AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 [Intrigue #11] Résurgence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Personnage RP
Faction : Aucune
Rang : Entité divine
Voir le profil de l'utilisateur


Compte staff
Messages : 4133

MessageSujet: [Intrigue #11] Résurgence   Mar 13 Fév 2018, 14:48
Intervention MJ : OuiDate :  10 Février 2203 RP Tout public
Alec SykesAda J. RaikesTelhius SharkanShaun McAvoy
[Intrigue #11] Résurgence



[Intrigue #11] Résurgence
10 Février 2203

Orbite de Chasca


Si une chose pouvait être affirmée avec certitude concernant l'espace, c'est qu'il pouvait s'avérer aussi fascinant que terrifiant. Qui pouvait savoir quelles sombres horreurs se trouvaient tapies dans les tréfonds du néant, attendant avec une impatience presque malsaine l'inévitable moment de leur découverte ? Cette inconsistance était ce qui le caractérisait le plus parfaitement, nombreuses furent les âmes à tenter de le comprendre, et nombreuses furent celles à en être victimes.

Cette journée ne faisait bien évidemment pas exception à la règle et personne n'était en mesure de prédire combien de victimes allaient encore succomber à la dure fatalité de l'espace. Les âmes à bord des trois frégates conciliennes en orbite autour de Chasca allaient devoir affronter seules leur destin.

L'équipe d'interception était arrivée sur place aussi rapidement que possible, faisant face à la direction d'où provenait le vaisseau inconnu. Les multiples tentatives de communications s'étaient soldées par des échecs, l'engin restant totalement silencieux. Mais les scanners longue portée des frégates permirent de recueillir quelques précieuses informations quant à la nature de ce qui approchait. Les résultats furent transmis aux officiers supérieurs et ils s'avéraient particulièrement étranges.

Le vaisseau qui se dirigeait actuellement vers Chasca n'était en effet rien d'autre qu'un cuirassé asari. Tous ses systèmes de propulsion et d'alimentation éteints, l'énorme masse ne faisait que se mouvoir à une vitesse relativement importante tout droit sur la colonie humaine. En l'état des choses, il s'avérait difficile de faire le moindre pronostic définitif sur la situation et encore moins de prendre une décision sans ordre préalables.

Mais rapidement, les officiers en charge de chacune des frégates furent conviés à recevoir un appel de l’état-major. L'image de l'amiral Igor Fender apparut alors sur les plate-formes de communication du SSV Midway, du SSV Okinawa et du PFS Maloren.

Officiers, je ne vais pas vous cacher que les faits sont particulièrement déroutants. Nous avons contacté les Républiques, et les asaris confirment qu'aucun de leurs appareils ne se trouve actuellement dans le secteur. Mais il y a plus étrange.

D'après les données que nous leur avons transmis, la signature de ce vaisseau correspondrait à celui du Gargantua, un de leur cuirassé qui a été détruit par les moissonneurs pendant la Grande Guerre.


L'amiral croisa ses bras dans son dos.

Quelle que soit sa nature, ce cuirassé doit être stoppé avant qu'il n'atteigne la colonie et il entrera dans son orbite dans trois heures. Une réactivation manuelle de ses systèmes pourrait permettre de dévier sa trajectoire sans avoir à le détruire.

Vous avez donc l'autorisation d'approcher et d'accoster la cible. Profitez en pour récupérer toutes les informations que vous pourrez, nous tenterons de notre côté de déterminer l'origine de sa trajectoire. Nous vous préviendrons dès que nous aurons du nouveau.

Commandant Sykes, je vous confie le commandement. Bonne chance.

Fender terminé.



____________INFOS MJ____________


C'est parti !

Rien de particulier pour ce tour, il sert surtout à mettre en place la situation générale et celle de vos personnages. Vous avez votre objectif, le reste dépend de vous.

Vous avez donc une semaine pour répondre, si vous avez la moindre question, n'hésitez pas !





Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance / UCIP
Rang : Commandant (N7)
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4123-alec-sykes
http://www.masseffect-reborn.fr/t4129-journal-de-bord-d-alec-sykes


Messages : 178
Crédits : Kathleen (retouche)

MessageSujet: Re: [Intrigue #11] Résurgence   Mer 14 Fév 2018, 21:57

9 février 2203
Capitale d’Eden Prime, Système Exodus

Une crise peut survenir de bien des façons, c’est un fait que tout être vivant doué de conscience est capable d’admettre avec un minimum d’expérience de vie. Pourtant en ce début de 22ème siècle, et plus généralement depuis que l’Humanité voyageait à travers les étoiles, les problèmes auxquels elle devait faire face devenaient aussi fréquents que critiques par bien des aspects. L’invasion Moissonneur sortait bien évidemment du lot, et de loin… Mais les difficultés qui s’imposaient à l’Alliance au fil des années, en cette ère post-conflit, n’avaient parfois rien à envier aux heures sombres des années 2100. Après une unité arrachée sur le fil pour terminer et employer le Creuset contre l’envahisseur, la galaxie ne cessait depuis de partir en lambeaux à bien des niveaux. De l’émergence de races nouvelles sur l’échiquier galactique comme sur Turvess ou Lasjae aux affrontements qui suivirent les exactions de Machiavel et d’autres extrémistes, le contexte politique continuait de bouillonner en permanence.

Ce brasier, alimenté par des politiques prêts à défendre becs et ongles la moindre parcelle d’influence et de pouvoir de leurs gouvernements et espèces, s’incarnait aujourd’hui au sein des agissements de l’Union Galarienne…

Il n’est donc pas étonnant de penser qu’en tant que soldat expérimenté et agent de l’UCIP, le Commandant Sykes voyait dans ces récents évènements la plus grande menace pour la stabilité de l’espace concilien. Du moins… à court et moyen terme. Il en était même venu à se demander quand est-ce que le Conseil se déciderait à intenter une action contre cette menace, quitte à montrer les crocs pour faire revenir dans le droit chemin un de ses membres les plus vénérables par le passé. L’hypothèse d’un conflit ouvert ou d’une opération coup de poing paraissait certes bien lointain, mais le N7 ne s’y était pas moins préparé. Les notes d’informations diffusées en interne au sein de l’Alliance sur cette crise incitaient d’ailleurs plus d’un officier dont l’affectation s’avérait sensible à plancher sur le sujet.

Mais contre toute attente, c’est un évènement d’une toute autre forme qui dévia le Midway de sa feuille de route… Envoyée en direction d’Ontarom depuis la Terre, la frégate des Opérations Spéciales faisait une halte par Eden Prime afin d’embarquer un « chargement sensible » en direction des stations d’écoute de la Travée lorsqu’une missive prioritaire réveilla son Commandant détaché au sol pour prendre quelques heures de repos avant de repartir. Sujet d’une nuit extrêmement douce au sommeil réparateur, ce qui n’était pas arrivé depuis quelques temps déjà, l’officier fut tiré de ses songes par le bip familier de son omnitech lui signifiant une urgence. Instinctivement, il se redressa pour en consulter le motif, ce qui arracha une complainte endormie mais plaintive à la belle assoupie contre lui. Dissimulée par les draps, la silhouette dénudée et aux courbes avantageuses de Kathleen Callaghan signifia sa désapprobation de la sorte, ne s’arrachant pas au sommeil pour autant.

L’espionne à la crinière de feu, détachée pour enquêter sur des mouvements séparatistes résurgents au sein de la société civile d’Eden Prime, n’avait pu résister à l’occasion de retrouver son homme, ne serait-ce que pour quelques heures. La petite escapade romantique tourna donc malheureusement court de la plus brutale des façons, encore que tous deux savaient plus que tout ce qu’imposait l’appel du Devoir… Alec avait sa propre enquête à mener, voire un ennemi à combattre… Il abandonna donc la jolie biotique à contrecœur, lui signifiant son départ d’un message à son attention. Dans l’heure qui suivit, l’ensemble de son équipage fut rappelé à bord, et dans la demi-heure suivante, le Midway filait vers la Mer Pourpre. Faisait fi des habituelles check-lists et manœuvres réglementaires, l’appareil devait rejoindre au plus vite le théâtre d’opération et effectuer la jonction avec ses renforts.

Demain une drôle de journée s’annonçait… Une journée sous le signe de la coopération avec l’UCIP et la Hiérarchie, certes, mais une journée dont le dénouement s’avérait bien trop risqué à prédire dès à présent…

***

10 février 2203
Non loin de l'orbite de Chasca, Mer Pourpre


Ils était tous là. Rassemblés autour de leur leader dans la soute du Midway. L’ensemble de la SO-21, unité des Opérations Spéciales du Commandant Alec Sykes, attendait le feu vert pour se lancer. Déjà tout équipés de leurs armures noires au pattern si particulier, le logo de l’Alliance ressortant bien sur le torse dans son blanc cassé, ces soldats d’élites fixaient avec attention l’hologramme de l’Amiral Fender. Chacun s’employait à emmagasiner, décortiquer, analyser le moindre élément cédé par l’officier chapotant toute l’opération, comme on leur avait si bien apprit à le faire durant toutes ces années. Déjà, des difficultés, ouvertures ou axes de réflexion germaient ici et là, signe que tous appréhendaient parfaitement les enjeux de leur mission. Le seul fait de mentionner un « vaisseau fantôme » suffisait à rendre tout ceci intriguant et oppressant d’une certaine façon.

Après tout, on parlait peut-être de la survie d’une colonie toute entière ici… Hors de question de laisser le moindre détail de côté.

Le N7 de l’équipe était d’ailleurs de cet avis, comme le montra la demande qu’il fit par radio à son officier en second sur la frégate, tandis qu’on s’affairait autour d’eux à préparer leurs transports et à leur apporter armes et munitions.

- « Karen… Renvoyez un message à l’Amiral. Il me faut tout ce qu’il est en mesure d’obtenir auprès des Républiques concernant l’histoire et les circonstances de la disparition de cet appareil. Ça pourrait faire la différence… »

Benneth lui certifia avoir pris connaissance de son ordre, puis le temps du briefing s’imposa. Passage obligé pour se coordonner au mieux, celui qui venait de prendre les rênes du dispositif apparut sous forme holographique à ceux devenus ses lieutenants le temps de tirer cette affaire au clair. Lui-même en armure anthracite, le sigle de son statut de soldat d’élite bien en évidence sur son plastron et les épaulières, il tenait sous le bras sous casque.

- « Lieutenant-Commandants… Allons droit au but, le temps nous est compté… »

La cadre un peu particulier de cette entrevue en disait déjà long. De même que l’équipement lourd et l’armement qui venaient de prendre place dans son dos. Mais comme si cela ne suffisait pas, une simulation holographique de la situation telle qu’elle leur était présentée fit son apparition à son côté. On pouvait y voir le mystérieux cuirassé filer vers la planète, un compte à rebours démarrant à H-3 indiquant le temps restant avant son arrivée en orbite. Face à l’immense vaisseau, leurs minuscules frégates parquées l’une contre l’autre se devinaient d’un un coin.

- « Jusqu’à preuve du contraire, le Gargantua sera considéré comme un contact hostile. Les circonstances de sa réapparition après seize années de silence sont trop obscures pour courir le moindre risque. En conséquence de quoi…» commença-t-il d’un air professionnel mais hâtif.

La simulation changea quelque peu, prenant de la distance pour révéler le système dans son ensemble. Tandis que leur cible progressait vers la planète, chaque appareil d’interception se déplaçait à son tour pour prendre une place particulière, illustrant les propos qui suivirent.

- « Nous nous déploierons selon un schéma propre aux zones d’exclusion du trafic spatial au sein des systèmes à valeur stratégique. Compte tenu des moyens limités à notre disposition et du caractère imposant et sensible de la cible, nos appareils se cantonneront à une tâche d’escorte rapprochée en attendant que nous progressions en son sein. L’Okinawa et le Maloren suivront chacun une trajectoire parallèle à celle du cuirassé, se plaçant à bâbord et tribord, au niveau de son pont médian. Vos équipages feront en sorte de rester hors de portée des systèmes GARDIA et des plateformes de tir secondaires. Le Midway quant à lui restera sous signature furtive au ladar, comme il l’a fait depuis son entrée dans le système. Il servira de plateforme intermédiaire de communications entre le commando envoyé à bord et l’état-major, en employant la colonie comme relais secondaire sous fréquence sécurisée. Puisqu’il s’agit également de l’appareil le plus rapide, il se calera sur une trajectoire identique à notre cible en se positionnant derrière ses systèmes de propulsion jusqu’à nouvel ordre… »

Le CIC du Midway constituait le lieu parfait pour gérer de loin les opérations et garder le contact avec le Terre, tandis que le système furtif permettrait de ne pas trop en révéler sur les manœuvres des engins envoyés pour intercepter le Gargantua. Trois frégates ne pouvaient certes pas grand-chose contre un monstre de cette taille, mais Sykes préférait la jouer serrée et mettre toutes les chances de son côté. Des fois que des occupants – doués de conscience - se montrent hostiles, il n’était pas dans leur intérêt à tous de pouvoir être trop prévisibles pour un ennemi. Raison pour laquelle l’idée de dissimuler le seul vaisseau capable de l’être lui était venue. Et puis… Une position de tir sur les systèmes de propulsion sans être détecté, des fois qu’ils parviennent à faire tomber les barrières cinétiques du cuirassé depuis l’intérieur, n’était pas le genre d’opportunité à rater…

Le soldat poursuivit toutefois son exposé à une vitesse effrénée, les minutes comptant désormais bien trop.

- « Ce qui m’amène aux raisons de notre présence à tous ici : l’abordage. Comme je le disais, nous traiterons ce vaisseau et tout ce qui pourrait se trouver à bord comme hostile jusqu’à preuve du contraire. Si ses systèmes de propulsion sont éteints, c’est que quelqu’un ou quelque chose l’a envoyé sur cette trajectoire directe vers la colonie sans recourir à ses moteurs. Du moins, pas sur la totalité du processus. Qu’il s’agisse d’une volonté d’économiser du carburant, un besoin de limiter au maximum sa signature ladar ou autre, cela n’a pas d’importance pour le moment. Notre priorité est de le stopper avant qu’il n’atteigne l’orbite de la planète. Un crash pourrait s’avérer catastrophique, et faire usage de son canon AM pourrait raser les centres de peuplement en quelques secondes…

Alors qu’il s’agisse d’un équipage Asari perdu depuis des années, de synthétiques, d’une IA, d’un groupe pirate, de renégats ou je ne sais quelle saloperie qui occupe les coursives de cet engin, nous devons en prendre le contrôle quoi qu’il en coûte. Nous naviguerons en terrain inconnu, et serons contraints d’improviser. Une fois sur place et les docks sécurisés, quelques éléments s’occuperont de garder notre porte de sortie. Puis notre effectif se scindera en deux groupes principaux pour occuper les points critiques. L’un d’eux se dirigera vers le poste de commandes pour prendre la main sur les systèmes et récolter un maximum d’informations des bases de données et enregistrements de bord. Le second fera en sorte de rejoindre et sécuriser la salle des machines où se trouvent le générateur principal et les systèmes de propulsion… »


La simulation changea de nouveau, laissant la place à une vue en coupe d’un exemple type de cuirassé Asari. Les zones d’importance y étaient détaillées, encore qu’avec une précision bien difficile à mesurer tant les bleues avaient pris l’habitude de faire évoluer leurs concepts au fil des années. Les vaisseaux capitaux des natives de Thessia étant conçus pour fonctionner des décennies, si ce n’est des siècles, en accord avec leur façon d’être et d’appréhender l’avenir, il n’était pas étonnant d’imaginer que ces plans ne soient pas exacts.

- « Dans le cas où stopper le cuirassé s’avérait impossible, chaque unité emportera son propre lot d’explosifs. Nous n’avons peut-être pas le feu vert pour une telle éventualité, mais mieux vaut disposer du nécessaire si saboter ce vaisseau fantôme devenait la seule option envisageable… Veillez également à emporter double dose de cartouches thermiques… C’est un cuirassé que nous abordons, pas un vulgaire esquif pirate… Des questions, remarques ? » lança finalement un N7 apparemment impatient de faire le grand saut.

Il scruta chacun d’eux avec attention quelques instants, attendant leurs retours sur le sujet. Déjà, les réacteurs des navettes commençaient à vrombir non loin, signe d’un départ imminent. Trop de choses se trouvaient en jeu pour foirer aujourd’hui…


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance Interstellaire
Rang : Commandant du SSV Okinawa
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t4781-ada-jane-raikes-we-will-fi
http://www.masseffect-reborn.fr/t4797-the-ada-jane-raikes-chronicles-let-history-be-the-judge


Messages : 105
Crédits : Moi-même - Libella - Shaun McAvoy

MessageSujet: Re: [Intrigue #11] Résurgence   Jeu 15 Fév 2018, 22:47
Resurgence

Ada J. Raikes - Alec Sykes - Shaun McAvoy - Telhius Sharkan



- Espace de l’Alliance Interstellaire, Bulle Locale, 2187
- Pont 2, SSV Shanghai, cockpit et passerelle de commandement

Nous nous étions préparés depuis le début à ce moment, tous nos efforts avaient été conjugués pour cette bataille finale. Shepard avait fini de rassembler tout le monde depuis plusieurs jours, les dernières arrivées étant les Asaris de Thessia. Leur planète avait quasiment été aussi dévastée que la nôtre par les Moissonneurs et malgré l’air déterminé des Asaris prêtes à en découdre et leur retard à nous venir en aide, je ne pus m’empêcher de ressentir une certaine compassion à leur égard, comme tous les peuples de la Voie Lactée. Chacun avait souffert à sa manière de cette guerre contre les Moissonneurs qui durait depuis des mois mais qui nous avait semblé à tous durer une éternité. Personne n’avait été épargné par ces machines, nous en premiers car comme beaucoup d’Humains, j’avais aussi dû me résoudre à abandonner la Terre en abandonnant les miens derrière moi lorsque ces ordures mécaniques avaient envahis notre monde natal. J’avais communiqué avec ma mère, Gary et Daichi qui se trouvaient tous les trois dans un camp de réfugiés gardé par l’Alliance et je fus déchirée par deux émotions. D’une part le soulagement d’apprendre que ma famille était en vie mais aussi la douleur d’apprendre que ma sœur cadette et mon père n’avaient pas pu échapper aux Moissonneurs. Malgré le fait que je puisse extérioriser un moment ma peine, je ne pouvais avoir le luxe de pleurer davantage les miens car il y avait une bataille à gagner et une guerre à finir une bonne fois pour toutes. Les Moissonneurs devaient être anéantis jusqu’au dernier. Pour ce faire, l’état-major avec Hackett à sa tête nous avait mis au courant qu’une énorme arme de destruction massive était en route avec nous pour déchaîner son feu destructeur contre nos ennemis. Pour la première fois depuis des mois, à voir tous les vaisseaux militaires ayant répondus à l’appel de Shepard et de l’Alliance ainsi que cette arme entre nos mains, j’avais ressenti de l’espoir. La victoire devenait envisageable et nous allions saisir cette opportunité pleinement, avec l'aide de nos alliés extraterrestres. Il était désormais temps de reprendre la Terre.

Soldats, à vos postes, vous avez entendu Joker ? On passe le relais dans quelques secondes ! Que les canons principaux soient prêts à faire feu sur ordre de Shepard. On déchaînera un feu continu dès lors. Je veux que les canons n’arrêtent pas de tirer. Second-Maître Raikes, regagnez votre poste d’artillerie, on a besoin de vous là-bas.

Oui Capi…

Le croiseur venait dès à présent de quitter le vol SLM et alors que je terminai de m’entretenir avec le navigateur du cockpit afin de synchroniser nos écrans avec ceux du poste d’artillerie, je levai la tête pour observer ce qui se passait, médusée. Je n’avais jamais vu autant de vaisseaux au même endroit, le vide interstellaire paraissait maintenant constellés de milliers de points et de vaisseaux militaires. Un sentiment de puissance s’insinua en moi en voyant toute cette force rassemblée au même endroit, j’étais convaincue maintenant que nous allions gagner, les Moissonneurs ne pouvaient pas l’emporter, nous avions une puissance de feu bien supérieure. Un énorme vaisseau asari pointa le bout de son canon sur notre gauche tout comme un cuirassé de l’Alliance sur notre droite. Plus loin, je crus pouvoir distinguer un croiseur turien mais j’étais un peu loin pour être sûre. Sous mes yeux, en regardant droit devant le bout du croiseur à travers les vitres du cockpit, la Terre se profila. Notre belle planète autrefois bleue était sombre, noire comme si elle agonisait voire était déjà morte. À cette distance, je n’arrivais pas à distinguer les continents ou même les océans tant la planète m’apparaissait comme ténébreuse. Les nuages blancs ne pouvaient pas essayer d’apparaître pour ajouter une touche de clarté, seules des lueurs jaunes et orangées sous la forme de petits points lumineux s’obstinaient à briller désespérément mais nous savions tous que ce n’étaient pas des lumières de ville, plutôt de grands brasiers qui enflammaient notre monde, trace des affrontements terrestres et du passage des Moissonneurs. La Terre faisait peine à voir mais personne ne voulait la laisser tomber, Shepard en premier. La vision de mon monde natal ainsi dévasté me remplissait de haine et de fureur, sachant que de plus, ce qui restait de ma famille y était encore, cela était néanmoins une source de motivation supplémentaire pour y libérer notre terre et les nôtres. Toute la force militaire de la galaxie était ici pour détruire les Moissonneurs et permettre à notre planète de reprendre vie, nous ne pouvions pas renoncer.

Putain de merde, tous ces gros flingues au même endroit.

Capitaine, on a toute la flotte asari sur notre flanc gauche. On continue d’escorter le Tai Shan sur notre droite comme prévu. Merde mais il est énorme ce machin.

Ouais c’est clair… c’est le Destiny Ascension ?


Hmm… Non Raikes, d’après sa signature, ce cuirassé répond au nom de Ruava. Le Destiny Ascension est plus gros encore mais il est plus loin, en plein centre du dispositif asari.


Ok. Bon je vais au poste d’artillerie, fissa. Douglas, vous me recevez ? Vérifiez que les canons soient bien armés, on vide toutes nos munitions sur ces saloperies dès que Shepard donne l’ordre de faire feu.


Bien pris, cheffe !

À peine j’arrivais au poste d’artillerie un pont plus bas que dans l’intercom, la voix de Shepard retentit et clama le mot que l’on attendait tous avec fébrilité. Je donnai l’ordre d’ouvrir immédiatement le feu à partir des ordres envoyés par la passerelle de commandement. Un Moissonneur se trouvait droit devant notre ligne de tir, c’était le moment de lui faire goûter nos nouveaux joujoux que les ingés de l’Alliance avaient pu améliorer entretemps. Sur nos écrans de contrôle, l’on vit que chaque vaisseau affiché déchargeait ses armes contre nos ennemis synthétiques dont ce fameux cuirassé asari, le Ruava, qui vida son énorme canon AM contre nos ennemis.

________


- Espace de l’Alliance Interstellaire, Hadès Gamma, Système Antaeus, 2203
- Pont 1, SSV Okinawa, Cabine de l’officier commandant

Mon réveil sonna un peu trop brutalement à mon goût, mettant fin à la vision de mon rêve qui n’était autre qu’un souvenir marquant de ma vie. Je mis bien deux bonnes minutes pour émerger et me préparer à cette journée qui s’annonçait. Le déploiement de ma frégate battait son plein et après un rapide transit sur Trebin, la mission de surveillance et de patrouille assignée par l’état-major de la 77e se poursuivit. On ne s’attendait pas à trouver le moindre ennemi à éliminer, même les Butariens étaient bien moins enclins à venir nous chercher des emmerdes, notamment dans le système appelé Dis.

Les Butariens… Vêtue simplement de mon sous-vêtement me recouvrant ma partie la plus intime, je fixai mon reflet dans le miroir de ma salle de bains. La simple pensée envers ces enfoirés à quatre yeux suffit à me faire arborer une franche et mauvaise expression. Les traits fermés et une lueur de haine passant dans mes yeux, ma propre projection m’effraya légèrement. Je me rappelai avec colère les nouvelles que j’avais apprise il y avait de cela plusieurs jours, les Butariens s’étaient trouvé un nouveau dirigeant. Je n’avais pas suivi toute l’affaire mais j’avais entendu les beaux discours du nouveau chef de cette aberrante Hégémonie. Comme tout nouveau président de nation, réformes, compliments et bons mots furent distribués mais que ça vienne d’un Butarien me mettait davantage hors de moi. Je n’arrivais pas à supporter l’idée qu’ils puissent se reformer pour former un gouvernement reconnu, je gardai encore en travers le fait que les ambassadeurs butariens soient bien reçus au Conseil de la Citadelle. Ces dernières semaines avaient de toute manière été riches en nouvelles à l’aube de cette nouvelle année 2203. Outre le fait que les Krogans puissent à nouveau disposer d’une flotte commerciale et militaire, ce qui au passage ne m’avait pas dérangé dans le sens où les écailleux massifs seraient sous la juridiction concilienne donc encadrés et puis, ça avait sûrement été l’occasion pour mon ami Ante de s’être distingué, les Galariens avaient aussi fait des siennes. Peu d’informations nous étaient parvenues mais il était question de coup d’état, d’assassinat de la Dalatrace Suprême, d’une fuite du GSI… En bref, les informations mises à disposition des soldats de l’Alliance par le Renseignement indiquèrent que c’était à nouveau le bordel dans l’espace concilien et tous ces évènements en menaçaient la stabilité.

La mine sombre, je laissai peu après l’eau chaude de la douche laver mes pensées les plus noires qui glissèrent comme l’eau sur ma peau avant de se retrouver évacuées rapidement en passant par l’évacuation de ma douche.


- Espace de l’Alliance Interstellaire, Hadès Gamma, Système Antaeus
- Pont 2, SSV Okinawa, passerelle de commandement

La conversation en cours avec Haver, ma commandante en second, avait prise un tournant inquiétant. L’officière blonde, d’après les observations de la lieutenante Delacruz, la soldate en charge du centre de commandement, me rapportait une soudaine intensification du trafic des communications de l’Alliance depuis quelques heures alors que l’équipage dormait encore. Je demeurai attentive mais non moins inquiète de ce que j’appris, les communications de l’Alliance étaient toujours actives mais si cela inquiétait ma commandante du renseignement, c’est qu’il y avait matière à appréhender. Lorsque Haver me demanda les ordres de la journée, la voix de la lieutenante Hannigan retentit dans l’intercom. Alors que j’entendis la voix de ma navigatrice en chef, la dépêche qui parvint confirma mes craintes. Il se passait quelque chose d’important et j’allais ici y être mêlée.

La Lieutenante-Commandante Raikes est appelée de toute urgence en salle des communications, Lieutenante-Commandante Raikes pour la salle des communications. Transmission en provenance du SSV Saipan.



- Pont 2, SSV Okinawa, centre de commandement

Sans réfléchir davantage, je fonçai en direction du centre de commandement en compagnie de Haver qui m’emboîta le pas. Je ne fis qu’un signe de tête aux soldats qui me saluaient sur mon passage et même Delacruz ne m’arrêta pas dans mon mouvement vers la dite-salle des coms.

Commandante, transmission venant de l’Amirale O’Neill. C’est arrivé sur le canal prioritaire, niveau d’alerte rehaussé à Sabre 3.

Ça sent mauvais, maintenez le niveau d’alerte mais ne sonnez pas encore le branle-bas de combat avec Hannigan. Avant tout, nous devons absolument savoir et comprendre ce qui se passe.

Bien pris, Commandante.

Comme d’habitude, Haver se posta à l’entrée de la salle des communications et se mit devant pour empêcher quiconque de déranger ma communication. La silhouette de l’Amirale O’Neill apparut quelques secondes après et l’expression de ma supérieure en disait long. La dernière fois que je l’avais vu arborer un air aussi fermé, ce fut lorsqu’elle allait me demander d’aller sauver l’unité du commandant Sykes au sein d’un complexe clandestin sur Trident. Après avoir échangé les salutations d’usage, O’Neill tapota sur son OmniTech puis elle me fixa de son expression rébarbative lorsque la situation était grave ou au bas mot, problématique.

Lieutenante-Commandante. Vos ordres ont changés, je vous donne l’ordre de quitter le secteur Hadès Gamma pour la Mer Pourpre. Je viens d’être informée par l’état-major de la Cinquième et le Comité de Défense de l’Alliance. On vous envoie vers une de nos colonies sur la planète Chasca dans le système Matano. Tout ce que je peux vous dire, c’est que nous avons détecté un vaisseau non identifié qui fonce vers la colonie. Vous ferez donc partie d’une Task Force envoyée pour intercepter le vaisseau, composée du SSV Midway de la Quatrième mais aussi du PFS Maloren, envoyé par la Hiérarchie Turienne.

Oui, Amirale. Nous aurons donc une assistance turienne et je devrai à nouveau obéir aux ordres du Commandant Sykes.

En effet, il faut croire que les combattants de Palaven ont souhaité apporter leur aide sur cette mission cruciale. Inutile de vous dire Raikes, que c’est une mission concilienne, je compte donc sur vous pour collaborer pleinement avec nos alliés turiens. Vous connaissez déjà le Commandant Sykes du Midway, vous combattrez également avec le Lieutenant-Commandant Sharkan. Je tiens également à vous signaler la présence à bord du Midway de la Lieutenante-Commandante Shaun MvAvoy qui se charge de seconder Sykes sur cette mission. Que l'on soit bien claires, je ne tolèrerai pas la moindre incartade de votre part et je vous ordonne de ne pas faire en sorte que l'opération devienne bancale à cause de votre passif avec McAvoy. Suis-je bien claire, Raikes ?

... Bien pris, Amirale. Claire et Limpide.

Très bien. Une fois dans Matano, vous recevrez une communication de l’officier supérieur en charge de l’opération, l’Amiral Fender. Il vous donnera de plus amples détails sur l’opération, vous vous coordonnerez ensuite avec le Commandant Sykes et les Turiens afin de mener à bien la mission de cette Task Force. Le nom de code de votre opération est Resurgence. Bonne chance Raikes, tenez moi informée. O’Neill, terminé.


Je saluai une dernière fois ma supérieure directe avant de sortir de la salle de communications. Haver et Delacruz me regardèrent chacune d’air attentif mais sur lequel l’on pouvait voir une certaine inquiétude. Cette appréhension s’insinua en moi également mais comme avant chaque mission d’importance, je ne me laissai pas prendre par la peur et je donnai mes ordres d’un air imperturbable à mes subalternes. Les affaires reprenaient.

Changement de programme. Haver, mettez l’OCU et Ela sur le pied de guerre, j’ai comme l’intuition que nous allons avoir besoin d’eux, pointez la direction de la Mer Pourpre, système Matano pour Snakeshit. Hannigan va faire sonner le branle-bas de combat, je veux que chaque membre d’équipage soit à son poste. Code rouge Delta, situation de combat et état d’alerte maximal.

Compris, Commandante.

Delacruz, préparez un briefing à partir des informations envoyées par O’Neill. Nous allons en recevoir d’autres dès l’arrivée dans le système Matano par l’officier supérieur en charge de l’opération. Dès cette communication terminée, je vous laisse cinq minutes pour le finaliser.

Bien pris, Commandante.

Mes deux subordonnées me saluèrent et donnèrent leurs ordres chacune de leur côté, Haver en fonçant vers le cockpit la main sur son oreillette droite tandis que Delacruz poussa les opérateurs du centre de commandement. Certaines informations commencèrent déjà à défiler sur la plate-forme du centre de commandement et en l'espace de quelques minutes, l'Okinawa secoua très légèrement, signe que le frégate militaire se démenait pour arriver dans le secteur de la Mer Pourpre. Sans rien dire et fixant les informations distillées par les opérateurs du centre de commandement, je repensai à cette nouvelle mission. Un vaisseau non identifié ? Une Task Force concilienne ? Nos galonnés s'attendaient au pire, peut-être allait-il falloir détruire le dit-vaisseau inconnu. De l'autre côté, pourquoi amener trois frégates armées ? Le terme de Task Force ne serait pas trop galvaudée mais qu'un seul vaisseau mobilise trois autres vaisseaux militaires, cela me donna l'intuition que notre visiteur mystérieux était vraisemblablement de taille imposante. Qu'est ce que nos supérieurs nous cachaient donc encore...

À tous les membres d'équipage, tout le monde aux postes de combat. Code rouge Delta activé, je répète, Code rouge Delta, état d'alerte maximal, ce n'est pas un exercice !

Arrivée dans le système Matano.

Commandante, transmission provenant de l'Amiral Fender pour la salle des coms.

L'hologramme de l'amiral Fender m'apparut aussitôt dans la salle des communications et le gradé de l'Alliance se mit à débiter ses explications complémentaires. Au départ attentive et dubitative sur le fait d'avoir contacté les gouvernements asaris lorsqu'il fit mention des Républiques, mon sang se glaça lentement au fur et à mesure des informations distillées par l'officier supérieur. Le nom de Gargantua m'était parfaitement inconnu, même en fouillant dans ma mémoire pour l'instant, aucun souvenir ne me revint en tête. Cela dit, les mots de l'amiral Fender n'éclaircissaient que trop peu notre situation tout en me faisant froid dans le dos. Comment un vaisseau pourtant déclaré détruit par les Moissonneurs par les Asaris pouvait refaire ainsi surface seize ans après ? Cela semblait impossible, peut-être une erreur de la part des premiers relevés mais la présence de l'hologramme de l'amiral Fender, le niveau d'alerte subitement élevé ainsi que l'empressement soudain de l'Alliance avait une bonne raison pour se démener ainsi. Non, quelque chose clochait, il fallait tirer ça au clair et de plus, une colonie était menacée. Je ne dis pas un mot à l'hologramme de l'officier qui nous indiqua la marche à suivre ainsi que nos premiers ordres, me contentant d'un simple hochement de tête et d'un salut à l'encontre de Fender avant qu'il ne disparaisse. Cela n'augurait vraiment rien de bon et du bruit en provenance du centre de commandement m'avertit que les huit soldats de l'OCU étaient dans la place. Néanmoins, pas le temps de décrocher de l'hologramme des communications, la silhouette désormais familière du Commandant Sykes m'apparut, l'homme était déjà en armure, sous-entendant qu'il avait été prévenu avant nous de la situation. La communication était commune pour tout le monde car je subodorai l'usage du grade en guise d'introduction au pluriel. Je saluai mon supérieur du moment avant de l'écouter à nouveau parler de manière bien plus concrète.

Malgré la certaine présence de Shaun à ses côtés ou non loin de lui, je ne lâchai pas Sykes du regard pour intégrer les informations. D'un regard et d'un geste avec Delacruz, je lui ordonnai de faire transférer la simulation holographique du briefing et du commandant Sykes sur la plate-forme du centre de commandement afin que chacun de mes soldats de l'OCU ne puisse rien louper, Haver était également penchée sur la plate-forme. Dix paires d'yeux regardaient d'un air vigilant les hologrammes de la plate-forme. Le commandant Sykes se mit à parler à un débit beaucoup plus rapide que celui de l'amiral Fender, pour un peu, on aurait quasi-dit O'Neill.

Commandant, que savons nous de plus à propos du Gargantua ? Les Républiques n'ont pas voulues nous en dire davantage comme sur les derniers instants du vaisseau seize ans auparavant ? De plus, devons nous envisager une évacuation de la colonie si nous jugeons le cuirassé inarrêtable et que nous le condamnions ?



code par SWAN - gif tumblr








Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Hiérarchie Turienne
Rang : Lieutenant-Commandant
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 280

MessageSujet: Re: [Intrigue #11] Résurgence   Ven 16 Fév 2018, 19:40
Beaucoup de choses avaient changées en peu de temps. C'était la première fois que Telhius agissait sous un autre commandement que celui de la Hiérarchie. Quelques temps après un séminaire sur Terre auquel il avait participé, le Lieutenant-Commandant s'était renseigné plus amplement sur l'organisation qui l'avait orchestré, l'UCIP. Ce groupement militaire partageait en partie les motivations du Turien, présentent depuis pas mal de temps déjà.
Plusieurs mois s'était écoulés et voilà que le soldat se retrouvait au sein d'une force de concilienne, on l'avait muté pour un temps de sa flotte d'origine afin de l'intégrer comme officier opérationnel sur un vaisseau Turien mis à disposition de l'Ucip, l'officier précédent ayant tout bonnement terminé sa carrière et pris une retraite méritée après une quarantaine d'années de services.

C'est là, devant l'un des hublot de sa frégate en tout point similaire au PSF Athenaï qu'il avait l'habitude de commander, que le turien se tenait. Scrutant le vide spatial en attente d'arriver à destination.

- Lieutenant-Commandant ? Demanda une voix derrière lui.

Sharkan se retourna, découvrant le lieutenant Aius, son second sur ce vaisseau. C'était une guerrière renommée sur le navire, trois ans qu'elle occupait ce poste. Aius avait été d'une grande aide pour Telhius, elle lui avait permis de mieux cerner l'ambiance de l'équipage, les rivalités possible et faits d'armes de chacuns, afin qu'il puisse au mieux manier ses nouveaux hommes.

- Nous allons bientôt arriver, une holo-projection de la situation vous attends en salle de briefing si vous le souhaitez. Deux frégates de l'alliance sont déjà sur place, on en sait pas plus sur la marche à suivre mais les opérations sont dirigées par le Commandant Sykes, c'est tout ce que l'on m'a transmis pour le moment.

Telhius sourit en entendant le nom du commandant, il lui avait fallu quelques secondes mais il avait fini par se souvenir de qui il était.

- Bien, dîtes à notre officier de liaison de continuer comme ça, nous avons besoin de toutes les informations possibles. Je vais en salle de briefing, nous allons surement être contactés par le commandant Sykes. Quand vous aurez vu Alatus, rejoignez moi là-bas.

Le Lieutenant-commandant fit un bref signe de la tête, faisant office de salut à ses yeux avant de se mettre en route. Arrivé, il observa immédiatement le plan qui lui faisait face, un énorme vaisseau Asari trônait au centre de la table et il fallu quelques instants au turien pour observer la petite frégate humaine qui suivait le mastodonte d'acier.

Jakus était présent, dans un coin de la pièce et ce n'est que lorsqu'il se manifesta que Telhius prit conscience de sa présence. C'était un caporal, il dirigeait une des deux sections du vaisseaux, chacunes composées de cinq soldats, tout ce beau monde sous les ordres d'Aius elle même sous le commandement du Lieutenant-co.
Les deux turiens échangèrent quelques banalités sur les éventualités de la situation avant qu'un bip régulier et sonore ne provienne de la table. Appuyant sur le bouton, un hologramme jaillit de l'émetteur, dessinant la silhouette puis les traits d'un humain que Telhius reconnu. Le commandant Sykes.

Quelques minutes plus tard, Telhius jaugeait les informations livrées par l'humain. Une voix de femme s'éleva alors, probablement l'officier de la deuxième frégate. Pendant qu'il l'écoutait, le turien transmit ses ordres au timonier du Maloren suivant les indications de Sykes. Le petit PSF prit donc place sur le côté Tribord du géant Asari.
.. Le turien avait beau retourner la question dans tous les sens, pour lui ce vaisseau et de manière rationnelle, n'était qu'un débris oublié de la grande guerre parti a la dérive, il comprenait la méfiance générale et le besoin d'intervenir, vite surtout.. mais c'était tout.

- Mmh, Commandant Sykes, je ne pense pas que les batteries principales et secondaires du cuirassé soit encore en état ou alimenté, en tout cas ce serait curieux. Mais dans l'éventualité où elles le seraient, nos vaisseaux ne disposent pas de systèmes furtif et des navettes de débarquements risqueraient d'être sujettes à des tirs de DCA une fois à portée.

Au même moment, Aius entra dans la pièce, saluant rapidement l'hologramme avant de se mettre à côté de Telhius qui coupa sa transmission vocale le temps de résumer à demi mot, la situation à son lieutenant.

- ... bien. La situation risque de requérir notre soutient armé Aius, je termine cette conversation, mais partez devant lancer l'alerte, que tout le monde se prépare à intervenir et n'oubliez pas, précisez leur d'emporter plus de munition qu'a l'accoutumée et des explosifs surtout, si nous en avons.

D'un quart de tour, elle acquiesça, se retourna et partie, une fois hors de vue, Telhius l'entendit partir au trot. De fait, le turien était dans la marine de la Hiérarchie mais bon sang.. qu'il préférait les opérations terrestres...



Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [Intrigue #11] Résurgence   
Revenir en haut Aller en bas
 

[Intrigue #11] Résurgence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: L'espace de l'Alliance interstellaire :: Mer pourpre-