, dans le pire des cas, ils se faisaient tuer et remplacés par d’autres. Certaines pistes seraient alors à reprendre en bonne partie, mais les bases sur les gangs resteraient les mêmes. Ce qu’elles ne pouvaient laisser passer en revanche, c’était les noms des agents infiltrés ou des informateurs. Si un informateur était perdu, rétablir la confiance d’un autre prendrait du temps, et ce serait sans comparaisons communes avec la tragédie de perdre un agent infiltré.

Elle fixait l’homme à travers sa visière, capturant des images de son visage et enregistrant sa voix. Il ne lui semblait pas l’avoir déjà vu dans les différents dossiers en cours ou sur le mur des célébrités, mais pour s’intéresser autant à Lysant, il devait y avoir quelque chose derrière, peut-être une menace de plus contre l’Alliance… Blanche nota mentalement de comparer son visuel avec ce qu’il y avait dans les bases de données à son retour à la base. Mais en attendant, elle allait essayer d’en savoir davantage sur lui.

Tandis qu’il lui parlait, elle examina son visage, ses yeux. Il se donnait une apparence détendue mais Blanche était prête à parier qu’il ne s’agissait là que d’apparences. Elle sentait qu’il devait être au moins un minimum tendu. Au vu de son discours, il lui était nécessaire d’obtenir les renseignements de Basil. Il avait donc besoin de lui en vie pour qu’il puisse lui confier ce qu’il avait appris alors qu’elle pouvait choisir d’exécuter le renégat sur place. Certes elle devrait justifier son choix plus tard auprès de sa hiérarchie, mais au vu de la situation, cette exécution serait validée sans trop de soucis. Elle avait donc, en quelques sortes, la main sur l’échange, étant celle qui pouvait choisir ou non de faire continuer l’échange verbal ou non.

En se redressant légèrement, l’arme toujours pointée vers Basil, elle prend la parole pour lui répondre.

« Eh bien, si vous commenciez par aussi me donner votre nom ? Ainsi nous pourrons nous rapprocher d’un semblant d’égalité pour ces ‘’négociations’’. »

Un serveur s’approche alors de la table pour demander si tout allait comme les trois le voulaient, tout en proposant de leur rapporter d’autres boissons ou autres commandes selon leurs envies.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Aucune
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4707-termine-l-artisan
http://www.masseffect-reborn.fr/t4712-journal-de-bord-de-l-artisan


Messages : 42

MessageSujet: Re: Convergence d'Idéaux   Lun 17 Juil 2017, 11:48
Dire que la jeune femme était glaciale ne serait pas encore suffisant pour décrire l’attitude de Blanche Faydal face à l’Artisan. Elle ne réagissait à aucune sollicitation du vieil homme, se contentant de le fixer depuis la protection de sa visière. Tout d’abord, c’était profondément impoli. Or, le vieil homme étant de l’ancienne école, élevé à respecter l’étiquette qui avait fait la réputation et la gloire de l’aristocratie française durant les siècles d’opulence de la monarchie. Tout cela était désormais relégué aux livres d’Histoire. Toutefois, les survivants de la noblesse d’alors continuaient de vivre selon certains principes. Valerion De Lannist était de ceux-là.

Le lieutenant Faydal, pour ce qu’il en savait, était visiblement une fonctionnaire intelligente. Elle n’avait pas directement emporté Lysant sans chercher à aller plus loin. Toutefois, il était difficile pour l’Artisan de vraiment pouvoir deviner ses intentions derrière cette armure. Elle pouvait tout aussi bien être en train de préparer un vaste coup de filet dans le bar. Pour ce qu’il en savait, tout était possible. En fait, plus le temps avançait, plus l’ancien de Cerberus se sentait en confiance. Même s’il n’avait pas toutes les cartes en main, il sentait qu’il contrôlait l’horloge de cette rencontre. Au moins était-ce là son impression. Il commençait vraiment à se détendre. Il reprit une gorgée de son verre. Au moins, il était bon. La journée ne serait donc pas complétement gâchée. Finalement, elle prit la parole pour lui répondre.

« Eh bien, si vous commenciez par aussi me donner votre nom ? Ainsi nous pourrons nous rapprocher d’un semblant d’égalité pour ces ‘’négociations’’. »

L’Artisan attendit une suite potentielle mais ce fut tout. La fonctionnaire de l’Alliance retourna dans son mutisme sans visage alors qu’un serveur approchait, leur demandant s’ils voulaient autre chose. Le vieil homme détailla brièvement l’importun et le congédia d’un geste de la main, sans plus de considération. Etait-il un agent de l’Alliance ? Il l’oblitéra de sa pensée et se concentra de nouveau sur la jeune femme qui lui faisait face. Son nom ? Hors de question de lui donner sa véritable identité. Déjà parce que cela faisait longtemps qu’il ne l’utilisait plus. Ensuite parce qu’il était peut-être fiché comme ancien de Cerberus. Lui donner son sobriquet ? Certainement pas non plus. Si l’Alliance parvenait à mettre un visage sur le mystérieux ingénieur d’Omega, ce ne serait guère bon pour les affaires. Il soupira, prenant le premier nom lui venant par la tete.

« On m’appelle Rochambeau. C’est tout ce que vous saurez. » répliqua-t-il avec un sourire carnassier.

Rochambeau. Le comte envoyé pour aider les Américains durant leur guerre d’Indépendance. Et pourquoi pas, après tout ? L’Artisan se renfonça dans son siège et reprit une gorgée.

« Ecoutez, lieutenant. Je ne suis pas votre ennemi. Je souhaite simplement que cet homme reste avec moi. Je vous propose un marché. Pourquoi simplement un homme quand vous pouvez avoir tout un réseau de criminels ici, sur Shanxi ? Lysant, expliquez-donc ce que vous m’avez raconté pour me rencontrer. »

Le fugitif sembla se réveiller, comme s’il était mort intérieurement au moment de l’apparition de la représentante de l’Alliance. Il s’agita un peu sur son siège et finit par se mettre à table. D’une voix gênée, intimidée, il commença :

« Quand je suis arrivé sur Shanxi, j’ai cherché à être protégé. Les Rossignols, une organisation mercenaire, m’a proposé de les rejoindre. Je savais que mon entrainement dans l’Alliance ferait de moi une recrue de qualité pour eux. Ils opèrent en marge de la loi, sont plus ou moins tolérés ici mais ont de nombreuses entorses aux lois à leur actif. Ils ont notamment fait sauté un pipeline à l’extérieur de la ville voici quelques mois pour pouvoir recevoir un nouveau contrat. On dit aussi qu’ils travaillent avec des barons du crime des Terminus pour mener enlèvements et assassinats. »

L’Artisan leva la main pour l’interrompre, inutile d’en dire trop. Le vieil homme reprit finalement la parole.

« Voyez, lieutenant. Vous pouvez retirer beaucoup de cette rencontre, en laissant simplement Lysant en homme libre. Un déserteur, certes. Un meurtrier, sans nul doute. Mais ce n’est pas un homme dangereux. Sinon, vous seriez déjà morte, si vous me permettez cette déclaration. Les vrais ennemis, ce sont ceux qui font de Shanxi un endroit parfois peu sur, qui contribue à l’insécurité des quartiers défavorisés. Ces gens-là, je vous propose de les faire tomber en échange de la liberté de Lysant, et de la mienne, bien entendu, quand bien même vous n’avez rien pour me retenir. »


Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Convergence d'Idéaux   
Revenir en haut Aller en bas
 

Convergence d'Idéaux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: Travée de l'Attique :: Secteur Pandore :: Shanxi-