AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 Nos amis quariens

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance Interstellaire
Rang : Commandant du SSV Okinawa
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4781-ada-jane-raikes-we-will-fi
http://www.masseffect-reborn.fr/t4797-the-ada-jane-raikes-chronicles-let-history-be-the-judge


Messages : 78
Crédits : Moi-même - Libella

MessageSujet: Nos amis quariens   Dim 30 Juil 2017, 23:55
Intervention MJ : NonDate : 24 juillet 2202 RP Tout public (contenu érotique)
Ada J. Raikes ♦ Kelah'Liis Vas Haestrom ♦
Nos amis quariens


Nos amis quariens


- 24 juillet 2202, Secteur Voyager, Système Amazone, Espace Interstellaire
- Pont 5, soute de l'Okinawa

La situation m'était étrangement familière à quelques détails près. Cela me rappelait l'arrivée de Blanche Faydal, il y avait encore peu de temps à bord de mon vaisseau, nos invités, car oui ils étaient plusieurs, arrivaient notamment par navette mais contrairement aux Affaires Internes, la navette déposant ceux qui allaient être nos invités durant quelques temps ne s’attarderait pas et quitterait l'Okinawa dans la foulée. De plus, ce n'était pas une mission de combat qui nous attendait mais plutôt d'escorte et notre tâche était tout ce qu'il y avait de plus officielle. En effet, des représentants du GIP allaient bientôt se retrouver à notre bord, des soldats de l'armée composée conjointement de Quariens et de Geths formée après la guerre contre les Moissonneurs mais l'unité que l'on devait accueillir à notre bord était uniquement composée de Quariens. Le chef de la délégation était une Quarienne du nom de Kelah'Liss Vas Haestrom, c'était une officier scientifique mais que l'on avait tout de même mise à la tête d'une délégation, cela ne signifiait pas rien. Ces Quariens devaient ensuite être déposés sur la Citadelle en vue de participer à un important congrès scientifique impliquant toutes les races conciliennes mais aussi le GIP. Ce congrès était tout ce qu'il y avait de plus secret, même O'Neill n'en savait rien ou n'avait rien à me dire à part de mener cette délégation du GIP à destination. Lorsque je reçus mes ordres du contre-amiral O'Neill, j'en étais perplexe car je me demandais pourquoi on me confiait une bête mission d'escorte mais qui impliquait tout de même une frégate de l'Alliance commandée par une N5. Néanmoins, ma supérieure me connaissait bien et je ne lui posai pas de questions superflues, me contentant d'obéir aux ordres.

La voix de Snakeshit retentit dans l'intercom, nous avertissant de l'imminence de l'arrivée de la navette quarienne. Au vu du caractère officiel de la mission, un comité d'accueil attendait la délégation quarienne. O'Neill avait bien insisté là dessus, il fallait faire bonne figure et bien présenter devant les Quariens car nous serions les premiers représentants de l'Alliance que nos invités croiseraient. Ainsi, une dizaine de soldats en uniforme dans un état impeccable furent disposés en rangs juste devant les écrans de Reeves. L'officier logistique avait revêtu son uniforme d'officier au lieu de son uniforme quotidien comme ordonné. Devant les soldats, Haver, Walker et Kennedy s'étaient également parés de leur uniforme d'officier. La jeune femme blonde commandant en second avait un uniforme impeccable, la chaînette dorée réglementaire scintillant légèrement sous l'éclairage de la soute et le pantalon soigneusement repassé. Ma lieutenant scientifique était dans le même état, les cheveux mi-longs serrés à l'arrière de la tête en une queue de cheval et le visage habituellement fermé. En revanche, s'agissant du chef de la sécurité, il était en effet bien présentable mais cela se voyait que l'uniforme n'était pas porté depuis longtemps et je soupçonnais mon collègue N2 se sentir un peu à l'étroit à l'intérieur. Sa barbe de trois jours était finement coupée, dépassant de seulement quelques millimètres. Seule Atkinson demeurait juste à côté du Mako mais comme ordonné, était aussi habillée de son uniforme d'officier. Enfin, quant à moi, postée juste devant Haver et Kennedy, je lissai légèrement ma veste d'uniforme d'officier et je vérifiai une dernière fois que ma chaînette était bien mise. Sur ma veste d'uniforme, sur ma poitrine, il y avait quelques barrettes de plus par rapport aux autres officiers, signalant à un observateur averti des décorations militaires de l'Alliance mon grade d'officier de l'Alliance et de soldat issu du N7 ainsi que quelques distinctions honorifiques telles que la barrette unique de major de promo d'école d'officiers ou encore de réussite des épreuves de la session N1 du N7.

Notre pilote signala que la navette quarienne avait demandé l'autorisation d'atterrir à bord et via l'intercom, Haver donna mon accord à Snakeshit avant de revenir se poster auprès de moi. La navette quarienne s'engagea peu après dans la soute et atterrit un peu plus loin. Les Quariens avaient donc plusieurs mètres à faire avant de parvenir à notre contact. Le petit vaisseau toucha le plancher de la soute et les portières s'ouvrirent, permettant ainsi à plusieurs silhouettes casquées et en combinaison de pouvoir débarquer et marcher vers nous, m'apercevant alors que le groupe de Quariens n'était clairement pas coutumier du déplacement d'une unité militaire. Mon officier scientifique à bord, Helena Walker, se ferait certainement une joie malgré son air froid et presque hautain de pouvoir échanger et s'entretenir avec les scientifiques du GIP. Je fis un pas en avant en direction de Quariens mais j'attendis que nos alliés du moment soient à portée de voix alors qu'une silhouette plutôt féminine avait pris la tête du groupe du GIP. Derrière moi, Haver cria d'une voix puissante "Gaaaaaarde à vous !" et comme un seul homme, chaque soldat dans la soute salua les Quariens. Je les saluai une seconde et demie après l'ordre de ma subalterne, le dos légèrement raide mais le bras bien droit et la main bien à plat. Puis, je baissai la main, aussitôt imitée par tout mes soldats après le salut des Quariens et je la tendis en direction de la Quarienne de tête pour la lui serrer dans la mienne et échanger un geste de salut et de paix universel d'une poigne franche.

Kelah'Liis Vas Haestrom je présume ? Je suis le Lieutenant-Commandant Raikes, je vous souhaite la bienvenue à bord du SSV Okinawa. Nous sommes honorés d'avoir à bord une délégation du GIP.


Codage par Libella sur Graphiorum







Dernière édition par Ada J. Raikes le Ven 18 Aoû 2017, 00:08, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 53

MessageSujet: Re: Nos amis quariens   Lun 31 Juil 2017, 01:18
-Kyaaa! 
 
Le contact froid de la paroi contre sa peau la fit sursauter alors qu'elle rebondissait dessus pour poursuivre sa trajectoire dans une autre direction. Elle frotta distraitement la zone de l'impact afin de la réchauffer et replongea dans sa lecture. Les derniers rapports de données ne collaient pas à ses attentes, ce qui avait le don de l'agacer surtout quand elle ne comprenait pas pourquoi. 
Une musique vibrante tournée en fond sonore, accompagnant par ses notes profondes sa dérive à travers la cabine. Elle n'était vêtue en tout et pour tout que d'une petite culotte d'un tissu parfaitement blanc avec une inscription sur les fesses "Geth √16 Ever" en imprimé noir. 
Elle avait passé une semaine entière à paramétré celle-ci afin de pouvoir y vivre sans sa combinaison, même si le voyage en lui-même durait moins de temps. Et en contradiction avec l'avis du capitaine, elle avait aussi bidouillait la gravité afin de pouvoir se laisser flotter à sa guise. 
Elle faisait défilé les données en machouillant un biscuit retrouvé sous son oreiller un peu plus tôt quand volonté l'interpella, encore...  
 
-Créatrice, nous...  
 
Elle le coupa sans se laisser distraire. 
 
-Oui Oui ! Tu m'as prévenue qu'on allait arriver il y a cinq minutes, laisse-moi juste le temps de... 
 
Cette fois-ci c'est lui qui la coupa, une liberté qu'elle avait mis du temps à lui faire comprendre. 
 
-Inexact, l'information vous a été transmise il y a une heure et sept minutes pour la première fois.  
 
Il fallut un peu de temps à Kelah pour faire le lien entre cette dernière phrase et la situation. Son regard s'agrandit soudain et elle lâcha son datapad pour nager péniblement vers sa combinaison. Heureusement, Volonté, le geth aux rayures sombres avec qui elle passait la majeure partie de son temps eu l'amabilité de la saisir et de la faire flotter vers elle. Elle s'en saisit et commença à l'enfiler en tournoyant dans le vide comme une navette en plein crash. Elle vit les deux plaques inférieures du visage du geth remuer doucement à l'unisson, et elle grogna. Avec les années de pratique elle était presque certaine que c'était un signe qu'il se moquait gentiment d'elle. Elle parvint enfin à enfiler le bas de sa combinaison et activa son système de gravité qui vint la poser au sol. Elle enfila prestement le reste de la tenue avec une habilité que seul un quarien possédait, finissant pas la fermeture hermétique de son casque sur lequel elle rabattit sa capuche. Les systèmes de filtrages s'activèrent et assurèrent l'étanchéité de la tenue. Elle s'avança droit vers la porte, non sans ramasser son datapad. Alors qu'elle s'apprêtait à sortir elle tourna la tête vers le geth. 
 
-Commence à me prévenir deux heures avant la prochaine fois!  
 
Il remua encore ses maudites plaques, et elle ne pût retenir un sourire avant de quitter la pièce. Il n'avait pas voulu  l'accompagner, sa "volonté" qui lui avait donné son nom allait aux quariens et aux geths, pas aux humains. Elle-même n'était là que parce que le GIP avait insisté pour sa présence, elle en comprenait la logique, après tout, elle était à l'origine d'au moins un tiers des études qu'ils étaient venus présenté sur la citadelle, mais ses recherches en laboratoire lui manquaient déjà.  
La gravité du vaisseau pris le relais sur celui de son armure quand elle fut dans le couloir, elle la désactiva donc et se pressa vers la soute. Heureusement pour elle Volonté lui avait mentit de presque dix minutes, et elle arriva donc à l'heure devant la navette, voir même un peu en avance vu qu'ils durent attendre un retardataire, qui n'était pas elle pour changer. 
 
La navette décolla et elle se replongea dans ses données alors que les autres quariens discutaient de leurs excitations, et de l'impacts sur la science Quarienne d'être ainsi convié à un sommet scientifique si secret. 
Elle finit par atterrir dans un petit "glong" étrange. Elle descendit de la navette son datapad à la main, son esprit occupé par ses chiffres contradictoire. Elle trouva l'endroit bien bruyant alors qu'elle avançait en ligne droite, une de ses mains près de son casque, son index tapotant sa visière en rythme. Soudain la réponse lui vint et elle s'écria en claquant des doigts. 
 
-Mais oui! La pression atmos..... 
 
Une femme immense en costume militaire se tenait devant elle. 
 
-Oh... Salut ! 
 
Une petite toux forcée vint de derrière elle, et quand elle tourna la tête un Quarien lui fit un signe stressé. Alors elle considéra la scène. Les rangées de soldats tous apprêter et en ordre, les insignes polis et les chaussures lustrées. Tous les regards posés sur elle. Elle s'empourpra et se redressa bien droite en joignant les pieds. Elle saisit la main tendue depuis quelques secondes, et s'inclina profondément en respect du protocole. 
 
-Officier scientifique Liis Vas Haestrom. Lieutenant-Commandant, Le GIP et moi-même remercions profondément l'Alliance et ses soldats pour leur accueil et leur protection durant ce voyage. 
Puisse les étoiles toujours guider vos voyages.
 
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance Interstellaire
Rang : Commandant du SSV Okinawa
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4781-ada-jane-raikes-we-will-fi
http://www.masseffect-reborn.fr/t4797-the-ada-jane-raikes-chronicles-let-history-be-the-judge


Messages : 78
Crédits : Moi-même - Libella

MessageSujet: Re: Nos amis quariens   Mar 01 Aoû 2017, 02:12
Nos amis quariens


- Secteur Voyager, Système Amazone, Espace Interstellaire
- Pont 5, soute de l'Okinawa

Liis Vas Haestrom ne devait pas être beaucoup au fait des subtilités de salutations et d'échanges dans une rencontre purement diplomatique et officielle mais heureusement pour elle, j'avais beau être stricte et exigeante sur le règlement, je savais accepter des erreurs et que tout les êtres de la galaxie ne soient pas aussi bien renseignés que moi sur ce qui devait se dérouler. Moi-même je ne savais pas toujours comment me comporter même dans une simple réunion d'officiers de l'Alliance et le "Oh... Salut !" de la Quarienne qui faisait quasiment une demie voire une petite tête de moins que moi me fit sourire en coin. Heureusement elle devait avoir une sorte de second avec elle qui, d'une petite toux discrète et forcée, ramena Liis Vas Haestrom à sa condition d'officier scientifique et donc de chef de son petit groupe, du moins je le subodorai. Elle prit donc ma main et me la serra en retour en se présentant également, concluant sa salutation par une citation propre aux Quariens. Bien entendu, c'était une main gantée qui entra en contact avec ma peau mais cela ne répugna guère. Ce n'était pas la première Quarienne que je rencontrais et je n'avais rien contre cette espèce voire même je l'appréciai. Ce peuple avait connu des heures extrêmement difficiles pendant la guerre contre les Moissonneurs voire même après et je supposai que la reconstruction sur Rannoch se poursuivait encore. C'était une bonne chose à mon sens qu'aujourd'hui, Quariens et Geths se soient unis au sein d'une même entité militaire, rien n'aurait été aussi possible sans l'intervention de Shepard au sein de ce conflit, nous conduisant à là où nous étions aujourd'hui avec ces deux espèces. Je souris alors à la Quarienne en m'écartant légèrement pour l'inviter à me suivre alors que j'allais conduire nos invités à leurs quartiers sur le pont 3. Je me mis alors à marcher à côté de Liis Vas Haestrom tandis que d'un geste de la tête, Haver et Walkers vinrent se poster également à mes côtés. Kennedy comprit ce que cela signifia et ordonna aux soldats présents de rompre les rangs tandis que l'on quittait la soute, moi, mes deux subalternes, suivies par la petite troupe des quariens.


- Pont 3, quartiers d'équipage

Pour l'occasion, les cabines des officiers furent réquisitionnées pour les Quariens le temps du voyage qui durerait maximum deux jours, voire trois dans le pire des cas, seule la cabine de Haver demeurait le logement à auquel les Quariens n'auraient pas droit, les autres officiers étant relogés temporairement dans les dortoirs d'équipage. Un stock de ravitaillement de nourriture dextro nous fut spécialement acheminé peu avant l'arrivée des Quariens à bord afin de pouvoir les nourrir mais pour le moment je pensais surtout à montrer à nos invités leurs quartiers. Pendant ce temps, Snakeshit mit en route les moteurs de l'Okinawa pour le relais cosmodésique du secteur et je m'engageai dans l'ascenseur en compagnie du petit groupe d'aliens qui se pressait derrière nous. Haver et Walker encadraient les aliens pendant que je marchais en tête avec Liis Vas Haestrom à mon côté. Pour l'instant, personne ne parla et une fois tout le monde dans l'ascenseur, l'engin se mit en branle pour nous amener aux quartiers réservés pour les Quariens. Dans l'ascenseur, je croisai les mains dans mon dos, me demandant bien ce qui pouvait passer dans l'esprit de nos invités. Ils n'était pas très nombreux et personne ne me sembla agité à part peut-être celle qui les dirigeait quoique à l'heure actuelle, elle avait l'air calme. Sans doute que la petite erreur de protocole de tout à l'heure l'avait marqué et qu'elle tâchait de se tenir à carreau. J'avais décidément un don pour accueillir mes invités à bord de l'Okinawa avec originalité, entre Faydal qui s'était mise à bafouiller au lieu de répondre à mon salut et cette Quarienne qui s'était fendue d'un "Oh... Salut", je me disais que j'avais la particularité d'attirer des gens originaux à bord de ma frégate de l'Alliance. L'on arriva peu après à bord du pont 3 et Snakeshit annonça dans l'intercom que nous étions arrivés dans le secteur Exodus. Je fis un léger sourire pour moi même, sentant que tout allait bien pour le moment et je me tournais vers les Quariens en fixant d'abord l'officier de tête puis le groupe en entier, d'un air sérieux et imperturbable. On représentait l'Alliance, il fallait faire bonne figure même devant nos alliés du GIP...

Bien, mesdames et messieurs du GIP. Durant votre séjour à bord, vous serez logés dans les cabines des officiers qui eux ont été temporairement déplacés dans les dortoirs d'équipages. Vous serez soumis aux mêmes règles qui régissent la vie des soldats à bord, vous êtes nos invités et nous devons vous escorter mais vous n'aurez pas de traitements de faveur à bord de mon vaisseau. Vous prendrez vos repas aux mêmes heures que l'équipage et serez soumis au même horaire d'extinction des feux. N'hésitez pas à me solliciter ou un des officiers à bord si vous avez besoin de quoi que ce soit.

Je fis signe à Haver et à Walker d'installer les Quariens avant de faire un signe à Liis Vas Haestrom pour lui dire de venir plus près et je l'emmenai alors à la cabine de l'un des officiers de l'équipage, une pièce située non loin de la cabine de Haver et du mess. J'espérais que la Quarienne ne soit pas emmerdante pour qu'on lui trouve une autre pièce car c'était la seule disponible ou alors elle devait partager ma cabine et la perspective d'avoir une Quarienne dans ma même pièce de vie ne m'enchantait guère. J'ouvris en première la cabine et y entra, suivie par Liis Vas Haestrom. La pièce dans laquelle nous nous trouvions à présent faisait à peu près la taille d'une pièce de survie à bord d'autres frégates ou comme la nôtre et avait été débarrassée de tout objet personnel et affaires de l'officier. Les lieux étaient maintenant les plus neutres possibles, le lit avait toujours la couleur réglementaire de chaque couchette à bord mais avait un unique oreiller. L'ameublement ainsi que les murs avaient retrouvés leur sobriété originale, il n'y avait plus de petits objets décoratifs ou de photos posés, rien n'indiquait que la cabine était encore occupé par un homme quelques heures plus tôt. Afin de préserver leur intimité, les Quariens avaient droit aux petites douches individuelles des officiers, leur évitant de devoir se laver en même temps que l'équipage ou à un horaire différent. Comme je l'avais indiqué plus tôt, aucun traitement de faveur ne serait réservé à mes invités. Certes, ils avaient un statut différent mais j'imposais les mêmes règles à tout le monde tant qu'ils se trouvaient à bord de mon vaisseau. Je laissai alors la Quarienne découvrir sa pièce de vie temporaire en espérant qu'elle ne trouve rien à redire et pendant ce temps, alors que je me trouvais près de l'entrée, je jetai un œil derrière moi pour observer Haver qui discutait avec un petit groupe de soldats de l'équipage. Croisant le regard de ma commandant en second, celle-ci me fit un clin d'œil en me levant le pouce. Au moins les autres Quariens n'avaient rien à redire pour le moment... Mais qu'en était-il de Liis Vas Haestrom ? Je n'avais encore jamais logé de Quariens, ces cabines avaient été conçues pour des Humains, non pour des corps étrangers aliens comme eux.

Il était vrai d'un autre côté que leur avis importaient aussi peu car c'était une mission d'escorte, non une excursion de croisière, ils avaient également le droit de la fermer. Si je m'enquis des conditions de vie des Quariens à bord de l'Okinawa, c'était par pure bienveillance envers eux, j'aurai très bien pu aussi les envoyer immédiatement dans leurs cabines sans leur dire quoi que ce soit et envoyer chier la moindre de leur demande. Mais je n'étais pas comme ça et O'Neill m'avait bien averti sur les conséquences de ce qui se passerait si jamais les Quariens s'en sentaient insultés.


Codage par Libella sur Graphiorum







Dernière édition par Ada J. Raikes le Mar 01 Aoû 2017, 16:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 53

MessageSujet: Re: Nos amis quariens   Mar 01 Aoû 2017, 03:29
Au moins l'humaine ne sembla pas lui tenir rigueur de son manque de considération pour le protocole. Mais elle ne paraissait pas vouloir faire dans le détendu non plus. Même si elle était là pour une rencontre scientifique civile, elle se trouvait en effet sur un bâtiment militaire de l'Alliance, et le climat s'en ressentait. Elle suivit le mouvement quand il se lança, se tenant près de la grande humaine. Raikes c'est ça ? 
Elle croisa ses mains dans le dos afin d'éviter de les laisser se promener dans le vide si ses idées l'amenaient de nouveau à réfléchir à autre chose que la situation présente, ce qui risquait bien d'arriver si elle ne s'y intéressait pas plus rapidement. Ils grimpèrent dans un ascenseur, et Kelah entendit les siens se passer des murmures d'excitations sur la situation, et un ou deux commentaires sur ça prestation, ce qui l'agaça un peu plus. Pour sa part elle retenait un bâillement. 
L'humaine croisa aussi ses mains dans le dos, et la quarienne se demanda si elle la singeait, ce qui aurait eut le mérite de l'amuser. Mais vu la différence de raideur entre leur pose, il était évident que ce n'était pas le cas. Elle en profita tout de même pour l'observer un peu mieux. Elle était belle, selon les critères physiologiques humains qu'elle connaissait, même si ses traits sévères auraient été plus agréable sans cette tension. Kelah se demanda si elle faisait partie de ceux qu'on appelait les "mannequins". On lui avait dit une fois devant un magazine terrien que les grandes filles minces étaient des "mannequins", elle nota mentalement de lui demander plus d'information sur ce groupe si l'occasion se présentait. 
Elle les guida vers une série de cabine et se tourna vers eux afin de leur expliquer leurs installations, un sentiment de stupeur traversa son petit groupe. Au sein de la flotte il aurait été parfaitement inenvisageable qu'un officier sacrifie son espace de vie pour un visiteur, et beaucoup gardaient ces habitudes. Mais pour l'Alliance il ne s'agissait que de cabine, pas de leur "chez eux", du moins pas aussi profondément. 
 
-Nous sommes honorés de vos attentions Lieutenant-Commandant. Vos règles seront bien entendu les nôtres.  
 
Elle la suivit ensuite quand elle lui fit signe, alors que les siens se dispersaient en suivant les consignes de ses seconds. Elle lui présenta une agréable cabine, suffisamment grande pour s'y déplaçait debout et aisément. Bien qu'il n'y ait aucune volonté de rendre l'endroit chaleureux, la qualité même de la cabine suffit à donner le sourire à la quarienne qui s'y avança avec empressement. Elle s'approcha de la grande paroi faisant face au lit, et sa main glissa doucement sur le métal froid avant qu'elle ne tourne son visage vers la maîtresse de lieu, lui demandant avec la voix la plus guillerette du monde. 
 
-Puis-je écrire sur la paroi ? J'aime mettre mes calculs par écris lorsque je réfléchis. Et dessiner aussi, j'adore dessiner, même si je ne suis pas très douée. 
 
Elle se rapprocha de l'officier qui la regardait avec un visage surpris. 
 
-Pardonnez-moi Capitaine, oups, Lieutenant-Commandant. Je dois vous paraître bien peu formelle. Je suis ici en tant qu'officier, mais je n'ai ce grade que par ma fonction au sein du GIP, je suis avant tout une scientifique, et civile ensuite, et beaucoup plus loin sur la liste je suis une officier de l'armée. Ne voyez aucune malice ni manque de respect si j'en viens à faire des erreurs sur les procédures de contact, simplement un manque d'habitude.   
 
Puis elle réindiqua le mur du doigt, reprenant son idée comme si elle n'avait rien dit entre les deux. 
 
-Oh bien entendu, je nettoierais le mur en partant! 
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance Interstellaire
Rang : Commandant du SSV Okinawa
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4781-ada-jane-raikes-we-will-fi
http://www.masseffect-reborn.fr/t4797-the-ada-jane-raikes-chronicles-let-history-be-the-judge


Messages : 78
Crédits : Moi-même - Libella

MessageSujet: Re: Nos amis quariens   Mer 02 Aoû 2017, 22:23
Nos amis quariens


- Secteur Exodus, Système Utopia, Espace Interstellaire
- Pont 3, quartiers d'équipage

La question de la Quarienne avait le mérite de me surprendre car je ne m'attendais pas vraiment à une telle requête de ma part alors que j'attendais une remarque de sa part par rapport à la cabine ou... d'autre chose. Elle avait prit son temps pour observer, examiner la cabine telle que l'on avait laissée pour elle. Je croisais les doigts alors que j'attendais, droite et impassible pour le moment, espérant qu'elle ne fasse pas sa mijaurée parce qu'elle était plus intelligente que moi ou du moins beaucoup plus cultivée et mordue de connaissances scientifiques. Alors qu'elle regardait la cabine à sa disposition, je pus la détailler un peu plus que tout à l'heure. Elle était plus petite que moi, c'était un fait et me paraissait assez juvénile voire enfantine alors que dans les informations que j'avais reçu, on m'avait parlé d'une Quarienne qui avait pratiquement le même âge que moi à quelques mois près. Sa combinaison contrastait beaucoup avec l'aspect sobre de ses congénères, la sienne était noire sauf en haut, la capuche et la poitrine étaient blancs ainsi que ses bras. Je crus discerner du rouge venant de l'intérieur de sa capuche mais le casque mauve ainsi que ses yeux blancs lumineux captèrent bien plus mon attention. Les formes de son corps étaient plutôt bien dessinées et je ne pus m'empêcher d'arquer un sourcil pour moi même en me disant qu'elle présentait vraiment bien mais la mission d'escorte me revint aussitôt en tête. Elle faisait partie du GIP et je m'attendais à une militaire un peu comme moi, je m'étais aperçu qu'il n'en était rien, elle tenait vraiment de la civile travaillant pour l'organisation militaire sans avoir le statut de soldat, un peu comme les médecins au sein de l'Alliance, elle était une officier mais non combattante. Cela me fit penser à ma propre officier scientifique, Helena Walker qui bien qu'elle était reconnue comme étant une scientifique très douée, était aussi considérée comme un soldat, elle étudiait un tas de choses mais savait très bien comment tenir son fusil d'assaut et s'en servir.

La question de la Quarienne me prit donc au dépourvu et pendant quelques secondes, la surprise put se lire sur mon visage. J'avais l'impression de me trouver avec une gamine adolescente mais au lieu de me renfermer et de lui répondre sèchement, cela m'attendrit légèrement et mon expression paraissait beaucoup plus détendue et moins sévère. Elle me rappelait un peu ma sœur cadette Emilie qui adorait dessiner et parfois écrire, elle grattait beaucoup de papier tout comme elle passait aussi beaucoup de temps sur son OmniTech à recueillir des données et à les mettre en forme sous forme d'hologrammes ou de dessins qu'elle faisait elle-même. Quelque part, je revoyais un peu de ma petite sœur dans cette Quarienne, si Emilie était encore vivante, elle approcherait de la trentaine mais elle aurait toujours eu cette attitude enfantine, peut être un peu immature mais tellement attachante. Malheureusement, je ne pouvais lui autoriser à écrire ou dessiner sur les parois de sa cabine mais je pouvais lui donner en revanche, de quoi écrire et de quoi griffonner voire dessiner. Ainsi personne n'aurait à nettoyer la cabine pour lui redonner son aspect sobre et elle pouvait emporter ses notes et ce qu'elle avait dessiné avec elle. Liis Vas Haestrom s'excusa auprès de moi quant à sa méconnaissance du protocole, certainement en rapport à sa salutation un peu désinvolte de tout à l'heure. Un officier de l'Alliance aurait très bien pu se sentir mal à l'aise et réagir vivement voire avec brutalité envers quelqu'un qui n'était pas forcément au fait des manières de recevoir un membre du GIP mais ce n'était pas mon cas. Au contraire, j'aimais déjà cette Quarienne qui bien que peu formelle était au moins authentique à mes yeux et comme réaction, je lui offris un sourire plus chaleureux et amical que mon habituel sourire en coin, sourire qui s'élargit un peu plus lorsqu'elle se trompa sur mon grade. Je me rappelai alors que chez les Quariens, le commandant de vaisseau était automatiquement appelé Capitaine même si ce n'était pas le véritable grade du commandant de vaisseau.

Je n'ai pas encore eue la chance d'arriver au grade de Capitaine mais rassurez-vous Vas Haestrom, je ne vous en tiens par rigueur. Je n'en ai peut-être pas l'air comme ça mais je ne suis pas si au fait que ça du protocole. Je conçois tout à fait que tout le monde n'a pas cette notion, Humain ou Quarien la race importe peu. J'ai rapidement vue que vous étiez beaucoup plus civile que militaire mais ce n'est pas un handicap même à bord de mon bâtiment.

Je fis un pas vers elle pour m'approcher un peu mais nulle arrière pensée derrière mon geste, je voulais juste venir plus près d'elle afin d'instaurer un climat plus détendu et informel entre la Quarienne et moi. Mon expression redevint neutre tout comme l'intonation de ma voix mais je voulais faire un effort pour paraître conciliante envers Liis Vas Haestrom alors que je répondais à sa requête sans être agressive.

Néanmoins, je regrette madame mais je ne vous autoriserai pas à dessiner ou écrire sur les parois de votre cabine même si je vous remercie de vous porter volontaire pour nettoyer. Je n'autorise déjà pas mes hommes et officiers à le faire, je ne ferais pas d'entorse à mon règlement même pour des invités comme vous. En revanche, si vous le souhaitez, je vous ferai apporter de quoi écrire et dessiner, juste je vous demanderai de laisser les murs et les sols tels que vous les avez trouvés en arrivant. Ensuite, si vous le voulez aussi, je vous montrerai quelques endroits du vaisseau et je vous inviterai à prendre un verre dans la salle de repos du vaisseau ou dans ma cabine, qu'en pensez-vous ?

Une impression étrange me saisit alors que je formulai mes suggestions, j'avais presque l'impression de m'adresser à ma sœur cadette. Quelque part cela me fit rougir mais j'espérais que la Quarienne ne fasse pas de commentaires dessus et se contente uniquement de répondre de sa voix guillerette à mes suggestions.


Codage par Libella sur Graphiorum




Revenir en haut Aller en bas
Messages : 53

MessageSujet: Re: Nos amis quariens   Jeu 03 Aoû 2017, 02:58
-Oooooooh. fit-elle franchement déçue. Mais elle se plierait à la volonté de la grande militaire... surement. Oui oui elle le ferait, ou du moins lutterait âprement contre son envie de désobéir. L'humaine était soudain tout prêt d'elle, et Kelah s'interrogea sur le sens de cette nouvelle proximité. Tentait-elle de l'intimider ? Non il y avait peu de chance, surtout qu'elle aurait sans doute pût la briser en deux sans trop d'efforts vu leur différence de capacité. Ou alors c'était pour établir un contact plus personnel et détendu ? 
La quarienne se demanda si cela fonctionnait, et fit elle-même un pas vers elle avant de se mettre sur la pointe des pieds afin de croiser son regard. Elles étaient toutes proche à présent, un pas de plus et sa visière aurait rebondit sur le nez de cette femme. Elle finit par pouffer et se retourna en agitant la main pour indiquer que ce n'était pas grave. 
 
-Oubliez le papier, je me débrouillerais avec mon omnitech, mais je suis partante pour le verre, quelque chose de fort si vous avez. Elle avança de quelques pas dans la cabine, et hocha la tête satisfaite. Son buste pivota légèrement sur son axe la cambrant pour regarder la gradée.Dans votre cabine bien entendu. Ajouta-t-elle d'un ton malicieux comme si le choix lui revenait. 
 
-Laissez-moi deux minutes le temps de m'assurer que mes compagnons sont à leurs aises, et je vous suis pour la ballade. 
 
Elle sortit prestement faire le tour des diverses cabines, mais personne n'avait vraiment besoin d'elle, et la plupart étaient même assez soulagé de pouvoir éviter de partager un espace clos avec l'excentrique qu'elle était. Bien sûr elle ne doutait pas que leur avis changerait quand ils approcheraient de la citadelle, leurs théories étant bien souvent basé sur des travaux à elle, ils viendraient bientôt tous quémander son soutien sur tel ou tel exposé, et à ce moment-là c'est elle qui se plaindrait de leur présence. Le seul qu'elle appréciait vraiment c'était Goru'Raan, un vieux bougon qui n'aimait rien ni personne mais qui avait au moins le mérite d'être fixe dans ses positions. 
Elle avait occupé sa cabine pendant la première partie du voyage en débattant avec lui de presque tout et n'importe quoi, allant même jusqu'à être en désaccord sur l'utilité des pierres de Rannoch. 
 
Le vieux Quarien était assis sur sa couche et bougonnait sur l'espace de l'Alliance interstellaire plus froid selon lui que la bonne vieille bordure extérieure. Kelah tapota son casque en riant et revint prestement vers la chef suprême de ce petit fief spatial. 
 
-Je suis toute à vous Raikes. 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance Interstellaire
Rang : Commandant du SSV Okinawa
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4781-ada-jane-raikes-we-will-fi
http://www.masseffect-reborn.fr/t4797-the-ada-jane-raikes-chronicles-let-history-be-the-judge


Messages : 78
Crédits : Moi-même - Libella

MessageSujet: Re: Nos amis quariens   Ven 04 Aoû 2017, 02:02
Nos amis quariens


- Secteur Exodus, Système Utopia, Espace Interstellaire
- Pont 3, quartiers d'équipage

Constatant avec une légère surprise cette fois que la Quarienne avait aussi faite un pas vers moi, nous rapprochant l'une de l'autre, j'entendis bien la déception dans la voix légèrement caverneuse de Liis Vas Haestrom. Loin de me faire sentir coupable, j'espérai seulement qu'elle ne prenne pas mal mes ordres car c'était le règlement en vigueur à bord de ma frégate de l'Alliance. Hormis le petit "Oooooooh" qu'elle fit pour exprimer sa légère amertume, elle ne dit rien d'autre et intérieurement cela me soulagea. Elle ne me faisait pas peur, je pouvais aisément la maîtriser si elle tentait quoi que ce soit à mon encontre mais j'étais bien plus préoccupée par les retombées diplomatiques de tels actes. Il suffisait que la Quarienne soit une petite pédante qui se croyait tout permise et qu'elle rapporte ce genre d'incident à sa hiérarchie quand ça l'arrangeait pour qu'ensuite, cela me retombe sur le coin de la gueule et que j'en subisse les conséquences bien malgré moi, ce en occultant complètement le fait que je ne faisais que suivre les ordres qui tenaient en lieu et place de loi à bord de l'Okinawa. D'un autre côté, je ne pensai pas en mon for intérieur Liis Vas Haestrom être ce genre de personne. Puis elle se mit à pouffer dans son casque ce qui eut pour effet de me faire doucement sourire et d'agiter la main pour exprimer le degré d'importance de ce que je venais de lui refuser. Emilie avait aussi cette gestuelle pour dire que ce n'était pas grave lorsqu'on lui refusait quelque chose et elle savait prendre les choses avec philosophie. Tout comme Liis Vas Haestrom. Sa ressemblance avec ma petite sœur cadette décédée était frappante mais me troublait et l'espace d'un court instant, je me demandai même si cette Quarienne n'était pas la réincarnation de ma sœur disparue pendant la guerre des Moissonneurs. J'eus l'idée saugrenue de lui demander si elle n'avait pas de souvenirs d'une vie antérieure ou si elle avait l'impression de déjà me connaître mais je me tus, pensant certainement qu'elle allait me prendre pour une foldingue et peut-être déjà mettre à mal cette mission d'escorte qui ressemblait de plus en plus à une tâche diplomatique d'une ampleur importante.

Mes pensées me redirigèrent à nouveau vers Emilie et les souvenirs que j'avais gardé d'elle. Elle aurait tellement pu suivre la même carrière que la scientifique quarienne, les sciences étaient quelque chose qui passionnait ma sœur en plus du dessin et de rêvasser, peut être se serait-elle aussi engagée dans l'Alliance en tant que personnel non combattant mais comme scientifique comme Liis Vas Haestrom... Peut-être aurait elle complété l'affiliation de la famille à l'Alliance en plus de moi, de ma mère et de Daichi... Seul Gary ne se serait pas impliqué au sein de l'Alliance, il était une beaucoup trop forte tête pour supporter un entraînement militaire, quoique ça l'aurait peut-être discipliné... Mes yeux regardèrent à nouveau le casque de la Quarienne qui affichait toujours les deux points lumineux qui servaient d'yeux et ces deux points s'allongèrent légèrement comme si elle souriait avec le ton malicieux qu'elle employait. Dans ma cabine ? Pourquoi dans ma cabine ? C'était ma petite sœur, il fallait la mettre en sécurité dans mes quartiers... Nous serions entre sœurs et personne ne nous embêterait, elle m'emmènerait encore dans son monde imaginaire où j'adorais me perdre pour oublier le mien qui n'était que trop réel... Je n'avais plus cette Quarienne devant moi mais Emilie casquée, ma petite sœur était revenue d'entre les morts et se tenait là devant moi. Si je ne m'étais pas maîtrisée, j'y aurais peut-être tendu les bras vers elle et fondue en larmes en reconnaissant ma sœur cadette mais la requête de la scientifique me rappela à la réalité et me sortit de mon état de trouble. Je secouai très légèrement la tête, à la fois pour approuver et autoriser sa requête mais aussi pour me réveiller. Je ne devais pas me laisser submerger par de tels sentiments, surtout pas dans cette mission importante pour l'Alliance, le GIP voire peut-être l'espace concilien. La Quarienne partit alors vérifier que ses compatriotes étaient bien installés tandis que j'ordonnai à un quartier-maître de faire monter quelques boissons dextro alcoolisées dans ma cabine. Mon subalterne s'exécuta alors que j'attendis que Liis Vas Haestrom en eut fini avec ses collègues.

Ahem... Très bien. Suivez-moi s'il vous plait.


Pont 1, cabine de l'officier commandant

Le trajet dans l'ascenseur s'était fait dans un silence complet. Devant la Quarienne, je paraissais neutre mais intérieurement, maintenant que j'étais bien plus lucide, je me demandai bien ce qui avait pu me passer par la tête pour que j'en vienne à croire pendant quelques secondes incroyablement longues qu'à la place de la scientifique casquée, j'avais ma sœur Emilie devant moi. Je me rendis alors compte à quel point je n'avais jamais vraiment pu faire le deuil, même après toutes ces années, de la disparition d'Emilie et de mon père pendant la guerre contre les Moissonneurs. Cela s'était passé aussi tellement vite que je ne m'en était rendue compte que bien plus tard au contraire de la mort de mon frère. Sa mort à lui avait aussi été soudaine mais en temps de disons, de paix, elle avait été autrement plus frappante qu'au milieu d'une guerre. Bien qu'il n'ait pas souffert, sa disparition avait été bien plus déchirante que celle de mon père ou d'Emilie. Mais là, à revoir cette Quarienne dont j'évitai soigneusement le regard pendant la montée, qui lui ressemblait presque comme une jumelle, la même hauteur, la même gestuelle et peut-être à quelques différences près, la même psyché ? Cela n'en était que plus troublant dans mon esprit et c'était une petite lutte en mon for intérieur pour bien me dire que c'était une étrangère qui se tenait à côté de moi. Serrant les dents alors que ma mâchoire demeurait ostensiblement fermée et mes lèvres très légèrement pincées, je fis un effort mental pour envoyer valser mes pensées maussades et plutôt penser au moment cordial voire peut-être convivial qui s'annonçait avec Liis Vas Haestrom. Mais avant, invitée étrangère ou pas, il fallait que je passe par une étape importante avant d'aller plus avant pour ce verre, je voulus passer par l'étape de la garde-robe pendant que je franchis la porte de l'ascenseur et que la porte de ma cabine ne s'ouvrit après m'avoir reconnue et que j'eusse autorisé Liis Vas Haestrom à rentrer dans mon espace de vie.

Installez-vous, faites comme chez vous, Vas Haestrom. Vous ne m'en voulez pas de me changer ? Je sais que vous êtes une représentante étrangère mais je préfère porter mon uniforme quotidien d'officier que l'uniforme formel lorsque je suis à bord de ma frégate. Même au sein de l'espace de l'Alliance, nous ne sommes pas à l'abri de tout.

Sans attendre un accord de sa part, je défis ma chaînette et dégrafai ma veste d'officier en me dirigeant vers ma garde-robe à côté de mon lit, laissant la Quarienne s'installer où elle le souhaitait. J'espérai que le quartier-maître soit déjà passé ici pour déposer les boissons dextro mais j'aurai largement le temps de m'en inquiéter après. Devant ma garde-robe, j'enlevai ma veste pour la remiser dans la penderie. Je n'étais pas nue en dessous, je portais un débardeur noir réglementaire par dessus mon soutien-gorge et j'attrapais ma veste renforcée de tenue quotidienne. Si Liis Vas Haestrom avait jetée un œil vers moi à cet instant, elle aurait pu aisément voir une partie de mon tatouage d'ange de la mort tenant une épée tatoué sur presque tout mon dos, zébré de quelques très discrètes cicatrices. J'enfilai prestement ma veste et bien que je n'agrafai pas encore les boutons, j'attrapais mon pantalon de tenue quotidienne pour l'enfiler et par un habile mouvement entre mon pantalon d'officier et l'autre, je ne dévoilai que pendant une fraction de seconde mes jambes, aussitôt couvertes par le tissu plus résistant du pantalon de tenue quotidienne. Je refermai alors mon dressing pour agrafer mes boutons ensemble et épousseter par réflexe mes passants d'épaules et lisser ma veste renforcée bien qu'en réalité, ma tenue était impeccable. Dernier point, j'enfilai mes bottines à la place de mes mocassins et je remisai ces derniers dans un petit espace en bas de mon dressing. Puis je reportai finalement mon attention sur Liis Vas Haestrom et je lui souris franchement et plus à mon aise dans cet uniforme que j'appréciai bien plus que l'autre, trop formel.

Un de mes subalternes a monté ici des boissons alcoolisées de notre stock de nourriture dextro. Je ne sais pas si vous y aurez une boisson très forte mais j'espère que ça vous ira...

Je me penchai et me mis alors à fouiller dans mon petit frigo personnel, non loin du canapé. En effet les boissons dextro étaient là au frais mais je devais reconnaître que je n'y connaissais rien en boissons quariennes...


Codage par Libella sur Graphiorum






Dernière édition par Ada J. Raikes le Lun 07 Aoû 2017, 23:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 53

MessageSujet: Re: Nos amis quariens   Dim 06 Aoû 2017, 16:39
Kelah avait le regard fixé sur l'air fermé et soudain dur de la militaire alors qu'elles progressaient dans la cabine d'ascenseur. Elle se demandait à présent si elle n'avait pas été trop loin dans ses familiarités et la détente dont elle avait fait preuve dans son contact à l'humaine, même si elle en doutait. De toute façon, vu sa propre humeur, elle aurait sans doute été incapable de se montrer aussi formelle que sa compagne de route. Elle n'avait jamais vraiment su cacher ses sentiments et ressentis, et l'époque sa timidité jouait pour elle le rôle de garde-fou était depuis bien longtemps révolue. Pourtant elle ne voyait pas d'autres explications au raidissement significatif de l'attitude de l'humaine.  
Mais avant qu'elle ne parvienne à trouver une justification, le lieutenant-commandant revint à des sentiments plus agréables même si encore une fois la quarienne ne sut dire pour qu'elle raison cela arrivé. Les humains étaient des êtres compliqués décidément, elle en avait connu quelques-uns durant son pèlerinage, et d'autres au cours de sa carrière, mais c'était la première fois qu'elle se retrouvait dans la vie militaire de cette espèce, peut être bien ne saisissait-elle pas toutes les subtilités de leurs comportements au sein de l'armée.  
La nacelle se stoppa d'elle-même à l'étage de la cabine de Raikes. Et après qu'elle l'eut invité à entrer, Kelah se glissa dans ses appartements. L'endroit était spacieux, et même un soupçon confortable de son point de vue. 
 
-Faites Lieutenant-Commandant. lança-t'elle même si l'humaine n'avait posé la question que par pur forme et commençait déjà à se changer. 
Invitée à se mettre à l'aise, Kelah ne se priva aucunement d'observer son hôte se changer. Toujours curieuse de tout, observer un alien dans son plus simple appareil lui semblait une expérience à la fois amusante et intéressante. Bien que le "simple appareil" se résuma malheureusement à un débardeur et une culotte bien vite recouverte. Finalement le seul détail intéressant que retira la Quarienne de son examen fut une partie de tatouage représentant une forme angélique de la culture humaine semblait-il.  
Mais rien qui ne put lui permettre de réfléchir un tant soit peu aux spécificités physiques des humains. Elle se jeta sur le canapé avec dépit, mais à peine son postérieur eut touché le moelleux de celui-ci qu'elle pensait à autre chose. A savoir ce que pouvait bien faire Volonté à présent. Malgré elle la présence apaisée et logique du geth lui manquait. 
En voyant l'humaine hésiter, Kelah se rapprocha à quatre pattes sur le canapé et regarda l'intérieur du petit frigo par-dessus son épaule.  
 
-Celui-là m'irait bien!déclara-t-elle en désignant une petite bouteille contenant un liquide dont la couleur variait du rose au orange selon l'orientation de la lumière. 
Elle s'empara du contenant quand l'humaine lui tendit, et se rassit plus profondément dans le canapé en observant son interlocutrice prendre place. 
 
-Alors ! Parlons-peu, parlons diplomatie ! Pour commencer, en tant que diplomate, j'exige que vous m'appeliez Kelah, mon prénom, ou Kelah'Liis. Liis Vas Haestrom me donne l'impression qu'on s'adresse à ma mère. dit-elle avec une rire. Puis elle déboucha sa boisson et sorti une paille de sa combinaison. Elle en avait presque toujours une sur elle à présent, histoire d'être prévoyante. Et elle trouvait surtout cela particulièrement amusant de boire à la paille. 
 
-A la vôtre! C'est comme cela qu'il est de coutume de se souhaiter une bonne consommation chez vous n'est-ce pas ? demanda-t-elle en penchant la tête sur le coté. 
 
-Pourriez-vous me parlez un peu de l'Alliance, ainsi que de vous ? Je connais très peu votre armée gouvernementale, et encore moins ses membres. 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance Interstellaire
Rang : Commandant du SSV Okinawa
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4781-ada-jane-raikes-we-will-fi
http://www.masseffect-reborn.fr/t4797-the-ada-jane-raikes-chronicles-let-history-be-the-judge


Messages : 78
Crédits : Moi-même - Libella

MessageSujet: Re: Nos amis quariens   Dim 06 Aoû 2017, 22:16
Nos amis quariens


- Secteur Exodus, Système Utopia, Espace Interstellaire
- Pont 1, cabine de l'officier commandant

Désormais bien plus à l'aise dans mon uniforme quotidien et aux manches retroussées découvrant ainsi mes avant-bras également tatoués, j'accueillis avec surprise l'irruption de la Quarienne dans mon espace vital. Étrangement, sa proximité ne me gênait pas mais ce n'était pas pour autant que je me sentais parfaitement à l'aise à côté de l'alien casquée. De sa voix toujours aussi guillerette que je lui connaissais désormais, elle me désigna une bouteille d'alcool dextro qui était rose. Ou rouge. Ou orange... Mais qu'est ce que c'était que ce truc qui changeait de couleur... Plutôt perplexe, je ne fis néanmoins aucun commentaire et je donnai la bouteille dextro à la Quarienne. Cette dernière quitta sa position à quatre pattes et se rassit sur le canapé non loin de me second bureau, plus petit. Pour ma part, je pris une bouteille de bière terrienne dont je gardais un petit stock en cas d'occasions particulières dans mon frigo avant de refermer la porte du meuble réfrigéré. Debout devant le canapé, je décapsulai la bouteille en serrant la capsule dans ma main droite avant d'entendre le petit *pschiit* de décapsulation de la bouteille. Je posai la capsule sur mon petit bureau personnel avant de tirer une chaise de bureau et de m'assoir non loin de la Quarienne, presque en face d'elle. Elle se mit à rire comme guise d'annonce mais il y avait néanmoins un mot que je n'aimais pas trop dans sa phrase. Elle exigeait ? À bord de MON vaisseau ? De désapprobation, je posai ma bouteille sur la table basse et je croisai les bras sur ma poitrine, mon tatouage de roses noires disséminé de pistolets Predator eux aussi zébrés de quelques rares cicatrices, bien en vue pour la Quarienne. Elle riait mais je ne riais pas, elle avait beau être une invitée, j'étais toujours celle qui était aux commandes ici, elle n'avait rien à exiger de moi. Peut-être n'était ce qu'un mot mais je tenais à mettre les choses au clair, cela pouvait être la porte ouverte à toute sorte de débordements ou de manque de respect envers moi. Je la laissai parler sans l'interrompre en croisant mes jambes devant elle, mon expression étant devenue légèrement irritée, j'avais retrouvé mon air d'officier militaire sévère afin de la recadrer en y allant un peu avec des pincettes sans la blesser. Elle était une représentante d'une autre armée, elle n'était pas sous mes ordres mais elle devait comprendre qu'elle ne pouvait pas dire tout ce qu'elle voulait ou lui passait par la tête.

Je dois d'abord vous dire, Vas Haestrom, que vous n'êtes pas en position d'exiger quoi que ce soit. Si l'envie me prend de vous appeler Vas Haestrom, je le ferais sans hésiter. Vous êtes présente ici en tant qu'invitée et à bord d'un vaisseau de l'Alliance, je ne tolèrerai pas la moindre exigence de votre part.

Je gardais ma dure expression sans rien dire en la fixant pendant quelques secondes et j'avais l'impression que j'avais mise Kelah mal à l'aise. Bien malgré moi, c'était un peu ce que je recherchais. Mine de rien, notre rencontre autour d'un verre pouvait passer pour quelque chose d'informel mais exactement comme Kelah l'avait soulignée plus tôt, c'était aussi une rencontre et une mission diplomatique, une sorte de confrontation pacifique et en silence. Ici la Quarienne n'était pas en terrain conquis et je venais de lui rappeler que l'Okinawa ainsi que ma cabine à fortiori appartenait encore à l'Alliance et que c'était nos règles à moi et à l'Alliance qui s'appliquait à bord d'où mon léger recadrage. Cependant, ce n'était pas ici une engueulade en règle et je mis fin à la situation dérangeante pour la scientifique en faisant une moue et je m'emparai de ma bouteille de bière puis je mimai la gestuelle de trinque. Comme pour le signifier qu'elle pouvait se détendre, je me mis à lui faire mon petit sourire en coin.

Ne vous méprenez pas, Kelah, ce n'est pas pour ça que je vais vous mettre dehors de ma cabine. Vous êtes encore peu au fait de la diplomatie comme vous dites mais à l'avenir, évitez des mots comme exiger si vous n'êtes pas en position de le faire. Je ne vous en veux pas mais faites attention à votre prochaine rencontre diplomatique. Je vous ai mise en garde parce que vous êtes tombée sur moi mais si vous étiez tombée sur un ou une autre officier de l'Alliance disons moins conciliant, il y a des chances qu'il le prenne mal et vous renvoie illico dans votre cabine. Donc faites attention à ce que vous dites et c'est un conseil que je vous donne. Et c'est exact, nous disons "à la vôtre" lorsque nous trinquons, donc à la vôtre, Kelah.

Je bus une gorgée rafraichissante de ma bière avant de m'interrompre dans ce que je faisais et de déglutir lentement, ma gorgée de bière absorbée peu après. L'impression de m'être encore adressée à ma petite sœur se saisit de moi, comme si... comme si je venais de lui dire de faire attention aux garçons qu'elle fréquentait ou si je lui donnais tel ou tel tuyau à propos d'un devoir ou d'une leçon quelconque par rapport à ses cours. Il n'y avait nulle condescendance ou pitié dans ma voix et mes mots, seulement une volonté d'aider la Quarienne dans ses futures rencontres diplomatiques où elle serait confrontée à d'autres espèces car bien que les informations dont je disposais sur elle m'indiquait une Quarienne d'environ le même âge que moi, elle n'avait pas le même vécu et la même expérience que moi, il ne fallait pas la blâmer pour cela. Elle apprendra. Mes réflexions me firent dévier lentement le regard vers mon tatouage sur l'avant-bras gauche, là où tout les prénoms de ma famille étaient inscrits. Les prénoms étaient tatoués selon l'âge de leurs porteurs et chacun étaient écrits dans un style bien particulier, s'étendant sur tout mon avant-bras. Le prénom de ma mère, Li venait en premier, puis celui de mon père John, Daichi et Gary. Celui d'Emilie était tatoué en dernier, au bout du tatouage presque sur le poignet, signifiant qu'elle était la petite dernière de la famille. Je me mordis alors très discrètement la lèvre pendant que mes yeux suivaient la courbe des lettres du prénom de ma sœur cadette. Mon esprit recommençait à me jouer des tours en voulant à nouveau me susurrer à l'oreille que c'était Emilie qui se tenait dans cette combinaison casquée et qui me parlait mais cette fois, je demeurai maîtresse de moi-même et j'envoyais valser la petite voix insupportable dans ma tête qui se tut alors sous mon effort mental. La seule chose qui trahissait ma lutte contre moi-même était que je m'étais mise à doucement gratter une des roses tatouées sur mon avant-bras.

En privé, vous pouvez m'appelez Ada si vous le voulez. En revanche, devant mes hommes ou dans toute situation où nous ne sommes pas seules, je vous serais reconnaissante de m'appeler par mon grade.

Je bus une nouvelle gorgée de bière et la bouteille toujours dans ma main droite, je m'assis un peu plus confortablement. Je quittai la position des bras et des jambes croisées pour une posture un peu plus ouverte vers mon invitée. Les genoux légèrement écartés, je me penchai vers elle, mes coudes reposant sur mes genoux, mes avant-bras bien en évidence. Je secouai légèrement la tête pour dégager de mon front la mèche rebelle qui tombait toujours dessus mais il me semblait que cette mèche ne m'obéirait pratiquement jamais pour rester là où elle l'exigeait avec force.

Pour vous répondre... je ne peux bien sûr pas tout vous dire mais nous représentons l'Humanité dans la galaxie. Nous avons à cœur de préserver l'espace de l'Alliance ainsi que l'espace concilien dans son ensemble, sans oublier nos colonies. Comme les Quariens et les Geths, nous avons combattu contre les Moissonneurs par le passé. On a même été en première ligne... Après eh bien...que vous dire de plus... On fait de notre mieux pour les nôtres. Moi j'essaie de faire au mieux à ma mesure.

J'absorbai une nouvelle gorgée de bière alors que Kelah devant moi sirotait sa boisson dextro avec sa paille. L'alcool répandit à nouveau sa fraîcheur dans mon corps, le goût alcoolisé me faisant très légèrement grimacer comme à chaque fois que je buvais.

Quant à moi... comme vous pouvez le voir, je suis officier, je commande une frégate. Je suis dans l'armée de l'Alliance depuis mes dix-huit ans et j'en ai aujourd'hui trente-six. J'avais vingt ans lorsque les Moissonneurs se sont pointés sur Terre, autant vous dire que j'étais aux premières loges pendant cette guerre. Ensuite, je n'ai jamais cessé de servir l'humanité et l'Alliance. On est ce que je pourrais appeler une militaire de carrière. Je n'ai jamais voulu faire autre chose de toute manière, pas comme ma sœur Daichi...

Je lui montrai alors le prénom de ma sœur benjamine tatoué sur mon avant-bras gauche, intercalé entre le prénom de mon père et celui de Gary.

Elle travaille pour Hahne-Kedar. Enfermée dans un bureau la journée, plantée devant sa paperasse, des datapads et un terminal... Je pourrais pas faire ce boulot, il me rendrait dingue.

Mes mots furent ponctués par une moue alors que je reposai ma bouteille de bière sur la table basse. Puis, je joignis mes mains ensemble pour les poser sur mon genou avant de me redresser sur ma chaise, plus droite et un peu plus imposante.

Et vous Kelah, que pouvez vous me dire sur vous ?



Codage par Libella sur Graphiorum




Revenir en haut Aller en bas
Messages : 53

MessageSujet: Re: Nos amis quariens   Dim 06 Aoû 2017, 23:31
Ses yeux se plissèrent alors l'humaine la reprenait sur son manque de respect du protocole, pour ce qui était d'évidence une simple touche d'humour de sa part. Surprise d'abord, décontenancée ensuite, elle avait fini par conclure que son rapport avec l'humaine se bornerait donc au respect civilisé qu'exigeaient leurs rôles respectifs. 
Elle se fit plus droite sur son dossier alors que son regard se faisait lui-même plus dur sans pour autant devenir hostile. Et sa boisson descendit à un rythme bien plus mesuré que celui détendu profitant d'un verre pour apprendre à s'apprécier. Sans aucun doute devint-elle se que ses collègues Quariens auraient préféré la voir être à leur arrivée sur le vaisseau, à savoir être professionnelle.  
Elle écouta l'humaine avec attention bien qu'à son goût sa présentation teint plus de la brochure que de l'expression d'un avis, mais cela correspondait bien à la situation. Cependant le sursaut d'intimité qu'elle provoqua en lui confiant son avis sur le quotidien de sa sœur lui donna matière à réflexion. 
Il était intéressant de noter que chez les humains, on pouvait ainsi noter plus d'ouverture d'esprit sur les avenirs de carrières au sein de leurs familles que dans celles Turiennes ou Galarienne qui exigeait bien souvent une reprise des activités familiales. Même au sein de son propre peule les Quariens, les tâches attribuées à chaque habitant de la flotte correspondait aux capacités de l'individu et à la nécessités que à sa simple envie, un déterminisme nécessaire dans une vie aux ressources si essentielles. 
Cet état de fait expliquait souvent le fait que certains jeunes Quariens n'étaient pas revenu de leurs pèlerinage à l'époque, préférant la possibilité de se choisir une vie propre même si peut être misérable, à la voie dirigiste des leurs. Même si ces cas avaient presque disparu depuis la reprise de Rannoch.  
 
-Et bien, Lieutenant-Commmandant, glissa-t-elle avec une voix respectueuse et mesurée.Ma carrière n'est pas beaucoup plus riche en rebondissement que la votre.  
Elle but une gorgée avant de poursuivre en s'éclaircissant la gorge. 
 
-Je me suis intéressée très jeune aux sciences technologique, en particulier la robotique. Comprendre a toujours été une passion pour moi. A mes dix-huit ans, j'ai moi aussi intégrée notre armée, même si je n'étais déjà qu'analyste de terrain et non soldat comme vous. J'ai eu la chance de peu vivre la bataille contre les moissonneurs, nous avions à l'époque nos propres objectifs pour nos mondes, et lorsque le commandant Shepard est parvenu à rallier la flotte, la bataille finale approchait à grand pas. 
Cette dernière fut suffisamment atroce à mes yeux pour ne plus jamais souhaiter voir de batailles de ma vie.
commenta-t-elle avec un frisson si léger que l'humaine ne s'en aperçu sans doute même pas. 
 
-Dans la période d'après guerre, nous avions besoin autant d'esprits que de bras pour rebâtir, et bien que j'ai encore participé à quelques missions, il m'est bien vite apparut que le premier était bien plus développé que le second chez moi. Alors j'ai rejoint le GIP tout juste formé afin de participé avec les autres penseurs de mon peuple et de ceux des geths à l'évolution commune de nos espèces. Et après quelques années de projets et de recherches, me voici à la tête d'une délégation venue présenter nos avancées sur la citadelle. Alors je ne dois pas m'en sortir si mal! finit-elle par dire en souriant pour elle-même. 
Elle avait bien entendu sauter tout ce que l'on pourrait considérer comme important au sein de son histoire pour son développement personnel, mais la situation ne se prêter plus à davantage d'intimité. Elle but une nouvelle gorgée légére de sa boisson. 
 
-Nous nous efforceront d'être des passagers aussi respectueux que discret, Lieutenant-Commandant. Seul Goru'Raan Vas Rannoch risque d'être très bougon durant ces deux jours, c'est sa nature, mais si il pose le moindre problème je me chargerais de le mettre au pas.  
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance Interstellaire
Rang : Commandant du SSV Okinawa
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4781-ada-jane-raikes-we-will-fi
http://www.masseffect-reborn.fr/t4797-the-ada-jane-raikes-chronicles-let-history-be-the-judge


Messages : 78
Crédits : Moi-même - Libella

MessageSujet: Re: Nos amis quariens   Lun 07 Aoû 2017, 01:36
Nos amis quariens


- Secteur Exodus, Système Utopia, Espace Interstellaire
- Pont 1, cabine de l'officier commandant

Je laissai échapper un léger rire aux premières paroles de la Quarienne, me détendant légèrement alors que sa phrase m'amusait.

Détrompez vous, je n'ai pas eue les mêmes péripéties que Shepard. Je suis militaire mais j'ai connu des déploiements où il ne se passait vraiment rien et où la chose la plus grave qu'il puisse arriver était une coupure sur un doigt pour un des techniciens de la salle des machines.

Je me mis à écouter attentivement les propos de la scientifique avec attention et je devais admettre que c'était une présentation plutôt atypique quoique assez classique en y regardant bien. Qu'une Quarienne s'intéresse aux sciences technologiques et surtout la robotique était loin de me surprendre. Les Quariens eux-mêmes avaient mis au monde les Geths et eux mieux que quiconque à mon sens, savaient de quoi ils parlaient lorsqu'il s'agissait de robots. Elle aussi s'était très tôt investie dans un domaine, au même âge que moi quasiment, elle disait être passionnée par le fait de comprendre beaucoup de choses et cela m'intrigua quelque peu. Puis, elle se mit à évoquer la guerre contre les Moissonneurs et j'appris, un peu étonnée, qu'elle n'en avait eue que des échos, n'y prenant pas part hormis apparemment pour la bataille de la reprise de la Terre. Du moins, c'est comme ça que je le comprenais. Je n'avais pas prise part à la bataille avec les forces terrestres mais dans l'espace interstellaire, nous avons aussi eu notre lot d'atrocités. Qu'elle n'y ai pas assisté me rassura légèrement pour elle, pour nous qui en avions été survivants, nous en avions été marqués à vie, moi compris et jamais nous ne pourrions nous débarrasser de ces souvenirs. Elle ne souhaitait plus assister à la moindre des batailles mais intérieurement, je me disais qu'elle en verrait d'autres de toute manière. Elle travaillait pour une armée et elle se retrouvait parfois sur le terrain, je me disais que malheureusement, à un moment ou à un autre, elle avait de fortes chances de se retrouver au milieu d'un affrontement. De plus, comme elle me semblait être une sommité dans son domaine, elle pouvait certainement avoir de la valeur pour quelqu'un d'autre que du GIP ne serait-ce que par ses connaissances ou son expérience en la matière. Si elle n'avait que peu de valeur pour son armée, pourquoi aurait-on demandé à une frégate militaire de la Cinquième Flotte commandée par une officier de grade N5 de l'escorter jusqu'à la Citadelle ?

La Quarienne se mit ensuite à parler de la période post-guerre contre les Moissonneurs du point de vue de son peuple et bien qu'elle éluda, à mon sens, de nombreux points de cette période, je ne cherchais pas à lui faire avouer plus de choses. J'avais déjà pratiqué la langue de bois de mon côté, je ne devais pas m'attendre à en avoir davantage de la part de mon invitée. Je jetai alors un œil à ma bouteille de bière que j'avais déjà descendue de moitié et je me disais qu'il fallait que je ralentisse ma descente. En effet, lorsque je me mettais à boire et que je me sentais plutôt à l'aise, j'avais tendance à boire assez vite et beaucoup. C'était ici une entrevue informelle bien que diplomatique mais je commençai à apprécier la compagnie de la Quarienne malgré mon léger recadrage de tout à l'heure que j'avais déjà pratiquement oublié d'ailleurs. Elle me semblait être quelqu'un d'altruiste et d'impliqué, ne serait ce que par le dévouement qu'elle a mis au service des siens pour tenter de rebâtir son monde après la guerre contre les Moissonneurs. Sa vie très résumée ne me paraissait pas très trépidante mais cela semblait lui convenir à elle et c'était ce qui importait. Elle semblait avoir trouvé son compte au milieu des connaissances scientifiques et grâce à son cerveau. Tout comme cela existait aussi dans l'Alliance, je présumais toujours d'après ses propres mots qu'elle avait un grade d'officier mais non combattant comme cela pouvait être le cas de ma médecin de bord Rebecca ou de mon chef mécanicien Kozachenko. Sa toute dernière phrase ainsi que le ton employé me fit franchement rire, je pensais bien qu'Emilie disait ce genre de chose, lorsqu'elle prenait sa situation d'un point de vue philosophique et je bus à nouveau une gorgée de ma bière, descendant encore un peu le niveau de boisson au sein de la bouteille. Le teint légèrement cramoisi, je reposais ensuite ma bouteille et je joignis mes mains à nouveau ensemble mais cette fois je reposais mon menton sur mes mains jointes, toute attentive à ce que me disait l'alien casquée qui sirotait sa boisson.

Vous vous en êtes très bien tirée je dirais même. On vous a confié une grande responsabilité que d'aller présenter vos résultats à un congrès et à la tête d'une délégation qui plus est. Cela veut dire que l'on compte sur vous et qu'on reconnaît votre compétence.

Je me redressai un peu en entendant sa dernière phrase et je lui fis une petite moue, non pour exprimer un sentiment négatif mais pour lui montrer que je comprenais parfaitement ce qu'elle voulait dire en parlant de son collègue un peu bougon.

Je comprends. J'espère que vous ne serez pas obligée d'en arriver là. J'espère aussi que tout se passera bien jusqu'à la Citadelle. En principe, nous ne devrions croiser aucun problème mais bon, on ne sait jamais. D'un autre côté, je ne sais pas qui serait assez fou pour s'attaquer à une frégate de l'Alliance. Je n'y connais malheureusement rien en robotique mais vous devez avoir de sacrés résultats à montrer pour qu'on demande une telle escorte.

Je laissai échapper un léger rire avant de ne plus prononcer un mot pendant quelques secondes et je laissais mon regard légèrement vagabonder à travers ma cabine. Ma chaise avait légèrement bougée de sa position initiale et je regardais maintenant plus la Quarienne de biais que véritablement en face, me permettant alors d'embrasser du regard presque toute ma cabine. Je ne trouvais rien à redire pour le moment, méditant doucement sur les mots que nous venions d'échanger avec Kelah.

Vous avez... dis-je après un instant de silence ... de la famille ? Des gens qui vous attendent sur Rannoch ou ailleurs ?

Consciente que je ne devais pas être la seule à poser des questions, j'entrepris de lui donner un peu de moi-même en parlant des miens. Je ponctuais ma phrase d'un petit rire nerveux.

J'ai de mon côté, une mère et une sœur sur Terre. Elles font le même boulot d'ailleurs, rien à voir avec le mien...



Codage par Libella sur Graphiorum




Revenir en haut Aller en bas
Messages : 53

MessageSujet: Re: Nos amis quariens   Lun 07 Aoû 2017, 02:12
-Vous avez certainement raison. conclut-elle au postulat de l'humaine de son utilité au sein du GIP et de l'importance qu'on lui attribuait. 
Quelque part à la frontière de sa personnalité, elle avait conscience de ce rôle majeur qu'elle jouait dans le cadre scientifique du GIP, mais sa vie tranquille sur Haestrom la tenait généralement si loin de ces préoccupations politique, qu'elle ne parvenait pas à en faire sa vérité. Elle faisait progresser la science de son peuple dans l'interêt de celui-ci, parce qu'elle aimait c'était certain, mais aussi simplement parce c'est-ce qu'elle aimait faire. Elle observa calmement la cabine avant de reporter son regard sur l'humaine qui lui posait une autre question, d'un cadre plus personnel cette fois-ci. 
Elle réfléchit un instant en tapotant son casque du bout d'un doigt, une habitude qu'elle avait quand son esprit se concentrait sur un sujet. 
 
-Hum, ma mère est toujours vivante sur Rannoch il me semble. Mais elle ne m'attend pas vraiment. A vrai dire cela doit être notre dixième années sans contact. Elle Est trop occupée, et je suis trop intelligente pour prendre le risque de lui envoyait une carte, sinon elle voudrait prendre de mes nouvelles! termina-t-elle en pouffant, même si cette désinvolture pouvait paraître très malvenue pour une personne proche de sa famille. 
-Mais si vous voulez parler de proches, ou de personnes pour qui je compte. Et bien seul Volonté et Mïln compte dans mon quotidien actuel. ajouta-t-elle avec un sourire pour elle-même. 
 
-Volonté est un Geth, MON geth, même si je ne le catégoriserais jamais ainsi quand il écoute, il tient trop à son indépendance. Mais après cinq année à partager notre quotidien, il est MON geth, et je suis SA quarienne. C'est un esprit fabuleux, patient et constructifs, et croyez-le ou non, il a un bon sens de l'humour, pour un geth. gloussa-t-elle. 
-Mïln est mon Gohala, une sorte de chat pour les quariens. C'est un égoiste et il fuit les bains comme la peste rannochienne, mais c'est la boule de poil la plus douce de la bordure.  
 
C'était sa famille, celle qu'elle avait choisit et quoi l'avait choisit en retour. Si on lui avait demandé si elle les aimait, elle aurait répondu par l'affirmative sans hésiter, même pour ce tas de ferrailles de Volonté qui aurait agité les plaques basses de son visage pour se moquer d'elle s'il avait été là pour l'entendre. Et elle l'aurait surement aspergé d'huile en revanche quand elle en aurait eu l'occasion, le geth détestant passer des heures nettoyer le liquide gras entre ses circuits. Elle releva les yeux vers la dénommée Ada sans s'être rendue compte qu'elle avait baissé les yeux pour mieux se remémorer son petit labo sur Haestrom. 
 
-Et vous Lieutenant-Commandant ? Vôtre famille est-elle impatiente de vous revoir malgré vos différends professionnels?   
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance Interstellaire
Rang : Commandant du SSV Okinawa
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4781-ada-jane-raikes-we-will-fi
http://www.masseffect-reborn.fr/t4797-the-ada-jane-raikes-chronicles-let-history-be-the-judge


Messages : 78
Crédits : Moi-même - Libella

MessageSujet: Re: Nos amis quariens   Lun 07 Aoû 2017, 16:49
Nos amis quariens


- Secteur Exodus, Système Utopia, Espace Interstellaire
- Pont 1, cabine de l'officier commandant

Ma question avait apparemment soulevé un point important à la Quarienne car elle ne me répondit pas immédiatement et prit quelques secondes de réflexion en faisant certainement le tri dans ce qui devait être dit et pas dit. Comme lorsqu'un Humain met la main devant sa bouche ou sur la joue lorsqu'il réfléchit, la scientifique se mit à tapoter doucement le bord de son casque de combinaison, certainement dans un geste pour exprimer son activité cérébrale. Elle se mit alors à répondre et c'est en ressentant une légère tristesse qu'elle m'apprit qu'elle avait une mère sur la planète des Quariens, Rannoch mais que contrairement à ma propre mère, celle de Kelah ne l'attendait pas vraiment. Pire même, cela faisait des années qu'elle et sa propre mère ne s'étaient même pas reparlés. Cela dépassait quelque peu mon entendement et je m'irritai intérieurement de voir que cela n'avait même pas l'air de la déranger, elle en pouffait même. Je lui aurai bien fait une réflexion à ce sujet mais je me disais qu'à ce stade, j'aurai plus froissée mon interlocutrice qu'autre chose. Le caractère diplomatique de notre rencontre et de la mission me revint en mémoire, c'est pourquoi je me tus. Cela ne m'empêchait pas de penser que cette situation était dommage, pour sa mère comme pour elle. D'un autre côté, je ne connaissais pas du tout le passif qu'il y avait dû y avoir entre Kelah et sa mère, peut-être avaient-elles de bonnes raisons de ne pas se parler ? J'avais du mal à me représenter la chose... Il me paraissait inconcevable de ne passer ne serait-ce qu'une semaine sans au moins un appel ou même un message, un simple contact avec ma mère et ma sœur Daichi. Je fus donc franchement étonnée lorsque Kelah m'apprit que cela faisait bien une décennie qu'elle n'avait plus de contact avec sa mère sans parler de frère ou de sœur.

En revanche elle se mit à parler d'un certain Volonté. Perplexe mais sans l'interrompre, j'appris donc qu'elle avait développé une relation étroite avec un Geth. À l'entendre en parler, on aurait presque dit un amant ou un frère. Pendant qu'elle déblatérait son ressenti à propos de cette relation particulière, mon esprit eut une pensée saugrenue et je me mis à essayer d'imaginer une Quarienne comme Kelah s'ébattre avec un Geth ou du moins essayer. Cet effort d'imagination fut plutôt compliqué à effectuer car je n'imaginais pas les Geths comme des êtres doués des mêmes besoins que les organiques. Éprouvaient-ils d'ailleurs des besoins ? Je ne voyais pas comment ce Geth du nom de Volonté pouvait un jour dire à la scientifique qu'il avait une envie particulière à assouvir si intelligent et doué soit-il. En matière de réponse au gloussement de la Quarienne, je lui fis un sourire mais intérieurement, j'avais toujours autant de mal à voir un Geth comme un organique. Il pouvait avoir un sens de l'humour mais un Geth ne sera jamais un être organique. Cependant, je me gardai bien de critiquer ou d'émettre même un avis à ce propos. Comme pour la mère de Kelah, je ne connaissais pas tout ce qui s'était passé avant notre rencontre et je n'étais personne pour la juger sur ses goûts ou son entourage. L'humanité était déjà mal vue dans la galaxie pour donner des leçons aux autres, je n'allais pas entretenir cette réputation. Puis, lorsqu'elle se mit à parler de Mïln, je ne voyais pas de qui elle parlait et m'apprit le nom d'une espèce que je ne connaissais pas, les gohalas. Elle se mit à en parler avec douceur et pendant ce temps, j'activai mon OmniTech pour rechercher ce que c'était. Je tombai alors sur des images de gohalas et comme Kelah l'avait décrit, ils ressemblaient beaucoup à nos chats terriens mais ils avaient d'autres attributs en plus. Je fis un sourire en voyant les photos puis je refermai mon OmniTech.

Je trouve cela dommage pour votre mère mais je me garderai bien de vous juger, je ne connais pas tout ce qu'il s'est passé entre vous. Si vous pensez que c'est mieux comme ça... Mais vous avez bien su vous entourer. Ça m'a l'air très mignon un gohala, j'aimerais bien en rencontrer un.

La Quarienne releva son regard vers moi et je lui souris en retour avant qu'elle ne se mette à me questionner à propos de ma propre famille. D'ordinaire, c'était un sujet que j'évitais soigneusement, je détestais dire que j'avais perdu la moitié de ma famille dans la guerre contre les Moissonneurs et dans un raid de pirates butariens et je me disais que même avec cette Quarienne qui était au demeurant, charmante et avec le rire facile, je préférais me garder d'en dire davantage et plutôt de me focaliser sur les membres survivants de ma famille. Je mis donc les noms de John, Emilie et Gary soigneusement dans un coin de ma tête pour me concentrer sur ma mère et ma sœur benjamine. Mes yeux marrons croisèrent le regard lumineux de Kelah sous son casque de combinaison et loin de me démonter voire de me sentir mélancolique, je lui souris. Je m'accordai le droit de m'ouvrir un peu à elle, elle représentait un autre peuple mais cela ne m'empêchait pas de vouloir instaurer une certaine proximité entre elle et moi. Je me disais que cela ne pouvait pas être retourné contre moi et puis, je ne connaissais pas grand monde parmi les Quariens. Si par cette rencontre, je pouvais avoir au moins une connaissance dans ce peuple, même petite, cela ne pouvait être que bien. Je baissai alors légèrement le regard comme elle le fit, mes yeux fixant sa combinaison ainsi que mes mains jointes et qui reposaient sur mes genoux.

Oui... Elles sont impatientes de me revoir, ma mère et ma sœur. Nous nous contactons via le terminal ou l'OmniTech au moins une fois par semaine, je suis restée très proche avec ma famille. Nous vivons toujours ensemble car nous sommes toutes très soudées et je passe la majeure partie de mon temps en permission auprès d'elles et ce malgré nos différends professionnels comme vous dites. Elles ont choisies des emplois de bureau, j'ai préféré risquer ma vie sur le terrain pour qu'elles puissent vivre en toute quiétude. Et je ne regrette pas mon choix.

Je me redressai sur ma chaise et mon regard erra légèrement dans la cabine avant de se poser sur la photo encadrée sur mon petit bureau personnel, celle qui représentait ma mère au centre et ses deux filles survivantes de part et d'autre d'elles, l'une en chemisier noir, l'autre en uniforme de l'Alliance.


Codage par Libella sur Graphiorum




Revenir en haut Aller en bas
Messages : 53

MessageSujet: Re: Nos amis quariens   Lun 07 Aoû 2017, 19:19
 
La Quarienne fut surprise de la dernière phrase de l'humaine, alors que sa réponse à sa question dessinait devant ses yeux un splendide portrait de famille. Là où son rapport avec sa génitrice tenait du tout juste existant, la famille d'Ada était la définition même de la relation d'amour sensé unir ses membres par des liens puissant à l'épreuve du temps et de la douleur. Pourtant les derniers mots de l'humaine enlaidissaient cette image d'une cicatrice en y ajoutant un sentiment de sacrifice qu'Ada avait consenti à faire pour les siens. 
L'armée n'était-elle donc pas le choix de sa personne comme elle avait cru le comprendre ? Mais seulement le résultat de la nécessité de protéger les siens ? Voilà qui entachait quelque peu la liberté de destin qu'elle venait tout juste d'attribuer à la race humaine. Ada lui fit un peu penser à son oncle d'une certaine façon, lui aussi avait, semble-t-il, tout donner pour protéger les siens, et elle en particulier. 
Kelah ne fit bien entendu aucune remarque sur le manque de complétion de la liste des proches que venait de lui faire Ada, depuis qu'elle avait entendu le nom de Daichi, elle avait fait le rapport avec les noms tatoué sur l'avant-bras découvert de l'humaine. Si sa mère était l'un des autres prénoms, alors il en restait tout de même trois qu'elle n'avait pas cités, soit elle ne souhaitait pas en parler, soit... ils n'étaient plus là pour qu'on parle d'eux. Cette dernière pensée confirma son choix de ne pas le faire remarquer à la militaire. 
Elle suivit le regard d'Ada vers un portrait de famille près de sa couche. 
 
-Elles sont belles. commenta-t-elle avec sincérité, bien qu'elle ne soit pas spécialiste en physiologie humaine. Et vos traits de famille sont évident. Il est plaisant de voir ce genre de photographie.  
Malgré l'affection qu'elle avait eu pour son oncle, la famille restait pour Kelah un concept abstrait. Elle avait finit par lui donner la définition du groupe social auquel allait son affection. Mais Chez Ada cela mêler amour, sang, fidélité et fierté. Un étrange mélange qu'elle avait du mal à saisir. Elle préféra donc rebondir sur un sujet qui la mettrait moins mal à l'aise. 
 
-J'avais une question à vous poser! Êtes-vous ce que l'on appelle communément un mannequin terrien ? Quelle sont les orientations théologiques de ce groupe ? questionna-t-t-elle avec interet. J'ai lu qu'il s'agissait de grande femme aux proportions très précises, mais l'article manquait de bien trop d'information pour se faire une idée du but de ce groupe. Et étrangement il y avait beaucoup de photo de "mannequin" entrain de marcher.ajouta-t-elle franchement désapointée par ce dernier constat. Elle ne saisissait pas bien l'interet de photographier des gens entrain de déambuler, quel que soit leurs groupes d'origine. Les humains étaient étranges parfois. 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance Interstellaire
Rang : Commandant du SSV Okinawa
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4781-ada-jane-raikes-we-will-fi
http://www.masseffect-reborn.fr/t4797-the-ada-jane-raikes-chronicles-let-history-be-the-judge


Messages : 78
Crédits : Moi-même - Libella

MessageSujet: Re: Nos amis quariens   Mar 08 Aoû 2017, 00:20
Nos amis quariens


- Secteur Exodus, Système Utopia, Espace Interstellaire
- Pont 1, cabine de l'officier commandant

Je souris à nouveau en entendant les compliments de Kelah envers la photo encadrée sur mon petit bureau. Avec une petite nostalgie, je repensais au jour où cette photo avait été prise. Ma mère, toute hilare entourée de ses deux filles survivantes, un sourire jusqu'aux oreilles. Je ne dis rien pendant quelques secondes, me perdant dans la contemplation de la photographie où je me reconnaissais sans peine. Au delà du fait qu'elle nous trouvait toutes les trois jolies, je me demandais ce que la Quarienne pensait de ce que je lui avais dit sur ma propre famille. Avait-elle compris que j'avais normalement une famille plus nombreuse ? Avait-elle compris que je ne souhaitais pas en parler ? Ce devait être le cas car Kelah était loin d'être stupide, elle avait certainement vue les autres prénoms tatoués sur mon avant-bras gauche mais si elle avait compris ce que je ressentais, je lui en étais reconnaissante de ne pas insister davantage à propos de membres morts de ma famille. Malgré les années et le temps qui est passé, c'était des blessures encore entrouvertes, il me faudrait certainement un jour devoir les refermer pour de bon et faire intégralement mon deuil, surtout celui de mon père et d'Emilie. J'avais pris le temps de faire celui de mon frère mais jamais celui de ceux qui avaient été emportés par ces foutus Moissonneurs. Comme pour essayer de me rassurer un peu et sans aucune retenue, je m'emparai de ma bouteille de bière aux trois-quart vide et je la vidai d'un trait avant de reposer la bouteille, cette fois vide. Sans m'en rendre compte, une légère moue se dessina sur mon visage mais je me souvenais que Kelah m'avait parlée et je tournai mon visage vers elle, un sourire assez franc sur mes lèvres, quoique teinté de quelque chose de... légèrement taquin.

Merci Kelah, c'est très gentil à vous. Je suis contente de voir cette photo car en voyant leurs sourires, je sais que j'ai fais les bons choix dans ma vie en m'engageant dans l'Alliance. Comme je vous ai dis, je ne me voyais pas faire autre chose que d'aller dans l'armée et je n'ai jamais voulu faire autre chose. Ma mère n'était bien sûr pas d'accord sur mon choix de carrière mais je n'en avais cure, pour la première fois de ma vie, je ne l'ai pas écouté. Et maintenant elle aime bien tripoter mes barrettes ou mes passants d'épaule.

Je ris légèrement en me levant de ma chaise pour mettre ma bouteille vide à la poubelle. Alors debout, mon regard se porta à nouveau vers la Quarienne et je lui fis un geste de mon oreille jusqu'à elle pour lui dire que je l'écoutais malgré le fait que je faisais autre chose si jamais elle me parlait. J'ouvris à nouveau la porte de mon frigo pour ramener une autre bouteille dextro et une seconde bouteille de bière pour nous et Kelah m'annonçait qu'elle avait une question à me poser. Je me rassis en mettant la bouteille de boisson dextro devant Kelah et j'écarquillai légèrement les yeux à sa question. Puis lorsqu'elle finit, je ne répondis pas immédiatement et je me mis à rire. Pas de moquerie envers la scientifique casquée mais décidément, je trouvais la question hilarante tout comme la manière qu'elle avait de la poser. Je ne me souvins pas de la dernière fois où l'on m'avait posé une telle question, le caractère direct et honnête de cette demande ne m'avait pas du tout choqué et calmant mon allégresse, je débouchai ma bouteille en reposant ma capsule ôtée sur la table basse et la bouteille à côté. J'avais une idée en tête pour lui répondre mais d'un côté, allait-elle être gênée ? ... Elle m'avait sans doute déjà vue de dos en débardeur, ça n'allait certainement pas la gêner ici d'en voir un peu plus. Et puis l'alcool et les rires aidant, je me sentis suffisamment à l'aise pour montrer un peu plus de mon anatomie.

On m'a très rarement posé cette question... Mais non je ne suis pas une mannequin, je n'ai jamais posée pour une marque ou un magazine ou fait un défilé de mode, vous allez voir pourquoi.

Je dégrafai ma veste en défaisant mes boutons avant d'ouvrir mon vêtement et je le faisais tomber sur le siège. J'étais maintenant dans mon débardeur noir de l'Alliance et elle pouvait avoir une très belle vue sur ma carrure musclée. Je n'avais clairement pas le corps d'une mannequin de mode mais celui d'une officier militaire entraînée et durement éprouvée en entraînement et au combat. J'étais fière de mes beaux biceps bien musclés pour une femme et elle pouvait voir l'entièreté de mon tatouage de roses noires et de pistolets Predator sur le bras droit, celui-ci se terminant par une tête de mort sur mon épaule droite tandis qu'à gauche, si elle penchait légèrement la tête elle pouvait apercevoir l'emblème de l'Alliance sur mon épaule gauche, plus ancien.

Ce n'est pas le corps d'un mannequin de mode et personne ne voudrait de moi de toute façon, je suis beaucoup trop... masculine, je ne serai pas l'égérie d'une marque et c'est peut-être mieux comme ça. Quand à vos questions... eh bien il n'y a pas vraiment de finalité religieuse vu que vous parlez de théologie. Les mannequins peuvent avoir une religion s'ils le veulent mais ça n'entre pas en compte dans leur métier de mannequin, leur seul objectif est de porter des vêtements de mode ou de produits de luxe. Ceci dans le but de pousser des gens à acheter les dit produits. Vous parlez des critères de mannequin, ce sont généralement des gens qui sont grands, beaux -du moins c'est selon- et surtout, minces. Donc vous pensez bien qu'avec la carrure que j'ai... je n'aurais aucune chance.

Je ponctuai mes propos par un rire et je repris une gorgée de ma bière, remisant ensuite ma veste renforcée d'uniforme sur ma chaise de bureau.

Vous avez sans doute lu un article traitant d'un défilé de mode. Ce sont des mannequins qui portent des vêtements créés par des couturiers et ils défilent ou marchent si vous préférez afin d'exhiber les vêtements, les créations des couturiers en quelque sorte, ceci afin de montrer et de mettre en avant les dites créations. Ce sont des évènements où sont présent des médias, des journalistes, des chaines d'information... pour discuter, commenter les créations. Ainsi les couturiers espèrent les revendre contre un bon gros paquet de crédits. Les mannequins, en réalité, ne sont pas un groupe bien défini comme une organisation en dur comme pourrait l'être une entreprise par exemple. C'est juste une profession, car les mannequins sont payés pour porter les créations et se faire prendre en photo avec. Leur orientation, c'est les couturiers qui les dictent car un mannequin peut travailler pour plusieurs couturiers ou marques. Bienvenue dans le monde de la mode Kelah et je n'en fais pas partie.

Concluais-je en souriant en coin.


Codage par Libella sur Graphiorum




Revenir en haut Aller en bas
Messages : 53

MessageSujet: Re: Nos amis quariens   Mar 08 Aoû 2017, 01:05
 
Il fallut que la Quarienne écoute avec attention la longue réponse de Ada pour enfin saisir son erreur. Là où elle pensait découvrir un groupe ethnique particulier ne se trouvait en réalité qu'un métier de modèle humain poussant à la consommation, des sortes de publicités vivantes.  
Ce genre de métier était si rare au sein de son peuple, qui prônait l'optimisation de chaque ressource, qu'elle ne l'avait pas un seul instant envisagé. Même si  a présent qu'elle avait saisit le concept cela lui parut évident et cohérent avec l'article et les photographies les accompagnant. 
Elle se sentit lente et crédule, une chose rare pour son esprit toujours en suractivité.  
Ce qu'elle ne parvenait toujours pas comprendre c'était en quoi Ada ne correspondait pas à ces critères d'activités. Bien sûr elle avait choisit l'armée, et c'était son droit, mais elle ne comprenait pas son argumentation quant à son impossibilité d'être un jour vu comme une mannequin. Il y avait bien entendu le code vestimentaire militaire mais celui-là ne s'appliquait que pendant son service, ou alors l'armée humaine obligée ses membres à porter leurs tenues même à l'état civil ? Ça semblait peu probable, et qu'entendait-elle par "trop masculine" ? Pourtant... 
Alors qu'elle reposait sa veste dans un coin en finissant de lui répondre, Kelah se leva avec les yeux plein de perplexité, et l'humaine fut surprise de la voir si près d'elle en se retournant, et plus encore quand sans hésiter un instant la Quarienne posa ses mains sur ses seins et les palpa, la faisant se tendre comme la corde d'un arc. 
 
-je vous assure que aucun de vos attribut ne laisse à douter de vôtre féminité Ada lança-t-elle en se laissant retomber sur le canapé, l'air songeuse. Elle s'empara de sa boisson en ayant un soudain éclair de lucidité. A moins que vos livres d'anatomie ne soit plus à jour ? questionna-t-elle en relevant les yeux vers la militaire qui la regarder étrangement. 
 
-Un problème ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance Interstellaire
Rang : Commandant du SSV Okinawa
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4781-ada-jane-raikes-we-will-fi
http://www.masseffect-reborn.fr/t4797-the-ada-jane-raikes-chronicles-let-history-be-the-judge


Messages : 78
Crédits : Moi-même - Libella

MessageSujet: Re: Nos amis quariens   Mer 09 Aoû 2017, 00:28
Nos amis quariens


- Secteur Exodus, Système Utopia, Espace Interstellaire
- Pont 1, cabine de l'officier commandant

Kelah ne répondit pas après que je lui ai répondue mais je me disais que c'était pour elle l'instant d'assimilation des informations que je venais de lui donner. En effet, je me disais que pour elle, une telle profession devait être assez étrange à concevoir. Un mannequin poussait à consommer et à acheter de par les attributs qu'il portait sur lui, il était une vitrine pour une marque voire un modèle à suivre pour les consommateurs, le mannequin devait encourager fortement à acheter voire à faire comme eux, c'est à dire s'exhiber, montrer sa richesse voire s'en vanter, du moins c'était comme ça que les acheteurs des créations de couturiers agissaient. Je supposai que la Quarienne se faisait cette réflexion mais je dus aussi admettre que j'étais également curieuse de savoir ce qui se tramait dans son cerveau qui paraissait hors du commun. Sans rien ajouter de plus, je pris ma seconde bouteille de bière dans la main, encore toute fraîche et je laissais une gorgée franchir mes lèvres avant de reposer la bouteille et de prendre ma veste d'uniforme. Cela ne semblait apparemment pas la déranger que je me sois mise en débardeur en sa présence, je ne la sentis pas mal à l'aise ni même perplexe. En même temps, je l'avais autorisé à venir dans mon espace de vie et ma sphère privée, je n'allais donc pas me gêner pour me sentir à l'aise dans ma propre cabine et cela incluait de se dévêtir de sa veste d'uniforme pour se sentir à l'aise.

Je me levai de mon siège et je revins du côté de ma garde robe pour y remiser ma veste. Une fois cela fait, je fis doucement volte-face mais je fis alors un pas en arrière en écarquillant les yeux de surprise pendant une fraction de seconde. Kelah s'était rapprochée furtivement de moi mais ses yeux ne fixaient pas les miens, ils étaient plutôt orientés vers ma poitrine. Je me mis à rougir en suivant la direction de ses yeux mais j'espérai aussi qu'elle recule car elle empiétait sur mon espace vital. Malheureusement et à mon grand regret, la Quarienne ne se contenta pas seulement de contempler mes seins sous mon débardeur et mon soutien-gorge mais carrément de mettre la main dessus et de me les palper allégrement. D'ordinaire, ce geste me procurait une sensation agréable mais c'était parce que j'avais autorisé à ce que l'on me les touche. Là, Kelah avait outrepassé ces règles. Je pris quelques millisecondes pour réaliser ce qu'elle était en train de me faire et je me préparai à la repousser, quitte à lui fracasser le casque mais elle se retira avant que je ne lève la main pour la pousser hors de moi. Hors de moi, je luttai pour ne pas lui sauter dessus et lui infliger la volée qu'elle méritait pour m'avoir touché la poitrine. C'était une putain de mission diplomatique mais est ce que cela lui donnait le droit de me palper les seins aussi impunément ? Non clairement pas mais pourquoi elle avait ainsi agi ? Attends... elle osait demander s'il y avait un problème ? Mais... cette Quarienne est débile ou manquait carrément de savoir-vivre ? Bordel de merde mais que faire ? Si je lui infligeai sa volée, cela allait me retomber sur le coin de la gueule diplomatiquement et par ma hiérarchie, je pouvais peut-être même dire adieu à mon grade et au commandement de mon vaisseau... Putain cette débile venait de me mettre dans une situation très compromettante et je me pinçais l'arête du nez, quasiment outrée par sa question.

Un problème ? Vous me demandez s'il y a un problème... ?

Je luttai intérieurement pour ne pas lâcher un juron envers Kelah et son manque de savoir-vivre flagrant. Toutefois, une part de moi s'interrogea sur le fait qu'elle ne pensait pas à mal en le faisant mais le problème demeurait le même. Elle avait touché une zone à laquelle très peu avaient le droit d'accéder et sans que je ne lui y autorise. Il fallait qu'elle le sache. Je croisai les bras en la regardant d'un air bien irrité.

Je viens de me faire palper la poitrine par quelqu'un que je connais à peine et vous pensez que tout va bien ? Je me demande si vous ne comprenez pas la portée de ce que vous venez de faire. Vous ne touchez jamais, mais jamais à la poitrine d'une femme humaine si celle ci ne vous y a pas autorisée. Or vous venez exactement de le faire. Je ne sais pas ce qui vous a pris mais je ne tolère pas plus votre présence dans ma cabine. Je vais vous demander de sortir et de regagner votre cabine. Vous êtes à bord de mon vaisseau parce qu'on m'a demandé de vous escorter, estimez vous heureuse que je ne vous fasse pas évacuer de cette frégate pour un outrage envers un officier de l'Alliance. Sortez maintenant.

Peu m'importait maintenant ce qu'elle dirait, elle sortirait d'ici d'une manière ou d'une autre. Si elle ne se tirait pas d'elle même, je la ferais sortir par Kennedy et ses hommes ou je le ferai moi-même avant que je n'aille en référer à ma supérieure. Diplomatie ou pas, c'était un geste qui ne pouvait être toléré et la Quarienne serait en cause.


Codage par Libella sur Graphiorum





Revenir en haut Aller en bas
Messages : 53

MessageSujet: Re: Nos amis quariens   Jeu 10 Aoû 2017, 17:12
-Je sors. parvint-elle finalement à répondre avant de quitter prestement la cabine de la militaire. 
Il lui fallut de longues minutes pour comprendre la réaction de Raikes, et près d'une heure pour l'assimiler, et de nombreuses autres sur sa couchette pour parvenir à la conclusion qu'en effet elle avait eu tort. La situation, et son lien impersonnel avec l'humaine lui avait fait oublié tout sentiment d'intimité pour se concentrer sur le questionnement de l'instant. Une fois de plus son esprit de logique rêveuse lui avait fait oublié la réalité abrupte de l'instant. Les lumières de la cabine s'éteignirent, et Kelah comprit que sa réflexion lui avait fait rater le repas. Celle-ci se poursuivit tout de même jusque tard dans la nuit, jusqu'au petit matin, où elle parvint finalement à prendre une décision. Elle se leva et sortit de sa cabine.  
Peu de monde en dehors du personnel de quart était debout à cette heure sur la frégate, mais par chance la personne qu'elle recherchait était debout. Le Lieutenant-Commandant échanger avec un de ses subalternes qu'elle congédia d'un geste quand celui-ci lui indiqua la présence de Kelah dans leurs dos. 
Le regard que posa l'humaine faillit bien la faire décamper dans sa cabine. Mais prenant son courage à deux mains elle s'approcha d'elle, et saisit sa main pour la poser sur son sein. 
 
-Je vous demande pardon, Ada. Pas en tant que diplomate ou invitée à bord. Mais simplement à titre personnel, je vous dois et fait mes plus sincères excuses. J'ai outrepassé grandement la bienséance. déclara-t-elle en baissant la tête et en libérant sa main. 
 
-Je sais que ça n'excuse en rien mes actes, mais mon esprit fonctionne de manière particulière et ne fait pas toujours le lien entre certains actes et leurs impacts. Mais cela ne me permet pas de franchir ainsi l'intimité des autres. Sans y être invitée du moins avoua-t-elle avec un calme gêné. 
 
-Je sais que peu de choses peuvent racheter mon comportement, mais ordonnez, et je ferais au mieux. Même si ça revient à ne pas quitter ma cabine jusqu'à la fin du trajet pour vous épargner ma vue. conclut-elle avec une assurance vacillante sous le regard impérieux de l'humaine qui semblait lui passer au travers. -Je vous avoue que je ne suis pas très partante pour le SAS, ou alors quand nous serons posés.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance Interstellaire
Rang : Commandant du SSV Okinawa
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4781-ada-jane-raikes-we-will-fi
http://www.masseffect-reborn.fr/t4797-the-ada-jane-raikes-chronicles-let-history-be-the-judge


Messages : 78
Crédits : Moi-même - Libella

MessageSujet: Re: Nos amis quariens   Jeu 10 Aoû 2017, 23:48
Nos amis quariens


- Secteur Exodus, Système Utopia, Espace Interstellaire
- Pont 1, cabine de l'officier commandant

Comme je l'escomptai, Kelah quitta illico ma cabine et je laissai échapper un soupir de soulagement une fois que la porte de ma cabine se referma derrière la Quarienne. La fin de journée était la bienvenue et j'avais une petite idée sur ce que dirait ma chère Rebecca à propos de moi et de mon état de fatigue. Je soupirai à nouveau en enfouissant mon front dans ma paume, le bras plié et relevé sur un des accoudoirs de siège de ma cabine. On avait frôlé l'incident diplomatique, je refusai d'avoir une telle ligne sur mon CV et je préférai pour le moment être seule. Je m'interrogeai néanmoins sur le comportement de Kelah, c'était ce qui me retenait encore d'avertir ma supérieure. Elle était une personne atypique cela ne faisait aucun doute, je me disais que c'était un cliché mais elle avait ce genre de manières propres aux personnes que l'on qualifiait volontiers de "génies". Des gens avec une intelligence hors norme, tellement au dessus de celle des autres qu'ils en oubliaient des normes et des règles simples de savoir-vivre, parfois envers eux-mêmes. Du peu que je connaissais de Kelah, il ne me sembla qu'elle ait voulu me faire cet attouchement dans le seul but de me nuire. Laissant ma colère retomber doucement, je m'interrogeai sur ce qu'elle voulait entendre. Elle devait peut-être avoir pris au pied de la lettre mes propos sur ma carrure et mon apparence notamment lorsque je disais être masculine. C'était vrai, j'avais une carrure que bien peu de femmes avaient, je ressemblais bien plus à un homme qu'une femme mais peut-être qu'elle en doutait car elle avait prit cela au premier sens des mots et elle voulait s'assurer que j'étais bien un femme ? Non cela n'enlevait rien au fait qu'elle n'avait pas à me toucher ainsi les seins. C'était un manque de savoir-vivre voire d'éducation mais la moindre des choses maintenant pour elle était de méditer sur son geste pour en véritablement comprendre la portée. Je me fis à peine cette réflexion que mon terminal sur mon bureau de travail émit un son que je connaissais bien, quelqu'un cherchait à me contacter et quelqu'un de plus haut placé que moi. Je me levai de mon siège et m'assit en face du terminal. L'appel provenait du contre-amiral, je l'acceptai immédiatement en ouvrant la fenêtre de la conversation.

Raikes. Comment cela se passe avec les Quariens ?

Je saluai ma supérieure avant de m'accouder à mon bureau.

Amiral, au rapport. Ça se passe... plutôt bien. Les Quariens sont installés et malgré que leur cheffe est un peu... originale si je puis dire, l'escorte se passe sans incident. Nous serons à Arcturus II demain.

Bien mais... que voulez-vous dire par originale ?

Disons que... elle m'a l'air légèrement anormale. Pas dans le sens dérangée ou folle mais elle n'agit ou ne s'exprime pas comme les autres Quariens. Un truc propre aux personnes avec une intelligence hors normes si je puis dire.

Peu importe Raikes, vous êtes responsable d'elle et de ses collègues jusqu'à votre arrivée à la Citadelle. Vous risquez de devoir patienter en orbite autour d'Arcturus II. Vu le trafic qui se trame à la Citadelle, vous n'aurez votre autorisation d'amarrage que pour le lendemain.

Hum... donc les Quariens vont passer une nuit de plus ici.

En effet, Lieutenant-Commandant, cela vous pose-t-il un problème ?

Non madame, je continuerai d'accomplir ma mission jusqu'à la Citadelle.

Bien Raikes. Vous me ferez un rapport demain à 10:00 dans la matinée. Terminé.

Bien pris Amiral, je vous souhaite une bonne nuit. Terminé.

L'appel se coupa et je lâchai un plus gros soupir qu'auparavant. J'allai encore me coltiner cette Quarienne et ses potes pour une nuit de plus... De dépit, je retirai mes bottines pour les balancer vers ma garde-robe et je me laissai tomber sur le lit, fixant le plafond dont le volet de la vitre était ouvert, mon regard capté par le vide interstellaire. J'étais normalement rancunière, quelqu'un qui me palpait les seins avait généralement signé son arrêt de mort mais dans le cas de Kelah, c'était différent, c'était juste quelqu'un qui ne pensait pas à mal et qui ne comprenait pas encore la portée de son geste, elle n'avait pas prévue de me nuire sciemment, du moins c'est comme ça que je le voyais. Je ne regrettai toutefois pas ce que j'avais fais, il le fallait bien pour qu'elle comprenne qu'elle n'avait pas à le faire mais je pense que je ferai une exception pour Kelah, elle ne subirai pas ma rancune d'ordinaire tenace si elle s'excusait. En revanche, elle préférerai m'éviter ou ne pas me parler, je n'irai pas la chercher à ce moment là, elle subirai ma rancune et elle le sentirai bien passer.


- Flux d'Arcturus, environs de la station Arcturus II
- Pont 3, quartiers d'équipage

La nuit avait été courte mais je me sentais bien et en forme, prête à attaquer une nouvelle journée. Comme d'habitude, j'étais la première levée, les seuls éveillés à bord étaient l'équipe de garde de nuit, une équipe réduite d'opérateurs pour s'assurer que l'Okinawa filait dans l'espace sans problèmes, que la salle des machines tournait correctement et les soldats affectés à la sécurité du vaisseau qui se relayaient. Dès 05:00, j'étais debout et prête un quart d'heure plus tard. À cette heure-ci, la majorité de l'équipage dormait encore et le mess était quasiment vide. Lorsque j'y parvins, comme d'habitude, Haver était déjà debout. Seuls deux membres d'équipage de nuit me saluèrent avant de partir pour le poste d'artillerie tandis que ma commandant en second était appuyée contre le plan de travail de la cuisine du mess et buvait son gros mug de café du matin. Ma subalterne se redressa et me salua, lui rendant peu après et prenant avec reconnaissance le mug que me tendait Haver. On se tut pour le moment avant que je n'entame la conversation. Haver m'apprit que Kelah s'était enfermée dans sa cabine la veille sans en ressortir depuis mais que les Quariens dans leur ensemble se tenaient à carreau. Une légère vague d'inquiétude s'empara de moi mais on se mit à faire quelques pas avec la soldat blonde alors que je lui annonçai le programme de la journée. Quelques minutes plus tard, Haver pointa quelque chose dans mon dos et en faisant volte-face, je reconnus le casque de Kelah. D'un regard entendu et d'un geste connu de seul Haver et moi, je lui indiquai qu'elle pouvait disposer et je reposai le mug de café à moitié vide sur le plan de travail. J'accueillis l'arrivée de la Quarienne sans rien dire mais avec un regard irrité mêlé d'un peu d'indifférence. Mon expression changea très vite lorsque je sentis le gantelet de Kelah prendre ma main et la poser... sur son propre sein. Abasourdie, je restai figée.

Ma main par réflexe palpa la partie charnue et moulée de la combinaison près du corps de la Quarienne qui soulignait ses formes de manière assez affriolante mais j'étais pour le moment concentrée sur ce que disait Kelah. Comme je l'escomptais plus tôt, elle s'excusa auprès de moi mais je restai perplexe sur la raison pour laquelle elle me faisait palper son sein. Cherchait-elle à remettre les compteurs à zéro ? Voulait-elle exprimer une envie ou un désir envers moi ? Ou était-ce encore un comportement étrange ? Elle libéra ma main qui se retira quelques secondes plus tard, de peur que quelqu'un m'ait vue agir ainsi. Heureusement, l'endroit était pour le moment désert. Les excuses de Kelah étaient assez touchantes, excepté concernant le fait que j'ai dû lui palper la poitrine. Elle avait reconnue son erreur et n'avait pas pensé à mal en le faisant, je lui en étais reconnaissante. Je m'appuyai contre le plan de travail, les mains posées sur le bord, fixant Kelah. Je lui opinai avec un sourire en coin à sa dernière phrase et je la fixai maintenant d'un air bienveillant, toute trace de colère avait disparue. Je me disais que comme elle s'était repentie, il ne servait à rien d'être plus dure, je voulais ici être clémente envers elle, ma rancune n'avait pas sa place.

J'accepte vos excuses, Kelah et je ne vous demanderai pas d'en arriver là. Vous avez le droit de sortir de votre cabine, je vous demanderai juste à vous et à vos collègues de rester sur ce pont. Vous êtes encore là pour la nuit suivante avant que l'on ne vous dépose.

Je me décollai du plan de travail et je bus une gorgée de mon café devant Kelah.

J'ai à faire et un vaisseau à faire tourner mais si vous voulez, nous pouvons reprendre notre conversation d'hier, ce soir dans ma cabine. Vous êtes partie sans vos boissons dextro. Qu'en dites-vous ?


Codage par Libella sur Graphiorum




Revenir en haut Aller en bas
Messages : 53

MessageSujet: Re: Nos amis quariens   Ven 11 Aoû 2017, 01:35
Bien qu'elle tentât de paraître sereine, ses mains ne pouvaient cesser de se frictionner l'une l'autre dans le bas de son dos faisant doucement crissé le tissu de sa comibinaison alors que l'ascenseur montait lentement vers la cabine du Lieutenant-Commandant. 
Ada avait plutôt bien pris ses sincères excuses, la preuve en était son invitation à reprendre leur discussion là où elle s'était arrêtée. La Quarienne avait passer presque toute la journée à se préparer à cela en lisant un maximum de choses sur la "bienséance entre humains et Quariens", Extranet oblige elle avait vu beaucoup de chose totalement hors sujet qui lui firent parfois monter le rouge aux joues, mais elle se considérait comme à peu près prête à cette nouvelle rencontre. Bien entendu elle s'était écroulée à cause de sa nuit blanche en milieu d'après-midi et s'était réveillée juste à temps pour ne pas être en retard. 
Elle s'était fait la promesse d'essayer de rester centrée toute la soirée sur son interlocutrice et l'instant présent afin ne plus laisser divaguer son esprit et commettre une autre bourde aussi monumentale. 
 
Ce n'était pas facile pour elle et rien que le trajet jusqu'à l'ascenseur lui avait demander un effort de concentration quand elle était passée devant un écran holographique où défilée toutes les données de propulsion de la frégate, la technologie humaine était assez belle à voir dans son fonctionnement et... 
-Stop! On se concentre ma fille! dit-elle tout haut malgré que ce message ne s'adresse qu'à elle-même. Elle fixa la caméra et se frotta l'arrière du casque, l'air gênée....Oui je parles toute seule... Puis elle foudroya la caméra du regard. -Je suis sûre que ça vous arrive aussi! Alors...  
L'ascenseur s'ouvrit par miracle, la sauvant de ce début de dispute avec une caméra silencieuse, elle bondit hors de l'habitacle d'un pas pressé et entra dans la cabine d'Ada après avoir retrouvé un peu de calme et annoncer son arrivée. 
 
-Bonsoir Ada, je me suis permise d'arriver un peu plus tôt, un officier m'a annoncé que vous aviez rejoints vos quartiers. Je ne vous dérange pas j'espère ? En réalité elle n'avait que trois petites minutes d'avances sur l'horaire que lui avait proposé l'humaine, mais elle tenait à faire les choses dans les règles. Elle avait même enfilé sa bure officielle par-dessus sa combinaison. Deux longues trainées blanches qui tombaient sur ses épaules et se rejoignaient dans son dos dans une forme triangulaire et finissaient en une lourde cape d'un noir parfait et dont toute la doublure était du même rouge profond que l'intérieur de sa capuche. 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance Interstellaire
Rang : Commandant du SSV Okinawa
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4781-ada-jane-raikes-we-will-fi
http://www.masseffect-reborn.fr/t4797-the-ada-jane-raikes-chronicles-let-history-be-the-judge


Messages : 78
Crédits : Moi-même - Libella

MessageSujet: Re: Nos amis quariens   Ven 11 Aoû 2017, 02:46
Nos amis quariens


- Flux d'Arcturus, environs de la station Arcturus II
- Pont 1, cabine de l'officier commandant

La journée s'était déroulée sans véritable incident à bord de l'Okinawa. Quelques Quariens s'étaient retrouvés avec Walker, mon officier scientifique et avaient passés leur temps à échanger, discuter voire parfois débattre avec la jeune femme humaine sur beaucoup de sujets au sein de son laboratoire alors que les autres restaient dans leurs cabines. Certains membres d'équipage me firent part de l'observation suivante, que les Quariens rechignaient à se mélanger avec les Humains et préféraient rester entre eux. Cela n'avait rien de surprenant, ils n'étaient avec nous que pour deux jours maximum et je me disais que durant ce laps de temps assez court, cela ne servait pas à grand chose à développer des attaches avec des inconnus qui sont tous militaires, à fortiori si son truc était de rester scientifique. Du côté d'Arcturus II, on restait en surveillance autour de la station que je commençai à vraiment bien connaître vu le nombre de fois que je l'avais vue et le temps que j'y restai non loin d'elle. Le Saipan, accompagné du Peleliu patrouillaient également autour de la station ainsi qu'un croiseur et sa flottille, autant dire que le secteur était fortement gardé. Il nous fallait néanmoins patienter jusqu'au lendemain pour ensuite arriver dans la Citadelle, d'après ce que je savais, les préparatifs du congrès avaient pris du retard et le trafic autour de la Citadelle était engorgé. J'appris ces nouvelles informations via mon rapport au contre-amiral O'Neill à 10:00 et cela ne me réjouissait que légèrement mais je n'en fis rien paraître à ma supérieure. Plus tard, j'appris par la bouche d'un Quarien que Kelah était restée dans sa cabine à lire et lire encore mais personne ne savait sur quel sujet. Cela m'avait tout d'abord intrigué mais les affaires à bord de l'Okinawa me firent sortir cet étonnement de mon esprit jusqu'à la rencontre de ce soir dans ma cabine.

J'avais fixé l'horaire à 21:00, l'heure à laquelle les membres d'équipage étaient normalement dans leurs dortoirs sauf l'équipe de nuit et se préparaient pour l'extinction des feux. J'avais rejoint ma cabine environ une dizaine de minutes avant mais pas pour préparer ma cabine à mon invitée, si c'était le cas je m'y serais pris bien plus à l'avance. Je voulais seulement me réapproprier le lieu avant son arrivée mais aussi prendre quelques minutes pour essayer de me relaxer. Je n'avais pas oublié l'incident de la veille mais les excuses de la Quarienne me semblèrent sincères et je me disais qu'elle y réfléchirait à deux fois si jamais elle voulait encore me toucher. D'un autre côté et de toute manière, si elle voulait encore me toucher sans que je l'y autorise, mon poing l'attendait. Une part infime de moi répugnait encore à la recevoir dans mon espace de vie mais la majeure partie de mon être aspirait maintenant à oublier ce fâcheux évènement et de pouvoir tisser un lien avec la Quarienne. J'hésitais pendant plusieurs secondes à me mettre en débardeur comme la veille, ne sachant pas si cela serait encore comme un appel pour la Quarienne ou non, il était vrai que je me mettais encore dans une position fâcheuse si c'était le cas mais mon bien-être passait avant tout et tant pis pour les règles de la bienséance. J'étais chez moi et si cette Quarienne n'était pas fichue de se retenir de poser ses pattes de théropode sur moi, c'était son problème, pas le mien. Je n'avais enlevé que ma veste renforcée d'uniforme en la remisant dans ma garde-robe lorsque les capteurs de ma cabine m'indiquèrent qu'une présence attendait devant la porte. Vérifiant que Kelah était en avance de quelques minutes sur l'horaire fixé, j'autorisai son entrée dans ma cabine et l'apparence vestimentaire qu'avait prise mon invitée de ce soir me surprit.

Kelah avait revêtue sa bure, chose étonnante car depuis qu'elle était à bord de l'Okinawa, je ne l'avais vue que dans sa combinaison moulante. Elle ressemblait beaucoup à une nonne selon moi et elle paraissait porter plusieurs couches de vêtements sur elle. Je devais beaucoup contraster à être en débardeur, pantalon militaire et bottines tandis qu'elle se pointait avec sa bure épaisse et son casque totalement hermétique mais je me retins de poser la moindre question et j'accueillis Kelah avec mon petit sourire en coin.

Si c'est un officier qui était une femme blonde, c'était ma second, le Lieutenant Haver. Et non vous ne me dérangez pas, vous êtes en effet en avance de trois voire quatre minutes sur l'horaire. Installez-vous. Vous faites comme vous le sentez mais je pense que vous serez plus à l'aise avec votre bure en moins, vous allez vite avoir très chaud sinon.

Je haussais mes épaules nues et je revins m'installer auprès de Kelah avec la boisson dextro de la veille et une autre bouteille de bière pour moi.

Tout va bien ? Tout se passe bien à bord ? J'espère que vous avez pu avoir de quoi faire, certains de vos collègues adorent travailler avec mon officier scientifique, Helena Walker.


Codage par Libella sur Graphiorum




Revenir en haut Aller en bas
Messages : 53

MessageSujet: Re: Nos amis quariens   Ven 11 Aoû 2017, 14:42
L'aspect détendu d'Ada la surprise, elle s'était presque attendue à voir d'autre personnes dans la cabine en arrivant afin que l'humaine puisse s'assurer qu'elle garde ses distances avec ses attributs, dont elle releva prestement les yeux afin que la militaire ne croit pas capter un regard inapproprié de sa part. 
Mais elle l'attendait finalement dans son petit débardeur, un sourire amical aux lèvres, plus chaleureux que ceux qu'elle lui avait offert jusque-là, ce qui déstabilisa quelque peu la petite Quarienne dont le cerveau se mit à fonctionner à toute allure afin de trouver une justification à ce changement d'accueil et elle envisagea même un instant que la militaire ait pris ses excuses pour des avances avant de chasser bien loin cette idée parfaitement saugrenue. 
Elle ôta sa bure comme on l'y invité et la posa soigneusement pliée sur ses genoux quand elle s'assit à l'extrémité du fauteuil afin de ne pas envahir l'espace de l'humaine. Elle avait lut plusieurs articles au sujet du "respect de la bulle d'intimité" des humains et avait fini par établir qu'un bon mètre devrait être suffisant afin de parer à cette éventualité. 
Ada s'adressa de nouveau à elle, et Kelah bredouilla quelques instants avant de retrouver une contenance en passant par-delà son hésitation. 
 
-O...oui...oui.. fut son premier essai.Vos soldats sont parfaitement acceuillant, et les miens se sentent à leurs aises, même si nous préféront souvent resté entre nous, par  habitude plus que par manque de courtoisie. Nos voyages avec d'autres espèces sont encore très récent pour... certains parvint-elle finalement à dire. En réalité elle n'avait elle-même eu que très peu de contact avec l'équipage del'Alliance, mais avait formulé son idée à partir de l'impression des autres Quariens qu'elle avait questionné, sa journée s'étant consacrée presque toute entière à ne pas gaffer pendant sa rencontre avec l'humaine. 
 
-J'espère que les nôtres ne vous causes pas trop de tracas ? Je ferais mon possible pour corriger cela si c'est le cas ! argua-t-elle avec force pour montrer à l'humaine qu'elle prenait ses responsabilité au sérieux. Elle prit une toute petite gorgée dans la boisson offerte, plus pour faire honneur au service que par soif, s'enivrer ne l'aiderait aucunement. 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance Interstellaire
Rang : Commandant du SSV Okinawa
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4781-ada-jane-raikes-we-will-fi
http://www.masseffect-reborn.fr/t4797-the-ada-jane-raikes-chronicles-let-history-be-the-judge


Messages : 78
Crédits : Moi-même - Libella

MessageSujet: Re: Nos amis quariens   Ven 11 Aoû 2017, 16:27
Nos amis quariens


- Flux d'Arcturus, environs de la station Arcturus II
- Pont 1, cabine de l'officier commandant

À y réfléchir, j'eus tout de même un légère pointe de regret de m'être déjà mise en débardeur devant elle comme hier, elle pouvait certainement se méprendre sur mes intentions. Je ne comptais pas lui sauter dessus, pas après un tel recadrage comme celui de la veille mais j'étais ici chez moi et je faisais ce qui me plaisait chez moi. Néanmoins et sans la moindre trace de surprise sur le visage, je pus voir le cheminement utilisé par les yeux de la Quarienne, de ma poitrine jusqu'à mon visage. Je ne pouvais m'en prendre qu'à moi-même, je n'avais pas une poitrine énorme, elle était cependant plutôt bien formée mais pas dans le même style comme celle de Kelah par exemple. Malgré le fait que mes yeux parcoururent pendant quelques secondes la propre poitrine de Kelah, je la laissai donc s'installer comme elle le voulait. J'adoptai la même position qu'hier quoique avec un peu plus d'écart, je tirai la chaise de bureau jusqu'à Kelah et d'un accord tacite mais non verbal, on mit un petit mètre d'écart entre nous. Ma bouteille de bière décapsulée, je pris une gorgée alors que la Quarienne répondit à mes questions, les coudes posés sur mes genoux légèrement écartés. J'écoutai sa réponse mais je l'observais et je sentais bien qu'elle était mal à l'aise. Était-ce moi et mon aspect détendu ? Autre chose ? J'allais certainement lui demander ce qui n'allait pas car je ne comptai pas passer une soirée avec une personne tendue comme un string. Mais avant, j'entrepris de répondre à sa question. La conviction qu'elle tâchait de mettre dans les mots lorsqu'elle affirma qu'elle prendrait ses responsabilités en cas d'ennuis avec les Quariens faisait plaisir à voir.

Rassurez-vous Kelah, les vôtres sont sages. Lorsqu'ils ne restent pas dans leur cabine, ils ne sortent pas à plus de deux ou trois et généralement c'est pour aller voir le Sous-Lieutenant Walker. Je m'attendais à ce qu'elle vienne se plaindre auprès de ma second ou directement auprès de moi mais elle était plutôt contente d'avoir de la visite. Faut dire qu'elle est souvent seule dans son laboratoire et je ne sais pas si vous l'avez vu mais c'est quelqu'un d'assez froid et sérieux. Cela dit, elle est la meilleure dans son domaine que je puisse avoir ici.

Je repris ma bouteille posée sur la table basse et ingurgitai une autre gorgée de bière, un peu plus longue celle-là mais je remarquai que Kelah avait à peine touchée à sa boisson. Je fis une légère moue en m'en apercevant mais aucune remarque ne sortit de ma bouche. Mes yeux se portèrent alors aux pieds de la Quarienne qui s'agitaient nerveusement et je commençai sérieusement à me dire que c'était moi qui la mettait ainsi mal à l'aise. Mes yeux se plissèrent très légèrement en voyant ses pieds mais je remontai le regard sur sa bure. Je ne savais pas pourquoi les Quariens la portait mais le vêtement me faisait vraiment penser à un habit de nonne. On aurait dit qu'elle voulait entrer dans ma cabine de la manière la plus chaste possible. Elle était beaucoup plus libérée et plus à l'aise hier, c'était assez évident que c'était ma réaction et mon recadrage qui l'avait peut être faite faire marche arrière comme elle l'avait fait avant d'entrer ici. Je m'étonnai moi même de mon propre comportement, là où hier je rechignais à me mettre à l'aise, je n'avais pas hésité à le faire ce soir. Légèrement tracassée par mes pensées, mes yeux remontèrent vers son casque, m'attardant un peu sur ses propres attributs sur lequel elle m'avait posé la main ce matin à ma grande surprise. Quelque chose me disait que je devais aussi lui demander le message derrière ce geste afin que je ne me méprenne pas sur mes intentions. Suffisait que je prenne cela pour des avances alors qu'elle ne pensait qu'à remettre les compteurs à zéro... Je me mis donc à la regarder derrière son casque, légèrement inquiète.

Vous êtes sûre que tout va bien Kelah ? Depuis que vous êtes rentrée dans cette pièce, j'ai l'impression que vous êtes mal à l'aise. Est ce moi ou pour une autre raison ? Vous avez le droit de vous exprimer, je ne tiens pas à passer une soirée avec quelqu'un de tendu et mal à l'aise et je voudrais que vous soyez franche avec moi. Quelque chose vous tracasse Kelah ?


Codage par Libella sur Graphiorum




Revenir en haut Aller en bas
Messages : 53

MessageSujet: Re: Nos amis quariens   Dim 13 Aoû 2017, 03:30
Kelah remua doucement sur sa place, mal à l'aise, ses doigts crispé autour de la bouteille alors qu'elle cherchait ce qu'elle pouvait bien répondre à l'humaine qui aurait pu justifier son état. Du moins une raison qui lui permettrait de ne pas simplement avouer qu'elle était totalement inapte aux rapports normaux entre personnes. Trop habituée à être simplement elle-même, elle ne parvenait pas à être à la fois détendue ET professionnelle.  
Ce qui lui donnait l'impression d'être assise sur une petite montagne d'explosif prête à exploser au moindre mouvement trop brusque de sa part. Elle lança un regard suppliant à Ada, comme pour crier "au secours", mais sa visière cacha heureusement ce détail, malgré le manque d'assurance de sa réponse. 
 
-Ne...non...Tout va bien ! Je vous assure, ahah. bégaya-t-elle en repenchant son regard sur sa boisson, ne parvenant pas à soutenir le regard empli de curiosité et peut être d'un soupçon d'inquiétude de l'humaine. 
"J'adore qu'un plan se déroule sans accroc" était la phrase culte d'une série humaine qu'elle avait découverte en se renseignant un peu plus avant sur l'espèce qui se chargerait de son transport jusqu'à la citadelle. Autant dire que son plan à elle ne connaissait pas une telle réussite et ressemblait plutôt à des pieds pris dans un tapis et une chute proche et peu gracieuse. 
Elle soupira, surement un peu trop bruyamment pour être discrète, ce qui ne devait pas arranger son cas. C'était difficile d'être une invitée sérieuse. Elle tenta de lancer un sujet pour entretenir la discussion avec son hôte comme elle avait lu qu'il était de bon aloi de le faire, sans trop questionner la personne sur son intimité. 
 
-Comment se déroulent vos voyages dernièrement ? On dit que l'espace de l'Alliance est très surchargés en circulation depuis que le trafic sur la citadelle à repris son plein potentiel. dit-elle en se référant à un article qu'elle avait lu sur l'actualité humaine au sein de son espace, puisqu'elle avait crû comprendre qu'il s'agissait du principal secteur d'activité de la militaire. Kelah fixait vaguement le vide et se rendit compte qu'elle fixait à nouveau le débardeur de l'humaine sans pourtant vraiment le voir. Elle baissa encore le regard et du mobiliser toute sa volonté pour ne pas frapper son casque de laisser son esprit toujours divaguer de la mauvaise façon, la faisant regarder sans raison la chose qu'elle ne devait regarder sous aucun prétexte. Sa personnalité profonde se raillait d'elle et de sa tentative de sérieux, la mettant en difficulté juste pour s'amuser.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance Interstellaire
Rang : Commandant du SSV Okinawa
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4781-ada-jane-raikes-we-will-fi
http://www.masseffect-reborn.fr/t4797-the-ada-jane-raikes-chronicles-let-history-be-the-judge


Messages : 78
Crédits : Moi-même - Libella

MessageSujet: Re: Nos amis quariens   Dim 13 Aoû 2017, 19:57
Nos amis quariens


- Flux d'Arcturus, environs de la station Arcturus II
- Pont 1, cabine de l'officier commandant

Mes yeux se plissèrent très légèrement non pas par colère envers elle mais par perplexité, presque de manière imperceptible, bien consciente que malgré sa combinaison et son casque, je pouvais aisément sentir que Kelah n'était pas du tout à l'aise et très nerveuse. Elle aurait été un membre de mon équipage, je l'aurai stoppé dans son élan et je lui aurai calmement demandé de m'expliquer ce qui n'allait pas. J'aurais aimé procéder de cette manière envers la Quarienne mais en repensant à mes recadrages d'hier, cela aurait certainement plus déstabilisé Kelah qu'autre chose et elle serait partie de ma cabine sans que je le lui demande. Pour le coup, ça aurait été moi la fautive. Non il fallait que je fasse attention à ce que j'allais dire ou faire, il suffisait d'un geste mal interprété pour que la situation dérape, qu'elle prenne mal quelque chose. Comme je le disais plus tôt, je ne pouvais m'en prendre qu'à moi même car en dépit de ce qu'il s'était passé hier, j'envoyai des signaux qui pouvaient lui sembler étrange, en effet, je l'accueillais en débardeur, à la cool si je puis dire, les boissons qui attendaient déjà... Pour le coup j'aurais presque mis de la musique en fond mais aurait elle pensé que je lui faisais des avances si je l'accueillais de manière aussi décontractée ? Ça n'aurai pas de sens... Elle était... certes plutôt mignonne et assez attirante dans sa combinaison mais... elle m'avait touchée alors qu'elle ne le devait pas. Elle s'était cependant excusée il est vrai. Comment ça fonctionnait dans son esprit ? Était-ce ainsi qu'elle faisait lorsque quelqu'un lui plaisait ? Je me posai déjà la question depuis ce matin alors qu'elle m'avait mis la main sur son propre sein... Rhaa voilà maintenant que je me mettais mal à l'aise aussi, elle était en train de me contaminer. Mais je supposai que contrairement à Kelah, je me débrouillai un peu mieux en matière d'interaction sociale alors que la Quarienne devait être bien plus introvertie que moi.

Je ne trouvai pas sa réponse convaincante, elle me mentait en face-à-face, je sentis clairement son malaise. Encore une fois, était-ce une volonté consciente de nier l'évidence ou autre chose ? Peut-être un peu des deux. Je trouvais quelque chose de changé en elle, comme si elle essayait... d'être quelqu'un d'autre. Pendant une fraction de seconde, je me demandai même si ce n'était pas une autre Quarienne que Kelah en face de moi mais... je devais l'admettre, les formes de mon interlocutrice et sa combinaison étaient bien trop atypiques pour être une autre personne que Kelah. Essayait-elle d'être plus courtoise et bienséante que la veille ? Si c'était le cas, elle n'était vraiment pas à son avantage ce qui confirmerai mes suppositions sur son manque d'interaction sociale. Rien que le léger changement vestimentaire, l'arrivée en bure ou encore le fait qu'elle avait à peine touchée à sa boisson dextro alors que la veille, elle buvait allégrement dedans, me firent légèrement tiquer. Je me demandai alors à quoi Kelah avait passé sa journée pour rester dans sa cabine la plupart du temps selon les dires de ses collègues quariens. Peut-être avait-elle passé sa journée à se renseigner sur les Humains afin d'avoir des sujets de conversation pour tâcher de passer une bonne soirée en ma compagnie ? Je ne pouvais que supposer à ce stade et je fus partagée entre deux sentiments. D'un côté, mon moi assez pragmatique, minoritaire voulait pousser Kelah à se confier sur son malaise quitte à la bousculer un peu tandis que de l'autre, le moi conciliant, bien plus dominant, avait un peu de peine pour elle. Elle essayait de faire des efforts pour moi, une alien alors qu'elle se trouvait dans un vaisseau d'une autre espèce mais elle ne se sentait pas bien, cela en valait-il vraiment la peine ? Il fallait l'aider à se détendre, lui donner un coup de main en douceur. Pas lui poser de nouveau la question de savoir si elle allait bien mais amener le sujet autrement, de manière détournée et non agressive, sans la bousculer.

Vous vous êtes bien renseigné, Kelah. En effet, l'espace de l'Alliance est surchargé et c'est peu de le dire. C'est d'ailleurs pour cette raison que nous n'arriverons à destination que le lendemain. Même les quais réservés à l'Alliance sur la Citadelle sont intégralement remplis. Je ne suis pas une haute gradée, je ne suis que commandant de vaisseau, je n'ai donc pas l'autorité nécessaire pour faire bouger une frégate ou un croiseur de l'Alliance de son quai pour y mettre l'Okinawa à la place. Non seulement le contrôle du trafic de la Citadelle est débordé mais aussi le personnel de l'Alliance réservé au contrôle de leurs vaisseaux. Nous n'avons donc pas d'autres choix que de patienter pour le moment autour de la station Arcturus II. Il n'y a que lorsque nous nous déplaçons en mission que nous croisons très peu de vaisseaux. En mission, nous avons plus de chances de croiser des vaisseaux militaires de l'Alliance que des vaisseaux civils ou pirates.

Je lui souris doucement lorsque je me mis à lui répondre et je gardai une expression neutre quoique teintée d'une légère bienveillance à son égard. L'appel de ma bouteille de bière se fit plus forte et je m'en emparai pour boire une gorgée. Je la reposai ensuite sur la table basse et avant de me tasser légèrement sur mon siège, les bras croisés juste sous ma poitrine. En parlant d'elle, je ne pouvais pas vraiment voir ses yeux mais à en juger par l'orientation de son casque, je la soupçonnais de me reluquer encore à cet endroit. Pour le coup, je ne pouvais pas lui en vouloir et je ne pus rien lui dire ou reprocher car je regardai de temps à autres les siens. Je ne réagis cependant pas, je ne fis que constater ce qui se passait, tant qu'il s'agissait juste de regarder... Une idée me vint alors en tête, pour essayer de la mettre un peu plus à l'aise et j'en étais aussi un peu curieuse. J'espérai que cela puisse la détendre de parler d'un sujet qui la passionnait et qui la touchait elle, personnellement. Je détournai légèrement le regard pendant mes paroles, fixant le haut du casque de Kelah puis le bord du canapé avant de revenir vers son casque tout en faisant un détour par sa poitrine.

Vous savez Kelah, je me rappelle de ce que vous avez dit hier à propos de votre entourage proche et... quelque part je vous envie. Moi ici à bord, je suis proche de mes hommes et de mes officiers mais pas autant que vous avec votre Geth Volonté et votre... euh... gohala. J'ai bien Haver, l'officier blonde qui est mon second, c'est quelqu'un de plus dur et pragmatique que moi mais en qui j'ai entièrement confiance et avec qui j'ai partagé de bons moments pendant et en dehors du service, j'ai bien aussi Miyazaki qui est la médecin de bord que vous ou vos collègues ont certainement déjà vu, c'est une très bonne amie depuis l'école d'officiers. Mais je n'ai pas ce degré de relation proche que vous semblez avoir avec votre Geth et votre animal de compagnie en dehors de ma propre famille. Comment avez vous fait pour... vous sentir aussi proche et fusionnelle avec un Geth ? Comment tout a commencé avec lui ? Vous l'avez construit vous-même ?


Codage par Libella sur Graphiorum




Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Nos amis quariens   
Revenir en haut Aller en bas
 

Nos amis quariens

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: L'espace de l'Alliance interstellaire :: Espace Interstellaire-