AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 Atelier cuisine chez les esclavagistes.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Messages : 21

MessageSujet: Atelier cuisine chez les esclavagistes.   Jeu 26 Avr 2018, 02:06
► █ Date : février 2203 RP Violent
Urdnot Graash ♦ Mira Nar Tonbay ♦
Atelier cuisine chez les esclavagistes


-Tout le monde, préparez-vous, on va passer le relais cosmodésique !

Mira releva doucement la tête de ses genoux, ses deux mains vinrent lentement se poser contre son casque. Les sons se répercutaient contre les parois intérieures de son crâne tandis qu’elle poussait un profond gémissement. Son casque s’illumina et afficha un smiley fatigué, constitué de deux signes égaux et d’un underscore. La jeune quarienne s’était permis une petite sieste d’une demi-heure lorsqu’elle eut fini la montagne de tâches que le butarien qui avait crié l’avertissement donné plus tôt.

Un profond soupire passa à travers son masque, elle remarqua à peine l’humain qui vint s’asseoir à côté d’elle et qui lui tendit une boisson verdâtre. Le smiley du casque de la quarienne changea, les signes égaux devinrent deux petites Astérix.

-Merci Namiiiiiiiiiiiiiiiir !

Couina-t-elle en prenant la boisson entre ses six doigts et en la contemplant comme s’il s’était agi du saint graal. Elle ne caressa même le gobelet, de la manière la plus passionné et amoureuse qui soit. L’humain leva les yeux au ciel en soupirant devant la quarienne. Parfois -souvent- il avait plus l’impression d’avoir une gamine turbulente collée à ses basques plutôt qu’une meilleure amie. Namir était un garçon d’un mètre quatre-vingts, la taille et la carrure légèrement en dessous de la moyenne humaine, il arborait une chevelure décolorée et hirsute. Ses mèches semblaient relativement grasses, son visage était couvert de tâches noires ; si Mira était une fana d’explosif, lui était un fana de vaisseau, il ne pouvait s’empêcher de les bidouiller. Autant dire qu’il faisait la paire.

Mais, qu’est-ce que deux agents de Courtier de l’Ombre faisaient dans un vaisseau appartenant au Soleil Bleu ? Vaisseau dont la soute était remplie d’une cargaison peu commune, des citoyens de la galaxie. Le saut SLM dont le butarien avait parlé plus tôt allait mener le vaisseau dans l’Abysse de Némée, puis dans le système Ihla, le système des esclavagistes.

La réponse à la question posée plus haut était simple, le vaisseau dans lequel ils étaient allé en rejoindre un autre, plus imposant et surtout important. Qui irait directement à tortuga, pour vendre les esclaves. Ce qui intéressait le duo, c’était évidemment la base de données du vaisseau en question. Pour cela, il leur fallait une diversion, les mercenaires avaient donc montée une fausse opération qui visait à saboter le vaisseau et sauver les esclaves. Ainsi, Mira n’aurait plus qu’à pirater la console et copier les données désirées par le Courtier le temps de l’attaque.

Mira eut un haut-le-cœur au moment du saut SLM. Sans savoir pourquoi, elle était toujours un peu malade lors des voyages SLM. Heureusement, la boisson que lui avait apportée Namir faisait passer son mal de l’espace. Encore un peu nauséeuse, elle activa son tube de décontamination et commença à boire. Dans le même temps, Namir se leva et poussa un profond soupir.

-Bon, je file aider dans la soute. Oublie pas, notre contact est un krogan chargé de la sécurité. Faut lui demander s’il s’appelle Philipe le krogan !

Mira acquiesça, la bouche encore pleine de liquide. Namir commença à partir avant de s’arrêter une dernière fois.

-Au fait, au moment où ça se corsera, scan les caisses, il y en a une avec une surprise pour toi.
-Oh ! J’adore les surprises !

Mira avait levé son gobelet en criant comme une enfant, Namir leva de nouveau les yeux au ciel avant de disparaître. De son côté, la pèlerine termina tranquillement sa boisson alors qu’une voix annonçait via les interphones du vaisseau, que l’équipage devait se rendre en soute pour transférer la « marchandise » dans l’autre vaisseau. Mira bondit alors sur ses pieds et s’étira.

-C’est le moment de chasser du krokro !

Sur ces mots, elle descendit dans la soute, le vaisseau dans lequel elle était été suffisamment petit pour entrer dans la soute du principal vaisseau des esclavagistes. Mira attrapa une caisse et fit mine de travailler, regardant un peu partout à la recherche du fameux Krogan. Ce dernier ne fut pas difficile à repérer au milieu de tous ces butariens. La quarienne posa rapidement sa caisse et gambada gaiement vers l’alien, elle s’arrêta devant, un smiley admiratif sur le casque.

-Vous êtes Phillipe, le Krogan ?

La jeune quarienne avait absolument l’air d’une enfant face à son idole, pour le coup, l’idole la dépassait d’aux moins deux têtes. Pourtant, elle sautillait d’un pied à l’autre, toute sémillante.


Citation :
[15:08:24] @ Adrien Annaz : Mira est une Quarienne indépendante, elle a besoin de personne pour mourir !
[23:45:39] @ Adrien Annaz : Tu connais la blague de la Quarienne sans pouce ? Elle est comme ça
[21:26:49] @ Kydra Lifith : Il pourra se la taper qu'une fois, ou deux si elle survit Miraculeusement
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 69
Crédits : Moi-même, original: Albek42

MessageSujet: Re: Atelier cuisine chez les esclavagistes.   Ven 27 Avr 2018, 12:08
Un contrat ? Non. Graash a horreur d’une chose, les esclavagistes. Curieux pour un krogan, oui, mais il n’aime pas ça. Alors, quand il a appris qu’on lui proposait un contrat juteux pour anéantir un réseau d’esclavagistes butarien, le krogan a sauté sur l’occasion. La mission était « simple ». Il infiltre le réseau en tant qu’agent de sécurité, appuyé par un agent déjà infiltré. Et avec un message codé de son choix. Evidemment, il avait choisit quelque chose en rapport avec ses holo-films nanardesques. L’agent devrait parler d’un krogan nommé « Phillpe » et Graash, répondrait que ce n’était pas lui. Mais qu’il savait où il se cachait et qu’il allait buter cet enculé ! Un petit slogan qui le faisait toujours autant sourire. Son recrutement par les butariens se fit sans le moindre souci. Quoi de plus rêvé qu’un Krogan pour assurer la sécurité après tout ?

[Quelques jours plus tard, dans le vaisseau des esclavagistes.]

Le vaisseau venait de terminer son saut SLM, le krogan était entouré de quatre Butariens, il jouait aux cartes avec eux. Un jeu assez passionnant s’il en est, vu qu’il perdait systématiquement. Lui et sa malchance dans les jeux de hasard ! Ce n’est qu’après avoir tapé du poing qu’une quarienne vint le questionner. Il plissait les yeux, observant ce gigantesque smiley apparaître sur sa visière, ce qui avait le don de l’amuser. Il y avait pas mal de quariens originaux dans leur attitude, mais, afficher son humeur au travers de smiley, ça c’était original. Puis vint le mot de passe. Le krogan prit une attitude désinvolte, haussant les épaules, s’accoudant au dossier du fauteuil.

« Non mais je sais où il se cache, et j’vais aller buter cet enculé ! »

Les quatre butariens se regardèrent, puis regardèrent Graash dans un air d’incompréhension et de méfiance. C’était un code assez évident mais, par son expérience, le Krogan tapa du poing sur la table. Grognant de colère.

« Il me doit 2000 crédits l’enfoiré ! »

Cette excuse avait l’air de passer, le quatuor repassant à la partie de cartes, le Krogan se leva, grattant peu gracieusement son carré devant les butariens, alors que la quarienne était partie.

« Bon, les gars, j’aime bien ce jeu, mais, j’ai vu la quarienne et j’en fais mon dîner, à plus tard ! »

Les butariens rigolent, Graash rigole aussi, mais pour d’autres raisons. Dans quelques heures, il va faire de la bouillie de tous ces enfoirés d’esclavagistes, et, il sera accompagné en plus, plutôt bien même. Après une petite marche, il rattrapa enfin la quarienne, tapotant du bout du doigt son épaule pour ne pas trop la surprendre. L’infiltration vous séduit avec ses penchants paranoïaques. Enfin, le Krogan se rapprocha de son dispositif auditif pour murmurer tout bas à la demoiselle :

« Alors, comment on s’y prend mademoiselle ? »

En effet, on lui avait expliqué l’infiltration, ce qu’il était censé faire, dans l’absolue évidence, mais, même s’il était pleinement à son avantage dans un lieu clos comme celui-ci, foncer dans le tas à deux contre cent était du pur suicide. Et ça n’anéantirait pas le réseau, au mieux, ça l’affaiblirait, mais Graash n’aime pas affaiblir, il préfère détruire les choses gênantes comme celle-ci. Collant son épaule aux parois pour s’appuyer, les bras croisés, il attendait sagement les directives de la quarienne, avec un petit air amusé. Travailler de nouveau avec une quarienne le rendait nostalgique. Et c’était une bonne chose, au moins, il ne considèrerait pas cette demoiselle comme un boulet.



"Ils sont enragés, brutaux, sans merci... Mais vous, vous serez pire, faites un carnage tant que ce n'est pas fini !"

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 21

MessageSujet: Re: Atelier cuisine chez les esclavagistes.   Sam 28 Avr 2018, 02:45
Le Krogan avait réagi comme il devait réagir. C’était bien avec lui que Mira allait détruire ce vaisseau. Les seize yeux butarien qui regardaient le krogan et la quarienne semblaient assez circonspect devant cette scène. Heureusement l’originaire de Tuchanka rattrapa la situation. Pour rendre le tout plus crédible, la jeune quarienne ricana en se dandinant sur elle-même. Un clin d’œil apparu sur le casque de Mira avant qu’elle ne fasse volte-face et retourne faire mine de s’occuper des caisses.

Car, maintenant qu’elle connaissait son contact, l’artificière devait passer à l’action. Elle continua d’aider à déplacer les caisses, puis discrètement, elle commença à en scanner quelques-unes, jusqu’à enfin trouver celle qu’elle cherchait. Comme l’avait indiqué Namir, elle avait une signature thermique différente. Mira s’arrangea pour placer d’autre caisses aux alentours afin de pouvoir l’ouvrir sans attirer l’attention.

De toute façon, l’attention était entièrement concentrée sur les containers qui étaient extraits du vaisseau duquel Mira et Namir venaient. Des cris effrayés y étaient étouffés, les Soleils Bleus entreposaient les caisses dans le fond de la soute, ils transféraient les gens qui y étaient prisonniers dans de grosses cages. Bien que spacieuses, elles n’étaient pas non plus faîtes pour qu’on y parque des dizaines de personnes. Le gros des esclaves était des humains, asari, turiens et quelques Drells. Toute cette agitation causait un brouhaha intense et relativement insupportable. Pourtant, Mira ne semblait pas être affectée, elle consultait simplement son omnitech face à la fameuse caisse.

Lorsqu’elle souleva le couvercle, Mira se retint de hurler de joie et de sautiller partout. Sur un drap marron, était étendu un long et magnifique lance-grenade. Le canon brillait presque tant il était entretenu. Mais, un contact contre sa combinaison la fit revenir à la réalité et par la même occasion, sursauter. Son casque afficha deux « x » en guise d’yeux accompagnés d’un underscore pour la bouche lorsqu’elle poussa un profond soupir en se rendant compte que celui qui lui parlait était son acolyte Krogan. Elle avait eut de la chance.

-Vous m’avez fait peur.

Mira attrapa un sac et y fourra quelques appareils électroniques se trouvant dans la caisse. Le smiley finit par disparaître du masque de Mira lorsque son omnitech disparu également. La quarienne passa le sac autour de son corps et agrippa le couvercle de la caisse elle le rabattit sur cette dernière, murmurant quelques mots doux à l’attention de son amour de toujours, son lance-grenade.

-Je reviens vite mon petit Bay, sois patient.

Puis une fois qu’elle eut fermé le couvercle, elle se tourna énergiquement vers son acolyte krogan et prit la parole.

-Faisons comme si vous m’emmeniez faire un check-up du vaisseau, où un truc comme ça.

Mira fit un pas, se mit sur la pointe des pieds, collant presque son torse à l’armure du krogan. Même ainsi, il était toujours plus grand qu’elle d’une tête.

-On va piéger le vaisseau !

Avait-elle murmuré sur un ton bien trop surexcitée pour être vu comme celui d’une personne saine d’esprit. Tout aussi énergiquement, elle contourna le krogan et partit à la découverte de l’intérieur du vaisseau. Une fois qu’ils furent seuls, Mira demanda à son acolyte de la mener aux endroits où les circuits électriques étaient les moins sécurisés ou au moins les plus exposés. Elle le suivit sans vraiment parler, elle se contentait simplement de chantonner en s’émerveillant devant tout et n’importe quoi. Lorsqu’elle arriva à un endroit où elle pourrait placer un de ses dispositifs, elle fit descendre son sac de son épaule, le posa sur le sol, s’agenouilla puis elle commença à faire sa petite affaire. Utilisant pinces, tournevis et tout un tas d’autre objet. En soit, elle posait juste son dispositif sur les zones qu’elle avait fragilisé en dénudant les fils, elle devait parfois isoler son espace de « travail », pour plus de sécurité. Et comme Mira n’aimait pas travailler dans le silence, elle décida de faire la causette.

-Au fait, moi c’est Mira ! Pélerine et future démolisseuse de génie ! Enchantée ! À qui ai-je l’honneur ?

Tout en disant cela, le voyant vert de son dispositif s’alluma, signifiant qu’il était actif et opérationnel. Elle se redressa vivement.

-Et d’un ! Quatre autres devraient suffire. On pourrait aussi aller du côté de la cabine du navigateur ou du capitaine ? Histoire d’assurer nos arrières !




Citation :
[15:08:24] @ Adrien Annaz : Mira est une Quarienne indépendante, elle a besoin de personne pour mourir !
[23:45:39] @ Adrien Annaz : Tu connais la blague de la Quarienne sans pouce ? Elle est comme ça
[21:26:49] @ Kydra Lifith : Il pourra se la taper qu'une fois, ou deux si elle survit Miraculeusement
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 69
Crédits : Moi-même, original: Albek42

MessageSujet: Re: Atelier cuisine chez les esclavagistes.   Sam 28 Avr 2018, 14:32
Une quarienne fort intéressant s’il en est, un petit peu trop « puce électrique » pour le krogan qui, en dehors du combat n’aime pas tant bouger que ça. Il est même plutôt mou. Mais ce qu’il avait aimé lors des premières paroles de la demoiselle, c’était son enthousiasme à tout faire péter. C’est le genre de choses qui font d’elle une bonne camarade de jeu. Si ce n’est plus. Elle avait emporté des tas de machins électroniques semblables à des détonateurs ou des bombes directement. Impossible pour Graash de dire, si ça ne fait pas « bip bip » et qu’il n’y a pas un pirate dans le coin pour rire de façon manichéenne, il a du mal à comprendre. Sortant de ses pensées aux paroles de la gamine, il se retourna pour parler aux potentiels Butariens présents, mais rien. La partie de cartes devait être plus intéressante. Ou alors, ils avaient vraiment gobé son bobard…

Le Krogan suivait la demoiselle sans un mot. Ce genre de mission, il la connaissait du bout des doigts. En général, après l’installation des pièges, le petit geek qui lui servait d’escorte finissait la cervelle éclaté dans un coin du vaisseau ou de la base ennemie. Les rares fois ou le téchos survivait, c’était parce qu’il avait aussi en penchant dérangé pour le massacre comme lui. Et cette demoiselle semblait l’avoir, c’était une bonne chose, une excellente chose même. Au fur et à mesure de ses bidouillages un peu longuet, alors qu’il la cachait de sa massive corpulence, les présentations furent lancées par la demoiselle. Le Krogan était à ce moment appuyé sur la paroi, une nouvelle fois. Ainsi donc, elle était en pélrinage…

« Urdnot Graash. Mercenaire…et euh… machine à tuer. A votre service mademoiselle ! »

Sa phrase était naturellement sortie sur un ton d’humour, suivie d’une petite révérence assez grotesque vu que c’est un krogan qui le faisait. Le premier dispositif venait d’être terminé alors qu’elle proposait d’en poser un autre du côté de la cabine du navigateur. Bonne idée, saboter un peu les barres ne ferait pas de mal à ces petits enfoirés. Inclinant la tête dans la direction d’un couloir, le Krogan avançait, probablement suivit de la petite direction le navigateur. En chemin, il donnait des petits coups d’épaules aux Butariens ne le saluant pas. Provocation ? Où il restait dans un personnage de Krogan bourrin. Au choix. Mais les « murmures » ne se firent pas attendre.

« C’est une bonne chose qu’on se débarasse de lui à la fin de la mission. »

Une phrase qui décrochait un sourire au reptile, qui faisait craquer les os de ses doigts avec un grand intérêt. .. Après une bonne marche, ils arrivèrent dans la cabine du navigateur. Elle n’était pas gardée pour une raison étrange. Ils purent rentrer sans aucun soucis, se posant près de la porte, le Krogan regardait la demoiselle , dos collé une nouvelle fois contre le mur. Il huma l’air ambiant. Lâchant un petit bruit, pensif.

« Restes sur tes gardes Mira, ça sent pas bon et ça va dégénérer dans pas longtemps. »

Et évidemment, agent de sécurité ou non, il n’avait pas d’équipement à proprement parlé pour le moment, tout était dans une caisse, dans la salle d’armement…Si l’alerte était donnée maintenant, tout se règlerait à mains nues. Mais, était-ce réellement un soucis pour le réptile ? Il était impatient d’y aller ainsi. Dans des lieux clos, ils sont finis.





"Ils sont enragés, brutaux, sans merci... Mais vous, vous serez pire, faites un carnage tant que ce n'est pas fini !"

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 21

MessageSujet: Re: Atelier cuisine chez les esclavagistes.   Lun 30 Avr 2018, 01:56
Mira ne put s’empêcher de ricaner en entendant le krogan se définir comme une « machine à tuer ». Au moins, avec lui, elle ne risquait d’être prise pour la cible à abattre en priorité, c’était un bon point. Et puis elle devait avouer qu’elle le trouvait plutôt amusant. À rouler des mécaniques et faire les gros bras. De plus, ce dernier se montrait relativement serviable et ne posait aucune question à laquelle donner une réponse serait compliquée pour la jeune quarienne. Non vraiment, Graash enchaînait les bons points.

Cela étant, les murmures qui gravitaient autour de sa personne pouvaient être à double tranchant. C’était du moins ceux à quoi Mira venait de penser. La quarienne se perdit dans ses pensées et ses pronostics. Se demandant si, il n’était pas imprudent de s’affichait d’entrée de jeu avec le krogan. Mais alors qu’elle tentait de mettre de l’ordre dans ses idées, ils arrivèrent au niveau de la cabine du navigateur. Constatant l’absence de garde, Mira sauta de joie à l’intérieur de la cabine.

-Chouette, c’est pas verrouillé !

Elle avait réalisé une glissade de rockstar avant de se jeter en l’air en levant le poing de la victoire, bref, une véritable enfant. Son casque s’était d’ailleurs illuminé de deux étoiles et d’un double v. Mais la remarque de Graash lui ramena rapidement les pieds sur terre, si l’on peut dire.

-Hum, on va devoir se dépêcher. Dis-moi si y quelqu’un arrive ! J’en ai pour une minute !

En disant cela, son masque avait affiché un smiley on ne peut plus neutre. La quarienne n’attendit pas plus longtemps pour aller s’asseoir en face de la console située dans la cabine. Sans même prendre le temps de détailler cette dernière. Elle jeta tout de même un regard aux alentours, s’assurant qu’il n’y avait aucune caméra. Elle avait besoin d’encore un peu de temps avant que tout ne dégénère.

La quarienne ouvrit la console placée sur le bureau du navigateur. Elle était évidemment protégée par un mot de passe, mais ce n’était pas comme si ça allait arrêter la jeune fille. Activant son omnitech, elle introduit un logiciel fourni par le Courtier qui déverrouilla l’appareil en un rien de temps. Mira aurait pu le pirater elle-même, mais ça aurait prit beaucoup plus de temps. Maintenant que la console était accessible, la quarienne plongea la main dans son casque et en sortit un holodisque qu’elle encastra dans la console.

-Personne n’arrive ? Si y a quelqu’un, démonte-le !

Cria-t-elle au krogan avant de se replonger face à la console. Faisant apparaître plusieurs fenêtres sur l’écran, elle sélectionnait dossier sur dossier. Ce qu’elle devait récupérer initialement, c’étaient les données de navigations passées et futures, mais elle ne se gêna pas pour remplir le contenu de son disque de données. Le téléchargement allait prendre du temps de toute façon, un bon nombre d’informations étaient protégées, alors Mira avait infecté le système de l’appareil avec un virus pour briser un maximum de sécurité. Elle activa son onmitech pour mettre un minuteur, une heure suffirait.

Mira réajusta le sac et se leva, pour se figer d’un seul coup. Du coin de l’œil, elle avait cru apercevoir une silhouette au fond de la pièce. En tournant la tête, tout ce qu’elle ouvrit, c’est un mannequin où trônait une impressionnante armure. Elle n’eut pas le temps de soupirer de soulagement que déjà, son excitation prit le pas sur sa raison.

-Graash ? J’ai encore un truc à faire couvre mes arrières, s’il te plaît.

Déclara-t-elle en s’avançant presque religieusement vers l’amure. Lentement, elle sortit l’un de ses dispositifs de son sac. Faisant tourner le mannequin sur lui-même, elle admira longuement l’armure. A vue d’œil, elle était faîte pour une silhouette turienne. Se mettant sur la pointe des pieds elle tenta de trouver un branchement ou quoique ce soit dans le genre. Finalement, elle en trouva un à l’intérieur de l’armure, Mira y fixa son dispositif. Une fois le voyant vert allumé elle retourna gambader joyeusement auprès de son acolyte Krogan, ayant hâte de voir la manière dont une armure pouvait exploser.

-Allez ! Passons vite à la suite ! Il me tarde de faire exploser tout ça !

Les deux aliens se rendirent à la salle des machines où Mira posa deux nouveaux dispositifs. Mais alors qu’elle allait se retourner pour annoncer sa fierté à son acolyte, trois butariens et deux turiens débarquèrent dans la salle, armée et visiblement remontée.

À vue de nez, ça sentait la bagarre.


Citation :
[15:08:24] @ Adrien Annaz : Mira est une Quarienne indépendante, elle a besoin de personne pour mourir !
[23:45:39] @ Adrien Annaz : Tu connais la blague de la Quarienne sans pouce ? Elle est comme ça
[21:26:49] @ Kydra Lifith : Il pourra se la taper qu'une fois, ou deux si elle survit Miraculeusement
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 69
Crédits : Moi-même, original: Albek42

MessageSujet: Re: Atelier cuisine chez les esclavagistes.   Mer 02 Mai 2018, 22:58
Ce fût en allant à la direction de la salle des machines que Graash sentait le sapin. Autant, la salle de navigation tout était tranquille, mais là, une fois dans la salle des machines, le reptile pu constater que son instinct ne l’avait pas trompé. Trois butariens, deux Turiens, armés, énervés et voulant en découdre venaient d’arriver. La petite quarienne derrière lui allait annoncer qu’elle avait terminé quand le Krogan lui fit signe, bras tendu de se taire et de reculer. Graash fixait ses adversaires en souriant, tel un prédateur. Il n’allait pas foncer, pas tout de suite. D’abord, il voulait écouter ce qu’ils avaient à lui dire. Quitte à crever, aujourd’hui, dans un vaisseau d’esclavagistes, il crèvera en emportant un maximum d’enflures avec lui ! L’un des turiens s’approcha de lui, le face à face était inévitable et le krogan craquait les os de ses doigts, jusqu’à ce que le turien prenne parole.

« On veut que la quarienne Graash . On sait que tu l’as couvert juste pour son minois, le chef a dit qu’il fermerait les yeux parce que t’es utile. »

Le krogan souffla du nez en grognant. L’ambiance était tendue et la tension était sur le point d’exploser. Le Krogan décala le turien pour se diriger d’un pas lent vers le groupe resté un peu en retrait, jusqu’à finalement arriver derrière eux. Se retournant, il ne fit rien. Laissant le groupe penser qu’il acceptait docilement la situation. C’était possible et , de toutes manières, ça les arrangeait. Le krogan grogna légèrement, une fois de plus, observant les cinq mercenaires. Attendant. Mais quoi donc ?

« Vous la voulez ? D’accord, mais j’veux la tuer. Et avec mon équipement. »

La turien venu lui parlé précédemment ne pu retenir un rire moqueur envers le reptile, pensant d’abord qu’il se moquait de lui. Il riait plus fort encore mais, devant le sérieux du Krogan, le turien commençait peu à peu à arrêter de rire. Il posa son arme sur son épaule, regardant Graash de haut, avec toute l’arrogance de l’histoire de son peuple derrière lui, cette histoire génocidaire sur le génophage. Même si c’était terminé aujourd’hui, le vieux mercenaire ne trouvait pas cela drôle. Pas du tout.

« Je ne plaisante pas, soit je la bute moi-même, soit j’vous tue tous ET je la bute après. »

Les cinq mercenaires riaient en cœur, amusé. Le Krogan les suivit dans leurs rires, le sien dénotant clairement avec les leurs, tant il était plus bruyant, dérangeant. Les cinq regardèrent le gros, puis, se regardèrent, il était derrière eux, il n’aurait aucun mal à encaisser une balle ou deux, se servir d’un des fusils et tous les flinguer. Ou laisser sa rage de sang parler si jamais elle venait.

Alors que le rire de Graash s’estompait, il amenait sa main vers son omnitech qui s’activait, ceux qui regardaient voyaient qu’il lançait une…playlist de musiques. Elles avaient toutes une appartenance terrienne et, de plus, étaient très « country » le genre de musique qui ne va absolument pas avec un krogan de deux mètres trente de haut et quatre cent kilo plus ou moins de muscles.

Et ce fût dans l’incompréhension la plus totale que le Krogan , ayant mit la musique à fond, saisit le visage d’un butarien, une main sous le menton, l’autre autour de son front alors qu’il fit un mouvement circulaire, accompagné d’un bruit de craquement d’os, à peine audible avec la musique. Il profita de sa victime pour s’en servir comme bouclier, le temps d’encaisser une ou deux balles, lançant le cadavre sur les trois autres, il chargea le turien éloigné, venant l’encastrer contre une caisse entreposée là. Ca ne suffit pas à le tuer, bien sûr, mais, attrapant le pistolet du turien, trois balles, une dans l’estomac et deux dans la tête suffirent à le calmer. Dans le bazar, les trois restant eurent tout de même le temps de viser le Krogan, qui, vit des balles couper la peau de son visage, érrafler son armure…. Jusqu’à ce qu’une charge biotique propulsant une bête arrive vers eux, canon braqué sur le visage, la détente fut pressée, le cervelet du butarien vola sur une longue distance.

Le krogan bouscula les deux pour les déranger dans leurs tirs, espérant ainsi que sa comparse quarienne ait compris qu’elle devait l’aider…

« Restes pas plantée là comme une quiche et tire la bleue ! »


"Ils sont enragés, brutaux, sans merci... Mais vous, vous serez pire, faites un carnage tant que ce n'est pas fini !"

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 21

MessageSujet: Re: Atelier cuisine chez les esclavagistes.   Dim 06 Mai 2018, 01:32
-Alors, techniquement, j’ai pas vraiment de minois apparent puisque je porte un masque !

Mira avait accompagné ses paroles en levant les deux index, son ton cherchait à être le plus détendu possible. Le but ici, était de détendre l’atmosphère avec une blague. Mais, voyant qu’elle était absolument ignorée par les aliens, elle soupira, faisant la moue sous son casque. Un smiley à l’expression exagérément mécontente s’y afficha. Ce n’est que lorsque son acolyte déclara vouloir la tuer lui-même que la donne changea pour Mira.

Elle désactiva son mod d’expression au profit de la préparation d’une surcharge. La quarienne se posait beaucoup de question, notamment sur le caractère de sa véritable identité. Il n’était pas logique pour des pirates esclavagistes de s’intéresser à une quarienne comme elle pour des raisons aussi futiles que celles qu’ils avaient exprimés. À moins que Mira ait mal compris. Quant à Graash, elle ne savait pas si ce qu’il venait de dire était une tactique pour détourner l’attention des pirates ou s’il avait vraiment l’intention de la tuer.

La paranoïa de Mira prit le pas sur le reste. Il fallait qu’elle fasse quelque chose. C’est au moment où elle commençait à paniquer que le krogan lança une playlist humaine. Et commença à ‘’danser’’ dessus. Par danser, j’entends refroidir trois mercenaires. Il n’en restait plus que deux.

Mira n’avait pas attendu la phrase de Graash pour passer à l’action. Tout en se jetant derrière une caisse, une surcharge vint neutraliser les barrières cinétiques du turien, puis plusieurs rafales de mitraillette à plasma poussèrent les Soleil Bleus à se mettre à couvert. Mira sortit aussitôt de son couvert et se précipita vers Graash. Improvisant totalement, elle attrapa le bras du Krogan et lui hurla de la suivre hors de la salle des machines avant d’elle-même s’élancer en dehors, en pressant le détonateur entre ses mains.

Les pirates n’eurent pas le temps de se remettre en position que, de multiples explosions les jetèrent à terre. La réaction en chaîne orchestrée par la saboteuse arriva tout juste au moment où Mira et -s’il l’avait suivit- Graash, sortirent de la salle des machines.

Sur leur gauche, un groupe de soleil bleu arrivait, au pas de course. Mira attrapa une des grenades attachées à sa ceinture et la fit rouler sur le sol, dégoupillée. La quarienne n’attendit pas la détonation pour reprendre le bras du krogan et s’enfoncer dans les entrailles du vaisseau. Tournant subitement dans une sorte de débarras, elle se stoppa et se tourna vers Graash, sa mitraillette pointée vers la plaque frontale du reptile. La voix chevrotante et le corps tremblant, Mira parla.

-Écoute ! Rien ne me poussait à ne pas te laisser exploser dans cette salle des machines, alors ne me tue pas ! D’accord ?!

C’est ce moment-là que son simulateur d’émotion choisit pour se rallumer, affichant sur le casque de Mira un smiley larmoyant et suppliant. Ceci dit, elle avait vraiment peur de mourir.


Citation :
[15:08:24] @ Adrien Annaz : Mira est une Quarienne indépendante, elle a besoin de personne pour mourir !
[23:45:39] @ Adrien Annaz : Tu connais la blague de la Quarienne sans pouce ? Elle est comme ça
[21:26:49] @ Kydra Lifith : Il pourra se la taper qu'une fois, ou deux si elle survit Miraculeusement
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 69
Crédits : Moi-même, original: Albek42

MessageSujet: Re: Atelier cuisine chez les esclavagistes.   Mar 08 Mai 2018, 20:04
Tout était allé vite, si vite, que le krogan n’eut pas le temps de complètement déchiffrer la scène mais, il était désormais avec la petite demoiselle, dans un vaisseau, le canon de sa mitraillette braquée sur sa plaque. Elle était tremblotante, paniquée. Une bête comme lui, parlant de la tuer. Et là, il l’a vu. Ce petit smiley, que les « jeunes » adoraient utiliser des fois, larmoyant suppliant. Elle était si fragile, si faible. A ce moment, Graash sentit un élan de quelque chose qu’il ne ressentait que bien trop rarement. Il décalait, nonchalant la mitraillette de son visage en observant la petite quarienne, sa main se posa sur le mur, elle était acculée, lui la dominait. Avec un sourire de prédateur, il commença à rire, amusé de la situation et intrigué.

« Si je voulais réellement te tuer, tu serais déjà morte. »

Le visage du reptile est proche, très proche de celui de la quarienne, il voulait lui faire peur. Ou était-ce autre chose ? Difficile à dire. Mais il était clairement pas dans ses intentions de la tuer. Alors qu’il reculait d’un pas, puis d’un autre, Graash écartait les bras, l’air provocateur.

« J’aime bien ta façon de te déhancher lorsque tu cours, un spectacle comme ça, ça se préserve !»


Le sourire plaisantin, le Krogan tendit l’oreille, entendant des renforts arriver. Avec toute cette confusion, il ne pouvait décemment pas voir où il se trouvait. Mais c’était peu probable qu’il soit juste à côté de son équipement. C’est alors qu’il fit craquer ses poings, lâchant ce rire, ce fameux rire krogan, lent, et pourtant, lourd de sens.

« On a des invités à accueuillir en bons hôtes. En passant, on libère les esclaves. Et évite les grenades. »

Ils arrivaient. Ils étaient quatre, peut-être six à l’écoute des pas. Le Krogan posa ses doigts sur les murs, griffant du bout de ses gants la surface, dans un petit bruit fort désagréable, d’un pas lent, lourd, qui se faisait de plus en plus rapide. Sa marche se changea en foulée, puis en charge, alors qu’il lâchait bruyamment dans sa course :

« Surveille nos arrières ! »

Bien que la venue du Krogan était téléphonée, son arrivée plus qu’impressionnante en charge biotique et s’achevant avec une Nova a eu le mérite de sonner tous ses adversaires. Empactés comme ils étaient dans un si petit couloir, ils étaient ses proies, et lui un chasseur psychopathe, un chasseur qui venait tout juste de ramasser l’une des armes d’un des sonnés. Il vida quelques cartouches sur ceux-ci, les abattant froidement, un à un. Cette fois, il était armé. Il était énervé et pourtant, il s’amusait. Il venait de ramasser un fusil à pompe. Un magnifique, M-11 éventreur. Armant le fusil à pompe avec un petit rire, un rire sadique, il tourna le regard vers le couloir d’où provenaient les cadavres. Rien. En revanche, du côté de sa camarade Quarienne, ça allait moins bien. Elle semblait en difficulté, malgré son arsenal bien plus développé que le sien. Bon, un krogan est une arme en soi… Chargeant comme un bourrin vers les ennemis, au nombre de trois, il poussa un grand rugissement bestial avant d’effectuer l’une de ses deux dernières charges biotique, se retrouvant nez à nez, ou plutôt muffle à nez devant l’un d’eux, un galarien qui put sentir entre ses globes occulaires gigantesques quelle sensation un éventreur offre, juste avant de voir son cervelet exploser tout le long du couloir. Chargeant la pompe, il donna deux coups d’épaules rapidement, profitant de la protection qu’offrait son armure pour encaisser quelques tirs, bien que certains parvirent à passer, les deux furent sonnés, et le krogan posa un genoux à terre, grognant.

« Et chier… »


Bras, cotes, ventre. Trois endroits touchés, les organes étaient épargnés, mais, bordel ce que ça faisait mal !


"Ils sont enragés, brutaux, sans merci... Mais vous, vous serez pire, faites un carnage tant que ce n'est pas fini !"

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 21

MessageSujet: Re: Atelier cuisine chez les esclavagistes.   Mar 15 Mai 2018, 23:53
Le bras de Mira retomba mollement contre son corps quand Graash l’écarta, le canon de sa mitraillette pendouillant dans le vide. Elle recula en voyant le krogan s’avancer, sa panique ne fit que s’intensifier lorsque son dos toucha la façade du vaisseau et que le bras monstrueux du reptile se planta à côté de sa tête. La pèlerine avait l’habitude des situations dangereuses et risquée, elle gardait d’ordinaire un comportement très excentrique et enfantin. Mais aujourd’hui, tout s’était enchaîné trop vite, elle s’était laissé emporter par sa paranoïa.

Heureusement, le Krogan dissipa le quiproquo. Bon, il disait que s’il avait voulu la tuer, elle serait déjà en train de se décomposer dans sa combinaison, mais, dans la vie de mercenaire, il faut savoir se satisfaire du nécessaire ! Un rire nerveux s’échappa du casque de la jeune quarienne à la suite de la remarque sur sa façon de fuir avec délicatesse et sensualité. Il faut dire qu’on ne lui avait pas dit quelque chose comme ça et encore moins dans une situation comme celle-là.

Malheureusement, le répit fut de courte durée. Graash reprit un ton grave en disant qu’il venait d’entendre quelque chose. Pourtant, malgré son soudain sérieux, il semblait ravi. Il fit craquer ses doigts tout en ricanant comme tous les krogan le faisait. Un frisson traversa l’échine de Mira en l’entendant. Mais elle se reprit, le combat était maintenant inévitable, elle devait se concentrer. Graash donna les instructions pour la suite et un smiley triste apparu sur le casque de Mira à la mention « pas d’explosif ». C’était un peu tard, maintenant qu’elle avait commencé à piéger le vaisseau ! Sous les yeux du krogan en plus !

Mais elle n’eut pas le temps de s’insurger que déjà, le krogan se précipitait vers les soleils bleus en criant à la quarienne de couvrir leurs arrières. En tournant la tête vers ces fameux arrières, Mira faillit s’étrangler de peur. Trois autres mercenaires arrivaient, prêts à un découdre. Deux butariens accompagnaient un galarien, qui possédait un Revenant, rien que ça. Le fusil était certainement aussi lourd que lui ! Mira dégaina sa mitraillette et tira une salve de balles qui stoppa net le groupe. Mais, ce que la quarienne n’avait pas prévu, c’est que maintenant, elle était la nouvelle cible des mercenaires.

Mira se jeta contre la façade pour se protéger des tirs. Elle prépara une surcharge qu’elle lança au moment où ses adversaires rechargeaient. Elle eut tout juste le temps de tirer sur le galarien, mais dans la précipitation, les balles ne firent qu’érafler le visage le mercenaire. Alors que la mercenaire pensait que tout était perdu, une nuée bleue traversa le couloir. Une détonation retentit, Mira sortit la tête de son couvert pour voir que la galarien gisait par terre et que son crâne n’existait même plus. Le responsable posa un genou à terre, face aux deux butarien encore sonnés. Mira ne pouvait pas laisser tomber Graash.

Dégainant la lame dans sa botte, elle se jeta vers les mercenaires. Posa une main sur la bosse du krogan et sauta au-dessus, écartant ses deux jambes. Voir une quarienne jouer à saute-mouton sur la bosse d’un krogan eut le mérite de surprendre les butarien. A tel point que l’un ne se rendit compte que lorsqu’elle sortit, qu’une lame venait de plonger dans sa gorge et de perforer sa jugulaire. Le second eut le temps de brandir son arme, mais, à bout portant, Mira était plus précise. La salve de la mitraillette geth déchiqueta son visage. Il aurait dû mettre un casque.

Tout en soupirant de soulagement, Mira laissa retomber ses bras le long de son corps, un smiley satisfait sur le casque. Tout en rangeant ses armes, elle tendit une main à Graash.

-J’ai cru que je ne m’en sortirais jamais !


Aider le krogan à se redresser fut plus douloureux qu’elle ne l’aurait cru, il était capable de lui arracher le bras, après tout. Une fois que ce dernier, ce fut redressé, Mira fit quelques moulinets avec son bras, pour le dégourdir. Rapidement, la jeune quarienne se reprit, elle n’avait pas le temps de s’étirer ; l’alarme du vaisseau mercenaire commençait à retentir depuis trop longtemps. Le krogan et la quarienne étaient en plein milieu d’un couloir, qui étaient absolument identiques des deux côtés. Mira leva son casque vers Graash.

-Bon, on fait quoi maintenant ? Faudrait trouver un plan du vaisseau.

Mira ne devait pas oublier de retourner auprès de la console qu’elle avait piratée, ainsi, elle décida d’orienter leur fuite vers cet endroit.


Citation :
[15:08:24] @ Adrien Annaz : Mira est une Quarienne indépendante, elle a besoin de personne pour mourir !
[23:45:39] @ Adrien Annaz : Tu connais la blague de la Quarienne sans pouce ? Elle est comme ça
[21:26:49] @ Kydra Lifith : Il pourra se la taper qu'une fois, ou deux si elle survit Miraculeusement
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Atelier cuisine chez les esclavagistes.   
Revenir en haut Aller en bas
 

Atelier cuisine chez les esclavagistes.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: Systèmes Terminus :: Abysse de Némée-